Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Mère et fille dans les chansons d’ami galiciennes-portugaises

Maria de Fátima Antunes-Rambaud

Texte intégral

  • 1 J. J. Nunes dénombre 510 chansons d'ami, attribuées à 88 auteurs différents. Toutes nos références (...)
  • 2 Sur les résonnances féodales contenues dans les termes "amor" et "amigo" voir : José MATTOSO.- "A (...)
  • 3 Des études de Menendez Pidal, Damaso Alonso, Stern et Julian Ribera avancent la possibilité d'une (...)

1A côté de la lyrique courtoise troubadouresque, qui a puisé des formes et des motifs dans le filon provençal, et dont les premières manifestations datent du dernier quart du douzième siècle, il s'est developpé dans la Péninsule ibérique, notamment dans les régions ouest et nord-ouest, une lyrique parallèle aussi bien dans l'espace que dans le temps : les chansons d'ami (cantigas de amigo). Bien qu'ayant été composées exclusivement par des hommes1 - les mêmes qui ont signé la plupart des chansons d'amour courtoises (cantigas de amor2) - les chansons d'ami font partie du patrimoine des chansons de femmes. Ecrites en galicien-portugais, et témoins d'une relative liberté de création en ce qui concerne la forme et le contenu, les chansons d'ami ont une caractéristique distinctive : elles sont parlées/chantées par des voix féminines. Leurs racines populaires, visiblement folkloriques pour certaines, contribuent dans une large mesure à accentuer leur originalité, de même que leur autonomie, par rapport à la lyrique dite courtoise. Sans équivalent dans une autre langue romane, elles demeurent une production lyrique particulière, géographiquement et linguistiquement déterminée3.

2Si le sentiment amoureux demeure le motif central des chansons d'ami, celles qui le subissent, le chérissent, le protégent ou le condamnent, ne font pas partie, selon toute évidence, de la fameuse gent courtoise, traditionnellement experte en amour. Du moins, aucun élément ne nous permet de les inclure dans cette société-là - à part peut-être de rares allusions au roi, ou à un filho d'algo, jeune chevalier de l'entourage du roi, mais qui n'est jamais nommé. Dans les chansons d'ami, la senhor courtoise et mesurée, tantôt distante et indifférente aux suppliques du poète, tantôt prête a fazer bem, devient une jeune fille célibataire, spontanée et passionnée, en proie aux espoirs et désillusions de son âge et de son état de fille à marier. Pour l'aider à faire face aux ravages que l'amour provoque dans les coeurs (et dans les corps !) inexpérimentés (pas toujours), chastes (en général) et convoités (cela va de soi), la jeune fille est souvent épaulée par une mère attentive. Celle-ci regarde l'ami de sa fille d'un œil sceptique, se remémorant sans doute sa propre expérience de jeunesse.

3Cette complicité à première vue amicale et sympathique, ne va pas sans soulever de graves conflits, sans lesquels, à notre avis, cette lyrique aurait perdu un des facteurs de son authenticité et de sa saveur. Surtout lorsque la mère exerce son redoutable pouvoir de gardienne, guette inlassablement le moindre geste de sa fille vers l'"ennemi", et va jusqu'à l'empêcher de le rencontrer (ou même de sortir). La jeune fille exprime sa douleur, parfois crie vengeance, et se montre décidée à aller rendre visite à son ami malgré l'interdiction, s'exposant de son gré à la colère maternelle.

4Le plus souvent la révolte se traduira par un discours plaintif et doux. En réalité, si elles sont nombreuses à défier le pouvoir maternel et à proclamer leur disposition à braver l'autorité pour aller voir l'ami, rares sont celles qui le font effectivement, ou qui du moins l'avouent explicitement. Comme la demoiselle qui, dans une chanson de Vaasco Rodriguez de Calvelo, remplace l'autorité de la mère par l'autorité divine et avoue, sans remords, l'infraction :

  • 4 J. J. NUNES, op. cit., CCLI, pp. 228-229.

"Vós non quisestes que el veess'aqui
o meu amig'ond'avia sabor
de o ver e quis Nostro Senhor,
que o eu visse, mais, poi-lo eu jà vi,
gradesc'a Deus que mi-o fezo veer
e que non ei a vos que gradecer."4

5Dans de nombreuses chansons la fille annonce des intentions qui vont à l'encontre des consignes maternelles. Les respectera-t-elle ? Dans une chanson de Joan d'Avoin, elle exhorte son ami à venir lui tenir conversation en faisant fi du vouloir de sa mère :

  • 5 ibid, CIX, pp. 100-101. Voir aussi D. Dinis XXXIII, pp. 34-35 ; XL, pp. 40-41 ; Airas Corpancho XC (...)

"oada que migo quiserdes falar,
falade migu'e pês a quem pesar."5

6La fermeté du ton peut en effet laisser supposer que personne ne pourra empêcher leurs rencontres.

7Le rapport conflictuel entre mère et fille peut assumer des proportions inquiétantes, et traduire une tension extrême, teintée de haine et de rancune, entre les deux personnages féminins. Comme dans la chanson de Nuno Perez Sandeu où une jeune fille avoue à sa mère son ressentiment et son inimitié du fait que cette dernière en voulait à son ami :

  • 6 ibid, CCX, p. 190.

"pois mal queredes meu lum'e meu ben,
mal vos querrei, eu, mia madre, por en."6

  • 7 ibid, CCXCV, p. 269.
  • 8 ibid, CCXIII, p. 192.

8Dans une composition de Joan Airas la demoiselle va jusqu'à maudire sa mère pour avoir affiché un semblant trop joyeux lors du départ de l'ami, parti rejoindre le roi7. Ailleurs, au cours d'un dialogue entre les deux femmes, nous apprenons l'abandon d'un soupirant qui voulait ainsi éviter que la colère maternelle ne s'abatte sur sa bien-aimée - sacrifice suprême !8. Chez Airas Corpancho, la demoiselle qualifie sa mère de perfia et l'associe à une prisom. L'image d'emprisonnement et d'isolement est d'ailleurs un des topoi les plus fréquents de cette lyrique :

  • 9 ibid, XCI, p. 83-84.

"Tanto sei eu de mi parte
quant'é de meu coraçon
ca me ten mia madre presa.
E, mentr'eu en sa prisom
fôr, non veerei meu amigo."9

9La fille nous avoue ensuite que depuis que sa mère exerce sur elle son redoutable pouvoir de geôlière, elle n'arrive plus à contrôler sa vie ni ses biens. Dans une composition de Juian Bolseiro, la demoiselle fait part à son ami du choix douloureux ! - que sa mère lui aurait imposé : l'ami ou la mère...plus l'héritage. Comment faire face à l'odieux chantage ? Elle préfère l'ami à la mère (avec ou sans héritage) mais nous le révèle, ou plutôt : le révèle à son ami, dans les deux derniers vers uniquement (la finda), nous/le laissant dans le doute pendant quatre longues strophes :

  • 10 ibid, CCCCVII, pp. 368-369.

"E, poi-la part'a meu prazer,
em vos quer'eu, meu amigu', escolher."10

10Ainsi, la mère se présente dans cette chanson comme alternative au soupirant, mais en outre elle fait peser de son côté la partie de l'héritage familial qui reviendra ou ne reviendra pas, selon le choix, à sa fille. Le père, comme toujours, est absent. On remarque que la demoiselle ne semble pas être indignée outre mesure après une proposition aussi cruelle. Elle l'accueille avec résignation et sérénité, et seul le refrain, répété quatre fois, atteste de son désarroi :

"e pois faz esto, manda-m'escolher :
que mi mandades, amigo, fazer ?"

11Mais que penser lorsque la mère devient à son tour victime de sa fille ? Tel est le cas dans une autre chanson de Juian Bolseiro. La peur que la mère éprouve vis à vis de sa fille l'empêche de se trouver un ami, pleine d'amertume, elle souhaite un sort pareil à la demoiselle, c'est à dire : d'avoir un jour une fille aussi gênante qu'elle-même :

  • 11 ibid, CCCC, pp. 362-363.

"Mal me tragedes, ai filha,
porque quer'aver amigo
e pois eu con vosso medo
non o ei, nen é comigo,
non ajade-la mia graça
e dê-vos Deus, ai mia filha,
filha que vos assi faça
filha que vos assi faça."11

12Etonnante situation que celle-ci ! Nous voici donc confrontés à une mère dominée par sa fille, laquelle s'évertue à faire fuir ses soupirants. "Sabede ca sen amigo / nunoa foi mulher viçosa" - "Sachez que sans ami, jamais la femme n'a été joyeuse", se plaint-elle, presque suppliante. Et le vœu qu'elle exprime en guise de vengeance, le renouvellement de la situation de mère en fille, ou peut-être devrions-nous dire : de fille en mère, tombe comme une sorte de malédiction qui, de génération en génération, inverserait les traditionnels rapports entre la mère dominatrice et la fille dominée ; cela équivaut à une ébauche de monde à l'envers, où la fille deviendrait la geôlière de sa mère jusqu'à la nuit des temps.

13Le conflit mère-fille surgit généralement de l'interdiction de voir l'ami. La mère, soucieuse du bonheur et de l'honneur de sa fille, la met en garde contre les embûches masculines, lui prodigue des conseils, la réprimande s'il le faut, et peut interdire toute rencontre, voire tout regard. C'est une relation denuée d'hypocrisie, agrémentée ici et là de quelques détails ayant trait au vécu quotidien (un vêtement, le roi qui demande les tresses de la jeune fille, un amoureux parti faire la guerre, une sœur confidente...) et qui détruisent momentanément l'abstraction des sentiments et d'un langage poétique qui a tendance à se suffire lui-même, à se passer de référents réels ancrés dans le temps et dans l'espace. Plusieurs variantes dans la forme mais aussi dans le contenu contribuent à revêtir cette lyrique d'une touche de fraîcheur et de vraisemblance ; peut-être aussi à servir de témoignage du quotidien amoureux d'une certaine catégorie sociale à l'époque. Curieusement, si quelques espaces géographiques, villes, sanctuaires, sont évoqués par leur nom, notamment dans les chansons qui évoquent des pélerinages (cantigas de romaria), les personnages des chansons d'ami, mères, filles, sœurs, amies, ne sont jamais nommés (mis à part de rares cas d'autonominatio de la part du troubadour).

14Les racines populaires du genre, son inspiration non soumise aux traditionnels topoi provençaux, nous font entrevoir des scènes à la saveur simple, dépouillées d'ingrédients courtois. Même si certains thèmes majeurs de la lyrique provençale, comme le regard, peuvent être présents. Dans une très belle chanson de D. Dinis, le roi-troubadour portugais, petit-fils d'Afonso X, le regard joyeux de l'ami à la suite d'un entretien avec la mère de sa belle est de bon augure, et remplit le coeur de la jeune fille de joie :

  • 12 ibid, XXXVII, pp. 38-39.

"El pôs os seus olhos nos meus enton,
quando vistes que xi vos espediu,
e tornou contra vos led'e riio,
e por end'ei prazer no coraçon,
ca, pois que s'el ledo partiu d'aquen
non pôde seer senon por meu ben."12

15Le discours de la mère anime et transforme le regard de l'ami, preuve de son inéluctable pression psychologique, ici favorable, sur le couple d'amoureux. Les regards, eux aussi, passent par la médiation de cette puissante instance familiale, sans l'accord de laquelle toute oeillade amoureuse restera empreinte d'audace, de transgression, ou même d'exclusion.

  • 13 Rodrigues Lapa évoque des lois péninsulaires d'inspiration germanique qui donnaient aux femmes des (...)

16Le pouvoir maternel s'explique essentiellement par le rôle prépondérant joué par la mère dans tout ce qui concerne l'éducation des filles célibataires, de même que par les longues absences de l'homme du foyer, parti à la guerre ou pour travailler13. Les femmes se retrouvent donc toutes seules à la maison. On ne s'étonnera guère ainsi de l'absence du père dans les chansons d'ami, lacune à première vue si énigmatique car il n'est jamais évoqué. La jeune fille célibataire prend sa mère, ses soeurs, ses amies, pour confidentes et n'a jamais recours au pouvoir paternel. La passion, l'amour, restent des affaires exclusivement féminines (on n'en discute pas avec les frères non plus) dont dépend le sort de l'ami. La bonne entente entre mère et fille renforce la relation amoureuse car les deux jeunes gens pourront se regarder et parler à leur aise ou, plus probablement, dans la mesure des convenances morales et religieuses de l'époque.

  • 14 ibid, LXXXV, p. 79.
  • 15 ibid, CCXXI, pp. 246-247.

17En effet il n'est pas rare que la mère devienne une confidente tout à fait complaisante en amour, et incite sa fille à effectuer une démarche susceptible de séduire l'ami ou de soulager les peines amoureuses de ce dernier. Dans une chanson de Joan Nunes, la mère est prête à accourir auprès du malheureux mourant d'amour (un topos fréquent) et demande à sa fille de l'accompagner, alors que l'on s'attendrait à ce que l'initiative vienne plutôt de la principale intéressée : la demoiselle14. Chez Roy Fernandez, lorsque, à la veille du départ du jeune chevalier pour Séville, la fille manifeste le souhait de se rendre auprès de lui, la mère, en toute bonne foi, se déclare partante pour le voyage15.

18Une autre composition nous montre une mère plaintive et déçue parce que le jeune homme ne se meurt plus d'amour pour sa fille ; elle exhorte la dernière à mettre sa belle robe pour gagner à nouveau les grâces du sanhudo :

  • 16 ibid, CCXXXVI, pp. 260-261.

"Ai mia filha, por Deus guisade vós
que vos veja esse fustan trager
voss' amigu' e tod' a vosso poder
veja-vos ben con el estar en cos,
ca, se vos vir, sei eu ca morrerá
por vós, filha, ca mui ben vos está".16

19La mère peut ainsi jouer le rôle de médiatrice dans les amours de sa fille, situation pragmatiquement justifiée si l'on pense aux avantages à tirer postérieurement : un bon parti est synonyme d'un bon mariage, et quelle bonne mère ne le souhaiterait pas ? Elle avait, dans certains cas, tout intêret à enquêter sur le bon déroulement des amours, et à intervenir pour qu'ils puissent arriver à bon terme. Celle-ci, suite à un tout récent refroidissement de rapport, conseille à sa fille de satisfaire dorénavant toute demande de son ami :

  • 17 ibid, CCXXXIX, pp. 216-217.

"Filha, dou-vos por conselho
que, tanto que vos el veja
que toda ren lhi façades,
que vosso pagado seja."17

20Une belle façon de faire pénitence, et pour cause : s'il est parti c'est parce que la mère avait persuadé sa fille de mentir.

  • 18 Cf. Stephen RECKERT, Helder MACEDO- Do Cancioneiro de amigo. - Lisboa : Assirio e Alvim, n/d, p. 9 (...)

21Nous conclurons en soulignant l'importance de l'image maternelle dans les chansons d'ami galiciennes-portugaises, à cause notamment de cet effet de "transition d'expériences et de sagesses" que présupposent ses conseils à une jeune fille souvent inexpérimentée, même si celle-ci parfois les rejette ou s'en moque Stephen Reckert écrit à ce propos : "As duas figuras parecem fundir-se numa sô : o tempo presente da filha é o passado da mae ; o présente da mae pode ser o porvir da filha."18 Mère et fille ne seraient pour ainsi dire que deus maillons d'une sagesse "amoureuse et matrimoniale" ancienne, qui se rénouvelle/actualise à chaque génération, lorsque la mère fait de sa fille le réceptacle de sa propre expérience, et la prépare, instinctivement, à devenir à son tour mère, confidente, geôlière, quand l'ancien ami, devenu époux, lui confie l'éducation de leurs filles. Et alors tout recommencera...

Notes

1 J. J. Nunes dénombre 510 chansons d'ami, attribuées à 88 auteurs différents. Toutes nos références proviennent de sa compilation.
José Joaquim NUNES. - Cantigas de amigo dos trovadores galego-portugueses. - Lisboa : Centro do Livro Brasileiro, 1973, 3 tomes.

2 Sur les résonnances féodales contenues dans les termes "amor" et "amigo" voir : José MATTOSO.- "A difusão da mentalidade vassálica na linguagem quotidiana" in : Fragmentos de uma composição medieval, pp. 149-163.- Lisboa : Estampa, 1987.
José Mattoso y affirme notamment : " (...) os sentidos vassálicos de "amor" e "amigo" dão uma ressonância diferente da que hoje se atribui às cantigas designadas justamente por estes termos. Nao se trata apenas, ou talvez nem sequer se trate ai propriamente de uma relação sentimental ou passional, mas de uma atitude de benevolência, de uma disposiçao para conceder dons e favores, ou para prestar serviços, com um verdadeiro compromisso de fidelidade baseado na promessa ou no juramento. Como é évidente, o modelo institucional desta relação é a homenagem feudal", (p. 162)

3 Des études de Menendez Pidal, Damaso Alonso, Stern et Julian Ribera avancent la possibilité d'une filiation arabe et judéo-arabe. La lyrique galicienne-portugaise, et notamment les chansons parallélistiques, celles qui présentent une facture nettement archaïsante, serait donc une proche parent de l'ancienne poésie arabe et judéo-arabe espagnole : muwwashas et zadjals, dont les refrains finaux, les Khardja. étaient en langue romane. Antonio José Saraiva, critique portugais, a toutefois démontré, récemment, que les Khardja dénotent une perception du monde réel très différente de celle des chansons d'ami (et d'amour), même si des motifs, voire des situations présentes dans celles-ci se retrouvent parfois dans les khardja. Les dernières prennent souvent le corps (lèvres, mains, yeux, cou, etc.) comme source d'inspiration du poème, et introduisent des comparaisons avec des objects concrets (fruits, colliers, formes diverses, couleurs...). Elles emploient aussi fréquemment locutions familières et diminutifs. Tout ceci s'opposerait, en fait, à la poétique schématisée et rustique, un peu austère, sans envolées érotiques, de la lyrique galicienne-portugaise.
V. Antonio José SARAIVA.- A Cultura em Portugal : teoria e história. - Lisboa : Bertrand, 1984, pp. 189-192.
Ramón MENENDEZ PIDAL.- "Poesía árabe y poesia europea".-Bulletin Hispanique, 40, 1938, pp. 337-423.
S. M. STERN. - Les chansons mozarabes. Les vers finaux ("Khardjas") en espagnol dans les "muvashahas" arabes et hébreux.- Palermo : I.F.R., 1953.
A. R. NYKL. - "L'influence arabe-andalouse sur les troubadours".-Bulletin Hispanique. XLI, n° 4, 1939.

4 J. J. NUNES, op. cit., CCLI, pp. 228-229.

5 ibid, CIX, pp. 100-101. Voir aussi D. Dinis XXXIII, pp. 34-35 ; XL, pp. 40-41 ; Airas Corpancho XCV, p. 87 ; Afonso Mendes de Besteiros CLXV, p. 150, Joan Vasques de Talavera CCXI, pp. 90-91, etc.

6 ibid, CCX, p. 190.

7 ibid, CCXCV, p. 269.

8 ibid, CCXIII, p. 192.

9 ibid, XCI, p. 83-84.

10 ibid, CCCCVII, pp. 368-369.

11 ibid, CCCC, pp. 362-363.

12 ibid, XXXVII, pp. 38-39.

13 Rodrigues Lapa évoque des lois péninsulaires d'inspiration germanique qui donnaient aux femmes des pouvoirs substantiels, notamment pendant les absences souvent longues et répétées des hommes. Et il affirme : "O aprofundamento destas duas caracteristicas conduz-nos a um meio rural e burguês, em que por força das circunstâncias e da lei, a mulher desempenhava realmente importante papel. Por força das circunstâncias, porque os cuidados da guerra obrigavam a repetidas ausências do homem, que deixava o lar confiado à companheira, por força da lei porque esta, de inspiraçao germânica, protegia largamente a mulher, solteira ou casada, e dava largos poderes à mãe." M. RODRIGUES LAPA. - Lições de literatura portuguesa : época medieval - Coimbra : Coimbra editora, 1966, p. 149.

14 ibid, LXXXV, p. 79.

15 ibid, CCXXI, pp. 246-247.

16 ibid, CCXXXVI, pp. 260-261.

17 ibid, CCXXXIX, pp. 216-217.

18 Cf. Stephen RECKERT, Helder MACEDO- Do Cancioneiro de amigo. - Lisboa : Assirio e Alvim, n/d, p. 98.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540