Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine épique

Structure et parenté dans Auberi le Bourgoin

Isabelle Weill

Texte intégral

1Auberi le Bourgoin n'exalte pas, comme le Cycle de Guillaume, les harmonieuses relations parentales d'un fier lignage, ne blâme pas, comme chez les Lorrains, les excès terrifiants de la haine entre deux familles, ne chante pas les révoltes de la maison de Mayence. La thématique parentale est à la fois plus originale sur le plan littéraire et peut-être plus réaliste par rapport à la réalité historique du temps : une querelle lignagère cause la perte de l'ensemble des héritiers de la Bourgogne et de la Bavière ; il ne reste que les fils de la fille bâtarde pour relever la lignée et rééquilibrer le système structurel du texte.

  • 1 Pour la bibliographie, consulter SENEFIANCE n° 25, 1988, p. 492, notes 1 et 2.

2Le personnage éponyme de la chanson1 est d'abord connu en temps que personnage secondaire du Cycle des Lorrains, dans les chansons de Garin et du début de Gerbert. Ce fils d'une soeur de Garin est un membre du lignage d'une fidélité à toute épreuve, on place en lui une confiance absolue, comme le souligne Gerbert :

  • 2 Gerbert, éd. Taylor, v. 80.

"Mes cousins estes, a voz me doi tenir."2

3Lorsque Gerbert oppose la parenté de Fromont (Fromont est à la fois le neveu du traître Alori et du traître Galain, connu pour avoir tué son parrain dans une église et étranglé son cousin germain) à celle de son père Garin, il ne manque pas de donner parmi la parentèle une place de choix à Auberi :

  • 3 id., v. 4885 sq..

"Si fu ses niers le Bourguignons Aubris,
Li bons vassax qui tant painne et souffri,
Qui tant estors et tant agaiz basti
Pour guerroier ses mortez anemis"3

4La narration d'Auberi maintient le caractère fondamental du Cycle originel, la confiance du héros dans son lignage, confiance bien mal placée en l'occurrence car le narrateur a transposé structurellement la querelle entre deux lignages en querelle interne, sujet jamais encore traité qui paraît une anomalie flagrante, un écart contre la norme heurtant la conscience littéraire dans le cadre de la Geste.

  • 4 "Cil li affie son neveu a tuer.
    Elle l'en cort par amor acoler.
    Or ne sai ge la ou se puet fier
    Quant (...)
  • 5 "Bien sai, biaus fils, qu'a mort estes livrés,
    Tu n'eres point servis ne honorés,
    Ains t'ocira Henri (...)

5Comment, dans un monde perverti dominé par les tentations de la chair, du pouvoir, de l'argent, un monde à l'envers où le meurtre sert de structure d'échange, où l'oncle veut tuer le neveu dont il a juré d'assumer la charge (ce que le narrateur dénonce en plein récit comme un scandale à peine croyable4), comment assurer la cohésion structurelle de l'histoire d'un héros en proie à la haine générale, histoire qui doit évidemment avoir non seulement un début logique mais une cohérence continuelle assurée dans la narration (le héros devrait mourir dès le troisième folio5) et une clôture vraisemblable ? Voilà le problème qui a dû se poser à un narrateur en mal de composer une histoire familiale dont l'unité était fondée non plus sur l'amour mais sur la haine, problème qui n'a pu se résoudre que par une série de transgressions récurrentes avant de pouvoir aboutir à un fin classique : la deuxième mort du père, un mariage et une naissance dans un monde réconcilié.

  • 6 cf. C. Levi-Strauss, Anthropologie structurale, chapitre II, Langage et parenté, l'analyse structu (...)
  • 7 cf. W.O. Farnsworth, Uncle and Nephew in the Old French Chanson de Geste, New York, 1913.
    Farnswort (...)

6C. Lévi-Strauss, en étudiant les structures de parenté6, a montré le rôle important de l'oncle maternel dans les sociétés primitives : si l'oncle maternel est un personnage positif, ce qui est le schéma le plus fréquent (c'est le schéma habituel de la Geste, illustré par les personnages de Charlemagne, Guillaume et Garin), le père dans ce cas est un personnage plus négatif7. Nous ne nous étonnerons pas de voir le schéma inverse se mettre en place dans Auberi.

  • 8 pour la chanson perdue du larron Basin, consulter G. Paris, Histoire poétique de Charlemagne, Pari (...)
  • 9 "Trop tost morut a son fil Auberi
    Elas !, dolent, si tost mar la perdi ! " f° 1b
    Le narrateur retrou (...)
  • 10 Dans les sociétés primitives, un mariage hypogamique est toujours un mauvais mariage.
  • 11 Les alliances ont le pouvoir de résoudre les antagonismes : Garin, Guillaume et même Roland ont au (...)
  • 12 "L'aignel resemble qui joe a Isengrin :
    Il n'i avoit ne parent ne cousin
    Qui nel vousist ocire le ma (...)

7Le début de la chanson note un état d'équilibre : Basin de Genève (un des douze pairs, mais aussi le larron Basin, sauveur de Charles8) a reçu du roi reconnaissant une épouse, Erembourg, et une terre, Genève et la Bourgogne ; Erembourg meurt peu d'années après la naissance de leur fils Auberi et le narrateur présente cette mort comme la première catastrophe familiale frappant le héros9. Basin se remarie avec Hermesent, qui ne lui apporte rien en dot10. Cette méchante belle-mère, femme fatale douée d'une séduction fort inquiétante, attise la haine larvée d'Henri d'Autun, frère de Basin et d'Oedes de Langres, frère de la morte, ainsi que la haine ouverte du roi Desier de Pavie (oncle de Gerin, un traître envers Charles, dénoncé par le larron Basin) et les séduit tous trois par des promesses (richesses, terres, amour et mariage). La haine de Desier est compréhensible et clairement inscrite dans le texte, mais que penser de la haine des deux beaux-frères, les oncles d'Auberi ? Le voleur qu'était Basin a-t-il obtenu un mariage trop au-dessus de sa condition dans l'espace généalogique ? Le fait que cet homme déjà âgé (sa fille bâtarde a l'âge de ses épouses) faible devant sa seconde femme, privé de parentes à échanger,11 n'ait qu'un fils encore enfant, excite-t-il les convoitises ? On ne saura pas à quel moment l'élément de désordre a été introduit dans le système mais c'est lorsque Basin se remarie que s'instaure un déséquilibre tragique dans un univers désormais chargé de modalités négatives : Auberi va voir se retirer devant lui de façon progressive certes, mais quasi totale, les systèmes de références familiales et sociales qui auraient dû le protéger12.

  • 13 les oncles méchants sont fréquents dans les chroniques mérovingiennes ; Farnsworth, op. cit., note (...)

8Auberi est donc doté d'un père aimant et tendre qui n'hésite pas, en partant à la chasse, à le recommander à la vigilance de son épouse et de son frère, alors que le héros a déjà douze ou quinze ans. Basin ne se résoud à le confier à son frère Henri (l'oncle paternel, ce qui s'oppose à la thématique habituelle dans les chansons de geste) que lorsque Hermesent menace de quitter la couche conjugale si elle n'est pas débarassée de la vue de l'enfant. Le destin de Basin est ensuite rapidement scellé : attaqué par Desier, trahi par sa famille et jeté en prison, le père ne peut plus que se lamenter sur le sort de son fils dont il pressent la mort inéluctable. Basin sort définitivement de scène mais ces prédictions pessimistes ne se réaliseront pas : le jeune Auberi va échapper aux pièges tendus par sa perfide parenté.13

9Voilà Auberi nourri chez son oncle, mais le récit (récit rarement inscrit dans les textes) va se révéler être un négatif de la réalité du temps : l'enfant n'est jamais peigné ni lavé, il a des draps déchirés, pas de couettes, pas d'oreiller dans son lit, seulement deux chiens de compagnie, l'un devant et l'autre derrière, en guise de couverture. Il ne reçoit aucune marque de tendresse, son oncle ne lui donne pas de cheval, ne lui apprend pas à se servir de ses armes (il apprendra tout seul en regardant les autres) et ne l'enmène jamais chasser. A table, il n'est jamais assis en premier, on le boute, on le repousse au bout de la table, on ne lui passe pas les plats et les chevaliers qui ont connu son père en sont réduits, pour le secourir, à lui jeter des morceaux de pain, voire des pains entiers en cachette. Ses deux cousins le réveillent chaque matin aux aurores, le battent soi-disant pour rire, le blessent et l'obligent à se livrer à des compétitions de saut en longueur, sur le tas de fumier, dans lequel ils ont préalablement dissimulé des couteaux, la pointe en l'air. Auberi leur échappe, décide de se plaindre auprès de son oncle qui lui garantit que, pour sa punition, il sera battu deux fois plus que par le passé. On comprend que l'enfant sentant sa vie menacée se procure une guisarme (achetée en échange du stock de pain dissimulé sous son lit) et, sur le fumier, assassine les deux cousins.

  • 14 Auberi vient de jurer qu'il se vengera des gens qui ont laissé mettre son père en prison :
    "Huedes (...)
  • 15 "Ja est mes oncles Oedon et mes amis
    Et si dui fil sont mi germain cosin :
    Je sui par aus si duremen (...)

10Contraint à la fuite, il trouve refuge chez Oedes de Langres, son oncle maternel qui hypocritement l'assure de son aide14, alors qu'il ne songe qu'à se débarasser de lui et que, la nuit même, il envoie ses deux fils égorger leur cousin. Auberi est prévenu à temps ; il se refuse d'abord à croire à une pareille perfidie15, mais se trouve contraint de tuer cette deuxième série de cousins. Ce double meurtre nocturne, commis dans le château de l'oncle hôte, passera pour une trahison et Auberi ne pourra que fuir à nouveau.

11Le héros s'engage comme soudoier auprès du roi Orri de Bavière, menacé par des invasions sarrasines mais les fils d'Orri, persuadés par des losengiers qu'Auberi essaye de séduire leur mère Guibour et leur soeur Seneheut (ce en quoi ils n'ont pas vraiment tort), entreprennent, sous le prétexte d'une joute amicale, de mettre fin aux jours de l'intrus ; une nouvelle fois Auberi va tuer les héritiers de ses alliés naturels. Le scandale dépasse cette fois le scandale lignager : Auberi a assassiné les fils de la femme qu'il aime (elle le lui pardonne aussitôt), les neveux du comte Baudoin de Flandres (qui ne cessera jamais de le lui reprocher), les propres neveux du roi Pepin le Bref (Guibour se trouve être sa soeur germaine) ; le scandale dépasse même les bornes du royaume (les bandits des Ardennes en sont informés) et les bornes de la Chrétienté (les rois sarrasins en font reproche au héros lors des défis).

  • 16 Auberi et Gasselin, qui ont pourtant à peu près le même âge, sappelleront toujours respectivement (...)

12Pour stabiliser ce système (à la réciprocité des meurtres échangés va succéder la réciprocité des alliances matrimoniales), le narrateur a été obligé de concéder des alliés à son héros, mais il faut noter que ce n'est que par l'intermédiaire des femmes que lui parviennent les secours. Sa soeur Erembour, une fille de bast de Basin, sûrement beaucoup plus âgée qu'Auberi, lui confie en guise de compagnon, son fils Gasselin, un chevalier nouvel. Quoique ce soit par l'intermédiaire de la bâtardise, Auberi et Gasselin vont réaliser l'union totale d'un oncle maternel aimant et d'un neveu fidèle16. Tout au long du récit, Gasselin ne cessera jamais d'affirmer qu'il ne trahira jamais son oncle :

"Ne lui faurai, tant com je soie vis..."
"Je sui vos niés, je ne vos faudra ja..."17

  • 17 Il s'agit donc d'une cousine parallèle matrilatérale, et c'est une relation de parenté similaire d (...)
  • 18 Mais, si l'on admet que Fouquerré est bien le mari d'une soeur de la mère d'Auberi, le secours vie (...)

13Auberi reçoit donc de l'aide dans le chastel d'Ermenal Mesnil, la demeure de sa soeur, du mari de cette dernière, Raoul, le seul à ne pas avoir trahi Basin, mais il est également aidé dans les châteaux des traîtres : à Langres, une cousine (fille d'une soeur de sa mère Erembour et17 d'Oedes, le maître de maison) le prévient des intentions meurtrières de l'oncle et des cousins ; dans le chastel de Vimer, sur l'ordre de sa mère Mahaut, le jeune Gautier trahit son père Anseïs, vassal d'Oedes, pour porter secours à Auberi ; seul Fouquerré, un beau-frère d'Oedes,18 aidera de lui-même son ancien seigneur en voyant son désespoir devant la perte de son cheval Blanchart. Grâce à ses appuis, Auberi échappe aux dangers successifs qui le guettent, tentation du suicide comprise ; en effet comment pourraît-il vivre avec une famille qui le hait "de la teste perdant" ? :

  • 19 ms. R 84.

"Je n'ai ja niés ne parent ne cousin
Qui ne vousist que noies fust el Rin !"19

14Que faire ? La logique intertextuelle voudrait le voir reconquérir son pays et sauver son père ; Gasselin le lui conseille quatre fois au cours du récit mais, au bout d'environ dix ans d'errance, rien n'est accompli car l'exilé cherche d'abord à se trouver une femme : chose qui fait scandale aux yeux du monde, il courtise les femmes mariées, la reine de Bavière, la comtesse de Boulogne qui voudrait même lui faire assassiner son mari pour l'épouser ; il ne s'agit dans le texe que de tentatives d'adultère mais cette "lècherie" est multipliée au centuple dans les propos des adversaires d'Auberi : le roi sarrasin de Gafre, Oedes de Langres et ses alliés, les bandits des Ardennes, les barons de France, tous affirment que le malheureux est un fornicateur avéré, qui depuis sa plus tendre jeunesse déshonore la parenté de ses hôtes en la personne de leurs épouses et des filles de la maison.

15Grâce à Gasselin, Auberi renonce à la perfide comtesse et peut épouser la reine Guibour, devenue fort opportunément veuve à la suite de nouvelles invasions sarrasines. Fouquerré et Gautier lui obtiennent la soumission d'Oedes de Langres et Gasselin l'empêche de tuer le perfide :

  • 20 ms. R 184.

"Il est vostre oncles, conment qu'il ait erré.
Se l'ocïes, il vos iert reprouvé."20

16Auberi se rend de bonne grâce aux exigences de Gasselin qui demande comme un dû à son oncle maternel la main de sa fillastre Seneheut. Avant de célébrer ce deuxième mariage, on envoie Gasselin pacifier la Bourgogne, battre Desier et ramener à Genège les ossements de Basin mort en prison. La première partie de la chanson s'achève sur une nouvelle configuration : une tombe (mais c'est le descendant bâtard qui a vengé le père), un couple dissonant constitué d'une femme mûrissante et d'un homme d'environ vingt-cinq ans ; un deuxième couple (le vengeur du père et l'héritière d'Orri) ; il y a un couple de trop dans le royaume de Bavière. .. Le système pourait rester stable car les tensions se présentent comme cristallisées. Guibour, certes, est bien vieille mais Auberi, le narrateur et les narrataires le voient avec d'autres yeux ; le jeune mari a tué les deux fils de son épouse mais cela semble bien oublié ; le mariage hypergamique est une bonne union et les barons de Bavière, le suzerain Pépin le Bref vont approuver ce mariage célébré à la sauvette, ainsi que l'union projetée entre les jeunes. Gasselin aime beaucoup trop son oncle pour tenter de le supplanter sur le trône et le narrateur a toujours la possibilité de le renvoyer en Bourgogne toujours en révolte depuis le départ du duc.

17Le système n'est donc pas en état de turbulence mais toute la combinatoire va être remise en question par l'intrusion d'un traître, Lambert d'Oridon, le seul à percevoir à quel point l'ordre social et familial est peu respecté en Bavière. Nul ne s'étonnera que ce ne soit pas un membre du lignage : tous sont morts... Mais, tenté par l'amour intense qu'il éprouve pour Sénéheut et pour son héritage, le traître va alléguer une fausse parenté pour se faire admettre dans l'amitié d'Auberi, fausse parenté qui va fournir la charnière manquante au système structural du narrateur.

  • 21 Lambert se présente d'emblée comme un cousin d'Auberi (ms. R 203), puis une nouvelle fois comme un (...)
  • 22 cf. note 16 ; "l'enchanteur" connaît la force des mots.

18Ce chevalier-bandit des Ardennes descend d'un père voleur, Thiebert d'Orion, il est riche grâce à ses vols, puissant, entouré de neveux et de niéces. Cet enchanteur à la parole séduisante va se rendre en Bavière raconter qu'il est le neveu de l'oncle du père d'Auberi21. Tout en appelant continuellement notre héros "cousins"22, "sire cousins", il va couvrir Auberi, Guibour et Sénéheut (Gasselin est en Bourgogne) de cadeaux, cadeaux trop magnifiques pour entrer dans le système de prestations alternatives assurant le mécanisme de la vie sociale ; cette munificence excite l'inquiétude des femmes, pas celle d'Auberi qui persiste à penser qu'un cousin ne peut le trahir :

  • 23 ms. R 208 v°.

"Mes cousins est, sel doi avoir moult chier.
De ce que j'aim me volés eslongier."23

19Le dit cousin l'enmène dans son repaire ardennais, le château d'Oridon sous le prétexte fallacieux de lui en confier la garde pendant un pèlerinage au Sépulchre. Il le sépare de ses hommes, l'enivre, tente de l'inquiéter en lui suggérant que Guibour et Gasselin veulent se déba-rasser de lui :

  • 24 id. 213 et 214.

"En vostre cuer vos poés porpenser
De la roïne Guibour o le vis cler ;
Ce fu folie, cousin, de l'espouser.
Quant ses .II. Fius li feïs afoler !
Cuides tu ore qu'el te doie amer ?
Un de ces jors te fera enherber ;
S'el en a aise, ce croi je, sans fauser
Et a sa fille veus ton neveu donner !
Trop te veus ore er lignaige mesler :
Il te feront de la terre jeter.
C'est une chose dont moult me puet peser.
Je nel porroie sousfrir ne endurer."24

20Il voudrait lui faire croire que la reine est trop vieille pour lui et aimerait le séduire en lui montrant l'aînée de ses deux nièces :

  • 25 id. 213.

"Iceste fu an ma suer engendree ;
Je l'ai nourrie et bien endoctrinee,
Bele est et jente et bien encoulouree.
Sire cousin, quel fu vostre pensee
Quant vielle fenme presis a espousee ?
Je ne di mie Guibors ne soit senee, Mais trop est vielle et froncie et fardee ;
Chascun jor est et baignie et et trifee,
Mais ne li vaut, sa biautés est alee.
Sire cousins, con male destinee
Quant une vielle s'est de vos mariee !
C'est une chose qui moult me desagree."25

  • 26 Mme E. Baumgartner m'a indiqué, pendant le colloque d'Amiens consacré à la Croisade, que, dans la (...)

21Toutes ces tentatives échouent et le traître monte une mise en scène afin de faire croire dans le château (personne n'est vraiment dupe) qu'Auberi, fidèle à sa réputation de "lecherie", a "violé, depucelé" ses deux nièces pendant une nuit d'orgie. Le malheureux ne peut prouver son innocence et, craignant pour sa vie offre son cheval Blanchart en guise de compensation26 ; Lambert refuse, exige tout autre chose :

  • 27 id. 217 v°.

"Autre avoir ai en vostre cort choisi :
En ton ostel as tel oisel nourri,
Escharnis es, se je n'en sui saissi.
- Quel chose est çou, sire, dist Auberi.
- Ce est la fille au riche roi Ouri.
Douner li vieus Gasselin a mari,
Donnés la moi, si remandrons ami..."27

  • 28 in Les structures Elémentaires..., p. 153.

22Nous sommes bien dans le schéma décrit par Levi-Strauss28 : on n'échange pas une femme contre un bien, on échange une femme contre une femme (les cadeaux n'étant qu'une des modalités de l'échange). Lambert s'est conduit comme l'oncle maternel qui conduit le prétendant chez sa propre nièce et qui demande immédiatement en compensation, pour lui en l'occurrence, non pour son neveu maternel comme certains oncles plus altruistes, la main d'une autre femme. Seulement il faut donner, constate toujours Levi-Strauss, à qui possède un titre à recevoir : le déséquilibre dynamique créé par Lambert ne peut être résolu par une alliance car le traître revendique une femme d'un statut indûment élevé, la propre nièce du roi de Saint-Denis, Pepin le Bref Cette inégalité est un facteur de rupture et le héros qui, dans un premier temps, a dû livrer ainsi sa belle-fille et trahir son épouse et son neveu, parvient à récupérer Sénéheut, à se réconcilier avec la famille et à assurer le mariage promis ; il porte aussitôt après plainte devant son beau-frère, le roi de France.

23Gasselin a donc épousé la "fille" de son oncle maternel donc sa "cousine croisée matri latérale, ce qui représente, dans toutes les sociétés anciennes, le meilleur type possible de mariage, le traître est assiégé dans Oridon par une coalition de Bourguignons, de Bavarois et de Français... Seulement Lambert achète Pépin (le thème du roi vénal vient des "Lorrains") et le souverain, cédant à la convoitise, trahit sa soeur, son beau-frère, sa nièce et le mari de cette dernière, accorde un sauf-conduit à Lambert, oblige Auberi à faire la paix (Gasselin a dû repartir pacifier la Bourgogne).

  • 29 éd. Moignet, Bordas, 1969, vv. 1992-2009.

24Voilà les deux "cousins" ennemis, Lambert et Auberi, liés solidairement, l'un par le serment que sa loyauté l'oblige à respecter et...par l'attrait plus que trouble qu'il éprouve pour le traître, et l'autre, parce qu'il sait bien qu'Auberi le garantira contre Gasselin même. Gasselin poursuit Lambert, Auberi protège la fuite de Lambert, lui donne son cheval afin qu'il puisse fuir au plus vite et Lambert se résoud à ne pas tuer tout de suite Auberi. Comment résoudre le conflit structurel créé par cette triple connexion imprévue ? Le narrateur n'a pu y parvenir que par une nouvelle transgression, la plus tragique que l'on puisse imaginer, afin d'assurer la disparition d'Auberi devenu gênant pour la narration. Gasselin a rejoint les deux nouveaux alliés aux portes de Paris et projette de tuer Lambert le lendemain matin (on lui a décrit les vêtements que portait le traître) ; mais Lambert, prévenu par des espions, s'empare, avant le lever du jour, du manteau d'Auberi, assez amusé, finalement, par cet échange qu'il impute à de l'étourderie. Dans l'église de Saint-Denis, en pleine messe de prime, le neveu tue par derrière son oncle, l'homme qu'il aimait le plus au monde. C'est bien la seule chanson qui mette, jusqu'à son plein achèvement, ce motif en scène, motif déjà esquissé dans le "Rolant" (Olivier, les yeux troublés par sa mort prochaine, frappe Roland, qu'il n'a pas reconnu, mais sans le blesser29).

25Gasselin est désespéré du "plus mortel pesché" que le traître lui a fait commettre ; il parvient à se venger définitivement de Lambert mais cela ne fait qu'attiser le scandale, car Lambert avait un sauf-conduit du roi. Toutefois Guibour ne venge pas la mort de son mari : Gasselin est le mari de sa fille ; Pépin ne venge pas la mort de Lambert car l'abbé de Saint-Denis, les barons de France, sa soeur Guibour lui représentent qu'il est l'époux de sa propre nièce et que la mort d'un parent aussi puissant affaiblirait le royaume.

  • 30 cf. F. Castets, éd. La Chanson des quatre fils Aymon, Montpellier, 1909 : les fils de Renaut affro (...)

26Le dernier neveu de Lambert achète à son tour Pépin, mais il n'obtient qu'un duel judiciaire, duel qui voit deux clans lignagers se dresser une fois de plus l'un contre l'autre, comme dans le Cycle du Roi où les traîtres sont toujours solidaires les uns des autres (deuis l'épisode final du "Rolant") : nous avons d'un côté les Bourguignons ayant survécu au drame familial, les grands-oncles de Gasselin, Oedes de langres et Henri d'Autun, et ses parents qu'il n'a pas revus depuis son départ, Raoul et Erembour d'Ermenal Mesnil, qui font avec joie la connaissance de Guibour et de Seneheut. Mais cette famille est agrandie pour les besoins de la nouvelle thématique : Gasselin n'est plus le fils d'une bâtarde mais un princier, ostagié par les pairs de France selon les exigences de Pépin, le comte de Blois, le comte du Perche et Thibaut de Champagne ("Et cil tenoit Gasselin a parent"). En face le neveu de Lambert, Elynant a rassemblé tous les "parens de Guenelon", Alori, Heudri, Rainfroi (la liste diffère selon les manuscrits). On peut remarquer que, par exemple dans la dernière partie des "Quatre Fils Aymon", ce sont les fils des héros qui se battent contre les fils des traîtres ; ici il s'agit pour chaque neveu de venger son oncle maternel.30

27Tout rentre dans l'ordre, le cycle des vengeances est fermé ; la deuxième partie, comme la première, se clot sur la vision d'une tombe ; le sarcophage de Saint-Denis répond au sarcophage de Genève, le père et le fils se retrouvent dans la mort mais la chanson se termine sur l'annonce de la naissance d'un héros qui sera un modèle de fidélité, Naimes de Bavière.

28Des relations de parenté marquées par une distorsion initiale ont donc servi à structurer une oeuvre du genre apocalyptique : un début terrible, une fin épouvantable laissent place à une promesse de renouveau. Mais le narrateur de "la Chanson d'Auberi le Bourgoin" tout en refusant par souci d'originalité intertextuelle la traditionnelle lutte interlignagère, a inconsciemment retrouvé le plus vieux schéma structurel des sociétés humaines, l'union d'un neveu et d'un oncle maternel (cette union étant une des conséquences de la prohibition de l'inceste, fondement de toute société primitive). Cette parfaite amitié est détruite par la mort oedipienne de l'oncle-père, mais cette mort est rachetée dans le cadre féodal de la Geste.

GENEALOGIE D'AUBERI LE BOURGOIN

GENEALOGIE D'AUBERI LE BOURGOIN

Les noms des quatre héros sont encadrés : Auberi et Guibourg, Gasselin et Seneheut Nous avons pincé une croix sous le nom des cousins qu'Auberi a tués
Le rattachement d'Erembourg et d'Orri aux enfants d'Hervis de Mez vient de la Geste des Lorrains sans qu'il en soit jamais question dans Auberi le Bourgoin

Notes

1 Pour la bibliographie, consulter SENEFIANCE n° 25, 1988, p. 492, notes 1 et 2.

2 Gerbert, éd. Taylor, v. 80.

3 id., v. 4885 sq..

4 "Cil li affie son neveu a tuer.
Elle l'en cort par amor acoler.
Or ne sai ge la ou se puet fier
Quant l'oncle velt le neveu afoler. "
ms. BN fr. 24368, f° 1c en bas.

5 "Bien sai, biaus fils, qu'a mort estes livrés,
Tu n'eres point servis ne honorés,
Ains t'ocira Henri li desfaés
Car d'Ermesent en a esté loués.
Quant il savront q'a mort ere livrés,
Auberi fix, tost serés affolés ! "
id., f°3b en haut.

6 cf. C. Levi-Strauss, Anthropologie structurale, chapitre II, Langage et parenté, l'analyse structurale en linguistique et en anthropologie, p. 55-62 (Plon, 1958) et du même auteur, les Structures élémentaires de la parenté, Paris, 1967 ; voir entre autres le chapitre XVII, Limites externes de l'échange généralisé.

7 cf. W.O. Farnsworth, Uncle and Nephew in the Old French Chanson de Geste, New York, 1913.
Farnsworth constate qu'Auberi se démarque de la thématique intertextuelle de la Geste, mais il n'a pas compris que cet écart fondait un renouvellement de la structure.

8 pour la chanson perdue du larron Basin, consulter G. Paris, Histoire poétique de Charlemagne, Paris, 1905, pp. 72-73, 315, 322, et notes, ainsi que pour les versions étrangères, p. 103, 127, 128, 136, 142, 315 et notes. On peut lire aussi le début de la Karlamagnus Saga, dans la traduction en anglais de Hieatt.

9 "Trop tost morut a son fil Auberi
Elas !, dolent, si tost mar la perdi ! " f° 1b
Le narrateur retrouve un thème ancien : être orphelin est une calamité dans les sociétés primitives ; cf. C. Levi-Strauss, op. cit. n° 2, p. 46.

10 Dans les sociétés primitives, un mariage hypogamique est toujours un mauvais mariage.

11 Les alliances ont le pouvoir de résoudre les antagonismes : Garin, Guillaume et même Roland ont au moins une soeur.

12 "L'aignel resemble qui joe a Isengrin :
Il n'i avoit ne parent ne cousin
Qui nel vousist ocire le matin,
Ances la nuit, qu'atendre le matin... " f°1 c

13 les oncles méchants sont fréquents dans les chroniques mérovingiennes ; Farnsworth, op. cit., note que, si on trouve un oncle félon dans Huon de Bordeaux, ce n'est pas un thème fréquent dans notre littérature ; c'est en revanche, précise-t-il, un thème souvent traité dans la littérature populaire anglaise, fait qui m'a été confirmé par un informateur personnel dont la mère était anglaise. cf. op. cit., p. 45 et 108.

14 Auberi vient de jurer qu'il se vengera des gens qui ont laissé mettre son père en prison :
"Huedes l'entent, de fausse bouche a ris :
"Biax niés, dist il, preus estes et hardis,
Bien requerrés vos mortels anemis.
Ne vos faudrai tant con je soie vis ! "
ms. Rome, Reg. lat. 1441, f° 5 v°.

15 "Ja est mes oncles Oedon et mes amis
Et si dui fil sont mi germain cosin :
Je sui par aus si durement joïs
Ne me faudront tant que je soie vis. " id. 6 v°.

16 Auberi et Gasselin, qui ont pourtant à peu près le même âge, sappelleront toujours respectivement oncle et neveu. C. Levi-Strauss ("L'analyse structurale en linguistique et en anthropologie", in Word n°2, 1945) note que les individus qui utilisent des termes de parenté se sentent tenus les uns par rapport aux autres à une attitude et à une conduite déterminée ; les appellations assurent donc la cohésion d'un groupe social étant donné qu'un système de parenté n'existe en fait que dans la conscience des hommes.

17 Il s'agit donc d'une cousine parallèle matrilatérale, et c'est une relation de parenté similaire de celle de soeur, entraînant la prohibition de l'inceste.
Dans la suite du texte (uniquement dans la famille des ms. R, H, C), Auberi est accusé d'avoir violé la fille de Fouquerré (ms. R 160 v°, 173 286 ) ; Fouquerré est l'oncle de Joseran et de Huedon de Langres, et comme il se reconnaît comme l'ancien vassal de Basin et d'Auberi, on peut supposer que c'est le mari d'une soeur d'Oedes et d'Erembour femme de Basin et non pas un frère de la femme d'Oedes.
Cette scène pourtant totalement dépourvue d'ambiguïté pourrait être à l'origine de la réputation d'Auberi en tant que "legier home", réputation qui n'est pas absolument confirmée dans le texte.

18 Mais, si l'on admet que Fouquerré est bien le mari d'une soeur de la mère d'Auberi, le secours vient toujours du côté matrilatéral.

19 ms. R 84.

20 ms. R 184.

21 Lambert se présente d'emblée comme un cousin d'Auberi (ms. R 203), puis une nouvelle fois comme un cousin et proche parent, avant de préciser :
"Ne savés mie por quoi je vous ai chier ?
Vous fustes fius Basin le droiturier
Et je sui niés Erchenbaut le princhier,
Oncles vo pere qui tant fist a proisier.
De mes amis estes vos li plus chier ;
Por ce me vieg a vos ça acointier,
Qu'en mon lignaige ne sai tel chevalier. " R 205
Farnworth (op. cit., p. 160) note la fréquence des gens qui se présentent en disant qu'ils descendent d'un oncle et précise que la relation oncle-neveu est souvent la seule indication généalogique ; il fournit toute une liste de neveux célèbres.
La "parenté" d'Auberi et de Lambert ne sera jamais expressément mise en doute ni par Auberi ni par un membre de sa famille ; une parenté alléguée semble finalement aussi vraie qu'une parenté réelle.

22 cf. note 16 ; "l'enchanteur" connaît la force des mots.

23 ms. R 208 v°.

24 id. 213 et 214.

25 id. 213.

26 Mme E. Baumgartner m'a indiqué, pendant le colloque d'Amiens consacré à la Croisade, que, dans la Chanson de Jerusalem, le désir de chevaux remplaçait le désir de femmes, les Sarrasines étant exclues de ce type de texte.

27 id. 217 v°.

28 in Les structures Elémentaires..., p. 153.

29 éd. Moignet, Bordas, 1969, vv. 1992-2009.

30 cf. F. Castets, éd. La Chanson des quatre fils Aymon, Montpellier, 1909 : les fils de Renaut affrontent les fils de Foucon de Morillon (tué par leur père), de la parenté de Grifon de Hautefuelle et de Ganelon ; v. 17297-17800.

Table des illustrations

Titre GENEALOGIE D'AUBERI LE BOURGOIN
Légende Les noms des quatre héros sont encadrés : Auberi et Guibourg, Gasselin et Seneheut Nous avons pincé une croix sous le nom des cousins qu'Auberi a tuésLe rattachement d'Erembourg et d'Orri aux enfants d'Hervis de Mez vient de la Geste des Lorrains sans qu'il en soit jamais question dans Auberi le Bourgoin
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Université de Paris-X Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540