Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine épique

L'enfant, le lignage et la guerre dans Girart de Roussillon

Alain Labbé

Texte intégral

  • 1 Voir l'article de R.R. BEZZOLA, "Les Neveux", dans Mélanges Jean Frappier, Genève, 1970, t. I, pp. (...)

1Les héros épiques apparaissent en général solidement insérés dans le double réseau des relations familiales et des relations vassaliques, dont les mailles se recouvrent et s'entrecroisent étroitement. Cette double structure, où la trame de la parenté au sens le plus étendu, incluant les plus lointains cousinages, se superpose à celle des liens féodaux, est toujours nettement valorisée par les poètes, avec une insistance qui exprime à la fois la volonté de stylisation embellie du mode de vie aristocratique et le reflet de la réalité médiévale. Elle est, à côté de L'Église et en relation avec elle, la seule garantie possible de sécurité et de mutuelle assistance, le seul recours et en définitive le seul ordre concevable en un monde où Les notions de liberté et de bonheur individuels n'interviennent que fugitivement. Cette situation d'étroite interdépendance familiale et sociale suscite des valeurs qui comptent parmi les vertus épiques majeures : fidélité du vassal, largesse du suzerain, solidarité au sein du lignage comme à l'intérieur de la mesnie, loyauté des fils et plus souvent encore de ces neveux omniprésents dans l'épopée, qui a si largement privilégié la relation avunculaire1.

  • 2 Voir la Postface de la traduction de Bernard GUID0T (Nancy, Presses Universitaires, 1986), en part (...)

2Mais les poètes épiques n'ont pas pour autant dissimulé le revers de cet ordre social fondé sur l'imbrication des solidarités familiales et féodales. S'ils en ont exalté les valeurs positives, ils ont montré aussi combien ces liens noués pour établir des îlots de sûreté au milieu d'une société violente sont susceptibles d'engendrer et de pérenniser en retour la violence. Au sein du groupe constitué par le jeu des fidélités et des dépendances, nul n'est libre de refuser de s'associer à l'offense ou au préjudice subi par un autre de ses membres, nul ne peut se soustraire au devoir d'en poursuivre la vengeance, et les générations nouvelles ne sauraient se dérober à son accomplissement. L'épopée est ainsi peuplée de fils nés pour venger leurs pères, autant que de sages conseillers entraînés malgré eux dans la guerre après avoir en vain préconisé la paix. Mieux que tout autre peut être, et avec la singulière amertume d'une lucidité désabusée et pourtant jamais lasse d'enregistrer de nouveaux massacres, le poète de Garin le Lorrain a su démonter le mécanisme de l'inextinguible enchaînement des hostilités, qui fait de la moindre escarmouche survenue en un maillon quelconque de la chaîne des solidarités de famille et de vassalité le prétexte d'un nouvel affrontement entre deux clans2.

3Poème nourri d'une réflexion politique plus mûre, Girart de Roussillon développe le même constat pessimiste mais l'oriente vers une conclusion positive, celle du lumineux final placé sous le signe de la :

  • 3 " ... sainte humilité triomphante, toute resplendissante de blancheur". Nous citons le texte d'apr (...)

"..... sainte humilitat tote sobror, 9420
Blanche, resplendissant d'une color,"3

  • 4 Sur l'idéal de paix chrétienne qui anime le poète du Girart et qui s'épanouit en particulier dans (...)

4où s'instaure enfin une paix durable entre les lignages ennemis et où, les guerres achevées, "les œuvres commencent"4. Mais de quel prix cette paix doit-elle être payée ! Il ne suffit pas que les longues années de combats toujours renaissants aient décimé les troupes de Girart comme celles du roi Charles, il faut encore que s'accomplisse l'acte cruel entre tous qui seul éteint les hostilités en même temps que s'éteint la lignée : le meurtre du fils unique de Girart. Il y a là un de ces exemples limites, comme seules peuvent en offrir les oeuvres littéraires grâce à leur pouvoir de réfraction des faits de civilisation, qui éclaire mieux que bien des documents historiques la place de l'enfant dans la société aristocratique médiévale. Gage de la continuité qui pérennise la transmission familiale de la terre et des honneurs, il est l'héritier des fiefs en même temps que des conflits qui s'y enracinent. Il est si bien voué à la guerre, quand il ne l'est pas à l'Église, que son existence même peut signifier, comme celle du petit Thierry, fils de Girart, la certitude que rivalités et vengeances ne s'éteindront pas. En un paradoxe qui n'est qu'apparent, l'image toute d'innocence de l'enfant en bas âge aux bras de son père, bien loin d'évoquer l'idée de paix qu'y lirait sans nuance la sensibilité moderne, a pu représenter la promesse de la guerre privée étendue à une génération nouvelle.

5Pour comprendre cette scène saisissante aussi bien par l'intensité de son contenu dramatique que par la beauté de sa forme poétique, il convient de faire remonter notre lecture aux deux laisses qui la précèdent et l'expliquent. Après le long exil qui a suivi sa défaite devant les troupes royales, Girart vient de rentrer en possession de son château de Roussillon et, sourd aux avis qui lui conseillent la paix, il y prépare la guerre. Des fenêtres de la grande salle, il contemple avec orgueil ses troupes prêtes au combat (laisse DCXXI) :

  • 5 "Le comte était accoudé à la galerie de la salle. De là, il regarda en bas, là où sont les prés ; (...)

As estres del palaz sunt apuiat.
Li cons esgarde aval, u sunt li prat,
E vit tant pavillon tendute trat,
E tant franc chevaler la herbergat,
E d'armes reluisanz molt grant clartat, 9100
E gonfanun undeent, li despleiat.
"Hui ! vaus de Rossillon, li loins el lat !
Tant chevaler i ai veu armat
Qui sunt mort e finit, e li fil nat !
Genz vaus, cum hui vos vei enluminat ! 9105
Autres tresaurs ne pres un micalat.
Dex ! por que vol ris om astar privat,
N'erbergar en son cor escarsetat ?
Car per verguigne e prez e cobaitat,
Bien a cors recredant de malvaistat 9110
Qui se part per son grat de tal bernat !
Enviz m en partirai, puis l'ai cobrat.
A un petit ne m'ant fais coronat
Tot en fol convertit e predicat. "
Lai vit venir son fil qu'a molt amat, 9115
Blondet, vestit bliaut nue de cendat ;
Non a mais ke cinc anz enquer passat.
Ainc om ne vit tan bel de son eat ;
Tot semblant de Girart del vis format.
E pres l'entre ses braz e l'at baisat. 9120
A, Deus ! por quel perdet, per quau pechat !5

  • 6 Sur la valeur exemplaire et symbolique du château de Roussillon, forteresse idéale imaginée par le (...)
  • 7 Voir J.P. MARTIN, "Vue de la fenêtre" ou "panorama épique" : structures rhétoriques et fonctions n (...)

6Nous avons cru devoir donner ici le texte entier de la laisse, car en ce passage capital chaque mot compte et contribue à éclairer le drame qui va suivre. Aucune page n'exprime mieux que celle-ci la grandeur en même temps que la démesure de l'orgueil féodal : d'un seul regard, Girart embrasse tout ce qui lui est cher, depuis son château, enjeu ultime de tous les combats et symbole de sa puissance seigneuriale6, jusqu'à l'horizon du fief identifié à celui du champ de bataille en une superbe "vue cavalière" qui renouvelle profondément le motif épique traditionnel de la "vue de la fenêtre"7. Dans un même mouvement de fierté comblée, Girart associe la puissante forteresse à l'ample vallée qui est à la fois le lieu de l'opulence agraire dont se nourrit son pouvoir et le site privilégié d'un combat attendu, avec la fièvre de l'ardeur guerrière que ce poème tourné vers la paix a pourtant su traduire avec une rare justesse. La jubilation de Girart contemplant tentes et enseignes étincelant au soleil s'étend au dénombrement implicite du barnat, la troupe nombreuse des fidèles que lui attachent les liens entrecroisés de la famille élargie et de la vassalité, entretenus par l'indispensable largesse dont les vers 9106-9111 laissent deviner le coût. Enfin, l'inlassable énergie du vieux guerrier trouve dans l'enfant qui s'avance vers lui sa justification ultime : tout cela qui brille et bruit alentour, armes et oriflammes, tentes et chevaux de prix, n'a de véritable sens qu'à travers lui, l'héritier, le continuateur de la lignée, le vengeur futur des haines jamais closes.

7De l'inéluctable hérédité du conflit, Girart a lui-même clairement conscience, comme l'atteste le constat des vers 9103-9104, teinté moins de mélancolie que de l'âpre satisfaction d'avoir survécu :

"Tant chevaler i ai veü armat
Qui sunt mort e finit, e li fil nat !"

  • 8 Le rôle joué par l'Église dans les tentatives de conciliation entre les deux partis est souligné à (...)

8Nul retour sur soi-même dans ces dures paroles de Girart que les longues années d'exil et de pénitence dans la forêt d'Ardenne n'ont pas suffi à assagir et qui rejette au contraire avec violence et désinvolture (vers 9113-9114) les négociations menées par l'Église pour tenter de rétablir la paix8. Loin de l'inciter au repentir, le souvenir des hommes qui sont morts pour lui autrefois dans cette même vallée de Roussillon ravive au contraire le désir de vengeance qui, tout au long du poème, ne cesse de croître dans les deux camps à mesure que tombent proches et parents. Mais c'est surtout l'idée que la guerre est chose aussi naturelle qu'inévitable qui ressort de ces deux vers puissants et elliptiques : que des hommes soient morts en combattant après avoir engendré des fils prêts à prendre leur place et à mourir à leur tour, c'est là destin de chevaliers et Girart l'accepte comme tel.

9C'est avec cette même pensée, qu'infléchit et réchauffe alors l'amour paternel, qu'il se tourne vers son fils et le prend dans ses bras : à lui aussi un fils a été donné, qui le prolonge et pour qui doivent être préservés le château, le fief, le pouvoir sur les êtres et les choses que son regard de seigneur vient de parcourir avec tant de joie. Orgueil et tendresse se mêlent étroitement dans les paroles que Girart prononce alors, avec l'égoïsme sans nuance d'un amour qui ne saurait voir dans l'enfant autre chose que la continuation de soi (laisse DCXXII) :

  • 9 "Le comte Girart se tenait dans la salle, portant son petit garçon entre ses bras. Il jura par Die (...)

Estait li cons Girarz en son palaz,
E tient son petit fil entre ses braz ;
E juret Damlideu e sas bontaz ;
"Ja ne seras nul die desiretaz. 9125
E qui monges devent, molt est malvaz.
Eu aim molt chevaliers e ai amaz,
E ferai quant viurai lor volentaz,
E donrai volunters, car ai assaz.
Trop me sui longement humiliaz ; 9130
Nen ert mes ainemis per mei preiaz ;
Ains comfundrai glotons oltrecuidaz ! "
Aico fu car tengut e recontaz
Per toz proz chevalers, danzelz prezaz.
E per joi de son fil s'es alegraz, 9135
Mais el ne sap le dol qu'enpres lui jaz.9

10Il y a dans ces deux derniers vers, où la voix du poète commentant brièvement l'action joue d'ailleurs un rôle voisin de celui du choeur dans la tragédie grecque, un subtil mélange de réprobation et de sympathie qui retrouve dans la condamnation chrétienne de l'orgueil comme un écho de l'antique notion d'hubris. C'est non seulement par son refus de l'humilité - où il ne voit pour lors qu'humiliation - que Girart attire sur lui la colère divine qui va le frapper durement, mais aussi par cette démesure même de la joie que la sagesse traditionnelle a toujours considérée comme source de malédiction.

  • 10 Le sens en est assez obscur : la formule e qui monges devent résulte probablement d'une contaminat (...)
  • 11 Ce passage est l'un de ceux qui rattachent le Girart épique au Girart historique (... 819-877), co (...)
  • 12 Sur la culture raffinée et parfois fort savante du poète du Girart, qui ne laisse guère de doute q (...)
  • 13 Voir en particulier les laisses CCCCLXI-CCCCLXX où un moine, prieur d'un monster Saint Sauvador (v (...)

11Tel que nous le comprenons, en fonction de l'interprétation la plus plausible du vers 912610, ce passage qui oppose vigoureusement monde clérical et monde chevaleresque (vers 9126-9129) éclaire bien les deux seules voies qui s'ouvraient à l'enfant dans l'aristocratie médiévale : ou l'Église, ou la guerre, avec une évidente prédilection pour cette dernière lorsqu'il s'agissait d'un aîné ou, a fortiori, comme dans le cas présent, d'un fils unique11. S'il devait être dépouillé de l'héritage paternel, le petit Thierry n'aurait plus d'autre place dans la société qu'au sein de l'Église, perspective que Girart repousse avec violence. On peut par ailleurs retrouver en ces vers l'écho plus lointain de ces enfermements monastiques de jeunes princes qui ont souvent permis, notamment au haut Moyen Age, de régler successions difficiles et conflits dynastiques. Quoi qu'il en soit, on perçoit dans ce passage, comme déjà dans la laisse précédente, l'une de ces brèves bouffées d'anticléricalisme qui jalonnent curieusement ce poème de clerc12, attribuées le plus souvent à tel ou tel personnage du récit mais aussi parfois reprises à son compte par le poète avec un humour proche de celui des joca monachorum13. Pour Girart, la place qui revient à son fils dans l'ordre social ne peut être que celle qu'il y occupe lui-même et que ses pères ont occupée avant lui, sans que rien lui soit retranché des prérogatives qu'il revendique ailleurs pour lui-même, du seul fait qu'elles ont été autrefois reconnues à ses ancêtres (laisse CCCV) :

  • 14 "En vérité, le roi me traite si mal qu'il me jette délibérément hors de sa fidélité, alors que je (...)

"Veir es quel reis maine tant malement,
De feeltat me gete, son escient,
Qu'eu degré chadelar la soe gent
E ferir en bataille premirement,
E donar en la cambre consel valent, 4665
Aisi con firent tuit li mien parent."14

12Rien d'exceptionnel dans ce point de vue, qui reflète pleinement les conceptions du temps et que Girart rend pourtant inacceptable par la véhémence avec laquelle il repousse, pour lui-même comme pour sa descendance, toute possibilité de conciliation.

13C'est de cette hautaine intransigeance proclamée au nom de l'enfant que va naître le drame. Tandis que dans la salle les chevaliers commentent entre eux les frères paroles de Girart, un homme qui se tait prend soudain une résolution extrême et, toujours en silence, très vite, sans bien comprendre lui-même ce qu'il fait, agit (laisse DCXXIII) :

  • 15 "Il y avait là un baron, Guy de Risnel, que Girart tenait pour son homme de confiance. Il était so (...)

Aqui ac un baron. Gui de Risnel,
Que Girarz molt avie a son fidel.
Se sers fu e seschais de maint castel.
Quant la paraule auvi, non fu gins bel ; 9140
Paor a de la gerre que renovel.
Crient que li dus en fol au rei revel.
E pramet a l'anfant dar un auzel.
Pres lo entre ses braz, sos son mantel,
E trait le en un vergier, laz un ramel, 9145
E estent li le col cum un angnel
E trence li la gole ab un coltel,
E jetet, quan la mort, en puiz perrel,
E monte en son cheval, vait s'ent isnel.
E quant fu fors issuz, soz un olmel 9150
S'arestet e gardet envers le cel,
E clamet se trachor, felon fradel :
"A, Deus ! cum ai ui fait malvais mazel !
Pire sui de Chain qu'aucist Abel.
Eu liurerai mon cors a mort per el. " 9155
Vait descendre al palaz soz le cadel,
Trobel duc en la cambre, laz un fornel.
Estendet li la spade per lo pumel
E contet li son duel, e li espel
Por qu'a mort a ses mans lo franc donzel15 9160

14Ici encore, nous n'avons rien voulu retrancher de cette page admirable et douloureuse, où l'implacable succession des e dit avec une rare maîtrise l'enchaînement fatal des pensées et des actes et où la sonorité soudain assourdie des vers, qui contraste vivement avec l'éclatante tonalité des deux laisses précédentes, enveloppe toute la scène d'une immobile et livide clarté.

  • 16 Cette localisation inattendue de la scène du meurtre ne peut guère être mise en parallèle qu'avec (...)

15Tout est profondément original dans le contenu comme dans la forme de ce passage qui n'a pas d'exact équivalent dans l'épopée. Il convient de souligner en particulier l'exceptionnel "détournement" du topos du locus amoenus qui arrache le verger castrai à sa vocation usuelle de cadre des scènes de conseil en plein air et des fêtes de cour pour en faire le lieu isolé et silencieux propice au crime16. L'art du poète est particulièrement remarquable dans l'extrême discrétion avec laquelle il se refuse à tout effet oratoire : nulle complaisance, nulle emphase en ces mots très simples qui taisent le sang et les larmes et où la cruauté apparaît nue, dans la rapide succession de gestes qui semblent échapper au contrôle du meurtrier lui-même. Mieux qu'aucune analyse, cette brusque accélération du temps du récit rend directement sensible la soudaine confusion de pensées qui fait que le désir de paix s'incarne dans un acte de mort.

  • 17 Sur cette interprétation, voir notre étude, L'architecture des palais et des jardins dans les chan (...)
  • 18 Nous suivons ici la traduction de Paul Meyer, qui donne à sers son sens plein et spécifique ; il f (...)
  • 19 Voir K.H. BENDER, "Un aspect de la stylisation épique : l'exclusivisme de la haute noblesse dans l (...)
  • 20 Voir en particulier laisse LXIII :
    A, Deus ! co mel estait a bon gerrer 940
    Qui de fil de vilan fait (...)
  • 21 Au vers 9133, Paul Meyer traduit aico fu car tengut par "ces paroles furent relevées", ce qui affa (...)

16Ce meurtre dans le verger, précédé d'une brève chevauchée où l'enfant disparaît sous le manteau d'un ravisseur semblable à cet instant au Roi des Aulnes, n'est pas sans résonances mythiques. On y discerne l'écho lointain d'un très ancien thème sacrificiel que rappellent le geste quasi rituel de l'égorgement, la mention de l'agneau - victime de substitution caractéristique - et la promesse faite à l'enfant pour l'apaiser, conforme elle aussi à l'usage des peuples qui pratiquaient le sacrifice du premier-né. L'enfant mort précipité dans le puiz perrel est implicitement voué aux puissances chthoniennes qui, dans les profondeurs du sol et dans le flux des eaux souterraines, président à la fertilité et à la fécondité. Ce sacrifice pour la paix semble ainsi s'inscrire inconsciemment dans un schéma prédéterminé par l'obscure mais tenace réminiscence d'un archaïque rite agraire17. A cet égard, la précision que donne le vers 9139 quant à l'origine sociale du meurtrier n'est sans doute pas indifférente : le fait que Guy de Risnel soit un "serf" élevé par Girart au-dessus de sa condition première18 peut contribuer à expliquer son geste, explication qui peut elle-même admettre deux niveaux de lecture. Il convient certes de la situer d'abord dans la perspective idéologique de l'exclusivisme nobiliaire si largement répandu dans les chansons de geste19 et fréquemment développé par le poète du Girart sous la forme de variations sur le thème bien connu des mécomptes promis au seigneur qui se fie à un vilain20. Mais on peut également situer dans une logique plus profonde le fait que, seul parmi les hommes de Girart qui approuvent au contraire ses fiers propos21, ce personnage tardivement agrégé à l'ordre des bellatores s'en détache non seulement pour rejoindre l'idéal de paix propre aux représentants de la troisième fonction, mais aussi pour retrouver, comme une sorte d'automatisme qui demeure pour lui-même inexpliqué, le rituel atavique de la propitiation et de l'offrande du jeune vivant aux forces de la vie.

  • 22 Voir les communications de Sarah KAY, "Compagnonnage et désordre social dans Daurel et Beton" et d (...)

17Bien que le poète du Girart ait été le seul à lui donner cette intensité dramatique enracinée dans le substrat du mythe, le thème de l'enfant sacrifié n'est pas pour autant isolé dans le domaine épique. De fructueux rapprochements ont été récemmment opérés entre le meurtre du petit Thierry et la mort volontairement donnée - ou implicitement acceptée - de jeunes enfants dans Ami et Amile et dans Daurel et Beton22. Dans les trois cas l'enfant - et l'enfant mâle, l'héritier, l'espoir de sa lignée - est sacrifié à un idéal senti comme supérieur qui, momentanément au moins, efface toute considération affective ou morale : sacrifié à la paix dans le Girart, à l'amitié du compagnonnage guerrier dans Ami et Amile, à la fidélité vassalique haussée jusqu'à ce don suprême du fils dans Daurel et Beton.

18Ces trois occurrences épiques du thème du fils sacrifié dérivent manifestement d'une commune résurgence mythique issue d'une même strate de l'inconscient collectif, mais l'oriente différemment. Si Ami et Amile la prolonge dans la trouble magie de la guérison par le sang versé, Daurel et Beton comme le Girart la transposent, de façon symétrique et pourtant antithétique, dans l'ordre de ce que l'on pourrait appeler la problématique du lignage : un lignage que le vassal égaré croit devoir éteindre pour rétablir la paix et qu'à l'inverse le vassal fidèle s'attache à maintenir à tout prix, pour assurer à son suzerain assassiné postérité et vengeance. Dans ces deux attitudes apparemment opposées se révèle la même subordination de l'enfant au déterminisme de la lignée, devant lequel s'efface entièrement son existence individuelle, et la même vocation inéluctable à la guerre, ardemment souhaitée dans un cas et redoutée dans l'autre, mais partout et dès l'heure de la naissance inséparable de la vie des fils.

19Ainsi s'éclaire cette double fonction de l'enfant comme promesse de continuité et comme menace latente pour les ennemis du lignage qui seule permet d'expliquer la douloureuse scène du meurtre dans le verger. Si pur, si innocent quand il s'avance vers son père dans son bliaut nue de cendat, le petit Thierry n'échappe pas à la dure loi qui déjà l'inscrit dans les étapes à venir d'une lutte toujours recommencée. En ces pages, la marge offerte à l'affectivité est étroite, mesurée par les deux vers où le fils se dresse vers le père et où le père se penche vers le fils avant que l'amour paternel se referme sur l'orgueil dynastique, puis par le cri de douleur du meurtrier comprenant tout à coup l'horreur de son acte. En ces deux brèves séquences seulement, où il cesse un instant d'être un simple maillon dans la chaîne des générations, l'enfant est aimé puis pleuré pour lui-même.

20Lorsqu'il apprend le drame de la bouche même de Guy de Risnel, la réaction de Girart est, d'emblée, celle d'un homme brisé. Il ne cherche pas à châtier le meurtrier, qu'il se borne à chasser hors de sa vue, puis fait ordonner à tous le silence qui sied à l'irrémédiable. Le chef de guerre qui s'apprêtait à prendre Le Lendemain même la tête de ses troupes s'efface alors, mais trop tard, derrière le père désespéré (laisse DCXXIV) ;

  • 23 "Le jour finissait ; c'était le soir et le lendemain le comte devait se mettre en marche avec son (...)

Li jors est trespassaz e fu lo ser,
Quel cons devie au man en l'ost mover.
Gui li estent l'espade per le tener :
"Fai, cons, de mei justise a ton plazer ;
Car melz en vuel murir, pendre u arder, 9165
Que face ceste gerre mais remover. "
Li con non put mudar non desesper :
"Fui, traces, d'enant mei, nos puis veder ! "
Cil s'en vait, ki n'i ose plus remaner.
Son camberlenc apele, don Maneser : 9170
"Fai ca gent tote isser fors e taser."23

21En quelques mots pleins de retenue, Girart annonce alors à sa femme la mort de l'enfant puis, lorsqu'elle revient à elle, la console avec une sobre résignation qui est déjà un renoncement et que la sage comtesse dirige vers l'apaisement en Dieu :

  • 24 "Dame, tu ne dois plus parler de cette douleur. - Seigneur, puisque Dieu n'a pas voulu laisser viv (...)

"Donne, ne deiz is dol mais mentever.
- Segner, quant Deus non vol no fil sofrer, 9185
Nos fazam, se lui plaist, de lui nostre er.
Melz val od lui donar qu'a nos tener.
- E Dameldeus t'en dunt force e lezer !"24

22Ce court dialogue fait pleinement ressortir le rôle essentiel du fils en tant qu'héritier et continuateur du lignage. Privés de descendance, Girart et Berthe envisagent aussitôt de disposer de leurs biens pour doter les pieuses fondations qui assureront le rachat des péchés commis pendant les hostilités. Les terres et les honneurs qui quelques heures plus tôt faisaient encore vibrer l'orgueil féodal n'ont désormais plus de sens, faute du successeur qui devait les recueillir et les transmettre à son tour. Amputé de l'avenir terrestre qu'incarnait l'enfant et qui imposait la guerre, Girart est prêt à se tourner vers Dieu et à accepter la paix.

23A nouveau, la part réservée à l'expression de la douleur personnelle est réduite et se limite au premier moment de désespoir de Girart puis à la pâmoison de Berthe. Très vite, l'un et l'autre se reprennent assez pour se consoler mutuellement et pour situer spontanément leur deuil dans la perspective des valeurs religieuses et sociales d'un temps qui ignore la mort-scandale. Avec un calme courage, la comtesse Sait faire passer son chagrin de mère à l'arrière-plan d'une compassion plus large, étendue à toutes les pertes subies par la grande famille englobant amis et alliés dont elle assume pleinement, à cet instant, la direction morale (laisse DCXXVI) :

  • 25 "Girart", dit la comtesse, "cher doux ami, pour Dieu, laisse là toute ta douleur. Tu as perdu tant (...)

"Girard", dist la contesse, "charz amis doz,
Por Deu, laissaz estar tot cest coroz.
Tant as perduz amis rix e neboz,
Qu'anc tant n'en perdet om ne de" si proz.
Eu pregerai a Deu qu'auge ma voz, 9210
Que te donst paz del rei e de seu toz. "
E li cons part de li a aquez moz.
E ele fest son fil traire del poz,
E portar au moster cleges a croz ;
E mist le el pavement al cuer desoz.25 9215

24Placé à son rang parmi les morts du clan, confié à la sépulture chrétienne à la place seigneuriale qui lui revient sous le pavement du chœur, l'enfant qui n'avait revêtu une fragile individualité qu'à l'instant même du drame se fond à nouveau dans le lignage et rejoint du moins dans le passé ceux à qui il ne lui a pas été donné de succéder.

  • 26 Sur ce thème, voir K.H. BENDER, König und Vassall. Untersuchungen zur Chanson de geste des XII. Ja (...)

25Si nettement lisibles dans ce groupe de laisses qui prépare la sereine conclusion du poème, la primauté du lignage et l'hérédité du conflit éclairent rétrospectivement l'ensemble de l'œuvre. Certes, le "sujet" de Girart de Roussillon est avant tout le rapport complexe et conflictuel entre roi et vassal, thème épique récurrent qui a trouvé dans ce poème réfléchi sa formulation la plus mûre26. Mais il ne faut pas pour autant méconnaître l'importance des conflits de lignages qui ont préexisté à l'ouverture des hostilités entre Girart et le roi et qui, tout au long du récit, ne cessent de les alimenter de griefs nouveaux, chacun des deux partis poursuivant des vengeances privées au sein du combat général.

  • 27 La seconde hypothèse semble la plus probable ; cependant, sur l'identification possible de Thierry (...)

26Bien avant que n'éclate la guerre provoquée par la jalousie que nourrit le roi Charles à l'égard de son trop puissant et trop brillant vassal, la famille de Girart s'était déjà heurtée à celle d'un fidèle du roi, le duc Thierry d'Ascane. Le poète a multiplié les allusions aux précédents épisodes de ce conflit, sans que l'on puisse savoir si ces évènements qu'il semble considérer - ou feint de considérer - comme connus de son public étaient relatés par un poème aujourd'hui perdu ou s'il les a au contraire inventés de toutes pièces pour donner à son récit le supplément de "vérité" que confère le rappel de faits antérieurs au temps de l'action27. Quoi qu'il en soit, c'est avec la haine laissée inassouvie par cette ancienne querelle que le duc Thierry affronte Progon et Odilon, le père et l'oncle de Girart, sur le champ de bataille de Vaubeton où la mêlée se fragmente en combats singuliers animés par autant d'inimitiés personnelles. L'un et l'autre tomberont sous les coups de leur vieil ennemi (laisses CLIII-CLIV et CLXX-CLXXI) qui deviendra dès lors pour Girart et ses cousins, et en particulier pour le belliqueux Boson, l'adversaire par excellence avec qui aucune conciliation véritable n'est possible.

27Le point culminant de cette haine de lignages, qui se développe parallèlement au conflit entre Girart et le roi et qui ne cesse d'en retarder le règlement, est atteint avec le meurtre du vieux Thierry et de ses jeunes fils, crime perpétré par Boson au moment même où la paix semblait durablement rétablie. Précédé de cet amer constat qui résume en une formule lapidaire l'inexorable hérédité de la guerre :

Se gerre orent li paire, raurant li fil, 3367

28il y a là un bel épisode dramatique que le poète traite avec un art consommé dans l'usage des laisses similaires, reprenant son récit en y ajoutant à chaque fois de brèves notations qui accentuent toujours la froide brutalité du crime et la lourde portée de ses conséquences. Comme il le fera plus loin dans la scène du meurtre de l'enfant dans le verger de Roussillon, il oppose avec délicatesse l'innocence des jeunes gens à la sombre détermination des assassins (laisses CCVIII-CCX) :

  • 28 "Sous les murs de Paris, dans un champ, une quintaine fut établie par trahison. C'est Boson et Seg (...)

Soz Paris la citat, en un cambon, 3415
Quintane i ont bastie per tracion.
Fait la Bos e Segins de Besencon.
Li. fil Teirri lait vant, pau mancipon ;
L'uns portet une verge, l'autre un bolzon.
Cil vont a la maisnade qui Dex mal don ! 3420
Bos tout cascun la teste soz le menton.
…………………..
Li fil Teiri lai portent verges pelades,
La maisnade Bozon targes roades ;
Soz lor goneles unt braines safrades.
A Saint German lor ferent les racelades ; 3430
Aiqui lor ont les testes del bus sevrades.
Per co ranchent les gerres tan irades,
Cent mil ome en eisserent de lor contrades,
E mort de purs cataus cinc cenz carrades,
Dunt sunt les terres gastes e aermades. 3435
Li fil Teiri lai portent bliaus fronciz,
La maisnade Boson aubers vestiz ;
Soz lor goneles unt breines tresliz.
Sil vont a la maisnade ques unt traiz.
Bos tout cascun la teste soz la cerviz, 3440
E puis aucist lor paire, li Deu mentiz,
Le duc Tieri d'Ascane, dunt fu aiziz.28

  • 29 Ces verges pelades du vers 3427 sont un symbole de paix, intéressant exemple d'un symbolisme végét (...)

29Vêtus de belles étoffes légères que rendent cruellement dérisoires l'armement caché de leurs adversaires, munis de simples bâtons écorcés qui sont le signe de leurs intentions pacifiques29, les fils de Thierry d'Ascane vont vers la mort avec la fraîcheur et la grâce de leur âge, inconscients du danger qui les menace.

30Comme le sera plus tard celle du fils de Girart, leurs vies sont sacrifiées sans égard pour ce qu'elles valent par elles-mêmes, valeur qu'occulte entièrement leur appartenance au lignage détesté. A l'heure où Boson fond sur eux comme une bête de proie, ils n'ont encore d'autre tort que d'être les fils de leur père, et cela suffit pourtant à les condamner : de même que Guy de Risnel croit devoir détruire la postérité de Girart pour rétablir la paix, de même l'aveugle soif de vengeance de Boson ne peut se satisfaire que dans l'extinction du sang ennemi. Mais la disparition de la descendance directe de Thierry n'éteindra pas pour autant la haine : bien au contraire, les parents et les alliés du vieux duc ne cesseront plus de pousser le roi à poursuivre une guerre sans merci contre Boson et contre Girart, accusé à tort d'avoir approuvé le crime ou du moins d'avoir protégé le meurtrier. Avec une accablante régularité, le sang appelle le sang et la vengeance nourrit la vengeance. A l'inverse, la tragique efficacité du sacrifice à la paix accompli par Guy de Risnel s'explique par le fait exceptionnel que l'assassin et sa victime appartiennent au même clan, si bien que la mort de l'enfant peut rompre enfin par une suprême violence le double cycle de la guerre des lignages et de la lutte entre roi et vassal.

31Ces deux épisodes que relient à travers le poème une sorte d'implicite symétrie interne situent clairement l'enfant à la place qui lui revient dans la société seigneuriale. Valeur ultime de la lignée comme héritier et comme continuateur et valant seulement en tant que tel, il s'efface en tant que personne derrière la prépondérance indiscutée du lignage. Protégé en principe par le dense réseau des parentés et des alliances, solidement défendu par le rempart vivant de la mesnie qui double et prolonge celui de la place forte, il se trouve pourtant exposé à tous les périls générés en retour par la chaîne des fidélités et des solidarités qui le voue dès la naissance et pour toujours à la guerre. C'est au bouillant et cruel Boson, refusant de pleurer les morts de la bataille de Civaux, que le poète a prêté les paroles qui résument le mieux, avec une lucidité et une concision également remarquables, cet âpre destin du chevalier (laisse CCCCIV) :

  • 30 "Par Dieu", répondit Boson, "Je ne veux pas pleurer, car nous avons tous été élevés pour ce métier (...)

"Per Deu", co respont Bos, "plorar non quer. 6070
Car tuit essem nuirit d'eital mester,
Eseinat e apres e cosdiner.
Qu'anc uns non a parent a chevaler
Qui muiris en mauson ni en soler,
Si non en grant bataille a freit acer ; 6075
Ne ja non quer portar lo reprover. "30

32Ainsi le sort cruel réservé aux fils de Thierry comme au fils de Girart n'a-t-il fait qu'avancer le terme de cette inéluctable mort par l'"acier froid" promise au jeune noble.

33Valorisée et pourtant menacée, solidement encadrée par les liens de la famille et du clan, brève et tendue vers le rude avenir du guerrier, telle se dessine l'enfance dans les rares pages où, comme dans le Girart, elle est un instant regardée pour elle-même. On ne saurait réduire à cette seule image la réalité d'une société qui a dû connaître plus de nuances que n'en retient son reflet épique ; pourtant, par la voix du poète et dans cette stylisation même, un ordre se pense et définit la place qu'il assigne à ses fils.

Notes

1 Voir l'article de R.R. BEZZOLA, "Les Neveux", dans Mélanges Jean Frappier, Genève, 1970, t. I, pp. 89-114.

2 Voir la Postface de la traduction de Bernard GUID0T (Nancy, Presses Universitaires, 1986), en particulier pp. 256-258, et ses articles, "La partialité du trouvère est-elle discrètement infléchie dans Garin le Lorrain ? ", dans Au carrefour des routes d'Europe : la chanson de geste. Actes du Xe Congrès International de la Société Rencesvals, Strasbourg, 25-31 août 1985, 2 vol., Senefiance, n° 20-21, Aix-en-Provence, 1987, t. I, pp. 601-627, et "Fixité et dérive dans le Cycle des Lorrains", à paraître dans les Actes du XIe Congrès International de la Société Rencesvals, Barcelone, 22-27 août 1988, ainsi que celui de Joël H. GRISWARD, "Individualisme et "Esprit de famille" dans Garin le Lorrain", dans Famille et parenté dans l'Occident médiéval, Rome, Publications de l'Ecole française de Rome, 1977, pp. 385-396.

3 " ... sainte humilité triomphante, toute resplendissante de blancheur". Nous citons le texte d'après l'édition de W. Mary HACKETT, Paris, S.A.T.F., 1953-1955, et nous donnons en note une traduction qui reprend les grandes lignes de celle de Paul MEYER (Paris, 1884, rééd., Genève, 1970), tout en la remaniant pour suivre au plus près le texte du manuscrit d'Oxford.

4 Sur l'idéal de paix chrétienne qui anime le poète du Girart et qui s'épanouit en particulier dans l'épilogue, voir René LOUIS, De l'histoire à la légende, II : Girart, comte de Vienne, dans les chansons de geste : Girart de Vienne, Girart de Fraite, Girart de Roussillon, Auxerre, 1947, t. I, pp. 405-416.

5 "Le comte était accoudé à la galerie de la salle. De là, il regarda en bas, là où sont les prés ; il vit tant de pavillons tendus et de tentes, tant de chevaliers qui y avaient leurs logements, tant d'armes luisant d'un vif éclat, et les gonfanons déployés qui flottaient au vent. "Ah ! vallée de Roussillon, si longue et si large ! J'y ai vu tant de chevaliers armés, qui sont morts aujourd'hui et auxquels leurs fils ont succédé ! Belle vallée, comme je vous vois aujourd'hui brillante ! De tout autre trésor, je ne donnerais pas un michelat. Dieu ! Pourquoi un homme riche voudrait-il vivre à l'écart et loger en son cœur la mesquinerie ? Car, que ce soit par honte, par vanité ou par cupidité, il faudrait avoir le cœur bien lâche pour se séparer volontairement d'un tel baronnage ! Ce n'est que contre mon gré que je m'en séparerai, maintenant que je l'ai recouvré. Peu s'en fallait que ces menteurs tonsurés ne m'aient abruti de leurs prédications". A ce moment, il vit venir son fils qu'il aimait tendrement ; il était blond et portait une tunique neuve en tissu de soie. Il n'avait encore que cinq ans. On ne vit jamais plus bel enfant de son âge. Il ressemblait trait pour trait à son père. Girart le serra dans ses bras et lui donna un baiser. Ah, Dieu ! pourquoi le perdit-il, quelle pitié ce fut ! " Au vers 9106, le micalat ou michelat est une monnaie byzantine d'or ou d'argent à l'effigie de l'empereur Michel VII Doukas (1071-1078) ; c'est là l'unique mention de ce mot relevée dans un texte littéraire français. Voir à ce sujet P. MEYER, op. cit., p. 290, n. 1 ; R. LOUIS, op. cit., t. I, pp. 394-395 ; W.M. HACKETT, Glossaire, p. 798.

6 Sur la valeur exemplaire et symbolique du château de Roussillon, forteresse idéale imaginée par le poète à partir des données topographiques du site du Mont Lassois près de Châtillon-sur-Seine, voir nos articles, "Couleurs et lumières du palais dans Girart de Roussillon", dans Les couleurs au Moyen Age, Senefiance n° 24, 1988, pp. 171-200, et "Un haut lieu épique : le Mont Lassois. Réalisme et merveilleux dans les descriptions du château de Roussillon", dans Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, 5, 1988, pp. 35-52.

7 Voir J.P. MARTIN, "Vue de la fenêtre" ou "panorama épique" : structures rhétoriques et fonctions narratives", dans Au carrefour des routes d'Europe (...), t. II, pp. 859-878.

8 Le rôle joué par l'Église dans les tentatives de conciliation entre les deux partis est souligné à plusieurs reprises dans le poème ; il est difficile de déterminer si la véhémence de Girart a ici valeur générale ou si elle vise un épisode précis : s'agit-il des négociations qui ont permis la trêve obtenue à son retour d'exil (laisses DCVIII-DCX), ou bien de la mission de paix que le pape lui-même vient d'entreprendre (laisse DCXX) en se rendant en France tout exprès pour réconcilier définitivement Girart avec le roi ? Dans le second cas, ces propos prendraient une résonance plus grave encore, qui contribuerait à expliquer le drame qui va suivre.

9 "Le comte Girart se tenait dans la salle, portant son petit garçon entre ses bras. Il jura par Dieu et sa bonté : "Jamais tu ne seras déshérité ! Celui qui augure que cet enfant sera moine est un homme mauvais. J'aime fort les chevaliers et les ai toujours aimés, et tant que je vivrai j'accomplirai leur volonté. Je donnerai volontiers, car j'ai de quoi. Trop longtemps je me suis humilié ; désormais on ne me verra plus faire des avances à mon ennemi, mais au contraire j'écraserai les vils présomptueux !" Ces paroles furent appréciées et répétées par les preux chevaliers, les jeunes gens valeureux. Girart se réjouissait en voyant son fils, mais il ne savait pas le malheur qui l'attendait.

10 Le sens en est assez obscur : la formule e qui monges devent résulte probablement d'une contamination entre devenir et "deviner", leçon donnée par le manuscrit de Paris (voir les variantes, p. 409 de l'édition de W.M. Hackett ; voir également le Glossaire, p. 693), ce qui autorise à développer cette expression elliptique et à comprendre, à la suite de Paul Meyer : "celui qui augure qu'il sera moine".

11 Ce passage est l'un de ceux qui rattachent le Girart épique au Girart historique (... 819-877), comte de Paris sous Louis le Pieux, puis marquis de Viennois et régent de Provence au temps de Charles le Chauve. En réalité, il avait eu de son épouse Berthe, fille du comte de Tours Hugues le Poltron, plusieurs fils et plusieurs filles ; seule survivait, semble-t-il, au moment où le comte Girart fonda les abbayes de Pothières et de Vézelay en 858-859, une fille nommée Ava qui souscrivit après ses parents la charte de fondation de Vézelay. Girart et Berthe avaient perdu auparavant plusieurs enfants en bas âge, dont un fils portant le nom de Thierry, mort à un an à peine et inhumé dans l'église abbatiale de Pothières (Côte d'Or) où ses parents furent à leur tour ensevelis, Berthe la première, vers 873-874, puis Girart, le 11 mars 877. La belle épitaphe sur marbre blanc du petit Thierry, qui demeura dans l'église de Pothières jusqu'à la Révolution et dont un important fragment est aujourd'hui conservé au Musée de Châtillon-sur-Seine, a inspiré au poète du Girart l'épisode du meurtre de l'enfant dans le verger, exemple remarquable de la liberté de la création épique en même temps que de son attachement aux données de l'histoire. Voir R. LOUIS, De l'histoire à la légende, I : Girart, comte de Vienne (T.. 819-877), et ses fondations monastiques, Auxerre, 1946, en particulier pp. 1-51, 59-71 et 119-124. On trouvera pp. 49-50 le texte complet et la traduction de l'épitaphe - une élégante élégie en distiques latins - relevée par Mabillon au temps où elle était encore intacte, et la reproduction photographique du fragment conservé à Châtillon-sur-Seine dans De l'histoire à la légende, II, 1947, t. II, pl. VIb.

12 Sur la culture raffinée et parfois fort savante du poète du Girart, qui ne laisse guère de doute quant à son état de clerc, voir W.M. HACKETT, "Niveaux de culture dans les chansons de geste : Girart de Roussillon", dans Essor et fortune de la chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin. Actes du IXe Congrès International de la Société Rencesvals, Padoue-Venise, 29 août-4 septembre 1982, Modène, 1984, t. 1, pp. 105-110.

13 Voir en particulier les laisses CCCCLXI-CCCCLXX où un moine, prieur d'un monster Saint Sauvador (vers 6668 ; il est plus loin, au vers 6736, curieusement désigné comme moinges de Saint Judas), est franchement tourné en dérision. Une tonalité analogue se retrouve aux laisses CCCCI-CCCCII et DXL.

14 "En vérité, le roi me traite si mal qu'il me jette délibérément hors de sa fidélité, alors que je devrais conduire son armée, porter au combat les premiers coups et donner dans sa chambre des conseils de valeur, ainsi que le firent tous mes ancêtres. "

15 "Il y avait là un baron, Guy de Risnel, que Girart tenait pour son homme de confiance. Il était son serf et sénéchal de plusieurs châteaux. Quand il entendit ses paroles, elles lui déplurent : il eut peur de voir la guerre recommencer et le duc se révolter follement contre le roi. Il promit à l'enfant de lui donner un oiseau, le prit entre ses bras sous son manteau, l'emmena dans un verger près d'un rameau, lui étendit le cou comme à un agneau et lui trancha la gorge avec un couteau. Après l'avoir tué, il le jeta dans un puits de pierre, monta à cheval et partit en hâte. Une fois sorti du verger, il s'arrêta sous un ormeau et, levant les yeux au ciel, il s'écria qu'il était un traître et un scélérat. "Ah ! Dieu ! Quel affreux carnage j'ai fait aujourd'hui ! Je suis pire que Caïn qui tua Abel. Pour l'enfant, je livrerai mon corps à la mort. "Il alla descendre devant la salle, au pied du donjon, et trouva le duc dans sa chambre, près d'une cheminée. Il lui tendit son épée par le pommeau, lui avoua sa douleur et lui dit pourquoi il avait tué de ses mains le noble enfant."

16 Cette localisation inattendue de la scène du meurtre ne peut guère être mise en parallèle qu'avec celle du passage du Roman de Thèbes où le fils du roi Ligurge est tué par un serpent dans un jardin proche du palais (vers 2167-2442 de l'édition de G. RAYNAUD DE LAGE, Paris ; C.F.M.A., 1966). Il se peut que l'auteur de Thèbes se soit inspiré de cette page du Girart ; sur cette hypothèse, voir R. LOUIS, De l'histoire à la légende, II, t. 1, p. 328.

17 Sur cette interprétation, voir notre étude, L'architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le thème du roi en majesté, Paris-Genève, 1987, pp. 149-153. Comme l'a judicieusement fait remarquer Micheline de Combarieu au cours de la discussion qui a suivi la présente communication, l'interprétation chrétienne du thème sacrificiel est bien lisible, qui fait de l'enfant, à l'instar de l'Agneau divin, la victime expiatoire permettant le rachat. Cette christianisation du motif n'en occulte pas, cependant, l'enracinement dans un lointain paganisme ; ici comme en tant de pages épiques, la lecture ne peut qu'être plurale, intégrant les différents niveaux de conscience qui se superposent dans la création poétique.

18 Nous suivons ici la traduction de Paul Meyer, qui donne à sers son sens plein et spécifique ; il faut cependant reconnaître qu'il a en d'autres passages du poème un sens plus vague, désignant simplement en ce cas un serviteur (voir W.M. HACKETT, Glossaire, p. 879).

19 Voir K.H. BENDER, "Un aspect de la stylisation épique : l'exclusivisme de la haute noblesse dans les chansons de geste du xiie siècle", dans Actes du IVe Congrès International de la Société Rencesvals, Heidelberg, 1967, Heidelberg, 1969, pp. 95-104.

20 Voir en particulier laisse LXIII :
A, Deus ! co mel estait a bon gerrer 940
Qui de fil de vilan fait chevaler,
à rapprocher des exemples comparables cités par Paul Meyer (op. cit., p. 28, n. 2), notamment la maxime lapidaire rapportée par Gautier Map : Non exaltabis servum (De Nugis Curialum, 31 ; voir la traduction de M. PEREZ, Centre d'études médiévales et dialectales de l'Université de Lille III, 1988, p. 133).

21 Au vers 9133, Paul Meyer traduit aico fu car tengut par "ces paroles furent relevées", ce qui affaiblit le sens et peut même donner à croire que les propos de Girart provoquent des mouvements divers parmi les chevaliers présents, ce qui n'est nullement le cas. Il convient donc de donner à tener car son sens plein : ici "apprécier, trouver bon" (voir W.M. HACKETT, Glossaire, p. 648), qui fait nettement ressortir le caractère isolé de la réaction de Guy de Risnel.

22 Voir les communications de Sarah KAY, "Compagnonnage et désordre social dans Daurel et Beton" et de Linda M. PATERSON, "L'enfant dans les chansons de geste occitanes avant 1235", lors du XIe Congrès International de la Société Rencesvals, Barcelone, 1988, à paraître dans les Actes.

23 "Le jour finissait ; c'était le soir et le lendemain le comte devait se mettre en marche avec son armée. Guy lui tendit son épée par le pommeau : "Comte, fais de moi justice à ton plaisir, car j'aime mieux mourir pendu ou brûlé que de te voir recommencer cette guerre." Le comte ne put s'empêcher de désespérer : "Fuis de devant moi, traître, je ne puis plus te voir !" Il appela son chambellan, don Manecier : "Fais sortir et taire tout le monde."

24 "Dame, tu ne dois plus parler de cette douleur. - Seigneur, puisque Dieu n'a pas voulu laisser vivre notre fils, faisons de Dieu, s'il lui plaît, notre héritier. Mieux vaut lui donner que garder pour nous. - Que Dieu t'en donne la force et le loisir."

25 "Girart", dit la comtesse, "cher doux ami, pour Dieu, laisse là toute ta douleur. Tu as perdu tant de puissants amis et de neveux que jamais homme n'en a perdu autant ni de si vaillants. Je prierai Dieu d'entendre ma voix, pour qu'il te donne la paix avec le roi et avec tous les siens." Sur ces paroles, le comte s'éloigna. La comtesse fit retirer son fils du puits et le fit porter à l'église par les clercs avec la croix. On le plaça sous le pavement du chœur." Le poète se réfère explicitement, en ce dernier vers, à la sépulture du petit Thierry dans l'église abbatiale de Pothières, proche du Mont Lassois et du site attribué au château de Roussillon, rattachant ainsi son poème aux données historiques et topographiques bien connues de son public.

26 Sur ce thème, voir K.H. BENDER, König und Vassall. Untersuchungen zur Chanson de geste des XII. Jahrhunderts, Heidelberg, Studia Romanica, 13, 1967.

27 La seconde hypothèse semble la plus probable ; cependant, sur l'identification possible de Thierry d'Ascane - dont la laisse CIV précise qu'il était naz (...) de Lohereine la Tieriane (vers 1581) - avec le Thierry de Lorraine mentionné notamment dans Renaut de Montauban, Fierabras et Gaydon, voir la note de Paul Meyer, op. cit., p. 49, n. 1. Il n'est donc pas complètement exclu que les allusions répétées à l'ancienne inimitié opposant le lignage de Girart à celui de Thierry se rapportent à un maillon aujourd'hui manquant de la tradition épique concernant ce personnage.

28 "Sous les murs de Paris, dans un champ, une quintaine fut établie par trahison. C'est Boson et Seguin de Besançon qui la firent. Les fils de Thierry, de tout jeunes gens, y allèrent, l'un portant une badine, l'autre un bâton. Ils allèrent vers la compagnie que Dieu puisse maudire ! Boson enleva à chacun la tête sous le menton (...) Les fils de Thierry portaient des badines écorcées, les hommes de Boson des boucliers ornés de rosaces. Sous leurs tuniques, ils avaient des cottes de mailles brodées d'or. A Saint-Germain, ils leur dressèrent une embuscade. Là, ils leur ont coupé la tête, et à cause de cela recommencèrent les guerres, si acharnées que cent mille hommes sortirent de leur pays et que seulement parmi les chefs, il en mourut cinq cent charretées, si bien que les campagnes furent dévastées et ruinées. Les fils de Thierry portaient là des bliauts froncés ; les hommes de Boson avaient revêtu sous leurs tuniques des hauberts à triples mailles. Ceux qu'ils ont trahis allaient à l'assemblée. Boson leur coupa à chacun la tête, puis, le parjure, il tua leur père, le duc Thierry d'Ascane, qui se trouvait tout près. " Comme nous l'a justement rappelé Bernard Guidot, cette scène est à mettre en parallèle avec certains meurtres d'enfants ou de très jeunes gens du Cycle des Lorrains, notamment avec l'assassinat des fils d'Hernaut par Fromondin dans Gerbert de Metz, sacrifiés eux aussi à la fureur d'une aveugle vengeance (pp. 239-240 de sa traduction, Nancy, Presses Universitaires, 1988 - voir, sur l'hérédité du conflit dans Gerbert, sa Postface, pp. 265-266 - ; vers 13671-13700 de l'édition de P. TAYLOR, Lille-Louvain, 1952).

29 Ces verges pelades du vers 3427 sont un symbole de paix, intéressant exemple d'un symbolisme végétal aux contenus divers, largement répandu dans l'épopée ; voir la note de Paul Meyer, op. cit., p. 112, n. 2.

30 "Par Dieu", répondit Boson, "Je ne veux pas pleurer, car nous avons tous été élevés pour ce métier, celui que l'on nous a enseigné et auquel nous avons été dressés et accoutumés. Aucun de nous n'a eu parmi ses parents un chevalier qui soit mort dans une maison ou dans une chambre, et non en grande bataille, par l'acier froid. Je ne veux pas porter le reproche d'avoir fini autrement."

Auteur

Université de Paris-Sorbonne. Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540