Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine épique

Aliscans : structures parentales ou filiation spirituelle ?

Bernard Guidot

Texte intégral

  • 1 Pour une première approche d'Aliscans et des rapports entretenus avec la Chanson de Guillaume, on (...)
  • 2 Est-ce un hasard si le mot “geste” peut désigner aussi bien la famille qu'un cycle épique ? Voir l (...)
  • 3 Pour se familiariser avec la notion de structure parentale au Moyen Age, on consultera J.G. Goutte (...)

1Famille et épopée sont indissociables. Et singulièrement dans la chanson des Aliscans1, cadre littéraire et social aux contrastes appuyés, la geste de Narbonne2, communauté charnelle, affective et spirituelle, est la pierre angulaire de tout le développement narratif. Bastion irradiant fondé sur la parenté, elle regroupe des êtres qui se respectent, qui se réfèrent constamment à des valeurs communes, qui nourrissent des ambitions identiques, qui révèlent des traits de caractère comparables. La naissance exclut tout hasard. Toutefois, un ensemble aussi compact, aux influences équilibrantes et reposantes, n'interdit pas, dans l'oeuvre, l'établissement de structures matrimoniales et de structures amicales, nées de penchants individuels. Elles apparaissent comme des ingérences et intrusions dans un univers clos. Ces nouveaux liens ne sont pas sans troubler l'ordre préétabli, mais hésitations, nostalgies et turbulences aboutissent à une harmonie renforcée, sous la bienveillante protection divine3.

I/ ALISCANS : des structures familiales stables et reposantes

  • 4 Pour cette contribution nous utilisons l'édition d'E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch, Aliscans, (...)
  • 5 Voir B. Guidot, Recherches sur la chanson de geste au treizième siècle d'après certaines oeuvres d (...)
  • 6 Pour des vues complémentaires, voir J. Wathelet-Willem, “Les Sarrasins dans le Cycle de Vivien”, I (...)
  • 7 Alisc., vers 354-55b. Le passage fait allusion à l'intrigue du Moniage Guillaume.
  • 8 Alisc., vers 1540-43.

2Les structures parentales d'Aliscans4 s'inscrivent dans un univers tranquillement manichéen. A l'instar de ce qu'il est aisé de constater dans l'ensemble du Cycle de Guillaume d'Orange5, le poète oppose, avec partialité, les communautés sarrasine et chrétienne. Les liens de parenté entre personnages païens sont mentionnés assez fréquemment, mais ce sont notations conventionnelles qui passent sous silence affection, estime, amour6. Le récit procède par données brutes, glisse habilement sur toute précision qui eût été valorisante, le monde chrétien reste présent à l'esprit en permanence : ainsi Haucebier est neveu de Thiébaut, oncle de Synagon qui retint Guillaume dans ses geôles7. Le ciment familial sarrasin repose sur l'agressivité, la haine, l'esprit vindicatif, comme le montre tel passage consacré à Guillaume8 :

Puis le prendront par vive poesté
Si le rendront le neveu Desramé,
Tiebaut d'Arabe k'il a desireté,
Et de sa feme honi et vergondé.

  • 9 Alisc, vers 5987-94.
  • 10 Alisc, vers 6470-80, 6512-18, 1-3 p 399.

3Une tendance dépréciative quelque peu méprisante caractérise la présentation des groupes parentaux sarrasins, même lorsqu'ils se signalent par un redoutable esprit de famille, ainsi Borrel et ses quatorze fils, à la beauté diabolique9. Dès qu'il s'agit de véritables monstres, pourtant capables d'entr'aide, comme Grishart, Guinehart et Flohart, le trouvère ne se sent tenu par aucune réserve10.

  • 11 D'une manière plus large, on peut analyser l'hostilité des bourgeois de Laon vis-à-vis de Guillaum (...)
  • 12 Alisc, vers 2740-47, 2860-78.

4Quant à elle, la famille de Narbonne, solidement organisée, apparaît comme un ensemble dense, sans la moindre fissure - n'était le cas de la reine, que nous envisagerons - s'appuyant sur des convictions inébranlables, n'excluant pas tout esprit sectaire. Les connivences affectives et spirituelles y sont implicites. Les liens du sang, imposés par la nature, sont acceptés d'instinct, avec enthousiasme et spontanéité11. Guillaume incarne le modèle du chevalier offert aux jeunes générations : à la Cour de Laon, irrité par l'injustice et l'ingratitude, le comte déchaîné offre un contraste saisissant avec les courtisans frileux, mesquins et pusillanimes12.

  • 13 Alisc., vers 553-58.
  • 14 A propos de cette cité on pourra se reporter à S. Martinet, “Les Aliscans et la ville de Laon”, Gu (...)
  • 15 Alisc., vers 2658-64.
  • 16 Alisc., vers 129-31, 139-40, 195-204. Pour les conditions qui entourent la mort de Vivien, voir H. (...)
  • 17 Alisc, vers 2596-601, 2605-13.
  • 18 Sur le champ de bataille d'Aliscans, Guichart est aidé par les autres membres du lignage (vers 298 (...)
  • 19 La geste, quittant Laon, promet son aide à Guillaume, en cas de nécessité (vers 3942-50).

5Toute mortelle traverse révèle l'harmonie de la famille. En Aliscans, Guillaume, au terme d'une prière du plus grand péril, souhaite revoir Guibourc, Aimeri, Hermenjart, ses frères ; cet élan d'affectivité ajoute même le roi Louis à la prestigieuse série13. Interpénétration significative des structures féodales et parentales. A Laon14, les principaux membres de la famille sont très heureux de retrouver sain et sauf le plus illustre des Narbonnais15. Ceux-ci se gratifient d’une affection naturelle, sûre, rayonnante. L'assistance virile s'accompagne de douceur et de prévenance, comme le prouve Bertrand avec Vivien mourant16. Cette capacité à une solidarité permanente impose, à la Cour, le respect pour les patriarches, Aimeri et Hermenjart17, établit des habitudes de réconfort et de soutien mutuels, immédiatement prodigués18 ou promis avec toute garantie19.

  • 20 Alisc., vers 2150-66, 2188-92.
  • 21 Alisc., vers 2205-19.
  • 22 Alisc., vers 2265-70.
  • 23 Alisc., vers 3060-66.

6La chanson privilégie les rapports entre Guillaume et son frère Hernaut de Gironde. Comme Gau-vain et Yvain, les deux hommes, ne s'étant pas reconnus, sont d'abord amenés à se battre20, mettant leur valeur à l'épreuve. Aux retrouvailles émues21 succèdent les conseils éclairés du mentor Hernaut22. C'est encore lui qui incite Guillaume à la modération quand Louis refuse toute aide23. Son ascendant et son autorité font merveille.

  • 24 Lire le célèbre article de R. R. Bezzola, “Les neveux”, Mélanges J. Frappier, Genève, Droz, 1970, (...)
  • 25 La comparaison est due à J. Frappier, Les chansons de geste du Cycle de Guillaume d'Orange, Paris, (...)
  • 26 Alisc., vers 728-41.
  • 27 Alisc., vers 827-28.

7Dans l'univers épique, plus qu'entre pères et fils, la parfaite communion des esprits et des coeurs s'établit entre oncles et neveux24. La sympathie viscérale de Guillaume pour Vivien, mêlée de sang et de larmes, l'amène à vivre la Passion du jeune homme25, comme s'il la subissait dans sa chair même : souffrance, tristesse, désolation se donnent libre cours dans un planctus pathétique26. Proposant la confession à Vivien, Guillaume souligne leur grande proximité spirituelle27 :

“Je sui tes oncles, n'i as or plus prochain.
Fors Damedieu, le verai soverain”.

  • 28 Alisc., vers 783, 783a-c.

8Dans un autre passage, Vivien devient le fils de Guillaume et Guibourc, éducation, affection et amour remplaçant les privilèges traditionnels de la paternité et de la maternité28 :

“Je vos nouri par molt grant chiereté,
Et ma moillier au gent cors henoré,
Biaus sire niés, tant vos avoit amé,
VII ans tos pleins geüs a son costé..”

  • 29 Alisc, vers 837-39. Guibourc est triste quand Guillaume rentre seul à Orange (vers 1812-20) ; à la (...)

9Confiance, fierté, sont au coeur de ces ultimes relations entre deux hommes que la perspective de la mort rapproche encore. La disparition de la fleur du lignage fait naître une tristesse poignante qui réapparaît à plusieurs reprises dans l'oeuvre29.

  • 30 Voir B. Guidot, “L'état d'esprit du chevalier dans le Siège de Barbastre”, Charlemagne et l'épopée (...)
  • 31 Alisc., vers 2705-35.

10Dans le cadre des structures parentales de la famille de Narbonne, si les “jeunes” se substituent parfois aux ardeurs défaillantes de leurs aînés30, les “dames de la geste” servent de garant moral, d'incitation à l'efficacité : Hermenjart, à la Cour de Laon, stimule vigoureusement les énergies, alors que Bernart de Brubant et Bueves de Conmarchis s'abandonnaient aux pleurs. Enthousiaste et dynamique, Hermenjart redonne, par ses promesses et affirmations, une âme à son clan, décontenancé par l'injustice31. Grâce à elle, la geste regagne fermeté, détermination, esprit d'initiative.

  • 32 “Sans doute le tableau le plus grandiose qu'ait inspiré l'idée du lignage si puissante dans tout l (...)
  • 33 Sur Guillaume et ses frères, on pourra consulter D.G. Hoggan, La biographie poétique de Guillaume (...)

11C'est à Orange que l'impressionnante unité des Narbonnais s'impose à nous dans une scène que Jean Frappier admirait à juste titre32. Cinq des frères de Guillaume (seul Garin d’Anseüne manque à l’appel)33 parviennent, à la tête d’une armée, au pied de Gloriette. Le trouvère, en maître de la narration, a échelonné les arrivées comme si elles répondaient aux ordres d’un chef invisible. L’art de la mise en scène repose sur un bel ordonnancement, sur un sens réel du spectacle, alliant éclat, châtoiements et couleurs. Une complicité de bon aloi entre les frères aboutit à une émotion toujours renouvelée. Traits épiques et accents pathétiques se marient avec bonheur.

  • 34 Pour les passages les plus significatifs, voir les vers 2576-84, 2637-45, 2683-89, 2748-2810. L'in (...)

12Seule la reine, soeur de Guillaume, met en péril la sérénité et l’équilibre de la geste. L’explosive scène de Laon, débordante de haine et de violence, est d’abord la conséquence d’une sourde inimitié due à des rancunes et des haines accumulées, ayant pour source le mariage avec l’Etrangère (Guibourc). L’affrontement feutré de deux femmes dégénère en bataille verbale sans concession. Mais au dela du conflit personnel, la dissension est hautement symbolique : Guillaume reproche à sa soeur de s’être soustraite à une vie rude, mais saine et vertueuse, pour se plonger dans un milieu où le luxe et la facilité sont synonymes de débauche et de perversion. C’est l’opposition brutale entre la gourmandise, l’inutilité d’une vie de Cour et les souffrances endurées au service de Dieu contre les Sarrasins34. La rupture paraissait consommée, pourtant l’habileté d’Aélis autorise la réconciliation. En définitive, si le décret du sang exclut tout choix personnel, il n’entraîne aucune réaction délétère durable. Les inclinations individuelles sont la base des structures matrimoniales et amicales.

II/ Glissements vers de nouvelles structures : sérénité et humour

13L'irruption au sein de la geste de Narbonne de Guibourc et Rainouart est susceptible de modifier la stabilité des structures parentales d'origine. Tous deux ne sont-ils pas Sarrasins ? L'intégration au monde chrétien est grandement facilitée, toutefois, par l'amour d'Orable et par l'admiration de Rainouart pour les vertus chevaleresques.

  • 35 Pour le champ de bataille d'Aliscans, voir R. Lejeune, “A propos du toponyme L'Archamp, Larchamp, (...)
  • 36 Alisc., vers 1047, 1047a, 1048, 1050-56.
  • 37 Alisc., vers 1149-53. Pour Aérofle et Thiébaut, consulter A. Moisan, op. cit.. Tome I, vol. 1, p 1 (...)
  • 38 Alisc., vers 1185-89.
  • 39 Alisc., vers 1196-1201.

14Paradoxalement Guillaume est contraint, par épisodes, à des relations de type parental avec l'univers sarrasin. Sur le champ de bataille d'Aliscans35, l'un des quinze rois que le comte doit affronter s'appelle Esmeré d'Odïerne, est fils de Thiébaut. La chanson le qualifie de “fillatre” de Guillaume et, s'il adresse à ce dernier force reproches (l'avoir dépouillé de ses biens, après avoir enlevé sa mère et massacré deux de ses frères), il l'interpelle en disant “Sire paratre”36. Aérofle, quant à lui, généralement considéré comme le frère de Desramé, dans une violente diatribe, se déchaîne contre Guillaume et Guibourc, accusés d'avoir spolié Thiébaut, son neveu par alliance37. Faire des concessions à l'adversaire ne correspond guère à la nature profonde du vainqueur de Corsolt : a-t-il confusément mauvaise conscience pour employer un ton si modéré qu'il commence sa réponse par “Sarrasin frere” et pour proposer de rendre justice et de faire réparation ?38. Sa faiblesse passagère n'est pas récompensée, Aérofle opposant une brutale fin de non recevoir39.

  • 40 Alisc., vers 1812-39a.
  • 41 Alisc., vers 1842-44, 1846-47a.
  • 42 Alisc., vers 1831-35.

15Pour sa part, Guibourc est en parfaite communion avec les enfants de Narbonne qu'elle considère tous comme de proches parents. Aucun “bacheler” n'exprime quelque méfiance à son égard. Tout affront lui est épargné. Soucieuse du sort des neveux, elle ressent une violente émotion lors de la défaite d'Aliscans40, reproche à Guillaume de ne pas avoir assuré la protection nécessaire41 et surtout se considère clairement comme responsable de la catastrophe à cause de son origine sarrasine et de son mariage42.

  • 43 Alisc., vers 1029i-m. Pour envisager avec plus de précision les rapports entre les deux époux, lir (...)
  • 44 Alisc., vers 595-96, 805d-i.
  • 45 Alisc., vers 755-60.
  • 46 Alisc., vers 1560-66.
  • 47 Alisc., vers 1652-54.
  • 48 Alisc., vers 1963-68.
  • 49 C'est Guibourc qui incite son époux à réclamer de l'aide à la Cour (vers 1903-18).
  • 50 Alise, vers 1740-52, 1792-1811.

16Le couple Guillaume-Guibourc se signale par sa sérénité. Les époux sont intimement rapprochés par les épreuves surmontées ensemble43 ; même éloignée, Guibourc, encouragement incarné, stimule son compagnon44, lui sert de référence morale, de garant, d'intercesseur auprès de la divinité45, de juge sévère mais équitable46. Cherchant constamment à être dignes l'un de l'autre, tous deux se plient aux exigences de l'être aimé, ainsi Guillaume va délivrer les prisonniers chrétiens pour prouver son identité, Guibourc refusant de confondre un vaincu désorienté avec le brillant souvenir qu'elle conserve au coeur47. L'harmonie et la paix intérieure se traduisent encore par des gestes de tendresse48, par d'heureuses influences49, la joie des retrouvailles après exploit, le regret rétrospectif des risques encourus inutilement50.

  • 51 Voir le commentaire de J. Frappier, op. cit., I, p 258. Pour l'atmosphère de la chanson, lire F. W (...)
  • 52 Alisc., vers 1985-2003.
  • 53 Rencontrant Hernaut de Gironde, Guillaume, quoique très content, refuse tout contact avec sa bouch (...)

17Le sérieux, parfois le pathétique, des relations entre Guillaume et Guibourc évolue vers un certain sourire, dès le moment où l'héroïne exprime sa jalousie, signe qu'Aliscans est marquée d'esprit romanesque51. Partant pour Laon, Guillaume se lie par une promesse passablement comique. Tant qu'il n'aura pas revu son épouse, il ne changera pas de vêtements, mènera une vie austère, privée de vin, de viande, de tout confort et n'embrassera personne52. A sept reprises53, le comte se trouve confronté à des situations qui ne manquent ni de sel ni d'humour. La rigidité toute littérale d'une convention due aux tyrannies du mariage évolue en dissonance pleine d'esprit, conséquence du strict respect d'un curieux formalisme.

  • 54 Sur le thème de l'amitié, lire H. Legros, “Le vocabulaire de l'amitié, son évolution sémantique au (...)
  • 55 Alisc., vers 2410-28.
  • 56 Alisc., vers 2504-07.
  • 57 Alisc., vers 2538-45, 2557, 2559-60.
  • 58 Alisc., vers 3032-35, 3486-93.

18La création de structures amicales54 relève d'affinités électives qui peuvent susciter la mise à l'écart ou le rejet des liens parentaux originels. Etablir une filiation spirituelle n'est pas aisé. Guillaume est choqué à Laon par l'ingratitude de ceux qu'il a formés et comblés55. En revanche, une harmonie spirituelle, une véritable communion des esprits, peuvent naître entre des hommes venus d'horizons sociaux très différents, comme Guillaume et le bourgeois Guimart. La magnanimité de ce dernier qui apporte son aide sans réserve56 fait disparaître toute barrière due à la naissance. Guimart devient le confident de Guillaume, même quand se trouvent proférées de graves menaces vis-à-vis du roi57 ; le calme étant rétabli à la Cour, le bourgeois trouve place à la table d'honneur58.

  • 59 A propos de Rainouart et de ses relations avec ses proches, on pourra lire A. Friscia “Le personna (...)
  • 60 Alisc., vers 4281-82 :
    Est ce diables ki nos voelle tuer ?
    Je quit Guibors nos veut tos encanter”.
    A (...)
  • 61 Alisc., vers 3459-61.
  • 62 Alisc., vers 5766-69, 5836-46.
  • 63 Alisc., vers 47-51 p 359.
  • 64 Alisc., vers 6642i-s, 6644a-t.
  • 65 Alisc., vers 6360-72, 6394-99, 6419-28.
  • 66 Alisc., vers 5847-51 ; et Desramé est fortement impressionné par l'efficacité guerrière de Rainoua (...)
  • 67 Alisc., vers 5-17 p 357, 18-25 p 357-58, 6597-6609.
  • 68 Rainouart va jusqu'à dire à Desramé qu'il n'est pas son fils (vers 6615-17). Le second dialogue es (...)

19Longtemps aveuglé par les apparences, Guillaume s'obstine à négliger le dévouement admiratif de Rainouart. Il est vrai que tout semblait séparer ce misérable torche-pot d'origine païenne et le prestigieux Narbonnais59. Séduit par le monde chrétien, touché par la grâce, Rainouart ignore longtemps les avanies, avant de se fâcher, car les appréciations de la geste n'ont pas toujours l'élégance spirituelle d'Aÿmer60. Le bon géant est dévoué corps et âme à son modèle chevaleresque61, ce qui, dans son esprit, va de pair avec une farouche hostilité à l'égard de son univers d'origine62. Il est bien décidé à n'épargner aucun de ses proches parents par le sang. Borrel n'échappe pas à la mort, pas plus que Jambu, son propre frère63 ; Ténébre subit de terribles assauts64 ; à l'égard de Walegrape, Rainouart se montre brutalement sectaire65. Mais c’est vis-à-vis de son père Desramé qu'il révèle avec le plus d'acuité sa terrible détermination : tout refus de conversion sera puni de mort66 ; à deux reprises, se noue un dialogue direct, particulièrement édifiant, le roi sarrasin se montrant moins intransigeant et plus ouvert que son fils67 qui, tout à fait méprisant, multiplie les menaces et les considérations outrancières68

  • 69 Alisc, vers 85-91 p 351, 6689-6703. Il se voit même destiné à la condition royale dans le monde ch (...)
  • 70 Alisc., vers 4355-57.

20Sans doute Rainouart est-il amené, par nécessité, à durcir son point de vue, ce qui ne flatte pas son image, mais, répliquant à Haucebier, il révèle aussi une grande noblesse d'âme, insistant sur les qualités du coeur, sur la valeur de toute créature qu'on ne saurait juger à l'apparence69. Le poète lui-même prend ses distances avec les jugements hâtifs de la geste : Rainouart sera “sor tos prisiés et alosés”70.

  • 71 Alisc., vers 3455-57, 3-781-83, 3850-52, 3885-93, 4365-67, 4404-08.
  • 72 Alisc., vers 3540-40ab, 3723-28, 4698-4701, 6746-48.
  • 73 Alisc., vers 6655-68.
  • 74 Alisc., vers 6680-81.

21Mais l'intransigeance dans les convictions et ce sublime, quelque peu moralisant, paraitraient singulièrement austères, s'ils n'étaient tempérés par l'humour. Or, Rainouart donne une nouvelle dimension à sa débordante propension à l'amitié, en transformant son tinel en véritable personnage. L'amitié de Rainouart est à ce point passionnée qu'il insuffle vie à son compagnon et le texte d'Aliscans, avec une finesse certaine, dans une atmosphère qui rappelle tantôt le tragique, tantôt le vaudeville, évoque leurs relations tumultueuses, en s'attardant sur les marques d'affection71, les chagrins spectaculaires72, les fâcheries73, reproches, remords et réconciliations74. L'ambiguïté narrative est prolongée, le ton implique tellement le sourire entendu que plusieurs scènes pourraient s'appliquer à des amants qui, à cause de sentiments compliques, se feraient souffrir avant de se rapprocher. La sérénité épique, parfois troublée par Rainouart, voisine donc avec des tonalités nouvelles, agréablement dissonantes. De fait, amour et amitié qui ont quelque peu bousculé les structures parentales originelles ne vont pas sans hésitations, agitations et égarements passagers. Retrouver une paix, d'essence supérieure, n'est pas simple.

III/ Nostalgie, troubles et turbulences : vers la création d'une nouvelle harmonie

  • 75 Alisc., vers 3197-3203, 3258-70.
  • 76 Alisc., vers 3274.
  • 77 Alisc., vers 3271-73.

22L'ardeur de Rainouart au service des chrétiens pourrait laisser supposer qu’il n’a jamais été effleuré par quelque remords de conscience. Il n’en est rien. Certes, dès le début de sa captivité, le bon Sarrasin refuse de dévoiler ses origines à Louis75. Silence éloquent et révélateur d’une farouche volonté de rompre avec toute structure familiale et, au-delà, avec les habitudes sociales, religieuses, léguées par l’éducation. La discrétion obstinée de Rainouart le maintient dans une infamie à laquelle il aurait sans doute pu mettre un terme, d’autant que le roi Louis, confusément, a deviné d’illustres origines76. Rainouart affirme sa volonté de conversion ; celle-ci est méprisée à cause de son attitude sans concession77.

  • 78 Alisc., vers 3316-21.
  • 79 Alisc., vers 7358-59.
  • 80 Alisc., vers 4878-84.
  • 81 Alisc., vers 4381-4403.
  • 82 Alisc., vers 7538. Pour une bonne vue d'ensemble du passage, voir aussi 7518-20, 7520f-g, 7520v-w (...)

23Mais s’étonner de cette rigidité initiale serait une référence implicite à la cohérence, à la logique, à la raison. A Laon, son inertie est instinctive, montre, à rebours, la profondeur de son trouble. Celui-ci est également patent dans les moments de crise, lorsque Rainouart, avec ostentation, rappelle ses origines royales. L’abondance verbale a remplacé le silence mais elle s’explique de la même manière. Au tréfonds de lui-même, Rainouart n’est pas satisfait par la place qu’on lui concède grâce à ses exploits. L’aigreur et la déception l’animent quand il menace Louis dans sa propre Cour, avec des accents comparables à ceux de Guillaume, tout en évoquant avec douleur le destin qu’il aurait pu avoir : porter couronne et commander à des milliers d’hommes78. Il réaffirme ailleurs sa nature royale, tantôt comme garant de qualité guerrière, incitant les Français à mieux se battre79 ou à ne pas mépriser les couards qu’il a pris en charge80, tantôt comme justification de sa violence meurtrière, après avoir jeté dans un brasier le cuisinier qui l’humiliait81. La rancoeur de Rainouart est telle, à la suite du malencontreux oubli dont il est victime de la part de Guillaume, qu’il se confie spontanément à des chevaliers de rencontre, en opposant sa condition royale à l’ascendance du comte narbonnais. Sa conclusion est péremptoire82 :

“Plus sui haus nom ke il ne soit d’asés”.

  • 83 Les liens de parenté entre Rainouart et Baudus ne sont pas les mêmes d'un passage à l'autre : dans (...)
  • 84 Alisc., vers 6891-93.
  • 85 Alisc., vers 6442-43 et 1-6 p 390.
  • 86 Alisc., vers 7-10 p 391.
  • 87 Alisc., vers 12-15 p 399 et 1-11 p 399-400.
  • 88 Alisc., vers 6974-79. Le texte fait observer l'absurdité de l'affrontement (vers 7022a-23) :
    Cascun (...)
  • 89 Alisc., vers 4580-83.

24C’est à Baudus83, qui cherche à le ramener dans la sphère sarrasine, que le bouillant géant explique le mieux la raison de son déchirement intérieur : être à la fois fils du roi Desramé et beau-frère de Guillaume au Court Nez84. Comment ne serait-il la proie de regrets cuisants, d’incertitudes et de turbulences ? En fait, la mauvaise conscience de Rainouart perce à plusieurs reprises, malgré la brutale rigidité de sa conduite. Après avoir tué son frère Walegrape, il laisse échapper, dans sa solitude, des propos chargés de sentiments douloureux, de honte, de remords, se traitant d’infâme meurtrier85, mais il se ressaisit très vite, rejetant la responsabilité sur la victime86. Il est torturé par doutes et scrupules, quand Desramé et Guillaume se retrouvent face à face, mais finalement se décide à aider son protecteur chrétien87. Baudus lui inspire les paroles les plus sincères et les plus émouvantes. Elles sont cri d’affection avant d’être discours de conciliation88, exercent une influence décisive sur la conversion du Sarrasin. En quête de tendresse et de chaleur humaine, Rainouart est heureux des attentions renouvelées dont Guibourc le gratifie89.

  • 90 Alisc., vers 7866-68.

25La totale mutation d’Orable n’empêche pas des retours en arrière, nuancés de nostalgie. Son habituelle maîtrise de soi, si utile à la geste, laisse place à des propos dans lesquels le passé s’insinue avec ses séductions liées à la famille originelle. Guibourc ne dit-elle pas à Rainouart, en présence de Guillaume90 :

“Quant je vous voi molt sui lie et joiable
De mon lignage n’ai fors vos a ma table
S’ai maint parent vaillant et ounerable”.

  • 91 Alisc., vers 4474-76.
  • 92 Alisc., vers 4541-45.
  • 93 Alisc., vers 4514-16ab, 4517-18.
  • 94 Alisc., vers 7788-95, 7802d-e.
  • 95 Alisc., vers 6-10 p 493.
  • 96 L'édition de Halle permet de confronter plusieurs versions de la laisse 184 qui raconte le glissem (...)
  • 97 Alisc., vers 71-76 p 499.

26Il est bien naturel que deux transfuges se rapprochent, lorsque leurs convictions, fugitivement, vacillent. Un vague et confus désarroi explique sans doute que Guibourc qui a rapidement pris conscience que Rainouart est son frère, n’en souffle mot pendant un certain temps91. Dissimulant son émotion92, elle se contente d’une aide vigilante, lui réservant une épée ayant appartenu à Corsuble et Thiébaut93. Une affectueuse complicité s’établit entre Guibourc et Rainouart. Elle se passe longtemps de toute parole superflue. En Aliscans, la rupture presque consommée entre Guillaume et son bouillant allié précipite les événements. Guibourc obtient la réconciliation94, affiche, devant les Français, son attachement pour son frère95. Désormais la scène de reconnaissance est possible96. Dominant les ultimes turbulences de leur coeur, tous deux ont prouvé leur totale allégeance à l’univers chrétien. Rainouart confie à Guibourc qu’il connaissait leurs liens de parenté mais se sentait jusque là indigne d’elle et de Guillaume97. L’établissement de nouvelles structures, matrimoniales et amicales, paisible au départ, n’exclut donc pas certains malaises. Parvenir à une nouvelle harmonie nécessite l’aide du charme féminin et de la clairvoyance divine.

  • 98 Alisc., vers 2831-35.
  • 99 Alisc., vers 2839-47.
  • 100 Voir l'impression qu'elle provoque au sein des courtisans et l'accueil qui lui est réservé par les (...)
  • 101 Alisc., vers 2914-29.

27Une femme est responsable de la violente crise de Laon ; c’est une jeune fille, Aélis, qui dissipe l’orage, avec bon sens et mesure, révélant une redoutable efficacité, non pas parce qu’elle est nièce de Guillaume, mais plutôt sa fille spirituelle. Devant la reine (sa mère) effondrée, elle développe très exactement l’argumentation que le comte mettrait en avant : une faute politique a été commise à l’égard du membre le plus brillant de la geste, inlassable défenseur de la légitimité98. Convaincue, la reine rend hommage à la sagesse des propos et souhaite le rétablissement de l’entente99. La personnalité d’Aélis est immédiatement rayonnante100. En parfaite communion avec Guillaume, elle sait, dans une habile plaidoirie, trouver les mots qui touchent son coeur101. Leur harmonie spirituelle, beaucoup plus que le résultat d’une éducation, est la conséquence de la grâce divine.

28Sous le regard de Dieu, les antagonismes humains ont un caractère dérisoire. Dissensions et divergences s’estompent. Les crises et leurs couleurs tranchées se dissipent dans la grisaille. Les structures à ici-bas, qu’elles soient léguées par la naissance ou crées par des inclinations individuelles, perdent de leur importance, de même que les crispations, hésitations, scrupules et sursauts qui s’y associent. Le projet divin, cautionné par la conversion de Baudus, la foi ardente de Guibourc et Rainouart, est une conciliation universelle des esprits. Seuls sont exclus les païens qui s’obstinent dans leurs croyances, car le dogme de la communion des saints permettrait de les intégrer, l’Eglise céleste, triomphante, dispensant ses grâces aux hommes luttant encore péniblement pour devenir des élus.

  • 102 Pour les apports d'un nouveau manuscrit, voir D. Mac Millan, “Un manuscrit hors série : le cas du (...)

29Comme la Chanson de Guillaume, Aliscans102 conserve une atmosphère de guerre sainte, or, si l’esprit de croisade implique ardeur belliqueuse, il suppose aussi parfaite solidarité. Le lignage de Narbonne, avec ses cadres solides et éprouvés, procure à tous ses membres réconfort, protection contre la solitude. De nobles origines sont sécurisantes. Mais, sur le plan humain, harmonie et communion des âmes se conçoivent surtout avec la filiation spirituelle qui d’ailleurs ne remplace pas forcément les structures parentales. Mais tout s’apaise dans le sein de Dieu, les passions s’effacent, les êtres se fondent dans le corps mystique qui rassemble les créatures liées par la naissance, l’amour, l’amitié. D’autant plus que les desseins du Seigneur sont impénétrables.

Notes

1 Pour une première approche d'Aliscans et des rapports entretenus avec la Chanson de Guillaume, on pourra consulter, en plus de J. Runeberg, Etudes sur la Geste Rainouart, Helsingfors, Aktiebogelaget-Handelstrycke, 1905, F. W. Fischer, Der Stil des Aliscans-Epos, Rostock, R. Beckmann, 1930, A. Klapôtke, Das Verhältnis von Aliscans zur Chanson de Guillaume, Halle, Hofbuchdruckerei von Koemmerer und Co, 1907, P. Rasch, Verzeichnis der Namen der altfranzösischen chanson de geste Aliscans, Magdeburg, O. Friese, 1909, et K. Schneider, Die Charakteristik der Personen im Aliscans, Waidhofen, Henneberg, 1901. Une impeccable et méticuleuse analyse de la Chanson de Guillaume et de ses rapports avec Aliscans a été publiée par J. Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume, Etudes accompagnées d'une édition, 2 volumes, Paris, Belles Lettres, 1975. En ce qui concerne des articles déjà anciens, on pourra, éventuellement, lire R. Weeks, “Etudes sur Aliscans”, Romania, 30, 1901, p 184-97 et 38, 1909, p 1-43, St. Hofer, “Die Chanson de Guillaume und ihre Stellung zu den Fortsetzungen Covenant Vivien, Chanson de Rainoart, Aliscans”, Zeitschrift fur französische Sprache und Literatur, 43, 1915, p 252-69 et A.H. Krappe, “The Origin of the Geste Rainouart”, Neuphilologische Mitteilungen, 24, 1923, p 1-10.

2 Est-ce un hasard si le mot “geste” peut désigner aussi bien la famille qu'un cycle épique ? Voir l'article de W. van Emden, “Contribution à l” étude de l'évolution sémantique du mot “geste” en ancien français”, Romania, 96, 1975, p 105-22.

3 Pour se familiariser avec la notion de structure parentale au Moyen Age, on consultera J.G. Gouttebroze, “Famille et structures de la parenté dans l'oeuvre de Chrétien de Troyes”, Europe, n° 642, 1982, p 77-95, J.H. Grisward, “Individualisme et “esprit de famille” dans Garin le Loherain”, Famille et parenté dans l'Occident médiéval, Rome, Ecole française, 1977, p 385-96, A. Guerreau-Jalabert, “Sur les structures de parenté dans l'Europe médiévale”, A.E.S.C., 36ème année, nov. déc. 1981, p 1028-45, M. Mancini, “Aiol et l'ombre du père”, VIII Congreso de la Société Rencesvals, Pamplona, Institucion Principe de Viana, 1981, p 305-11, A. Planche, “Roland fils de personne. Les structures de la parenté du héros dans le manuscrit d'Oxford”, Charlemagne et l'épopée romane, Paris, Belles Lettres, 1978, II, p 595-604.

4 Pour cette contribution nous utilisons l'édition d'E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch, Aliscans, kritischer Text, Halle, M. Niemeyer, 1903. Sous peu, l'édition de Cl. Régnier, Paris, Champion, la remplacera. Sa version sera traduite, chez le même éditeur, par J. Subrenat et B. Guidot. Autrefois, la chanson avait été adaptée par C. Chacornac, Paris, F. Lanore, 1933. L'examen des rapports de parenté entre les personnages épiques est grandement facilité par l'impressionnant ouvrage d'A. Moisan, Répertoire des Noms Propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les oeuvres étrangères dérivées, Genève, Droz, 1986, et, singulièrement, tome II, vol. 5, p 957-1025. Pour notre sujet ce sont surtout les pages 961-62, 986, 994, 1024 qui importent.

5 Voir B. Guidot, Recherches sur la chanson de geste au treizième siècle d'après certaines oeuvres du Cycle de Guillaume d'Orange, Aix, Publications de l'Université de Provence, 1986, I, p 3-113 et II, p 765-807. Dans le même ordre d'idée, on pourra consulter B. Guidot, “La partialité du trouvère est-elle discrètement infléchie dans Garin le Loherain ?”, Au carrefour des routes d'Europe : la chanson de geste, Aix, Publications du CUERMA, Senefiance n° 20 et 21, 1987, I, p 601-27. La bibliographie des Recherches.., II, p 1117, fournit, pour Aliscans, la liste de toutes les éditions existant actuellement.

6 Pour des vues complémentaires, voir J. Wathelet-Willem, “Les Sarrasins dans le Cycle de Vivien”, Images et signes de l'Orient dans l'Occident médiéval, Aix, Publications du CUERMA, Senefiance n° 11, 1982, p 357-70.

7 Alisc., vers 354-55b. Le passage fait allusion à l'intrigue du Moniage Guillaume.

8 Alisc., vers 1540-43.

9 Alisc, vers 5987-94.

10 Alisc, vers 6470-80, 6512-18, 1-3 p 399.

11 D'une manière plus large, on peut analyser l'hostilité des bourgeois de Laon vis-à-vis de Guillaume comme une réaction contre l'étranger, contre celui qui, apparemment, n'appartient pas au même monde (Alisc., p 137 et suivantes).

12 Alisc, vers 2740-47, 2860-78.

13 Alisc., vers 553-58.

14 A propos de cette cité on pourra se reporter à S. Martinet, “Les Aliscans et la ville de Laon”, Guillaume et Willehalm. Les épopées françaises et l'oeuvre de Wolfram von Eschenbach, Göppingen, Kümmerle-Verlag, 1985, p 71-80.

15 Alisc., vers 2658-64.

16 Alisc., vers 129-31, 139-40, 195-204. Pour les conditions qui entourent la mort de Vivien, voir H. Legros, “De Vivien à Aiol. De la sainteté du martyre à la sainteté commune”. Essor et fortune de la chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin, Modena, Mucchi Editore, 1984, II, p 931-48.

17 Alisc, vers 2596-601, 2605-13.

18 Sur le champ de bataille d'Aliscans, Guichart est aidé par les autres membres du lignage (vers 298-301).

19 La geste, quittant Laon, promet son aide à Guillaume, en cas de nécessité (vers 3942-50).

20 Alisc., vers 2150-66, 2188-92.

21 Alisc., vers 2205-19.

22 Alisc., vers 2265-70.

23 Alisc., vers 3060-66.

24 Lire le célèbre article de R. R. Bezzola, “Les neveux”, Mélanges J. Frappier, Genève, Droz, 1970, I, p 89-114.

25 La comparaison est due à J. Frappier, Les chansons de geste du Cycle de Guillaume d'Orange, Paris, SEDES, 1955, I, p 192. Pour les relations entre Guillaume et Vivien, lire J. Wathelet-Willem, “Vivien et le héros “Al Corb Nes” dans la Chanson de Guillaume”, Symposium in honorem Martin de Riquer, Universitat de Barcelona, Quaderns Crema, 1986, p 463-76.

26 Alisc., vers 728-41.

27 Alisc., vers 827-28.

28 Alisc., vers 783, 783a-c.

29 Alisc, vers 837-39. Guibourc est triste quand Guillaume rentre seul à Orange (vers 1812-20) ; à la fin, la tristesse accable tous les coeurs lorsque se séparent les survivants de la famille (vers 8387abc, 8388-89).

30 Voir B. Guidot, “L'état d'esprit du chevalier dans le Siège de Barbastre”, Charlemagne et l'épopée romane, Paris, Belles Lettres, 1978, II, p 629-42.

31 Alisc., vers 2705-35.

32 “Sans doute le tableau le plus grandiose qu'ait inspiré l'idée du lignage si puissante dans tout le Cycle”, (op. cit., I, 1955, p 265). Pour l'ensemble de la scène, voir les vers 4130-48 (Hernaut de Gironde), 4149-80 (Bueves de Conmarchis), 4181-4209 (Bernart de Brubant), 4210-30 (Guibert d'Andrenas), 4231-64 (Aÿmer le Chétif), 4265-70 (joie générale).

33 Sur Guillaume et ses frères, on pourra consulter D.G. Hoggan, La biographie poétique de Guillaume d'Orange, thèse dactylographiée, Strasbourg, 1953, II, p 126-60.

34 Pour les passages les plus significatifs, voir les vers 2576-84, 2637-45, 2683-89, 2748-2810. L'intervention d'Aélis amène la réconciliation (vers 2963-68). Pour un commentaire soigné de cet épisode, lire J. Wathelet-Willem, “Le Roi et la Reine dans la Chanson de Guillaume et dans Aliscans : analyse de la scène de Laon”, Mélanges J. Lods, Paris, 1978, I, p 558-70.

35 Pour le champ de bataille d'Aliscans, voir R. Lejeune, “A propos du toponyme L'Archamp, Larchamp, dans la Geste de Guillaume d'Orange”, Boletin de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 31, 1965-66, p 143-51 et J. Wathelet-Willem, “Le champ de bataille où périt Vivien”, Hommage au Professeur M. Delbouille, Liège, Marche Romane, 1973, p 61-74.

36 Alisc., vers 1047, 1047a, 1048, 1050-56.

37 Alisc., vers 1149-53. Pour Aérofle et Thiébaut, consulter A. Moisan, op. cit.. Tome I, vol. 1, p 113 et Tome I, vol. 2, p 918-19.

38 Alisc., vers 1185-89.

39 Alisc., vers 1196-1201.

40 Alisc., vers 1812-39a.

41 Alisc., vers 1842-44, 1846-47a.

42 Alisc., vers 1831-35.

43 Alisc., vers 1029i-m. Pour envisager avec plus de précision les rapports entre les deux époux, lire J. Wathelet-Willem, “Guillaume, mari ridicule et complaisant ?”, Mélanges Ch. Rostaing, Liège, 1974, II, p 1213-22 et, du même auteur, “Guibourc, femme de Guillaume”, Les chansons de geste du Cycle de Guillaume d'Orange III. Les Moniages-Guibourc. Hommage à J. Frappier, Paris, 1983, p 335-55, ainsi que D. Mac Millan, “Orable, fille de Desramé”, Mélanges R. Lejeune, Gembloux, 1969, II, p 829-54.

44 Alisc., vers 595-96, 805d-i.

45 Alisc., vers 755-60.

46 Alisc., vers 1560-66.

47 Alisc., vers 1652-54.

48 Alisc., vers 1963-68.

49 C'est Guibourc qui incite son époux à réclamer de l'aide à la Cour (vers 1903-18).

50 Alise, vers 1740-52, 1792-1811.

51 Voir le commentaire de J. Frappier, op. cit., I, p 258. Pour l'atmosphère de la chanson, lire F. Wiesmann-Wiedemann, “Les rapports entre la structure, les personnages et la matière d'Aliscans”, Voices of Conscience : Essays on Medieval and Modem French Literarure in Memory of J.D. Powell and R. Hodgins, Philadelphia, Temple University Press, 1977, p 61-77 et, surtout, J. Wathelet-Willem, “Aliscans, témoin de l'évolution du genre épique à la fin du douzième siècle”, Mélanges Ch. Foulon, Rennes, 1980, I, p 381-92. Pour son adaptation à l'étranger, voir, entre autres, D. Rocher, “Wolfram von Eschenbach, adaptateur de la chanson d'Aliscans”, Au carrefour des routes d'Europe : la chanson de geste, Aix, Publications du CUERMA, Senefiance n° 20 et 21, 1987, II, p 959-73.

52 Alisc., vers 1985-2003.

53 Rencontrant Hernaut de Gironde, Guillaume, quoique très content, refuse tout contact avec sa bouche (vers 2215-19 et 227 3) ; chez Guimart, il se contente d'un frugal repas (vers 2512-24) et remplace draps et couvertures par de l'herbe fraiche, des joncs (vers 2528-32) ; à la Cour, il évite toute effusion avec ses parents et frères et soeurs (vers 2660-64), ne consomme que de la tourte et de l'eau (vers 3038-41) ; la scène des adieux avec l'ensemble de la famille exclut le baiser (vers 3945-47). L'épilogue se situe aux vers 4082-85.

54 Sur le thème de l'amitié, lire H. Legros, “Le vocabulaire de l'amitié, son évolution sémantique au cours du douzième siècle”. Cahiers de Civilisation Médiévale, 23, 1980, p 131-39.

55 Alisc., vers 2410-28.

56 Alisc., vers 2504-07.

57 Alisc., vers 2538-45, 2557, 2559-60.

58 Alisc., vers 3032-35, 3486-93.

59 A propos de Rainouart et de ses relations avec ses proches, on pourra lire A. Friscia “Le personnage de Rainouart au Tinel dans la chanson d'Aliscans”, Annales de l'Université de Grenoble, 21, 1909, p 43-98 (mais les idées de l'auteur sont pour le moins bizarres) et quatre articles de J. Wathelet-Willem, “Le personnage de Rainouart dans la Chanson de Guillaume et dans Aliscans”, Studia Romanica, Heft 14, 1969, p 166-78, “La femme de Rainouart”, Mélanges J. Frappier, Genève, 1970, II, p 1105-18, “Les parents de Rainouart”, Le Moyen Age, 83, 1977, p 53-70 et “Rainouart et son Cycle”, Mittelalterstudien. E. Köhler zum Gedenken, Heidelberg, 1984, p 288-300.

60 Alisc., vers 4281-82 :
Est ce diables ki nos voelle tuer ?
Je quit Guibors nos veut tos encanter”.
Aux vers 3217-21, l'œuvre avait fait une présentation plus classique de la beauté de Rainouart qui n'a pas été dénaturée par les vicissitudes de son existence.

61 Alisc., vers 3459-61.

62 Alisc., vers 5766-69, 5836-46.

63 Alisc., vers 47-51 p 359.

64 Alisc., vers 6642i-s, 6644a-t.

65 Alisc., vers 6360-72, 6394-99, 6419-28.

66 Alisc., vers 5847-51 ; et Desramé est fortement impressionné par l'efficacité guerrière de Rainouart (vers 19-25 p 347-48).

67 Alisc., vers 5-17 p 357, 18-25 p 357-58, 6597-6609.

68 Rainouart va jusqu'à dire à Desramé qu'il n'est pas son fils (vers 6615-17). Le second dialogue est mentionné aux vers 15-18 p 405.

69 Alisc, vers 85-91 p 351, 6689-6703. Il se voit même destiné à la condition royale dans le monde chrétien (vers 6702-03).

70 Alisc., vers 4355-57.

71 Alisc., vers 3455-57, 3-781-83, 3850-52, 3885-93, 4365-67, 4404-08.

72 Alisc., vers 3540-40ab, 3723-28, 4698-4701, 6746-48.

73 Alisc., vers 6655-68.

74 Alisc., vers 6680-81.

75 Alisc., vers 3197-3203, 3258-70.

76 Alisc., vers 3274.

77 Alisc., vers 3271-73.

78 Alisc., vers 3316-21.

79 Alisc., vers 7358-59.

80 Alisc., vers 4878-84.

81 Alisc., vers 4381-4403.

82 Alisc., vers 7538. Pour une bonne vue d'ensemble du passage, voir aussi 7518-20, 7520f-g, 7520v-w et 7533-37. Dans les vers 7556-69 et 7577-79, Rainouart se répand en menaces proférées contre la geste de Narbonne.

83 Les liens de parenté entre Rainouart et Baudus ne sont pas les mêmes d'un passage à l'autre : dans les vers 5106-10d, Baudus est neveu de Rainouart (fils de sa soeur aînée, reine d'Oriende) ; dans les vers 6933-38, il est cousin de Rainouart ; cette ambiguïté du rapport parental est reproduite par A. Moisan, op. cit., Tome I, vol. 1, p 217.

84 Alisc., vers 6891-93.

85 Alisc., vers 6442-43 et 1-6 p 390.

86 Alisc., vers 7-10 p 391.

87 Alisc., vers 12-15 p 399 et 1-11 p 399-400.

88 Alisc., vers 6974-79. Le texte fait observer l'absurdité de l'affrontement (vers 7022a-23) :
Cascuns tenoit en sa main un tronçon
Cousins estoient et d'une nation.

89 Alisc., vers 4580-83.

90 Alisc., vers 7866-68.

91 Alisc., vers 4474-76.

92 Alisc., vers 4541-45.

93 Alisc., vers 4514-16ab, 4517-18.

94 Alisc., vers 7788-95, 7802d-e.

95 Alisc., vers 6-10 p 493.

96 L'édition de Halle permet de confronter plusieurs versions de la laisse 184 qui raconte le glissement progressif vers l'aveu réciproque.

97 Alisc., vers 71-76 p 499.

98 Alisc., vers 2831-35.

99 Alisc., vers 2839-47.

100 Voir l'impression qu'elle provoque au sein des courtisans et l'accueil qui lui est réservé par les Narbonnais (vers 2850-84).

101 Alisc., vers 2914-29.

102 Pour les apports d'un nouveau manuscrit, voir D. Mac Millan, “Un manuscrit hors série : le cas du manuscrit S de la Chevalerie Vivien-Aliscans (Bodléienne French e. 32)”, Symposium in honorem Martin de Riquer, Universitat de Barcelona, Quaderns Crema, 1986, p 161-207 et M. Tyssens, “Encore Aliscans : les enseignements du manuscrit Savile”, Mélanges R. Louis, 1982, II, p 623-35.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540