Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Artus, Jenover et Lancelot : le triangle impuni ? (Étude sur le Prosa-Lancelot)

Claire Rozier-Santoni

Texte intégral

  • 1 L'adaptation allemande du Lancelot français, édité par A. MIСНА, Paris-Genève, Librairie Droz, IX (...)
  • 2 Dans le Prosa-Lancelot, le nom de la reine est attesté sous diverses formes. Ne citons ici que que (...)

1La relation triangulaire qui est établie dans le Prosa-Lancelot1, premier roman en prose allemand et adaptation du Lancelot français, entre les époux, en l'espèce le couple royal formé par Artus et Jenover2 d'une part, et Lancelot, le chevalier servant et l'amant de la reine d'autre part, enserre les trois figures dans un réseau de culpabilités et de sanctions dont les aspects nous éclairent sur la société féodale de la première moitié du xiiie siècle.

2Le conflit naît de l'interaction et de l'affrontement de deux réalités différentes. L'une de nature culturelle, à savoir l'amour courtois tel qu'il est conçu, grosso modo, dans la poésie provençale des troubadours et tel qu'il est vécu au début du roman par la reine et Lancelot. L'autre de nature juridique, à savoir l'indissolubilité du mariage, en l'occurence celui d'Artus et de Jenover, régie quant à elle non par une instance civique mais par le droit canon.

3En fait l'affaire est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît de prime abord car, ce qu'il est intéressant d'étudier, ce n'est pas seulement la relation triangulaire en elle-même, déjà commentée abondamment par de nombreux critiques, qu'il s'agisse du texte de la source ou du texte adapté, c'est aussi comment les trois figures de base époux/épouse/chevalier servant se comportent chacune face à des tentations ou à des faits inattendus qui les mettent en péril dans la relation qu'ils entretiennent les uns avec les autres ou face à d'autres. C'est l'éclatement du triangle de base dans plusieurs directions, et, après tours et détours, sa reconstruction, qui permet de mieux poser et exposer le problème de la faute et de la sanction tel qu'il se dessine tout au long du roman.

  • 3 A. ESMEIN, Histoire de la procédure criminelle en France et spécialement de la procédure inquisito (...)
  • 4 Id., ibid., "L'aveu était la plus complète des preuves et dispensait même de toute procédure ultér (...)
  • 5 Id., p. 262 : "L'accusé niait-il ? On recourait au duel judiciaire et aux témoins ; dans la batail (...)
  • 6 Lors de l'adoubement un chevalier de la dame de Nohant fait irruption dans la salle et interrompt (...)

4Il peut y avoir sanction sans faute car les preuves, au Moyen Age, sont parfois grossières3. Mais si le "crime parfait", à savoir la faute sans santion existe dans le roman, tout au moins à certains stades de l'histoire, la difficulté d'appliquer certaines sanctions y est également souvent présente. C'est que les notions de faute et de sanction ne s'apprécient bien qu'en termes de pouvoir. Elles sont aussi à percevoir, et dans la subjectivité, et dans la durée. Jusqu'où, en effet, alors que la faute est patente, dure l'impunité ? Ou encore à partir de quand la sanction intervient-elle ? Quels sont les moyens susceptibles d'accélérer, ou, au contraire, de retarder l'application d'une sanction ? Et que fait-on de ceux qui avouent4 ? Et de ceux qui nient5 ? Dans le roman le bras de la Justice s'agite parfois de façon désordonnée. On y rencontre aussi une série de freins et d'accélérateurs qui, soit annulent la sanction, soit la rendent inopérante, expéditive ou implacable.6

5La situation de départ est claire. A partir du moment où Lancelot devient chevalier de la reine il s'établit une relation roi/reine/ chevalier servant, dont le droit à l'existence est, sans ambiguïté, reconnu par le code courtois. Ce droit permet au chevalier de se battre pour sa dame, aux deux d'échanger des paroles ou des objets qui seront autant de gages de foi de l'un à l'endroit de l'autre et réciproquement. En outre, l'honneur d'être le chevalier d'une si haute dame, la plus haute en l'occurence, la reine, se mérite. Aussi Lancelot s'engage-t-il, en demandant à la reine d'être "son" chevalier, à briller par sa prouesse partout où il le pourra et à faire en sorte que la gloire acquise par l'exercice de "sa prouesse rejaillisse sur elle, sur le roi et sur sa cour, et, partant, sur la société tout entière. Si la glorification individuelle du chevalier, qui entraîne la glorification de la société, est la récompense suprême, ce dernier doit à sa dame en échange, loyauté et fidélité. S'il vient à faillir à ce devoir, il encourt des sanctions de la part de sa dame, dont le reproche est la plus légère et le rejet la plus grave.

  • 7 LI, Lancelots Kindheit/L'enfance de Lancelot, p. 133, 11.10/12. L'un et l'autre admire leur beauté (...)
  • 8 LI, Galahot, p. 302, 11. 11/12. Il s'agit de l'entrevue des quatre : Lancelot, la reine, Galahot e (...)
  • 9 LI, Der Krieg in Schottland, p. 462, 11. 18/19.
  • 10 Cf. par exemple LI, Der Karrenritter/Le Chevalier de la Charrette, p. 617, 1. 1 où cette idée de " (...)

6Ce schéma ternaire est donc conforme à l'orthodoxie courtoise. Les particularités qu'il comporte ne gênent en rien les rapports époux/épouse. La fidélité chevalier servant/reine est d'un autre ordre que la fidélité conjugale. Aussi les deux types de fidélité peuvent-ils parfaitement cohabiter. Mais le triangle voit sa nature se modifier dès que l'un des protagonistes ne respecte plus les rapports d'équilibre qui le constituent. La première mise en danger de cet équilibre consiste dans le fait que Lancelot tombe amoureux de la reine dès qu'il la voit7, inclination qui les conduit à échanger un premier baiser et de nombreux autres à la fin du Galahot8 et à passer une première nuit ensemble dans La guerre d'Ecosse9. Dès lors que le chevalier et sa dame sont devenus des amants, ils basculent dans l'illégalité et sont passibles de sanction. La faute est nommée, c'est un péché de luxure10, expression empruntée à la terminologie chrétienne. Désormais les amants entrent dans la clandestinité amoureuse. Deux personnes seulement sont au courant des relations coupables de Lancelot et de la reine, Galahot et la dame de Maloaut, qui leur sont tout dévoués. Dans la suite de l'histoire d'autres qu'eux en seront instruits : des compagnons de Lancelot dont la bienveillance à l'égard des amants ne faiblira pas jusqu'à la fin du roman. La relation triangulaire entre Artus, Jenover et Lancelot est devenue ambivalente. Elle est perçue différemment suivant que la faute des amants est connue ou non. Pour les uns (ceux qui sont dans la confidence), elle est marquée par l'adultère mais n'est pas condamnable, ils ne la désapprouvent pas. Pour les autres (le reste de la société dont Artus lui-même), elle reste sur le plan courtois, il n'y a donc pas lieu de la mettre en cause, encore moins de la condamner. L'impunité des fautifs est donc assurée tant qu'aucun accusateur malveillant ne viendra mettre le délit sur la place publique, et, même là, ils disposeront peut-être d'arguments ou de moyens pour se disculper.

  • 11 Id., p. 457, 11. 5Z8 : "was der Sahsen mägin und was genant Gartissie'V'elle était saxonne et s'ap (...)
  • 12 Id., p. 462, 11. 4Z5.
  • 13 Cela est dit clairement dans le texte un peu plus loin, et cette fois la leçon relative à son nom (...)
  • 14 Id., p. 452, 11. 5/6.
  • 15 Id., pp. 478/479, passim.
  • 16 Au château de la Roche Galahot s'était rendu, en même temps que Lancelot, au rendez-vous que leur (...)
  • 17 Id., p. 481, 11. 30/33.

7Mais la relation triangulaire n'est pas à limiter au rapport Lancelot/Jenover face à Artus. Artus lui-même sort à son tour du triangle. En effet, et curieusement, il ne résiste pas à une agression qui le rend adultère. Il trompe Jenover dans la forteresse de la Roche qui appartient à des Saxons, ses ennemis, avec une bien étrange demoiselle11. En outre, le récit de cette déloyauté est fait, dans le texte12, une dizaine de lignes avant que ne soit rapportée la première nuit d'amour entre Lancelot et Jenover, qui les réunit dans un verger près d'une tour de la forteresse. Cette unité de temps et de lieu dans l'exercice de l'adultère mérite d'être soulignée. Elle ne peut être le fait d'un hasard. Il y a là une double violation de la foi conjugale qui n'est assortie d'aucune sanction. Est-ce à dire que des fautes commises au même endroit et quasi simultanément s'annulent ? Faut-il considérer que l'auteur, en chargeant ainsi Artus, a voulu minimiser la faute de Jenover ? Quoi qu'il en soit Artus est disculpé par le fait qu'il a été victime d'un charme, la demoiselle du château étant une enchanteresse, il n'a pu déjouer ses pièges13. L'écart d'Artus serait donc, en quelque sorte, subi. Quoi qu'il en soit Artus est malgré tout puni indirectement par la perte de sa liberté : il est en effet fait prisonnier alors qu'il partage la couche de Gartissie14. Le dénouement de cette affaire est empreint d'une ironie cruelle : Artus est délivré de la prison où l'enchanteresse l'a jeté par Lancelot, l'amant de son épouse qui prend la forteresse en vertu de son exceptionnelle prouesse15, prouesse qui lui vaut immédiatement après d'être fait chevalier de la Table Ronde en même temps que Galahot, le compagnon de sa fortune amoureuse16, et ce, en présence de Jenover, d'Artus, de ses chevaliers et de toute la cour, tous éprouvant "une grande joie"17. Après ces péripéties, la rélation triangulaire ambivalente que nous avons dégagée au paragraphe précédent subsiste, mais son aspect officiel comme son aspect officieux se sont enrichis d'éléments nouveaux. Lancelot s'est élevé grâce à sa prouesse. Outre le fait qu'il est le chevalier de la reine, il est désormais le chevalier d'Artus car il a accepté l'honneur d'être fait chevalier de la Table Ronde. La société s'en réjouit. L'harmonie règne en la maison d'Artus. Ce que la société ne sait pas, c'est que la reine est à la fois une épouse adultère et une épouse trompée. Quant à Artus et Jenover, chacun ignore que l'autre l'a bafoué.

  • 18 Cf. LI, le chapitre intitulé Die falsche Ginevra und Galahots Tod, pp. 482/597. L'adaptateur suit (...)
  • 19 LI, id., pp. 493/496, passim.
  • 20 Id., p. 496, 1. 23.
  • 21 Id., ibid., 1. 27.
  • 22 Id., p. 498, 1. 25.
  • 23 C'est le châtiment qui est requis contre Jenover à la fin du roman lorsqu'elle est convaincue d'ad (...)
  • 24 P. GIDE, La condition de la femme dans l'histoire, Paris 1885, p. 178. : "De toutes les institutio (...)
  • 25 LI, p. 525, 11. 9/12.
  • 26 Contrairement au texte français où, comme le signale L. HARF-LANCNER, op. cit., p. 67, Galehaut cr (...)
  • 27 Id., p. 531 11. 13/16.

8La structure du triangle, tel qu'il vient d'être établi sur ses nouvelles bases, va être mise en cause par une affaire, l'affaire dite, à propos du Lancelot, "de la fausse Guenièvre", de la fausse reine18. Dans une lettre lue publiquement à la cour d'Artus, une demoiselle accuse la reine de s'être, au cours de la nuit qui suivit la nuit de noces, substituée à elle dans le lit du roi et de l'avoir fait enlever. Le chevalier Bertelac, tout dévoué à l'accusatrice, précise plus tard, en présence cette fois de la reine Jenover, que cette dernière a fait conduire sa dame dans une forêt pour qu'elle y soit décapitée. Cette affaire de substitution19 va loin. Jenover y est traitée de "meurtrière"/"morderin"20 et Bertelac réclame un "juste jugement"/"gerecht(em) urteil"21. Bien que Jenover nie être coupable d'un tel crime, le roi déclare que, si elle est convaincue de "traîtrise"/"verretery", il la fera "brûler dans un feu"/"brennen in eim fure"22, châtiment que l'on réserve habituellement à la femme adultère23. Il est tentant d'établir un rapprochement entre la substitution de personnes et l'adultère. Les deux délits mettent en péril l'indissolubilité du mariage. L'indissolubilité du mariage est la règle : le mariage est un sacrement, il relève de la juridiction ecclésiastique. C'est le droit canonique qui régit cette institution24, fondement de la famille et de la société. Dans l'adultère, le lien matrimonial est rompu par l'un des époux. Dans la substitution de personnes, comme c'est le cas ici, le responsable de la substitution contraint par exemple l'époux à commettre un adultère à son insu et mérite d'être puni pour cette faute. Certes on peut objecter que la substitution est un moyen de contourner la règle de l'indissolubilité du mariage dans la mesure où le cadre du mariage est préservé (une femme remplace l'autre sans que l'époux s'en aperçoive), tout au moins tant que la supercherie n'est pas découverte, supercherie dont Jenover est accusée ici. Mais, s'il y a supercherie (ce que croit Artus tant que le contraire n'a pas été prouvé), il convient de répudier la coupable, car un roi ne saurait être bigame. La répudiation apparaît comme étant le seul moyen, dans ce cas, de sauver l'institution du mariage. Encore faut-il savoir laquelle des deux femmes est dans son bon droit. Aussi convient-il de dépasser l'accusation, qui ne peut être reçue que comme une présomption, et d'établir de quel côté se trouve la culpabilité, donc, si Jenover est coupable de ce dont on l'accuse. Le moment du jugement venu, Bertelac déclare que Jenover mérite la mort, mais qu'elle conservera la vie, eu égard au fait, circonstance atténuante, qu'elle a longtemps partagé la vie du roi. La peine qu'il requiert contre elle est la suivante : "Il conviendra de lui faire trancher tout le cuir chevelu à cause de la couronne qu'elle a, si longtemps, injustement portée sur sa tête" et "de lui trancher la peau des mains (...) là où on l'avait ointe de la sainte huile"/"man sol ir aber die schwarten allesampt von dem heubt laßen schinden fur die kron, die sie so lang zu unrecht daroff hat getragen. (...) die hut von den henden schinden (...) da ir das heilig ölei dran gestrichen wart"25, double flétrissure qui vise à détruire les signes du cérémonial du couronnement (donc de la royauté) dont la couronne est le symbole dans le siècle et l'huile sainte la marque de l'élection ecclésiastique et divine. La reine Jenover est par conséquent punie pour l'usurpation d'un trône et non pour l'usurpation d'une couche. L'exécution de cette sanction barbare lui est évitée. Lancelot, son champion, la défend en combat judiciaire et abat les trois adversaires que lui opposent les barons de Tamelirde et fait triompher l'innocence de Jenover26. Il la rétablit dans son honneur de reine, et d'épouse, et sauve son honneur de femme en préservant son corps de la mutilation : "Alsus halff Lancelot der konigin ir eren und irs libes (...)"27, notation où la leçon "libes" a le triple sens de "vie", de "personne" et de "corps".

  • 28 Id., p. 532, 1. 23.
  • 29 Id., p. 522, 11. 10/12.
  • 30 Id., p. 533, 11. 3/4.
  • 31 Cf. G. DUBY, Le chevalier, la femme et le prêtre, Paris 1981, p. 7/26 et 214/221 ou sont cités les (...)
  • 32 LI, p. 533, 1. 34.
  • 33 Id., ibid., 1. 35 et p. 534, 1. 1.

9Mais alors que la relation triangulaire ambivalente vient d'être rétablie grâce à la prouesse de Lancelot, le roi Artus sort du triangle. Il refuse de reconnaître le jugement de Dieu, et, plutôt que de s'y plier et de reprendre la vraie reine, il souhaite rester avec la fausse, son "amie"28. Il faut rappeler qu'entre le moment où Jenover a été accusée de "traîtrise" et celui du jugement, Artus a été fait prisonnier par l'accusatrice qui a su si bien se faire aimer de lui qu'il en a oublié son épouse légitime : "(...) et la dame de Tamelirde lui était devenue entretemps si chère qu'en l'aimant il en oubliait presque complètement sa véritable épouse, elle qui jusque-là lui avait été plus chère que sa propre vie29."/"(...) und was im die frauwe von Tamelirde so lieb worden innendes das er synes rechten wibes ein gut teil da mit vergaß, das im biß da lieber was gewesen dann sinselbes lib." Prisonnier de la dame de Tamelirde comme il l'avait été de l'enchanteresse Gartissie/Canille, Artus n'est victime cette fois d'aucune sorcellerie de nature à excuser sa faute. L'adultère dont il est pleinement responsable lui plaît et l'aveugle à tel point qu'il déclare que sa légitime épouse "doit quitter son royaume"/"(sie) muß (myn) lant rumen"30. Lorsqu'un époux répudie son épouse légitime, cela peut être parce qu'elle a commis un manquement grave aux devoirs du mariage (adultère ou stérilité), il est alors soutenu par la société ; cela peut être aussi parce qu'il veut la remplacer (comme ici), il est alors condamnable. Les exemples historiques illustrant ce dernier point ne sont pas rares31. Jenover s'exécute. Mais, avant de partir, elle n'en reproche pas moins à Artus d'avoir porté sur elle un "faux jugement"/"falsch urteil"32 et souligne que, si Lancelot ne l'avait pas sauvée par sa prouesse, elle serait morte : "das ich dot were ob mich Lancelot nit erlöst hett mit syner byderbekeit", puis elle ajoute que "cette raison fait qu'elle l'aimera plus que tous les autres"/"darumb wil ich yn mynnen ob allen mannen"33). La déclaration de Jenover n'est ni une provovation ni un aveu d'adultère. A travers elle l'épouse apprend à l'époux, qui a failli, qu'elle a donné son cœur à un autre homme. Mais Artus n'en a cure, il est épris de la dame de Tamelirde. La relation triangulaire se transforme, corme au château de la Roche, en relation quadrangulaire. Deux couples adultères s'opposent : Artus/Canille et Lancelot/ Jenover d'une part, Artus/la fausse reine et Lancelot/Jenover d'autre part. A la Roche l'adultère était impuni et restait secret. Là les deux couples n'ont pas les mêmes chances de pouvoir subsister face à la durée. Si le couple Lancelot/Jenover reste à l'abri d'une sanction et n'est pas encore menacé, le couple Artus/fausse reine, en revanche, ne va pas pouvoir se maintenir.

  • 34 R. NAZ, Dictionnaire de Droit Canonique, Paris 1935, Tome I, article sur l'Adultère, III. Les sanc (...)
  • 35 Id., ibid. : "La sentence pouvait prononcer la séparation des époux, excommunier l'adultère et son (...)
  • 36 LI, p. 535, passim.
  • 37 Id., ibid., ll. 30/31.
  • 38 Id., 1. 34 et p. 536, ll. 1/2.
  • 39 Id., p. 537, l. 11.
  • 40 Id., p. 538, 1. 11.
  • 41 Id., p. 541, l. 2.
  • 42 Id., ibid., 11. 4/5.
  • 43 Id., p. 541, passim.

10La répudiation de l'épouse légitime est généralement accompagnée d'un adultère : une épouse chasse l'autre. Double délit donc et double rupture du lien matrimonial, l'Eglise ne saurait ne point en prendre ombrage34. L'épouse légitime une fois répudiée, Artus vit en concubinage avec l'illégitime. Dès que le fait est notoire35, l'Eglise, et mieux, le pape lui-même, se saisit de l'affaire. La sanction est immédiate, c'est l'excommunication (35). L'interdit est jeté sur le roi et sur son royaume36. Artus s'entête. Il semble que le pape doive être désormais représenté par plus haut que lui, "Un grand signe"/"ein groß zeichen" vient frapper, "comme si c'était Dieu lui-même qui le voulait"/"als es got selb wolt"37. La sanction qui s'abat sur la fausse reine et sur son mauvais conseiller atteint leur corps. C'est la paralysie. Ils sont en outre voués à une mort prochaine et infâmante, la "putréfaction" du corps /"fulen" précédant la mort, à l'inverse du processus physique habituel, putréfaction assortie d'une "puanteur"/"gestanck" telle qu'elle est insoutenable pour leur entourage38. Artus doit s'arracher à son aveuglement. La justice divine est redoutable, le roi est confondu. Braver Dieu revient à récolter la honte, le péché et le malheur. Dieu n'est pas avare de sa clémence/"gottes huld"39, mais elle ne s'exercera que si Artus se repend, ce qu'il fait, lui "pauvre pécheur"/"der arme sunder"40. Seul le retour de la reine légitime est à même de le laver de sa faute. Artus se déclare prêt à la recevoir. Il en fait le serment/"schwem"41 et promet qu'il vivra dans le respect des prescriptions de la Sainte Chrétienté/"(...)leben nach der heiligen cristenheit rat." Jenover, bien que fort réticente -elle dit à l'ermite42, qui la chapitre, que, si elle doit prendre un homme, elle en prendra un qui ne se rende pas à son égard coupable de "faux jugement"43-, retourne auprès de son époux. Le triangle qui avait éclaté se reforme, grâce à la prouesse de Lancelot et à la justice divine. Dieu punit les vrais coupables de l'infâme machination et contraint le roi à suivre sa loi.

  • 44 Morge qui en veut à Jenover pour une affaire ancienne et qui la jalouse (elle est éprise de Lancel (...)
  • 45 Id., pp. 587/588, passim.
  • 46 Id., p. 588, 11. 18/21.
  • 47 LII, p. 221, 11. 11/13.
  • 48 Id., p. 24, 11. 26/28.

11Mais la reine n'est pas, avec la conclusion de cette affaire, définitivement à l'abri d'incriminations graves. Une envoyée de la fée Morge44 l'accuse d'entretenir des relations coupables avec Lancelot45, après avoir produit un anneau qui avait appartenu à Jenover (subtilisé par Morge à Lancelot pendant son sommeil) comme "preuve" de la culpabilité de la souveraine. La reine se défend en faisant habilement son propre plaidoyer. Le point fort de son argumentation est qu'elle confirme avoir fait don de cet anneau à Lancelot, mais c'est "par amitié"/"durch fruntschafft" comme il convient qu'une dame courtoise se comporte à l'endroit de son champion. C'est par "sa grande vaillance"/"mit siner großen biederbe-kelt" qu'il "l'a sauvée de la mort"/"erlost mich von dem tode" et qu'il lui "a rendu son honneur"/"gab mir myn ere wiedder"46 Elle ajoute même perfidement -mais qui songerait à le nier ?- que Lancelot a délivré le roi lui-même de la prison des Saxons, mauvais souvenir pour Artus qui ne relève pas. Enfin elle fait le panégyrique de son champion en dressant un catalogue complet de ses hauts faits. Grâce à Lancelot, le garant l'impunité de la reine, le triangle de base époux/épouse/chevalier servant se reconstitue. La reine a gagné sur le terrain de la courtoisie. A d'autres reprises, dans le roman, la reine se fait, publiquement, l'avocat des qualités exceptionnelles de son chevalier qui est en même temps chevalier de la Table Ronde. Par exemple au château de Corbenic, alors que tous croient Lancelot mort, elle exécute en son honneur une manière d'oraison funèbre, dont le thème central est l'exaltation de de sa prouesse47. Le roi partage alors sa tristesse. Jenover a la même réaction dans la Suite de la Charrette, lorsque Lancelot tranche la tête de son ravisseur Meleagant48. Là aussi Artus honore grandement Lancelot pour le récompenser de ses exploits (avoir délivré la reine et tué son ravisseur).

  • 49 LI, pp. 593/594, passim.
  • 50 LI, Der Karrenritter, pp. 639/641, passim.
  • 51 Sur la confusion de Meleagant, cf., plus précisément p. 639, 11. 25/27.
  • 52 Nous avons déjà étudié ce point dans un article auquel nous renvoyons pour plus de détails, in les (...)
  • 53 L'exemple extrême est celui de la demoiselle qui sauve Lancelot de l'envenimement, cf. LII, pp. 25 (...)
  • 54 LI, p. 569, 11. 19/20 et passim.
  • 55 LII, Lancelot auf Schloß Corbenic, Lancelot au château de Corbenic, pp. 294/296. De leurs brèves a (...)

12Dans les cas examinés jusqu'alors la déloyauté de la reine à l'endroit de Lancelot ou de Lancelot à l'endroit de la reine n'apparaît pas. Si la reine est infidèle à Artus, il est impensable qu'elle le soit à Lancelot. Il y a pourtant dans le roman une scène où elle est décrite trompant Lancelot, scène dont Lancelot est témoin. Mais ce n'est pas une scène réelle, c'est un cauchemar fait par Lancelot et provoqué par un philtre que lui a administré par traîtrise la fée Morge49. Lancelot en a le cœur brisé, mais sa douleur est de courte durée car il a tôt fait de s'apercevoir qu'il a été victime d'un charme. Dans Le Chevalier de la Charrette50 il est fait allusion à la fidélité que doit la reine à Lancelot (et non à Artus !) par son ravisseur. Alors qu'elle est accusée d'avoir partagé la couche du sénéchal Keu, Meleagant lui fait remarque ce méfait témoigne de sa part d'une grande déloyauté à l'égard de Lancelot qu'elle déshonore, comme si le fait que Lancelot soit champion de la reine lui conférait des droits sur son corps. Il s'agit bien d'un cas d'adultère, Artus donc devrait être déshonoré et non Lancelot. Or Meleagant dit que c'est le sénéchal qui déshonore Artus, non la reine51. La confusion que fait Meleagant est étonnante. Elle trahit, plutôt que l'expression d'un sentiment moral ou d'un esprit de justice, son désir brutal de posséder la reine qui, il en est bien conscient, ne lui "appartient" pas. Et ce désir lui fait obscurément percevoir que son réel rival n'est pas l'époux de la reine mais Lancelot, son champion, dont il ignore qu'il est son amant. En fait, en l'espèce, l'ironie de la situation consiste en ce que Lancelot et non le sénéchal a partagé la couche de la reine. Jenover est donc innocente de ce dont on l'accuse. Un combat judiciaire est décidé entre Méléagant et Lancelot. Meleagant jure sur les reliques que le sénéchal est coupable, Lancelot qu'il n'en est rien. Les termes du serment à eux seuls innocentent la reine, car sa culpabilité n'est pas mise en cause. Et Lancelot triomphe de Meleagant. L'impunité des amants se manifeste ici de façon éclatante : elle est garantie par la prouesse de Lancelot, elle l'est aussi par la complicité divine. Dieu est excusé de ne pas comprendre, donc de ne pas punir : son jugement inique répond à la lettre du serment, non à la réalité de la situation. Il semble protéger les amants52. La reine ne peut, par conséquent, être taxée d'infidélité à l'endroit de Lancelot. Lancelot non plus à l'endroit de la reine. Les tentations pourtant sont multiples. Nombreuses sont les demoiselles qui l'aiment, le disent et même lui proposent de partager leur couche53. Sa fidélité est ilustrée par la parabole dite du "Val sans Retour"/"dal one Wiedderkere"54. Lorsque Lancelot rejoint dans son lit la fille du roi Pelles et y engendre un fils, il ne peut être tenu pour responsable de cette infidélité à Jenover. Il est en effet victime, comme Artus face à Gartissie/Canille, d'un charme, un philtre que lui donne Brysane, la gouvernante de la demoiselle. Ce philtre a un effet curieux, il procure à Lancelot l'illusion de "(...) croire qu'il s'agit de sa dame, la reine."/"(...) als der da went, es were sin frauwe die koniginn." En outre, cette rencontre chamelle est voulue par Dieu55. Souvent la reine est instruite de ces tentations ou de ces écarts. Ses réactions sont violentes mais ses reproches et ses rejets (celui causé par l'affaire de la fille du roi Pelles le fait entrer en frénésie et dure plusieurs années), comme ses témoignages d'ingratitude ne sont que des malentendus. Ils sont vite effacés dès que la bonne foi de Lancelot est établie. Pour les amants, fidélité implique donc impunité, infidélité sanction passagère. Jenover et Lancelot se retrouvent toujours dans le roman, leur relation est privilégiée par l'auteur. Pour eux, jusque-là, l'amour est plus fort que la justice ou encore la justice ferme les yeux face à l'amour.

  • 56 LIII, Der Tod des Konig Artus, pp. 384/548.
  • 57 Id., Ginevra in Gefahr, p. 541 sqq.
  • 58 Id., p. 542, 11. 15/16.
  • 59 Id., ibid., l. 10.
  • 60 Id., p. 543, 11. 4/5 et 8.
  • 61 Id., p. 546, 11. 3/4. Le texte est souligné par nous.
  • 62 Id., p. 547, l. 6.
  • 63 Id., p. 546, l. 10.
  • 64 LIII, Die Gawan Brüder, Les frères de Gawan, p. 548, l. 16.
  • 65 Id., ibid., l. 15.
  • 66 Id., p. 549, l. 11.
  • 67 Id., pp. 550 et 551, passim.
  • 68 Quel que soit son désir ou à quelque inconséquence que le pousse sa démesure ou sa faiblesse, Artu (...)
  • 69 LIII, p. 550, l. 17.
  • 70 Id., p. 552, 11. 1/2.
  • 71 Id., p. 552, 11. 8/9. Concernant ce détail absent du texte français, cf. les notes de R. KLUGE rel (...)
  • 72 Id., p. 552, 11. 16/17.
  • 73 Id., p. 553, l. 6, p. 552, 11. 5, 10 et 5.
  • 74 Id., p. 552, l. 17 et 553, ll. 1/2 et 3.
  • 75 Id., p. 552, 11. 11/12.
  • 76 Id., p. 557, passim.
  • 77 G. DUBY, op. cit., p. 43 : "(...) le rapt est, à l'époque féodale, l'un des quatre cas de la justi (...)
  • 78 LIII, p. 560, 1. 15 et 11. 15/16.
  • 79 Id., p. 561, 11. 12/13 et 17.

13La faute des amants n'est pas passible de sanction tant qu'elle n'est pas, d'une part découverte par des tiers qui s'érigent en témoins, et, d'autre part, officialisée, rendue publique. La sanction passe donc par la publication de la faute. Et pour qu'il y ait jugement, il faut mettre l'époux trompé devant le fait accompli. Les ennemis de Lancelot (dont Agravant, le frère de Gawin, en tête), qui envient Lancelot pour sa prouesse et pour la chance qu'il a d'être aimé de la reine, le savent : la seule façon de perdre les amants, c'est le flagrant délit. Mais ils redoutent la force et la vaillance de Lancelot, aussi ne veulent-ils le surprendre que par traîtrise, non de front. Dans La mort du roi Artus56, à la fin de la partie intitulée Ginevra en danger57 les amants sont réunis. Lancelot s'est dévêtu et est étendu auprès de la reine58. Ceux qui s'apprêtent à confondre les amants disent que Lancelot ne leur échappera pas s'ils s'emparent de lui "nu et sans armes"/"nackent und sunder wapen"59. Alors qu'ils tentent de fracturer la porte de la pièce où se trouvent lancelot et Jenover, la reine, qui les entend, sait que là l'irréversible se produit et le dit : "Beau doux ami, nous sommes trahis" /"Herre lieber frunt, wir sint verraten (...)" et "désormais la honte et la mort sont notre lot"/"(...) nun sint wir geschant und dot !"60. La trahison entraîne la découverte de ce qui a été si longtemps dissimulé, Bohort le dit à Lancelot : "(...) wann nu ist diß dingk endecket das wir als lang verholn han"61, "cette chose", "diß dingk", c'est-à-dire la, relation qui a existé pendant tant d'années entre Lancelot et Jenover. L'affaire va être jugée. Hector craint que la reine ne soit "condamnée à mort"/"zu dem tode verurtelt", aussi faut-il l'"aider"/"helffen"62. Il faut la "délivrer"/"erlöset (...) werden"63, avait déjà dit Bohort à Lancelot. Lancelot parvient à s'échapper. La reine a vu juste : tous connaissent la "vérité"/"wahrheit"64. Dissimulation, trahison, découverte et vérité, telles sont les phases qui rendent possible et constituent le flagrant délit d'adultère. La coupable paiera la mort : "(...) sie must darumb sterben" ; elle est couvert de "déshonneur et de honte"/"unere und schmacheit"65. lorsque le roi apprend la nouvelle, il déclare qu'il faut les "juger"/"richten"66 et que cet "acte déloyal"/"ungetruwekeit", ce "forfait"/"mißetat" doivent être vengés. Or puisque Lancelot n'est pas là, il exercera sa vengeance sur la reine seule et lui fera subir un châtiment exemplaire, pour que tous s'en souviennent et que toutes les femmes en soient châtiées, et il insiste sur le fait qu'il est impossible qu'elle puisse échapper à la mort67. Cette condamnation sans appel n'a rien d'un jugement. Peut-être parce qu'il s'agit de son épouse et non d'une autre femme, le roi perd tout sens de l'équité et tout respect de la justice. Il traite son épouse comme une ferme du commun, oubliant qu'elle occupe la plus haute place dans la hiérarchie sociale. Le justicier disparaît derrière le mari bafoué. Ce glissement expéditif vers l'injustice est mal ressenti par l'entourage du roi dont l'image est flétrie68. Aussi est-il rappelé à l'ordre par l'un de ses barons, le roi Jons qui le modère et reporte le règlement de l'affaire au lendemain, car, dit-il, il ne convient pas qu'"une dame de si haut rang"/"ein als hochgeborn frauwe" soit jugée après l'heure de none, surtout si c'est pour être condamnée à mort69. Le lendemain les barons s'accordent pour dire que la reine mérite la mort. La reine va périr par le feu, "un grand feu"/ "ein groß fuer" où elle sera "jetée"/"werffen"70. Lorsque la reine apparaît l'auteur allemand souligne que ses vêtements sont "rouges"/"rot", de la couleur du feu qui doit la détruire, détail, semble-t-il71 absent du texte de la source. Puis elle est soumise à la peine de la course à travers la ville /"(...) furten sie durch die stat (...). Mais, contrairement à ce qu'il se passe dans de tels cas, les gens refusent la mort de leur reine. Il y a là inversion des pôles : alors qu'habituellement la vindicte populaire s'exprime à l'endroit de la coupable, ici le peuple fait éclater son amour avec violence, sans distinction d'âge ni de condition sociale, "alt und jung, arm und rych", il clame son chagrin "en tous lieux"/ "zu allen enden", il s'élève contre une sanction qu'il ressent comme une injustice72. L'hystérie collective qui frôle la démence ("recht als sie unsynnig weren") est la négation bruyante ("schryen und ruffen") de la faute de la reine. Le peuple de la cité, en exprimant en cortège ses "grandes lamentations"/"groß jamer" forme une sorte de chœur antique dont le pathétique est lié à une représentation à la fois éthique et esthétique de la reine : en effet, le peuple semble indifférent à l'adultère. Les gens de Kamlot ne retiennent que la beauté et la bonté de la condamnée. Ils célèbrent ses qualités de protectrice qui sont l'apanage de la souveraine et la pleurent comme s'il s'agissait de "leur mère"/"ir muter"73. Cette image positive renvoie à la femme adultère l'image d'une mère bienfaitrice. Image mariale ? Le roi n'est-il pas, dans la hiérarchie féodale, le premier représentant de Dieu ? Les paroles que le peuple adresse à Jenover ressemblent bien à une prière : "Ah ! Douce dame, de bon lignage et plus courtoise qu'aucune autre dame, où donc les pauvres gens trouveront-ils désormais protection et miséricorde ?"/"Ach suße frauw, von guter art und hubscher dann keyn ander frauw, wo wollent arm lut nu gnad finden ?" Au demeurant, on ne tue pas la mère. Ceux qui se rendent coupables d'un tel crime sont, à n'en pas douter, des "traîtres"/"verreter" et méritent, pour cela, la mort : "und mußent dar umb sterben". Et de leur roi, les gens de Kam-lot disent que, s'il châtie une telle femme, il sera entaché de "déloyauté"/"ungetruwekeyt", autrement dit l'époux bafoué se retrouve coupable de ce dont il a accusé son épouse, de déloyauté74. Artus lui-même, l'instant d'une image, change de camp et se range du côté du peuple : lorsqu'il voit la reine si belle, il la prend en pitié à tel point que la vue de celle dont il a voulu la mort lui devient insupportable : "(...) er-barmte es yn so sere das er sie nit mocht gesehen"75. Cela signifie-t-il que le sentiment de pitié (mu par le cœur et le sens du beau) qui s'empare de lui l'inclinerait à disculper la reine et donc à la sauver ? L'arrivée de Lancelot vient couper court à tout attendrissement qui ne serait, en de telles circonstances, guère de mise. La reine est sauvée : Lancelot l'enlève et l'emmène dans la forêt76. Grâce à sa prouesse la reine échappe au châtiment fatal. Même le flagrant délit est inopérant pour que justice soit faite. Le rapt77 ne gomme pas la faute, il écarte la sanction en la rendant inapplicable matériellement. Le roi/époux reste bafoué, ses barons sont honnis pour manque de vaillance. Les amants se retrouvent, mais ils sont en rupture de ban. Il sorten grandis de cette épreuve. Lancelot est quasi divinisé : lorsqu'il arrive à la Joiyeuse Garde avec la reine, les gens du château sont "aussi heureux que si Dieu lui-même venait là"/"als recht fro als gotselber da keme". Artus, pour eux, passe au second plan. Le roi s'efface devant le preux magnifique : "Et ils le reçurent avec bien plus de magnificence qu'ils ne l'auraient fait à l'égard du roi Artus."/ "Und sie enpfingen yn viel herlicher dann sie den konig Artus hetten getan."78. Lorsque Morderet retourne auprès du roi Artus et lui apprend que la reine a été enlevée par Lancelot, il ajoute qu'Agravant a péri dans les flammes : "Agravant ist verbrant". Le châtiment prévu pour la reine -la mort par le feu- s'est retourné contre celui qui l'a trahie. Dieu est-il là du côté des coupables ou condamne-t-il les traîtres ? L'ironie macabre d'une situation où l'accusateur principal périt en lieu et place de la coupable, en étant en outre victime du châtiment qu'il lui destinait, marque une ambiguïté qui augmente encore l'ire du roi et son irrésolution ("Der konig wart als zornig das er nit wust was et thun solt."79.

  • 80 Id. in Der Große Krieg, La Grande Guerre, p. 606, 1. 7 et 607, 1. 1 sqq.
  • 81 Id., p. 607, 11. 6/8 ; le verbe "schinden" signifie textuellement, cf. M. LEXER, Mittelhochdeutscn (...)
  • 82 Id., ibid., l. 5.
  • 83 Id., 11. 7/9.
  • 84 Id., 11. 7/12.
  • 85 Id., p. 608, 11. 16/17.
  • 86 Id., p. 609, passim.
  • 87 Id., pp. 612/611, passim.
  • 88 Id., pp. 612/613 et 614, passim.

14L'enlèvement détourne la reine de la trajectoire qui la conduit vers la mort. Le responsable du rapt commet un acte de violence répréhensible pour éviter que la victime ne subisse précisément la violence extrême, la mort. Mais quelle que soit la justification a posteriori du rapt, cet acte entraîne un autre type de violence, la guerre entre Lancelot et Artus. Alors que le roi assiège Yosegart où Jenover et Lancelot se sont retranchés, le pape Leo80 est mis au fait des circons- qui ont conduit Artus à tenir ce siège. Leo réagit clairement. Son argumentation est la suivante. En cette affaire, il y a certes flagrant délit, constate-t-il, la reine et le chevalier ont été trouvés ensemble, mais flagrant délit de quoi ? Aucune preuve n'a été donnée susceptible d'établir la culpabilité des intéressés. Le fait que les deux accusés aient été trouvés allongés l'un près de l'autre n'implique pas qu'ils aient eu une relation sexuelle. "Et il (le pape) a entendu dire qu'il (Artus) ne l'a pas trouvée (la reine) auprès de sire Lanczlot en train d'accomplir le forfait, car il est très fréquent que deux personnes soient allongées l'une près de l'autre sans que pour autant elles se honnissent l'une l'autre."/"Und (...) er hort sagen das er sie (die konigin) nit by hem Lanczlot habe funden in der missetat, wann es ligen dick und manig werbe zwey by einander die doch einander nit schinden (...)"81. Or il n'y a adultère que s'il y a union sexuelle. Donc la reine n'est pas coupable de ce pour quoi on veut la faire périr. Artus, par contre, l'est de vouloir la punir à tort. On ne condamne pas, surtout à mort /"töden"82 en l'absence de preuves. Aussi les foudres papales s'abattent-elles sur le roi : le pape ordonne aux archevêques et évêques de frapper d'interdit le royaume d'Artus et de ne pas y autoriser la célébration des offices divins. /"(...) da gebot er den erczbischoffen und den bischoffen von dem lande das sie alles das lant das konig Artus hett in den ban theten und das sie im den gesangk verschlugen (...)"83, sanction terrible qui ne sera levée que si le roi reprend son épouse, comme il est juste que se conduise un roi à l'égard d'une reine84. Les autorités ecclésiastiques condamnent une action qui porte atteinte au lien matrimonial. Le pape semble moins sensible à la gravité de l'adultère (non établi donc non condamnable) qu'à la répudiation que l'épouse subit indirectement, car ne pas vouloir reprendre son épouse (sur laquelle pourtant pèsent de lourds soupçons) est aussi répréhensible que de la répudier. Le roi, malgré son courroux, s'incline. Il se déclare prêt à. faire cesser les hostilités si la reine revient et s'engage en même temps à la reprendre. Lorsque les envoyés du pape font part à Jenover des intentions d'Artus la concernant, elle expose à Lancelot et à ses compagnons l'affaire. Ce faisant elle reconnaît qu'elle a grandement méfait à l'endroit d'Artus et qu'il lui fait grand honneur en proposant de la reprendre en dépit de ce qu'il s'est passé (adultère non établi, rapt excusé) :/ "(...) so dut er mir groß ere das er mich des anesuchen thut, und er ensiecht nit an das ich gar sere missethan nah geyn im."85. L'Eglise contraint le roi à pardonner. Le retour de la reine, outre le fait qu'il permettra au couple royal de se reformer, rétablira la paix entre Lancelot et le roi. Cause de guerre, la reine peut devenir cause de paix, mais c'est au prix de sa séparation d'avec Lancelot. Dans la réponse que Lancelot fait à sa dame, il met en balance son propre vouloir/ "mynem willen" et l'honneur de la reine/"uwem ere". Deux sphères différentes s'affrontent. Le vouloir de Lancelot est le signe de sa grande déloyauté face au roi/"myn groß ungetruwekeit". Mais ne pas tout faire pour que la reine puisse ravoir son honneur, c'est la couvrir de honte/"uwer schande". Or l'idée que la femme aimée puisse être privée d'être réintégrée dans l'honorable enferme l'amant dans une logique qui lui interdit de tenir compte de son vouloir propre. Ce qui est souhaitable pour l'individu devient insupportable socialement. C'est pourquoi l'épouse doit rejoindre l'époux légitime. La vraie punition de l'amant réside dans le renoncement. Le sage conseil que Lancelot prodigue à la reine (retourner auprès de son époux) engendre le malheur des amants. La manifestation en est leurs "larmes"/"trehen" et Jenover "pleure dans son cœur" /"sere herczlich (...) schryen"86. Bohort se fait l'apôtre du cœur. Il souligne dans une longue période que la force de l'amour qui attire Lancelot vers la reine lui fera bientôt regretter sa décision et va jusqu'à dire que ce parti causera sans doute sa mort /"(...) ir mochtent wol darumb sterben". La reine se rend auprès de l'évêque de Glonestiestre, médiateur entre l'homme et l'Eglise, elle-même médiatrice entre l'homme et Dieu. Il s'agit de renouer le lien matrimonial entre le roi et la reine. Seule l'Eglise toute puissante est à même de de rompre ce que l'homme a fait (par exemple séparer le roi de la fausse reine dans l'affaire du même nom), elle peut aussi reconstruire ce que l'homme a défait (par exemple faire admettre indirectement à l'amant qu'il n'a pas d'autre solution que de ramener la ferme aimée à son époux). Ce qui est remarquable là, c'est la condition que la reine met à son retour, à savoir que Lancelot puisse se rendre en Gaule sans être inquiété par le roi. Elle protège le vassal d'Artus, exigence inconcevable dans une perspective juridique (son champion a manqué à la foi qu'il devait à son seigneur, il est coupable de déloyauté), mais admissible dans le cadre de pourparlers diplomatiques87 entre l'Eglise, le roi et le couple qu'elle forme avec Lancelot. Le roi accepte les termes de la négociation. L'histoire adultère de Lancelot et de la reine s'achève ici : Lancelot a fermé les issues, par nécessité. L'honneur l'emporte sur l'égoïsme amoureux. La boucle est bouclée : de même que cette décision intervient à la Joyeuse garde, faisant revenir le récit à l'un de ses points de départ (Lancelot y avait été celui qui ouvrait à la reine et au roi les portes de la cité jusque-là imprenable), de même elle se trouve symbolisée par un objet de forme circulaire, un anneau/"ein fingerlin". Cet anneau que la reine lui avait donné au début du roman comme gage de son amour (et qui, au cours de l'histoire avait subi des vicissitudes auxquelles nous avons fait allusion) revient à la reine, Lancelot le lui rend. Il lui attribue la même fonction : il dit à la reine qu'elle reprenne cet anneau et le garde jusqu'à sa mort par amour pour lui. Mais dans ce cas le gage marque le souvenir de l'amour et non l'amour à venir. L'univers du réel se réduit pour chercher refuge dans la mémoire. Jenover remet à Lancelot l'anneau qu'elle porte à son doigt. Cet échange d'anneaux matérialise l'indissolubilité du lien qui liera les amants, désormais interdits de corps, jusqu'à la mort88.

  • 89 Id., p. 615, 11. 1/2.

15Lancelot ramène la reine Jenover à Artus. Non sans une certaine hauteur il fait remarquer au roi qu'elle serait morte depuis longtemps s'il ne l'avait pas protégée des traîtres qui séjournent à sa cour. Le roi ne fait aucune remarque. Il remercie Lancelot pour tout ce qu'il a fait : "Herre Lanczlot, (...), ir hant als viel gethan das ich syn danck sagen (...)." Qui est le plus puni ? Lancelot pour avoir rendu la femme qu'il aime ? Jenover pour avoir accepté qu'il la rendît ? Artus pour reprendre une femme dont le cœur est ailleurs et qui ne revient auprès de lui que parce que son amant l'a priée de le faire ? La restitution de la reine ne détruit pas la relation triangulaire. Même si l'adultère de corps n'est plus possible, il reste l'adultère de cœur89.

  • 90 G. DUBY, op. cit., p. 238 : "Par-delà le brusque virage qui, dans le Conte du Graal, vient sublime (...)
  • 91 Op. cit., passim.

16Le couple des amants est désuni. Seul le cœur garde en mémoire ce que la société ni Dieu ne tolèrent. Dénouement clair qui n'entame en rien la qualité de la prouesse de Lancelot, prouesse qui a été le moteur le plus efficace de l'impunité des amants. Lancelot est le meilleur chevalier du siècle. Dieu le reconnaît qui tolère un temps la relation adultère. Le fait qu'il s'abstienne d'envoyer des signes témoins de sa vigilance le montre. Mais sa tolérance est-elle distraction ? Sans doute car la justice divine n'épargne ni Lancelot ni Jenover. Dieu frappe d'abord Lancelot : le péché de luxure qu'il commet avec la reine lui interdit d'accéder aux merveilles du Graal. Il doit s'effacer devant son fils Galaad, le le chevalier parfait. Dieu condamne également la reine. Comme le dit Maître Helien de Tolete à Galahot, lors de l'affaire de la fausse reine, Jenover est certes innocente. Mais ce n'est pas par hasard si Dieu lui a infligé cette épreuve, à savoir la honte et le déshonneur d'être accusée, puis d'être répudiée. Dieu l'a fait pour la punir de sa déloyauté à l'endroit de son époux : "(...) car Notre Seigneur Dieu veut la châtier à cause du grand péché qu'elle a commis avec le chevalier."/ "(...) wann (unser herre got) (wil) (sie) kestigen umb die groß sunde die sie begangen hat mit dem ritter."90. Dieu condamne aussi le couple Artus/Jenover en le frappant de stérilité, stérilité qui est, pour l'Eglise, rappelons-le, un motif de rupture du mariage, dont le principe d'indissolubilité est par ailleurs défendu âprement, toujours par l'Eglise. Mais la contradiction n'est qu'apparente, car ce qui prédomine pour l'Eglise, c'est la règle, non l'individu. Le roi Artus est-il condamné à la stérilité parce qu'il a répudié son épouse et que, l'ayant répudiée à tort, il préfère vivre avec une autre plutôt que de la reprendre, elle, la légitime ? Jenover est-elle rendue inféconde au motif qu'elle, épouse adultère, a commis le péché de luxure avec celui qui aurait dû rester son chevalier servant91 ? Non seulement elle a contrevenu au code courtois, mais encore elle a nargué l'Eglise, et, à travers elle qui n'est que l'instrument de la répression divine, Dieu. La leçon contenue à la fin de la dernière partie du Prosa-Lancelot, La mort du roi Artus92 est certes la négation de la chevalerie, c'est aussi la négation d'un couple qui aurait dû être, de par sa position sociale et son rang, à tous égards exemplaire. Echec d'un couple légitime. Echec d'un couple amoureux. Triomphe de Dieu, mais triomphe de la mémoire.

Notes

1 L'adaptation allemande du Lancelot français, édité par A. MIСНА, Paris-Genève, Librairie Droz, IX Tomes, 1978 à 1983, est généralement appelée le Prosa-Lancelot. Ce roman, édité par R. KLUGE, s'intitule Lancelot, Berlin, Akademie-Verlag, Tome I 1948, Tome II 1963 et Tome III 1974. Pour alléger les citations de cet ouvrage, nous appellerons dans ces "Notes" le Tome I : "LI" (Lancelot I), le Tome II : "LII" (Lancelot II) et le Tome III : "LUI" (Lancelot III).

2 Dans le Prosa-Lancelot, le nom de la reine est attesté sous diverses formes. Ne citons ici que quelques leçons, par exemple "Gynovier", LI, p. 2, 1. 14, in Die schmerzenreiche Köhigin/La reine aux grandes douleurs, "Genuvere", LI, p. 493, 1. 15, in Die falsche Ginevra und Galahots Tod/La fausse Ginevra et la mort de Galahot, "Genovere", id., p. 494, 1. 9, "Jenover", id., p. 496, 1. 10 ou encore "Jenuver", id., p. 525, 1. 5. Dans le corps de l'exposé, pour simplifier, nous n'utiliserons que la leçon "Jenover" pour parler de la reine.

3 A. ESMEIN, Histoire de la procédure criminelle en France et spécialement de la procédure inquisitoire, Paris 1882, pp. 261/262 : "Dans la procédure féodale, si les preuves étaient grossières, souvent peu raisonnables, leur appréciation était au moins facile ; le juge, simple spectateur, n'avait le plus souvent qu'à constater un fait matériel."

4 Id., ibid., "L'aveu était la plus complète des preuves et dispensait même de toute procédure ultérieure, mais aucune violence, aucune ruse n'étaient employées pour le provoquer."

5 Id., p. 262 : "L'accusé niait-il ? On recourait au duel judiciaire et aux témoins ; dans la bataille, la victoire ou la défaite ne laissaient aucun doute, et le témoignage, à l'origine, consistait dans une formule que le juge n'appréciait pas."

6 Lors de l'adoubement un chevalier de la dame de Nohant fait irruption dans la salle et interrompt la cérémonie. Lancelot ne sera chevalier à part entière que lorsque la reine lui aura envoyé une épée.

7 LI, Lancelots Kindheit/L'enfance de Lancelot, p. 133, 11.10/12. L'un et l'autre admire leur beauté. La reine le regarde beaucoup et longtemps (id., p. 132, 11. 36Z38 et p. 133, 11. 1/5.).

8 LI, Galahot, p. 302, 11. 11/12. Il s'agit de l'entrevue des quatre : Lancelot, la reine, Galahot et la dame de Maloaut.

9 LI, Der Krieg in Schottland, p. 462, 11. 18/19.

10 Cf. par exemple LI, Der Karrenritter/Le Chevalier de la Charrette, p. 617, 1. 1 où cette idée de "luxure" est attestée (à propos de Lancelot bien qu'indirectement) : "(die hicz) böser gelust".

11 Id., p. 457, 11. 5Z8 : "was der Sahsen mägin und was genant Gartissie'V'elle était saxonne et s'appelait Gartissie." Il s'agit de l'enchanteresse Camille du texte français.

12 Id., p. 462, 11. 4Z5.

13 Cela est dit clairement dans le texte un peu plus loin, et cette fois la leçon relative à son nom est plus proche de celle attestée dans la source, "Canille", cf. id., p. 479, 11. 4/5.

14 Id., p. 452, 11. 5/6.

15 Id., pp. 478/479, passim.

16 Au château de la Roche Galahot s'était rendu, en même temps que Lancelot, au rendez-vous que leur avait fixé la reine et y avait rencontré et aimé la dame de Maloaut.

17 Id., p. 481, 11. 30/33.

18 Cf. LI, le chapitre intitulé Die falsche Ginevra und Galahots Tod, pp. 482/597. L'adaptateur suit le texte français de la version longue, cf. Lancelot, op. cit., Tome I, pp. 1/ 175 ; sur cette affaire, cf. l'article de L. HARF-LANCNER, Les deux Guenièvre dans le Lancelot en prose, in Actes du colloque Lancelot, publiés par D. BUSCHINGER, Kümmerle Verlag, Göppingen 1984, pp. 63/73.

19 LI, id., pp. 493/496, passim.

20 Id., p. 496, 1. 23.

21 Id., ibid., 1. 27.

22 Id., p. 498, 1. 25.

23 C'est le châtiment qui est requis contre Jenover à la fin du roman lorsqu'elle est convaincue d'adultère, cf. infra, la note (70).

24 P. GIDE, La condition de la femme dans l'histoire, Paris 1885, p. 178. : "De toutes les institutions civiles, le mariage est celle que le droit canonique a le plus soigneusement réglementée (...)."

25 LI, p. 525, 11. 9/12.

26 Contrairement au texte français où, comme le signale L. HARF-LANCNER, op. cit., p. 67, Galehaut craint pour la reine et Lancelot que le jugement de Dieu ne se retourne contre eux en raison de l'adultère, dans le texte allemand, une telle crainte est passée sous silence. La faute de Jenover n'est pas soulignée, il n'est fait allusion qu'à son innocence. Un peu plus loin dans le texte, par exemple, aussi : alors que le roi Baudemagus de Gorre réclame que le sort de la reine soit réglé soit "par un combat" (judiciaire) soit "par un jugement"/ "mit kampff oder mit urteil", Bertelac prend sa dame, l'accusatrice, à part et lui déconseille de soumettre Jenover à "l'épreuve du fer rouge ou à celle du feu"/"von heißen ysen zu tragen oder von fure", LI, p. 516, 11. 23/24, car, dit-il, elle est "innocente"/"unschuldig", id., ibid., 1. 25. Le chevalier redoute en effet le jugement de Dieu.

27 Id., p. 531 11. 13/16.

28 Id., p. 532, 1. 23.

29 Id., p. 522, 11. 10/12.

30 Id., p. 533, 11. 3/4.

31 Cf. G. DUBY, Le chevalier, la femme et le prêtre, Paris 1981, p. 7/26 et 214/221 ou sont cités les cas des rois Philippe Ier et de Philippe Auguste.

32 LI, p. 533, 1. 34.

33 Id., ibid., 1. 35 et p. 534, 1. 1.

34 R. NAZ, Dictionnaire de Droit Canonique, Paris 1935, Tome I, article sur l'Adultère, III. Les sanctions canoniques de l'adultère : "Les sanctions diverses avaient vigueur auprès des autorités civiles jusque vers le milieu du xvie siècle, car jusqu'à cette époque l'Eglise conserva une compétence exclusive dans les affaires matrimoniales." Et, plus loin : "(...) le mariage est essentiellement affaire religieuse."

35 Id., ibid. : "La sentence pouvait prononcer la séparation des époux, excommunier l'adultère et son complice, Decr., l.V, tit. XIII, c. 6, décrétale d'Innocent III en 1208, condamner la coupable que son mari ne voulait plus recevoir à la pénitence dans un monastère, l. III, tit. XXXII, c. 19, de Grégoire IX (...). Quand l'adultère était un concubinage public, la notoriété du fait dispensait de la procédure précédemment décrite, les coupables considérés comme excommuniés étaient frappés d'infamie, et devenaient incapables de dénoncer et d'ester en justice, 1. V, tit. I, c. 20.". Cf. également G. DUBY, op. cit., p. 8, qui cite l'exemple de Philippe Ier, qui répudia son épouse et la remplaça par une autre : "Il (Urbain II) excommunia Philippe, premier du nom, roi de France. Le premier souverain des Francs occidentaux qui ait assez démérité aux yeux des autorités ecclésiastiques pour encourir cette sanction terrible. Elle le retranchait de la communauté des fidèles, lui dont la vocation était de la diriger. Elle appelait sur lui la malédiction divine. Elle le vouait à la damnation éternelle s'il ne s'amendait pas."

36 LI, p. 535, passim.

37 Id., ibid., ll. 30/31.

38 Id., 1. 34 et p. 536, ll. 1/2.

39 Id., p. 537, l. 11.

40 Id., p. 538, 1. 11.

41 Id., p. 541, l. 2.

42 Id., ibid., 11. 4/5.

43 Id., p. 541, passim.

44 Morge qui en veut à Jenover pour une affaire ancienne et qui la jalouse (elle est éprise de Lancelot).

45 Id., pp. 587/588, passim.

46 Id., p. 588, 11. 18/21.

47 LII, p. 221, 11. 11/13.

48 Id., p. 24, 11. 26/28.

49 LI, pp. 593/594, passim.

50 LI, Der Karrenritter, pp. 639/641, passim.

51 Sur la confusion de Meleagant, cf., plus précisément p. 639, 11. 25/27.

52 Nous avons déjà étudié ce point dans un article auquel nous renvoyons pour plus de détails, in les Actes du colloque Lancelot, op. cit., pp. 199/209.

53 L'exemple extrême est celui de la demoiselle qui sauve Lancelot de l'envenimement, cf. LII, pp. 251/256. Lancelot lui doit la vie et elle lui réclame son amour en échange en vertu d'un don (contraignant). Après bien des hésitations Lancelot se plie à son vouloir, à condition qu'elle accepte d'exclure du serment d'amour qu'il va lui prêter la possibilité d'une relation chamelle, car une telle relation déloyale scellerait son infidélité à l'égard de la reine.

54 LI, p. 569, 11. 19/20 et passim.

55 LII, Lancelot auf Schloß Corbenic, Lancelot au château de Corbenic, pp. 294/296. De leurs brèves amour naîtra en effet Galaad, le chevalier parfait, élu de Dieu, qui achèvera la Sainte Quête du Graal. La citation relative à la reine se trouve p. 296, 1. 4.

56 LIII, Der Tod des Konig Artus, pp. 384/548.

57 Id., Ginevra in Gefahr, p. 541 sqq.

58 Id., p. 542, 11. 15/16.

59 Id., ibid., l. 10.

60 Id., p. 543, 11. 4/5 et 8.

61 Id., p. 546, 11. 3/4. Le texte est souligné par nous.

62 Id., p. 547, l. 6.

63 Id., p. 546, l. 10.

64 LIII, Die Gawan Brüder, Les frères de Gawan, p. 548, l. 16.

65 Id., ibid., l. 15.

66 Id., p. 549, l. 11.

67 Id., pp. 550 et 551, passim.

68 Quel que soit son désir ou à quelque inconséquence que le pousse sa démesure ou sa faiblesse, Artus est tenu de sa conformer, bon gré, mal gré, à une certaine image de la royauté dont il est en principe le représentant le plus prestigieux. Mais l'image d'Artus dans le texte en prose est bien éloignée de la définition que le roi donne de lui-même dans le texte en vers de Chrétien de TROYES, au début d'Erec et Enide, édition de M. ROQUES, Paris, Champion, 1970, aux vers 1749/59, où il apparaît comme le symbole vivant de la justice :
"Je sui rois, si ne dois mantir,
ne vilenie consantir,
ne fausseté ne desmesure ;
reison doit garder et droiture,
qu'il apartient a leal roi
que il doit maintenir la loi,
verité, et foi, et justise.
Je ne voldroie en nule guise
fere deslëauté ne tort,
ne au plus foible que au fort
n'est droit que nus de moi se plaingne."
Ce souverain se pose en exemple. Il prône une éthique fondée sur la vérité, la foi et la loyauté. Ces valeurs sont les piliers d'une justice bien distribuée que le roi se doit d'appliquer et de faire respecter.

69 LIII, p. 550, l. 17.

70 Id., p. 552, 11. 1/2.

71 Id., p. 552, 11. 8/9. Concernant ce détail absent du texte français, cf. les notes de R. KLUGE relatives à la leçon "rot", la leçon française correspondante citée ne fait pas état d'une couleur : "cote et mantel".

72 Id., p. 552, 11. 16/17.

73 Id., p. 553, l. 6, p. 552, 11. 5, 10 et 5.

74 Id., p. 552, l. 17 et 553, ll. 1/2 et 3.

75 Id., p. 552, 11. 11/12.

76 Id., p. 557, passim.

77 G. DUBY, op. cit., p. 43 : "(...) le rapt est, à l'époque féodale, l'un des quatre cas de la justice de sang, directe héritière de la justice royale carolingienne. Le souverain, épaulé par les évêques, devait disjoindre les couples qui ne s'étaient pas formés dans la paix, selon les rites prescrits : de telles unions n'étaient pas des mariages. Il fallait les dissoudre, restituer la femme dérobée, la remettre entre ces mains dont on l'avait par violence retirée, afin que le tissu social ne se déchirât pas, que, par l'enchaînement des vengeances familiales, le trouble ne s'étendît pas dans la haute société."

78 LIII, p. 560, 1. 15 et 11. 15/16.

79 Id., p. 561, 11. 12/13 et 17.

80 Id. in Der Große Krieg, La Grande Guerre, p. 606, 1. 7 et 607, 1. 1 sqq.

81 Id., p. 607, 11. 6/8 ; le verbe "schinden" signifie textuellement, cf. M. LEXER, Mittelhochdeutscnes Taschenwörterbuch, S. Hirzel Verlag, Leipzig, 1966, "écorcher" mais aussi "traiter avec violence", "maltraiter", sens qui ne peuvent ici être retenus. Il semblerait que "schinden" soit mis pour "schenden" (venant d'un erreur matérielle de copiste inversant e/i) ; or, les sens proposés dans l'ouvrage cité ci-dessus pour "schenden", à savoir "entehren"/"déshonorer/honnir" et "Schande treiben mit''/"commettre une infamie avec/avoir des activités honteuses avec", conviennent parfaitement dans ce contexte.

82 Id., ibid., l. 5.

83 Id., 11. 7/9.

84 Id., 11. 7/12.

85 Id., p. 608, 11. 16/17.

86 Id., p. 609, passim.

87 Id., pp. 612/611, passim.

88 Id., pp. 612/613 et 614, passim.

89 Id., p. 615, 11. 1/2.

90 G. DUBY, op. cit., p. 238 : "Par-delà le brusque virage qui, dans le Conte du Graal, vient sublimer, sous les apparences d'un vœu de chasteté, les renoncements à quoi la "jeunesse" était contrainte durant les longues périodes d'éducation chevaleresque, le fort de la production littéraire n'enseigne-t-il pas, avec toujours plus d'insistance, que l'amour, l'amour de corps et de cœur, s'accomplit dans le mariage et dans cette procréation légitime refusée aux femmes infidèles, aux Guenièvres trop brûlées de passion pour que leur sperme (cf. infra, N.B.) demeure fécond."
N.B. : cf. id., p. 42 : "Dans l'Europe carolingienne et postcarolingienne, on croyait à l'existence d'un sperme féminin, en tous cas au concours équivalent de l'homme et de la femme dans la conception, et l'on croyait aussi que l'effet immédiat des rapports sexuels était de mélanger indissociablement les deux sangs."

91 Op. cit., passim.

Auteur

Université de Paris X

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540