Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Amour et impunité dans les fabliaux allemands

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

1Fondés sur l'éthique mondaine de la satisfaction des besoins et des désirs, les mære des xiiie, xive et xve siècles aiment à mettre en scène des femmes qui, nobles, bourgeoises ou paysannes se conduisent, tantôt par innocence, tantôt par rouerie, avec la plus confondante liberté de conscience et de mœurs. La désarmante naiveté ou la ruse insondable dont elles font preuve semble leur garantir la plus complète impunité dans un monde marqué par l'idée de libération et de défoulement, où le rire règne en maître et met à l'écart la réalité contraignante des valeurs de l'ordo, la morale et la religion, la faute et ses conséquences et, dans les mære que nous retiendrons ici, la sanction de l'infidélité conjugale.

2On ne s'étonnera donc guère que les mære, contes à rire pour la plupart comme les fabliaux français, fassent rarement l'apologie de la sanction. Sur quelque 80 récits traitant de l'amour et de la transgression de règles sociales et morales, on ne trouve guère qu'une petite douzaine de cas où le but avoué du récit est le châtiment du coupable, et encore six d'entre eux peuvent difficilement passer pour exemplaires.

  • 1 Das heiße Eisen, in Gesammtabenteuer (GA.), Fr. von der Hagen, Stuttgart/Tübingen, 1850, XLVI ; et (...)
  • 2 GA. X : Die halbe Birn, de Konrad von Würzburg.
  • 3 v. 493 et 504. 507.
  • 4 Die drei Mönche von Kolmar, de Niemand, GA. LXII ; ou H. Niewöhner, Neues Gesamtabenteuer (NGA.), (...)

3En effet, dans trois de ces récits, le mari punit la coupable d'une manière telle que la morale n'y est pas sauve et la justice moins encore. La femme qui impose à son époux l'épreuve du fer rouge pour avoir la certitude qu'il n'aime qu'elle subit certes à son tour la même épreuve et s'y brûle affreusement après avoir concédé qu'elle a connu déjà plusieurs amants. Mais l'époux n'est guère plus recommandable et n'a pas non plus bonne conscience, lui qui n'est sorti de l'épreuve qu'en bafouant à son tour l'ordalie en plaçant un copeau entre le fer et sa main1. Ailleurs2, la fille d'un roi paie cher les sarcasmes qu'elle adresse au chevalier venu la conquérir en tournoi : se faisant passer pour simple d'esprit, il réussit à se faire introduire chez elle, allume par sa tenue les plus ardents désirs chez la princesse, qui l'attire dans son lit. Le chevalier se fait plus tard reconnaître et jamais n'aimera celle qui devient sa femme. L'auteur reconnaît d'ailleurs lui-même qu'il y eut là vengeance plus que justice et que le chevalier manqua de discernement, les deux jeunes gens ayant à jamais perdu dans cette affaire honneur et bonheur3. Ailleurs enfin4, un marchand châtie certes les trois moines qui courtisent sa pieuse épouse à confesse, mais il les fait venir pour avoir l'argent dont il a tant besoin pour refaire une fortune écornée par de mauvaises affaires : l'intention n'est pas des plus pures et le procédé bien expéditif qui consiste à tuer les trois moines après qu'ils eurent versé leur obole et à provoquer, certes involontairement, la mort d'un quatrième, celui-là tout à fait innocent.

  • 5 Das Schneekind, NGA. XLVII ; cf. Montaiglon et Raynaud, Recueil général et complet des Fabliaux de (...)
  • 6 Die Wiedervergeltung, de Jean de Worms, in H. Fi-scher, Reimpaarsprùche des Hans Folz, München, 19 (...)
  • 7 Der Hasengeier, H. Fischer, Die deutsche Märendichtung des 15. Jahrhunderts, München 1966, 18a-b.

4Bien pire encore, trois autres de ces récits confondent vengeance et juste sanction, justice et représaille. C'est le marchand qui vend pour 100 marcs le fils que sa femme a conçu à la suite d'une longue absence de l'époux5. Elle l'eut, prétend-elle, pour avoir avalé quelques flocons de neige ; la pluie, répliquera plus tard le mari, le leur a repris, froide vengeance qui consiste à supprimer l'enfant de l'amour pour effacer la faute et le passé! L'épouse certes est punie dans ses œuvres mais au détriment d'un innocent. Récit dur et brutal, aussi brutal qu'était grossier le mensonge de la femme, ce mære veut montrer qu'on ne peut châtier la femme adultère qu'avec ses propres armes, par la ruse, le subterfuge et le faux-semblant, la lutte à armes égales étant pour l'époux le seul moyen de s'en sortir (v. 83-90). Ailleurs, c'est un mari trompé qui prend en flagrant délit l'amant de sa femme et qui exige que la femme de ce dernier vienne lui accorder ses faveurs, sur la caisse même où l'amant s'est caché6, spectacle auquel doit assister sa propre épouse pour qu'elle sache la douleur qu'il eut à tout entendre de derrière la porte. Humiliée et déshonorée (v. 65), la pauvre femme cède à l'odieux chantage, victime innocente de représailles qu'elle n'a pas méritées. C'est enfin un chevalier sans fortune qui se venge du dédain de la femme qu'il courtise en lui faisant cadeau d'un rapace7, lequel dévore, dès qu'il les voit nus dans la chambre, le sexe de la dame et d'un prêtre, son amant. Ce récit cruel et non dénué de sadisme n'est certes plus un conte à rire. Issu du xve siècle comme le récit précédent, il surprend par sa brutalité et par cette manière de substituer à la justice un pur règlement de compte entre une belle et un soupirant, le mari n'étant pas concerné par l'affaire et la victime restant aux yeux de l'auteur le soupirant désargenté.

  • 8 Fischer, Märendichtung 47 : Die bestrafte Kaufmannsfrau.
  • 9 NGA. 31 : Der Pfaffe in der Reuse.
  • 10 Märendichtung A.6 : Die undankbare Wiedererweckte.

5Trois seulement de ces récits présentent l'exemple d'une sanction juste. Tous trois font apparaître un tiers à côté des époux, un personnage qui donc peut jouer le rôle de garant de la sérénité de la justice, rôle que n'assumaient aucunement les maris trompés des mære précédents en ce qu'ils étaient à la fois juge et partie. La femme d'un riche marchand parti en voyage est ainsi rouée de coups par un chevalier qu'elle a fait venir dans sa chambre8, mære exemplaire en ce que celui-là même dont on attendrait l'assistance complaisante tance l'impudente et incarne, par l'effet du retournement spectaculaire de la situation, la morale et la justice. Ailleurs, un pêcheur prend dans une nasse l'amant de sa femme, un prêtre9, et le conduit à son seigneur qui le condamne à quitter le pays en y laissant tous ses biens, rare cas où la sanction dans les mære soit prononcée dans les formes et par celui-là même qui doit dire le droit. On ne s'étonne guère de lire dès les premiers vers que ce récit s'inscrit résolument contre la tradition des contes à rire, dont l'auteur fustige la légèreté et l'immoralité (v. 1-10), lui qui rappelle en conclusion que pareille sanction n'est que justice (v. 378-388) -voilà donc un mære qui précisément nous montre et dit ce que les mære pour la plupart ne sont pas. On n'en connaît d'autre exemple qu'au xve siècle, plus exemplaire encore en ce que la justice y est rendue par Dieu même, souverain juge et garant de toute justice au moyen âge10 : on jette en prison l'épouse d'un vieillard prête à suivre un homme jeune ; traînée devant le tribunal des sages de la ville, elle s'entend rappeler par son époux qu'il lui sauva jadis la vie en offrant vingt ans de sa vie pour l'arracher à la mort. Comme elle persiste dans sa folie, Dieu lui retire la vie sur le champ et rend à l'époux sa jeunesse.

  • 11 GA. LXI : Der geäffte Pfaffe ; ou Fischer, Stricker 8 : Der kluge Knecht.
  • 12 Märendichtung 22 : Die Wolfsgrube, cf. MR. VI, pp 51 ss.

6Plus rares encore sont les récits dans lesquels un châtiment sanctionne le flagrant délit, tant les mære répugnent à dramatiser l'adultère et cherchent tout au contraire à lui garantir l'impunité. Le Stricker, poète et moraliste de la première moitié du xiiie siècle, montre ainsi comment le flagrant délit est bien la manière de déjouer la ruse des femmes adultères. Il décrit avec minutie la ruse par laquelle un valet fait tout découvrir à son maître en racontant une histoire de loup pour laquelle lui servent de points de comparaison le pichet, le sanglier rôti et enfin le prêtre caché sous la table depuis le retour impromptu du mari11. Les coupables sont battus et l'auteur explique combien le valet a bien agi : s'il avait accusé sans preuve, on l'aurait accusé de calomnie ou bien la femme de son maître aurait préparé sa riposte (v. 306ss), manière didactique et préventive d'apprendre au public, aux maris, à déjouer la ruse des femmes et à ne pas laisser l'adultère impuni. Hans Rosenplüt donnera plus tard, au xve siècle,12, un exemple effroyable de l'efficacité du flagrant délit : un seigneur fait tomber successivement dans un piège à loup le prêtre qui vient rejoindre sa femme, la servante qu'elle envoie chercher le prêtre trop long à venir et enfin la femme, inquiète de savoir si longtemps ensemble le prêtre et la soubrette. L'épouse doit jurer fidélité devant les amis et les parents du mari, sous peine de se voir couper les mains, les pieds et la tête ; le prêtre est émasculé, ses testicules serviront à rappeler à la soubrette comme a sa maîtresse leur devoir.

  • 13 ibid. 21b : Der fahrende Schüler.

7On le voit, ces cas sont très rares, et le même Rosenplüt n'hésite pas à inverser le schéma du mære du Stricker pour laisser échapper le prêtre, couvert de suie et qu'il fait passer aux yeux du paysan médusé pour le diable13, tant le thème ainsi traité répond mieux à la manière habituelle du fabliau.

  • 14 NGA. 22 : Der Pfaffe mit der Schnur ; GA. XLIII : Der verkehrte Wirt ; Märendichtung 9 : Der Stude (...)
  • 15 Des tresces, MR.V, pp 132-142 ; IV, pp 67-81.
  • 16 GA. LV, Rüdiger von Müner ; cf. De Gombert et des deux Clers.
  • 17 NGA. 19 : Der Wirt.
  • 18 GA. XXVI : Frauenlist, ou NGA. 13.
  • 19 Märendichtung 17 : Drei listige Frauen. Folz 10 a. cf. MR. I, pp 168-177.

8Les mære ne sont en effet qu'une longue suite de variations du même thème et dépeignent les mille manières de garantir à la femme infidèle l'impunité. Un bon nombre de ces récits montre par exemple comment l'on peut transformer en avantage décisif la posture apparemment désespérée du flagrant délit. Les amants s'ingénient à tout simplement démontrer l'irréalité de la faute, le flagrant délit n'étant que le fruit d'une illusion des sens du mari trompé. La variante la plus fréquente et prisée jusqu'au xve siècle consiste à substituer in extremis un âne ou un veau à l'amant que le mari surprend et retient, mais que l'épouse laisse échapper14, à l'instar du fabliau des tresses15. Modèle du genre, le conte d'Irregang und Girregar multiple les effets de ce style16 : le mari trompé découvre l'amant dans son propre lit, entend en confidence toute l'affaire, le bat mais se laisse ensuite convaincre par sa femme qu'un elfe le tourmente. On lit plus tard des prières à son chevet, on conjure les mauvais esprits et le pauvre homme se croit vraiment victime de kobolds, conte à rire s'il en est, qui se prend pour tel (v. 1-13) et fonde tous ses effets sur l'illusion des sens du mari trompé. Ailleurs un benêt de paysan assiste aux amours des amants, victime, lui fait-on croire, d'une curieuse conjonction astrale17 ; ailleurs encore le voilà victime d'un rêve profond18 ou enfin de l'étonnante ressemblance de sa femme avec une autre19. Contes burlesques dont la seule ambition est d'amuser, ces récits excluent l'austère gravité de la sanction et se situent en marge de la réalité commune.

  • 20 NGA. 36 : Ritter Alexander.
  • 21 voir J.-M. Pastré, Par delà le bien et le mal ou l'adultère dans les fabliaux allemands, in Mariag (...)

9Le conte du Chevalier Alexandre20 nous en fournit à la fois une variante et le modèle : pris en flagrant délit dans la chambre de la plus belle femme de Londres, un chevalier français est sauvé par son épouse venue prendre par déguisement sa place dans le logis transformé en prison. S'étant fait reconnaître pour femme par l'exhibition de ces charmes devant le tribunal médusé, elle sauve la situation, et tout finit en fêtes et en musique. Ce n'est certes plus le triomphe du rire, c'est ici le triomphe de la beauté, et les deux plus belles femmes du monde pardonnent au bel Alexandre, à la satisfaction de la foule de Londres toute gagnée à leur cause. Monde certes merveilleux, dégagé des misérables continences que sont le regret, le remords et la sanction ; monde de luxe, de beauté et d'amour où la sanction, vile, basse et laide n'a pas de place ; monde éthéré, situé par delà le bien et le mal21, monde où l'esthétique et la grandeur l'emportent sur la loi commune, monde soumis à d'autres lois et qui de ce fait ignore la faute et récuse la sanction par l'absence même de transgression.

  • 22 Märendichtung 13 : Die Kupplerin.
  • 23 NGA. 19 : Der Wirt ; voir J.-M. Pastré, Amour et parodie ou le jeu de l'innocence dans "des virtes (...)
  • 24 GA. LXVIII : Zwei Kaufmänner und die treue Hausfrau, ou NGA. 37 : Die zwei Kaufleute ; voir J.-M. (...)
  • 25 GA. LIV : Berchta mit der langen Nase.
  • 26 GA. XX : Der Gürtel, cf. MR. 71 : Des III Chevaliers et del Chainse.
  • 27 GA. XLII : Die treue Magd.

10Autre manière de garantir l'impunité, les mære montrent le jeu subtil du vrai et du faux auquel se livrent les amants. La première variante consiste à nier l'existence de la faute en la gardant secrète, qu'il s'agisse de l'entremetteuse qui convainc la femme hésitante en soulignant que personne ne saura qu'elle eut un rendez-vous galant22 ; qu'il s'agisse de l'auteur qui gravement explique que les faits n'existent que pour peu qu'on les révèle, la sauvegarde de la réputation se substituant à la morale et au souci de l'honneur23 ; que ce soient les parents d'une belle qui la poussent à l'adultère pour arrondir la fortune de leur fils24, ou la conclusion d'un conte où l'on se contente, en guise de morale, de recommander aux femmes qui ont un prêtre pour amant de n'en rien dire aux enfants par peur qu'ils ne commettent auprès de leur père quelque indiscrétion25. Et malheur à celui qui trahit les amants, tel le valet dans le conte de la Ceinture26, tandis qu'on loue la servante qui sauve sa maîtresse du déshonneur en allumant un incendie pour détourner l'attention du mari revenu au logis27.

  • 28 GA. XCVII : Des Reußenkönigs Tochter.
  • 29 NGA. 9 : Die zwei Beichten, et Märendichtung 29 : Die zwei Beichten B.
  • 30 Märendichtung 30 : Umgangene Bußa

11La seconde variante concerne la confession dont on détourne la fonction. A l'inverse de son sens chrétien, lié au repentir et à la pénitence, ainsi qu'on le voit dans la nouvelle du Reußenkönig, la confession d'une femme infidèle auprès de son mari sert à justifier l'adultère28 : le mari lui pardonne, car elle a commis la faute dans l'intérêt du ménage et pour ne pas perdre les bonnes grâces et l'appui de toutes sortes de messieurs29. Ainsi le confesseur et mari trompé peut tout apprendre sans que la rouée coure le moindre risque. Cette dernière pousse même l'avantage et refuse d'admettre l'aventure qu'eut un jour l'époux avec la servante, la femme profitant de l'aveu pour assurer définitivement sa main-mise sur le ménage et faisant jouer jusqu'au bout de sa logique folle l'alibi qu'elle sut se donner. Ailleurs, un homme parvient à empoisonner la vie d'un prêtre dont il avoue être le père puisqu'il a séduit, outre sa sœur et la servante, sa mère30. Faisant l'innocent, le paysan madré se moque du prêtre, transforme la pénitence imposée en nouvelle occasion de séduire, la vérité totale de ses aveux garantissant à la foi le triomphe du vice et sa parfaite impunité ; récit assez odieux comme on n'en trouve guère que parmi les mære d'un xve siècle friand du raffinement florentin de plaisirs pervers.

  • 31 GA. XLI : Der Ritter unterm Zuber, ou NGA. 24 ; cf. MR.I : Le cuvier, pp 126-131.
  • 32 GA. XXXIX : Der Ritter und die Nüsse ; cf. MR. 140 : De la dame qui se venja du chevalier.
  • 33 Märendichtung 20 : Der Knecht im Garten, et NGA. 27 : Der Schreiber.
  • 34 GA. XXX : Der entlaufene Hasenbraten, du Vriolsheimer ; cf. MR. I, pp 188-193.

12Dans la troisième variante, la femme infidèle dit au mari rentré trop tôt au logis toute la vérité, qui paraît alors si peu vraisemblable qu'il n'y a pas pour les amants meilleur moyen de se tirer de leur facheuse posture. Ainsi le conte du Cuvier31, où la femme dit au frère de l'époux que l'amant est bien caché sous le cuvier, ce qu'il se garde bien de vérifier par peur du ridicule. Mieux encore, la femme fait échapper dans un autre conte l'amant caché derrière la tenture en expliquant au mari ce qu'elle ferait si elle avait à organiser la fuite d'un amant : elle se jette sur lui, lui enfouit la tête sous ses jupes, et l'amant s'enfuit discrétement32. Plusieurs mære du xve siècle reprendront le schéma et le conduiront à sa perfection. C'est ici une dame qui fait coucher sous son lit le valet qu'elle veut aimer, qui raconte à son mari que le valet la convoite, ce qui est vrai, et qu'il attend dans le jardin ; elle l'y envoie, se livre pendant ce temps à de joyeux ébats, puis envoie le valet battre l'époux qu'il feint de prendre pour l'épouse, elle, qu'il n'a voulu tenter que par amour de son maître33. Ailleurs une femme, pour s'excuser d'avoir mangé deux lièvres avec ses amies, fait fuir son ami, le prêtre, qu'elle avait fait inviter au déjeuner, en prétendant que le mari connaît leurs amours ; puis elle fait poursuivre le prêtre par l'époux en lui disant qu'il a volé les lièvres, pour raconter enfin la vérité à l'époux, ce qui le fait bien rire34. Mêlant à dessein le vrai et le faux et disant vrai sur ce qui n'est qu'anecdotique, la femme parvient à faire passer pour plaisant mensonge la vérité profonde de l'affaire.

  • 35 successivement dans Der Ritter unterm Zuber, Der Knecht im Garten et Der Schreiber.

13On notera que dans ces derniers mære la femme adultère n'a pas besoin du tout de dire la vérité et pourrait se contenter de berner l'époux par ses mensonges. Il y a là un jeu périlleux, un goût du risque et de l'exploit dans le but d'emporter d'un coup une victoire définitive. Ainsi le mari qui eut des doutes bénit le ciel d'avoir pareille épouse, ou bien il bénit le valet qui défend si bien son honneur, et voilà les amants tranquilles pour toujours, eux qui se sont garanti l'avenir par une ruse préventive qui rend désormais tout soupçon bien improbable35. Dire ainsi la vérité garantit l'impunité sur le moment, l'établit pour l'avenir dans un monde de ruse où le mensonge passe pour vérité et la vérité pour plaisant mensonge.

  • 36 Märendichtung 2 : Der vertauschte Müller.
  • 37 GA. LV : Irreganc und Girregar.
  • 38 GA. XX : Der Gürtel, de Dietrich von Glaz.

14On s'efforce par ailleurs dans la plupart des mære d'enlever aux coupables toute mauvaise conscience, et même on les y disculpe en les privant, avec plus ou moins d'artifice, de la conscience même de leur faute. La femme d'un ivrogne de meunier et celle d'un paysan sont aimées ainsi sans le savoir, l'un par un prêtre chargé par erreur dans la charette du meunier36, l'autre par un joyeux drille qu'elle rejoint dans son lit en croyant rejoindre le lit conjugal37. Agréablement surprises par l'ardeur inhabituelle de l'époux, elles laisseront l'expérience se renouveler un peu plus tard, moins innocemment cette fois, mais quel mal y-a-t-il à laisser faire ce qui se fit déjà sans qu'il y eût faute de leur part? L'absence de conscience morale permet d'ailleurs aux héroïnes de ces mære d'envisager et de commettre l'adultère sans sourciller et avec un sens inné de ce qui est somme toute bien naturel, telle la très jeune femme d'un chevalier parti tournoyer qui, très "humainement" (menschlich, v. 795), donne son amour à un jeune homme de passage en échange de la ceinture qui rendra l'époux invincible38. La notion de faute ou de péché étant complètement évacuée, la jeune femme n'admet pas que l'époux la laisse sans nouvelles deux années durant ; elle part à sa recherche, le pousse à commettre faute plus grave encore et retrouve sa grâce après lui avoir fait comprendre que la faute a été la sienne (v. 812) puisqu'elle s'est dévouée pour son bien et n'a jamais cessé de l'aimer (v. 434-435).

  • 39 NGA. 9 : Die zwei Beichten.
  • 40 Märendichtung A. 7 : Die Buhlschaft auf dem Baum A ; NGA. 6 : Der betrogene Blinde, version brève.

15Ce genre de récit où l'on met en scène avec délectation des femmes dont on nous prouve qu'elles ont raison de se donner ainsi aux hommes, est plutôt rare. C'est en guise d'alibi que la femme adultère met communément en avant son dévouement à la cause du mari, telle la femme qui se confesse à son mari et gravement lui explique que c'est pour lui qu'elle céda au jeune seigneur, au prêtre et au voisin39 ; telle encore la femme de l'aveugle qui prétend, dès que Saint-Pierre eut obtenu de Dieu qu'il recouvre la vue pour voir la perfidie de sa femme, qu'elle le fit précisement pour sa guérison40. Outré par tant de mauvaise foi, Saint-Pierre s'apprête à tout expliquer au mari, mais elle l'accuse d'avoir tout fait pour empêcher l'expérience salutaire, et voilà Saint-Pierre obligé de battre en retraite, menacé par le couteau du miraculé. Pressé d'intervenir, Dieu rappelle à son disciple qu'il mourut sur la croix pour le péché des hommes et qu'il leur doit miséricorde, le souverain juge refusant de sanctionner l'adultère, le mariage apparaissant comme une sorte de terre moralement neutre, située par delà le bien et le mal et où la référence aux notions de faute et de sanction n'a pas sa place.

  • 41 GA. XXIII : Das Gänselein.
  • 42 GA. XXII : Der Sperber, et sa variante GA. XXI : Das Häselein ; cf. MR. V, pp 151-156.

16D'autres mære disculpent plus subtilement le coupable en s'ingéniant à désigner un responsable, qui n'est surtout pas celui qui commit la faute. Deux de ces récits sont exemplaires à cet égard. Le premier met en scène un moinillon que son abbé emmène, en voyage. L'abbé ayant commis l'imprudence de lui désigner le fille du métayer sous le nom de "petite oie", le jeune moine n'a pas de réticence à réchauffer dans son lit l'animal bien décidé à tirer le meilleur parti de l'innocent41. L'abbé reconnaît toute sa responsabilité dans l'affaire (v. 252 et 256-257). Le second, réplique du premier, met en scène une jeune nonne qui, pour avoir un bel épervier, offre à un jeune chevalier ce dont elle dispose42. Le chevalier lui ayant pris son amour, la voilà battue par la supérieure et animée du désir de reprendre ce qu'elle a perdu, ce que le chevalier accepte bien volontiers en lui rendant par trois fois tout l'amour qu'elle lui avait donné. La supérieure qui a tout appris, car l'innocente lui a raconté fièrement son exploit, reconnaît que par sa faute le mal est devenu pire encore. Se sentant responsable du malheur qu'elle n'a pas su prévoir, elle se résigne et renonce à châtier l'innocente.

  • 43 GA. XXXVI : Das warme Almosen ; ou NGA. 8 : Das Almosen.

17Ce principe va servir, dans la plupart des mære de l'adultère, à disculper le coupable et à désigner, plus ou moins hypocritement mais toujours avec une ironie soigneusement dissimulée, le mari responsable, le mari, celui-là même qui vient pourtant à pâtir de l'inconstance de la femme. La responsabilité du mari tient alors à ses défauts. C'est par exemple un pingre qui ne laisse à sa femme pas un sou pour ses bonnes œvres si bien que l'innocente donne au premier mendiant venu son amour pour aumône43. Exemplaire à plus d'un égard, ce mære disculpe l'innocente, qui n'a pas le sentiment de mal faire et qui se donne par amour de Dieu. L'aspect moral de l'infidélité conjugale est totalement évacué, le mari n'étant trompé ni du fait de la perfidie de l'épouse ni du fait de la séduction du mendiant. L'époux d'ailleurs reconnaît pleinement ses torts, s'avoue responsable par avarice et donne désormais à la charitable épouse tout l'argent qu'il lui faut (v. 101 et 107). L'avarice de l'époux, le cadre extérieur qui sert d'amorce au récit, a en fait pour seule fonction d'assurer l'apparente vraisemblance d'une histoire qui n'en a que peu. La responsabilité qu'il se reconnaît n'est aussi qu'en apparence la leçon qu'on doit tirer du conte, ce dernier ayant pour fonction première l'évocation si plaisante des bonnes grâces que peut donner sans perversité une femme innocente au premier venu. L'auteur pour une fois dévoile d'ailleurs son plan et, après avoir ainsi brouillé les pistes, fait explicitement l'éloge des femmes qui savent encore se donner ainsi par charité chrétienne et par amour du prochain (v. 110-130).

  • 44 NGA. 12 : Des Weingàrtners Frau und der Pfaffe.
  • 45 NGA. 18 : Drei listige Frauen B.

18Responsables sont aussi dans bien des mære les maris trop stupides. Du mari que le prêtre doit consoler parce qu'il croit vraiment sa femme à l'article de la mort, alors que cette comédie sauve les amants du flagrant délit44, l'auteur dit en conclusion qu'il mérite bien son sort, sa bêtise étant par trop grande (v. 77-86). Ailleurs, la femme fait accroire à son benêt de mari qu'il est mort ; son valet la couche alors sur un banc sous les yeux du mort, avec l'admirable argument que l'époux avait recommandé sa femme au valet et que jamais de son vivant l'épouse n'aurait fait chose pareille, elle qui n'y consent que par respect des volontés dernières du cher défunt45.

  • 46 GA. XLV : Der begrabene Ehemann ; ou Fischer, Stricker.
  • 47 NGA. 29, voir J.-M. Pastré, Amour et parodie, op. cit.

19Autre variante de ce mære, le conte du mari qu'on enterre vivant, du Stricker46, est encore exemplaire à plus d'un titre. La logique parfaite de la rhétorique syllogistique que l'auteur y déploie a pour fonction de montrer comment, par entrainement et sous la forme d'un admirable crescendo, l'épouse d'un sot conduit le mari à tout croire de sa femme en signe d'amour. Ce qui n'est pour elle au début qu'amusement et vérification du pouvoir qu'elle a sur lui, devient plus sérieux lorsqu'elle écoute le prêtre séducteur, en tombe amoureuse et se débarasse du mari en l'enterrant avec l'aide du prêtre. Ce mære montre ainsi le complet triomphe de la déloyauté, le châtiment du responsable par sottise et l'impunité des coupables, et tout certes poussé à l'extrême mais par la fonction démonstrative d'un récit destiné à avertir des risques qu'ils encourent les maris trop sots et trop faibles. Il est remarquable par ailleurs que le thème de la responsabilité par bêtise soit commun à la fois aux contes â rire, où l'on disculpe la femme adultère, et â ce récit didactique. C'est assez dire combien l'absence de discernement passe pour faute grave au moyen âge et comment les mære s'en saisissent pour excuser l'adultère. A preuve d'ailleurs le chef d'œuvre du genre, der Wirt47, où l'épouse se livre successivement à trois hommes sous les yeux du mari dont la faute est d'être affligé d'une bêtise telle qu'elle ne peut que susciter ces débordements (v. 515-544) : c'est donc lui, plaide l'auteur, le véritable responsable, la femme n'y est pas pour grand chose (v. 555) et ne mérite pas de châtiment.

  • 48 Märendichtung 45 : Liebesabenteuer in Konstanz.
  • 49 Fischer, Folz 7 : Der ausgesperrte Ehemann.
  • 50 Märendichtung 37 : Der Mönch als Liebesbote, de Hans Schneeberger.
  • 51 Fischer, Folz 19 : Pfaffe und Ehebrecherin, et Märendichtung 35 : Der enttäuschte Liebhaber, de Jo (...)
  • 52 Märendichtung A. 13 : Die Beichte der zwölf Frauen.
  • 53 Folz 19 : Pfaffe und Ehebrecherin ; version brève dans NGA. 5.

20La raison profonde de l'adultère dans quelque 40 mære est toutefois chez les belles l'insatisfaction des sens, l'amour physique qu'elles veulent goûter parce que la nature les a faites ainsi, amour conçu comme la plus naturelle des choses, le "natürliche liebe" qui fait même le titre de l'un de ces fabliaux du xve siècle48. C'est que, belles et jeunes, on les a mariées à un ivrogne que l'amour du vin rend incapable d'autre prouesse49, à un roturier qu'elles ne peuvent aimer50 ou, plus souvent, à un vieux51. Le conte des douze femmes venues à confesse52 devient ainsi la lancinante litanie des femmes insatisfaites qui se plaignent de la paresse conjugale de leur mari, le prêtre proposant à leur grande joie ses services pour pénitence. Ces quelques mære, tous issus du xve siècle, témoignent de l'évolution des esprits : ce que l'on excusait plus ou moins confusément devient la franche expression d'une vérité reconnue. La femme jeune et pétulante d'un vieux paysan explique ainsi au prêtre qui lui reproche sa légèreté que son mari ne lui suffit pas et qu'il n'a par ailleurs manqué de rien53. L'époux le reconnaît d'autant plus volentiers (v. 76-78) qu'il ne souffre absolument pas d'une situation dont il ne s'est jamais plaint.

  • 54 Märendichtung 35 : Der enttäuschte Liebhaber.
  • 55 GA. LVII : Minnedurst.
  • 56 GA. XXXIV : Aristoteles und Phyllis. Märendichtung 6 ; cf. MR. V (137). GA. XIV : Der Schüler von (...)
  • 57 Märendichtung A. 4, I et II : Der weiße Rosendorn.
  • 58 GA. XIII : Frauentreue.
  • 59 voir J.-M. Pastré, Les composantes du bonheur conjugal, op. cit.
  • 60 GA. IX : Alten Weibes List, de Konrad von Würzburg ; NGA. 11 : Frau Metze die Käuflerin.

21Cette revendication féminine et l'affirmation de ce droit à la satisfaction des sens prend ailleurs la forme d'une franche et sereine contestation de l'institution du mariage (v. 675 : gesetzt, statut und recht), institution faite pour les hommes au détriment du droit des femmes et contraire à la justice de Dieu (v. 695-699). Ainsi se justifie une jeune femme devant son mari, jaloux et vieux, en lui contant l'histoire italienne de la jeune Philippa surprise avec le jeune Lazarino par le vieux Rinaldo54. Surprise en flagrant délit, conduite au tribunal, elle prend elle-même sa défense en reconnaissant les faits. Le peuple assemblé l'approuve ; ces lois sont en effet trop dures pour les femmes (v. 754-766), on absout Philippa, après qu'elle eut souligné que le mari connut toutes les satisfactions auxquelles il pouvait prétendre et qu'elle n'avait tout de même pas à jeter aux chiens ce qui lui restait d'amour. Le vieux Rinaldo reconnaît le bien fondé de son plaidoyer et se soumet enfin à sa loi (v. 790-796), l'auteur concluant que cela n'est que justice (v. 796 : billich und wol) quand les femmes ont à faire à pareils vieux ânes dépourvus d'énergie. Loi de nature, l'adultère n'est plus une faute et échappe ainsi à toute sanction lorsque le mariage imposé va contre nature et vide l'institution de son humaine raison d'être, l'amour. Parce que privée de son fondement naturel, l'institution dévoyée retire à la transgression, qui n'en est plus que la légitime réparation, sa valeur négative. Et c'est pourquoi les mære honnissent les parents qui marient contre son gré leur fille55 et lui refusent l'homme qu'elle aime56, tout autant que les femmes qui renoncent à l'amour, sous toutes ses formes, et qu'elles soient filles57 ou femmes, l'une d'entre elles mourant même de l'amour qu'elle ne sut donner58, suprême châtiment dans ce domaine des valeurs inversées où l'amour est loi et le mariage le cadre illusoire qui ne le contient plus59. Autre variante du thème, il arrive, lorsque le problème de la satisfaction des sens ne se pose pas, qu'on impute la faute à tout autre qu'au mari, à l'entremetteuse ou au tentateur, car il faut bien, pour disculper la femme infidèle, désigner un bouc émissaire. Ainsi le rendez-vous impromptu d'une bourgeoise et de l'époux venu remplacer le galant empêché ne conduit en rien l'auteur à blâmer les époux60. Il conclut au contraire en maudissant ceux qui induisent en tentation les belles et leur ravissent l'honneur (v. 470-474). Le jugement moral, qui devrait avoir pour but de dénoncer la fragilité de la loyauté des deux époux, assure bien au contraire une fonction de diversion, comme s'il fallait dévier la foudre du jugement afin qu'elle épargne ceux qui l'ont pourtant méritée. Ainsi l'on voit que le thème de la sanction est en fait la subtile précaution prise par l'auteur pour l'exclure d'un récit qui devrait justement la comprendre. Le jugement moral est donc là pour protéger de la condamnation morale des personnages dont on ne blâme aucunement le comportement.

  • 61 Märendichtung 39 : Fünfzig Gulden Minnelohn, de Claus Spaun.
  • 62 NGA. 19 : Der Wirt.
  • 63 voir J.-M. Pastré, Humeur et parodie, op. cit.

22Dans un autre conte, où l'épouse passe la nuit dans les bras d'un jeune homme qui lui a fait proposer 50 florins pour prix de l'amour61, le mari certes bat sa femme, mais l'auteur condamne seule la servante qui transmit à sa maîtresse la proposition (v. 381-391) ; et il l'envoie au diable et prétendant que l'épouse n'aurait jamais sans elle commis pareil délit. Ailleurs l'auteur, par de multiples commentaires qui sont autant de subtiles antiphrases, condamne le valet de deux nobles seigneurs venus trousser une villageoise un peu simple62, lui seul recevant le blâme, lui que l'auteur dépeint, pour sauver la décence et désigner un couable, comme un suppôt de Satan (v. 77-89 et 237-238). Voilà donc la belle innocente parfaitement disculpée (v. 239-246), l'auteur prenant la double précaution de rejeter la responsabilité sur le valet et sur le mari. Et l'auteur de se poser, pour mieux brouiller les pistes et dévier la sentence, en censeur, l'avocat revêtant, pour mieux atteindre son but, l'habit de l'accusateur qui pèse la part de responsabilité de chacun pour mieux conclure à l'innocence de la belle63.

  • 64 GA. XL : Die Meierin mit der Geiz. Folz 6 : Die Hose des Buhlers.
  • 65 GA. XXIII : Das Gänselein. GA. XXII : Der Sperber, v. 359-367.
  • 66 NGA. 19 : Der Wirt, v. 230-233.
  • 67 Märendichtung 28 : Der Guardian, v. 320-323.

23Autre manière de ne pas vouloir châtier le coupable, la résignation devant le délit prend une part considérable dans les mære. Résignation de l'auteur qui, en concluant le conte, souligne qu'il n'y a rien à faire contre la ruse des femmes64, manière de condamnation toute apparente qu'on utilise en fait pour mieux approuver l'adultère. Résignation de l'abbé et de la supérieure qui ne puniront pas le moinillon et la nonnette car cela ne servirait à rien, le mal étant fait et tout à faire irréparable65. Sagesse parodique de l'auteur qui gravement refuse de déplorer l'irréparable après que la villageoise eut été aimée à son insu la même nuit par trois lascars66. Ou bien c'est le réalisme au nom duquel la mère d'une fille engrossée par le supérieur d'un ordre refuse de châtier l'innocence abusée67, récit du xve siècle qui n'est plus un conte à rire et montre pour une fois dans ces sortes d'histoire la conséquence concrète que les mære, suivant en cela la loi du genre, évacuaient systématiquement.

  • 68 K. Euling, Heinrich Kaufringers Gedichte, BVV. CLXXXII, Tübingen, 1888, IV.
  • 69 Märendichtung 31 : Vergebliche Vorhaltungen.
  • 70 Kaufringer 6.
  • 71 Märendichtung 6 : Der warnende Ehemann.

24Autre forme de sagesse, les maris trompés pardonnent à l'infidèle pour ne pas aggraver les choses, pour éviter une situation de conflit et pour sauver la paix du ménage, qu'il s'agisse d'un riche marchand dont la femme aime le fils d'un roi, ou d'un vieux chevalier dont la jeune épouse aime un jeune chevalier68, stoïcisme empreint de bonhommie qui est la marque de très nombreux mære du xve siècle. Cette sagesse n'est pas toujours une force, elle est plus souvent le fruit de la faiblesse, à preuve ce mari qui reproche à sa femme son infidélité et finit par composer avec elle, l'épouse refusant de se passer de l'amant et le mari avouant ne pouvoir se passer d'elle69, confrontation franche et rare propre à cette fin du moyen âge où la faiblesse de l'homme garantit l'impunité de l'adultère. A preuve encore ce riche strasbourgeois qui, prévenu par sa pieuse épouse des avances d'un chevalier, assiste au viol de sa femme pour ne pas avoir osé, impressionné par la force du galant, intervenir dans le piège qu'il lui-même tendu au suborneur70. Dans ce conte grinçant du xve siècle où l'auteur conclut avec l'époux qu'un petit malheur vaut mieux qu'un plus grand, le principe est que nécessité fait loi, précepte tourné en dérision dans ce mære où la leçon semble vouloir, hormis le plaisir pervers de la scène qui en est l'aboutissement, ridiculiser la résignation sententieuse de maris incapables d'assumer le rôle que leur impose pourtant l'état de mariage. A preuve enfin le récit tout aussi tardif d'un sot qui, revenu en cachette au logis pour surveiller sa femme, ne sait que sortir de son placard et dire au galant que sa femme est fausse et ment quand elle affirme, après l'avoir dit la veille à son époux, qu'elle n'aime que son galant71. C'est bien là le comble de la farce et le but du récit que ce mari spectateur d'ébats qu'il n'interrompt pas, et dont le seul souci consiste à faire comprendre aux hommes qu'ils ne doivent pas croire leur femme.

  • 72 NGA. : Frauenzucht, de Sibot.
  • 73 Märendichtung 33 : Die faule Frau.

25Et c'est là un pas de plus de franchi dans cette longue quête de l'impunité. La femme infidèle échappait en effet à la sanction parce qu'elle dupait son mari. Elle y échappe encore, mais bien que l'époux sache qu'on le trompe et parce qu'il s'y résigne et compose avec l'infidèle. Ainsi les mære témoignent d'une profonde réticence à sévir. Deux récits particulièrement exemplaires à cet égard le montrent bien. Un chevalier brise ainsi toute volonté de résistance chez sa jeune épouse et la conduit à parfaite soumission en tuant sous de vains prétextes son faucon, son levrier et son destrier72. La dissuasion porte ses fruits tout autant que la manière dont s'y prend un autre chevalier pour arracher sa femme à la fainéantise : il charge le chat de faire la cuisine, châtie sa défaillance répétée par les coups qu'il donne à la bête blottie contre le giron de la belle73, laquelle préfère désormais s'occuper de son ménage.

  • 74 voir K.-H. Schirmer, Stil- und Motivuntersuchungen zur mhd. Versnovelle, Hermaea 26, Tübingen, 196 (...)

26Ennemis des conflits ouverts et des positions tranchées, peu enclins à condamner l'adultère dont ils sont la plaisante mise en scène, les mære proposent une morale naturelle, née de l'observation stoïque mais réaliste des mœurs, l'idée de l'épanouissement personnel des femmes et le bon sens résigné des hommes l'emportant sur l'éthique chrétienne d'une justice immanente et distributive. Mélange d'hédonisme pour les uns et de stoïcisme pour les autres, la leçon qu'ils donnent rappelle plutôt les comédies latines et la morale naturelle qu'elles véhiculent74. Récits drolatiques pour la plupart, les mære répugnent à traiter de la sanction de l'infidélité, trop contraire au rire, trop basse et vile au regard d'une aristocratique liberté des mœurs et trop pénible en ce qu'elle implique des notions de confrontation, d'affrontement et de conflit tout à fait étrangères à l'esprit du genre.

  • 75 voir H. Lausberg, Elemente der literarischen Rhetorik, München, 1963, paragraphes 65-66.
  • 76 voir J.-M. Pastré, Humour et parodie, op. cit. ; Der Wirt en est le meilleur exemple.

27Ce thème de l'impunité nous amène par ailleurs à distinguer deux variantes du genre. Les Arts Poétiques médiévaux présentent en effet divers types de correspondance entre le dessein de l'auteur (consilium) et la matière qu'il retient pour l'illustrer (thema)75. Cette correspondance, que les Poetriae appellent ductus, est parfaite lorsque le mære approuve ou désapprouve dans sa conclusion la légèreté des femmes dont il fournit un exemple, ce que les rhéteurs appelaient le ductus simplex. A bien y regarder, plus nombreux sont les mære dans lesquels le commentaire sententieux de l'auteur vient contredire l'esprit du récit. Il faut alors prendre les sentences pour autant d'antiphrases et le conte relève alors du ductus subtilis. Cette variété habile du non verum consilium, né du croisement de deux plans de signification, conduit l'auteur à employer une pensée ou un mot pour un autre avec l'espoir que le public en reconnaîtra l'invraisemblance76. Les pistes sont dans nos mære si bien brouillées que le message n'est de nos jours pas toujours facile à décrypter. Les signaux destinés à la compréhension profonde du texte relèvent eux-mêmes de l'inadéquation entre le thème de la conclusion et l'objet du conte, inadéquation subtile, difficile à percevoir dans la mesure où sa fonction consiste à faire approuver le contenu du conte tout en feignant d'en condamner ce qui n'en est que l'aspect le plus secondaire. Cela nous semble constituer l'un des traits distinctifs de nos mære, dans lesquels l'apparente morale de l'histoire a justement pour but de faire dévier la condamnation morale afin d'en préserver les coupables.

Notes

1 Das heiße Eisen, in Gesammtabenteuer (GA.), Fr. von der Hagen, Stuttgart/Tübingen, 1850, XLVI ; et H. Fischer, Der Stricker I, ATB. 19, Tübingen, 1967.

2 GA. X : Die halbe Birn, de Konrad von Würzburg.

3 v. 493 et 504. 507.

4 Die drei Mönche von Kolmar, de Niemand, GA. LXII ; ou H. Niewöhner, Neues Gesamtabenteuer (NGA.), Berlin, 1937, 30.

5 Das Schneekind, NGA. XLVII ; cf. Montaiglon et Raynaud, Recueil général et complet des Fabliaux des xiiie et xive siècles (MR.), Paris, 1872-1890, vol. I, pp. 162-167.

6 Die Wiedervergeltung, de Jean de Worms, in H. Fi-scher, Reimpaarsprùche des Hans Folz, München, 1961,1.

7 Der Hasengeier, H. Fischer, Die deutsche Märendichtung des 15. Jahrhunderts, München 1966, 18a-b.

8 Fischer, Märendichtung 47 : Die bestrafte Kaufmannsfrau.

9 NGA. 31 : Der Pfaffe in der Reuse.

10 Märendichtung A.6 : Die undankbare Wiedererweckte.

11 GA. LXI : Der geäffte Pfaffe ; ou Fischer, Stricker 8 : Der kluge Knecht.

12 Märendichtung 22 : Die Wolfsgrube, cf. MR. VI, pp 51 ss.

13 ibid. 21b : Der fahrende Schüler.

14 NGA. 22 : Der Pfaffe mit der Schnur ; GA. XLIII : Der verkehrte Wirt ; Märendichtung 9 : Der Student von Prag, et 34 : Das untergeschobene Kalb.

15 Des tresces, MR.V, pp 132-142 ; IV, pp 67-81.

16 GA. LV, Rüdiger von Müner ; cf. De Gombert et des deux Clers.

17 NGA. 19 : Der Wirt.

18 GA. XXVI : Frauenlist, ou NGA. 13.

19 Märendichtung 17 : Drei listige Frauen. Folz 10 a. cf. MR. I, pp 168-177.

20 NGA. 36 : Ritter Alexander.

21 voir J.-M. Pastré, Par delà le bien et le mal ou l'adultère dans les fabliaux allemands, in Mariage, amour et transgression au moyen âge, GAG. 420, Göppingen, 1984, pp 389-401.

22 Märendichtung 13 : Die Kupplerin.

23 NGA. 19 : Der Wirt ; voir J.-M. Pastré, Amour et parodie ou le jeu de l'innocence dans "des virtes mære", in Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les fabliaux allemands au moyen âge, GAG. 391, Göppingen, 1983, pp 81-92.

24 GA. LXVIII : Zwei Kaufmänner und die treue Hausfrau, ou NGA. 37 : Die zwei Kaufleute ; voir J.-M. Pastré, Les composantes du bonheur conjugal dans les fabliaux allemands au moyen âge, in Actes du Colloque d Amiens, 1984.

25 GA. LIV : Berchta mit der langen Nase.

26 GA. XX : Der Gürtel, cf. MR. 71 : Des III Chevaliers et del Chainse.

27 GA. XLII : Die treue Magd.

28 GA. XCVII : Des Reußenkönigs Tochter.

29 NGA. 9 : Die zwei Beichten, et Märendichtung 29 : Die zwei Beichten B.

30 Märendichtung 30 : Umgangene Bußa

31 GA. XLI : Der Ritter unterm Zuber, ou NGA. 24 ; cf. MR.I : Le cuvier, pp 126-131.

32 GA. XXXIX : Der Ritter und die Nüsse ; cf. MR. 140 : De la dame qui se venja du chevalier.

33 Märendichtung 20 : Der Knecht im Garten, et NGA. 27 : Der Schreiber.

34 GA. XXX : Der entlaufene Hasenbraten, du Vriolsheimer ; cf. MR. I, pp 188-193.

35 successivement dans Der Ritter unterm Zuber, Der Knecht im Garten et Der Schreiber.

36 Märendichtung 2 : Der vertauschte Müller.

37 GA. LV : Irreganc und Girregar.

38 GA. XX : Der Gürtel, de Dietrich von Glaz.

39 NGA. 9 : Die zwei Beichten.

40 Märendichtung A. 7 : Die Buhlschaft auf dem Baum A ; NGA. 6 : Der betrogene Blinde, version brève.

41 GA. XXIII : Das Gänselein.

42 GA. XXII : Der Sperber, et sa variante GA. XXI : Das Häselein ; cf. MR. V, pp 151-156.

43 GA. XXXVI : Das warme Almosen ; ou NGA. 8 : Das Almosen.

44 NGA. 12 : Des Weingàrtners Frau und der Pfaffe.

45 NGA. 18 : Drei listige Frauen B.

46 GA. XLV : Der begrabene Ehemann ; ou Fischer, Stricker.

47 NGA. 29, voir J.-M. Pastré, Amour et parodie, op. cit.

48 Märendichtung 45 : Liebesabenteuer in Konstanz.

49 Fischer, Folz 7 : Der ausgesperrte Ehemann.

50 Märendichtung 37 : Der Mönch als Liebesbote, de Hans Schneeberger.

51 Fischer, Folz 19 : Pfaffe und Ehebrecherin, et Märendichtung 35 : Der enttäuschte Liebhaber, de Johannes Werner von Zimmern.

52 Märendichtung A. 13 : Die Beichte der zwölf Frauen.

53 Folz 19 : Pfaffe und Ehebrecherin ; version brève dans NGA. 5.

54 Märendichtung 35 : Der enttäuschte Liebhaber.

55 GA. LVII : Minnedurst.

56 GA. XXXIV : Aristoteles und Phyllis. Märendichtung 6 ; cf. MR. V (137). GA. XIV : Der Schüler von Paris.

57 Märendichtung A. 4, I et II : Der weiße Rosendorn.

58 GA. XIII : Frauentreue.

59 voir J.-M. Pastré, Les composantes du bonheur conjugal, op. cit.

60 GA. IX : Alten Weibes List, de Konrad von Würzburg ; NGA. 11 : Frau Metze die Käuflerin.

61 Märendichtung 39 : Fünfzig Gulden Minnelohn, de Claus Spaun.

62 NGA. 19 : Der Wirt.

63 voir J.-M. Pastré, Humeur et parodie, op. cit.

64 GA. XL : Die Meierin mit der Geiz. Folz 6 : Die Hose des Buhlers.

65 GA. XXIII : Das Gänselein. GA. XXII : Der Sperber, v. 359-367.

66 NGA. 19 : Der Wirt, v. 230-233.

67 Märendichtung 28 : Der Guardian, v. 320-323.

68 K. Euling, Heinrich Kaufringers Gedichte, BVV. CLXXXII, Tübingen, 1888, IV.

69 Märendichtung 31 : Vergebliche Vorhaltungen.

70 Kaufringer 6.

71 Märendichtung 6 : Der warnende Ehemann.

72 NGA. : Frauenzucht, de Sibot.

73 Märendichtung 33 : Die faule Frau.

74 voir K.-H. Schirmer, Stil- und Motivuntersuchungen zur mhd. Versnovelle, Hermaea 26, Tübingen, 1969.

75 voir H. Lausberg, Elemente der literarischen Rhetorik, München, 1963, paragraphes 65-66.

76 voir J.-M. Pastré, Humour et parodie, op. cit. ; Der Wirt en est le meilleur exemple.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540