Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

La sanction de la jalousie dans les "novas" du xiiie siècle

Dominique Luce-Dudemaine

Texte intégral

  • 1 Les citations de ces trois œuvres sont tirées de l'édition de René Nelli et René Lavaud, Les Troub (...)

1Les "novas", œuvres romanesques ancrées dans la tradition courtoise méridionale, accordent une place essentielle à la "fin'amor". Ces récits du xiiie siècle que sont le roman anonyme de Flamenca, Las Novas del Papagay d'Arnaud de Carcasses, et Castia gilos1 de Ramon Vidal, créent un univers où nul obstacle ne pourra séparer l'amant et la dame, pas même les efforts d'un mari qui, en dépit de ses droits et de ses pouvoirs seigneuriaux, sera durement sanctionné pour s'être montré jaloux.

  • 2 P. Bec, La Lyrique Française au Moyen Age (xiie -xiiie s.), Contribution à une typologie des genre (...)
  • 3 G. Cohen, La "Comédie" latine en France dans le seconde moitié du xiie s., Bruxelles, Académie Roy (...)
  • 4 Guy Raynaud de Lage, Eracle de Gautier d'Arras, Paris, H. Champion, 1976.
    Monsieur Félix Lecoy atti (...)
  • 5 Cf. P. Bec, Nouvelle Anthologie de la Lyrique occitane du Moyen Age, Aubanel, 1970, Introd., p. 17 (...)

2Les mésaventures de ce personnage ne constituent certes pas une nouveauté dans la littérature médiévale, puisqu'elles sont représentées dans des textes aussi divers que les "chansons de malmariées"2, la "comédie latine" de Lydia3, les fabliaux "à triangle", aussi bien que le lai de Yonec, de Marie de France, et des romans tels Joufroi au xiiie s., ou, dès le siècle précédent, Eracle de Gautier d'Arras4. Le thème n'est donc pas à proprement parler d'origine courtoise et il n'appartient pas exclusivement à la tradition occitane, même si le "gilos" est un des personnages-types de la poésie des troubadours5. Cependant, dans les "novas", les maris jaloux conservent une place de choix tout au long du récit, et la complexité de leur caractère interdit de les réduire au simple rôle de repoussoir. Malgré leurs torts et leurs errements grotesques, ils ne parviennent pas à perdre toute dignité et, si la loi d'Amour les condamne à une défaite inexorable, le lecteur peut être tenté de ressentir plus d'indulgence à leur égard.

3Le propos des auteurs semble avant tout de mettre en garde les maris contre le danger que constitue pour eux-mêmes la jalousie. Dans la nouvelle de Ramon Vidal, le jongleur achève l'histoire qu'il vient de conter en formulant un souhait : que les mésaventures de son héros, Alphonse de Barbastre, servent de leçon à tous les maris, et le souverain de Castille puisse-t-il interdire un si funeste sentiment à tous ses sujets mariés (v. 412, vv. 415 - 17). Le roi Alphonse, défenseur des valeurs courtoises, accorde sa caution au récit en lui conférant son titre de Castia gilos : le "châtie-jaloux". Arnaud de Carcassès, dans le bref épilogue de son poème, confère à sa nouvelle la même fonction dissuasive : " ... per los maritz castïar ... "(v. 303) Enfin, le romancier de Flamenca ne ménage pas les avertissements au lecteur : les souffrances d'Archambaut, la folie où il sombre, ne sont qu'une partie de ses malheurs : tous ses efforts pour éviter l'infortune conjugale sont d'avance voués à l'échec et ne contribueront qu'à le rendre ridicule.

4Au reste, l'époux de Flamenca n'ignore pas quel avenir il se prépare, puisque dans un dernier éclair de lucidité, il entrevoit le sort qui va lui échoir et qu'il sait mériter en toute justice :

Car veramenz sui eu gelos
Plus de null ome ques anc fos ;
Los autres n'ai eu vencutz totz
E per bon dreg serai cogotz. (vv. 1109 - 1112)

5Dans cette sentence prononcée contre lui-même, la trivialité du terme "cogotz" souligne l'incohérence d'une conduite qui convient mal à la dignité et aux devoirs du seigneur de Sourbon. Car le "gilos" va renoncer à assumer ses responsabilités au sein de la société courtoise pour mieux épier son épouse et devenir son "gardien".

  • 6 vv. 524 - 531.
  • 7 vv. 46-61.
  • 8 v. 48, vv. 67 - 69.

6Oubliant le rôle qui lui incombe, il n'use de ses pouvoirs que pour en abuser, et traite injustement une jeune femme dont la fidélité est jusque là sans tache : Flamenca ne prête aucune attention à ses nombreux admirateurs6 ; Elvire, dans Castia gilos repousse les prières d'amour du chevalier Bascol7 ; et la Dame du Papagay clame son amour pour un époux qui la tient pourtant sous étroite surveillance8.

7Injuste, le jaloux peut un instant apparaître sous un jour menaçant : lorsqu'Alphonse de Barbastre cherche à convaincre sa femme d'adultère, il lui prépare de toute évidence un sort funeste :

E torna s'en dreg a Barbastre
E ditz que bastra mal empastre
La nueg, si pot, a sa molher. (vv. 196 - 198)

8Le piège sera déjoué à temps, mais les intentions funestes du héros rappellent au lecteur nombre de récits que la jalousie précipite vers une issue tragique, en particulier ces versions du thème du "cœur mangé" que sont, au xiiie s., le Roman du Châtelain de Couci et de la Dame de Fayel, et la Vida du troubadour Guillaume de Cabestaing.

  • 9 vv. 5557 - 60.
  • 10 J. Ch. Payen, Tristan et Yseut, Garnier, 1974, p. 29, vv. 855 - 57.

9Quant aux craintes qu'exprime Flamenca d'être livrée au bûcher9, si ses amours étaient découvertes, elles évoquent de façon manifeste la condamnation que prononce le roi Marc contre les amants coupables dans le Tristan de Béroul10.

  • 11 vv. 1173 - 76.
  • 12 Archambaut est comparé à un ours et à un léopard (v. 1430), à un chien (v. 1504), à un taureau (v. (...)

10Un tel danger est vite écarté dans les "novas" où le "gilos" sombre dans le ridicule et se voit atteint jusque dans les insignes de son pouvoir : le château endommagé par l'incendie, dans le Papagay, est aussi le signe extérieur de la puissance seigneuriale. On compose sur le seigneur de Bourbon des "sirventès" moqueurs11, mais une partie de son châtiment, et non des moindres, consiste en une douloureuse dégradation de lui-même lorsque, pour mieux se livrer à son obsession jalouse, il abandonne toute civilité jusqu'à devenir une créature repoussante, plus proche de l'animal que de l'homme12.

  • 13 vv. 5591 - 93.
  • 14 Les échéances de cette "dette" des dames à Amor sont fixées avec une précision rigoureuse (vv. 557 (...)
  • 15 vv. 1782 - 99.

11Mais l'aspect grotesque du personnage n'ôte rien à ses torts et au préjudice su'il porte à son épouse. L'existence de Flamenca, enfermée dans sa tour, n'a plus de saveur, mais surtout la dame se trouve ainsi dans l'incapacité d'accomplir son destin amoureux, c'est-à-dire d'acquitter à la déesse "Amor" le tribut13 qu'elle exige de ses vassales suivant une procédure précise et contraignante14. En s'opposant à l'exécution de ces lois, Archambaut offense sans le savoir une adversaire redoutable : "Amor" se vengera en chargeant Guillaume de Nevers de libérer l'héroïne15, et elle assistera le jeune chevalier dans cette mission en lui prodigant conseils et encouragements.

12Ainsi que le souligne "Amor" en s'adressant à son protégé, le mari jaloux est l'artisan de son malheur puisqu'en enfermant son épouse, il n'a fait que la "réserver" au meilleur des amants, au seul qui soit assez hardi et valeureux pour entreprendre une si difficile conquête :

Ancar non saps lo ric deport
Qu'eu t'ai en una tor servat,
A ton obs lo ten hom serrat. (vv. 1792 - 94)

  • 16 F. Lecoy, Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun, Paris, Champion, 1968 - 7 (...)

13La richesse littéraire du roman occitan se manifeste une fois encore dans cet affrontement du "gilos" et d'"Amor", qui évoque le combat allégorique du Dieu d'Amour contre Jalousie dans le Roman de la Rose16, où l'héroïne est aussi prisonnière d'une tour.

14Dans Castia gilos, Alphonse de Barbastre sera lui aussi vaincu par "Amor", qui n'apparaît plus sous les traits d'une déesse, mais comme une entité abstraite que la dame invoque pour justifier sa conduite lorsqu'elle accorde ses faveurs à l'amant :

Qu'Amors o vol e m'o acorda ... (v. 273)

15Pour Bascol, ce succès inespéré ne doit rien à ses mérites : le désir de vengeance domine chez Elvire tout autre sentiment et, pour punir son mari soupçonneux, elle commence par le tromper. C'est donc bien à son rival jaloux que l'amant doit son bonheur :

Car res de tot cant hom dezira
Non poc conquere ni aver
Tro al marit venc a saber ... (vv. 68 - 70)

  • 17 A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive s., 6 vo (...)

16Comme dans le fabliau de La Bourgeoise d'Orléans17, l'époux va subir un châtiment rigoureux : trahi, et battu par ses propres serviteurs, il vouera une absolue confiance à celle qui vient de le tromper, et se félicitera de sa grande vertu.

17Ainsi, Amour fait régner sa justice.

18Mais on peut être surpris de l'acharnement que la dame de Barbastre manifeste contre son mari, et noter que ce trait de caractère fait défaut à la bourgeoise du fabliau.

  • 18 vv. 311 - 321.
  • 19 vv. 328 - 31.

19Lorsqu'elle lance ses gens en armes à la poursuite d'Alphonse, Elvire connaît leurs intentions meurtrières à l'égard d'un fugitif dont ils ignorent la véritable identité. Or, elle encourage leurs efforts et participe aux recherches, non point pour tenter de l'épargner, mais tout au contraire pour le désigner à ses assaillants lorsqu'il réussit provisoirement à leur échapper18. Pour lui ôter ses meilleures chances de survie, elle ordonne même de ne pas lui laisser le temps de parler et de se faire ainsi reconnaître19.

20Alphonse de Barbastre échappe donc de justesse à la mort, mais il n'obtiendra pas de sa femme le pardon qu'il implore : il peut bien, avec une insistance pitoyable, lui donner le nom d'"amiga" (v. 358, v. 366), elle n'opposera que le silence à ses paroles conciliantes. Le triomphe narquois de la dame, sa rancune tenace, soulignent la dureté du personnage. Au reste, dans son épilogue, le jongleur n'exalte pas le rôle de l'héroïne, tant s'en faut : son éclatante supériorité de "domna", sa victoire sur le jaloux, ne sont pas totalement justifiées par la défense de son bon droit. Elles doivent beaucoup au contraire à l'exercice d'un art aussi efficace qu'il est peu moral, le mensonge :

Mais ela saup de moisonia
Trop mais que el, segon que-m par. (vv. 410 - 11)

21Le jongleur salue ironiquement l'habileté de l'héroïne, et rend hommage à ce génie féminin que les fabliaux ont si souvent glosé, et dans des termes très voisins.

22Ainsi la sanction qui frappe le mari jaloux n'absout pas ceux qui l'appliquent, fussent-ils les agents du destin.

  • 20 vv. 3753 - 55, vv. 3760 - 61.

23La dernière partie du roman de Flamenca confirme cette impression, car le narrateur y laisse clairement entrevoir que les amants, au faîte de leur bonheur, se soucient peu d'être justes. Le "fin aman", Guillaume de Nevers, excelle à tromper son entourage, en particulier le bon prêtre Justin, qui s'extasie sur l'apparente dévotion de son nouveau clerc, en qui il croit voir un ange ou un émissaire du Saint-Esprit20.

24La naïveté du chapelain ne fait que souligner le caractère profane des intentions de l'amant, qui n'a revêtu l'habit religieux que pour approcher Flamenca.

25Au début du récit, la ruse du héros apparaissait légitime parce que sans cette arme salvatrice, l'héroïne n'aurait pu être délivrée de sa prison et les amants seraient restés séparés. Mais dès lors que leur amour est couronné de succès et qu'Archambaut, guéri de sa jalousie, recouvre ses qualités courtoises, Guillaume et Flamenca ne renoncent pas au mensonge et prennent même un plaisir évident à tromper ceux qui les entourent.

26Quand, lors du tournoi final, le seigneur de Bourbon accueille son rival en lui témoignant une amitié empressée, ce dernier profite avec quelque cynisme de la situation :

Car bon cor ai de vos servir
S'ieu ren podia far ni dir
Ques a vos fos ni bel ni bon
Car sapïas vostr'amix son. (vv. 7029 - 32)

  • 21 Archambaut adoube les deux damoiseaux et les comble de présents (vv. 7287 - 7307).
  • 22 Archambaut invite Guillaume et ses deux cousins à rejoindre dans une chambre Flamenca et ses demoi (...)

27Son discours constitue un véritable leurre pour son interlocuteur, et le lecteur peut entendre chacun de ses termes par antiphrase : on devine en effet comment l'amant va "servir" Archambaut, au moment même où celui-ci se comporte en véritable bienfaiteur pour Othon et Clari, les jeunes cousins de Guillaume21. Victime de sa générosité et de sa bienveillance, l'époux de Flamenca va fournir aux amants un prétexte pour se rencontrer en tête-à-tête au milieu des festivités qui animent la cour22.

28Autant dire qu'Archambaut connaît ici l'apogée de son infortune à l'instant où il le mérite le moins, tandis que les amants triomphent sans courir le moindre risque, en bénéficiant de sa protection.

29A l'issue du procès de la jalousie, les auteurs de "novas" déclarent coupable le mari soupçonneux et s'attardent à la description d'un châtiment qu'ils veulent exemplaire.

30Pourtant, ils n'innocentent pas la "domna" et le "fin aman" que leur fourberie manifeste interdit de considérér comme des êtres parfaits :1a "fin'amor", si elle leur apporte le plus grand bonheur, n'est plus la source de toutes les vertus que célèbre la poésie lyrique occitane.

31A une époque où les plus grands troubadours, Guilhem Montanhagol, Guiraut Riquier, et Peire Cardenal, exaltent l'éthique courtoise et cherchent à la concilier avec la morale chrétienne, les auteurs romanesques provençaux affirment que l'Amour ne se conforme qu'à ses propres lois, et que son inéluctable victoire ne saurait forcément satisfaire un idéal de justice.

Notes

1 Les citations de ces trois œuvres sont tirées de l'édition de René Nelli et René Lavaud, Les Troubadours, Desclée de Brouwer, Bruges, tomes 1 et 2, 1960 - 66.

2 P. Bec, La Lyrique Française au Moyen Age (xiie -xiiie s.), Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. Picard, Paris, 1978, tome 1, ch. II, p. 70 ss.

3 G. Cohen, La "Comédie" latine en France dans le seconde moitié du xiie s., Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1931.

4 Guy Raynaud de Lage, Eracle de Gautier d'Arras, Paris, H. Champion, 1976.
Monsieur Félix Lecoy attire notre attention sur ce roman dont certains éléments narratifs se retrouveront, un siècle plus tard, dans Flamenca : dans la deuxième partie d'Eracle, l'héroïne est emprisonnée dans une tour (vv. 2969 - 3220) ce qui ne l'empêchera pas de rejoindre son amant dans un souterrain (vv. 4456 - 4650). La jalousie est bien considérée comme une faute, mais au dénouement de l'épisode, c'est l'adultère qui fait l'objet d'un jugement : l'épouse avoue son infidélité, et ses torts sont simplement atténués par ceux du jaloux.
D'autre part, le mari trompé, loin d'être tourné en ridicule, apparaît plein de mansuétude puisqu'il répudie Athanaïs et la donne en mariage à Paridès (vv. 5044 - 52).

5 Cf. P. Bec, Nouvelle Anthologie de la Lyrique occitane du Moyen Age, Aubanel, 1970, Introd., p. 17 - 18.

6 vv. 524 - 531.

7 vv. 46-61.

8 v. 48, vv. 67 - 69.

9 vv. 5557 - 60.

10 J. Ch. Payen, Tristan et Yseut, Garnier, 1974, p. 29, vv. 855 - 57.

11 vv. 1173 - 76.

12 Archambaut est comparé à un ours et à un léopard (v. 1430), à un chien (v. 1504), à un taureau (v. 4581).

13 vv. 5591 - 93.

14 Les échéances de cette "dette" des dames à Amor sont fixées avec une précision rigoureuse (vv. 5571 -92).

15 vv. 1782 - 99.

16 F. Lecoy, Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun, Paris, Champion, 1968 - 75, 3 vol., tome II, vv. 15742 - 860.

17 A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive s., 6 vol., Paris, 1872 - 1890, tome I, fabliau VIII.

18 vv. 311 - 321.

19 vv. 328 - 31.

20 vv. 3753 - 55, vv. 3760 - 61.

21 Archambaut adoube les deux damoiseaux et les comble de présents (vv. 7287 - 7307).

22 Archambaut invite Guillaume et ses deux cousins à rejoindre dans une chambre Flamenca et ses demoiselles, afin qu'ils choisissent ensemble les cadeaux destinés aux chevaliers nouvellement adoubés (vv. 7596 - 7600).

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540