Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Justice et impunité dans les Mabinogi

Françoise Le Saux

Texte intégral

  • 1 Une étude spécialisée a été faite sur ce sujet par T.P. ELLIS, "Legal references, terms and concep (...)
  • 2 Principalement au nombre de trois : Llyfr Iorwerth, Llyfr Blegywyrd et Llyfr Cynferth. Cf. Wendy D (...)

1L'importance des usages et des termes juridiques dans les Pedeir Keinc y Mabinogi est reconnue depuis longtemps par les historiens gallois1, lesquels n'hésitent pas à utiliser ce texte littéraire comme source complémentaire pour illustrer tel ou tel point de l'ancienne loi en usage au Pays de Galles. C'est dire si les indications d'ordre légal y sont précises, et, ajoutons-le, fidèles aux codes de lois qui nous sont parvenus de l'époque médiévale2. Cet aspect technique a toutefois eu pour conséquence de masquer aux yeux des critiques littéraires la fonction artistique du concept de justice, ou d'injustice, dans une œuvre qui jusqu'à fort récemment n'a guère été considérée que sous l'angle de la mythologie.

  • 3 A ne pas confondre avec les Mabinogion. La seule édition critique intégrale des Pedeir Keinc demeu (...)

2Comme l'indique leur titre, les Pedeir Keinc y Mabinogi3 comportent quatre branches. La première branche, Pwyll Pendeuic Dyfed, est elle-même bipartite. D'abord, elle relate comment, à la suite d'un incident de chasse, Pwyll dut passer une année dans le royaume d'Annwfn, sous l'apparence d'Arawn, le roi de cet Autre Monde mythique, afin de tuer à sa place son rival Hafgan, en duel judiciaire ; et comment, grâce à sa chasteté à l'égard de l'épouse d'Arawn durant cette année, il créa d'étroits liens d'amitié entre lui-même et Arawn.

3La deuxième partie de Pwyll traite du mariage du héros avec Rhiannon, après avoir dû rivaliser de ruse avec Gwawl, un prétendant éconduit de celle-ci ; puis vient la naissance d'un fils, enlevé au berceau, et que Rhiannon est accusée d'avoir assassiné. L'enfant, trouvé par Teirnon Twryf Uliant dans d'étranges circonstances, est finalement rendu à ses parents, délivrant ainsi Rhiannon de l'injuste punition qui lui avait été infligée. L'enfant, nommé Pryderi, succédera à son père à la seigneurie du Dyfed.

4Cette première branche est suivie de Branwen Uerch Lyr, récit d'un extrême pessimisme contrastant fortement d'avec Pwyll. Il est admis que Branwen est un ajout plus tardif aux contes mythiques qu'auraient été les Mabinogi : et le seul lien l'unissant au reste de l'œuvre ne consiste, en apparence du moins, qu'en la présence de Pryderi, introduit dans la première branche, et de Manawydan, que nous retrouvons dans la branche portant son nom. Pourtant, Branwen est un pivot central de l'œuvre, qui nécessite un résumé circonstancié.

5Branwen fille de Llyr est donnée en mariage à Matholwch, roi d'Irlande, par son frère Bendigeidfran, sans que soit consulté leur demi-frère Efnisien. Ulcéré, celui-ci se venge en mutilant les chevaux de Matholwch : d'où conflit. Bendigeidfran offre la compensation légale à Matholwch, et plus pour que la réconciliation soit complète, il lui fait don d'un chaudron fabuleux qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Mais le coupable, Efnisien, reste impuni, en vertu des liens du sang qui l'unissent à Bendigeidfran. Les Irlandais s'en prendront donc à Branwen, laquelle, après une année sans problèmes auprès de son époux, et lui avoir donné un fils, se trouve reléguée aux cuisines où elle se fait battre chaque matin par le boucher. Elle réussit toutefois à faire connaître sa triste condition à son frère, lequel monte une grande expédition contre l'Irlande. Après une courte tentative de défense, les Irlandais proposent à Bendigeidfran de se réconcilier en faisant roi le petit Gwern, fils de Branwen et Matholwch. En fait, c'est un guet-apens ; mais qui sera déjoué par Efnisien. Gwern est ainsi élevé à la royauté. Puis, durant les festivités, Efnisien jette l'enfant dans le feu. Le conflit renaît, durant lequel les Irlandais se révèlent être redoutables, à cause du chaudron magique offert à Matholwch par Bendigeidfran. Efnisien se fait passer pour mort au milieu des cadavres irlandais, et réussit ainsi à se faire jeter avec eux dans le chaudron, qu'il fait éclater, et son cœur avec. Dés lors, les Irlandais auront le dessous, et seront massacrés jusqu'au dernier ; quant à leurs adversaires, seuls sept retourneront vivants dans l'île de Bretagne. Les protagonistes principaux sont tous morts : perte encore soulignée par le fait que ceux à qui le pays avait été confié en l'absence de Bendigeidfran sont également morts, traîtreusement tués par Caswallawn fils de Beli, lequel a saisi la couronne.

6La troisième branche, Manawydan, se situe en continuation directe de Branwen. Manawydan fils de Llyr, qui avec Pryderi a survécu au désastre irlandais, songe d'abord à s'opposer à Caswallawn, bien que celui-ci soit son cousin. Pryderi l'en dissuade, lui offrant une partie de ses propres domaines, ainsi que la main de sa mère Rhiannon. Tous deux partent alors rendre hommage à Caswallawn : mais à leur retour, le Dyfed disparait, hommes, bêtes, bâtiments et cultures. Manawydan, Pryderi, Rhiannon et Cigfa (l'épouse de Pryderi) se retrouvent seuls dans un désert. Après de multiples péripéties, dont la disparition de Rhiannon et Pryderi, il s'avère que le sort jeté sur le Dyfed est l'œuvre d'un ami de Gwawl, le prétendant malheureux de la première branche. Gwawl avait promis de renoncer à sa vengeance, mais son ami ne s'était clairement pas considéré comme lié par cette promesse. Grâce à l'astuce de Manawydan, Rhiannon et Pryderi sont libérés, et le sort jeté sur le Dyfed est levé, avec le serment que le conflit finit là.

7La quatrième branche, Math, forme un parallèle avec Branwen de par sa violence et son pessimisme. Le roi Math ne peut gouverner en temps de paix que si une vierge lui tient les pieds. Or, son neveu Gilfaethwy est amoureux de Goewin, la vierge porte-pieds. Gilfaethwy et son frère Gwydion provoquent donc une guerre pour éloigner Math de la cour. Ils volent à Pryderi un troupeau de porcs - animaux de l'Autre Monde par excellence - offerts par Arawn roi d'Annwfn ; cela afin de forcer leur oncle à leur prêter main-forte contre les troupes qui les poursuivent. C'est ainsi que Math tue son ami Pryderi en duel - par magie plutôt que par valeur guerrière pure, semble-t-il. De retour à sa cour, Math trouve Goewin violée ; après avoir puni Gilfaethwy et Gwydion, en leur faisant vivre trois années dans les bois sous forme animale, il doit donc chercher une autre vierge pour lui tenir les pieds. Gwydion propose sa sœur Aranrhod : mais durant l'épreuve de chasteté qui s'ensuit, elle donne naissance à deux enfants. Le premier est recueilli par Math, et le deuxième, dont elle refuse d'accepter l'existence, est élevé par Gwydion. Aranrhod voue à ce fils trois destinées : il ne pourra recevoir de nom que d'elle, ne pourra recevoir ses armes que d'elle, et - devant l'échec de ces interdits grâce à la magie de son frère - ne trouvera de femme dans aucune des races de la terre. Gwydion crée donc pour le jeune Lleu une femme faite de fleurs. Mais Blodeuedd, la femme-fleur, tombe amoureuse d'un autre ; et avec son amant, elle tente d'assassiner Lleu, son mari. Gwydion réussit toutefois à retrouver et soigner son neveu blessé, et transforme Blodeuedd en hibou, tandis que son amant meurt par la main de Lleu, qui succédera par la suite à Math à la tête du Gwynedd.

8Il apparaît clairement de ce résumé que le thème de la transgression à un code social ou éthique, et les conséquences qui s'ensuivent, sert à la fois de cadre et de fil conducteur aux Mabinogi. L'œuvre commence par une transgression aux règles de la chasse - Pwyll s'approprie le cerf tué par une meute autre que la sienne - et se clôt par la punition du couple adultère Blodeuedd/Gronw Pebyr. Deux incidents en apparence indépendants, mais reliés par une causalité inéluctable : c'est à cause de l'amitié entre Pwyll et Arawn, conséquence de cet incident de chasse, que Pryderi reçoit de l'Autre Monde ce cadeau dangereux, puisque propre à exciter les convoitises, du troupeau de porcs ; or sans ce troupeau, pas de guerre, pas de viol, pas d'épreuve de chasteté, donc pas de Lleu, ni nécessité de lui créer une femme qui tentera de l'assassiner. Le lien est ténu, mais indéniable. La transgression mineure de la première branche, qui semble dans un premier temps se résoudre de manière entièrement favorable, voit une résurgence négative de ses conséquences dans Math, amenant d'une part la mort du fils de Pwyll, et, de manière moins directe, l'avènement d'un homme incapable de descendance directe au trône de Gwynedd.

9On peut ainsi déceler dans les Mabinogi une opposition entre une première branche en apparence totalement positive, où la note finale est celle d'une harmonie accrue, et les deux dernières, où les éléments potentiellement négatifs de l'une ou l'autre partie de Pwyll réapparaissent, entraînant des conséquences démesurées. Opposition révélant par ailleurs une symétrie quasi-parfaite autour d'un pôle central, Branwen, qui peut se visualiser ainsi :

10Il apparaît ainsi clairement que la clé à une interprétation globale des Mabinogi doit se chercher dans le miroir déformant dont fait fonction la deuxième branche.

11Or, Branwen peut légitimement se lire comme un drame de l'impunité, et de son pouvoir destructeur face à des lois impuissantes. Car c'est d'une ambiguité légale que naît le récit. Il est difficile, sinon impossible, de savoir qui d'Efnisien ou de Bendigeidfran est dans son tort. T.P. Ellis, dans Welsh Law and Custom in the Middle Ages (Oxford, 1926), nous dit à ce propos :

  • 4 Citation tirée de l'édition de D.S. THOMSON, Branwen Uerch Lyr. Dublin, 1976 ; p. 5. Traduction ap (...)

12"Marriage by gift of kin was effected by the bestowal of a woman either by her father or, failing him, by her brothers, or, failing them, by the male relatives related to her in four degrees. (...) The point of the story turns on whether Efnisyen, who was only a half-brother to Branwen, having the same mother but a different father, was entitled to consultation or not." (pp. 393-394). Il semble ainsi que l'audience galloise pour laquelle l'œuvre a été écrite se trouvait dans une situation comparable à celle du lecteur contemporain ; face au vide des lois, la seule référence possible est d'ordre éthique. L'auteur des Mabinogi s'assure que la sympathie du lecteur est acquise à Bendigeidfran, en soulignant de manière répétée la nature querelleuse d'Efnisien qu'il blâme ouvertement. Cette condamnation n'en demeure pas moins à un niveau personnel, et non de principe. En fait, l'ambiguité de la situation d'Efnisien à la cour de Bendigeidfran ne peut manquer de frapper. Quoique demi-frère du roi, il ne fait pas partie de son conseil, et quoique frère utérin de Branwen, il n'est même pas informé des transactions de mariage. Ceci semblerait indiquer que les liens de parenté entre Efnisien et le roi ne lui conféraient pas de privilège particulier ; supposition démentie par la bouche même de Bendigeidfran, dans son message à Matholwch : "a menegwch ydaw pa ryw wr a wnaeth hynny, a phan yw o'm anuod inheu y gwnaethpwyt hynny ; ac y may brawt un uam a mi a wnaeth hynny, ac nat hawd genhyf i na'e lad na'e diuetha."4.

13Le degré de parenté d'Efnisien avec Bendigeidfran est tel que celui-ci ne peut lui infliger justice : d'où, intuitivement, le sentiment que Bendigeidfran a violé l'esprit, sinon la lettre de la coutume, en excluant son demi-frère et de la décision, et des festivités du mariage de Branwen. Car comment justifier une telle obligation de la part de Bendigeidfran, sinon par le fait que ses rapports avec Efnisien impliquent une responsabilité mutuelle, et donc, communication entre les deux hommes. C'est la non-communication entre le roi et son demi-frère justifiée, vu la personnalité d'Efnisien, mais socialement perverse - qui crée une situation-limite imprévue dans un monde basé sur la cohésion familiale.

14C'est avec la vengeance d'Efnisien qu'apparaît la première injustice caractérisée ; car au lieu de s'en prendre au responsable de l'affront qui lui a - peut-être- été fait (c'est à dire Bendigeidfran), il mutile les chevaux de Matholwch. Cette perversion de la justice, qui prend pour victime une personne non-responsable du conflit, est à la base d'un processus de destruction que nous pourrons suivre à travers les Mabinogi.

15La distorsion imprimée aux rapports humains par le geste d'Efnisien se lit dès les pourparlers de réconciliation entre Bendigeidfran et les Irlandais. Car devant son constat d'impuissance face à Efnisien, c'est Bendigeidfran qui assume les conséquences d'un acte qu'il n'a pas commis. Il était normal, dans le contexte socio-culturel de l'époque, qu'en tant que roi, il assume la charge du rachat de la faute d'un membre de sa famille, dans la mesure prévue par les lois ; mais le don du chaudron outrepasse ses obligations, et peut être considéré comme doublement négatif. A long terme, l'histoire s'attachant au chaudron, et qui révèle le manque de caractère de Matholwch, laisse prévoir que, loin de renforcer la paix entre les deux nations, l'objet magique sera finalement utilisé à des fins hostiles. Tandis que dans l'immédiat, il ne sert qu'à donner un faux sentiment de sécurité, en masquant l'évidence : que Matholwch et les Irlandais ne ressentent pas la compensation qui leur a été versée comme un acte de justice capable d'effacer l'insulte dont ils ont été victimes. Or, dans ces conditions, il est évident qu'un gage, même précieux, de l'amitié de Bendigeidfran, ne peut en aucune manière remédier à l'impunité d'Efnisien.

16Dès lors, le "déplacement", littéralement, de la punition sur une tierce personne va se répéter, élaboré en une quasi systématique, tandis que le désir d'impunité devient une force motrice du récit. La vengeance des Irlandais présente ainsi un parallèle frappant avec celle d'Efnisien, puisque c'est une innocente, Branwen, qu'elle prend pour victime. Mais contrairement à Efnisien, dont l'impunité est sinon involontaire, du moins imposée, les Irlandais travaillent activement à se protéger des suites d'un acte qu'ils savent être injuste. Car s'il est clair qu'Efnisien se croyait dans son bon droit, il l'est tout autant que Matholwch et ses hommes ont conscience d'avoir violé leur accord avec Bendigeidfran : ils n'hésitent pas à placer l'embargo sur les bateaux à destination de l'île de Bretagne, pour éviter que le mauvais traitement infligé à Branwen ne parvienne aux oreilles des siens. Et quand cette précaution s'avère inutile, ils tentent de toutes les manières possibles d'éviter un conflit armé qui ne pourrait manquer de leur être préjudiciable, vu la puissance de Bendigeidfran et de son armée. L'attitude des Irlandais dans Branwen peut donc se résumer par un refus de l'impunité de l'autre, doublé du désir d'impunité pour soi-même. Attitude destructrice et anti-sociale par excellence.

17Ce désir d'éluder la punition par tous les moyens, y compris la trahison, apparaît au premier plan durant les pourparlers avec Bendigeidfran. La compensation proposée pour le mauvais traitement de Branwen - l'abdication de Matholwch en faveur de Gwern, le fils qu'il a eu de Branwen - peut être considérée, dans une certaine mesure, comme une non-punition : pourtant même cette concession, les Irlandais tenteront de l'éviter en tendant un guet-apens dans la salle de conciliation. Ruses vaines, puisqu'Efnisien tuera l'un après l'autre les guerriers cachés dans des sacs de farine, et attendant le moment propice pour massacrer à l'improviste Bendigeidfran et ses hommes ; ruses fatales aussi, puisqu'il est vraisemblable (quoique pas certain, le texte ne donne pas de motivation explicite) que c'est pour se venger de la duplicité irlandaise qu'Efnisien jette Gwern, leur nouveau roi, dans le feu. Le troisième conflit de Branwen prendrait ainsi comme point de départ une vengeance, qu'un sens de la justice perverti fait à nouveau se porter sur un innocent.

18Mais cette fois, la conciliation n'est plus possible. Les Irlandais, porteurs de destruction puisque c'est par leur refus des fondements d'une vie en société que les choses en sont arrivées là, sont massacrés jusqu'au dernier ; mais pas avant qu'Efnisien ait fait éclater le chaudron à cause duquel les siens se voient décimés. Il s'avère donc, ironiquement, que par le don du chaudron magique, Bendigeidfran a effectivement offert aux irlandais la vie de son demi-frère : tandis qu'Efnisien meurt, non pas en expiation de ses crimes propres, mais pour racheter une erreur de jugement de son frère et roi. Garant des siens, Bendigeidfran a pourtant offert l'instrument de leur destruction à leurs ennemis : à un niveau symbolique, le don figure ainsi le suicide d'une société dont la destruction finale paraît désormais inévitable. C'est la fin d'une époque, et Bendigeidfran en est conscient, puisqu'il sait que sa terre, l'île des hommes fermes et puissants - "Ynys y Kedeirn" - est désormais sans défense. Il essaie de conjurer le danger en ordonnant que sa tête soit enterrée à Londres, face à la France, pour que même dans la mort il puisse protéger l'île de Bretagne des menaces extérieures : précaution vaine, puisque l'auteur des Mabinogi en mentionne le déplacement (et donc la fin de sa protection) avant même que d'en décrire les pouvoirs.

19L'image d'une société moribonde se confirme, si besoin était, lors du retour des sept survivants à l'expédition irlandaise. Toute trace de l'ordre ancien a été effacée par un roi-traître ; et il n'est pas innocent si la disparition du Dyfed, dans la troisième branche, se situe juste après que les derniers restes de la société héroïque de Bendigeidfran - en l'occurence Manawydan et Pryderi -sont allé faire soumission à Caswallawn, son bien indigne successeur.

20Des deux branches succédant à Branwen, l'une peut être qualifiée d'optimiste - Manawydan -, où un conflit se résout harmonieusement ; et l'autre, de pessimiste, où un conflit est créé de toutes pièces pour aboutir à la mort injuste du seul personnage apparaissant dans chacune des quatre branches, Pryderi. Situation paradoxale puisque, selon la symétrie décelée plus haut, c'est la branche répondant à la partie la plus positive de Pwyll, en apparence du moins, qui est la plus négative. Or, une relecture de Pwyll à la lumière de la thématique de Branwen révèle que les rapports entre Pwyll et Arawn sont plus complexes qu'il n'y paraissait à première vue. Reprenons la scène de chasse. Arawn reproche à Pwyll son manque de courtoisie, et déclare qu'il ne prendra pas vengeance de cet acte, mais lui causera un déshonneur "de la valeur de cent cerfs". Punition terrible, dans une société où l'honneur prime tout. Pwyll offre donc de racheter sa faute. Or, le service que demande Arawn en échange de son pardon - le prix que doit payer Pwyll pour éviter la punition annoncée - est tel qu'il va créer, d'après les paroles-mêmes d'Arawn, un fort lien d'amitié ("gedymdeithas gadarn"). D'où le soupçon qu'en se rendant au duel d'Arawn à sa place, Pwyll fait plus que racheter sa faute. Et tandis qu'on ne peut blâmer Pwyll d'avoir accepté l'offre d'Arawn - il n'avait guère le choix la description du duel révèle le côté douteux de la substitution. Car le caractère personnel du conflit entre Arawn et son rival Hafgan y est souligné par deux fois. D'abord, à travers le chevalier annonçant le duel :

  • 5 Citations tirées de l'édition de R.L. THOMSON, Pwyll Pendeuic Dyuet, Dublin, 1957 ; p.4. Traductio (...)

21"A wyrda", heb ef, "ymwerendewch yn da. Y rwng y deu wrenhin y mae yr oet hwnn, a hynny y rwng y deu gorff wylldeu. A fob un ohonunt yssyd hawlwr ar y gilyd, a hynny am dir a dayar."5

22Une seconde confirmation nous est donnée par la bouche-même de Hafgan, lorsqu'il reconnaît que l'homme en face de lui n'est pas Arawn :

  • 6 THOMSON, (Pwyll), p. 5. Traduction : "Ha, seigneur", dit Hafgan, "quel droit avais-tu à ma mort ? (...)

23"A unben", heb yr Hafgan, "pa dylyet a oed i ti ar uy angheu i ? Nit ytt oydwn i yn holi dim i ti. Ni wydwn achos it heuyt y'm llad i."6

24Le rachat de Pwyll aura donc consisté à faire mourir un homme sans raison personnelle, et dans des conditions relevant de la supercherie. Dans la mesure où les deux rois Hafgan et Arawn appartiennent à l'Autre Monde, qui relève d'autres principes que le nôtre, la chose ne nous apparaît pas comme répréhensible : ce n'est qu'après le passage à travers le prisme déformant de Branwen que toutes les virtualités de cet acte prennent corps. De même que Pwyll a tué un homme avec lequel il n'était pas en conflit, en un combat qui lui avait été imposé par la volonté d'un autre - Arawn - de même, en un ironique parallèle, son fils Pryderi sera tué par un ami, Math, à contre-cœur, contraint qu'il était de prendre la défense de ses neveux Gwydion et Gilfaethwy ; et de même que la victoire de Pwyll semble être dûe autant à d'obscures forces magiques qu'à sa force propre, de même Math tue Pryderi par magie plutôt que par valeur guerrière.

25Par contraste, la deuxième partie de Pwyll se caractérise par son absence d'actes proprement irrémédiables. L'enfant disparu est retrouvé, l'épouse calomniée est réhabilitée, et même Gwawl, le prétendant malheureux - le seul personnage réellement lésé - ne perd en définitive que les victuailles du festin de mariage (et, bien sûr, sa fiancée). Lui en réchappe vivant. C'est probablement, à un niveau symbolique, ce qui explique le succès de Manawydan, malgré les conditions d'anarchie suivant le désastre de Branwen, lesquels expliquent et justifient la résurgence d'un grief dont la victime, une fois encore, est un tiers non-responsable.

  • 7 Le thème du bien et du mal dans les Mabinogi a fait l'objet d'un article de Jeffrey GANTZ, "Themat (...)

26La mort de Pryderi, dans la quatrième branche, plus qu'un simple cas des péchés du père retombant sur le fils, doit être considérée comme l'aboutissement des forces destructrices à l'œuvre dans la deuxième branche, et marque la chute totale du monde de Bendigeidfran. Selon le schéma bien établi, il tombe victime d'un crime dont il n'est pas responsable, et qui n'a même pas encore eu lieu : le viol de Goewin. Indice révélateur de la décomposition de la société, les fruits d'actes positifs sont désormais négatifs7. Car si Arawn a fait un don d'une telle valeur à Pryderi, ce n'est pas tant à cause du rival tué en duel, que par la chasteté de Pwyll, qui a fait de lui un ami autant qu'un allié. La récompense de la chasteté sert d'instrument à sa négation. Gilfaethwy et Gwydion seront certes punis pour le viol de Goewin. Mais même la punition des coupables ne peut plus empêcher la déviation des conséquences ultimes sur des tiers : Pryderi, qui y aura perdu la vie ; Aranrhod, qui y perd sa réputation ; et surtout, Lleu.

  • 8 Voir à ce sujet J.K. BOLLARD, "The Structure of the Four Branches of the Mabinogi", Transactions o (...)
  • 9 Cassibellanus fils de Heli, dans l'Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, traduit dans (...)

27La question demeure de la fonction de la fin de Math, laquelle ne rentre pas, semble-t-il, dans la symétrie générale de l'œuvre. Or, cette fin est cruciale, dans la mesure où elle fournit la confirmation que la société héroïque de Bendigeidfran est bien morte, avec son représentant Pryderi. Pour mesurer la déchéance, il convient de montrer ce qui lui succède. Et que voyons-nous ? Un roi, Math, qui non seulement tue son ami, mais le tue déloyalement ; Gilfaethwy et Gwydion, qui exploitent le code d'obligations attaché aux liens du sang à des fins criminelles ; et leur successeur à eux tous, Lleu, un homme dont même la naissance est perverse, dont l'existence est niée par sa propre mère, rejeté par la femme pourtant créée pour lui, et donc, en dernier lieu, incapable de descendance. Tous les éléments - amitié, liens du sang, mariage8 - qui formaient la cohésion et la force de la société décrite dans la première branche ont subi une perversion telle qu'ils en sont devenus néfastes. Les Mabinogi se ferment sur un monde pourri dominé par des seigneurs stériles et un roi indigne portant le nom -Caswallawn fils de Beli - du roi qui ne sut pas empêcher la conquête romaine9.

28C'est donc bien de la fin d'un monde que traitent les Mabinogi ; du passage d'un temps mythique où l'Ile de Bretagne était "Ynys y Kedeirn", au temps historique de la vulnérabilité. L'ère des héros est révolue. Commence l'ère des invasions et de la servitude.

Notes

1 Une étude spécialisée a été faite sur ce sujet par T.P. ELLIS, "Legal references, terms and conceptions in the Mabinogion", Y Cymmrodor, t. XXXIX, p. 86-148.

2 Principalement au nombre de trois : Llyfr Iorwerth, Llyfr Blegywyrd et Llyfr Cynferth. Cf. Wendy DAVIES, Wales in the Early Middle Ages, Leicester, 1982.

3 A ne pas confondre avec les Mabinogion. La seule édition critique intégrale des Pedeir Keinc demeure celle d'Ifor WILLIAMS, Pedeir Keinc y Mabinogi, Caerdydd, 1930.

4 Citation tirée de l'édition de D.S. THOMSON, Branwen Uerch Lyr. Dublin, 1976 ; p. 5. Traduction approximative : "Et faites- lui savoir quelle sorte d'homme a fait cela, et que cela a été fait contre ma volonté, et que c'est un frère né de la même mère que moi qui a fait cela, et qu'il me serait difficile de le tuer ou de le détruire".

5 Citations tirées de l'édition de R.L. THOMSON, Pwyll Pendeuic Dyuet, Dublin, 1957 ; p.4. Traduction : "Seigneurs", dit-il, "faites bien attention ! C'est entre les deux rois qu'a lieu cette rencontre, et entre leurs deux corps. Et chacun est un requerrant contre l'autre, et cela pour terre et territoire".

6 THOMSON, (Pwyll), p. 5. Traduction : "Ha, seigneur", dit Hafgan, "quel droit avais-tu à ma mort ? Je ne présentais pas de requête contre toi ; de plus, je en te connaissais pas de raison pour me tuer."

7 Le thème du bien et du mal dans les Mabinogi a fait l'objet d'un article de Jeffrey GANTZ, "Thematic structure in the Four Branches of the Mabinogi", Medium Aevum, t. 47, 1978, p. 247-254.

8 Voir à ce sujet J.K. BOLLARD, "The Structure of the Four Branches of the Mabinogi", Transactions of the Honourable Society of Cymmrodorion, 1974-1975, p. 250-276.
Bollard a été le premier à signaler la profonde unité assurée aux Mabinogi par l'entrelacement des trois thèmes d'amitié/mariage/vengeance.

9 Cassibellanus fils de Heli, dans l'Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, traduit dans les versions galloises de l'Historia par Kaswallawn fils de Beli.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540