Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Dieu, le droit et la guerre dans diverses chansons de geste

Claude Galley

Texte intégral

1"Justice médiévale : sanction ou impunité", n'évoque semble-t-il que l'exercice de la justice pénale une fois la sentence prononcée, cette formulation pourrait conforter l'idée déjà trop répandue dans le public non averti que la justice médiévale était comme l'on dit "expéditive" : "sitôt pris, sitôt pendu". L'impunité étant évidemment réservée à la foule de ceux qui ne se laissent pas prendre, fût-ce, selon l'expression, parait-il, historique "pour des prunes".

2L'impression que nous laisse la lecture de la majeure partie des œuvres médiévales et notoirement des chansons de geste est radicalement différente.

3La lecture d'un certain nombre de chartes poitevines ou occitanes donne au contraire le sentiment d'une effrayante légèreté des peines, les pires forfaits sont solvables en espèces. Dans les chansons de geste ce qui étonne en général c'est le haut souci de justice qui anime le narrateur, l'acuité de son sens du juste et de l'injuste, et son respect du droit de chacun.

4Ces œuvres sont-elles d'abord une bonne source d'information sur la société du temps ?

  • 1 Léon Frappier, Réflexions sur les rapports des chansons de geste et de l'histoire, Z fur R Ph, LXX (...)

5Léon Frappier dans un article intitulé : "Réflexion sur les rapports entre les Chansons de geste et l'Histoire"1 rappelle que pour les hommes du xiie siècle, selon leurs propres termes : "Les chansons de geste sont vraies, les Romans Bretons sont des inventions pures, les Romans antiques sont instructifs".

6La société du xiie siècle se reconnaissait dans les épopées, elle y projetait ses valeurs, ses institutions, ses croyances. Outre l'élément proprement littéraire, art dont le but est de plaire, encore que cela suppose une conformité avec les goûts, les tendances et les centres d'intérêt de l'auditoire, on doit pouvoir y découvrir comme dans les Chroniques auxquelles elles sont plus ou moins associées, une image de la société contemporaine et de ses problèmes et aussi et surtout un enseignement civique, religieux, moral.

I - Les chansons de geste et le droit :

7Les chansons de geste ont la réputation méritée d'exalter des valeurs qui sont avant tout celles des guerriers : courage physique, résolution, adresse, force avec tous ses composants ; qualité de l'entraînement et de l'équipement, nombre et valeurs des fidèles et leur dévotion, etc. Certes, mais chaque épopée n'est-elle pas avant tout la difficile résolution d'un point de droit extrêmement délicat, et la démonstration éclatante de l'exercice d'une justice supérieure qui fait un bilan définitif des torts de chacun, la providence.

  • 2 Wolfgang Van Emden, Girart de Vienne par Bertrand de Bar-sur-Aube, publié par…, Paris 1957.
  • 3 Aigar et Maurin, Bruchstücke einer Chanson de Geste, p.p. Alfred Brossmer dans Romanische Forschun (...)

8Pour étudier l'importance et la réalité du droit dans les chansons de geste, devant l'immensité du corpus nous écarterons le problème des infidèles : "chrétiens ont droit", l'alliance avec les infidèles quelles qu'en puissent être les raisons est une traîtrise caractérisée. Nous écarterons celles qui traitent de conflits entre lignées hiérarchiquement équivalentes car elles relèvent du droit des gens. Nous nous intéresserons surtout aux cycles des vassaux révoltés, le crime majeur étant le manquement à l'engagement contracté envers le suzerain. Outre le cycle des traîtres tel que le définit2 Bertrand de Bar sur Aube au début de Girart de Vienne, nous évoquerons des œuvres comme Aigar et Maurin3 qui témoignent de variantes dans le code féodal.

9Dans la majeure partie des cas nous voyons qu'une multitude de circonstances compliquent la situation juridique.

10D'abord les conflits avec les grands vassaux Girart ou Guillaume semblent être soustendus par des oppositions profondes liées à la tumultueuse constitution des états modernes après le traité de Verdun.

  • 4 W. Mary Hackett, Girart de Roussillon Chanson de Geste, p. P..., Paris, 1955.
  • 5 Voir note (4) chapitre III, p. 473 sqtes.

11Girart de Roussillon4, par exemple, participe à un conflit opposant Lotharingiens : Lorrains, Bourguignons, Provençaux, Italiens et le roi de Francie occidentale. Girart s'est rallié à Lothaire et c'est en tant que fidèle de Lothaire qu'il lutte contre Charles le Chauve à qui il tente de soustraire à tout prix l'Aquitaine, la Provence et la Bourgogne à partir de 8415. Dans l'épopée qui hésite entre Charles Martel et Charles le Chauve ou Charlemagne, les véritables raisons du conflit ont été oubliées et on en a affabulé d'autres tout aussi significatives du reste.

  • 6 Jeanne Wathelet-Willem, Charlemagne et Guillaume, Les Congrès et colloques de l'Université de Lièg (...)
  • 7 Aigar et Maurin, vers 965.

12Remarquons qu'un fort sentiment régionaliste soustend chaque conflit du cycle de Girart comme du cycle de Guillaume ; et que si la fidélité est "pratique du droit des grands", les peuples participent ipso-facto à cette fidélité ou à ce refus. Le conflit féodal pose en général un problème qui relève plus du droit des gens que du droit pénal. Madame Watelet Willem rappelle dans "Charlemagne et Guillaume"6 que l'attitude de Guillaume, surtout dans le "Couronnement Louis" est inspirée par cet état d'esprit régionaliste, il ne s'agirait pas d'une révolte due à l'injustice d'un roi contesté quant à sa légitimité, mais d'un soutien à la légitimité d'une régence qui valorise du point de vue de l'honneur toute la région dont est issu le récipiendaire de cette fonction. Dans Aigar et Maurin le principal lien entre les conjurés est la xénophobie qui se déchaîne contre un roi et un prétendant au trône "d'outre mer vengu"7.

13D'autre part le droit qui régit les rapports entre l'autorité et les féodaux n'est pas un droit commun mais un droit contractuel et personnel qui établit des engagements réciproques beaucoup plus équitables que le droit contemporain Celui-ci met le judiciable littéralement à la merci de l'autorité politique qui établit les lois et viole les contrats, ce qui rend dérisoire la soi disant séparation des pouvoirs. Il en résultait cette apparente impunité des grands vassaux, impunité dont l'épopée animale fait des gorges chaudes.

14Alors qu'aujourd'hui le prévenu, isolé face à l'appareil judiciaire, perd en fait dans un tribunal sa qualité de citoyen, c'est-à-dire les prérogatives qu'il devrait avoir en tant qu'électeur membre actif du pouvoir, à tel point qu'il a fallu recréer le privilège de l'immunité parlementaire pour assurer la sécurité morale de certains citoyens ; le féodal, lui, est toujours considéré comme une composante du pouvoir temporel. Les conflits entre les vassaux et le roi ou le suzerain sont toujours rattachés à la nature même de l'appareil contractuel qui établit la légitimité.

  • 8 Girart de Vienne, 1935-2163, pp. 97, 98.

15Par exemple les revendications des Girart successifs, Girart de Vienne alias Girart de Roussillon, sont strictement rattachées à la coutume féodale. Le principal héros de chaque chanson se déclare alleutier pour une raison particulière. Rappelons que dans Girart de Vienne8, Charlemagne reproche indûment à Girart de ne pas avoir accompli son service de guerre. Dans Girart de Roussillon l'enjeu est le même et les motifs courtois sont évidemment d'invention tardive et apocryphes.

16Les nuances entre les divers types de contrats sont extrêmement subtiles à tel point que certains historiens ont voulu ignorer leur existence et ont confondu "foi" et "fidélité".

17Aigar et Maurin qui semble souvent un véritable exposé de droit féodal définit le statut de Odes qui semble être une variante de la "foi" vassalique proche de la simple "fidélité" :

1349 "Hom ere a rei e plevis e iuras
Mais per sa coche non sera ia mandas
Non li dec os ne service taillas"

18Mais en tant que fidèle il doit assister le roi lorsque son pouvoir et sa couronne sont en jeu :

"Mais sils reis es vencus ni vergoignas
O ac perdut o es arrer tornas,
Kant el lo sap el demans es venias".

19Comme toute pratique et toute institution humaine cette coutume est perpétuellement remise en cause par les divers contractants.

  • 9 Elizabeth Magnou-Nortier, Foi et fidélité, Toulouse 1976.

20L'origine du Conflit de Girart de Roussillon comme de celui de Maurin tient justement à la nuance qu'il y a entre "foi" et "fidélité". La première étant révocable puisqu'elle dépend du fief, alors que la seconde, "pratique du droit des grands, comme la définit Elizabeth Magnou Nortier est irrévocable puisque son existence est rattachée à la cérémonie du sacre9.

  • 10 Edgar Alan Poole, From Domesday book to Magna Carta, Oxford 1951.

21Aigar et Maurin qui est l'histoire d'un couronnement est la parfaite illustration d'un point de droit particulier. Ici les challengers sont Faucon qui réclame la moitié d'un royaume et le fils "bastard" d'un roi anglais, Aigar, qui veut s'approprier la totalité du même royaume. Le conflit est en tout point conforme avec la réalité historique des problèmes de succession propres à la dynastie des Plantagenêts tels que les décrit E.A. Poole10 dans "From domesday book to Magna Carta "pages 2 et 3 : Le principe de la primogéniture pour lequel combatit Henri II fut seulement établi au xiiie siècle, avant cela la succession du trône n'était pas régie par une seule loi, mais dépendait de nombreuses considérations : lien avec la maison royale, ce qui était jugé primordial, le choix du peuple, la désignation par le dernier roi et les aptitudes à la fonction, tout jouait un rôle. Pourtant la théorie de l'héritage gagnait du terrain sous l'influence des idées féodales et de l'exemple pratique de la France. Richard I seul succéda conformément avec la règle stricte de la succession héréditaire et le titre de roi fut disputé par des rivaux" fin de citation.

22Ici, il y a plusieurs challengers pour ce titre de roi et chacun a de bonnes raisons à alléguer.

23Bos, puis Maurin, exigent un partage du royaume en vertu des droits héréditaires de Faucon héritier de la "regine de l'Ile Fade"

723 A sa niebode lo fasem essegar
C'on son parent non deu desiretar

24Bos exige ce partage en vertu d'une promesse faite devant témoins :

278 Vostre parens Falc vos met a rason
Cui vos feses covent d'ista reion
Auent II contes qu'Aici en queste ost son
Mais il ia disnt tot, lo mal e lo bon.

25en vertu aussi du droit d'usage :

S'il l'en consent tant longe teneison
E puis li quier, ben l'aura per bricon.

26Le roi, lui, attribue toute la terre à son fils en vertu d'une dette de guerre :

323 Eu dons ma terre seguentre mon finar
E lo service que non ti aus vedar.

27Ensuite le roi évoque tout le cérémonial d'investiture où la fidélité se renforce de la foi comme il est coutume en Angleterre puisqu'il n'existe aucun alleu et que chaque grand tient son fief du roi.

28Les grands doivent jurer fidélité et en présence de prévosts pour éviter toute contestation future. En même temps tout le royaume est attribué fief par fief.

329 Ke tos nos face lo saigrement iurar
E as prebos que non puisse bausar.

29C'est sans doute à cause de cette indétermination des principes de succession, indétermination qui provoque une compétition autour du trône que le cérémonial de l'investiture est presque avili au rang d'une banale opération commerciale entre bourgeois qui exige la présence d'officiers de justice.

30En effet comme le rappelle E.A. Poole, ces serments qui établissent la fidélité confèrent seulement à l'impétrant le titre de "dominus" en attendant qu'il soit couronné.

31C'est pour cela que selon la proposition même du fils c'est la guerre qui décidera finalement du successeur :

Tot lo reiame metrai a devison
En nostres lances portarem l'espison
Com tot l'un lais o tot l'emporte per son
la non er lais d'escut ni de baston
Ni puis sa mort non auram contenchon.

32Le roi de toute façon étant encore en vie pense à ôter la possibilité à son adversaire de se faire couronner, en donnant tous les sièges à son fils à l'avance :

E non retenc citat per coronar.

33En général chaque partie a, dans une certaine mesure, enfreint le code de l'honneur et il est difficile de déterminer à quel moment commence le crime de félonie, crime passible du châtiment suprême.

34Le manquement à la foi et toutes les infractions aux règles vassaliques sont abondamment évoqués aussi bien à propos des conflits entre le roi et les grands qu'entre suzerains et vassaux.

35On évoque généralement le manquement à la foi jurée de la part du suzerain, Charlemagne exige de Girart de Vienne un service de guerre pour des terres allodiales ; Charles le Chauve (Charles Martel au début de la Geste) attaque traîtreusement Girart de Roussillon pour reprendre une terre qu'il lui a donnée ; le roi Aigar a repris le Lans, dote de Faucon, a manqué à sa parole à propos de la succession d'un trône, a confisqué le fief de Maurin et de Bernard. Or dans une certaine mesure la loyauté et la foi sont dépendantes du respect du droit.

36Les grands veulent avoir le droit avec eux pour accepter de combattre y compris pour le roi :

G de R 2933
Dan si Girart nel cuel si cun tu diz
Dunt ert li tors de lai el dreis geciz ;
si aura(s) nos talanz toz aempliz.
Des puis t'ajudaran non a enviz
Et qui per tei morra non ert periz.

37Le caractère plus ou moins juste d'une guerre met donc en danger l'âme du vassal autant que celle du suzerain.

38D'autre part la foi des vassaux peut être entretenue par des dons et ces dons sont souvent prise de guerre.

39Bertrand dans Aigar et Maurin distribue largement son butin pour gagner des vassaux à Faucon :

Bertran apele qui l'escac lor devie
Kel trais la nuit de l'ost ab esclarzie
Ainsi la raube lor a Bertrans partie ;
Grant aveir done e pramet e afie Fai los iurar sorbre sant Jeremie
Endreit Falcon tostens mas seignorie
e ab son oes s'es de lui defaillie.

40Par contre une grande défaite risque de faire perdre à un chef tous ses partisans. "Qui ac perdu a perdu ses iuras".

  • 11 Edgar Alan Poole, From Domesday to Magna Carta, Oxford 1951., p. 5-6. P. 20 voir les relations ent (...)

41Le droit féodal par son caractère contractuel et coutumier, fondé et garanti par l'honneur des contractants, était une sûre garantie des prérogatives, sinon des individus, du moins des groupes familiaux, des lignées. Les chansons de geste permettent de bien en pénétrer le fonctionnement, mais à notre avis ce serait une erreur de croire qu'il ne concernait que la classe féodale, une lecture même rapide des chartes permet de se rendre compte que dès le xiie siècle des couches sociales de plus en plus nombreuses de la société ont bénéficié du véritable "habeas corpus" qu'il établissait, "habeas corpus" qui n'a été détruit que par l'effort centralisateur des souverains en quête d'absolutisme, là où les efforts conjugués des ayants droits, nobles et roturiers, ne les ont pas entravés par les "Chartes de libertés" qu'ont dû jurer Henri I et Henri II11.

II - Dieu et la Justice :

42Ce qui nous choque dans la justice médiévale c'est l'humilité chrétienne des responsables de la justice qui, lorsqu'une affaire est trop embrouillée pour qu'ils s'estiment capables par eux-mêmes de la trancher s'en remettent au jugement de Dieu. Ordalies et combats judiciaires ne sont pas les seuls aspects de cette tendance.

43Dans le discours des héros le recours au verdict des armes avant d'être un recours à la force est un appel au jugement de Dieu ; Charlemagne s'écrie bien : "E ! Deus... le dreit en esclargiez !" avant le combat judiciaire entre Pinabel et Thierry, mais aussi bien chaque combattant, plein de son bon droit en appelle à la justice divine ; ainsi fait Falk dans A. et M.

370 Se Dex me salve ma vie e mon solas
E mon ardit e mos maris e mos bras
Enquer n'ara tot mon dreit se Deu plas
En aiquel plait qui m'en er destinas".

44La foi religieuse joue donc un grand rôle dans les chansons de geste en ce qui concerne les rapports entre les protagonistes.

45D'abord la fidélité des grands envers le roi est sacralisée par la cérémonie du sacre.

46D'une façon générale la foi religieuse conforte la hiérarchie et rend inéquitable le contrat de fidélité réciproque passé entre suzerain et vassal.

47Girart de Roussillon, Guillaume, sont présentés comme des victimes de cette dure loi hiérarchique. Quels que soient les torts du suzerain aucun combattant n'affronte directement son supérieur et a fortiori le roi.

48C'est l'enseignement que donne Eudre à son neveu Girart :

3005 Car se creire me vol (ez) e ma razon
la ne seras retaz de mespreson
Vers ton lige segnor de traiciun

49C'est aussi le conseil que donne chaque partisan de Maurin lors des divers conseils de guerre qui parsèment l'œuvre :

Kar se tu vas a Tubie ei ias
La o reis est, ers desconfis tornas
1135 Tu l'as iurat fiances e feltas
E vie e menbre que ia nol prenias
E si mes siege si nos non a dannas
D'aiqui enant seras sos pariuras
Et ai pavor que Dex t'en sie iras
Ke non es dreis quel reis sie aseias.

50Nous voyons qu'on ne peut assiéger le roi, c'est-à-dire le réduire à merci. On ne doit pas évidemment essayer de le tuer.

51Milon répond vertement à Renie qui propose de tuer Charlemagne :

S'il estoit morz par la foi que doi Dé
Molt remendrait France en grant offenté

52C'est la signification du long repentir de Bernier dans Raoul de Cambrais :

"Qui trahit son seigneur renie Dieu".

53Par contre on peut fouetter le chien devant le lion, c'est-à-dire piller les villes du roi et essayer de s'emparer de ses provinces.

54Le sage Milon propose dans Girart de Vienne :

2461 Qui de Borgogne l'aurait desherité
Moi est avis, assez l'avroit gre(vé)

55Le sage Sicar propose lui le pillage fructueux d'une grasse cité.

1125 Espiessem, car grans es li regnas
Un des rix bors o de las fors citas,
E fuissem i ans c'om en fos selas
E preissem aur e argent assas
E mus e mules e destrers soiornas
E vair e gris e bons pailes pelas
De quei tu fuisses rix hom a assezas
Una grant part de tos ambars paias.

56Le serment de fidélité garanti par la foi religieuse limite donc la lutte contre le suzerain à la "faida", sorte de razzia punitive, mais la foi religieuse intervient aussi directement dans le conflit par l'influence qu'elle exerce sur les consciences.

57Alors que le croisé mort face aux infidèles mérite la palme du martyre, les combattants des guerres féodales craignent pour leur salut, surtout s'ils sentent leur cause injuste c'est-à-dire non conforme au droit. Galeran de Senlis conseille à Charles de mettre le droit avec lui ; Sicar aussi évoque la damnation éternelle qui les menace s'ils attaquent le roi à son siège.

58Les combattants assistent à une messe avant chaque combat, se confessent et font des aumônes :

1219 Taus s'es confes qui pert le jor la vite
Al reis non nuis, pos sa terre en aquite
Non i ac un s'aumosne n'i aufiste
Lai penitencent e parant sa carite.

59On assiste du reste paradoxalement à la même scène dans les Romans antiques, celui de Thèbes par exemple.

60On peut considérer que le miracle de Vaubeton dans G. de R. est une préfiguration de la trêve de Dieu destinée à rétablir la paix entre chrétiens, significativement Girart va aussitôt préter main forte à Charles dans ses entreprises contre les Sarrazins.

61La foi religieuse intervient donc comme élément modérateur puisqu'elle tempère les sentiments belliqueux au nom des commandements divins, mais aussi au profit de la hiérarchie sociale, puisqu'elle protège le souverain ou le suzerain, fut-il parjure ; on constate cependant qu'elle ne joue guère pour la protection des vilains et des bourgeois, et qu'elle attise la haine contre les payens et les hérétiques ; c'est la constatation que l'on fait tout le long de la croisade albigeoise.

62Dans cet univers relativement libéral, la foi qui apparaît comme un absolu est largement utilisée par tous ceux qui visent l'absolutisme, elle fut historiquement l'arme de Guillaume contre le peuple d'Angleterre, de Philippe Auguste contre celui d'Aquitaine et de Philippe le Bel contre les Templiers.

  • 12 Eugène Martin Chabot, La Chanson de la Croisade Albigeoise éditée et traduite par Paris 1931.

63Dans la neuvième laisse de la Croisade albigeoise12 un caractère de règlement de compte entre les croisés francs et les chefs féodaux aquitains apparaît nettement et il ne fait que se confirmer pendant toute la chanson. Mais l'attitude de Guillaume de Tudèle qu'on a qualifiée d'ambiguë est, nous semble-t-il, relativement cohérente : d'une part il déplore l'"hérésie" et constate l'impuissance de la terreur à exercer des conversions, il adhère donc à l'extermination qu'entreprennent systématiquement les croisés, mais ce faisant il est révolté par le pillage et le déni de justice qui remet perpétuellement en cause les règles du droit des gens. Nous devons constater que le seul recours des villes assiégées reste le "gentleman agreement", pour mémoire les interventions diplomatiques de Gui d'Auvergne et du roi d'Aragon et les éphémères résultats qu'ils ont pu obtenir. Ces tentatives échouent devant deux réalités : d'une part l'intolérance, d'autre part l'attachement exceptionnel des seigneurs aquitains pour leurs plus humbles vassaux. Les seigneurs méridionaux moins dépendants du roi assument en somme des fonctions régaliennes et en vertu de leur indépendance ils semblent plus attachés à leur peuple.

III - La guerre :

64Ainsi le droit et Dieu jouent un rôle important dans la guerre féodale telle que la dépeignent les chansons de geste, soit qu'ils la motivent, soit qu'ils la conditionnent, soit qu'ils la limitent.

65Mais le sentiment général semble être que c'est la force, la ruse, la valeur guerrière ou le hasard des batailles qui finissent par l'emporter.

66Ce sentiment s'exprime fort bien par un calembour significatif dans la Chanson de la croisade ; A la fin de l'épisode de la prise de Béziers par les Ribauds et alors que les croisés se sont emparés du butin de ces derniers le trouvère ajoute :

Car la forsa 1. prat pailhs

67"Car la force tond le pré", il s'agit d'un jeu de mots entre "la forsa" la force, et "les forces" les ciseaux.

68Ce calembour est plus clairement exprimé au vers 9246 de G. de R,. Le manuscrit 0 qu'a édité Mari Hackett, parce qu'il est plus complet, est moins clair et probablement fautif :

Granz efors prent justize e pais lo prat

69le manuscrit P plus provençal mais malheureusement lacunaire est ici comme dans bien d'autres passages beaucoup plus convaincant :

Grans forsa vens justizia e pais lo prat

70autrement dit : la force prime le droit.

71Nous devons remarquer que dans chacun de ces passages il s'agit plus d'une déploration que d'un article de foi. Girart par exemple est en plein péché de démesure, au point qu'un de ses chevaliers vient d'égorger son fils pour mettre fin à la guerre sans fin qu'il vient de déclarer au roi. Et le roi en effet est vaincu par la violence brutale et ne doit son salut qu'au cheval que lui donne Fouché.

72Les épopées n'ont, semble-t-il, pour but que de nous prouver le contraire, et le succès des traîtres et des guerriers atteints de démesure n'est, dans les chansons du xiie siècle, que provisoire.

73Les auteurs insistent sur l'importance de la bataille et de la force ou de la richesse qui la soutient mais comme nous l'avons dit précédemment le droit et Dieu créent les conditions finales de la réussite.

74Le bon droit joue un grand rôle dans la bataille mais aussi l'attachement viscéral au suzerain ; il mène les combattants jusqu'au sacrifice suprême :

1382 De son segner a cascun ques coreil
Ke cent n'i more fors Simon de Canpel (A et M)

75Cet attachement dépend pour certains du succès et du butin que l'on peut distribuer ou des pertes que l'on a faites et que le leader peut plus ou moins compenser, chacun fait étroitement ses comptes, mais finalement le résultat de tout conflit ne fait que consolider les positions initiales et remettre chacun très exactement à sa place, car le nombre des vrais fidèles est déterminé par l'importance initiale du fief.

76Dans A et M, Sicar expose clairement cette réalité politique en essayant de dégonfler la "bobance" condamnable de son suzerain, Maurin, qui se croit capable de vaincre le roi parce que des succès éphémères ont gonflé le nombre de ses partisans :

1155 Que li gramaire diient e li clerias
K'orguels non chai desci qu'es au montas
Mais atant es d'omes apoderas
K'a tos iors n'as XXXmile d'armas
Ia non garras ni esteras en pas
Desci en sies à mesure tornas
A does mile qu'en as de tos casas.

77C'est-à-dire qu'il en sera réduit à ceux qu'il a "chasé" dès l'enfance, ses vrais fidèles autrement dit.

78C'est cette position initiale qui fait la force du roi. Le vassal révolté a bien du mal à maintenir dans ses rangs le peuple qu'il veut enrôler :

Garnissem nos de fais e de sanblans
Car si sa force nos sor e mal talans
Ke el nos segue, ia plus ien non demans
S'el de bataille II iors i est pausans

79Alors que le roi, quel qu'il soit, a comme dernier recours l'immense réservoir de combattants que représente le peuple :

Ke lo reis es rix hom enpoestas
E cobrarant soi home de tos las
E er de cap sos rerebans cridas
Que non remaigne hom vis de feme nas.

80Pour soutenir le roi ce peuple n'est pas seulement mobilisé mais il réagit à d'autres sentiments qui participent certes de la vénération due à la personne royale mais aussi de quelque chose de plus profond qui est la forme populaire de la fidélité, peut-être déjà la conscience d'appartenir à un même groupe politique ou ethnique, le sentiment national.

81La fidélité est certes pratique du droit des grands, mais ayant survécu à la période proprement féodale et venue des temps impériaux et surtout barbares elle est aussi l'apanage du peuple.

82Nous retrouvons ce lien entre l'épopée et l'histoire au moment de la bataille de Bouvines, du siège de la malheureuse ville de Lièges, ou lorsque les bourgeois saxons en dépit de leurs nombreux griefs ont empêché une invasion de l'Angleterre fomentée par Aliénor et ses fils. Tous ces exemples montrent à quoi tenait au fond la supériorité du pouvoir royal :

83La poestat,

84celle du titre de roi ; "rix hom nominatif" et de la justice qu'ils exercent.

85L'exercice de la force compose et décompose les les clans mais jusqu'à un certain point ; un fief peut certes changer de main mais aucun parti ne peut être anéanti. La guerre féodale telle qu'elle est décrite dans les épopées ne peut aboutir qu'à un gentleman agreement qui règle à nouveau la situation exacte des héritiers quels que soient les crimes de leurs ancêtres.

86Maurin, par exemple, prévoit cette issue inévitable :

"E s'aiço non, tros qu'al sobredurar
Avem la guerre qu'uns non pos desmesclar
Pos serem mort entre mei e Aigar
Vos e Bertrans en pores pro trobar".

87C'est le destin paradoxal et le dilemme de la classe féodale ; née lors d'une période de repli du pouvoir central, elle est vouée au gouvernement, donc à l'ambition, mais cette vocation suppose la hiérarchie qui est le fondement même de son existence en tant que classe dirigeante, d'où une oscillation permanente entre l'état conflictuel qui permet à chacun de remettre en cause son propre statut et les périodes diplomatiques qui restituent finalement à chacun ses prérogatives.

88Les valeurs chantées par Bertran de Born sont celles mêmes de l'épopée en ce qu'elle présente d'historiquement vrai :

Rassa, aisso us prec que vos plassa
Rics om que de guerra nos lassa
Ni no s'en recre per menassa...
Maurin ab n'Aigar ; so senhor
Te om per bon envazidor.

89Lors des grandes périodes de réorganisation de la Gaulle, à l'époque carolingienne, les Ambitions des grands pouvaient espérer être satisfaites, après, le jeu se gèle, les grands états héréditaires appuyés sur le clergé et la bourgeoisie se sont définitivement installés, aussi cette période lointaine revit-elle dans l'épopée destinée, semble-t-il, à flatter les illusions d'une caste.

  • 13 Anonyme de Laon, Bibliothèque Nationale Ms Latins, 5011 fol. 105 et 106.

90Pour cette raison et parce que la justice médiévale, en ce qui concerne les feudataires est rendue par une assemblée où tous sont solidaires sur le chapitre de leurs prérogatives, les châtiments corporels et infamants sont rares. La littérature féodale n'aime guère les évoquer, ils concernent des personnages légendaires : Herbert de Vermandois, assassin de Charles le Simple, dont une chronique apocryphe raconte la pendaison alors qu'on a retrouvé13 son épitaphe avec la date réelle de sa mort ; un certain Alaric le Roux dont le fils du roi Aigar cite le nom pour impressionner Maurin :

768 Kar non vos menbre de n'Alaric lo ros
Ki ere coms rix e miravillos
E fu pendus kar trop fu orguillos
E fes el rei quant en fu poderos.

91Girart lui-même, menacé de pendaison et qui doit se terrer. Ou bien ce châtiment est réservé à ceux qui sont convaincus d'avoir pactisé avec les ennemis de Dieu comme Ganelon ou Makaire.

92Ainsi l'image que les chansons de geste du début du xiie siècle semblent donner de la justice n'est absolument pas celle de l'arbitraire et de la brutalité. Bien au contraire le conflit des valeurs, des règles coutumières, des intérêts y est scrupuleusement représenté et analysé, le plus sou vent les potentats et leurs conseillers préfèrent s'en remettre au jugement de Dieu ou aux décisions de la providence. L'œuvre en général montre comment celle-ci fait son chemin à travers des péripéties qui ne sont fortuites que selon les apparences.

93Il faut admettre que c'est cette conception, à l'origine barbare, du statut juridique des individus qui est à la source de la notion "d'habeas corpus" née dans les pays anglo-saxons, là où les rapports entre le souverain et les sujets, toutes castes confondues, ont gardé un caractère contractuel analogue à celui de la féodalité, alors que sur le continent l'absolutisme centralisateur des diverses dynasties en place a progressivement instauré une institution judiciaire autoritaire que les diverses révolutions des xviiie, xixe et xxe siècles ont consolidée en prenant à peine le soin de l'humaniser.

94Nous devons aussi à cette coutume féodale la notion et la pratique du gentleman agreement seules capables en matière diplomatique de mettre fin aux conflits ou de les éviter.

95Les seules exceptions à ce fair play judiciaire concernent non pas les conflits d'intérêt personnel mais les aspects historiques de l'idéologie du M.A. D'abord l'intolérance religieuse et ensuite la naissance du sentiment national. Ganelon, c'est bien connu, aurait été à l'origine Wanilo l'archevêque de Sens, qui aurait trahi Charles le Chauve en se vendant à Louis le Germanique, la geste en a fait une sorte de renégat, son destin littéraire témoigne donc de l'ambivalence des idéologies.

Notes

1 Léon Frappier, Réflexions sur les rapports des chansons de geste et de l'histoire, Z fur R Ph, LXXIII, 1957.

2 Wolfgang Van Emden, Girart de Vienne par Bertrand de Bar-sur-Aube, publié par…, Paris 1957.

3 Aigar et Maurin, Bruchstücke einer Chanson de Geste, p.p. Alfred Brossmer dans Romanische Forschungen, t. XIX (1903), pp. 1-102. Et Claude Galley, thèse non publiée tenant compte de toutes les corrections ultérieures et mise au point bibliographique (+ traduction littéraire), Aix 1980.

4 W. Mary Hackett, Girart de Roussillon Chanson de Geste, p. P..., Paris, 1955.

5 Voir note (4) chapitre III, p. 473 sqtes.

6 Jeanne Wathelet-Willem, Charlemagne et Guillaume, Les Congrès et colloques de l'Université de Liège, Charlemagne et l'Epopée Romane, Actes du Vile Congrès International de la Société Rences-vals, Liège 28 Août-4 septembre 1976, p. 221, Université de Liège, 1978.

7 Aigar et Maurin, vers 965.

8 Girart de Vienne, 1935-2163, pp. 97, 98.

9 Elizabeth Magnou-Nortier, Foi et fidélité, Toulouse 1976.

10 Edgar Alan Poole, From Domesday book to Magna Carta, Oxford 1951.

11 Edgar Alan Poole, From Domesday to Magna Carta, Oxford 1951., p. 5-6. P. 20 voir les relations entre ces ébauches et la grande Charte.

12 Eugène Martin Chabot, La Chanson de la Croisade Albigeoise éditée et traduite par Paris 1931.

13 Anonyme de Laon, Bibliothèque Nationale Ms Latins, 5011 fol. 105 et 106.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540