Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Figures du désordre

Le schéma de la répression inquisitoriale en Languedoc

Annie Cazenave

Texte intégral

1Le châtiment vient toujours à la fin : après tant de justice feinte, tant de sentences fictives, je vais vous infliger l'horrible histoire, hélas trop réelle, de l'Inquisition languedocienne, "tribunal d'exception " qui a sévi pendant plus d'un siècle. Mais, fondée si tardivement, "en plein xiiiéme s., cette institution n'en parait que plus insolite. Elle se fonde sur un présupposé ecclésiologique, sa pratique et son efficacité doivent donc être estimées en relation avec sa justification théologique et canonique, et celle-ci replacée dans le cadre mental qui lui a donné naissance.

  • 1 A. Cazenave, La résistance cathare, de la défaite à l'exil, dans : Histoire et Clandestinité, du M (...)

2Pouvoir d'Eglise et pouvoir civil vont de concert, après le verdict, les juges d'Eglise abandonnent le condamné au bras séculier, qui exécute la sentence. Seigneurs et baillis sont contraints d'aider à la capture des hérétiques sur les terres qu'ils ont à charge, et le comte de Toulouse, selon une clause du traité de Corbeil, doit prendre à son compte les frais du tribunal : l'indépendance de la justice peut s'exercer dans les décisions, que prennent en conscience les inquisiteurs, lesquels, frères mendiants de leur état, ne reçoivent aucun salaire, mais, au principe même de l'existence du tribunal, est la notion de crime d'hérésie, et les juges s'accordent exactement avec l'autorité royale à ce sujet, au point que leurs condamnations en matière religieuse ont des conséquences pénales : à partir de la condamnation, pourtant relativement légére, au port des croix doubles, les biens du coupable sont confisqués, et ses descendants exclus des fonctions publiques1.

3L'hérétique est donc un fauteur qui trouble l'ordre de la cité, il faut alors l'identifier pour l'éliminer. L'interrogatoire, pivot du procès d'inquisition, extorque au témoin les aveux qui permettront de l'inculper et, grâce aux dénonciations auxquelles il est inéluctablement forcé par des questions habiles, de poursuivre son entourage. A la poursuite de la vérité, dans un écheveau de délations plus ou moins réticentes et faussées, de ruses, de mensonges, de représailles, le tribunal se conforme à un modèle, il détient une grille d'appréciation, qui lui donne la terminologie, c'est à dire le pouvoir de nommer, classer, répertorier une réalité changeante et cachée, d'autant plus embrouillée qu'elle l'est souvent à dessein. Nous allons nous intéresser à ces termes, contenus dans des formulaires dont les uns fournissent un plan d'interrogatoire et les autres aident à définir les catégories de fautes et qualifier les coupables. La clarté vient ainsi du schéma qui ramène les faits à des notions juridiques. Cependant, quoique caractérisés dés le début, les mots et leurs définitions varient quelque peu au cours du siècle, en s'adaptant à un milieu qui change. Ses juges eux-mêmes évoluent, en hommes de leur temps informés â la fois du comportement de ceux qu'ils pourchassent, et des idées contemporaines : après avoir noté leur influence sur les écrits des praticiens, on exposera l'opinion de deux théoriciens, un canoniste, Gui de l'Aumône, et un théologien, Thomas d'Aquin, qui se sont posé la question de la validité du tribunal.

  • 2 C. Douais, Raymond de Penafort et les hérétiques. Directoire à l'usage des inquisiteurs aragonais, (...)

4En 1242, Raymond de Penyafort, maître général des Frères Prêcheurs, rédige à l'intention des inquisiteurs ses confrères un Directoire sur la manière d'interroger. En donnant le cadre, il fixe le vocabulaire, repris partiellement du concile de Latran : credentes, receptatores, defensores, fautores hereticorum2. En premier vient l'hérétique suivi par les credentes, peu différenciés de lui car ils adhèrent semblablement à l'hérésie. Les suspecti se subdivisent en suspectus simpliciter, qui a prié avec les hérétiques, suspectus vehementer, lequel l'a fait souvent, et vehement ssime, dans les cas très graves. Les celatores ont côtoyé des hérétiques, et les ont fréquenté, les sachant tels, sans les dénoncer à ceux qui les recherchaient. Et, en effet, certains témoins s'excusent d'avoir rencontre ou même hébergé des hérétiques, en prétendant ignorer leur identité, ce qui semble bien un échappatoire. Les occultatores ont fait pacte de ne pas révéler les faits d'hérésie. Les receptatores ont sciemment reçu chez eux, deux fois ou davantage, des hérétiques. Leurs maisons, qui sont des repaires, doivent être rasées. Les defensores protégent les hérétiques de toutes les façons, sur leurs terres ou ailleurs. Cette rubrique, vite disparue, s'applique aux seigneurs, qu'elle oblige à chasser de leurs terres, sous peine de les perdre, les cathares, les transformant ainsi en proscrits. Tous ces coupables sont réputés fautores hereticorum Tous sont suspects, et doivent abjurer, faire pénitence et être réconciliés.

  • 3 le plumitif d'audience était d'abord lu à l'intéressé intelligibiliter et in vulgari avant d'être (...)
  • 4 Y. Dossat, Le premier manuel de l'Inquisition méridionale, dans : Bull. du Comité des Travaux hist (...)

5Ces critères vont servir à apprécier la culpabilité des déposants. Par les questions qu'il pose l'inquisiteur arrive détecter le parfait dans son refuge, à le cerner, et à l'isoler de la communauté qui le protégeait. Son flair le guide. Mais la lassante uniformité des dépositions, leur ressassement, les phrases éternellement répétitives, se conforment au modèle préétabli. Après l'audience, le notaire rédige à partir du plumitif un procès-verbal utilisable pour la suite de l'enquête. Le questionnaire indique la façon de procéder à l'interrogatoire. Ecrit en latin, il est évidemment suivi et dit "in vulgari"3. Ce plan, contemporain du Directoire de Raymond, est par la suite un peu rajeuni, mais demeure peur le fond immuable4. Il concerne avant tout et presque uniquement les actes et les gestes, et n'ajoute qu'en dernier lieu une phrase sur les croyances. Il précise bien qu'il faut une réponse à chaque question, pour éviter des dénégations volontairement confuses.

  • 5 A. Dondaine, Le Manuel de l'Inquisiteur, dans Arch. Frat. Praed., XVI, 1946, p. 85 sq

6L'interrogatoire débute par un serment, dont l'énoncé révéle les dispositions d'esprit souhaitées : les témoins jurent " de dire la vérité pléine et entière, sur soi et sur les autres, vivant s et morts, à propos du crime de vaudoisie et du crime d'hérésie, sans souci de récompense, de recommandation, de haine ou d'affection, sans être arrêtés par des pactes ou des serments5. Pour envisager l'acte répréhensible sous tous ses aspects, les questions reprennent ensuite la liste des "lieux" rhétoriques : cur, quis, quomodo, quando, en l'amplifiant : ubi, quotiens, cum quibus, et de aliis circumstanciis Ce sont ces circonstances qui vont être détaillées :

7Le témoin a-t-il vu les hérétiques ? quand, combien de fois, avec qui ? leur a-t-il donné asile ? a-t-il assisté à leurs prédications ? à leurs cérémonies ? quand, où, combien de fois, en quelle compagnie ? les a-t-il guidé d'un lieu à un autre, ou leur a-t-il procuré un guide ? a-t-il mangé ou bu avec eux ? a-t-il reçu d'eux du pain bénit ? leur a-t-il donne ou porté quelque chose ? a-t-il été leur messager, leur collecteur ou leur aide ? a-t-il reçu d'eux quelque chose en dépôt ? lui ont-ils donné la paix, avec un livre, en paroles, en lui touchant le coude ou l'épaule ? a-t-il adoré un hérétique, a-t-il incliné la tête, fléchi le genou ou dit : "bénissez-moi devant eux ? a-t-il assisté à un consolamen, ou à un appareillamen (rite par lequel on devient parfait, et célébration de prières pénitentielles) A-t-il assisté à la Cène des Vaudois, leur a-t-il confessé ses péchés et reçu d'eux la pénitence ? a-t-il eu une intimité ou une complicité avec les hérétiques ? a-t-il fait un pacte, donné ou reçu des prières ou de l'argent pour cacher la vérité sur soi ou autrui ? a-t-il conseillé ou instruit quelqu'un ou quelqu'une à ce sujet ? Connait-il quelqu'un ou quelqu'une qui ait fait quelque chose de semblable ? Croit-il aux hérétiques, aux Vaudois et à leurs erreurs ?

8Chemin faisant, se mettent à vivre vaudois et cathares, dans des communautés encore suffisamment vigoureuses pour observer des rites que raréfient l'avance de l'inquisition, les captures, la méfiance et le camouflage postérieurs.

9Les juges aussi évoluent. Vers 1260-1270, l'auteur d'un traité, conservé dans la bibliothèque de l'Inquisition de Carcassonne, ne se contente plus d'énumérer des catégories ; il introduit une échelle des valeurs inspirée de la scolastique, mais codifiant la pratique. Il débute par une phrase terrible, reprise ensuite intégralement par Bernard Gui, qui a recopié des passages de ce manuel dans le sien. Elle exprime bien toute la politique inquisitoriale, telle qu'elle a été conçue instituant l'office :

  • 6 J. Paul, Bernard Gui et son monde, dans/Cah. de Fanjeaux, n° 16, p. 279-316, p. 281 ; B.N., coll. (...)

10"le but de l'office d'inquisition est de détruire l'hérésie, ce qui ne peut se faire que si les hérétiques sont détruits, et ils ne peuvent l'être sans que soient également détruits ceux qui les reçoivent, les aident et les défendent"6. Il existe en fait deux manières de les détruire, en les convertissant ou en les éliminant, Cette alternative délimite le sort des croyants captifs. Leur cas requiert une triple distinction :

plus ou moins de gravité des actes certains ou douteux avant ou après

11"on distingue ces degrès parce qu'ils aident à discerner ceux qui savaient qu'ils péchaient et ne l'ont pas révélé, ceux qui, cités à comparaître, ne se sont pas présentés, ceux qui, sachant qu'il s'agissait d'hérétiques, les ont malgré tout fréquenté. Leur sont plus gravement favorables encore ceux qui les admirent et les protégent : ils sont proprement appelés receptatores. Item, ceux qui les défendent en argumentant en leur faveur, ou en intercédant pour eux, sont dits defensores". Le traité examine ensuite le cas des évadés et de leurs complices, des opiniâtres, des rebelles, des réconciliés, des récidivistes et de ceux qui entravent l'exercice de l'Inquisition en s'opposant à la capture des hérétiques. Présenté ainsi, le milieu cathare apparait cerne et infiltré. Après quinze ans d'exercice du tribunal, où tout témoignage tourne inévitablement à la dénonciation, nul ne peut espérer échapper au soupçon. Le repérage initial se précise en quadrillage, la clandestinité perçée à jour, et l'attitude de chacun appréciée dans le passé et le présent. Plus de révolte ouverte, les armes à la main. Les rebelles sont en fuite, et jugés par contumace. Ce nouvel état d'une communauté en train de se désagréger s'observe dans le glissement de sens, plus strict pour les receptatores, qui peuvent être seulement coupables d'admiration, et pour les defensores, incapables désormais de défense belliqueuse et devenus simplement avocats.

  • 7 A. Amargier, Benoît d'Allignan, évêque de Marseille (1229-1268). Le contexte et l'esprit d'une dan (...)
  • 8 Thesaurus novum anecdotorum, éd. Martène et Durand, t. V, col. 1805

12A peu près à la même époque, un ouvrage de théologie donne un plan d'interrogatoire, dont l'auteur, Benoît d'Allignan, est alors évêque de Marseille ; mais auparavant abbé de la Grasse, il avait eu à ce moment-là affaire à des cathares à Carcassonne. Pour exercer l'inquisition dans son diocèse, il s'est vraisemblablement inspiré des textes dominicains, qu'il cite parfois. La formule du serment, rédigé à la première personne : "ego, talis, juro...", est plus développée que le modèle donné par la Doctrina7. Le questionnaire commence par un préambule à la louange de la Sainte Trinité, de l'unité de la foi et de la Vierge. Il est accompagné d'une sentence sur les dîmes, et la présence de ces deux pièces dans un exposé sur les vérités doctrinales révéle le rigorisme de l'évêque, qu'il a d'ailleurs mis en pratique. La sentence sur les dîmes est suscitée par l'obstination des Marseillais qui refusent de les payer. En riposte, il les excommunie. La mesure est prise en synode en 1263, alors que le traité est achevé en 12618 : "les hérétiques, autrefois très nombreux dans la ville, se moquaient de ceux qui accomplissaient ce devoir, et à ceux qui n'y satisfaisaient pas assuraient l'impunité". Maintenant, poursuit le texte, cette excuse n'est plus valable, car les hérétiques, par "l'officium predicationis" et l'inquisition, ont été mis hors d'état de nuire. Il ne reste à extirper qu'une erreur, celle des dîmes. Ces deux pièces bizarrement insérées par Benoît dans un écrit théorique y marquent l'importance quasi obsessionnelle de son expérience et de ses souvenirs.

13Le formulaire commence par l'habituelle enquête d'identité, mais, si elle vise aussi à déloger le parfait de sa cachette, elle se concentre d'abord sur la culpabilité du suspect, auquel elle fait subir une sorte d'examen de conscience, et ne s'occupe qu'accessoirement de mouchardage, à la différence des formulaires dominicains, axés sur la recherche policière. Benoît d'Allignan, s'il s'intéresse aux actes délictueux, ne manifeste pas moins de curiosité envers les paroles dites : "s'il blâma ou accusa, en public ou devant quelques uns, ouvertement ou en secret, les évêques et les inquisiteurs de pourchasser les hérétiques... s'il a dit à quelqu'un qu'il voudrait que son âme fût là où se trouve un condamné pour hérésie... s'il instruisit ou exhorta quelqu'un à la croyance ou à l'amour envers les hérétiques, ou s'il fut exhorté lui-même, et par qui, comment, où et quand ?" ce qui amène aux questions sur la foi : "s'il a cru ou croit que les hérétiques sont de bons hommes, les a-t-il entendu appeler ainsi, et par qui ? ". La preuve de culpabilité est donnée par les gestes : "s'il leur a donne conseil, aide, défense ou protection, en actes ou en paroles ? s'il leur a rendu visite et donné des aumônes... s'il les a reçu chez lui et caché, ou leur est venu en aide, et s'il sait quelqu'un qui l'a fait ? ... s'il leur a rendu la liberté à des prisonniers pour hérésie, ou s'il les a fait évader de la prison de l'évêque, ou a aidé à le faire ?". Cette mention de complots qui parfois réussissaient s'assortit d'une autre révélant l'admiration qui entourait les condamnés, et revient avec insistance à la fin du siècle : "s'il posséde des ossements ou des cendres de brûlés, et s'il connaît quelqu'un qui en posséde, en guise de reliques ou autrement ?". On demande aussi au témoin s'il connaît l'existence d'une tombe d'hérétique inhumé dans un cimetière, auquel il n'a pas droit et dont il sera alors exhumé. On s'inquiète également de savoir s'il a eu ou a en mains des livres hérétiques, en particulier l'évangile et les épîtres in romano, ou les psaumes et des prières in vulgari : il est intéressant de noter qu'il pouvait encore en circuler à une époque si tardive. L'asssistance financière et la vie matérielle sont aussi envisagées : aumônes, legs ou dépôts doivent être signalés : "il faut à chaque fois demander avec soin le lieu, le moment, les assistants, et toutes les autres circonstances". Enfin, aux convertis, c'est à dire aux parfaits repentis, il faut demander le contenu de leurs erreurs et s'il les ont prêchées et enseignées. Ce sont eux, surtout, qui doivent dénoncer : qui s'est confessé à eux, qui aèssistè à la Cène, qui a reçu d'eux le baiser de paix. La démoralisation de leurs fidèles se fait ensuite grâce à leurs aveux. Trois termes, benefactores, receptores, credentes, figurent à la fin sans commentaire : d'usage courant, il n'était plus nécessaire de les définir.

14La minutie du questionnaire, le soin mis à détailler les plus minimes circonstances et à faire préciser date, lieu, acteurs, assistants, gestes et paroles, servent à contrôler la sincérité du témoin par le jeu des questions croisées : s'il ne s'accorde pas exactement avec les autres assistants à la même scène, l'un d'eux ment. Juxtaposés, confrontés, éclairés l'un par l'autre, tous ces faits isolés composent une marqueterie où se lit en définitive la figure de l'hérésie. Dans leur concision, leur abstraite sécheresse, ils livrent une foule de renseignements indispensables pour poursuivre les réfractaires. L'inquisitio est proprement ce mélange d'instruction judiciaire et d'enquête de police. Mais captures et emprisonnements ne sont que des moyens pour en arriver à la conversion. Car l'appareil judiciaire est au service de l'exigence religieuse. C'est la notion théologique de pénitence qui est au cœur du système, elle qui justifie les châtiments, comme la coercition se justifie par la défense de l'unité de la foi. Le rebelle n'a pas de droits, il professe une erreur dont il doit se reconnaître coupable. S'il ne le fait pas de son plein gré, la contrainte aidera à le persuader, car l'hérésie est un crime. Le bûcher est rare et sanctionne l'échec : le prisonnier, obstinément, s'est tu.

15Mais qui parle est perdu, car avouer égale trahir ; la moindre faute révélée implique obligatoirement la dénonciation des complices. Les méthodes de l'Inquisition combinent la force et la persuasion, elles allient la contrainte physique, l'action psychologique, la répression, les procédés de police, et enfin l'instruction et le procés. Ces derniers, les plus évidents, n'existeraient pas sans l'appui des premiers. La marche du tribunal est faite de l'ensemble. Présidé par l'évêque même, ou délégué à des spécialistes, en général dominicains, il exerce un pouvoir dont le principe ne peut être mis en doute.

  • 9 P. Michaud-Quantin, Guy de l'Aumône, premier maître cistercien de l'Université de Paris, dans : An (...)

16Deux auteurs cependant ont pensé à examiner la légitimité de cette répression, Universitaire et cistercien, Gui de l'Aumône, en 1254, dans sa Summa de praeceptis, ajoute une sorte d'appendice aux praecepta specialia : ce sont les praecepta iudicaria du Nouveau Testament, sur lesquels se fonde l'exercice de la justice. Il estime que le Nouveau Testament institue un jugement, "sive correctio", qui ne procède pas de la haine ni de la passion mais de la charité et de l'amour9. Le rédacteur anonyme du traité de Carcassonne se rencontre sur ce point avec son prédécesseur, et Bernard Gui fait ensuite sienne cette position ; pour eux tous la charité et le salut des âmes rendent nécessaire la coercition : la "correctio" est la remise en ordre. La question 107, qui traite de ce problème, semble placer un préliminaire à l'exercice de la justice, car elle vient à la suite d'un petit traité sur le problème de l'intention, qui doit gouverner et diriger la vie morale, et précéde des distinctions, développées dans les questions 108 à 133, sur le statut des personnes, la possession des biens, les redevances ecclésiastiques, prémisses et dîmes, la guerre, les contrats et le travail manuel. Elle s'appuie sur trois autorités scripturaires (1 Cor. 5, Math. V, Rom. 13) et sur saint Augustin, pour répondre à la question :"si les méchants doivent être réprimés et punis ". Sans concerner explicitement l'hérésie, elle semble pourtant l'envisager, par le choix des termes et des citations, qui conseillent la ségrégation et l'exclusion sociale, comme un préambule nécessaire à l'ordre dans la cité.

17Ce problème forme au contraire la matière d'une rubrique de la Somme de Thomas d'Aquin (II, II, q. 11,3) : " les hérétiques doivent-ils être tolérés ? ". Deux points sont à considérer : eux-mêmes et l'Eglise. Eux-mêmes, à cause de leur péché, méritent non seulement d'être exclus de l'Eglise par l'excommunication, mais même d'être retranchés du monde par la mort. Quant à l'Eglise, elle est miséricordieuse et convertit les égarés. C'est pourquoi elle ne condamne pas aussitôt, mais seulement après la première ou la seconde correction, selon l'enseignement de l'Apôtre. Ensuite, si elle juge l'hérétique obstiné et a perdu l'espoir de le convertir, elle veille au salut des autres, en le séparant de l'Eglise par l'excommunication, et ensuite l'abandonne au jugement séculier, qui le retranche du monde par la mort".

18Tout est dit. L'exposé théologique suit la démarche des inquisiteurs et légitime leur pratique. Il fonde, s'il en était besoin, leur droit, et justifie leur fonction.

  • 10 A. Cazenave, o.c., p. 339
  • 11 J. Paul, o.c., p. 281
  • 12 Le registre d'Inquisition de J. Fournier, éd. J. Duvernoy, Paris, 1965, et l'étude qu'en a tiré E. (...)

19Si l'on veut maintenant en prendre la mesure, quelques chiffres, cités à titre d'exemples, permettront d'en apprécier l'efficacité. La confession, vers 1250, du parfait Sicard Lunel, dont le tiers seul est conservé, livre 541 noms de croyants, qu'il a rencontrés au cours de ses tournées en Quercy, dans le Rouergue, l'Albigeois sa patrie, et la Montagne Noire. La liste de récapitulation du dossier devait donc concerner un millier et demi de personnes, ce qui d'ailleurs incidememnt montre la prodigieuse mémoire de ce témoin, dont les souvenirs s'étalent sur une vingtaine d'années, et dont le cas ne devait pas être unique. Un registre d'enquêteurs royaux lacunaire, en 1256, contient 528 plaintes de descendants déshérités, qui tentent de récupérer leurs biens confisqués en Lauraguais, Minervois, autour de Limoux et de St Pons de Thomières. 526 sont rejetées après vérification, pour hérésie10. A la fin du siècle, Bernard Gui, en dix-sept ans d'exercice, a eu affaire à 647 prévenus11. On peut conclure de ce chiffre que l'hérésie va alors en se raréfiant, et en effet elle s'effondrait, malgré le fourmillement des inculpés dans le registre de Jacques Fournier, entre 1318 et 1325, car celui-ci n'avait pas jugé bon d'entreprendre une inquisition dans son précédent diocèse de Mirepoix, et celle qu'il exerce comme évêque de Pamiers s'abat exclusivement sur la partie montagneuse où le catharisme survit, isolé dans une vallée perdue, transmis par des bergers12.

20Car, dans les villes. à Montpellier, Narbon ne et, tout d'abord, Marseille, surgissent d'autres déviants. Et c'est alors que le cadre abstrait conçu pour lutter contre le désordre montre sa valeur. A peine retouché il s'applique à ces nouveaux hérétiques. Peu importe le contenu de leurs erreurs, le procédé a fait ses preuves et continue à servir avec succés. L'arme des juges est la grille d'interprétation qui leur permet d'établir le réseau des complicités et définir la gravité des fautes. Ils disposent pour apprécier des discours confus de critères sûrs. Ils sont intègres et consciencieux. Le fondement de leur pouvoir reste hors d'atteinte.

Notes

1 A. Cazenave, La résistance cathare, de la défaite à l'exil, dans : Histoire et Clandestinité, du Moyen-Age à la Première Guerre mondiale, Colloque de Privas, Albi, 1979, p. 337-353.

2 C. Douais, Raymond de Penafort et les hérétiques. Directoire à l'usage des inquisiteurs aragonais, 1242, dans : Le Moyen Age, T. XII, 1899 p. 305-325, texte, p. 315 sq. Idem, L'Inquisition, Paris, 1906, p. 375-288

3 le plumitif d'audience était d'abord lu à l'intéressé intelligibiliter et in vulgari avant d'être traduit et transcrit sur un registre.

4 Y. Dossat, Le premier manuel de l'Inquisition méridionale, dans : Bull. du Comité des Travaux historiques, Paris, 1965, p. 36 sq.

5 A. Dondaine, Le Manuel de l'Inquisiteur, dans Arch. Frat. Praed., XVI, 1946, p. 85 sq

6 J. Paul, Bernard Gui et son monde, dans/Cah. de Fanjeaux, n° 16, p. 279-316, p. 281 ; B.N., coll. Doat, t. 36, f° 1v° -26 r°

7 A. Amargier, Benoît d'Allignan, évêque de Marseille (1229-1268). Le contexte et l'esprit d'une dans : Le Moyen Age, t. 83, 1966, p. 443-462. Le P. Dondaine, o.c., p. 201, hésite sur l'attribution des pièces à Benoît lui-même. La date de 1261 est donnée par l'incipit.

8 Thesaurus novum anecdotorum, éd. Martène et Durand, t. V, col. 1805

9 P. Michaud-Quantin, Guy de l'Aumône, premier maître cistercien de l'Université de Paris, dans : Anal. sacri Ord. Cisterc, XV, p. 194-219, spécial p. 207. Ian Wei, dans un travail en cours, pense que cette question 107 peut être une seconde introduction aux Q. 108 à 133

10 A. Cazenave, o.c., p. 339

11 J. Paul, o.c., p. 281

12 Le registre d'Inquisition de J. Fournier, éd. J. Duvernoy, Paris, 1965, et l'étude qu'en a tiré E. Le Roy Ladurie, Montaillou... Paris, 1975

Auteur

C.N.R.S.

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540