Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La justice au Moyen Âge

Le rituel de la plainte en justice dans le Romancero Viejo

Jeanne Battesti-Pelegrin

Texte intégral

0. Le point de vue du plaignant

1Les ballades anonymes, narratives ou lyriques du "Romancero" sont, d'une certaine façon, la mémoire collective du peuple espagnol, sa réaction aux événements, mais aussi aux faits divers qui ont traversé son histoire.

2Ce sont souvent des situations passionnelles qu'il met en scène : à travers les "romances", l'idée de justice est plutôt perçue comme le sentiment de l'injustice. L'histoire d'un peuple, telle que l'Imaginaire collectif la recrée, ne fourmille-t-elle pas d'exemples de ces héros, ou de simples gens, victimes de l'arbitraire du pouvoir ?

3Le problème qu'indirectement posent ces ballades est simple : y-a-t-il une justice ici-bas ? Y assure-t-elle la sanction des coupables, ou bien le crime reste-t-il impuni ?

  • 1 On a commencé à receuillir par écrit les Roamnces, au xviè siècle. Rappelons que l'on désigne sous (...)

4Attentive à la limitation du sujet de ce colloque j'ai retenu un aspect de l'expression lyrique de ce thème : celui de la plainte en justice et ses manifestations dans le "Romancero Viejo"1 ; le point de vue du justiciable, et du plaignant.

  • 2 On peut lire ces textes dans des éditions récentes : G. di Stefano : El Romancero, ed. Narcea, Bit (...)

5Certaines de ces ballades sont en effet passées à la postérité sous le titre de "quexa" (plainte)2.

6Ces plaintes émanent le plus souvent de femmmes. Mais, faut-il s'en étonner ?

  • 3 Ce thème est étudié par G. Correa : "La fórmula del reto en los antiguos romances históricos", Act (...)

7A l'exception du très légaliste Rodrigue de Vivar, le Cid (qui demande au roi convocation des Cortès pour y régler le différend qui l'oppose à ses gendres), les hommes, dans le "Romancero Viejo" sont plutôt enclins à faire justice eux-mêmes ; et les exemples de roi pris en défaut dans l'exercice de la justice n'étant pas rares, on pourrait dire, en simplifiant un peu, que ces conflits se résolvent souvent hors du terrain judiciaire, et que, "à roi injuste, vassal rebelle". Ce qui donne l'occasion d'étudier, plutôt que le thème de la plainte, celui, également rituel, du défi ; ce n'est pas ici notre propos3.

1. La justice des hommes : on se plaint au roi

1.1. Quexas de doña Lambra : doña Lambra, l'impudique

8Le premier texte est tiré du "Romancero des Infants de Lara," une geste tragique, digne de figurer dans la tradition de l'épopée sanglante de la vengeance, où la vaillance des hommes et leur cruauté n'a d'égale que la fureur vengeresse des femmes, et ici, leur impudeur verbale.

9Le jour même de ses noces, doña Lambra a été gravement offensée en public, lors du tournoi où s'affrontaient les jeunes gens, pour l'honneur et l'amour des dames : spectatrice privilégiée, la jeune fiancée s'est laissé aller à une admiration quelque peu impudique à l'égard d'un vaillant tournoyeur, son cousin. La riposte cinglante, destinée à la ramener à plus de décence verbale ne se fit pas attendre.

  • 4 cf. la présentation de R. Menéndez Pidal, in : Romancero Tradicional, II, Romancero de los Condes (...)

10Publiquement insultée, doña Lambra vient donc se plaindre, à qui de droit, et demande justice. On conserve de ce récit des plaintes de doña Lambra trois versions qui permettent de dégager un rituel de la plainte, en quatre moments : le lieu, la formulation de la plainte, l'exposé des motifs, la demande de sanction ou de réparation. Soit une formule,, un récit "typique" que des variantes "a-typiques" aident d'ailleurs à mieux définir comme tel4.

1.1.1. Le lieu

11Le texte le plus ancien ("Ya se salen de Castilla" (version A)), encore imprégné du ton de la narration épique, présente doña Lambra par deux vers introductifs :

"doña Lambra que esto oyera/ de sus caballos tirava llorando de los sus ojos/ se saliera de la plaça ; fuérase a los palaçios / donde don Rodrigo estava".

12C'est "au palais", c'est à dire là où siège celui qui détient le pouvoir de justice, que doña Lambra se rend.

13Dans la deuxième version de cette vieille ballade ("A Cala-trava la Vieja"), moins marquée par le formalisme épique, elle dit d'une autre façon son désespoir :

"doña Lambra que esto oyera/ baxose muy enojada. Fuera para su posada/ hallo en ella a don Rodrigo, desta manera le habla."

  • 5 L'espagnol distingue le "palacio" ou "alcázar" ou réside le roi, et où il rend la justice du "cast (...)

14La "posada" c'est la demeure : doña Lambra rentre chez elle, où elle trouve son mari5.

15La troisième version ; plus romancée, plus éloignée encore du rituel, ne mentionne pas le lieu de la plainte.

1.1.2. La formulation de la plainte

16Doña Lambra se présente donc pour formuler, officiellement une plainte :

  • 6 Nous nous reférons ici au Libro de las Siete Partidas, le code attribué à Alphonse le Savant. M. P (...)

"quéxome a vos ; don Rodrigo/ que bien me puedo quexar" (version A). On remarque que c'est à son époux que doña Lambra se plaint. Selon la loi6, la femme ne peut se pourvoir en justice elle-même, sauf dans des cas très limités. Son protecteur naturel est son époux. C'est en l'absence de celui-ci qu'elle a été offensée. Lui seul peut être "demandeur" pour elle et ici, (souvenir des temps féodaux), juge.

17Doña Lambra prononce la formule juridique de la plainte : "quexa" (ou "querella"), et le texte réitère le verbe formulaire "quexar" dans une expression redondante, intensificatrice, au début et à la fin du vers.

18La version B confirme cette conscience juridique, ajoutant deux éléments du même type :

"Yo me estava en Barbadillo/ en esta mi heredat, mal me quieren en Castilla/ los que me avían de guardar"

19D'abord, on vient agresser doña Lambra chez elle, "dans sa propriété" ; elle affirme ensuite sa dépendance de femme sous tutelle, mal protégée par ceux-là mêmes "qui en avaient la responsabilité".

20La version C est un récit plus romancé, où l'intérêt se déplace, de la victime vers l'agresseur (Gonzalvico) et vers le garant de la loi, don Rodrigo le mari, qui occupe le devant de la scène :

21"¡ ay Dios qué buen caballero/ fue don Rodrigo de Lara !". L'ordre et la littéralité des formules se trouve quelque peu perturbé. Il n'y a pas ici de "formulation de la plainte" à proprement parler, par la plaignante. C'est son mari qui la questionne sur ce qui s'est passé. Sa "plainte", ce sont des pleurs :

"al llanto de doña Lambra/ don Rodrigo fue a llegar :
¿ qué es aquesto, doña Lambra ?/ ¿ Quién te ha querido enojar ?"

1.1.3. L'exposé des motifs

  • 7 "quexa" ainsi que "querella" désignent la plainte en justice : la "dénonciation d'une infraction p (...)

22Il convient ensuite d'exposer, précisément, les motifs de la plainte, une offense7 :

  • 8 "baldón" signifie l'injure, et "baldonar" "offenser en paroles, injurier", à l'exclusion de tout a (...)

"los hijos de vuestra hermana/mal abaldonado me an", (version A). Cette offense est exprimée en termes juridiques : "baldón", c'est l'offense en paroles, l'injure publique, répertoriée dans la nomenclature précise des lois dans les "deshonras atroces, crueles y graves"8.

23Ce vocabulaire de l'insulte s'efface dans la version B qui exprime une simple menace ("mal amenazado me an"), grave certes, mais moins précise, juridiquement parlant.

24Quant au "¿ quién te ha querido enojar ?" de la version C, "enojar" "mettre en colère, courroucer" n'est pas répertorié parmi les offenses susceptibles de demande de réparation.

25Les trois versions coïncident en partie dans l'exposé minutieux de cette insulte :

"que me cortarían las haldas/ por vergonzoso lugar
me pornian rueca en cinta/ e me la harían hilar
y dizen, si algo les digo/ que luego me harian matar"(vA)

""que me cortarían las haldas por vergonzoso lugar
e cevarian sus halcones dentro de mi palomar
e forzarian mis damas casadas e por casar" (v.B)

"Y̵o te cortaré las haldas por vergonzoso lugar
por cima de las rodillas, un palmo y mucho mas" (v.C)

  • 9 "El cortar las faldas se ha tenido siempre por grande afrenta" dit Sebastián de Covarrubias qui ci (...)

26Une triple offense donc, graduée pour les deux premiers textes. Doña Lambra est donc offensée en tant que femme : peut-être en tant que femme noble : couper les jupes très haut, c'était le châtiment réservé aux prostituées (et par ses outrances verbales doña Lambra était sortie de la réserve de la jeune fille décente). Les trois versions reprennent cette impressionnante menace qui deviendra d'ailleurs expression proverbiale9.

27La version C ajoute une glose : "por cima de las rodillas/ un palmo y mucho más" ; celle-ci allonge sans doute la phrase, et apporte une précision informative, mais détruit en revanche l'intensité contenue, implicite dans ce "vergonzose lugar".

28"Me pornían rueca en cinta" : quant à "mettre quenouille en taille" est-ce obliger la femme noble à filer, comme une paysanne ? L'expression espagnole "en cinta", par son ambiguïté ou son ambivalence ("en taille"/"enceinte") suggère, à côté de l'offense à la dignité de noble, la violence sexuelle. On retrouve d'ailleurs la même ambivalence, mais dans un autre registre, dans la version B :

  • 10 R. Menéndez Pidal, op. cit.
  • 11 C'est le sens que suggère B. Pelegrin qui a tenté une explication psychanalytique d'une autre vers (...)

"e cevarían sus halcones dentro de mi palomar", où l'effraction de domicile (le droit du pigeonnier, privilège monastique et féodal10) peut être interprêtée aussi comme une violence sexuelle : la pouesuite par le faucon, oiseau de proie (symbole de virilité ?) de la blanche et innocente colombe (métaphore de la jeune fille) dans l'intimité du "palomar"11.

29"...que luego me harían matar" : achevée en menaces de mort, dans la version A, la triple offense confirme cette interprétation sexuelle dans la version B, dont le troisième vers semble une "amplificatio" des deux premiers :

"e forzarían mis damas, casadas e por casar".

30Ici, dans leur parfait parallélisme de construction, ces trois vers se lisent comme une gradation intensificative :

31aux échos phoniques (imparfaits trisyllabiques, suivis des possessifs monosyllabiques) s'ajoute l'équation : "faldas-halcones-damas", que la construction souligne. L'agression sexuelle est explicite dans le premier et le troisième cas, et par contamination implicite dans le second.

32Mais la version B apporte une surenchère :

"mataronme a un cozinero/ so faldas de mi brial" : un délit cette fois, qui est un crime de sang. La menace de tuer est ici réalisée ("mataron") en la personne d'un serviteur de doña Lambra. Celle-ci avait précisé qu'elle protègerait ses gens contre les Infants de Lara. Tuer un serviteur, en présence d'une femme, qui plus est, l'a pris sous sa protection physique ("so faldas de mi brial" : "en son giron"), voilà un double délit, un délit aggravé, selon la loi.

  • 12 On comparera cet épisode à la version qu'en donne la Interpolación a la Crónica General, plus expl (...)

33En outre, le circonstant "so faldas me mi brial" semble le prolongement de cette intimité évoquée dans les circonstants précédants ("por vergonzoso lugar", "dentro de mi palomar") : il y a là une intensification lyrique, une stylisation par le "romance", d'éléments expressifs12.

34Triple insulte donc, pour la victime que l'on remet ainsi à sa place, sa place de femme qu'elle n'aurait jamais dû quitter.

1.1.4. La demande de sanction./ réparation

35Que demande la plaignante ?

"Si desto no me bengáis/ mora me iré a tornar,
y a ese moro Almanzor/ me iré a querellar" (version A).

  • 13 Une autre version du même romance le présente comme le parangon du chevalier chrétien : ""¡ Ay Dio (...)

36Doña Lambra ne demande pas exactement réparation du préjudice subi. Elle crie vengeance. Une vengeance assortie de la pire menace pour son époux, chevalier chrétien, "tueur de maures à la bravoure légendaire13 : elle menace de se faire musulmane et d'aller, ce qui est un comble, demander justice à El Mansour lui-même !

37Dans la version C, c'est le mari qui propose à sa femme de la venger :

"si me lo dizes, yo entiendo/ de te lo muy bien vengar". L'évolution entre les trois versions fait apparaître une forte imprégnation juridique pour les deux premières. Il n'en reste pas moins que, à cette violence, d'ordre sexuel, doit répondre, non point la répération, mais bien la primitive vengeance. La sanction est envisagée, non point pour le coupable, mais bien pour celui qui n'aura pas fait justice. C'est sur lui que s'exerce le chantage.

*

1.2. Quexas de doña Urraca : La revendication féministe

  • 14 "Morir vos queredes, padre/San Miguel vos aya el alma"

38La deuxième plainte en justice, adressée au roi par une femme, est celle de doña Urraca ("Romances du Cid, siège de Zamora")14, fille du roi Ferdinand. Le roi est sur son lit de mort : Urraca, lésée par le testament royal vient, sinon réclamar sa part d'héritage, du moins dénoncer l'injustice.

1.2.1. Le lieu

39Le romance commence, comme tant d'autres, "in media res" : on nous dit le roi moribond, les pieds tournés vers l'Orient, un cierge à la main, mais lucide encore, en mesure donc d'exercer sa fonction de juge :

"Ellos estando en aquesto/ entrara Urraca Fernando,
y vuelta hacia su padre/ desta manera le ha hablado :"

1.2.2. La formulation de la plainte

40Dans les appartements royaux, où Urraca fait irruption, au milieu de ses frères qui veillent, le mourant, c'est le silence, interrompu par l'arrivée de celle qui va prendre la parole : geste ici hostile et profanateur :

"Morir vos queredes, padre/ San Miguel os aya el alma". Urraca s'adresse au roi, contre le roi lui-même. C'est aussitôt l'exposé des motifs.

1.2.3. L'exposé des motifs

41Il tient en quatre vers :

"Mandaste las vuestras tierras/ a quien se vos antojaste
a mí porque soy muger/ dexáisme deseredada".

42Le roi est mis en accusation ; le motif en est le préjudice testamentaire, qui consacre la discrimination sexuelle : il a deshérité sa fille. Il n'avait pas le droit de le faire.

  • 15 Siete Partidas, op. cit. Part. VI, tit. VII, ley VII. Sur les peines encourues par les apostats, i (...)

43La loi prévoit en effet15 les cas de privation d'héritage pour une fille : il faut qu'elle ait refusé de prendre pour époux le mari choisi par son père, qu'elle se prostitue ou devienne hérétique.

1.2.4. La demande de sanction

44Puisqu'elle est ainsi traitée, il ne reste plus à Urraca qu'à menacer de matérialiser ces faits, donnant ainsi " a posteriori" raison à son père de l'avoir deshéritée :

"Irm'he yo por essas tierras/ como una muger errada
y este mi cuerpo daría/ a quien se me antojara,
a los moros por dineros/ y a los cristianos de gracia,
de lo que ganar pudiere/ haré bien por vuestra alma".

45L'assonance du romance souligne l'extraddinaire formule (paronomase, fausse étymologie) où "desheredada" rime avec "errada" : fille deshéritée, sans terre et perdue, fille perdue, "dévoyée" aux deux sens du terme.

46La cruelle répétition, en écho : "a quien se vos/ se me antojara" (selon votre/mon bon plaisir") souligne que si lui dispose de ses terres, elle dispose de son corps.

  • 16 Une version de la fin du xviè s. ("Acababa el rey Fernando/de distribuir sus tierras") ne fait-ell (...)

47Urraca ne demande pas justice ; n'exige pas réparation. Elle menace de mettre à exécution une implacable vengeance, contre l'honneur paternel et royal : menace, chantage de type sexuel encore (la femme est la dépositaire de l'honneur masculin, un thème "pré-caldéronien"). Urraca, c'est celle par qui le deshonneur arrive16.

48La sanction est pour le coupable ; et celui-ci se trouve être en même temps, le juge.

*

1.3. Quexas de Ximena : de La vengeance à la réparation

49Le troisième texte concerne la plainte qu'adresse au roi Ximena Gomez, agressée par la provocation de Rodrigo, meurtrier du comte Lozano son père, et qui vient la narguer. Chimène demande au roi réparation pour cette seconde offense.

50Trois versions médiévales nous sont conservées de ce récit ; elles coïncident pour l'essentiel dans le déroulement du rituel de la plainte.

1.3.1. Le lieu

  • 17 Ce romance est conservé dans trois versions anciennes : "Día era de los Reyes"(v.A), "Cada día que (...)
  • 18 On constate que, pour porter plainte, Chimène respecte le délai légal de sept jours après Noel, Si (...)

51La version A ("Día era de los Reyes")17, situe la scène le jour de l'Epiphanie : le roi reçoit l'hommage de ses sujets, venus lui demander l'étrenne. On peut donc en déduire que la scène est au palais18.

52La version B ("Cada día que amanesce"), plus laconique (douze vers seulement) débute "in media res", sans localisation préalable ni présentation des personnages.

53Dans la version C, enfin ("En Burgos esta el buen rey"), le roi est à table, pour son déjeuner (au palais, donc) lorsque Chimène fait irruption. Cette dernière version insiste sur la présentation de l'héroïne, vêtue de deuil :

"cubierta paños de luto/ tocas de negro cendale."

1.3.2. La formulation de la plainte

54Dans cette ambiance familière (de fête, ou de déroulement quotidien) l'irruption de Jimena Gómez est marquée par l'emphase de la formule épique :

"que puesta delante el rey/ desta manera ha hablado"(v.A)
"las rodillas por el suelo/com enzara de hablare"(v.C)

55C'est une grave offense qu'elle vient exposer :

  • 19 "manzilla" : de "mancha" : tache, deshonneur.

"con manzilla vivo, rey,/con ella vive mi madre"(v.A)
" con manzilla vivo, rey,/con ella murió mi madre"(v.C) : une tache infâmante ("manzilla"19) ternit son honneur.

1.3.3. L'exposé des motifs

56Ce deshonneur est ensuite explicité, comme pour les plaintes de doña Lambra, en trois points :

"cada día que amanesce/ veo quien mató a mi padre". Sur cette affirmation première débutent les trois versions. La provocation de Rodrigue est ensuite plus ou moins détaillée, avec quelques variantes.

"caballero en un caballo/ y en su mano un gavilane,
otras vezes un halcón / que trae para cazare ;
y por me hazer mas enojo/cébalo en mi palomare" (v.A, et C) : jeune homme caracolant, épervier ou faucon au poing, en route pour la chasse, et nourrissant ses bêtes dans le pigeonnier de sa victime.

  • 20 Cette provocation est, au terme de la loi un délit pour lequel des sanctions sont prévues, Siets P (...)

"y me passa por la puerta/ por me dar mayor pesare
con un falcón en la mano/ que trae para caçare,
mátame mis palomillas/que están en mi palomare"(v.B) : dans les trois versions est clairement dite la surenchère dans la provocation, nouveau délit20. La version A est très détaillée :

"con sangre de mis palomas/ ensangrentó mi briale ;
enviéselo a dezir ; /envió a amenazare,
que me cortará las haldas /por vergonzoso lugare,
me forzará mis donzellas/ casadas e por casare ;
matárame un pajecico/ so haldas de mi briale" : on aura reconnu ici, l'incorporation du vieux romance populaire des quexas de doña Lambra".

57L'assassin(du père) tue à nouveau ("mis palomas", "un pajecico") et ce sang qui rejaillit sur la jupe de la victime est comme une violence (violence sexuelle, meurtre) qui lui serait faite à elle-même. La menace enfin, consacre un Rodrigue délinquant dans le passé ("matara", "ensangrentó"), dans le présent ("me passa", "mata"), dans le futur enfin ("que me forzará", "que me cortará").

1.3.4. La demande, de réparation

58Chimène, à la différence de doña Lambra et de doña Urraca a quelque chose à obtenir du roi. Elle va faire pression sur lui, s'érigeant en censeur, et par avance, en juge du juge qui ne rendrait pas justice. Le cliché du roi-justicier, récompensant les bons et châtiant les coupables, vulgarisé par les ballades depuis Guillén de Castro est étranger à ces versions anciennes :

"Rey que no haze justicia/ no debiera de reinare,
ni cabalgar en caballo / ni con la reina holgare" : terrible menace de la version B, au demeurant la plus laconique.

"Rey que np haze justicia/no debía de reinare,
ni cabalgar en caballo,/ni espuela de oro cazare,
ni comer pan a manteles,/ni con la reina folgare,
ni oir misa en sagrado,/ por que no meresce mas" (vers. A)

59Avant de se lancer dans ses imprécations, Chimène, dans la version C, demande expressément justice :

"hacedme, buen rey, justicia/ no me la queráis negare",

60enchaînant aussitôt :

  • 21 Sur l'influence des Gestes dans ces accumulations de serments, spécialement "no comer pan a mantel (...)

"Rey que no haze justicia/no debía de reinare,
ni calagar en caballo, ni con la reyna holgare,
ni comer pan a manteles,/ ni menos armas se armare"21.

61La justice doit passer. Ces propos (présents dans les trois versions) qui ont frappé l'imagination populaire prennent, dans la bouche de cette femme, valeur d'oracle. Elle accuse et par avance dénonce l'absence de sanction, donc, la faute du juge. Propos graves qui dépassent le cadre personnele et portent un jugement sur la légitimité même d'un roi qui n'exercerait pas la justice.

62Mais Chimène en outre, propose un arrangement qui laisse le roi perplexe ; elle demande réparation par le mariage :

"Yo te lo diré, buen Rey,/ como lo has de remediare,
que me lo dedes por marido/ con él me quieras casare,
que quien tanto mal me hizo/ quiça algún bien me harae".

63Pour la première fois est envisagé ce qui est présenté comme un dédommagement.

64Sans doute serait-il intéressant d'examiner l'accueil fait par le juge à ces plaintes. Nous nous bornerons à remarquer que : ces menaces sont un danger pour la renommée du roi, et pour l'ordre social. On fait taire aussitôt les plaignantes :

"Calledes, Lambra, Calledes !"
" !Calledes, hija, Calledes ! "(le roi, son père, à Urraca)
"Calledes, doña Jimena !" (dans une version du xvième siècle) : ces femmes, ce sont celles par qui le scandale arrive. Il faut leur imposer silence.

65Elles obtiendront pourtant satisfaction.

66La terrible vengeance exigée par doña Lambra s'accomplira par le meurtre des sept Infants de Lara (en 970). Doña Urraca recevra du roi son père la ville de Zamora (en 1085). Quant à doña Jimena comme chacun sait, elle épousera Rodrigue.

67Sanction du coupable ? Pas exactement. Satisfaction pour la plaignante, oui.

**

II. On se plaint du roi : on en appelle à Dieu

68Le juge cependant, ne saurait se soustraire à la justice divine. Lorsqu'il est défaillant, on en appelle à Dieu.

II.1. La ballade de Ferdinand, "le cité en justice"

  • 22 "Válasme nuestra señora", M. Débax, op. cit. p. 247 ; cf. R. Menéndez Pidal, Romancero Hispánico, (...)

69L'impact de ce "romance", cité par les chroniques contemporaines des faits (xivè siècle) fut si fort, qu'un siècle plus tard, on le chantait encore à la cour des Rois Catholiques22.

70Il a pour origine un fait réel : en 1312, Ferdinand IV fit tuer injustement deux gentilshommes accusés sans preuve d'un crime contre un des leurs. Le "romance"populaire, dans la version (du xviè s.) qui nous est conservée, transforme la cause, d'ordre politique en une cause sociale (noblesse contre peuple). Ainsi, le roi, sollicité par deux de ses sujets à rendre la justice, fait condamner sans preuve. Dans ce texte se succèdent deux plaintes, formulairement exposées :

II.1.1. Le lieu

71Le roi se rend dans sa juridiction ; au moment où il met pied à terre se présentent les plaignants :

"el pie tiene en el estribo/ aun no había descvalgado cuando...".

II.1.2. La formulation de la plainte

72Voici, reitérée dans une double occurrence, la plainte formulée :

"cuando le davan querella/ de dos hombres hijosdalgo,
y dávanle la querella/ dos hombres como villanos :
- ¿ Justicia, Justicia, el Rey/porque somos tus vasallos !"

73Pas d'exposé détaillé des motifs, mais la promesse, par le roi, de la sanction :

II.1.3. La sanction :

74"Yo haré dellos justicia". Et ce sera l'injuste condamnation que l'on sait.

II.1.2. La formulation de la plainte

75Au tour des condamnés de réclamer justice :

"pues quexámonos de ti/ al juez que es soberano".

II.1.1. Le Lieu

  • 23 "El Emplazado" : sur la définition de l'assignation, cf. Siete Partidas, Part. III, tit. VII, ley (...)

76Le lieu de l'assignation en justice, c'est l'Au-delà (Ferdinand est passé à la postérité sous le surnom de "El Emplazado"23), le lieu où le Juge suprême châtie les méchants :

"que dentro de treinta días/con nosotros seas en plazo/
y ponemos por testigos/ a San Pedro y a San Pablo,
ponemos por testimonio/al apóstol Santiago".

77Assignation en bonne et due forme : dans un délai de trente jours, et devant les témoins choisis par l'accusation, le roi est cité à comparaître devant Dieu.

II.1.4 La Sanction

78L'épilogue, très laconique, dit implicitement la sentence : au terme du délai le roi soudain se sent mal. Il trépasse :

"Así fallesció su Alteza/ desta manera citado".

79Le thème de ce "romance" n'est pas le roi méchant mais le mauvais juge. Le châtiment divin est celui de l'incompétence.

80Notons que c'est le premier exemple qui donne à observer une sanction effective. Elle n'est pas seulement demandée par le plaignant, mais obtenue.

II.2. Le romance" de la femme du duc de Guimerães : la raison d'état

  • 24 Quéxome de vos el rey", Di Stefano, op. cit. n° 11, p. 117

81Un autre fait divers : la mort du duc de Guimerães, sur ordre de son cousin, le roi Jean II de Portugal, en 1450, a donné lieu à une ballade où la femme du condamné réclame devant Dieu justice.24

II.2.1. Le lieu

82Le début, "ex abrupto" ne situe pas le lieu de la plainte. Les imprécations ouvrent le poème.

II.2.2. La formulation de la plainte

83Il débute sur la formule consacrée :

84"quexome de vos, el rey", aussitôt suivie de l'exposé des motifs :

II.2.3. L'exposé des motifs :

85la veuve brode sur ces motifs, se permettant, au passage, un jugement, sévère, sur l'incapacité du roi à rendre la justice :

"Mandástemelo prender/no siendo en nada culpado.
Mallo hizistes, Señor,/mal fuisteis aconsejado
(...)
Vos, no mirando justicia/ avéismelo degollado

II.2.4. La demande de réparation/sanction.

86C'est à la justice de Dieu qui seule peut réparer ce dommage : innocenter l'innocent et punir le mauvais juge ; ainsi la veuve se sentira-t-elle vengée :

"y pido de vos emienda/ rey, Señor, primo y hermano
a la justicia de Dios/ de hecho tan mal mirado,
por verme a mí con venganza / y a él, sin culpa desculpado".

87C'est la réhabilitation de l'innocent que sa veuve demande : que justice soit faite. Le roi n'est pas au dessus des lois. On ignore l'épilogue de ce fait divers : l'histoire ne dit pas si Jean II de Portugal fut châtié pour ce forfait.

II.3. Le "Conde. Alarcos" : les crimes de l'honneur familial

  • 25 "Retraída está la Infanta", M. Débax, op. cit. p. 347-359

88Ce thème du crime pour raison d'état eut une fortune poétique certaine. Un autre romance célèbre ("Retraída esta la Infanta"25) raconte l'assassinat cruel de sa femme par le Comte Alarcos, sur ordre du roi, et pour complaire à l'Infante sa fille. La comtesse innocente, au moment de mourir, cite les coupables devant la justice divine :

89Ce long romance, de type "jongleresque", très détaillé, noie quelque peu les éléments formulaires dans un long récit. On retrouve toutefois clairement exprimée l'assignation en justice, l'énoncé de la sentence divine, et son exécution :

"A vos os perdono el conde/ por el amor que os tenía
mas yo no perdono al rey/ ni a la infanta su hija,
sino que queden citados/ delante el alta justicia
que allí vayan a juicio/ dentro de los treinta días".

90Si la sentence de mort contre la comtesse est effective, la justice de Dieu passe aussi, implacable :

"assí murió la condessa/sin razón e sin justicia
mas también todos murieron/dentro de los trenta días
(…)
allá fueron a contar/ con la justicia divina".

91Le crime "pour raison d'état" déplace ici l'habituel conflit politique sur le terrain de l'honneur privé et familial. Au dessus des lois humaines, triomphe la justice divine, à laquelle le roi lui-même ne saurait échapp er. Le crime ne reste pas impuni.

***

  • 26 A. M. Capdeboscq dégage en revanche nettement une évolution en ce sens pour la légende des Infants (...)

92Ces romances, anciens, émanation de la sensibilité collective ne traduisent pas, comme on pourrait s'y attendre, une évolution du concept de justice, mais une coexistence parfois contradictoire : aux mœurs "barbares", à la justice sanglante, dominée par la loi de la vengeance ne succède pas, peu à peu le sentiment de la necessité d'un arbitrage royal et la possibilité de la réparation26. Le "romance", genre mouvant, renaît toujours de ses cendres, se renouvelle constamment ; d'où les interférences "diachroniques".

  • 27 selon l'affirmation de Don Juan Manuel (xivème siècle)

93La satisfaction (justice ou vengeance) est réclamée par les femmes, fortes de ce sentiment de la justice. Le roi, certes, est le défenseur et le garant des lois, il est, sur terre "le sénéchal de Dieu, son représentant et exesrce son pouvoir"27..

  • 28 cf. là-dessus : G. Casalduero : La imagen delMonarca en la Castilla del siglo xiv, Madrid, Revista (...)

94Dans une relation de type féodal, le vassal a, sans doute, le droit de résister par la force à l'injustice28. C'est ce que ne se privent pas de faire, dans le "Romancero Viejo", les vassaux rebelles, défiant le pouvoir arbitraire (tous les héros de l'épopée : les Fernan Gonzalez, Mio Cid, Bernardo el Carpio).

  • 29 ibid. p. 6

95Mais, que le roi soit responsable devant Dieu, le soustrait toutefois à la justice des hommes. Ce qui exclut toute interprétation de justification du tyrannicide ; car"il vaut mieux pour le peuple subir quarante ans de pouvoir d'un roi injuste que de rester une seule heure sans roi"29.

96Les femmes du "Romancero" elles, font confiance à la loi. Elles se placent davantage sur le terrain éthique ; celui de la dénonciation morale de l'injustice. Elles font, jusqu'à une certaine limite (cf. la menace, le chantage) confiance au roi ; et toujours à Dieu.

  • 30 cf. "Acababa el rey Fernando" (xviè s) ou "Atento escucha las quejas", (Urraca) et Jimena : "Grand (...)

97Mais dans l'histoire du "Romancero" il n'en sera pas toujours ainsi. La dignité de leur "plainte" subira une cruelle évolution, au Siècle d'Or ; de la plainte aux plaintes ; de la dénonciation en justice aux jérémiades, pleurs, récriminations. Telle est l'évolution des "quexas" des Lambra, Urraca, Jimena, fortes personnalités du "Romancero Viejo", pitoyables femmes hystériques du "Romancero Nuevo"30.

Notes

1 On a commencé à receuillir par écrit les Roamnces, au xviè siècle. Rappelons que l'on désigne sous le terme commode, mais quelque peu imprécis de "Romancero Viejo" les textes qui concernent la période médiévale.

2 On peut lire ces textes dans des éditions récentes : G. di Stefano : El Romancero, ed. Narcea, Bitácora, Madrid, 1983, ou M. Débax : Romancero (ed. précédée d'une excellente introduction), ed. Alhambra, Madrid, 1982.

3 Ce thème est étudié par G. Correa : "La fórmula del reto en los antiguos romances históricos", Actas del Congreso Internacional de Hispanistas, VI, Toronto, 1980, p. 183-7

4 cf. la présentation de R. Menéndez Pidal, in : Romancero Tradicional, II, Romancero de los Condes de Castilla y de los Infantes de Lara, Seminario Menendez Pidal, Universidad de Madrid, ed. Gredos, 1953.
version A : "Ya se salen de Castilla", M. Débax, op. cit. p. 178
version B : "A Calatrava la Vieja"
"Yo me estava en Barbadillo, ibid. p. l89
version C : "Ay Dios qué buen cavallero !" ibid. p. 186

5 L'espagnol distingue le "palacio" ou "alcázar" ou réside le roi, et où il rend la justice du "castillo", château fort où il peut occasionnellement séjourner. La "posada" est, à cette époque la demeure.

6 Nous nous reférons ici au Libro de las Siete Partidas, le code attribué à Alphonse le Savant. M. Peláez, lors de la discussion nous fait judicieusement remarquer que ce texte n'est pas très fiable, car artificiellement élaboré. Malheureusement le Fuero Juzgo (Forum Judicum wisigothique) est muet sur les problèmes juridiques posés par ces romances.
Les Siete Partidas, ed. real Academia de la Historia, Madrid, 1807,3 vol. précisent que le deshonneur de la femme rejaillit sur son époux, op. cit. Part. IX, ley 9. La Lambra des chroniques avait eu la même attitude que celle des romances, cf. A.M. Capdeboscq : "La trame juridique de la légende des Infants de Lara, Cahiers de Linguistique Hispanique médiévale, Paris XIII, n° 9, mars 84, p. 189-206

7 "quexa" ainsi que "querella" désignent la plainte en justice : la "dénonciation d'une infraction par la personne qui en a été la victime". "Quexarse" ou "querellarse" : se pourvoir devant le juge. Ces termes traduisent aussi la peine, l'expression de la douleur.

8 "baldón" signifie l'injure, et "baldonar" "offenser en paroles, injurier", à l'exclusion de tout autre délit majeur, tous répertoriés dans la loi, op. cit. Part. VII, Tit. IX, Ley XX

9 "El cortar las faldas se ha tenido siempre por grande afrenta" dit Sebastián de Covarrubias qui cite ce texte : Tesoro de la lengua castellana o española, Valencia, l600

10 R. Menéndez Pidal, op. cit.

11 C'est le sens que suggère B. Pelegrin qui a tenté une explication psychanalytique d'une autre version de ce romance : "Histoire d'O ; o doña Lambra en el diván. Ensayo de explicación psicoanalitica", in : Mélanges A. Joucla-Ruau, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1978, p.1001-1028

12 On comparera cet épisode à la version qu'en donne la Interpolación a la Crónica General, plus explicite, mais dépourvue d'intensité dramatique : "quebrantáronme mi casa, mataron so el manto de mi muger un ome mi vasallo, desonraron a mi muger porque ge lo defendía, forzaron las doncellas fijas dalgo que con ella estauan, fizie-ron otras cosas que escreuir non vos podría"," R. Menéndez Pidal, op. cit. p. 124

13 Une autre version du même romance le présente comme le parangon du chevalier chrétien : ""¡ Ay Dios, qué buen caballero/fue don Rodrigo de Lara
que mató cinco mil moros/ con trecientos que llevaba !"

14 "Morir vos queredes, padre/San Miguel vos aya el alma"

15 Siete Partidas, op. cit. Part. VI, tit. VII, ley VII. Sur les peines encourues par les apostats, ibid. Part. VI, tit. XXV, ley IV.

16 Une version de la fin du xviè s. ("Acababa el rey Fernando/de distribuir sus tierras") ne fait-elle pas dire à Urraca, jouant de la paronomase du calembour : "pobre iré, mas faced cuenta/que las romeras a veces (pélerin, femme)/suelen parar en rameras" (prostituée)

17 Ce romance est conservé dans trois versions anciennes : "Día era de los Reyes"(v.A), "Cada día que amanesce"(v.B),"En Burgos está el buen rey"(v.C).

18 On constate que, pour porter plainte, Chimène respecte le délai légal de sept jours après Noel, Siete Partidas, Part. III, tit. II, ley XXXIII

19 "manzilla" : de "mancha" : tache, deshonneur.

20 Cette provocation est, au terme de la loi un délit pour lequel des sanctions sont prévues, Siets Partidas, Part. VII, tit. IX, ley V ; idem pour la violation de domicile, ibid. tit. IX, ley VI.

21 Sur l'influence des Gestes dans ces accumulations de serments, spécialement "no comer pan a manteles" cf. R. Menéndez Pidal, Romancero Hispánico, hispánico-portugués y sefardí, Madrid, Espasa-Calpe, 1953, § 11, p. 268. et E. García Gómez : "No comer pan a manteles", Al Andalus, XXII, 1967, p. 211-215, M. Débax, op. cit. p. 200

22 "Válasme nuestra señora", M. Débax, op. cit. p. 247 ; cf. R. Menéndez Pidal, Romancero Hispánico, op .cit. I, p. 310-311

23 "El Emplazado" : sur la définition de l'assignation, cf. Siete Partidas, Part. III, tit. VII, ley I.

24 Quéxome de vos el rey", Di Stefano, op. cit. n° 11, p. 117

25 "Retraída está la Infanta", M. Débax, op. cit. p. 347-359

26 A. M. Capdeboscq dégage en revanche nettement une évolution en ce sens pour la légende des Infants de Lara, op. cit.

27 selon l'affirmation de Don Juan Manuel (xivème siècle)

28 cf. là-dessus : G. Casalduero : La imagen delMonarca en la Castilla del siglo xiv, Madrid, Revista de Occidente, 1972

29 ibid. p. 6

30 cf. "Acababa el rey Fernando" (xviè s) ou "Atento escucha las quejas", (Urraca) et Jimena : "Grande rumor se levanta", ou "delante el rey de León".

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540