Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Le jardin de la fée dans Le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu

Isabelle Weill

Texte intégral

  • 1 Le Bel Inconnu, édité par G. perrie Williams, C.F.M.A., Champion, 1978.
  • 2 cf. les paroles de Robert, vers 3756-3758.
  • 3 je renvoie à l’article de J. Guthrie : “The Je(u) in Le Bel Inconnu : auto-Referentiality and Pseu (...)

1Le manuscrit n°472 du musée Condé de Chantilly contient essentiellement une collection de romans arthuriens dont le personnage central est Gauvain, chevalier célèbre pour ses nombreuses rencontres amoureuses et ses amours éphémères : nul ne s’étonnera d’apprendre que le héros, sans jamais s’en être rendu compte, ait eu un enfant de la fée Blanchemal dans une retraite ignorée de la forêt arthurienne : voilà les parents du jeune et beau chevalier que le roi nomme le Bel Inconnu ; c’est ce surnom qui sert de titre au roman consacré aux aventures du fils de Gauvain, au centre du même manuscrit1. Le fils, à l’opposé du père est un homme qui dédaigne les dames2 et le récit relate, outre ses prouesses, une éducation sentimentale qui trouve son aboutissement à l’Ile d’Or, domaine d’une deuxième délicieuse fée qui se trouve être le double de la fée mère. La scène d’amour, point culminant du récit, a lieu dans la chambre du palais, mais l’accord qui la précède prend place dans le jardin de la fée, jardin décrit comme un verger sarrasin, jardin dont les hommes semblent exclus, paradis perdu sitôt trouvé. Nous ne devons pas nous attendre à trouver un locus amoenus traditionnel, mais un élément descriptif relié à la thématique générale du récit fondée sur la déception, la frustration permanente dont souffre l’auteur et, par contrecoup son héros et ses lecteurs : en effet le roman s’insère dans une pseudo-autobiographie3, où le narrateur feint d’être la victime d’une dame cruelle dont il attend en vain un accueil favorable, triste destin sur lequel il décide de calquer celui de son héros.

  • 4 nous avons un poème en moyen anglais, Lybeaus Desconus, éd. Kaluza un poème italien, Carduino, d’A (...)
  • 5 le drap de soie du vers 2373 est censé combler de bonheur l’occupant du lit et Guinglain connaît l (...)

2Au départ du récit le sujet paraît fort classique : un jeune chevalier obtient du roi le don d’aller secourir la reine de Galles, pour qui sa suivante a demandé l’aide du meilleur chevalier de la Table Ronde ; après avoir subi des épreuves qualifiantes au cours d’un périlleux voyage, le jeune homme parvient au château de l’Ile d’Or, tue le gardien de l’entrée et obtient par là la main de la dame de la cité, une séduisante enchanteresse aussi provoquante que charmante qui cherche aussitôt “engin et art” pour le retenir. Pour accomplir sa mission initiale, le héros la quitte sans demander congé, sauve la jeune reine qui avait été métamorphosée en sprpent et accepte de la prendre pour femme. Le héros devrait alors s’estimer satisfait d’avoir échappé aux pièges de l’autre monde (Laurence Harf dans son beau livre sur les fées classe la dame de l’Ile d’Or dans le type “morganien”) et pourrait en toute logique prendre sa place dans un monde conforme au modèle arthurien décrit par E. Köhler dans L’Aventure chevaleresque, c’est à dire un monde apaisé et agrandi grâce à ses prouesses ; c est d’ailleurs ainsi que se termine l’oeuvre dans les trois versions étrangères4. la suite, imaginée peut-être par l’auteur supposé, Renaut de Beaujeu, est beaucoup plus originale : le héros, pris entre deux femmes auxquelles il a promis le mariage, va librement retourner chez l’enchanteresse et c’est là que se situe l’épisode du verger (vers 4289-4460) : nous avons déjà dit que ce prélude au bonheur contient en germe la perte du paradis, ce qui est conforme à la structure d’un roman où le discours narratif est aussi subverti : Renaut de Beaujeu introduit ses narrataires dans un monde arthurien “à l’envers” où les objets magiques n’ont aucune efficacité5, où les nains sont aussi beaux que nobles de coeur et de manières, où les traîtres sont intégrés sans discussion comme compagnons de la Table Ronde, où les belles amies des tournoyeurs professionnels sont des vieilles toutes ridées, où l’hôte discourtois se révèle être le serviteur fidèle, où la fée omnisciente ne sait pas qu’elle va perdre le héros, où le héros paraît porter les armes de son propre narrateur (alors que, dans la réalité du temps, un chevalier empruntait des armes fictives). Le Bel Inconnu n’est en rien traumatisé par son manque d’identité, découvre son ascendance sans affres et sans angoisse ; c’est un héros sans mémoire, nullement troublé d’avoir couché avec une jeune fille qui a au moins l’âge de sa mère, qui lui a rendu visite pendant toute son enfance et qui l’a même peut-être adoubé, enfin un héros qui se laisse manipuler par la suivante de la reine, la reine, l’écuyer, le sénéchal, la fée et le narrateur. On ne s’étonnera donc pas si la scène du verger ne soit pas conforme au topos classique.

  • 6 ces jardins sont annoncés puis décrits dans les chants XIV à XVII de La Jérusalem délivrée.

3Plongé dans le trouble et l’angoisse, Guinglain part rejoindre celle qu’il aime plus que tout au monde et dont il a dû se séparer sans pouvoir lui demander congé ; la dame, indignée de cette conduite peu courtoise commence par le repousser et Guinglain passe dans la ville basse une quinzaine expiatoire et purificatrice à se lamenter et pleurer, à vendre et distribuer tous ses biens. Cette pénitence prend fin avec l’arrivée d’une charmante messagère, porteuse d’une splendide robe, preuve qu’il entre ainsi en service d’amour. Elle enmène le héros rejoindre la fée, à l’endroit qui semble le plus élevé de l’île : c’est un thème qui sera encore repris au xvième siècle par Le Tasse avec les jardins enchantés que l’enchanteresse Armide, dernier avatar morganien, a créés par pure magie pour leurrer son prisonnier Renaud, tout en haut d’une des Iles Fortunées6.

  • 7 édition F. Lecoy, C.F.M.A., Champion, 1973.

4Ce verger se trouve protégé par une série d’enceintes circulaires successives. En sortant de la forêt, lieu des aventures arthuriennes, on arrive dans les prés où se trouvait la tente du gardien de l’entrée, puis il faut franchir, en empruntant une chaussée sur digue (les lices s’ornent des cent quarante trois têtes coupées des victimes de la “coutume” du droit d’entrée) ; ensuite l’enceinte, les hauts murs de marbre blanc et les cent tours de la ville. Guinglain et son guide montent les rues, traversent le palais de cristal et pénètrent dans un jardin entièrement clos de murs en marbre sculpté. Le terme qui désigne le lieu de la rencontre amoureuse semble plutôt verger (sept occurrences pour une cinquantaine de vers) que jardin (une occurrence). Ce rapport semble comparable à celui du début du Roman de la Rose (onze pour deux, vers 463-694), mais c’est un des rares points communs entre les deux textes7. En effet le jardin médiéval a hérité du jardin antique un idéal de fraicheur et de verdure (c’est le sens de l’étymon de verger, “viridianus”) : les ruisseaux d’eau courante, le gazon frais protègent de la chaleur et absorbent les rayons du dangereux soleil de midi et les arbres fruitiers donnent leurs fruits à côté des plantes et des herbes aromatiques ; c’est ce que nous trouvons dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, texte un peu postérieur au nôtre, tout le monde a à l’esprit la fontaine de Narcisse et l’herbe qui pousse épaisse et drue au bord de l’eau (vers 1521-1534), et les arbres, de toutes espèces, chargés de fruits (1321-1372) qui protègent l’herbe tendre des ardeurs du soleil. Mais relisons en traduction le passage en question dans le Bel Inconnu :

5“(Guinglain) suivit la jeune fille et s’engagea avec elle dans la rue qui montait vers le palais seigneurial. Une fois arrivés, ils traversèrent le palais pour en ressortir de l’autre côté, par une rue donnant sur un jardin de toute beauté, clos de murs de marbre admirablement décorés : il n’est rien de ce que Dieu a créé en ce monde qui n’y fût représenté en bas-relief, pour laisser passer le soleil, tout le mur était percé de fenêtres aux montants d’argent. Jamais jardin n’eût autant de charme ni de beauté, ni de richesse. Pas un arbuste de la création qui ne s’y trouvât, pour qui parcourait le jardin ! Et des quantités de lauriers, de figuiers, d’amandiers, de sycomores, de sapins, de palmiers, de néfliers, de grenadiers, de lauriers roses et de toutes sortes d’autres arbres. Il y poussait aussi la réglisse, l’encens et les épices de toutes sortes : pas une herbe aromatique de la création qui n’ait été abondamment plantée ans ce jardin : encens, girofle, zédoaire, cannelle, galingal, nard indique, pyrèthre, poivre, cumin. On y trouvait aussi des rosiers d’une espèce qui fleurit en toutes saisons. C’était un jardin plein de charme et de beauté, toujours bruissant du chant des oiseaux : alouettes, loriots, merles, rossignols et bien d’autres encore chantaient infatigablement. Et les odeurs ?-odeurs des épices, odeurs des fleurs qui se trouvaient là : on se serait cru au paradis.

  • 8 Traduction Perret-Weill, p. 77.

6Guinglain et l’élégante jeune fille qui se tenait toujours auprès de lui s’avançaient dans le jardin : ils arrivèrent près de la dame qui se tenait à l’ombre d’un olivier, entourée de jeunes filles et de jeunes femmes. Guinglain se trouvait enfin en présence de celle qu’il désirait tant !”8

  • 9 édition J.-C. Leclanche, C.F.M.A., Champion, 1980. vers 1787-1830.

7Notre jardin est en tout premier lieu un jardin “sarrasin” au centre d’une cité “sarrasine” étroitement fermée de hauts remparts et protégée par la mer, qui bat au pied de la forteresse (vers 1882) : avec son palais orné d’une escarboucle qui éclaire jour et nuit (vers 1913-1916), l’Ile d’Or offre l’attrait des citadelles arabes, symboles après les Croisades de luxe mais aussi de danger et d’interdit ; l’auteur du Bel Inconnu a pu se souvenir de Babylone, décrite dans Floire et Blancheflor9 ou des cités paiennes des chansons de geste. Le verger est décrit de façon beaucoup plus originale : il est uniquement composé d’arbres orientaux, de plantes tropicales ; nous ne trouvons aucun arbre fruitier commun dans nnos régions, alors que “l’ort” de l’émir de Babylone contient des poiriers, des pêchers, tous les arbres fruitiers possibles. Si les sapins, les néfliers et les rosiers peuvent aussi bien pousser en “Orient” que dans nos régions, on n’imagine pas le reste dans la mouvance galloise du royaume arthurien. Ces effets de listes de noms inconnus, cette accumulation paradigmatique nous plongent dans un monde de nulle part. On nous promet les parfums du paradis (vers 4329-4932) mais il est possible de décrypter le texte pour en faire d’autres lectures.

  • 10 Hist. Nat., II, XXII, 11.
  • 11 édition J. Gildea, Vilanova, 1967. L’auteur a aussi intégré son roman dans des confidences autobio (...)

8Le jardin de la fée abonde en herbes hautes, découpées en lanières (le cumin), voire piquantes et raides (le nard), épineuses (la girofle) ; la réglisse, nous dit Pline10, a des feuilles hérissées de piquants, grasses et gluantes... On peut évidemment m’opposer qu’un poète comme Victor Hugo, lorsqu’il évoque dans “Booz endormi” le “frais parfum des touffes d’asphodèles” n’utilise que la magie des mots, même si la la réalité botanique est (comme c’est le cas pour les asphodèles) fort différente ; mais notre jardin ne laisse aucune place à un tapis épais de gazon frais (les amants prendront place sur une couverture de soie grise ; vers4362), alors que d’autres passages, beaucoup plus idylliques, montrent le héros reposant sur l’herbe des prés fleurant bon le frais, sa jeune compagne reposant sur son bras et un rossignol chantant au-dessus de leurs têtes (vers 596, 624-630, 980). C’est un jardin sans gazon, sans source d’eau vive ; on est loin du jardin de Babylone, au centre duquel sourd une fontaine “en un prael, et clere et saine” (Floire, vers 2041-2044). C’est un jardin mal clos, mal protégé de la canicule puisque les murs sont troués de fenêtres pour laisser passer la chaleur. On y entend bien le chant des oiseaux : ces simples passereaux de nos contrées sont bien ceux que l’on retrouve comme messagers de l’amour chez les trouvères et dans les romans ; Partonopeu de Blois11, dont Renaut de Beaujeu semble s’être inspiré, s’ouvre sur une reverdie de soixante dix vers environ : les chants de l’alouette, du rossignol et du loriot nous rappellent qu’il faut nous abandonner à l’amour. Floire lie par deux fois le chant des oiseaux et le bonheur d’aimer (vers 632-647 et 1998-2006) mais le Bel Inconnu se contente d’indiquer que ce chant ne prend jamais fin.

  • 12 Juges, 9, 8-15.
  • 13 Zach, 1V, 3, 11, 13 ; Apoc., XI, 14.
  • 14 Marc, XI, 12-14.
  • 15 Isaïe, I, 29.
  • 16 Jérémie, I, 11.

9Ce n’est donc pas le jardin de la fine amor, mais est-ce un nouvel Eden, comme semble se l’imaginer Guinglain en y entrant (vers 4331-4332) ? Tout ce plantaire est abondamment cité dans la Bible : la fée s’ombrageant sous un olivier semble bien, sinon une image du Créateur, du moins une figure du pouvoir, car c’est au centre du paradis terrestre qu’était placé l’arbre de vie, symbole d’immortalité et l’olivier est le premier arbre cité dans l’apologue de Yotam12, juste avant le figuier, pour l’élection du roi parmi les arbres ; l’olivier est partout un symbole de fécondité, de prospérité, de protection pacifique13. Les lauriers-roses qui fleurissent près des cours d’eau symbolisent la sagesse et les palmiers (il leur faut au moins des eaux souterraines pour supporter le climat du désert) évoquent la jeunesse, la réjouissance et le triomphe dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Le figuier représente la force et le Christ maudit le figuier sans fruits, qui se déssèche inutilement14. Les sycomores abondent en Palestine (le publicain Zachée s’était caché dans les ramures d’un de ces arbres) et les térébinthes étaient les arbres sacrés et adorés dans le culte cananéen de la fécondité15. Le grenadier est l’emblème de la vie, de la puissance de renouvellement (sur un bas-relief assyrien qui se trouve au musée du Louvre, le roi Sargon tient trois grenades, debout devant l’arbre sacré au centre du monde), et le Cantique des Cantiques célèbre le vin de grenade. L’amandier est le signe de la vigilance et du zèle et Jérémie16 fait du rameau d’amandier le symbole de la parole accomplie. Les roses abondent dans le jardin du Cantique des Cantiques, c’est la fleur de la Vierge, et l’encens, brûlé en l’honneur de la divinité depuis l’antiquité, symbolise la prière. Nous connaissons le nard, ce parfum coûteux que verse Madeleine sur les pieds du Christ, luxe qui excite la colère de Judas. Cette lecture permet même de justifier l’absence d’eau : la fée et le jardin ne font qu’un et comme dans le Cantique des Cantiques, la fée est une source (source centrale commutant dans les textes avec l’arbre central) :

“Tu es un jardin verrouillé, ma soeur, ô fiancée ;
une source verrouillée,
une fontaine scellée !...
...Je suis une fontaine de jardins,
un puits d’eaux, courantes,
ruisselant du Liban !
Eveille-toi. Aquilon ! Viers, Autan !
Fais respirer mon jardin,
et que ses baumes ruissellent !
Que mon chéri vienne à son jardin
et en mange les fruits de son choix !...” (4, 12-16)

  • 17 La légende Arthurienne, édition établie sous la direction de D. Régnier-Bohler, Bouquins, Laffont, (...)
  • 18 ibid., p. 009
  • 19 Erec et Enide, éd. M. Roques, C.F.M.A., vers 6161 sq.
  • 20 édition Micha, tome III, XXV, 11-21. On peut noter que Keu d’Estraus est cité parmi les chevaliers (...)

10D’après ce savoir inscrit dans le texte (cette lecture est soutenue par le rappel de la création et l’allusion au paradis ; vers 4304-4305 et 4332), ce jardin paraît une promesse de vie immortelle ; mais un chevalier de la Table Ronde aspire-t-il à une éternité de délices, fût-ce en compagnie de la bien-aimée ? Pensons aux autres compagnons d’Arthur, aucun ne peut demeurer en repos, et examinons un épisode célèbre d’Erec (c’est aussi une des sources de notre texte), celui de “la joie de la cour” : une jeune magicienne a enfermé son ami dans un jardin clos de murs invisibles et là, tout comme ce sera le cas dans l’Ile d’Or, il n’y a ni gazon, ni source vive. Le jardin a beau être un lieu de vie pour les femmes, la protection qu’ils offrent n’est pas suffisante : dans le livre de Daniel, le jardin de la chaste Suzanne contient des frondaisons assez épaisses pour cacher les vieillards lubriques qui ont profité de l’ouverture des portes du parc ; et dans notre roman, une jeune fille, descendue le matin dans le jardin de son père pour s’y déduire se fait enlever par un géant qui avait trouvé la porte déverrouillée et qui s’était caché sous l’entrée (vers 892-897). On retrouve ce même motif dans les Merveilles de Rigomer, roman arthurien figurant dans le même manuscrit que notre texte17. Toujours dans Rigomer, Lancelot est hébergé sous la tente d’un chevalier, dans un endroit isolé, près d’une tour écroulée au milieu d’un jardin plein de fleurs et d’oiseaux. Cet homme dit s’appeler Maudin le jardinier : “Mon surnom me vient de ce que souvent avec mon amie je me plais à séjourner dans le jardin.”18 la Voilà un surnom peu banal pour un guerrier, surnom qui en dit long sur la façon dont on devait juger les goôts de Maudin.... Il suffit de prêter attention aux lamentations de la jeune fille de l’aventure de “la joie de la cour” en voyant son ami libéré19, lamentations reprises, au siècle suivant, dans le Lancelot en prose, par la femme de Keu d’Estraus20 et par la fée Morgane, lorsqu’elles apprennent que les chevaliers infidèles du Val sans Retour vont pouvoir quitter leur prison, pour comprendre que l’idéal de vie du guerrier est incompatible avec la prison amoureuse, dans un jardin clos au coeur du monde magique... Au xvième siècle, la Jérusalem délivrée dénoncera l’esclavage d’amour qui retient le chevalier Renaut dans les jardins de la magicienne Armide comme un scandale troublant l’ordre du monde chrétien et la Providence en personne tiendra à s’occuper de la délivrance du héros, au grand désespoir de la malheureuse Armide.

11Un jardin, au moyen âge, est forcément un jardin médicinal et il est curieux de noter que notre fée, si elle déclare connaître les arts libéraux, les enchantements et la divination (vers 4937-4947), n’a pas l’air de posséder de connaissances médicales. Mélior, la fée amie de Partonopeu de Blois n’a pas cette ignorance :

“Apres apris tote mecine :
Quanqu’est en herbe et en racine,
Et d’espisses, de lor valor ;
Et de tos maus tote la cure
Et l’ocoison et le nature ;
Fesique ne puet mal garir
Dont je ne sace a cief venir.” (4596-4604)

  • 21 Hist. Nat., XII, 41-42.

12Le verger de la “Joie de la Cour” contient aussi des plantes guérisseuses (vers 5709-5714). La liste des herbes “de bonté” camoufle peut-être un savoir caché et nous pouvons faire une autre lecture, toute médicale, du plantaire de Blanches Mains. Les vertus de ces plantes sont connues depuis les anciens, Pline, Celse, Dioscoride et Galien. Toutes ces plantes ont une caractéristique commune : elles agissent sur le système nerveux. Ces plantes sont toniques et stimulantes (la canelle, le cumin, la girofle), le zèdoaire), sinon aphrodisiaques (le pyrethre, chez Ovide) ou enthousiasmantes (l’encens), astringentes (le cumin, l’olivier, le figuier, le sycomore, le grenadier et le laurier-rose), révulsives (le sapin et le pyrèthre. Elles sont vermifuges (le pyrèthre, la grenade et la figue de sycomore), laxatives (la réglisse), purgative (les figues), vomitives (le laurier-rose). Certaines de ces plantes, selon les doses, sont connues pour être fort dangereuses : certains lauriers, à l’odeur d’amande amère, contiennent du cyanure (on a de tous temps su que c’était du poison), les grenadiers contiennent des alcaloïdes et provoquent des troubles nerveux, les poivriers provoquent des eruptions et le pyrèthre est sternutatoire. Presque toutes ces senteurs, tous ces goûts, se caractérisent par l’amertume (les amandes, le nard, le zédoaire, l’encens, le laurier-rose), et l’apreté (les figues, le cumin, les nèfles qui sont acres et piquantes). Mais la racine de réglisse a des vertus adoucissantes, et à des doses différentes, le pyrèthre est antispasmodique et le nard un sédatif du système nerveux. La cannelle semble un remède universel signalé par tous les anciens depuis Pline21. Notre fée a donc chez elle de quoi pratiquer une médecine fort efficace pour soumettre à son pouvoir celui qu’elle désire.

13On peut également interpréter l’absence d’eau à la lumière d’un autre savoir, “l’ingremance”, un des savoirs que la fée consent à avouer. Blanches Mains, dans les heures qui suivent la rencontre au jardin, va se révéler capable de créer une rivière par pure magie. Elle agit ainsi (vers 4547-4578 et 4892-4918) pour paralyser Guinglain et lui faire connaître les affres de la noyade au seuil de sa porte afin de le punir de la honte qu’il lui avait causée. Cet enchantement, lié à la divination par l’eau, la plus élémentaire des pratiques magiques, est généralement utilisé, soit pour se protéger dans un espace clos, soit pour retardes au cours d’une fuite des poursuivants indésirables. On trouve des exemples de ces agissements dans des textes du xiii et du xivème siècle : au début du Roman d’Eustache le Moine, un “viex barbés” de Tolède, fait un “conjurement” pour sauver ses compagnons, poursuivis par les bourgeois de Montferrant à qui Eustache vient de jouer un bien vilain tour :

  • 22 édition Fr. Michel, 1864, vers 108-117.

“Et une riviere descent
Grans et lee, parfonde et noire,
Graindre que n’est Sainne ne Loire,
Entre les clers et les borgeois.
Li borgois furent en esfrois,
Il s’en retournerent arriere.
Tousdis les sivoit la riviere,
Adiés lor batoit as talons ;
Il aloient a reculons,
Car de noier paor avoient....22

  • 23 op. cit., tome VII, VIa, 12.
  • 24 tome III, XXIII, 6-7.
  • 25 édition Jane H. M. Taylor, Droz, 1979, p.161-165.

14On peut penser aussi à la description du lac de la fée Niniene, au début du Lancelot en prose, pur mirage créé par enchantement pour protéger les demeures et jardin de la dame, dans une plaine parcourue par une rivière poissonneuse23. On retrouve le motif de la rivière et du pont réduit à une planche dangereusement étroite dans l’épisode du “Val sans Retour”24 ; Lancelot, grâce à l’anneau magique de la dame du lac, se rendra compte qu’il s’agit là d’un pur enchantement25. Dans le Roman de Perceforest, l’enchanteur Darnant, qui par ses incantations arrive à posséder toutes les dames des environs, crée une rivière pour pouvoir poursuivre tranquillement sa chasse au cerf sous les yeux d’Alexandre et de ses chevaliers : cette rivière se perd dans la forêt, domaine de l’enchanteur dont aucun chevalier n’est jamais revenu : on ne sait même pas s’il s’agit d’une prison ou d’un lieu de “grans deduitz”...25

15L’autre monde celtique est toujours séparé du monde réel par une frontière liquide : l’eau et la femme-fée sont indissolublement liées tout comme le jardin et l’élement féminin ; et tout comme la rivière magique, le jardin-paradis (“parridaeze” est un mot persan signifiant “enclos”, “mur de clôture”) protège les femmes du monde hostile des guerriers. Guinglain, retrouvant dans ce lieu la bienaimée, croit accéder au bonheur :

“Or voit Guinglains ço qu’il voloit.” 4341

16Notre héros se retrouve le seul homme dans un lieu rempli de femmes ; il va bien s’asseoir à l’écart auprès de son amie (vers 4361-4363), mais est-il possible de parler de solitude à deux quand les jeunes suivantes ne cessent de fixer le chevalier tant elles le trouvent à leur goût ?

17Ce jardin n’est pas un lieu d’amour et d’accomplissement, c’est un lieu d’échange de paroles aigres-douces sans communication possible.

18L’interrogatoire serré que fera subir la reine Guenièvre dans le verger du camp de Galehaut sera également quelque peu sadique, mais cet entretien se conclura sur un baiser de la reine, prélude à un amour total. Nous ne verrons aucun baiser dans le Bel Inconnu (si ce n’est le baiser à la serpente...), nos deux amants ne parleront que de souffrances, de perte, de mort prochaine ; la dame refuse d’avouer son amour, elle se sent contrainte de lui “celer son cuer”, de lui “celer son corage” et se contente de jouer le rôle de la roue de la fortune, en élevant Guinglain après l’avoir abaissé (vers 4441-4444) : on verra bien le résultat (vers 4444). Les amoureux échangent de doux regards, la dame regarde le beau visage du héros mais lui trouve un défaut rédhibitoire :

“Molt mar i fu vostre proece,
Vostre sens et et vostre largece,
Qu’en vos n’a rien a amender
Fors tant que ne savés amer.
Mar fustes quant ne le savés ;
Totes autres bontés avés,
Et je vos di en voir gehir,
....Plus vos amaisse que nului
Se vos iço faire saviés.” (4426-4437)

  • 26 op.cit., p. 979.

19Ne pas savoir aimer, voilà le reproche majeur dans l’univers courtois : dans Rigomer, un chevalier blessé annonce à Lancelot que, pour conjurer les “merveilles”, il faudra attendre la venue du combattant qui sera le plus courtois et qui saura le mieux aimer les dames26.

  • 27 édition C. Régnier, Klincksieck, vers 676-679 et 688-691.

20Dans la Prise d’Orange, Guillaume et Guielin se croyaient au paradis auprès de la belle Orable et souhaitaient pouvoir ne jamais la quitter27 ; notre héros qui, à l’île d’Or, a tout ce qu’il veut quand il le veut (vers 5321 et 5330), sort du palais pour chasser en forêt et en étang mais ne retourne jamais dans ce verger où il n’a finalement pas été heureux. Pourtant nous avons vu que dans les haltes de sa quête, Guiglain savait apprécier les détentes nocturnes, sur l’herbe ds prés et sous la lune, au chant du rossignol : mais le pré, lieu de transition entre la forêt des aventures et le jardin des délices, suffit à notre chevalier - l’instant a plus de valeur que l’éternité...

21La fin de notre roman paraît d’abord décevante : le héros quitte la fée pour se retrouver marié à la reine de Galles... Mais l’auteur, sous des apparences trompeuses, exprime un lieu commun du roman d’aventures : la chevalerie, le devoir social, la vie réelle sont irrémédiablement incompatibles aves l’amour qu’exigent les femmes... et c’est là la signification profonde de ce verger subverti. A force de vouloir se démarquer des schémas traditionnels, l’auteur rejoint un thème éternel : Ariane pleurant Thésée dans son île, Armide (le personnage finalement le plus sympathique du poème du Tasse) seule en haut de son île Fortunée, sont bien les soeurs de notre belle. Renaut de Beaujeu a beau nous jouer en prétendant le contraire, la fin qui laisse Guinglain marié à Blonde Esmerée est la fin normale, heureuse et souhaitable.

Notes

1 Le Bel Inconnu, édité par G. perrie Williams, C.F.M.A., Champion, 1978.

2 cf. les paroles de Robert, vers 3756-3758.

3 je renvoie à l’article de J. Guthrie : “The Je(u) in Le Bel Inconnu : auto-Referentiality and Pseudo-Autobiography”, Romanic Review, 1984, (75-2), 147-161.

4 nous avons un poème en moyen anglais, Lybeaus Desconus, éd. Kaluza un poème italien, Carduino, d’A. Pucci. xivème siècle et un poème en moyen haut allemand, Wigalois, de Wirnt von Gravenberg.

5 le drap de soie du vers 2373 est censé combler de bonheur l’occupant du lit et Guinglain connaît là l’expérience la plus frustrante possible. Pour le reste des exemples, je renvoie à l’introduction de la traduction du Bel Inconnu, par Michèle Perret et Isabelle Weill, à paraître fin 1990 chez Champion, p. 13.

6 ces jardins sont annoncés puis décrits dans les chants XIV à XVII de La Jérusalem délivrée.

7 édition F. Lecoy, C.F.M.A., Champion, 1973.

8 Traduction Perret-Weill, p. 77.

9 édition J.-C. Leclanche, C.F.M.A., Champion, 1980. vers 1787-1830.

10 Hist. Nat., II, XXII, 11.

11 édition J. Gildea, Vilanova, 1967. L’auteur a aussi intégré son roman dans des confidences autobiographiques où il ne dit que du bien des dames. Partonopeu devient l’amant d’une fée dans une île et la perd le jour où il ne fait plus ses volontés.

12 Juges, 9, 8-15.

13 Zach, 1V, 3, 11, 13 ; Apoc., XI, 14.

14 Marc, XI, 12-14.

15 Isaïe, I, 29.

16 Jérémie, I, 11.

Les citations sont tirées de la Traduction oecuménique Biblique.

17 La légende Arthurienne, édition établie sous la direction de D. Régnier-Bohler, Bouquins, Laffont, 1989. Cf. l’aventure de la fille du roi de Dessemoune, p. 1005.

18 ibid., p. 009

19 Erec et Enide, éd. M. Roques, C.F.M.A., vers 6161 sq.

20 édition Micha, tome III, XXV, 11-21. On peut noter que Keu d’Estraus est cité parmi les chevaliers d’Arthur dans notre texte (vers 50) et que, dans notre passage, la beauté de la fée Morgane (vers 4349) sert de référence.

21 Hist. Nat., XII, 41-42.

22 édition Fr. Michel, 1864, vers 108-117.

23 op. cit., tome VII, VIa, 12.

24 tome III, XXIII, 6-7.

XXIV, 17.

25 édition Jane H. M. Taylor, Droz, 1979, p.161-165.

26 op.cit., p. 979.

27 édition C. Régnier, Klincksieck, vers 676-679 et 688-691.

Auteur

Université Paris X - Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter