Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Les simples et les jardins

Geneviève Sodigné-Costes

Texte intégral

1Il est indéniable que le jardin joue un rôle de premier plan dans la littérature médiévale. Lieu de la rencontre, de l’amour ou de l’aventure, il est aussi un lieu protégé ou les protagonistes aiment à s’ébattre et à se reposer. Lieu fermé, il est le réceptacle de la parole, du signe, du message.

  • 1 voir A. Labbé, L’architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste, Paris-Genève 1 (...)

2Il est dès lors logique que l’aménagement d’un tel espace soit de première importance. Mais cet espace est, en rapport avec la mentalité médiévale, polysémique. A la fois espace végétal, directement lié au monde sublunaire, il est aussi lieu symbolique, en osmose avec les représentations mythiques et les influences cosmiques1. En d’autres termes, il est investi, en continu, d’une entité symbolique. La littérature médiévale, et en particulier la littérature courtoise rend compte de cet aspect multiforme et multi-signifiant du verger. A côté de listes de plantes, ornatio du jardin comme de l’écrit, le monde vivant du jardin, véritable microcosme a les yeux tournés vers un ailleurs que la poursuite du récit explicitera sur le plan imaginaire.

3La problématique du présent travail est de fournir une ébauche concernant à la fois la formation et la réalisation d’une telle mentalité, en interrogeant quelques textes traitant de plantes et de jardins d’un point de vue encyclopédique et savant.

4Comprise dans l’histoire d’une botanique née de l’Antiquité, l’analyse de ces textes permet de tracer plusieurs lignes de force de ce que l’on pourrait nommer un imaginaire botanique. Le terme de botanique lui même pose un problème car il est difficile, après les travaux de Linné par exemple, de l’appliquer à ce que pouvait être l’étude des végétaux dans l’Antiquité puis au Moyen Age. S’il est clair que, depuis les origines, le végétal est associé à la vie de l’homme pour sa subsistance, c’est l’élément médicinal qui sera un des supports de la tradition savante.

5La thérapeutique, à l’époque latine, telle que nous pouvons la trouver par exemple dans l’Histoire Naturelle de Pline, comportait des recettes à base de minéraux, d’animaux mais surtout de plantes. Le livre XX de l’Histoire naturelle traite des remèdes tirés des plantes des jardins. Pratiquement tous les végétaux ont des vertus médicinales, les légumes comme les autres. Il est parfois difficile de faire la distinction entre les deux catégories. Cependant Pline cite son ami Antonius Castor qui cultivait des espèces médicinales et chez qui l’auteur allait examiner les plantes qu’il décrivait :

  • 2 Nobis certe, exceptis admodum paucis, contingit reliquas contemplari scientia Antoni Castoris, cui (...)

Nous, du moins, à l’exception d’un tout petit nombre, nous avons eu la chance de les examiner toutes, grâce à la science d’Antonius Castor, la plus grande autorité du temps dans cette partie, en visitant son petit jardin, où il en cultivait un grand noabre...2

  • 3 Pline H.N. XXIII, 115-116.

6Ceci indiquerait déjà que des botanistes cultivaient des espèces à des fins scientifique, médicale ou simplement botanique. Pline compare souvent les propriétés des plantes sauvages et cultivées. Les arbres sauvages, par exemple, ont plus de vertu thérapeutique que les arbres des jardins, mais cela au détriment de leur goût et de leur valeur nutritive : les poires sauvages sont aigres mais sont plus efficaces pour soigner les maux de ventre3. Pline a repris les connaissances des médecins de son temps, qui elles-mêmes reposaient sur les traditions des rhizotomes grecs, et les travaux des agronomes tels Caton, Varron, Celse et Columelle.

7Dioscoride d’Anazarba, médecin renommé du premier siècle après J.C, a élargi la botanique et la connaissance des plantes, il a décrit la morphologie et les propriétés thérapeutiques d’environ six cents espèces ; son influence a été très grande dans toutes les encyclopédies botaniques des siècles suivants, pendant tout le Moyen Age et jusqu’au xvie siècle.

8On peut, dans cette direction, déterminer un corpus type pour l’époque médiévale.

  • 4 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XVII, ed. J. ANDRE, Paris, les Belles Lettres, 1981.

9Isidore de Séville, s’il ne connaissait probablement pas directement l’oeuvre de Pline, s’inspire de anciens agronomes latins et de Dioscoride. Son livre XVII des Etymologise4 est constitué en grande partie par une liste de noms de plantes avec leur étymologie, leur description et leurs propriétés ; un chapitre est intitulé “De herbis aromaticis sive communibus”, un autre “De oleribus” et un troisième “De odoratis oleribus” . Il apparaît ici encore, dans cette encyclopédie du début du septième siècle, que les plantes alimentaires cultivées sont douées de propriétes thérapeutiques.

  • 5 Macer Floridus

10Le De viribus herbarum5 ouvrage du xe siècle, attribué à Odon de Meung, aura une influence considérable au Moyen Age, en particulier sur des encyclopédistes comme Barthélemi l’Anglais ; son auteur se faisait appeler Macer Floridus en souvenir d’Aemilius Macer, ami de Virgile, auteur d’un poème sur les oiseaux, les serpents et les plantes. Dans ce traité, Macer décrit les vertus des plantes en s’inspirant des auteurs et des médecins antiques, principalement de Dioscoride. Là encore, dans ce poème qui se veut didactique l’auteur note, à propos du chou :

  • 6 Caulis Romana, Graecorum brassica lingua
    Dicitur ; hic quamvis passim nascatur in hortis
    Est tamen i (...)

Quoique ce soit une plante vulgaire de nos jardins, le chou ne laisse pas d’avoir un grand nombre de vertus salutaires. Suivant Caton, les romains l’employèrent comme médicament pendant six cents ans. Ce ne fut que très tard que la Médecine a été chez eux réduite en art, et jusque là ils se bornaient à demander aux légumes de leur jardin des secours contre les maladies du corps.6

11Les textes encyclopédiques médiévaux, dont l’éclosion se fait à la fin du douzième siècle et au treizième siècle, contribuent, par le système de la compilation à diffuser et à approfondir cette tradition. Dans ces ouvrages, il y a toujours dans les descriptions de l’univers un chapitre ou un livre sur le monde végétal, qu’il s’agisse de végétaux exotiques ou indigènes. Les sources sont presque toujours les auteurs classiques, le plus souvent Pline ou Dioscoride. De façon générale les plantes de jardin sont mentionnées avec les autres.

  • 7 Alexandre Neckam : De naturis rerum, ed. Th. Wright, Londres 1863.

12Alexandre Neckam réserve un chapitre de son encyclopédie, le De naturis rerum7, aux végétaux poussant dans les jardins (De herbis et arboribus et floribus horto crescentibus), il y mélange plantes exotiques et indigènes créant un jardin idéal dans lequel pousse même la mandragore.

  • 8 Barthélemi l’Anglais traduit par Jean Corbechon Livre des proprietez des choses ms. Fr. 22531 Bibl (...)

13Le livre XVII de l’encyclopédie de Barthélemi l’Anglais De proprietatibus rerum, écrit entre 1240 et 1260 et traduit pour Charles V par Jean Corbechon8, fournira de nombreux exemples de plantes et de simples cultivés dans les jardins.

  • 9 De vegetalibus. Lib VII, Tract. II, cap II, Ed. Ernest Meyer, Berlin 1867.

14Il faut aussi, bien entendu, considérer une tradition qui se veut plus authentiquement savante et dont l’exemple le plus significatif au Moyen Age est le De vegetalibus d’Albert le Grand9. Ici encore on trouve des conseils pour sélectionner des plantes et agencer un jardin. Ainsi, dans un chapitre intitulé De his quae per cultum domesticantur in agro hortulano, on trouve des conseils pour établir un jardin de fleurs d’herbes et de légumes.

15Parallèlement à cette tradition savante et demi-savante la culture même des simples a inspiré de nombreux traités.

16Après la période latine, et après les temps troublés des invasions barbares, dès le sixième siècle, les études des plantes médicamenteuses se font dans les monastères d’Orient et d’Occident : en effet les établissements charitables sont attachés à des institutions religieuses et les moines possèdent des herboristeries, les plantes alimentaires et médicamenteuses sont énumérées dans les réglements des communautés. Cependant, les plantes utilisées pouvaient provenir de contrées diverses, souvent de pays lointains, ce que l’on appelait “les épices” servaient aussi de médicaments et avaient évidemment d’autant plus d’action qu’elles étaient plus rares et plus chères. Nous ne parlerons pas de celles ci mais des plantes que l’on disait faire pousser dans les jardins et qui servaient à soigner les maladies.

  • 10 in Capitularia Begum Prancorum, ed Alfredus Boretius, Hannover, 1883, 90. (Monumenta Germaniae His (...)
  • 11 Edité dans Migne : Patrologie latine, Tome 113, 1119-1130.
  • 12 La liste des plantes citées est la suivante : sauge, rue, aurone, courge, melon, absinthe, marrube (...)

17Les documents qui subsistent du temps de la renaissance carolingienne ont été maintes fois décrits ; il s’agit de la liste des plantes cultivées dans les villas impériales, en particulier le capitulaire De villis imperialibus10. Le plan du jardin de l’abbaye de Saint-Gall décrit l’emplacement et la répartition des simples dans les plates-bandes. Il est très difficile, en fait, de séparer culture et écriture ; bien souvent, la culture des simples, les conseils en vue de l’élaboration d’un jardin sont aussi prétextes à écrire sur les végétaux et a donner des informations savantes ou encyclopédiques. Ainsi se comporte l’Hortulus de Walafridus Strabo (né en 806 ou 807, mort en 849), moine à Fulda et Saint-Gall, abbé de Reichenau. Son texte11, fortement inspiré de poésie et de mythologie latines, chante les vertus des plantes qui poussent dans son hortulus, terme qui renvoit entre autres à l’hortulus de l’ami de Pline. La plupart des plantes sont citées pour leurs propriétés médicinales12.

  • 13 Montibus et Silvia, pratis et vallibua imis Betonicae pretiosa licet collect jo cunctis Paene loci (...)

18Il note que certaines plantes sauvages sont améliorées par la culture, ainsi les propriétés de la bétoine, commune dans les bois et les prés sont augmentées par la culture dans les jardins13.

  • 14 Dr Henri Leclerc : Le petit jardin de Walahfrid Strabus Paris, A. Legrand 1933.

Bien que sur les montagnes et dans les forêts, dans les prés et au fond des vallées, bien que presque en tous lieux abondent, ça et là, de précieux amas de betoine, cependant notre jardin en possède aussi et lui apprend à s’améliorer dans une terre cultivéel14.

  • 15 Pietro de Crescenzi : Cy sont les rubrices du livre des prouffitz champestre et ruraux cy après es (...)

19C’est dans le même ordre d’idée que s’inscrit l’œuvre de Piet ro de Crescenzi, que l’on appelle en France Pierre de Crescens et qui vécut entre 1230 et 1320. Il écrivit un ouvrage sur l’agriculture : Opus ruralium commodorum qui fut traduit en fançais en 1373, à la demande de Charles V sous le titre : Livre des prouffitz champestres. L’auteur s’inspire d’Albert le Grand en de nombreux points, en particulier dans la description des espèces ; le livre huit qui est consacré à l’art des jardins est intitulé : Ce suyt le huytiesme livre lequel traicte des vergiers et iardins et de l’ordonnance et delectation d’iceulx15. On y trouve la description d’un petit verger d’herbes, d’un jardin destiné aux moyennes personnes, et enfin un long chapître consacré aux jardins royaux et à ceux des très nobles seigneurs.

20Si l’intention des auteurs est avant tout de décrire les propriétés des plantes, il semble, à la lecture des textes, que leur écriture les emporte souvent loin de leur démarche déclarée. Bien souvent, ces plantes que nous appellerons pour plus de commodité des plantes médicinales, ne sont pas là exclusivement pour leur action thérapeutique ; elles participent soit à un imaginaire sur les plantes qui remonte à l’Antiquité et s’est christianisé ensuite, soit à des thèmes qu’il faut bien appeler littéraires même si nous nous trouvons ici dans des ouvrages encyclopédiques se voulant scientifiques : esthétisme, symbolisme etc...On aboutit ainsi à un curieux mélange des genres où la technique agricole, le mythe, la poésie, les propriétés botaniques se mêlent pour offrir au lecteur un panorama complexe à cerner ; c’est ce que nous allons essayer de montrer en quelques exemples.

21Dans ces textes qui décrivent des jardins d’agrément, on remarque la présence de plantes médicinales. Elles sont citées au même titre et sur le même plan que les fleurs qui sont là pour leur couleur et pour leur odeur. Alexandre Neckam écrit :

Hortus debet ornari hinc rosis et liliis, solsequio, violis et mandragoris, inde petroselino, et costo, et maratro, et abrotano, et coriandro, salvia et satureia, hysopo, menta domestica, ruta, ditanno, apio, piritro, lactuca, nasturtio horto-lano, pionia.

22Les plantes concourant à l’ornement du jardin ne sont pas citées au hasard, les fleurs sont celles de la tradition esthétique antique, de la tradition courtoise médiévale : la rose et le lis sur lesquelles nous reviendrons ou bien des plantes magiques liées à des traditions de type hermétique telles le tournesol, la mandragore ou la pivoine.

23Albert le Grand fait un sort particulier à certaines herbes aromatiques qui, en plus de leurs propriétés médicinales (longuement décrites dans un chapitre précédent) sont recommandées pour leur agrément : Ad delectationem autem plantatur salvia et ysopus et ruta frequentius.

  • 16 Le vergier par compasseüre
    fu toz de droite quarreüre,
    s’ot autant de lonc con de large. Ed. Lecoy v (...)

24Pierre de Crescens suit en cela son maître ; il privilégie dans son jardin le plaisir et l’agrément, on ne peut s’empêcher de songer au jardin du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris16 :

Se l’en peut, il est bon que le vergier soit quarre et s’il est si grand qu’il suffise, on plantera a l’environ herbes aromatiques et de souefve odeur comme basilicon, saulge, ysope, mariolaine, sarriette, mente et leurs semblables et aussi aultres pour avoir des fleurs comme rosiers, violettes, lys, flambes et telles autres herbes....Apres les mottes, il y aura grant compagnie d’herbes medicinables et diverses et de noble odeur, car elles prouffitent et aydent et nompas seulement pour l’odeur mais aussi pour ce que elles delectent la veue pour la diversite des couleurs...

25Il y a dans ces textes une nouvelle idée, une nouvelle dimension des plantes médicinales : elles sont destinées à plaire, leur fonction passe par les rites de l’esthétique médiévale, elle passe par les sens, ici la vue et l’odorat. Cette fonction esthétique se retrouve incidemment dans le De proprietatibus rerum de Barthélemi l’Anglais, que nous citons dans la traduction de Jean Corbechon. Au chapitre intitulé : Du lieu ou est plantee la vigne, la description du vignoble inclut des réflexions esthétiques :

...en yver (la vigne) est moult pale et moult laide et en este elle est moult verte et de bonne odeur et par especial quant elle fleurit... La vigne donne grant delit a la veue par sa verdure et au nes par son odeur et au goust par sa saveur et au tast par sa sueur. (Folio 320b)

26La vigne, il faut le remarquer, au delà de ses propriétés alimentaire et médicinale, participe aussi à la beauté et à l’agrément des jardins. Elle est chargée d’une aura esthétique, en effet Pierre de Cressens dit encore :

Et aussi on n’y doit point mettre maulvais arbres comme noyers et les semblables, mais doulx arbres et aromatiques en fleurs et plaisans en umbre comme sont vignes, pommiers, poiriers, pruniers, pommiers de grenate, lauriers, cypres et les semblables.

27Cette idée de la beauté de la plante court tout au long de l’encyclopédie de Barthélemi, il décrit ainsi les fleurs des arbres :

... par leur odeur elles recrent les esperis, par leur saveur elles donnent delectation au goust, par leur couleur elles donnent plaisir a la veue, par leur souefvete elles plaisent au sens du toucher et par leur vertu elles guerissent de plusieurs maladies. (Folio 292)

28Beauté et bonté vont de pair comme la beauté des créatures reflète la bonté du Créateur.

29Albert le Grand place dans son jardin trois plantes destinées à l’agrément et au plaisir (Ad delectationem autem plantatur salvia et hysopus et ruta.). La sauge, l’hysope et la rue apparaissent aussi dans la liste d’Alexandre Neckam et dans le verger de Pierre de Crescens. Ce sont trois plantes qui sous-tendent une symbolique qui n’est pas explicitée dans les encyclopédies mais que l’on peut pourtant essayer de mettre en évidence. Elle révélera en même temps l’influence de la mentalité et des croyances contemporaines sur les rédacteurs de ces ouvrages.

30La sauge, au Moyen Age, jouissait d’une très grande réputation, c’était en grande partie à cause de son nom, on sait l’importance du nom à cette époque. Salvia est celle qui sauve, un vers fameux d’un livre de médecine de l’Ecole de Salerne commente ce fait :

31Salvia salvatrix, naturae conciliatrix.

  • 17 Flos medicinae scholae salerni Ed. Salvatore Renzi Collectio Salornitana, Naples, 1859.

32Et, dans un adage fameux, les médecins salernitains se demandaient comment l’homme pouvait mourir quand il cultivait de la sauge dans son jardin : Cur moriatur homo cui salvia crescit in horto ?17

33La sauge est placée dans le jardin pour ses propriétés protectrices plus que pour la beauté de ses fleurs et son odeur aromatique, le plaisir et l’agrément de ces jardins clos est lié à la sécurité et à la protection.

  • 18 Exode, 12, 22.
  • 19 Levitique, 14, 4.
  • 20 Asperges me hyssopo, et mundabor ; Lavabis me, et super nivem dealbabor Psaumes, 50, 9.

34L’hysope participe d’une autre symbolique, on se trouve maintenant dans le registre du sacré : l’hysope est une herbe purificatrice. Dans la Bible, Moïse demande à son peuple de tremper un rameau d’hysope dans le sang de l’agneau sacrifié, pour marquer les maisons qui seront épargnées par l’ange exterminateur18 ; c’est l’hysope, qui, avec le cèdre et de la teinture rouge, sert à la purification du lépreux19, elle purifie le pécheur et lui ôte ses péchés par sa seule présence dans le Psaume 5020. Dans sa traduction de Barthélemi l’Anglais, Jean Corbechon relate ces croyances en ces termes :

Ysope estoit en si grant auctorite entre les anciens si comme dit Plinius que il ne cuidoit pas estre purifiez et nettoiez de leurs pechiez et de leurs ordures sans ysope. Et pour ce les juifs se purifioient par un faisselet de ysope si comme il appert ou .xiie. chappitre du livre de exode et en moult d’autres pars de l’escripture. (Polio 295 et 295Vo)

35La rue, enfin, a un statut bien particulier : elle chasse les serpents. Cette propriété est d’ailleurs déjà implicite, chez Strabo, elle chasse les venins occultes et les poisons infiltrés dans le corps :

Dicitur occultis adprime obstare venenis,
Toxicaque invasis incommoda pellere fibris. (vv. 89-90)

36Pierre de Crescens explicite les vertus de la rue :

... at pour ce on y doit mettre de la rue en plusieurs lieux, car elle est de belle verdure et chasse les bestes venimeuses pour sa force et pour son amertume.

  • 21 Histoire naturelle, VIII, 98.

37Barthélemi l’Anglais parle longuement des propriétés de la rue, il rappelle une de ses vertus “magiques” déjà signalée par Pline21 et reprise dans les Bestiaires du Moyen Age : la plante protège les belettes contre les morsures des serpents. Dans sa traduction, Jean Corbechon écrit ainsi :

La rue est contraire au venin, si comme nous ensoingne la moustelle, qui menguet la rue et puis s’en va hardiement combatre contre le serpent par la vertu de la rue et par son odeur. Et qui plus est, quant elle a mangié de la rue, elle ae va combatre hardiement au basilique et le tue par la force de la rue...

38Il ajoute aussi ceci qui est plus intéressant pour notre propos :

L’odeur de la rue enchasse tout venin du jardin ou elle est, et pour ce la doit on planter pres de la sauge ou lea serpens et les crappaux viennent voulentiers. (Folio 312)

  • 22 Pline H.N., XXIII, 139.

39Le pouvoir antivenin et antipoison de la rue vient de l’antiquité, le fameux breuvage que prenait le roi Mithridate contenait vingt feuilles de rue22. Dans les traités sur les jardins, aussi bien chez Strabo qui la décrit comme une belle petite plante au feuillage azuré, que chez Pierre de Crescens où elle est une plante “de belle verdure”, la rue est parée de caractères positifs. Pourtant, dans la réalité la rue est une plante à l’odeur forte et désagréable irritante et toxique par elle même. Les plantes antivenin sont toujours investies d’un côté bienfaisant et magique, car au Moyen Age le serpent connote le mal et le péché. Les Bestiaires en fournissent de nombreux exemples et, pour ne pas quitter le domaine végétal, l’armoise, plante antidote des poisons chez Pline devient dans Le livre des proprietez des choses, une plante utilisée contre les démons

Elle enchasse les dyables, si comme dit Plinius et resiste aux mauvaises medecines. (Folio 280)

40Par ces quelques exemples, il semble évident que les plantes servant à rendre les jardins plaisants et agréables y ont une fonction déterminée, elles ont bien sûr des propriétés simplement esthétiques, elles sentent bon, elles réjouissent la vue par leur couleur ou leur beauté, encore que les fleurs de ces trois dernières plantes n’aient rien de bien remarquable. Mais surtout elles sont chargées d’une valeur symbolique qui va bien au delà de leur présence physique. La purificaton des péchés, la lutte contre le mal représenté par le serpent, la préservation des maladies du corps reflétant la guérison des maladies de l’âme renvoient à des notions familières au contexte philosophique et à la représentation chrétienne du monde. Les traditions païennes et le savoir de l’Antiquité continuent et se transforment en une pédagogie molarisatrice. Les encyclopédies médiévales, qui, ne l’oublions pas, sont destinées à diffuser les connaissances du temps à un nombreux public par leur traduction en langue vernaculaire, contribuent elles aussi à répandre la morale chrétienne.

41Il faudrait aussi parler d’autres plantes et surtout d’autres fleurs qui sont toujours citées dans ces textes et qui déclanchent des réactions et des commentaires particuliers : ce sont la rose et le lis. Il n’est pas question, ici, de refaire la symbolique de ces deux fleurs mais de montrer que dans les ouvrages étudiés ces plantes ne sont pas vues sous l’angle exclusivement botanique.

42La rose clot le poème de Strabo, mais, après avoir décliné très brièvement les propriétés médicinales de cette fleur qui sont nombreuses dans les traités de matière médicale, il écrit un hymne à la Vierge, il est d’ailleur remarquable qu’il associe le lis à la rose dans cet hymne à la pureté, il complète sa démonstration en comparant ces fleurs à l’Eglise :

  • 23 Haec duo namque probabilium genera, inclita florum
    Ecclesiae summas signant per saecula palmas,
    Sang (...)

Aussi ces deux espèces de plantes admirables marquent-elles à travers les siècles les doigts de l’Eglise qui cueille dans le sang des martyrs l’offrande des roses et porte les lis dans la blancheur d’une foi éclatante. O Vierge mère. Mère par ton infinie fécondité, Vierge intacte quant à la foi, Epouse de l’Epoux suivant l’appellation biblique, épouse, colombe, maison, reine, amie fidèle, cueille des roses pendant le combat, saisis les lis pendant les joie de la paix. A toi naquit de la souche de Jessé qui porte le sceptre la fleur unique, le rédempteur et l’auteur d’une antique lignée, lui qui, par sa parole et par sa vie, a consacré les lis délicieux et, par sa mort, a teinté les roses23.

43Dans ce poème nous avons d’emblée un exemple de ce que peut être un jardin symbolique chrétien, mais dans les encyclopédies, il y a toujours une réflexion ou une allusion au rôle privilégié de ces deux fleurs. Macer Floridus loue la beauté de ces fleurs avant de parler de leurs propriétes

  • 24 Dici flos florus nobis roam Jura videtur,
    Quod specie cunctos praecedat odoreque flores... vv.775-7 (...)

...c’est à juste titre que la rose est regardée comme la reine des fleurs, car elle n’a point d’égale en beaute et en odeur...Après la rose, dont la couleur le dispute à celle de l’or, vient naturellement le lis argenté, qui seable ne le céder en rien à sa rivale, ni pour l’odeur, ni pour la beauté....24

44Louer la beauté et l’odeur de la rose et du lis parait un thème obligé dans les écrits encyclopédiques. Le Livre des proprietez des choses en parle de la façon suivante ;

La rose entre les fleurs tient le premier lieu et pour ce est la preaiere partie de l’homme couronné c’est assavoir le chief si comme dist Plinius. La rose est belle et vertueuse et de bonne odeur et souefve. Car par sa biaute elle donne plaisir a la veue et par son odeur au sens de odorer, et par sa souefvete au sens du toucher et par sa vertu elle vault contre moult de maladies... (Folio 309Vo)

Il n’est rien de plus gracieux que la fleur de lis quant a biaute de couleur, quant a odeur et quant a vertu et valeur...La fleur de lis par dehors est pleine et souefve et belle a voir et doubce a toucher, et par dedens elle a biaux grains dores...Outre ce la fleur de lis a deux prerogatives singulières sur toutes autres fleurs ; l’une si est qu’elle est portée aux églises et mise devant Dieu et devant la Vierge Marie par tres grande reverence, l’autre si est que le plus noble et le plus puissant roy des crestiens, c’est assavoir le gentil et noble Roy de France la porte pour son signe. (Folio 297)

  • 25 Voir J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age, Paris, 1981.

45La traduction de Jean Corbechon ne suit pas ici le texte de Barthélemi ; la version latine ne parle ni du rôle mystique du lis, ni bien entendu de sa relation à la couronne de France puisque c’est au moment de la guerre de Cent ans que la légende des fleurs de lis s’est développée25. Botanique, religion et politique se mêlent reflétant la charge idéologique et imaginaire portée par une fleur.

46Cet imaginaire existe en effet, à la fois comme trace, mais aussi comme source, où, de manière récursive, il vient se réalimenter dans une série de textes à prétention savante ou encyclopédique. Partant de “vérités” botaniques, vérités ayant toutes le statut quasi définitif de l’auctoritas, dont l’origine remonte à la plus haut Antiquité, le discours encyclopédique sur le jardin et sur les simples est gauchi par un imaginaire dont le relais naturel se trouve dans la poésie. En retour, la présence d’une parole esthétique et symbolique dans un écrit savant investit un certain nombre de plantes d’une dimension supérieure, leur conférant un statut particulier, tel est par exemple le cas de la rose.

47S’il faut bien se garder de créer ici une hiérarchie ou de se livrer à une Quellenforschung sauvage, il est remarquable de constater un certain nombre de convergences, preuve que la mentalité médiévale ne saurait échapper à un processus de formation et de composition stratifiés. La mise en perspective dans le détail, au niveau d’une microlecture, de ce type de rencontre ne saurait qu’en favoriser une meilleure compréhension.

Notes

1 voir A. Labbé, L’architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste, Paris-Genève 1987, chapitre I.

2 Nobis certe, exceptis admodum paucis, contingit reliquas contemplari scientia Antoni Castoris, cui summa auctoritas erat in ea arte nostro aeuo, uisendo hortulo eius, in quo plurima alebat... Pline, Histoire naturelle, XXV, 9 éd. J.André, Paris, Les Belles Lettres 1974.

3 Pline H.N. XXIII, 115-116.

4 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XVII, ed. J. ANDRE, Paris, les Belles Lettres, 1981.

5 Macer Floridus

  • De viribus Herbarum, ed L.Choulant Leipzig 1832.
  • Des vertus des plantes, traduit par L. Baudet, Paris, Panckoucke, 1845.

6 Caulis Romana, Graecorum brassica lingua
Dicitur ; hic quamvis passim nascatur in hortis
Est tamen illius ad multa salutifer usus :
Annis sexcenti usos medicamine caulis
Romanos Cato testatur, medicina priusquam
A medicis Romae descripta fuisset in usu, Tunc hortus
escas illi dabat et medicinas, op. cit. vv. 1200-1206.

7 Alexandre Neckam : De naturis rerum, ed. Th. Wright, Londres 1863.

8 Barthélemi l’Anglais traduit par Jean Corbechon Livre des proprietez des choses ms. Fr. 22531 Bibliothèque Nationale, Paris, en cours d’édition.

9 De vegetalibus. Lib VII, Tract. II, cap II, Ed. Ernest Meyer, Berlin 1867.

10 in Capitularia Begum Prancorum, ed Alfredus Boretius, Hannover, 1883, 90. (Monumenta Germaniae Historia, Legum Sectio II) pp.82-91.

11 Edité dans Migne : Patrologie latine, Tome 113, 1119-1130.

12 La liste des plantes citées est la suivante : sauge, rue, aurone, courge, melon, absinthe, marrube, fenouil, iris, livèche, cerfeuil, lis, pavot, sauge sclarée, menthe, pouliot, ache, bétoine, aigremoine, ambroisie, cataire, radis, rose.

13 Montibus et Silvia, pratis et vallibua imis Betonicae pretiosa licet collect jo cunctis Paene locis superet passim, tamen banc quoque noster Hortus habet cultaque docet manscuescere terra, (vv.337-340)

14 Dr Henri Leclerc : Le petit jardin de Walahfrid Strabus Paris, A. Legrand 1933.

15 Pietro de Crescenzi : Cy sont les rubrices du livre des prouffitz champestre et ruraux cy après escriptes contenant douze livres que fist et compila Pierre de Crescence, Paris, Antoine Vérard, 1488.

16 Le vergier par compasseüre
fu toz de droite quarreüre,
s’ot autant de lonc con de large. Ed. Lecoy vv.1321-1323.

17 Flos medicinae scholae salerni Ed. Salvatore Renzi Collectio Salornitana, Naples, 1859.

18 Exode, 12, 22.

19 Levitique, 14, 4.

20 Asperges me hyssopo, et mundabor ; Lavabis me, et super nivem dealbabor Psaumes, 50, 9.

21 Histoire naturelle, VIII, 98.

22 Pline H.N., XXIII, 139.

23 Haec duo namque probabilium genera, inclita florum
Ecclesiae summas signant per saecula palmas,
Sanguine Martyrii carpit quae dona Rosarum
Liliaque in fidei gestat candore nitentis.
O Mater Virgo, foecunda germine Mater,
Virgo fide intacta, Sponsi de nomine Sponsa,
Sponsa, columba, domus, regina, fidelis amica,
Bello carpe Bosas, laeta abripe Lilia pace !
Unicus, antiquae reparator stirpis et auctor,
Lilia qui verbis vitaque dicavit amoena,
Morte RosaS tingens,... (op.cit, w.415-426)
Traduction : Dr H. Leclerc op.cit.

24 Dici flos florus nobis roam Jura videtur,
Quod specie cunctos praecedat odoreque flores... vv.775-777)
Aurosas, ut credo, rosas argentea debent
Lilia jure sequi, quae nec specie nec odore
Cedere creduntur roseo collata decori.... (vv.807-809)
Traduction : L. Baudet op.cit.

25 Voir J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age, Paris, 1981.

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter