Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Le jardin dans les fabliaux allemands

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Fr. von der Hagen, Gesanuntabenteuer, Stuttgart / Tubingen, 1850 (GA), XX.

1Locus amoenus et lieu naturel des amours, le jardin tel que l’évoquent une dizaine de fabliaux allemands porte les marques que lui donnèrent le roman courtois et la lyrique médiévale. Lieu privilégié qui rassemble la nature printanière, la femme et l’amour, le jardin renvoie dans ces maere des trois derniers siècles du moyen âge à l’image qu’en donne - et c’est logique - le fabliau le plus proche de la nouvelle courtoise, Der Gürtel, le fabliau de la Ceinture, de Dietrich von Glaz1.

  • 2 Voir notre étude A quoi sert le poète : la médiation des images chez Gottfried de Strasbourg, in F (...)

2Son mari parti, une noble et belle châtelaine prend par un beau jour de mai quelque repos dans le jardin. Qu’il s’agisse du chant des oiseaux ou du rossignol qui servent à ce fabliau de Natureingang (vv. 93-95), qu’il s’agisse des éléments du jardin - les arbres, les roses, et les oiseaux (vv. 345-348) - qui accompagnent les amours de la belle et d’un jeune chevalier qui passait par là, qu’il s’agisse encore du commentaire que fait l’auteur sur la perfection de la belle - oiseaux et bêtes, monts et forêts ont trouvé là leur maître et devraient devant elle tirer leur révérence (vv. 81-82) -, qu’il s’agisse enfin des armoiries de la belle, déguisée en chevalier pour aller reconquérir son mari - cimier blanc comme fleur de mai, roses d’or sur champ de sinople et lys blanc de l’écu (vv. 653-670) -, tout rapproche du jardin printanier la jolie femme, et le portrait qui l’accompagne en reprend métaphoriquement les traits, la bouche et les joues couleur de rose mêlée de lys (vv. 39-45). Ce rayon de soleil, comme l’appelle son chevalier, cette fleur de mai (vv. 250 et 257) porte les couleurs du jardin, elle en a la séduction ; tout autant que le locus du jardin, elle est le lieu naturel de l’amour : la femme participe de la nature comme les arbres, les roses et les oiseaux participent à ses amours, tous participent à l’harmonie universelle de la beauté foncière, à l’instar du néoplatonisme du Tristan de Gottfried dont ce fabliau s’inspire2.

  • 3 H. Niewöhner, Neues Gesanuntabenteuer (NGA), Berlin, 1937, 34, Aristoteles und Phyllis.

3Inspiré tout autant de Gottfried, le fabliau d’Aristote et de Phyllis dépeint aussi la jeune Phyllis comme une fleur dans le verger3. Nature rapprochée de l’homme qui la marque de son empreinte, le jardin se confond avec la femme, plus marquée aux yeux des médiévaux par la nature : la femme et le jardin appartiennent l’un et l’autre étroitement à la nature, et la jeune Phyllis apparaît dans le fabliau parée des traits du soleil et de l’oiseau (vv. 292 et 276-284). Du fait de cette parfaite osmose entre la femme, l’amour et le jardin printanier, nous verrons dans les autres fabliaux qu’il y a, d’une manière ou d’une autre, toujours un jardin là où il y a la femme et l’amour.

  • 4 Der Schreiber, NGA, 27 ; Der Knecht im Garten de Hans Rosenplüt, NGA, 20 ; Der verkehrte Wirt, GA, (...)
  • 5 Per verkehrte Wirt ; Der Mönch als Liebesbote, de Hans Schneeberger, in H. Fischer, Die deutsche M (...)

4Mais le jardin est bien loin d’être toujours le lieu naturel de rendez-vous galant. Lorsque l’amant appartient à la maison de la dame, la rencontre a bien au contraire toujours lieu dans la chambre conjugale, qu’il s’agisse du secrétaire du maître ou de son serviteur, et qu’il s’agisse de vraie rencontre ou de feinte organisée par l’épouse pour confondre un mari jaloux qui la met à l’épreuve4. L’amant reste ainsi dans les lieux et prend la place du mari qu’on envoie dans le jardin. Comme dans le fabliau du Secrétaire, Der Schreiber, la chambre est alors éloignée du jardin, séparée qu’elle est de ce dernier par la grand’ salle, tant il faut s’éloigner du mari gênant, et de fait la chambre ne donne sur le jardin que lorsque ce dernier est propice aux amants5. Quitter la chambre pour le jardin est donc pour le mari la plus périlleuse et la plus vaine des précautions ; qu’il sorte de la chambre, il est alors dupé par l’amant qui prend sa place et battu par ce dernier que la femme envoie au rendez-vous fictif pour lui donner le change, ou moqué comme le vieil Aristote dans le verger. Croyant, en allant au jardin, garder sa femme et sauver son honneur, le mari y perd en fait l’un et l’autre.

  • 6 Décaméron, trad. J. Bourciez, Paris, 1952, troisième journée, troisième nouvelle, Entremetteur mal (...)

5Lieu des amours, c’est à la chambre de prendre alors les traits du jardin. Dans le fabliau du moine messager d’amour, Der Mönch als Liebesbote, la branche du grand tilleul qui conduit à la chambre de la belle fait entrer l’été ses rameaux jusque dans la chambre, détail que le poète ajoute à la nouvelle de Boccace qu’il transpose6. Le jardin pénètre ainsi dans la chambre qui le prolonge, et l’on comprend mieux pourquoi l’auteur complète par la notation d’un ruisseau la description du jardin, qui devient un vrai locus, chargé de conférer, de transférer à la chambre son statut de lieu naturel des amours. Par un geste tout aussi symbolique, la belle Phyllis jette dans la chambre d’Aristote les fleurs qu’elle a cueillies (v. 358), marque de sympathie feinte que le poète allemand ajoute au lai français et qui traduit la séduction qu’introduisent en ce lieu la femme et les fleurs. Dans l’imaginaire poétique d’alors, la femme et l’amour sont si fort liés au thème du jardin qu’il est impossible d’évoquer l’amour sans faire allusion à la nature printanière ou estivale. Dans le fabliau du Secrétaire, l’évocation du jardin est réduite à si peu que les seules fleurs qu’on y cite sont celles que cueillent au lit la belle et le secrétaire, ces roses jaunes qu’on trouve sur certain champ touffu et brun (v. 216-217). Dans la variante du même thème, Der Knecht im Garten, dans laquelle le jardin se réduit à la mention d’un arbre (v. 112-113), la dame prie le valet de “moissonner ce qui ne l’est pas”, et le valet s’exécute en récoltant ce qu’il n’a pas semé (v. 135-139) ; la chambre devient ainsi par métaphore un lieu de féconde abondance, de nature domestiquée par l’homme qui la rend fertile, variante rustique de la métaphore du jardin citée plus haut.

  • 7 Der verkehrte Wirt ; Aristoteles und Phyllis ; Das Häslein, GA. XX ; Der Sperber, GA. XXII ; Die N (...)

6Le jardin n’est en fait le lieu des amours que lorsque l’amant vient du dehors. L’épouse ou la fille cherche alors à s’éloigner du mari ou du père pour retrouver le galant dans ce tiers lieu qui sert d’intermédiaire entre le dedans et le dehors. C’est le cas du plus grand nombre des maere qui traitent du jardin7. Mais alors que, dans l’autre cas de figure, la chambre prolongeait le jardin, le jardin prend ici les traits de la chambre. Refermé sur lui-même, le jardin prend la forme d’une pièce d’intérieur par la tonnelle qu’on y trouve, devant la petite porte qui donne sur le jardin et sous laquelle le seigneur, dans le maere du Rossignol, Die Nachtiaall. prend ses repas l’été, et c’est là qu’aura lieu la rencontre amoureuse (v. 76-77 et 133) ; et, de même, les ébats du chevalier et de la pucelle naïve du maere du Levraut, Das Häslein, ont lieu par deux fois sous la tonnelle du jardin (v. 121 et 211).

  • 8 Montaiglon et Raynaud, Recueil général et complet des Fabliaux des xiiie et xive siècles, Paris, 1 (...)

7Le fabliau du Nachtigall est à cet égard tout à fait exemplaire. Salle à manger d’été, la tonnelle y devient concrètement une chambre. De très beaux arbres font tout d’abord au jardin un toit d’ombrage (v. 66-67), lequel abrite à son tour le toit végétal de la tonnelle, de même que le château abrite les pièces qui le composent ; comme d’un rempart, le verger est entouré d’une haie serrée (v. 62). Mieux encore, la mère de la pucelle lui fait porter sous la tonnelle un lit et de quoi boire et manger (v. 144-147), la malheureuse ne se doutant pas qu’elle contribue par là à la consommation de l’amour, le jardin devenant le lieu où l’on mange et boit, comme dans la chambre, après l’amour. Par ce verre de bon vin que la pucelle prévoyante sut demander à sa mère (v. 157-161), les ébats nocturnes du chevalier et de la jeune fille portent manifestement les traits du mariage, la pucelle quittant la chambre virginale pour la chambre nuptiale du jardin ; et, de fait, le père, qui a surpris les amants au lit, obtient du jeune homme qu’il épouse la fille (v. 255-260). En faisant du jardin un vrai locus amoenus, l’auteur montre assez que ce locus, quand on l’emploie dans ces fabliaux, garde sa valeur entière et originelle d’innocence et de pureté et que, lorsqu’on intériorise l’extérieur, il ne peut s’y passer que des choses de l’intérieur. De même encore, la jeune femme d’un autre maere, Der verkehrte Wirt, court, à la manière du fabliau Des Tresces8, rejoindre l’amant surpris par le mari pour lui substituer un âne et se retrouve ayant perdu le vêtement qu’elle avait revêtu à la hâte, nue dans le jardin (v. 153-155), dans la tenue d’Eve propre aux nuits médiévales, le jardin, lieu du rendez-vous galant, devenant la chambre des amours contrariées.

8Ce jeu perpétuel de connotations qui rapprochent la chambre et le jardin prend les formes les plus diverses. Dans le Nachtiaall, les mots mêmes que l’auteur emploie pour l’entrée du galant dans le jardin - une hampe de branchage qu’il prend à la main pour franchir la haie épaisse (v. 167-171) - sont ceux qui lui servent plus tard à montrer les amants surpris, la belle tenant à la main une tout autre hampe, que père et fille appelleront par une aimable convention leur bel oiseau (v. 214-224). Pénétrer dans le jardin revient ici à pénétrer dans la chambre et plus loin encore, comme on l’imagine aisément.

9Dans ce même fabliau, le rapprochement de l’amour et du jardin prend en outre une forme toute particulière. Prétendant souffrir de maux de tête, la belle décide de passer la nuit dans le jardin dont son père a fait un vrai jardin des plantes : herbes et simples y foisonnent tellement qu’on en disait, et ce n’était pas mentir, que l’air y était meilleur et plus suave qu’ailleurs (v. 69-74). La belle prétexte donc avoir grand besoin de ce parfum des bonnes plantes et des arbres pour guérir ses maux de tête (v. 135-157), et l’auteur prend même la précaution, pour compléter le cadre médicinal, d’alléguer que le père prenait l’été ses repas sous la tonnelle parce qu’en ce lieu curatif les mets lui convenaient mieux (v. 79-82). La double et jolie cohérence du texte veut ainsi que la belle, malade d’amour, soigne ses maux dans le jardin, lieu naturel des amours, devenu pour les besoins de la cause le jardin des plantes, bien fait pour guérir de maux de tête, habillage narratif habile qui produit cette variante médicinale du locus amoenus.

10Le jardin, qui fait fonction de chambre en pleine nature, assure donc la guérison de la belle. Le fabliau du Schreiber montre à sa manière l’application du même procédé : le jeune secrétaire se consume d’amour pour la femme de son maître et, malade d’amour, reste un an durant couché dans sa chambre. Charitable, la femme lui rend visite ; il lui dit la cause de ses maux, elle lui promet d’emblée la guérison et l’invite à venir la nuit se glisser sous son lit. Mais la belle s’est endormie et pousse un cri chaque fois que le secrétaire lui tire le pied pour la réveiller : il faut donc trouver un stratagème pour éloigner le mari qui s’inquiète ; on l’envoie donc dans le jardin des plantes guetter la venue de l’amant dénoncé par la belle (v. 187). Le récit ne fournit à première vue aucune exploitation de ce type particulier de jardin ; il transfère en fait implicitement les vertus curatives du jardin dans la chambre, tout autant que la chambre y prend les traits topiques du jardin par les métaphores jardinières auxquelles l’auteur, comme on l’a vu, recourt pour évoquer les amours. La chambre, qui remplit ici la fonction du jardin des rendez-vous galants, assure ainsi, à la manière des plantes du jardin, la guérison du jeune homme.

11Dans ce fabliau, comme dans sa variante du Knecht im Garten, le jardin, du fait qu’il n’est pas le lieu des amours, n’est pas décrit ; lieu d’un rendez-vous fictif, il devient un leurre dont on dit que tout s’y passe alors que tout se passe ailleurs. Situé à l’antipode de la chambre, le jardin devient le contraire même d’un locus, un lieu déplaisant, l’agrément du jardin ayant été transféré à l’intérieur. Tandis que, dans le Nachtiaall, l’arbre fait un toit protecteur aux amants, le secrétaire fait ici d’une grosse branche un gourdin pour battre son maitre (v. 246-247), de même que les suivantes de la dame mise à l’épreuve dans Bestraftes Misstrauen se saisissent de branches et de bûches pour fustiger le mari défiant (v. 331-334). C’est bien là le paradoxe de ces fabliaux du monde à l’envers, où l’on bat le mari trompé dans le jardin alors que ce dernier devrait battre sa femme dans la chambre, comme le font justement l’épouse du mari défiant et le seigneur du Verkehrter Wirt.

12Ce dernier maere est, à ce titre, parfaitement exemplaire. Le mari ayant découvert le stratagème des amants, la dame rejoint certes son ami dans le jardin, mais pour le laisser s’enfuir, la rencontre servant non plus à leur union mais à leur séparation. Saisissant un âne par les oreilles, elle se voit alors tirée par la bête - qui résiste et recule - dans les orties, les épines et les fourrés de la haie épaisse qui enclôt le jardin (v. 146-156). La voilà donc ensanglantée, nue qu’elle est dans ces fourrés, et c’est là tout l’aspect négatif du jardin qui, cadre du rendez-vous manqué et lieu cette fois-ci de l’échec, blesse au lieu de guérir. L’échec de l’aventure déplace ainsi toute l’action vers la haie qui assure pleinement, par la blessure qu’elle inflige à la femme infidèle, sa fonction de défense vis-à-vis du maître des lieux et qui fustige la dame comme elle devrait l’être dans la chambre, n’était l’artifice qui la fait remplacer au lit par sa commère.

13Déplacée par l’échec vers la bordure du jardin, l’action conduit donc à la haie vive, là où le jardin côtoie la nature vierge et sauvage, celle que l’homme n’a pas transformée en jardin. Dans le fabliau du Schreiber, l’auteur conclut son récit en fustigeant l’homme qui divulgue les amours : on devrait, dit-il, l’envoyer dessoucher la forêt, loin du monde (v. 295-298). Et tel est bien pour nos auteurs le véritable extérieur, le jardin étant un lieu intermédiaire entre le dedans et le dehors. Espace à double nature, le jardin est ambivalent ; il prolonge en cas de réussite amoureuse la chambre et le logis, mais il prolonge en cas d’échec la nature extérieure et sa réalité cruelle ; il fournit pour les amants tantôt le bien-être du locus tantôt les instruments mêmes de leur châtiment. C’est donc un espace dont se défie celui que la convention du genre désigne le plus souvent pour victime, le mari, et la porte qui donne sur le jardin est le plus souvent toute petite (Nachtigall, v. 75-76 ; Verkehrte Wirt, v. 79), pour ne pas trop ouvrir et livrer l’intérieur du logis à tout ce qui peut venir du dehors.

14Dans quelques cas, le jardin se réduit même à une pure nécessité du genre. La dame mise à l’épreuve de Bestraftes Misstrauen dit ainsi au valet de monter en passant par le petit jardin (v. 290-292), lequel ne joue plus aucun rôle ensuite. Réduit à cette fonction de passage, le jardin n’est plus alors que le résidu d’une tradition. Dans le fabliau du moine entremetteur malgré lui, imitée de Boccace, le locus, complété par le tilleul de la tradition allemande sous lequel on reçoit les hôtes en été (v. 213), voit aussi sa fonction quelque peu dévoyée. Le tilleul n’y sert plus à passer quelques bons moments, et le ruisseau n’est pas là pour le charme de son clapotis : le jardin ne sert plus de séjour, il ne sert qu’au passage et conduit de fait discrètement à la chambre de la belle, chacun des éléments du locus constituant un point de repère et servant à l’amant d’indication du chemin à suivre (v. 202-221, 262-263 et 278-280).

  • 9 Le lai d’Aristote, ibid., CXXXVII.

15Le maere d’Aristote et de Phyllis fournit toutefois une très heureuse variante à cette fonction. A l’inverse du lai français9, le fabliau allemand a déjà pour lieu de rendez-vous d’Alexandre et de Phyllis le jardin royal (v. 135-138), encore que l’auteur ne le décrive que pour le sujet propre au fabliau, la piteuse aventure d’Aristote. Ce dernier ayant fait cesser les rencontres des deux jeunes gens, Phyllis décide de ridiculiser le vieux maître en le séduisant. Ajoutant au paysage esquissé dans le lai la rosée, une fontaine et un tilleul, le poète allemand fait du jardin un vrai locus que parcourt pieds-nus la jeune fille, laquelle relève sa robe pour y placer les fleurs qu’elle cueille (v. 288-289). Comparée au faucon qui cherche sa proie, celle qui vient tenter le vieillard donne faussement l’image ingénue d’une beauté naturelle : elle n’est en effet aucunement la beauté rustique qu’on pourrait croire puisque l’auteur nous la dit de très haute naissance (v. 93). Cette grâce naturelle toute feinte dévoie donc tout autant la nature que la fonction naturelle du locus tel qu’elle l’a connu avec Alexandre.

16Les éléments qu’en cite l’auteur lors de sa promenade ne représentent qu’en apparence de simples étapes, ils servent en fait à la séduction d’Aristote : l’innocence qui s’y déploie traditionnellement devient ici délibérément provocatrice et sert à la vengeance. Le lieu d’une aventure plaisante avec Alexandre devient celui d’une aventure cuisante pour Aristote ; et loin de retenir l’amant, le jardin provoque sa fuite, Aristote ne supportant pas les quolibets de la cour et quittant secrètement le pays (v. 526-529). Ainsi le jardin d’une part invite aux amours juvéniles, ce qui répond bien à la fonction du locus, et sert à la fois à aguicher un vieillard, à venger ces mêmes amours qu’il a lui-même entravées ; et la même Phyllis qui avait invité Alexandre à la rejoindre dans le verger nuitamment, pour ne pas être vue, y attire Aristote en plein jour, pour être vue, choisissant par deux fois le même lieu, d’abord pour l’amour puis pour en venger l’interdiction. La scène d’équitation bouffonne qui s’en suit prend dans le maere les traits d’une peinture allégorique d’Amour chevauchant la Vieillesse. Faisant des éléments du jardin les instruments de sa vengeance, Phyllis se fait d’une branche de rosier en fleur une cravache, signe qu’elle se sert des charmes du jardin, non dépourvus toutefois d’épines, pour châtier et soumettre à sa volonté le vieillard.

17La logique du texte voudrait enfin qu’Aristote fasse entrer Phyllis dans sa chambre pour l’amour qu’elle lui promit, tout comme il l’avait fait entrer chez lui pour lui faire sa proposition ; il est symptomatique à cet égard qu’elle parvienne à lui faire quitter cet intérieur sécurisant sous le prétexte de mériter cet amour, en fait pour le ridiculiser à jamais, tant il est vrai dans ces fabliaux qu’il est périlleux pour celui qu’on abuse de quitter le dedans et de sortir au jardin. Le fonctionnement serré de ces pièces brèves fait apparaître ainsi pour constante le fait que se retrouvent au jardin, en toute innocence et le plus souvent pour le premier amour, des personnages jeunes, telle la pucelle du Nachtiqall, l’ingénue du Häslein, la nonnette du Sperber et même la jeune épouse du chevalier dans Der Gürtel, laquelle ne se donne, sans amour, que l’instant de gagner pour l’époux qu’elle chérit la ceinture, les lévriers et le destrier qui le rendront à jamais invincible. La chambre est au contraire le lieu de l’adultère ; elle réunit une épouse et un amant généralement plus jeune ou de condition sociale différente, tels les personnages du Mönch als Liebesbote, du Schreiber, du Knecht im Garten et, pour la tentation repoussée, de Bestraftes Misstrauen. C’est dire combien le jardin conserve, dans ces quelque dix fabliaux qui le prennent pour cadre, toute la puissance évocatrice de ce locus amoenus que la tradition topique avait pourtant établie dans les genres si différents de la lyrique et du roman.

Notes

1 Fr. von der Hagen, Gesanuntabenteuer, Stuttgart / Tubingen, 1850 (GA), XX.

2 Voir notre étude A quoi sert le poète : la médiation des images chez Gottfried de Strasbourg, in Figures de l’écrivain au moyen âge, Actes du Colloque d’Amiens de Mars 1988 [sous presse].

3 H. Niewöhner, Neues Gesanuntabenteuer (NGA), Berlin, 1937, 34, Aristoteles und Phyllis.

4 Der Schreiber, NGA, 27 ; Der Knecht im Garten de Hans Rosenplüt, NGA, 20 ; Der verkehrte Wirt, GA, XLIII ; Bestraftes Misstrauen, NGA, 28.

5 Per verkehrte Wirt ; Der Mönch als Liebesbote, de Hans Schneeberger, in H. Fischer, Die deutsche Märendichtunq des 15. Jahrhunderts, Munich, 37.

6 Décaméron, trad. J. Bourciez, Paris, 1952, troisième journée, troisième nouvelle, Entremetteur malgré lui.

7 Der verkehrte Wirt ; Aristoteles und Phyllis ; Das Häslein, GA. XX ; Der Sperber, GA. XXII ; Die Nachtigall, GA. XXVI. Dans Der Mönch als Liebesbote, la chambre donne dans le jardin, où tout se dénoue, alors que tout se noue côté rue : l’apparence et la vie sociale s’y oppose à la réalité cachée et au bonheur individuel.

8 Montaiglon et Raynaud, Recueil général et complet des Fabliaux des xiiie et xive siècles, Paris, 1872-1890, XCIV.

9 Le lai d’Aristote, ibid., CXXXVII.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter