Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Les “meschantes herbes des jardins

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Les joyeuses commères parisiennes des Caquets de l’accouchée ont, au cours de la troisième journée, un docte échange de vues sur la phytothérapie. Quel dommage, disent-elles, que le commun des mortels ne sache se servir des “meschantes herbes” des jardins... Les apothicaires, eux, en tirent de beaux profits.

  • 1 Les caquets de l’accouchée, pub. par E. Founier, Paris, Jammet, 1873, p. 104.

“La femme d’un notaire qui estoit là dit : Pour mon regard, j’ai demeuré il y a ja quelque temps chez un apotiquaire ; mais je ne luy ay veu employer que des herbes que l’on racle souvent dans nos jardins, et me souviens qu’un jour, comme j’estois à la boutique, l’on envoya commander une medecine : l’apotiquaire ne prit pas d’autres herbes ny ingrediens que ces meschantes herbes. Depuis j’ay veu les parties pour celuy auquel on porta la medecine, lesquelles sont pleines de tant de discours estranges, que pour moy je n’y cognois que le haut alleman, car il y avoit Or, Occ, Arab, et toutefois je cognoissois tout ce qui estoit entré en ceste medecine, et je jure la foy qu’il n’y entra jamais que des meschantes herbes”.1.

2Médisance ou calomnie ? Le médiéviste n’est pas qualifié pour en décider. Mais il peut s’approprier la question et la transporter quelques siècles plus tôt. On peut en effet se demander si à la fin du Moyen Age, les ressources médicales de la flore des jardins étaient méconnues, ou si l’on savait tirer des légumes, fruits et condiments, ainsi que des mauvaises herbes qui poussent à côté, autre chose que des aliments, des parures ou la provende des lapins. Les apothicaires savaient-ils seuls exploiter cette mine, comme l’affirment les bavardes du temps de Louis XIII ?

3Pour donner à ces questions une réponse satisfaisante, il faudrait être à la fois botaniste et linguiste. La lumière viendra de Louvain, où une équipe a entrepris de mettre en ordinateur toutes les recettes médicales, de l’Antiquité au xviiième siècle. Je me suis bornée à étudier de façon artisanale une demi-douzaine de recueils écrits entre le xiiième et le xvème siècles, tous publiés, et qui contiennent ensemble environ 1300 recettes. Bien entendu, beaucoup de recettes figurent dans plusieurs recueils, mais ce n’est pas gênant. Il s’agit en effet simplement de savoir combien de fois est citée telle plante dans chaque recueil et à quels usages elle est destinée.

  • 2 ... Voir en appendice les sources utilisées. L’étude quantitative prend en compte tous les recueils (...)

4Ces livres de recettes se présentent un peu comme nos aide-mémoire. Ils nomment le mal à soigner, sans le décrire, puis enumerent les substances aptes à le combattre, et qui toutes sont supposées connues. Le texte indique brièvement le mode de préparation et ne prend pas la peine, sauf exception, de préciser les quantités2.

“[15] Pour seiche tous, destrempez semence d’ache et de fanueil en vin blanc, si le bevez a jeun. [16] A la tous et au poumon malade, destrempez semence d’ache et d’anis de vin, si le boulez bien et puis le metez en boites, si en mengiez au soir et au matin, iij. cullerées tant que vous soiez gari [17] Pour menoison, destrempez milfuel tant que vous en aiez le jus, et prenez fleur de froument et faites j. tourtel de ce jus, si le cuisiez en la brese et le mengez chaut. [18] Pour sanglante menoison, batez milfuel et plantain et frasiers, tant de l’un comme de l’autre ; si destrempez de vin rouge ou en iaue, et li donnez à boire ; si ne sera plus sanglante. [19] Pour toutes mennieres de fievres medecines vraies et esprovées. Quant li mais vous prendra, entre en .j. baing et gardez que vos braz n’atoichent à l’iaue, si prenez ierre terrestre et metez sur vostre chief et vous fetez seiner de voine, mout bon vous sera (Romania, 1889).
3 A la dolor du chief : poliel en esil, si metez au nariles que sentent l’odor, puis fetez une corone de ce poliel quit, s’en fetez un capel entour le chief...
4. Item, prenez .j. ponie de rue et une dierre terrestre. La tierce de foile de lorier, si quisiez ensemble en eule d’olive, si oinez le chief.
(Fol 3) 5. Item, a la dolor du chief, prenez rue, si triblez bien avec fort esil, e de ce oniez le chief.
6. Item, quisiez bien rue et fanol en eve, si lavez le chief. Item, prenez ve[r]veine et vetoine e alene e calidoine e plantain et rue e ieble e sauge e escorche de seu e miel e grains de poivre ; si triblez ensemble, puis quisez bien en vin ; si bevez chacun jor au matin et au ser .7. Item, prenez avrone e miel ; si triblez et si le quisez e bevez chaut. (SATAF. 1906)”.

5Les recueils sont anonymes, sauf celui du notaire Jean Vidal publié par D. Le Blévec. Il est donc difficile de savoir qui les rédigeait et qui s’en servait. Pourtant ils semblent bien destinés avant tout aux consommateurs, et non à des praticiens comme le sont les recettes pharmaceutiques dont il sera question plus loin. La manière de soigner dont ils témoignent est ce qu’on pourrait appeler la “médecine des familles”. Un exemple va préciser de quoi il s’agit.

6Le carnet de notes rédigé par un médecin de Strasbourg en 1362 contient tout d’abord la relation de 14 cas cliniques observés par l’auteur, puis le texte de 67 recettes. “Remèdes populaires le plus souvent”, écrit E. Wickersheimer en 1939, “appliqués parfois par des médecins, mais plus souvent vantés par des empiriques, par une très grande dame, la comtesse de Berg, par des religieux et religieuses, par des domestiques”. Les servantes sont en effet la source première d’information, à commencer par la domestique du médecin lui-même.

“En 1363, peu après la Saint-Jean Baptiste, ma grassouillette servante (ancilla mea pinguis) me raconta... qu’il y avait une femme hydropique qui mangea des feuilles de pivoine ; un homme hydropique mangea les racines de la même herbe, et tous les deux furent guéris. Je crois que c’était la pivoine, mais je n’en suis pas sûr (15-16).
Item, contre l’enflure des femmes, les femmes doivent manger une herbe qu’on appelle “Goytzgenade” qui pousse sur les pierres (Geranium Herbe à Robert). (17). Elle dit aussi que si quelqu’un tombe et qu’il se casse quelque chose à l’intérieur, il n’a qu’à manger une herbe qu’on appelle “Fanichgel” (fenouil). Les os cassés se réparent (18).
Ma servante dit aussi qu’il faut faire bouillir dans du vin des racines d’ortie et boire ce vin pour soigner la maladie que les femmes appellent “Gesoychte” (rhumatismes) (23).
Contre le flux du ventre. Catherine, femme du sonneur de cloches de Vilich me raconta que contre le flux de ventre elle prenait de la thériaque, du vieux fromage appelé “Parscayse”, de la graine de plantain et deux œufs, et qu’elle en faisait une tourte consistante qu’elle donnait en quatre fois à manger au malade, et qu’elle en a guéri plusieurs de cette façon, dit-elle (59).
... Contre le mal a la langue. La doyenne du monastère de Vilich avait de mauvais trous dans la langue et pleins d’ordure. Elle prit de la “Wilde scharleye” (Toute-Bonne), qui est, je crois, le gallitriticum, le fit bouillir dans du vin avec lequel elle se gargarisa. Elle mettait aussi de cette herbe sur la langue quand elle pouvait, et elle fut guérie ainsi (60)”.

7Les recettes recueillies par le médecin de Strasbourg auprès d’informateurs (et surtout d’informatrices) de toutes sortes ressemblent comme des sœurs à celles que l’on trouve dans les recueils écrits en d’autres régions, voire en d’autres langues : français, provençal, langue vulgaire des Pyrénées. La manière de se soigner dont témoignent ces textes semble universelle. Leur style laconique leur donne un ton catégorique, l’allure d’une vérité qui ne saurait être mise en doute.

45. “Por enfanter, pernez ditoine ; si triblez e bevez le jus ; si enfantera”. (SATAF. 1906)

8Presque tous les recueils font une petite place à des rites religieux ou magiques destinés à renforcer le bon effet des médications.

“- [21] Pour fievre tierceine, prenez iij. fuelles de plantain encontre le solleil, et ditez iij. fois pater noster, et bevez le jus avec iaue benoîte quant vous commencerez a trembler”. (Romania, 1889).
13 “Pour fievre tierchaine quant solaus est levé, va au plantaing et flecis tes genous vers oriant et di iij. paternoster
sus, puis si le cueil a un coutiel et leve et froie entre tes mains,
et le jus boive li malades, si garira”, (SATAF, 1906).
44. “A fame qui travile d’enfant, dites sest escrit sus le ventre : Maria peperit Christum ; Anna Mariam, Selina Remigium” (ibidem).

9C’est dans le recueil en langue des Pyrénées que ces rites sont les plus nombreux (8 formules de prières et incantations à réciter, une vingtaine de formules écrites à porter sur soi, des cierges à allumer, etc.). Mais il est temps de revenir au sujet, c’est-à-dire le rôle que jouent les plantes dans cette “médecine des familles”, et en particulier les plantes des jardins.

10Fort heureusement, les notes, glossaires et index permettent d’identifier en latin et en français, à quelques exceptions près, les végétaux et autres matières prescrites comme médication. Avec un peu de patience, on peut compter combien de fois est nommée chaque plante et rassembler les synonymes. Car le plantain s’appelle aussi “herbe à puces” et le persil s’appelle aussi “jolvert” ; quintefeuille et potentille rampante sont une seule et même plante ; quant à l’arum pied-de-veau, il peut se camoufler sous trois ou quatre autres vocables.

11Les matières médicales de ces recettes ont été réparties en trois groupes :

  1. Plantes indigènes, dont on utilise directement les feuilles, tiges, racines, fleurs, fruits ou graines.

  2. Autres substances d’origine végétale, qui ont déjà subi diverses préparations : vin, vinaigre, huiles, farines, pain, etc.

  3. Epices étrangères, que l’on importe d’Orient (cannelle, poivre, garingal, etc.). Les condiments produits en Occident, tels le cumin et le laurier, sont comptés comme plantes indigènes.

  4. Matières d’origine animale, d’une réjouissante diversité : animaux entiers, de l’escargot au jeune chien, os, dents et cornes, peau, poils et sang, fiel, excréments, beaucoup de graisses (graisse de porc le plus souvent), et, bien entendu, du miel.

  5. Produit d’origine minérale : sels, cendres, charbons, pierres et métaux précieux ou non précieux,...

12Comme le montre le tableau n° 1, les plantes indigènes fournissent presque la moitié des occurrences, les autres produits végétaux un peu plus d’un cinquième, et les produits animaux un cinquième également. Le reste est peu important.

13Les proportions diffèrent légèrement d’une zone à l’autre. Les régions où ont été confectionnés ces textes diffèrent non seulement par la langue, mais par le climat, les productions, les partenaires commerciaux ... Il n'est pas surprenant que les recettes recueillies dans les pays méditerranéens mentionnent les épices deux fois plus souvent que les textes normands, par exemple. Le recueil écrit en langue des Pyrénées, en revanche, ignore presque complètement les denrées exotiques.

14L’essentiel est le triomphe incontesté et universel des plantes indigènes. Partout elles arrivent largement en tête, fournissent à elles seules 47 à 50 % des occurrences. Avant de quitter le quantitatif pour examiner l’herbier tiré de ce premier groupe de textes, comparons les statistiques ci-dessus avec celles qui sont tirées de recettes pharmaceutiques et non plus “médicales”.

15Même si certains recueils contiennent l’une et l’autre, on ne saurait en effet confondre celles-ci et celles-là.

16Une recette pharmaceutique explique comment préparer un remède qui appartient à une catégorie précise : onguent, électuaire, sirop, etc. et qui porte un nom, comme le montrent les deux exemples suivants tirés de l’Antidotaire Nicolas. Ce sont les seules préparations qui comportent du plantain (cf. plus loin). Comme on peut le voir, préparer ces remèdes nécessite une balance. Pour certains remèdes, il faut même un alambic.

“Athanasie est dite non mortal. El vaut contre tot flus de marriz ou de jus de plantin, et, trait par les neis... Pren : quanelle, cassia fistulis, ana dragme .iii. ; safran, squinantum. [s] storac calamite, valeriane, sene montain, vetoine, chenilee, ache, daucus, anis, opium, ana dragme i. et demie ; espic, fuille de girofle, castor, mirre, ematiste, sanguis draconis, coral roge, coste, auripiment, asara, acorus, escorce de mandraglore, polii, [baie de] lores, poivre lonc et blanc, perresil, an dragme demie ; miel sofesant.
Sa doise est dragme iii.” (p. 4).

“Troscisci diavi.
Trocis diavi. Pren : violes verz, dragme VI ; amidum, dragme ; basme, dragmel ; semence de papaper, dragme ; reubarbe dragme et demie ; plantain, dragme demie ; eve rose sofeisant”. (p. 30).

17Les recettes pharmaceutiques sont écrites pour un public de spécialistes, apothicaires ou médecins, comme l’explique le préambule de l’Antidotaire.

“Maistre Nicolas, par la priere de ses deciples practiciens, escrit cest livre ou queil il enseigne la manere de confere les medecines : opiatas, lestuaires, siros, piles, vomiz, et combien de gommes, de herbes, de semences et de espices il receivent et à quex enfermetez il valent”.

18Le tableau 2 donne les résultats d’un comptage analogue au précédent exécuté dans deux recueils de recettes pharmaceutiques.

19La première chose qui frappe est que les plantes indigènes occupent ici aussi la première place. Elles fournissent 46 à 48 % des occurrences, soit presque autant que dans les recettes médicales.

20La différence entre les deux sources est ailleurs. Les recettes pharmaceutiques comportent peu d’autres produits d’origine végétale (même pas le tiers du pourcentage du tableau 1), la moitié moins de produits d’origine animale, moins aussi de produits minéraux. Tout cela est remplacé par les épices d’Orient, qui fournissent presque le tiers des occurrences à elles seules. Leur saveur forte, concentrée sous un faible volume, les prédispose à figurer nombreuses dans les remèdes confectionnés par les spécialistes. Remèdes coûteux et d’une efficacité jugée redoutable, puisqu’il est dit d’en prendre une once, une petite cuillerée, voire moins encore... De plus, ces préparations doivent se conserver un certain temps ; les épices y contribuent, ce que ne pourraient faire les produits animaux (sauf le miel, base commune des électuaires).

21Les plantes indigènes arrivent donc bonnes premières dans les deux sortes de recettes. Reste à savoir si cette ressemblance est une simple affaire de nombre, ou si les plantes mentionnées sont les mêmes.

22A partir d’ici, la comparaison est boiteuse car ce travail est inachevé. Si j’ai compté dans les recettes médicales combien de fois est citée chaque plante, je n’ai pu en faire autant dans les recettes pharmaceutiques, et me suis bornée à répartir les ingrédients en 5 catégories. Le glossaire de l’Antidotaire permet heureusement de savoir quelles sont les plantes nommées dans l’ouvrage, mais pas de les compter.

23L’herbier tiré des recettes médicales, une fois réduits les synonymes, et bannies toutes les plantes étrangères, comporte au moins 225 végétaux, dont 13 arbres. Bien entendu, ces végétaux ne sont pas tous également importants ; il y a les vedettes, dont le nom revient souvent, et il y a les obscurs et les sans grade.

24Les remèdes que vont chercher nos ancêtres se trouvent rarement en hauteur. 13 arbres seulement sont cités, qui fournissent ensemble 29 occurrences. La palme revient au noyer (ou juglans) cité 8 fois, puis au chêne (4 fois).

25On s’adresse plus souvent aux arbustes et buissons, en particulier aux deux sureaux (sureau noir : 15 fois, sureau yèble 11 fois), à l’églantier (11), au génévrier (5), au noisetier (5). De nombreuses plantes grimpantes des haies, seules sont fréquemment cités le lierre (9 fois), l’aristoloche (7) et la bryone (5).

26Le reste de l’herbier, c’est-à-dire sa majeure partie, est formé de plantes herbacées. En tête viennent les labiées, ce qui ne surprend pas puisqu’elles ont toutes des vertus médicinales utilisées encore de nos jours. Les céréales ne figurent pas ici, car elles contribuent à la médecine des familles sous forme de farine, son et pain, classés dans la deuxième catégorie.

27Mais plus que le classement scientifique de ces plantes il importe de savoir si ces plantes étaient des plantes cultivées ou non et à quoi elles servaient.

28C’est le moment de distinguer des autres les vedettes : 75 plantes (soit 33 %) sont citées chacune 5 fois ou plus et fournissent 759 occurrences (soit 69,5 %). Le tiers des plantes fournit donc plus des 2/3 des occurrences. Parmi ces 75 vedettes, 27 sont citées plus de 10 fois chacune et fournissent 452 occurrences soit 41,3 %.

29L’herbier des familles n’est donc pas aussi vaste qu’on pourrait le croire d’après les premiers résultats. Se dégagent de l’ensemble quelques dizaines de plantes qui jouent le rôle de panacée et dont chacune sert, comme nous le verrons plus loin, à soigner des maux variés.

30Considérons un instant la liste des grandes vedettes, les 27 plantes citées au moins 10 fois chacune.

3112 d’entre elles sont alimentaires ; légumes verts comme l’ache, le chou, le poireau ou la fève ; condiments tels la menthe et le laurier. La liste des plantes citées entre 5 et 9 fois chacune comprend également des herbes potagères (par exemple mélisse, moutarde, laitue, thym...). Il apparaît que les principaux légumes verts consommés à l’époque et toutes les plantes odorantes et savoureuses employées comme assaisonnement sont au premier rang parmi les remèdes. C’est faire d’une seule pierre deux coups... On peut dire la même chose de trois plantes industrielles : Un, garance et safran. Le jardin, essentiel au maintien de l’équilibre alimentaire en quantité et en qualité, est aussi le premier fournisseur de médications.

32Mise à part la jusquiame, citée 8 fois, les recettes médicales ne font pas grand cas des plantes qui peuvent être dangereuses (morelle : 7 fois ; digitale : 3 ; ancolie : 1 ; gui : 1). Inversement, l’inoffensive pervenche est citée 6 fois, sans doute en raison des vertus magiques qu’on lui attribue. Il suffit, parait-il, d’en tenir une dans sa bouche pour supprimer la douleur...

33Entre les plantes alimentaires et industrielles que l’homme entretient et propage, et les plantes incontestablement sauvages comme la gentiane jaune et l’ortie, il en est un bon nombre dont il est difficile de dire si elles étaient, à la fin du Moyen Age, cultivées ou non.

34Certaines plantes que Charlemagne ordonnait de cultiver dans ses domaines ont cessé de l’être par la suite, en particulier plusieurs espèces de salades et de pommes. On ne sait à quel stade était parvenu ce rétrécissement progressif de la flore comestible.

35D’autre part, le Livre des simples médecines signale des plantes qui existent sous deux formes, “domesche” et sauvage. Parmi les plantes-vedettes de la médecine des familles, il en est 10 (aïl. aunée, lys, mauves, menthe, origan, persil, roquette, rue, sauge). Le livre signale que la sauvage est de “geignor force”. Mais jamais les recettes médicales ne font cette distinction. On a l’impression que les malades et leur entourage choisissent les plantes les plus proches, intégrées à leur décor quotidien. Un seul texte semble conseiller d’aller jusqu’au bois ramasser la primevère, au heu de se contenter de celles qui émaillent les prés, les talus et les sentiers. Mais le laconisme habituel de ce genre de texte rend l’interprétation douteuse.

[37] Pour la douleur et pour l’espurgement du piz, prenez la primerolle du bois et triblez bien et metez en .j. pot eschaufer, et si tout conme ce sera chaut, si faites une fosse en terre, si i meter le pot et le couvrez bien, et le leissiez .ix. jours et .ix. nuiz ; si le bevez au matin froit au soir chaut. (Romania, 1889)

36Ce qui est plus sûr est que les plantes-vedettes qui ne sont ni alimentaires, ni industrielles sont de celles qui poussent partout, dans les ailées des jardins, sous les haies, le long des chemins... Il n’était sans doute pas plus difficile de se procurer une touffe de plantain, d’ortie ou de tanaisie qu’une poignée de persil ou de sauge ; peut-être ces “meschantes herbes” étaient-elles mieux tolérées autour des maisons qu’elles ne le furent plus tard. C’est ce que l’on est tenté de croire lorsqu’on voit l’absinthe, le millefeuille, l’ortie, etc. figurer en bonne place dans l’herbier médicinal usuel. Chacun sait que, dans les jardins les mieux soignés, elles réapparaissent après chaque averse, comme si elles ne pouvaient renoncer d’être nos voisines...

37Dans quelle mesure cette flore est-elle aussi celle des apothicaires ? A partir du seul Antidotaire Nicolas, je ne puis fournir qu’un début de réponse.

3853 plantes citées dans l’Antidotaire ne se trouvent pas dans le corpus de recettes médicales utilisé. Ce ne sont pas des plantes rares, et certaines sont à l’honneur dans les ouvrages de vulgarisation contemporains, telle le millepertuis et le tussilage. Mais toutes, sauf la rhubarbe et certaines cucurbitacées, sont sauvages.

39Des 212 plantes citées dans les recettes médicales (arbres exclus) 84 figurent dans l’Antidotaire, soit 39 X. Le pourcentage s’élève à 68 % si l’on ne considère que les plantes-vedettes : 51 sur 75.

40Plus que le nombre, c’est le choix qui importe (cf. la liste). L’Antidotaire exclut presque tous les légumes. On n’y trouve ni aïl ni oignon, ni chou ni poireau, ni fève ni moutarde. Les plantes citées entre 1 et 5 fois chacune comportent d’autres exclues : cerfeuil, chicorée, cresson, échalote, faverole, panais, pois chiche, raves. Manifestement, la pharmacie officielle tire peu de drogues des légumes et condiments qui figurent quotidiennement sur la table. Les plantes indigènes qui entrent dans la composition des onguents, sirops, pilules et autres sont avant tout des plantes non alimentaires. Il faudrait donc déterminer lesquelles de ces plantes peuvent se trouver dans les jardins en qualité de “meschantes herbes”, problème que je ne saurais résoudre.

41Pour terminer, regardons de près deux plantes choisies parmi les grandes favorites de la médecine des familles : le plantain, cité 46 fois, et le poireau, cité 14 fois. L’Antidotaire dit le plantain efficace contre l’hémorragie de la matrice et l’inclut dans les ingrédients qui servent à fabriquer les tablettes à la violette (cf. supra). Le Livre des simples médecines en dit plus long. Le plantain est recommandé non seulement contre les hémorragies (n° 143 et 566) mais aussi contre la dysenterie (n° 144 et 177) et pour faire mûrir les abcès (n° 27).

42La médecine des familles connaît ces divers emplois, y compris le dernier. Le cataplasme émollient placé sur une infection locale peut comporter du plantain.

[43] “Por felon par boces, bevez la morele e plantain, e fetez de .j. emplastre, si metez desus. - Autre : ache, perecil, fenoil triblez ensenble e destrempez de cervoise ou de vin e bevez au se e au matin”. (SATAF, 1906).

43Mais plus que ces similitudes, ce qui frappe est la quantité d’usages supplémentaires que prévoient les recettes médicales. Le plantain est le remède à la fièvre tierce, contre laquelle il agit seul s’il est cueilli selon les rites (cf. supra). Mêlé à d’autres plantes tout aussi communes, il lutte contre les maux de tête, contre l’enflure provoquée par le mal de dents, et même contre le “sang tourné”, séquelle bien connu des émotions fortes.

I “Contre cors sanmellet.
Prendés poure de plonc e oef mol cuit et humés et garires Item, contre cors sancmellet, prendés ierre et mifuel et quintefueille et faverole, plantaing et sureil, de quascun une pugnie : si en traiés le jus et si metés grain[s] de baie moulus en pourre, et metés avec mie[u]l d’uef, et toutes ces coses en fleur de fourment, et faites un pain, et si ne mangue autre pain fors nueles et boive au matin lait u aigue caude ; et bains li est bons et freisce chars de porc cuite en rost et mieul d’uef dur kuit e frés fromage et vin rouge. Autrement, contre cors sancmellé, fai viande de farine de fourment et de jus de plantain et de lait de chievre et mangue, si garra”. (SATAF, 1906)

44Le recueil en langue des Pyrénées, qui ne lui consacre pas moins de 19 articles, ajoute à ce palmarès les brûlures, les blessures, les taches sur la peau, la rongne, toute espèce de fièvre et même les morsures de chien enragé.

45Le second exemple conduit aux mêmes constatations. La différence entre la pharmacie et la médecine des familles est même plus sensible encore. Le poireau en effet n’est nulle part cité dans l’Antidotaire, même pas sous forme de graines. Le Livre des simples médecines ne lui consacre aucun chapitre, mais le poireau est nommé à quatre reprises, dans des passages consacrés aux maux d’oreille : il calme la douleur, il tue les vers, il purifie.

46Le recueil en langue des Pyrénées confirme : mêlé à du foie de chèvre et à du vinaigre, le poireau calme les élancements. Mais il sait faire bien d’autres choses encore. Ses feuilles broyées posées sur un bras cassé consolident les os ; il calme les points de côté, les maux de reins, les maux de ventre, les crachements de sang ; il combat l’échauffement du foie, la constipation, le rhume de cerveau et la mauvaise haleine ; il conforte la virilité et il aide la femme à concevoir ; il fait mûrir les furoncles. Il est même recommandé contre la diarrhée, ce qui est le plus surprenant. Enfin les documents aixois publiés par N. Coulet contiennent deux recettes où le poireau entre dans la composition d’emplâtres à poser sur les hémorroïdes.

47Les herbes les plus communes peuvent donc servir à plusieurs fins. Pourquoi aller courir au loin puisque le remède à tous les maux est à la portée de la main...

48Cette esquisse ne tient pas compte du fait que les plantes peuvent être employées crues ou cuites, seules ou avec d’autres ingrédients, que leur usage peut être interne ou externe, etc. Il faudrait une recherche plus poussée pour donner une juste idée du rôle médical joué par les plantes du jardin, plantes cultivées et non cultivées.

49Il vaut mieux ne pas tomber malade en hiver. A lire les recettes, on a l’impression qu’il suffit de sortir pour se procurer les plantes adéquates. Sans doute peut-on les faire sécher. Mais il n’est jamais fait allusion à ce procédé de conservation dans ces prescriptions laconiques. De plus il est en bien des cas prévu d’utiliser le “jus”, le suc de la plante.

50Cette réserve faite, il n’est pas difficile de se soigner et le matériel nécessaire est à la portée de tous : un couteau, un mortier, une casserole, parfois un linge qui sert de filtre, et c’est tout. L’essentiel est de savoir le nom des plantes qui poussent dans le voisinage et de savoir à quoi elles sont bonnes. Comme chacune a plusieurs vertus, sauf exception, et que pour chaque mal il est indiqué plusieurs remèdes, cette thérapeutique est d’emploi facile.

51Les recettes courantes ne témoignent d’aucune préférence à l’égard des plantes sauvages, que pourtant les herbiers disent plus efficaces que les “domesches”. Bien au contraire, la médecine des familles attribue aux végétaux les plus familiers, les plus ordinaires, une étonnante variété d’emplois, ce qui évite d’aller en chercher de plus rares dans la forêt ou dans la montagne. Il est rassurant de savoir tant de remèdes à la portée de la main... On attend des herbes potagères et de celles qui s’obstinent à pousser autour d’elles des bienfaits multiples, ce qui tisse entre l’homme et son jardin une complicité pluriséculaire.

Bibliographie

Sources utilisées

Recettes médicales :

Joret (C.) et Meyer (P.) : Recettes médicales en français publiées d’après le manuscrit 23 d’Evreux, Romania, XVIII, 1889, pp. 577 sq.

Meyer (P.) : Recettes médicales en français, Bulletin de la S.A.T.A.F., XXXII, 1906. pp. 37-52.

Brunei (Cl.) : Recettes médicales, alchimiques et astrologiques du xvème siècle en langue vulgaire des Pyrénées, Toulouse, 1956.

Brunel (Cl.) : Recettes médicales d’Avignon en ancien provençal, Romania, LXXX, 1959, pp. 145-190.

Coulet (N.) : Documents aixois (1ère moitié du xvème siècle), in le corps souffrant, maladies et remèdes, Razo N° 4, Nice, 1984, pp. 125-126.

Le Blévec (D.) : Pharmacopée populaire en Comtat Venaissin : les recettes du notaire Jean Vidal (1395), ibidem, pp. 127-131 - Faits cliniques observés à Strasbourg et à Haslach en 1362 et suivis de formules de remèdes, pub. par le Dr. E. Wickersheimer, Bull. Soc. fr. d’hist. de la Médecine, 1939.

Recettes pharmaceutiques :

Dorveaux (Dr. P.) : l’Antidotaire Nicolas, deux traductions françaises (xivème et xvème siècles), Paris, 1896.

Brunei (Cl.) : Recettes pharmaceutiques d’Avignon en ancien provençal, Romania, LXXXVII, 1966, pp. 505-542.

Divers :

Guérard (B.) : Explication du Capitulaire de Villis, Paris, 1853.

Le Livre des Simples Médecines, traduction du Circa instans de Platearius, pub. par le Dr. P. Dorveaux, Paris, 1913.

Ouvrages consultés :

Leclerc (Dr. H.) : Précis de phytothérapie, Paris, 4ème éd., 1954.

Moulinier (L.) : Un échantillon de la boutique d’Albert le Grand, Médiévales n° 16-17.

Opsomer-Halleux (C.) : Prolégomènes à une étude des recettes médicinales, Centre Jean Palerme, Mémoires, t. III : Médecins et médecine dans l'Antiquité, Saint-Etienne, 1982, pp. 85-103.

Bonnier (G.) : Les noms des fleurs par la méthode simple, Paris, 1961.

Annexes

Les recettes médicales : répartition

Les recettes médicales : répartition

Note (1)3

Les recettes pharmaceutiques4

Les recettes pharmaceutiques4

Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes MEDICALES

Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes MEDICALES

Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes PHARMACEUTIQUES

Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes PHARMACEUTIQUES

Les plantes vedettes (citées au moins 10 fois)

Les plantes vedettes (citées au moins 10 fois)

Notes

1 Les caquets de l’accouchée, pub. par E. Founier, Paris, Jammet, 1873, p. 104.

2 ... Voir en appendice les sources utilisées. L’étude quantitative prend en compte tous les recueils, mais je me suis servie pour le reste plus particulièrement des textes en français et en latin, faute de connaître suffisamment les langues d’oc.

3 Une partie seulement de ces recettes sont utilisables. Pour compter les plantes et autres matières médicales prescrites dans ce recueil, je me suis servie des index.

4 Un petit nombre de recettes pharmaceutiques empruntées à l’Anti-dotaire ont été insérées dans les recueils de recettes médicales précitées. Elles n’ont pas été comptabilisées.

Table des illustrations

Titre Les recettes médicales : répartition
Légende Note (1)3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Les recettes pharmaceutiques4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes MEDICALES
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Nombre de fois où sont mentionnés dans les recettes PHARMACEUTIQUES
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Les plantes vedettes (citées au moins 10 fois)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter