Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Du verger royal au jardin d’amour : mort et transfiguration du locus amoenus (d’après Tristan de Béroul et Cligès)

Huguette Legros

Texte intégral

  • 1 Voir A.G. VAN HAMEL, “Cligès et Tristan” in Romania, XXXIII, 1904, pp. 465-489 ; et J. FRAPPIER, C (...)

1Cligès est souvent considéré comme un anti-Tristan, un néo-Tristan voire un hyper-Tristan1. Nous ne nous prononcerons pas ici sur les intentions de Chrétien de Troyes, concernant sa conception supposée de l’amour dit courtois ; nous nous contenterons d’admettre qu’il y a, de fait, entre le Tristan de Béroul et le Cligès une intertextualité, souvent ironique au demeurant, et nous comparerons les scènes du jardin, de la loge de feuillage, du Gué Aventureux et de la Blanche Lande à celle du verger dans Cligès. L’amour n’est pas le seul enjeu de ces scènes qui révèlent aussi une certaine conception du pouvoir : Marc est roi, Cligès doit le devenir ; or, leurs attitudes dans les épisodes qui nous intéressent sont significatives d’une certaine représentation de la souveraineté incarnée par l’un et l’autre personnage.

  • 2 J. Ch. PAYEN, “Ordre moral et subversion politique dans le Tristan de Béroul”, in Mélanges Jeanne (...)
  • 3 Cligès, ed. Al MICMA, C.F.M.A., Paris, Champion, 1970, vers 2595-2614.

2Dans le Tristan de Béroul, Marc apparaît comme tributaire de ses grands barons et, au travers des péripéties de l’histoire d’amour, ce sont deux castes féodales qui s’affrontent. Tristan comme Governal sont des hommes sans fief alors que les “traîtres” sont présentés comme de puissants féodaux capables de déstabiliser le pouvoir de Marc2. Tristan est, certes, le neveu de Marc, mais ce sont ses conseillers qu’écoute le roi et c’est au centre de ce conflit féodal que se joue la rivalité amoureuse qui oppose les deux hommes. De même, c’est sous la pression de ses barons qu’Alis manque à son engagement de ne jamais se marier, privant ainsi, potentiellement, Cligès de son héritage3 ; or, Cligès est le neveu d’Alis et ils aiment la même femme, Fénice. Situations similaires, résolues différemment pour ce qui est de l’amour ; mais, dans les deux récits, la femme n’est pas seulement objet de désir entre deux hommes, elle se trouve aussi au centre de tensions socio-politiques qui font que l’amour, adultère et fatal ou absolu et triomphant, est étroitement lié à la souveraineté et à une vérité qui se trouve, au-delà des apparences, masquée aussi bien par les conventions sociales que par les supercheries de la magie. Or, vérité, amour et souveraineté vont se révéler dans des lieux significatifs : jardin ou verger, loge de feuillage ou “beau pré”.

  • 4 Tristan et Yseut, éd. J. Ch. PAYEN, Classiques Garnier, 2ème éd., 1980.
  • 5 ed. cit., vers 87 à 141.

3Dans le Tristan de Béroul4, le roi découvre deux fois les amants ; la première scène ouvre le roman tel qu’il nous est conservé : le nain Frocin a appris que Tristan et Yseut s’étaient donné rendez-vous dans le jardin ; il a alors prévenu Marc à qui il a conseillé de grimper dans un arbre pour surprendre la reine et son neveu en flagrant délit “d’amor vilaine”. Or, les amants voient le reflet de Marc dans l’eau de la fontaine qui est sous le pin et ne vont donc pas se trahir ; mieux, ils vont tenir des discours qui éclairent les enjeux politiques qui servent de contexte à leurs amours adultères5.

4Les éléments du décor nous sont indiqués soit par le narrateur, soit par les dialogues des personnages, mais il n’y a pas à proprement parler de description du jardin. Cependant, nous pouvons supposer qu’il s’agit d’un jardin intérieur au château puisque la reine entre dans sa chambre juste après l’entretien avec Tristan et sans qu’il y ait d’indication de déplacement spatial ; de plus lorsqu’ensuite elle parle à son époux, elle lui dit :

Tristan tes niés vint soz cel pin
Qui est laienz en ce jardin, (v 390-391).

5L’emploi des adjectifs démonstratifs “cel” et “ce” et de “leanz” confirme la proximité immédiate du jardin dont nous n’avons ici que trois éléments.

6Le premier est le pin sous lequel les amants se sont rencontrés ; le second est le “perron de marbre gris” sur lequel Tristan s’appuie après le départ d’Yseut ; le troisième est la fontaine qui a permis aux jeunes gens de voir l’ombre du roi. Et, de fait, Yseut évoque ces trois éléments lorsqu’elle raconte la scène à Brangien :

(...) li rois Marc estoit en l’arbre
Ou li perrons estoit de marbre.
Je vi son ombre a la fontaine, (v. 324-326).

  • 6 A. LABBE, Architecture des palais et Jardins dans les Chansons de geste, Champion-Slaktine, 1987.

7Ainsi nous sommes en présence de la triade fondamentale “arbre - pierre - fontaine”, triade constitutive du “jardin royal” comme l’a si magistralement démontré A. LABBE dans son étude sur l’architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste6. Je ne reprendrai pas ici les analyses si fines et si passionnantes développées par l’auteur ; je n’en retiendrai que certains points, fort éclairants pour notre propos.

  • 7 Ibid, p.78.
  • 8 Ibid., p. 102.
  • 9 éd. cit., vers 241-244.
  • 10 Ibid., vers 320-344.
  • 11 Ibid, vers 444-459.
  • 12 Ibid., vers 466.
  • 13 Le nain est évidemment un personnage maléfique. M. DELBOUILLE, “Le nom du nain Frocin”, in Mélange (...)

8Alain LABBE montre bien que parmi les polysémies du motif de l’arbre, une fonction est, dans nos textes, plus particulièrement réservée au pin qui apparaît comme l’élément fondamental de l’image en majesté du roi sous l’arbre7. Ainsi dans la Chanson de Roland, entre autres, le pin est “systématiquement associé aux scènes décisives (...) conférant à celui, roi ou héros, qui se tient sous son ombrage, une saisissante majesté”. Montrant la primauté de la présence de l’arbre dans la constitution du motif du “jardin royal”, l’auteur ajoute : “l’image du roi sous l’arbre (...) montre le roi dans son rôle d’arbitre (...), de négociateur (...), de stratège (...), de juge lorsque l’assemblée des barons se constitue en tribunal royal (...). Au motif du jardin royal s’associent tous les actes de pouvoir qui supposent réflexion, concentration, sérénité”8. Or, Marc n’est pas sous l’arbre, mais dans l’arbre. Sa position est notée de manière récurrente, donc insistante par le narrateur, par Yseut et par Marc lui-même. Au vers 234, le narrateur écrit : “Lirois gui sus en l’arbre estoit (...)”, puis Marc se parle à lui-même : “Las, fait li rois, or ai veü / Qua li nains m’a trop deceü / En c’est arbre me fist monter / Il ne me pout plus ahonter”9. Ensuite, c’est Yseut qui raconte la scène à Brangien10, puis Marc avoue à sa femme qu’il a surpris son rendez-vous avec Tristan : “Or dit li rois a la roïne / Comme le felon nain Frocine / Out anoncié le parlement / Et com el pin plus hautement / Le fist monter por eus voier / A lor asemblement le soir”11. Dans le vers suivant Yseut reprend sous forme interrogative : “Sire, estiez vos donc el pin ?”, faussement naïve et peut-être faussement incrédule soulignant ainsi ce qu’a d’incongru la révélation de Marc. Enfin, après avoir dit à Yseut qu’il avait failli tomber, le roi ajoute, parlant des révélations de Tristan : “Pitié m’en prist a l’arbre sus12. Alors qu’il devrait délibérer pour savoir qui dit vrai de ses barons ou de son épouse, Marc se retrouve, sur les conseils du nain13, dans la situation infamante du mari trompé et berné, réduit à espionner son neveu et sa femme dans une position pour le moins ridicule. Cependant, l’inversion d’un motif, sans doute présent dans tous les esprits, montre aussi la précarité de la situation du roi qui a perdu non seulement toute dignité, mais aussi toute majesté. En effet, l’inconvenance de la position de Marc est encore soulignée par le fait que le texte n’omet pas de mentionner sa descente de l’arbre :

Tristan s’en est pieça alez.
Li rois de l’arbre est devalez, (v. 261-262),

9et rapproche la situation de Tristan et de Marc en plaçant leur nom et leur titre au début des deux vers qui forment le couplet d’octosyllabes.

10Enfin, en avouant qu’il a failli tomber de l’arbre :

Pitié en oi, petit falli
Que de l’arbre je ne chai ; (v. 456-457),

11Marc avoue qu’il était, qu’il est, dans une situation instable et, de fait, son pouvoir est déstabilisé par l’amour qui unit la reine et son neveu.

12Tristan quant à lui apparaît sous l’arbre, appuyé contre le perron :

Sor le perron de marbre bis
Tristan s’apuie, ce m’est vis ; (v, 214-215).

  • 14 Ce terme imprécis peut désigner : “une haute pierre qui permet aux chevaliers de monter a cheval m (...)
  • 15 Si le décor a une valeur symbolique, Tristan appuyé au perron, sous l’arbre, participe au double s (...)
  • 16 éd. cit., vers 100-106.

13Ce terme est certes imprécis et polysémique14, mais il reste que, dans la triade “arbre - pierre - source”, le perron représente l’élément chthonien alors que l’arbre figure l’axus mundi reliant le ciel à la terre ; expression du pouvoir royal ce couple “arbre - perron” est ici nettement référé à Tristan, comme si, en aimant la reine, il apparaissait confusément comme le vrai détenteur de la souveraineté15. L’exclamation d’Yseut “de haut si bas !” ne concerne-t-elle qu’elle-même ou ne s’adresse-t-elle pas aussi à Marc ? En fait, tout le dialogue des amants insiste sur le rôle joué par Tristan et oppose les actions bénéfiques du jeune homme aux calomnies des barons qui ne savent que dresser l’oncle contre le neveu16. Tandis que les barons sont puissants et riches, Tristan ne possède plus rien :

Bien sai que mot me net li rois.
Engagiez est tot mon harnois.
Car le me faites delivrer :
Si m’en fuirai, n’i os ester, (v. 182-185)
---------------------------------
Qant je serai en autre terre,
S’oi chevalier parler de guerre,
Je n’en oserai mot soner :
Hom nu n’a nul leu de parler,
Or m’estovra sofrir fortune,
Trop m’aura fait mal et rancune ! (v. 224-229),

  • 17 Ibid, vers 520 à 56 et v. 169 à 175.

14ceci alors que l’ambivalence des symboles le présente comme une menace potentielle pour Marc même si, comme Yseut, il se sent menacé. La reine à plusieurs reprises avoue sa peur17 et les paroles de Tristan résonnent étrangement lorsqu’il dit à Yseut :

Ainz me lairoie par le col
Pendre a un arbre qu’en ma vie
O vos preisse druerie. (v. 107-109).

15Pense-t-il que le pin pourrait devenir un arbre patibulaire, son ombre évoque-t-elle pour lui l’image de l’arbre des supplices, qu’il pourrait devenir s’ils étaient découverts ? Certes, l’expression “pendre a un arbre” ne renvoie à aucun arbre précis et pour l’instant c’est plutôt Marc qui est, en quelque sorte, “pendu” dans le pin !

16Cependant, il y a polysémie du motif narratif mis en place ; en effet, le jardin royal est aussi un locus amoenus dans la mesure où il est le lieu de rendez-vous des amants et la triade “arbre - pierre - source” est tout aussi caractéristique des jardins d’amour que des jardins royaux, même si l’arbre qui se trouve au centre du verger est alors rarement un pin. En revanche, la fontaine est un élément commun aux topoï du locus amoenus, du jardin ou du verger, voire du jardin royal.

17Toutefois, Béroul utilise cet élément de manière originale puisque l’eau de la fontaine en renvoyant l’image de Marc caché dans le pin modifie le cours de l’histoire, infléchit et modèle le discours et l’attitude des personnages ; elle leur permet d’adopter une contenance innocente et de tenir un discours ambigu visant à les disculper.

  • 18 Une de mes étudiantes, Nathalie TINETTE, a fort bien étudié la fonction des éléments naturels dans (...)

18Reste que l’ambivalence du topos concourt à enrichir la senefiance de la scène. Comme locus amoenus, le jardin est un lieu dangereux pour les amants, mais la lune et l’eau se liguent pour les aider et leur permettre de s’innocenter18 ; comme jardin royal, cet endroit est périlleux pour Marc qui est dupé et ridiculisé. Alors que les amants sont de fait dans une situation précaire, c’est Marc qui apparaît comme dé-stabilisé, comme dé-placé (dans les deux sens du terme).

  • 19 R. CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Age latin, P.U.F., 1956 ; sur la question voir é (...)
  • 20 M.F. NOTZ, “Hortusconclusus : réflexions sur le rôle symbolique de la clôture dans la description (...)

19La seconde fois que les amants sont surpris par le roi, ils le sont alors qu’ils se reposent en forêt dans une “loge” de feuillage. Une question se pose : peut-on encore parler de “jardin” ? Au sens strict du terme certainement pas mais, ne faut-il pas considérer de manière plus large le motif littéraire du “verger d’amour” et non s’en tenir à l’étude d’un espace bien réel, voué à l’horticulture et accessoirement aux jeux de l’amour19 ? M.F. NOTZ, à propos de la définition de R. CURTIUS, pose fort justement la question : comment vivre cet espace ?”20.

20Dans le texte qui nous intéresse l’endroit où est construite la loge est associé explicitement au bonheur :

Mais l’un por l’autre ne se sent :
Bien orent lor aaisement. (v. 1759-1760).

  • 21 éd. cit., vers 1757 à 1764.

21même si l’auteur souligne combien la vie des amants est rude et difficile21.

  • 22 Les premiers jours de leur vie dans le Morois, les amants n’osent pas coucher deux soirs de suite (...)

22C’est aussi une halte prolongée après des jours d’errance22 :

Poor ont tuit par la contree.
La forest est si esfreee
Que nus n’i ose ester dedenz.
Or ont le bois a lor talent, (v. 1721-1724).

23Tristan y apprend la mort d’un de ses ennemis les plus acharnés, il fabrique l’arc-qui-ne-faut, part pour la chasse, mais revient à cette hutte présentée comme un point fixe. Or, cette impression de durée est brisée par le narrateur au vers 1748 : “Seignor, ce fu un jor d’esté”. Ainsi l’épisode de la découverte des amants est inscrit dans une temporalité et un espace précis.

  • 23 éd. cit. vers 1748-1754.
  • 24 Ibid, vers 1768 : 1774-1776.

24Toutes les notations spatio-temporelles concourent à donner une impression de bien-être : c’est l’été, un matin où il y a de la rosée, les oiseaux chantent et le jour se lève23, cependant Tristan quitte la loge pour aller chasser et n’y reviendra qu’en plein midi si l’on en croit le vers 1768 : “Li cbauz fu granz qui mot les grive”. Or, la loge de feuillage va les protéger de cette chaleur accablante car elle est faite de “vers rains”, “De leus en leus ot fuelle a traite, / Et par terre fu bien jonchie24.

  • 25 J. LE GOFF, “Le désert-forêt dans l’Occident médiéval” et “Lévi-Strauss en Brocéliande” in L’Imagi (...)
  • 26 éd. cit., vers 6259-6428.

25Quel cadre avons-nous donc ? Une clairière, une loge de feuillage, pas un souffle de vent, un rayon de soleil sur le visage d’Yseut. Il semble que les éléments mis en place chronologiquement aient une connotation contradictoire ; alors qu’à l’aube tous les éléments sont réunis pour donner une impression de plénitude, au retour de Tristan le narrateur prend a-contrario les éléments du décor minimum du locus amoenus ; pas d’indication de prairie, pas de fleurs, pas d’eau, pas de brise : uniquement une clairière (jamais citée nommément), au cœur d’une forêt qui est à la fois la forêt-refuge, la forêt-désert, la forêt-sauvage25, un espace clos constitué par la loge de feuillage, à peine protectrice. Si nous comparons avec le verger décrit par Chrétien de Troyes dans Cligès26, nous comprenons que Béroul prépare la venue du forestier puis celle de Marc. Il accumule, en effet, les notations qui donnent l’impression du bonheur a-temporel des amants et celles qui suggèrent une menace imminente. En ce sens, ce lieu de plaisance est symtomatique de la contradiction inhérente à la situation de Tristan et Yseut.

26Dans Cligès, au contraire, tout concourt à donner une impression de bien-être, et de sécurité. Le soleil n’est là que pour réjouir Fénice :

Quant Fenice vit luis ovrir
Et le soloil leanz ferir,
Qu’ele n’avoit pieça veu,
De joie a tot le san meu, (v. 6305-6308),

27car la ramure de l’ente a été taillée de telle sorte qu’elle protège des rayons trop violents ou de la chaleur trop intense :

Ne ja n’iert tant li solauz chauz
En esté, quant il est plus hauz,
Que ja rais i puisse passer,
Si le sot Jehanz conpasser
Et les branches mener et duire. (v. 6325-6329).

28En effet, les branches de l’arbre se baissent jusqu’à terre pour former une sorte de voûte surplombant un “praiax” propice aux joies de l’amour :

Ensi estoient li rain duit
Que par terre pandoient tuit
Et prés de la terre baissoient, (v. 6317-6319)
-----------------------------------------
Et desoz l’ante ert li praiax.
Molt delitables et molt biax, (v. 6323-6324)
-----------------------------------------
La se va Fenice deduire,
Si a fet soz l’ante son lit :
La sont a joie et a delit, (v. 6330-6332).

29Les adjectifs “delitables”, “biax” employés au superlatif, la place de “deduire” à la rime et la redondande de l’expression “a/oie et a delit” soulignent l’impression de plénitude et de bonheur qui resosort de ce verger ; tout en ce lieu évoque le calme et la volupté ; et l’arbre situé au centre du jardin est une “ente”, chargée de fleurs et de fruits :

Puis est antree an un vergier,
Qui molt li plest et atalante.
En mi le vergier ot une ante
De flors chargiee, et bien foillue,
Et par dedesoz estandue. (v. 6312-6316)
--------------------------------
Or est Fenice molt a eise,
N’est riens nule qui li despleise,
Quant sor les flors ne sor la fuelle
Ne li faut riens que ele vuelle :
Son ami li loist anbracier. (v. 6337-6341).

30Les amants endormis ne s’éveillent que lorsque :

A tant une poire destele,
Si chiet Fenice sor l’oroille ; (v. 6378-6379).

  • 27 L. POLAK, “Cligès, Fénice et l’arbre d’amour” in Romania, 1972, t. 93, pp. 303 à 316.
  • 28 éd. cit., vers 6333 à 6336.

31Cet arbre fruitier greffé pour produire de meilleurs fruits symbolise, comme l’a bien montré L. POLAK27, la fécondité et la vie, alors que la loge de feuillage ne peut signifier que la stérilité puisqu’elle est faite de branches coupées ; de même, le rayon de soleil qui frappe le visage d’Yseut prend en charge le symbolisme destructeur de l’astre solaire. Enfin, le verger est un lieu clos par de hauts murs28, un lieu protégé, alors que la clairière est une espace ouvert et donc exposé à tous les dangers.

  • 29 D. de ROUGEMONT, L’Amour et l’Occident. Paris 1956 ; E. VINAVER, “La forêt de Morois” in Cahiers d (...)
  • 30 J. SUBRENAT “Sur le climat social, moral, religieux du Tristan de Béroul” in Le Moyen Age, 1976, t (...)
  • 31 art. cit. p. 51.
  • 32 J. SUBRENAT écrit : “Il est impensable que Marc ne comprenne pas ; il est clair qu’il ne veut pas (...)
  • 33 Ibid., p.235.
  • 34 Ed. cit., vers 1837-1844. Marc est alors dans la grande salle du palais, occupé à tenir la cour de (...)
  • 35 ed. cit., vers 1869.

32Je ne reviendrai pas sur les nombreux commentaires dont la scène de la découverte des amants par Marc a fait l’objet29 ; reste que, seule une interprétation symbolique des gestes de Marc peut nous permettre de comprendre le sens de cet épisode essentiel ; or, Marc ne peut pas ne pas comprendre que ses yeux voient une vérité qui n’est qu’une vérité apparente et je rejoins sur ce point les interprétations de Jean SUBRENAT et de Colette Van COOLPUT30 ; néanmoins je ne concluerai pas comme cette dernière que “Marc n’a pas de comportement social : il n’est plus l’époux et ne songe pas encore à être le roi”31. En fait, Marc accepte une réalité qui le dépasse32 et réagit comme un époux indulgent et tendre “comme s’il comprenait qu’il est de trop” dit Jean SUBRENAT33, mais il se comporte aussi en roi et, sans discuter dans le détail l’interprétation de J. MARX, il est certain que Marc espère le retour de Tristan et de sa femme à la cour. N’oublions pas qu’il était en train de tenir une cour de justice en présence de ses barons lorsque le forestier l’a averti34, il exerçait donc pleinement sa fonction de juge qui est une des fonctions essentielles du roi ; or il part sans être accompagné et fâché de la nouvelle qu’il vient d’apprendre35. Cet état d’esprit prépare la décision qu’il prendra lorsqu’il se trouvera seul à seuls, face aux amants endormis.

33Alors que, perché dans le pin sur les conseils d’un nain maléfique, il était dans la situation ridicule d’un mari jaloux et berné, prêt à croire sans discernement les discours qu’il entendait, dans la loge de feuillage après avoir brisé le cercle magique qu’elle constitue pour les amants et alors qu’il est face à eux, il se comporte comme un homme sensé et sensible, comme un souverain exerçant en pleine connaissance de cause son droit de clémence.

34La loge de feuillage signifie la puissance de l’amour et Marc, loin de son château et de ses conseillers, décide personnellement ; il est seul face à lui-même et n’est plus influencé par quiconque, alors que, le jardin royal, lieu du pouvoir, signifiait paradoxalement la possibilité d’être soumis à toutes les influences. Par un jeu d’inversion, c’est dans le locus amoenus que Marc se comporte en souverain.

35Cependant, cette décision et cette attitude du roi ne seront reconnues socialement que lors de la rencontre au Gué Aventureux :

La ont tendu maint pavellon
Et mainte tente de baron :
Loin ont porpris la praerie. (v. 2739-2741).

36Dans ce “beau pré” Marc s’avance, à cheval, dignement pour reprendre Yseut et la conduire au château :

Li rois venoit mot fierement
Le trait d’un arc devant sa gent.
O lui Dinas,... (v. 2817-2819).

37Ce décor champêtre n’est pas ici le substitut d’une quelconque variante du topos du locus amoenus ; ces tentes ne sont en rien apparentées aux tentes des demoiselles rencontrées par les chevaliers arthuriens dans tel lai ou dans tel roman ; elles rehaussent le prestige du camp royal au même titre que l’importance du nombre des participants :

N’i remest chevalier ne dame
Que ne vienge a cel’ asemblee. (v. 2722-2723)
---------------------------
Seignors, au jor du parlement,
Fu li rois Marc o mot grant gent. (v. 2737-2738)

  • 36 ibid., vers 2942-2975.

38et dans cette mesure, elles symbolisent la puissance et la gloire du roi Marc qui vont éclater lors de la cérémonie religieuse et féodale qui clôt cette scène de retrouvailles36.

39Toutefois, Yseut ne sera définitivement innocentée que lors de l’escondit prononcé en présence d’Arthur à la Blanche Lande, autre “beau lieu” :

Descendu sont a lor herberges.
En la lande out assez herberges.
Mot en costerent li cordel.
En leu de jonc et de rosel,
Glagie avoient tuit lor tentes.
Par chemins vienent et par sentes.
La Blanche Lande fu vestue. (v. 4048-4034).

  • 37 Ibid, vers 4055.

40La “lande”, encore appelée “pree”, peut apparaître comme un substitut du verger d’amour où “maint chevalier i out sa drue37, lieu de rencontre d’une société courtoise et raffinée :

La ot petit de dras de laine ;
Tuit li plusor furent de soie.
Des vesteures que diroie ?
De laine i out, ce fu en graine ;
Escarlate cel drap de laine ;
Molt i ot gent de riche ator.
Nus ne vit deus plus riches corz ;
Mestier nen est dont la nen ait.
En pavellons ont joie fait. (v. 4065-4073)
-------------------------
N’out chevalier en tot le reigne
Qui n’ai o soi a cort sa feme. (v. 4092-4093).

  • 38 Cf. A. LABBE, op. cit., pp. 38-40.

41Cependant, les nombreuses tentes dressées sur la lande évoquent plus une architecture aulique que le couvert d’un arbre ou d’une loge de feuillage propices aux jeux de l’amour38 ; les rois n’y exercent-ils pas leur fonction de largesse :

Chascuns rois sist a la demande.
Qui out devices n’est pas lenz :
Li uns a l’autre fait presenz. (v. 4059-4061)

42et leur fonction de justice :

La nuit devisent lor afaire :
Comment la franche debonere
Se doit deraisnier de l’outrage,
Voiant les rois et lor barnage. (v. 4074-4077).

43Au matin, devant la tente royale dressée, on place un tapis où vont être déposées les reliques sur lesquelles Yseut prononcera son serment :

Un drap de soie a paile bis
Devant le tref au roi fu mis (v. 4094-4095).

  • 39 Ibid., pp.55-63.

44Or ce tapis posé sur l’herbe verte a pour motif décoratif un bestiaire. Il semble que ce décor s’attache à reproduire le jardin royal, image du microcosme ; l’herbe et le décor animalier constituent les éléments chthoniens alors que la tente dressée et jonchée de fleurs se substitue à l’arbre, élément à dominante ouranienne quoiqu’en contact étroit avec la terre39.

45C’est donc dans ce lieu où se mêlent les composantes du verger d’amour et celles du jardin royal que s’achève la réhabilitation d’Yseut et que, par là-même, Marc retrouve pleinement sa dignité royale :

Li rois a Cornoualle en pès.
Tuit le criement et luin et pres. (v. 4235-4236).

46Cela alors même que les amants sont vengés des “félons” puisque Tristan abat André, que Governal tue le forestier qui les avait dénoncés au roi et que tous condamnent ceux qui les ont accusés.

47Quatre lieux, quatre étapes dans et de l’itinéraire personnel du roi Marc ; présenté d’abord comme un mari jaloux et ridicule, suspendu dans un arbre, il apparaît sur la Blanche Lande debout devant sa tente en souverain écouté garant de l’ordre, et protecteur de sa femme.

48La situation dans Cligès est foncièrement différente puisque l’oncle du jeune homme est l’imposteur aussi bien comme souverain que comme époux. On en s’étonnera donc pas qu’un seul lieu réunisse les fonctions de locus amoenus et de jardin royal ; il s’agit du verger dans lequel les amants vont être surpris par Bertrand, un chevalier d’Alis.

49Nous avons vu quelques uns des éléments qui font de lui, indubitablement, un locus amoenus. Reste que certains détails et les circonstances de la découverte l’apparentent également au jardin royal.

50L’“ente” est taillée par Jehanz de telle sorte que les branches retombent pour former une loge de feuillage, mais le tronc se dresse verticalement, axe reliant la terre au ciel :

Fors la cime dom il nessoient.
La cime aloit contre mont droite (v. 6320-6321).

51Ainsi cet arbre placé au centre du verger n’est pas seulement un arbre d’amour ; de plus, il fait pendant à la tour qui, elle aussi, est refuge amoureux et lieu de pouvoir. Or, le verger est présenté comme un jardin intérieur attenant à la tour :

Et li vergiers ert clos antor
De haut mur qui tient a la tor,
Si que riens nule n’i montast,
Se par la tor sus n’ientrast. (v. 6333-6336)

  • 40 J’ai étudié la fonction narrative et la fonction symbolique de ce couple tour-jardin dans un artic (...)
  • 41 Ed. cit. vers 6349-6350.
  • 42 Ibid., vers 6428, 6433.

52Cette architecture fait penser à celle du palais de l’Emir dans Floire et Blancheflor et la conjonction tour-verger semble bien, dans tous les cas, signifier la puissance de celui à qui ils appartiennent40. Ainsi, dans Cligès la tour et le verger forment un ensemble si indissociable qu’il revient à plusieurs reprises dans la narration ; Bertrand, nous dit-on, “Fu un jor an gibiers alez / Vers cele tor tot lez a lez41, lorsque son épervier se pose “desoz la tor, anz el vergier”. De même, lorsque le jeune chevalier raconte sa découverte, il dit avoir vu Fenice et Cligès “desoz une ante, en un vergier” ; or ceux qui le croient conseillent à l’Empereur “qu’a la tor voise42. Les deux éléments architecturaux sont donc bien indissociables et, de fait, le verger est, au même titre que les constructions, tour et murs, une composante de l’architecture palatine.

53La description du verger et la découverte des amants dans Cligès reprennent en écho des éléments éclatés dans divers épisodes du Tristan de Béroul. Cependant l’écart entre ces éléments donne une signification très différente aux deux textes.

54Nous avons noté ce qui différencie, en tant que locus amoenus, le verger d’amour du Cligès et la loge de feuillage du Tristan. A la fragilité et à la précarité de l’amour douloureux de Tristant et Yseut correspondent la fragilité et la précarité de la loge construite dans une clairière, alors que la légitimité, la stabilité et la joie de l’amour de Fénice et de Cligès se disent dans la solidité et l’harmonie de l’architecture composée du jardin, de la tour et des murs d’enceinte.

  • 43 En effet, c’est l’Empereur qui meurt de colère en apprenant le subterfuge dont il fut la victime e (...)

55Les circonstances de la découverte des amants sont, elles aussi, bien différentes et révélatrices de situations divergentes. A deux reprises, Marc s’expose consciemment à une découverte blessante pour lui ; la première fois, il est comme nous l’avons dit dans la situation dégradante d’un espion ; la seconde fois, il écarte tous ses barons et affronte seul la vérité. Rien dans Cligès ne correspond à cette évolution des sentiments du mari trompé puisqu’Alis ignore tout de son infortune et que c’est Bertrand, un chevalier, qui découvre par hasard les amants endormis. Alors que Tristan et Yseut sont dans une position de faiblesse qui se traduit par l’emploi de la ruse et l’expression de la peur, Cligès n’hésite pas à mutiler Bertrand qui ne pourra plus monter à cheval. C’est dans son intégrité physique, en tant que cavalier donc en tant que chevalier, que Bertrand est frappé et la menace de mort qu’il formule va, en fait, se retourner contre l’imposteur, c’est-à-dire contre l’empereur43.

56Certains éléments précis de la narration se font écho d’un roman à l’autre, mais c’est pour mieux souligner la dissemblance des situations.

  • 44 Cf. E. VINAVER, art. cit., ainsi que les autres études concernant cette scène.
  • 45 art. cit., pp. 310-315 ; p. 312 “il est certain en tout cas que dans la littérature médiévale la p (...)
  • 46 L’amour charnel n’est pas comme dans le Tristan de Béroul, entaché de culpabilité. Fénice n’est pa (...)

57Si Bertrand monte sur le mur d’enceinte du verger, c’est pour fuir au plus vite et non pour espionner les amants. Alors que la position de Marc dans l’arbre du verger ne peut s’interpréter que symboliquement, comme une situation inversée, signe de l’instabilité de son pouvoir, la position de Bertrand s’explique de manière pragmatique. De même, alors que l’épée de Tristan est placée entre lui et la reine, ce qui lui confère la signification que nous savons44, Cligès a déposé son arme à ses pieds et s’en sert pour se défendre. Le symbolisme est donc, là encore, évacué du roman de Chrétien de Troyes. Yseut est réveillée, après le départ du roi, par la chute des gants que Marc a laissés en gage et comme protection contre le soleil qui frappait son visage, alors que Fénice est éveillée par la chute d’une poire. L. POLAK relève ce que ce détail a de déplacé dans cet épisode dans la mesure où, dans la littérature médiévale, la poire est un symbole sexuel, parfois doté d’une connotation obscène45. Il est probable qu’ici la poire a une signification érotique et souligne la dimension charnelle de l’amour de Fénice et de Cligès46, et le remplacement des gants royaux par une poire place les deux scènes sur des registres différents. Yseut est écartelée entre son amour de femme et son destin de reine, Fénice, quant à elle, se délecte des joies sensuelles d’un amour sans partage.

58Enfin la fuite des amants n’a pas le même sens dans les deux textes. Fénice et Cligès partent pour demander justice à la cour d’Arthur alors que Tristan et Yseut se réfugient au plus profond de la forêt ; pour l’un des couples, s’échapper c’est revenir au monde, à la civilisation, briser l’enchantement consenti, alors que pour l’autre, se sauver signifie fuir la cour, la réalité sociale et s’enfoncer toujours plus avant dans l’illusion d’un amour interdit et fatal.

59On le voit, la scène du verger dans le roman de Chrétien de Troyes est, si on la compare aux deux premières scènes étudiées dans le Tristan de Béroul, tout à la fois plus conventionnelle et plus réaliste, si l’on oppose à ce dernier terme l’importance que prend l’interprétation symbolique dans le roman de Béroul. De plus, les épisodes du Gué Aventureux et de la Blanche Lande n’ont pas d’équivalents dans la mesure où Cligès n’a pas accompli, comme Marc, une progression vers la vérité. Il est l’époux de Fénice et celui qui doit régner ; Arthur, son oncle, sera garant de son mariage et de la légitimité de son pouvoir dont il avait été dépossédé à tort et Fénice est, tout à la fois, la femme aimée et celle par qui advient la royauté. La ruse, le mensonge et la magie sont mis au service du droit et de l’ordre ; aussi, le verger est-il l’image de l’artifice et da l’ambivalence, locus amoenus et jardin royal adossé à la tour, lieu d’amour et de pouvoir ; au jardin se fait la découverte des amants, découverte qui est plus une révélation qu’une surprise : Fénice est alors reconnue comme l’épouse légitime de Cligès et Jehanz peut dénoncer à Alis la supercherie dont il fut victime. Tristan neveu du roi Marc, tient Yseut d’une légitimité qui n’est pas celle de l’ordre social et ne peut aspirer à la souveraineté. Marc doit retrouver son statut de roi en découvrant la vérité, sa vérité, par lui-même et ce cheminement personnel s’inscrit dans un itinéraire que jalonnent le jardin royal et la loge de feuillage, pour s’achever à la Blanche Lande, le Gué Aventureux n’étant que la première étape vers la caution sociale et arthurienne de la vérité découverte et de la royauté recouvrée. Ce sont deux conceptions de l’amour et du pouvoir qui s’expriment dans le symbolisme des lieux. Comment croire que Chrétien de Troyes ne connaissait pas le Tristan de Béroul ? Mais, son projet est autre et sur un motif connu, il fait un vers nouveau porteur d’une autre senefiance.

60Au verger, qu’il soit jardin royal ou jardin d’amour, la vérité éclate et, par delà la magie et les philtres, ce lieu primordial est celui de toutes les révélations.

Notes

1 Voir A.G. VAN HAMEL, “Cligès et Tristan” in Romania, XXXIII, 1904, pp. 465-489 ; et J. FRAPPIER, Chrétien de Troyes, Connaissance des Lettres, Hatier. 1968, p. 106. “Anti-Tristan affirment certains ; Hyper-Tristan, répliquent d’autres. Mais pourquoi subtiliser ? Cligès est un Anti-Tristan par une évidente intention polémique et un Hyper-Tristan par un effort non moins manifeste de dépassement. Le mieux est de le considérer comme une version revue et corrigée, un Néo-Tristan”.

2 J. Ch. PAYEN, “Ordre moral et subversion politique dans le Tristan de Béroul”, in Mélanges Jeanne Lods, E.N.S., 1978, t. I, pp. 473-484.

3 Cligès, ed. Al MICMA, C.F.M.A., Paris, Champion, 1970, vers 2595-2614.

4 Tristan et Yseut, éd. J. Ch. PAYEN, Classiques Garnier, 2ème éd., 1980.

5 ed. cit., vers 87 à 141.

6 A. LABBE, Architecture des palais et Jardins dans les Chansons de geste, Champion-Slaktine, 1987.

7 Ibid, p.78.

8 Ibid., p. 102.

9 éd. cit., vers 241-244.

10 Ibid., vers 320-344.

11 Ibid, vers 444-459.

12 Ibid., vers 466.

13 Le nain est évidemment un personnage maléfique. M. DELBOUILLE, “Le nom du nain Frocin”, in Mélanges Istvan Frank, pp. 191-203.

14 Ce terme imprécis peut désigner : “une haute pierre qui permet aux chevaliers de monter a cheval malgré la charge de leur armure” comme le dit J. Ch. PAYEN dans la note de son édition ou “un bloc de pierre ou de marbre qui se trouve à proximité d’un palais, où le roi peut siéger” comme le dit L. FOULET dans son glossaire de la Chanson de Roland ou encore un siège taillé pouvant servir de trône comme le suppose A. LABBE pour le perron sur lequel est couché Marsile dans la Chanson de Roland.

15 Si le décor a une valeur symbolique, Tristan appuyé au perron, sous l’arbre, participe au double symbolisme chthonien de la pierre et ouranien de l’arbre.

16 éd. cit., vers 100-106.

17 Ibid, vers 520 à 56 et v. 169 à 175.

18 Une de mes étudiantes, Nathalie TINETTE, a fort bien étudié la fonction des éléments naturels dans le Tristan de Béroul dans un mémoire de maîtrise présenté à l’Université de Caen, en 1988 : “Etude des fonctions narratives des phénomènes naturels dans les romans de Tristan écrits au xiième siècle”.

19 R. CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Age latin, P.U.F., 1956 ; sur la question voir également D. THOSS, Stadien zum “locus amoenus” im Mittelalter, Wien, 1972, M. ACQUAVIVA, Essai sur le thème du “locus amoenus” dans quelques romans du Moyen Age, Université de Tours, 1969 ; M.F. NOTZ, “Le verger merveilleux : un mode original de la description” in Etudes Jules Horrent, Liège, 1980, pp. 317-324 ; Ph. MENARD, “Jardins et vergers dans la littérature médiévale” in Flarans 9, Jardins et vergers en Europe occidentale (viii-xviiième siècles). 1987, pp. 41 à 69.

20 M.F. NOTZ, “Hortusconclusus : réflexions sur le rôle symbolique de la clôture dans la description romanesque du jardin”, in Mélanges Jeanne LODS, E.N.S, 1978, pp. 459-472 ; citation p. 460.

21 éd. cit., vers 1757 à 1764.

22 Les premiers jours de leur vie dans le Morois, les amants n’osent pas coucher deux soirs de suite au même endroit. Cf. vers 1613 à 1624.

23 éd. cit. vers 1748-1754.

24 Ibid, vers 1768 : 1774-1776.

25 J. LE GOFF, “Le désert-forêt dans l’Occident médiéval” et “Lévi-Strauss en Brocéliande” in L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, pp. 59 à 75 et pp. 151 à 187.

26 éd. cit., vers 6259-6428.

27 L. POLAK, “Cligès, Fénice et l’arbre d’amour” in Romania, 1972, t. 93, pp. 303 à 316.

28 éd. cit., vers 6333 à 6336.

29 D. de ROUGEMONT, L’Amour et l’Occident. Paris 1956 ; E. VINAVER, “La forêt de Morois” in Cahiers de Civilisation Médiévale, XI, 1968, pp. 1 a 13 ; J. MARX, “Observations sur un épisode de la légende de Tristan” in Recueil de travaux offerts à M. Clovis Brunei, t. II, Paris, 1955, pp. 265-273 ; P. LE GENTIL, “L’épisode du Morois et la signification du Tristan de Béroul” in Stadia philologica et litteraria in honorem L. Spitzer, Berne, 1958, pp. 267-274 ; entre autres.

30 J. SUBRENAT “Sur le climat social, moral, religieux du Tristan de Béroul” in Le Moyen Age, 1976, t. LXXXII, pp. 219-261. et C. VAN COOLPUT, “Le roi Marc dans le Tristan de Béroul” in Le Moyen Age. 1978, t. LXXXIV, pp. 35 à 51.

31 art. cit. p. 51.

32 J. SUBRENAT écrit : “Il est impensable que Marc ne comprenne pas ; il est clair qu’il ne veut pas comprendre pour se donner une justification. Il sait si bien à quoi s’en tenir que, disions nous, il tend à dégager Yseut des liens qui l’attachaient à lui (...). Ainsi Marc aurait saisi en un éclair - nous parlions de grace exceptionnelle - que les relations entre Tristan et Yseut étaient mystérieuses pour lui, incompréhensibles en quelque sorte, mais qu’il devait en tenir compte au lieu de tenter par la force de les supprimer” art. cit. pp. 224-225.

33 Ibid., p.235.

34 Ed. cit., vers 1837-1844. Marc est alors dans la grande salle du palais, occupé à tenir la cour de justice. Aux lieux de nature s’oppose ici l’architecture palatine qui est le lieu dans lequel Marc accomplit ses fonctions royales. Il faudrait étudier les jeux d’opposition entre ces éléments topographiques, entre le “dehors” et le “dedans”.

35 ed. cit., vers 1869.

36 ibid., vers 2942-2975.

37 Ibid, vers 4055.

38 Cf. A. LABBE, op. cit., pp. 38-40.

39 Ibid., pp.55-63.

40 J’ai étudié la fonction narrative et la fonction symbolique de ce couple tour-jardin dans un article “Variations sur un même thème : locus amoenus, heroon et jardin royal” in Hommage à Jean-Charles PAYEN, P.U. de Caen, 1989, pp. 231 à 238 et dans une étude littéraire du Conte de Floire et Blancheflor, La Pose et le Lys, à paraître.

41 Ed. cit. vers 6349-6350.

42 Ibid., vers 6428, 6433.

43 En effet, c’est l’Empereur qui meurt de colère en apprenant le subterfuge dont il fut la victime et la fuite des amants.

44 Cf. E. VINAVER, art. cit., ainsi que les autres études concernant cette scène.

45 art. cit., pp. 310-315 ; p. 312 “il est certain en tout cas que dans la littérature médiévale la poire est souvent un symbole sexuel, voire obscène, et cela non seulement dans les fabliaux, mais aussi dans la poésie et dans les romans”.

46 L’amour charnel n’est pas comme dans le Tristan de Béroul, entaché de culpabilité. Fénice n’est pas la femme d’Alis, elle peut donc jouir pleinement des joies de l’amour qui l’unissent à Cligès.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter