Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Reliure, clôture, culture : le contenu des jardins

Denis Hüe

Texte intégral

1Le jardin est, d’abord, bien sûr, une surface de terrain cultivée et parfois bâtie pour le plaisir de l’homme. Mais à cette réalité matérielle, à ce qui est un des ingrédients de l’existence et un de ses plaisirs, ne faut-il pas ajouter tout un connoté, bien différent et plus complexe, qui pourrait rendre compte de la fascination que l’homme éprouve pour le jardin ?

2Lieu étrange, à mi-chemin entre la nature et l’ouvrage de main d’hommme, où la végétation, sauvage, se domestique en quelque sorte pour l’agrément nécessaire de chacun, le jardin, qu’il soit potager pour les bonheurs ou les nécessités de l’alimentation ou tout simplement floral à des vues plus raffinées, représente une aspiration constante.

3Des jardins du Pincio aux jardins japonais de galets et de sable, tout se passe comme s’il y avait une continuité, une sorte de désir de délimiter un espace qui soit, en quelque sorte gratuit, en quelque sorte aussi carrefour. Le siècle le moins horticole, qui réglait la nature comme une sorte de brocart à voir depuis les terrasses et les fenêtres, le siècle de Louis XIV s’efforçait lui-même de ménager, dans les allées de Versailles, des itinéraires ombragés où, au gré des rencontres, se tissait ou se défaisait la trame subtile des faveurs et des retours en grâce.

4Ceci, l’histoire du jardin l’a montré : aussi bien au point de vue social qu’au point de vue culturel, le jardin reste le lieu d’une errance d’un itinéraire multiple – pensons aux labyrinthes de verdure de nos jardins publics – d’une recherche, d’une rencontre toujours possible aussi bien que d’une collection : le Jardin des Plantes, au de la de l’apparent pléonasme de son nom, ne justifie-t-il pas son appellation par sa volonté de multiplier, au regard du promeneur, les espèces de végétation ? Le jardin municipal d’Alençon s’efforce de rassembler, dans un espace minuscule, les jardins eux-mêmes : nous voyons, en quelques pas, le jardin chinois céder le pas à un parc à l’anglaise, un jardin de buis taillé se transformer en roseraie... On ne peut s’empêcher de penser aux Météores de Tournier, qui multiplie les jardins dans une recherche de l’autre qui est le même.

5Mais ce n’est pas le jardin lui-même qui me retiendra aujourd’hui. C’est ce qu’il représente et implique : Il y a peu, on pouvait encore lire Le Jardin des Modes, et acheter des vêtements à La Selle Jardinière : pourquoi ce nom plus qu’un autre, qu’implique-t-il, et, plus ambitieusement, d’où vient-il ? Au delà de ces exemples contemporains. Que pouvait être, en rait, le jardin pour un homme médiéval, su point que ce lieu idéal surabonde dans les textes ? C’est que le jardin, s’il est, bien sûr, un locus amœnus, est manifestement bien davantage. La forêt offre elle aussi ces trous de verdure où chantent une rivière et des oiseaux, des arbres ombrageux, et des clairières herbues. La peur du loup n’est pas telle qu’on n’y puisse passer de bons moments, au moins dans des romans, à preuve Perceval. Pourquoi, à nouveau, cette surabondance de jardins ? Qu’implique-t-il quand on le nomme ? Ce sont les questions que je vais n’efforcer de poser, pour lesquelles j’espère pouvoir proposer quelques amorces de réponse, à partir de textes médiévaux.

6Comment les choisir, sachant qu’une recension rapide montre le caractère innombrable de ces jardins ? Il m’a paru intéressant d’étudier le jardin non pas comme un motif littéraire, mais comme une structure à part entière. En effet, il me semble que le mot-cadre – celui qui, dès le titre, justifie un texte – le génère par là-même, peut nous renseigner sur les éléments qui, dans les mentalités, figurent le jardin. Je me suis donc fixé de n’étudier que des textes ayant dans leur titre effectif les mots de Jardin, Verger ou Hortus, éliminant, par principe, Le songe du Vergier : le texte, outre qu’il a été plus qu’amplement étudié, me paraît être au carrefour de trop de questions, le lieu de trop de tensions diverses pour m’aider à répondre simplement aux questions posées. J’ai ajouté toutefois, dans la mesure où il me semblait corroborer certaines idées, le Liber Floridus de Lambert de Saint Omer, dont le titre, on le voit, n’est pas loin du champ sémantique qui délimite mon corpus. Délibérément, j’ai renoncé à suivre un ordre chronologique qui risquait de faire de cet exposé une sorte d’inventaire. Ce sont plutôt des lignes de force que je me suis efforcé de faire apparaître, et dont j’espère arriver à expliciter les entrelacs, au risque de présenter ce qui pourra passer pour un catalogue. On perçoit maintenant ce que voulait suggérer le titre de ce travail : l’étude des livres sur le jardin ; espace délimité – clôture, espace à la fois déterminé par un livre et qui permet de rapprocher, de relier les choses entre elles – reliure, espace où une végétation parfois métaphorique permet de nouveaux enrichissements – culture. Je partirai de textes parlant “tout simplement” des jardins pour, de proche en proche, montrer comment se développent les diverses facettes de ce motif.

  • 1 ...Ut poeticis numeris explerem georgici carninis omissas partesquas tamen est ipse Virgilius sign (...)
  • 2 ...Ex voluntate vatis maxime venerandi, cujus quasi numie instigante(...) aggressi sunus tenuem ad (...)

7Mais partons tout d’abord de quelques remarques liminaires, bien antérieures au Moyen Age, destinées à orienter cette réflexion. Le De Re Rustica de Columelle, auteur latin du ier siècle après J.C. Cet ouvrage composé en douze livres est une recension complète des travaux des champs et des activités rurales. Il me paraît intéressant de relever toutefois que le livre qui est consacré aux jardins, s’il n’apparaît qu’en dixième position, est toutefois marqué par un caractère particulier : alors que le reste est en prose, ce livre est le seul qui soit en vers. Columelle s’en explique : il a été poussé par son ami à compléter les parties que Virgile avait lui même averti qu’il délaissait dans les Géorgiques1. C’est poussé par l’esprit du grand Virgile que Columelle entreprend son travail2, pour compléter une somme. Somme de la vie rurale, certes, mais aussi, profondément, poésie didactique : les Géorgiques sont un traité d’agriculture et une manifestation de la grandeur de la Rome républicaine, rurale et vertueuse. Pour Columelle, la grandeur de Virgile est triple : c’est, bien sûr, le grand poète déjà légendaire ; c’est aussi le technicien de la vie rurale ; c’est enfin l’auteur de référence d’une nation. Ainsi, écrire sur la vie des champs, écrire sur la culture du jardin ne sont pas des choses simples et sans arrière-pensées : Columelle, par le choix de la forme comme de sa référence, se situe à un endroit particulier. Mieux, il s’efforce de compléter ce que des autorités ont écrit, et dans la même perspective que lui. Paradoxalement, l’agrément propre du jardin ne lui semble pas une caractère suffisant pour justifier son œuvre et sa versification, et c’est dans un double dessein d’exhaustivité et de poursuite d’une œuvre quasiment patrimoniale qu’il se situe.

  • 3 on peut citer toutefois le de laudibus hortuli de Vomanus (Poetae latini minores, Ed. Lemaire, t V (...)

8Entre Columelle et Delille, connaît-on des poèmes qui aient pour sujet la culture des jardins ? Je n’en ai pas, pour ma part, rencontré, même si beaucoup parlent des jardins3 et, s’il en existe qui m’aient échappé, on concèdera qu’ils ne sont pas fréquents, tout comme les textes traitant des travaux des champs. Parmi les disciplines secondaires, on voit que la chasse est, par exemple, bien mieux représentée.

9C’est la raison pour laquelle le chapitre du Mesnagier de Paris consacré à l’horticulture me paraît particulièrement intéressant. Il porte un sous-titre, au moins dans un manuscrit, qui nous permet de le ranger dans notre corpus :

  • 4 Rubrique du Ms B (Bruxelles, B.R. 10310-10311), mentionné in Le Mesnagier de Paris, Ed G. Brereton (...)

10Lequel article doit parler de courtillage4 et est défini ainsi dans le prologue, où l’on sait, que l’auteur s’adresse à sa jeune épouse :

  • 5 Op. Cit. p 4, 18

Le second article est que au moins vous prenez vostre esbatement et vous saichiez aucun peu congoistre en curtilliage et jardinage, enter en la saison et garder roses l’iver.5

  • 6 Op. Cit., p 118, 3
  • 7 Op. Cit., p 119, 14, 15
  • 8 Op. Cit., p 124, 44

11On y voit, effectivement, se multiplier des recommandations très matérielles, qui ont la valeur intemporelle de tous les conseils de jardinage, de Columelle à Nicolas le Jardinier. Il est question d’épinards ou de persil, du bon moment pour les semer, pour les préserver des parasites, etc. Mais ce n’est pas cela qui me retiendra : à divers endroits apparaissent les plantes d’agrément : marjolaine et violettes ouvrent quasiment la liste des conseils6, et l’on indique comment les conserver l’hiver, puis les planter au printemps7. Enfin, la liste des travaux se clôt sur des recommandations concernant la conservation des roses8. Le jardin n’est pas que potager, bien sûr. Mais j’aimerais mettre cette constatation en regard de quelques lignes de l’introduction :

  • 9 Op. Cit., p 1, 2

Car vostre jeunesse vous excuse d’estre bien saige et vous excusera encores en toutes choses que vous ferez en intencion de faire bien et sans mon desplaisir. Et saichiez que je n’en pren pas desplaisir, mais plaisir, en ce que vous avrez a labourer rosiers, a garder violectes, faire chapeaulx, et aussi en vostre dancer et en vostre chanter [...] et n’est que bien et honnesteté de ainsi passer l’eage de vostre adolescence feminine9.

  • 10 cf A. LAngfors, Jacques Bruyant et son poème, la Voie de Povreté et de Richesse, Romania 1918-19, (...)

12Tout se passe comme si le jardinage était ici une figure annexe des plaisirs innocents de la femme. Rosiers et violettes sont des plantes que l’on cultive, mais aussi la matière première des chapeaux de fêtes. Il n’est pas indifférent que l’auteur de Mesnagier insiste sur la moralité et l’innocence de ces divertissements dans la préface : n’oublions pas que ce chapitre sur le jardinage est précédé d’un long poème que les éditeurs ne transcrivent pas, La Voie de Povreté et de Richesse. Il s’agit d’un poème allégorique de plus de 2 600 vers, qui fait l’apologie du travail et du soin. Le narrateur après son mariage voit en songe venir à lui les enfants de Pauvreté et de Malheur. Il est prêt à sombrer dans le désespoir quand apparaît Raison, qui va énumérer et décrire les vices et les vertus et ramener le songeur à de meilleures dispositions. Il va ainsi, comme en stage, dans le château de Labour, et comprend la valeur primordiale du travail, seul capable d’éloigner de nous la misère10. Ce récit, candide, vaut par l’expression de valeurs bourgeoises, et me paraît donner un éclairage particulier au chapitre suivant du Mesnagier, consacré au jardinage : il devient ainsi, certes, le lieu d’une forme de plaisir, mais aussi celui de l’étude, de la vertu, du sérieux, celui où s’accomplissent les valeurs sociales.

13On peut voir ici comment une sorte de “degré zéro” de l’écriture horticole se teinte, malgré tout, par son entourage, de connotations inattendues. On peut mieux comprendre peut-être que, lorsque le jardin ne sera plus l’objet même d’un texte didactique, mais le cadre générateur d’un discours moral, il y ait comme une sorte d’évidence à cette démarche.

  • 11 cf A. LAngfors, Notice du manuscrit français 9220 de la Bibliothèque nationale, Romania 1929, t LI (...)
  • 12 Ms B.N. 9220, f° 1v
  • 13 Ms B.N. 9220, f° 4r
  • 14 Ms B.N. 9220, f° 5v et 6r
  • 15 Ms B.N. 9220, f° 10r. Voir à ce propos les remarques de A. LAngfors dans l’article cité ci-dessus, (...)
  • 16 Ms B.N. 9220, f° 16r

14C’est ce qui explique le titre étonnant du très beau manuscrit du Vrigiet de Soulas, du xiiie siècle, bien qu’il ne développe pas à proprement parler de métaphore horticole. Seize enluminures admirables, en pleine page, en font, comme le dit le Catalogue des Mss de la B.N. un “abrégé de la doctrine chrétienne”11. C’est la tradition moraliste et scholastique qui est à l’origine de cette profusion d’arbres : Arbre de Jessé12, arbre d’amour chrétien13, arbres des vertus et des vices14, arbre de Vie15, et enfin arbre de Sagesse16. On voyait déjà, dès Frère Laurent et sa Somme Le Roi, le savoir s’organiser et se subdiviser sous ces formes végétales. Ce qui me retiendra ici, c’est la justification du titre qui, si elle est peut-être postérieure au manuscrit, date au plus du xive siècle :

  • 17 Ms B.N. 9220, f 1r. Je lis Vrigiet ou A. LAngfors lit Vrigier

Cest livre puet on apeler Vrigiet de solas. Car ki vioult ens entrer par pensée et par estude, il i trueve arbres plaisans et fruis suffissans pour arme nourir et pour cors duire et aprendre.17

15Relevons le vocabulaire : il s’agit d’entrer dans ce verger, il s’agit de se nourrir et de “duire” le corps. L’agrément physique et moral sont mis ici en parallèle, exactement comme plus haut dans le Mesnagier. La différence est qu’ici le plaisir est intellectuel, et se prend “par pensée et par estude”. C’est l’enrichissement religieux qui va être maintenant l’objet de l’image du Jardin. Cette branche de nos textes est très largement représentée, et je ne mentionne pas ici tous les traités moraux dont j’ai pu avoir connaissance.

16Deux fictions fondatrices organisent ces traités moralisés, qui sont pour la plupart articulées autour d’une citation biblique, d’un “thème”. Le plus fréquent est bien sûr celui du Cantique des Cantiques :

  • 18 Ct, 4, 12

Elle est un jardin bien clos,
Ma sœur, ma fiancée
Un jardin bien clos...18

17mais on en trouve d’autres, extraits aussi du Cantique des Cantiques ou de l’Ecclésiaste.

  • 19 Après avoir reçu une lettre de l’abbesse d’Aigueperse, lui parlant de la contemplation de l’arbre (...)

18La première fiction propose, un peu à la façon du Roman de la Rose, un songe au cours duquel le narrateur pénètre dans un jardin, le plus souvent mystique. C’est le cas du Jardin de Contemplation, œuvre en prose du milieu du xve siècle que l’on doit à Jean Henry, chantre de l’église de Paris, emmieller du roy et président de la chambre des enquêtes en la cour du Parlement19.

19L’itinéraire est celui d’une initiation à la vie mystique, une figuration du cheminement nécessaire à la contemplation de Dieu.

  • 20 O Jesus, ma tres doulce amour, et ma tres amoureuse doulceur ; las ou te trouverai je pour a toi f (...)

20On retrouvera à peu près les mêmes éléments dans le Jardin amoureux de l’ame dévote de Pierre d’Ailly. Il reprend dans un premier temps les formes d’une Voie de Paradis en décrivant le chemin que parcourt l’âme vers ce jardin ; puis celle-ci se lamente sur l’arbre de Vie, arbre de la Croix qui montre la mort du Christ.20

21La suite du texte montre comment l’âme dévote se fait consoler dans sa douleur par les trois vertus théologales. Elle se promène dans le jardin où sourd une fontaine dont coulent quatorze ruisseaux. Sept d’entre eux signifient les sacrements, et les autres les dons du Saint Esprit. Les oiseaux chantent :

  • 21 Ibid, p 151

C’est le doulz et amoureux chant de parfaite oroison faite en vraie devotion qui commence a basse voix de secrete confession, et moyenne en hault son de discrete exultation, et finablement persevere en ton de jubilacion21

22Nous sommes dans un locus amœnus typique qui se pousuit sur l’apprentissage d’un art d’aimer opposé aux pratiques profanes et profondément religieux. C’est une “chansonnette amoureuse” qui termine le texte, exaltant l’amour divin qui pour nous a souffert la passion.

23Ces deux textes assez semblables dans leurs choix me paraissent intéressants en ce que le jardin n’y est qu’une sorte de cadre redoublant le modèle narratif profane. Tous les deux héritiers du Roman de la Rose, ils s’efforcent de détourner à des fins religieuses ce qui est fondamentalement le lieu du divertissement. Si nous retrouvons les éléments habituels du “locus amœnus”, sa vertu est utilisée à d’autres fins. Mais ce procédé n’est pas exceptionnel, loin de là, et de la Bible à Saint Jean de la Croix et au delà, il est courant de voir réutiliser une topique amoureuse pour formuler l’amour divin.

24La deuxième fiction organisatrice de ces traités moraux, qui nous retiendra davantage, est celle du jardin que l’on décrit ou que l’on construit.

  • 22 “Dixi, rinabo hortum meum plantacionum” Si. 24,31

25Le jardin espirituel pour religieux et religieusez fort devot part d’un thème proposé par l’Ecclésiaste22

  • 23 Ms B.N. Nafr 10 032, f 123 v

Le saige suppose en ces paroles icy que il a un jardin de divers arbres portans pluseurs et divers fruis. Et dit qu’il le veut arrouser.23

26Mais nous ne sommes pas aussi sages que Salomon qui arrose le Jardin de la Sagesse. Aussi va-t-il falloir pour nous commencer par édifier un jardin, là où il n’y a que

  • 24 Ibid

“desert horrible plain de ronses et d’espines et orties et pluseurs autres mauvaises herbes. Mais il ne faut esbahir car des fors desers fait on les biaux jardins par bien labourer et cultiver sa terre...”24

27Tout le texte va former une sorte de traité d’horticulture religieuse ; il faudra commencer par arracher les mauvaises herbes, pour semer ensuite la graine de foi :

  • 25 Ibid, f 124, 124v

Or avons nous par la grace de Dieu bon commencement. Vostre jardin est bel et / vert et n’y a plus ronses ne espines. Il est temps de aviser comment il sera multiplié de divers arbres et plantacions, ainsi que dit nostre themme.25.

28Ainsi plantera-t-on la myrrhe qui porte le fruit de pénitence, et cela par contrition, confession et satisfaction, puis l’arbre de vie, le pommier d’obédience, le poirier de chasteté, le figuier de force, qui a pour fruit le mépris du monde, et l’amandier, dont le fruit permet de faire l’huile de miséricorde.

  • 26 Ibid, f 128 v

Or, la grace de Dieu, nous arons tantost un biau jardin. Mais il ne faut pas oublier la vigne de humilité.26.

  • 27 Ct 4, 16

29Il reste à l’arroser avec l’eau de la fontaine de la Sainte Ecriture, à le clore, par deux fois, puisque le Cantique des Cantiques énonce par deux fois la cloture, pouur y accueillir enfin Notre Seigneur, selon l’Ecriture : Veniat dilectus meus in hortum suum et comedat fructus pomorum suorum27 :

  • 28 Ms B.N. Nafr 10 032, f 131

Et sachés qu’il n’est riens qui luy soit plus agreable ne plus souef odorant que ung tel jardin (...) et ainsi cœmme ung homme charnel se delitte d’estre en un jardin materiel, ainsi fait nostre seigneur en ung tel jardin espirituel et encores plus sans comparison.28

30Il ne reste plus maintenant qu’à édifier sa maison. Ce texte, attachant par la simplicité avec laquelle s’opère la lecture allégorique du jardinage, me paraît faire l’exacte synthèse des deux versants que j’avais signalés dans le Mesnagier de Paris. Lieu de délices, le jardin est aussi le lieu où l’âme va pouvoir se convertir et se tourner vers Dieu.

31Le très volumineux jardin des Nobles de Pierre des Gros, qui fait près de 400 folios, détaillera la même métaphore. Il ne s’agit pas pour lui de créer un jardin, mais de le cultiver et l’entretenir. L’ouvrage, du milieu du xve siècle, dédié à Yvon du Fou, conseiller et chambellan du roi, me paraît particulièrement intéressant dans la mesure où il fait apparaître une nouvelle perspective dans l’approche du jardin. Certes, jusqu’ici le jardin que traitaient nos textes littéraires n’était pas un simple potager. Mais le principe qui préside à ce jardin des Nobles est simple : le jardin est presque exclusivement dévolu à la noblesse. Entendons-nous, il ne s’agit pas que de l’agrément qu’il procure, il s’agit aussi de sa culture. C’est qu’il existe une similitude profonde entre l’homme et la végétation :

  • 29 Ms B.N. Fr 193, f 10 r b

L’arbre quant a sa basse partie est en terre et quant a la haulte il tire vers ciel, aussi l’homme.29

  • 30 Ms B.N. Fr 193, f 10 v b
  • 31 Ibid

32Ainsi, la signification du jardin est maintenant comme élargie. Il était figure de l’individu dans une perspective mystique, où les arbres correspondaient à des vertus. A cette première approche se superpose une autre, où l’homme est cette fois-ci l’arbre, et le jardin une image de la noblesse, de la société. Ce qui est juste esquissé ici se retrouvera développé dans d’autres textes. Mais, jouant sur ces deux niveaux, Pierre des Gros va vouer le noble au jardin. En substance, pour lui, “Nature donne a humaine creature que a aulcune euvre elle se doive occuper. Car elle lui donne les membres qui les euvre doivent exercer...”30. Mais les nobles, plus délicats, ne peuvent s’exercer aux tâches servi les, à la nourriture, à la génération, car ils sont trop délicats ; ils ne peuvent s’accoutumer aux grosses œuvres, car ils sont trop “subtils”31, et leur statut d’hommes libres ne peut s’accommoder de tâches serviles :

  • 32 Ibid, f 11 r a

Puis donc que les nobles personnes sans operacion ne doivent estre, car Dieu et Nature leur ont donné membres pour besongner et que les grosses et serviles operacions ne leur couviennent point, il fault que a petites euvres recreatives elles se occupent, comme sont planter, nourrir et ediffier violetes, fleurs, romarins et aultres euvres de jardinage.32

  • 33 “La premiere [distinction] deaonstrera que aux nobles personnes appartient avoir jardin... Ibid, f (...)

33De là s’ensuit une description du jardin, qui est une sorte de devoir de la noblesse33. On apprendra que le jardin doit être carré, en s’appuyant sur quatre autorités, la Nature, l’Ancien et le Nouveau Testament, et le droit canon. On nous démontrera qu’il doit être clos, en s’appuyant sur le “thème” de tout ce développement, repris du Cantique des Cantiques. Surtout, on rendra ce jardin propre à la noblesse, qui est la sœur, l’épouse. Attachons-nous à ce que dit la table à la fin de ce premier livre :

La quarte distinction declarera que la noble personne est seur du filz de Dieu a cause de noblesse, et aura quatre chapitres :

  • Le premier parlera de diverses manieres de fraternitez trouvees en la saincte escripture. (...)
  • Le second touchera diverses manieres de noblesse. (...)
  • Le tiers dira diverses oppinions de vraye noblesse politique et conclura qui est vray e noblesse politique en declairant quatre conditions qui y sont requises. (...)
  • Le quart ensegnera comme le roy de France est le plus noble roy du monde et que sa noblesse n’est pas descendue des troyens mais de David, des saints patriarches et roys de Judee, et pourquoy il est appelle roy trescrestien ; et en ce terminera ce premier livre et plus ne toucheray rien sur cette partie “soror mea”, “ma seur”. Car ce present euvre veulz faire a la forme d’ung jardin materiel et ceci au fait du jardin ne touche rien.34

34Dès lors, on nous décrira en détail ce jardin, dont chaque partie aura une signification, on le devine. Les quatre murs auront leur signification, autant que la porte du jardin, qui est crainte de Dieu. Les quatre voies du jardin, sous les treilles, seront l’humilité et les trois vertus théologales, les treilles représenteront la félicité, les rosiers du jardin seront quatre excellences, des prêtres, du pape, de l’empereur, et du Roy de France.

35Il y a quatre cloisons dans le jardin, chargées de le défendre contre les hérétiques, les schismatiques, les excommuniés et les tyrans, quatre cloisons faites de quatre sortes de conscience.

  • 35 Ibid, f 3v b, f 4r a

36On apprend, au début du troisième livre, que quatre petits chemins courent dans ce jardin, de pénitence, de confession, de contrition et de satisfaction. Entre les quatre “quarreaux” du jardin, se trouve la croix. Chacun des carrés ainsi définis correspond à une vertu cardinale, et il sera bordé de violiers, de massifs de violettes ayant chacun une signification. Les herbettes du jardin, elles-mêmes, développeront une vertu cardinale. Quatre arbres représenteront chacun une opération faisant fructifier l’âme, et nous verrons au centre, pour finir, “la fontene qui arrouse le jardin, qui est divine influence, et ha quatre parties selon quatre fleuves qui en procedent, comme de la fontene du paradis terrestre”35.

37Ce texte me paraît particulièrement intéressant dans la mesure où il s’efforce de jouer sur deux registres, et de poursuivre une œuvre de parénèse politique en même temps que religieuse : la bon noble sera le beau jardin. C’est la métaphore du jardin qui va articuler le discours, avec une minutie indéniable, et qui m’amène à une autre réflexion : poursuivons nos images végétales : nous ne sommes pas loin de la Salade ou de la Salle d’Antoine de la Salle. Un lieu clos et organisé va articuler un discours pédagogique, parénétique, et il suffira de le décrire en quelque sorte pour avoir à la suite tous les éléments constitutifs d’une connaissance. Le jardin se comporte bien ici comme un temple de la mémoire.

  • 36 J’ai jour et nuyet et bien fait aon devoir.
    Pour ce, Sire, vostre grace supplie
    Que ae donnez, et pa (...)
  • 37 Op. Cit, p 110
    Ce beau jardrin est a ung roy tresdigne
    Qui n’a qu’ung filz, auquel il a commis
    De bie (...)

38Cet aspect va apparaître dans le Jardin Salutaire de Jean Joret. Jean Joret, après avoir été secrétaire des Rois Charles VII et Louis XI, offre à Charles VIII ce texte en 148836. Le poète se promène au printemps, et contemple la puissance divine et les petits oiseaux. Le voici arrivé au Jardin Salutaire, “le plus bel verger dessoubz les cieux”37.

39Ayant prêté serment de fidélité, le narrateur est autorisé à pénétrer dans ce jardin :

  • 38 Op. Cit, p 114

Entré quant fus en ce plaisant jardrin
De tous oiseaulx tres joyeulx chants ouy
Armonisans tant doulx soir et matin
Dont amplement mon cueur fut resjouy.
De tous arbres et fleurs, espanouy
Est ce verger, plus odorant que basme.
De joye en fus lors comme esvanouy
Et doulcement m’endormy soubz ung palme.38

40Le poète voit alors, en songe, une foule de seigneurs et de dames, dont une l’exhorte à bien servir son roi, son épouse et son fils. Le danger guette, à l’extérieur du jardin, les pélerins qui subissent parfois les barbaries des voleurs du bois voisin.

  • 39 Op. Cit, p 117

Haulx et puissans princes et chevaliers
A ce grant roy, pour ses subgectz deffendre
Des ennemys ; car a cens et ad milliers
Vaincre les peut, et en fuite les rendre39.

41Il est mené à une église, où on lui dit qu’il pourra voir bientôt le roi. Effectivement, au milieu des chants et de la musique, il le voit et lui fait honneur.

  • 40 Op. Cit, p 120
  • 41 Op. Cit, p 130

42Le texte s’arrête alors, pour proposer une “Exposition moralle de ce brief traicté”40. Nous apprenons alors que ce jardin représente l’église militante. La chose était facile à deviner ; elle est pourtant développée abondamment, dans une sorte de catéchisme élémentaire. Une dernière rubrique annonce la “Plus haulte exposicion celeste et divine de ce brief traictié”41 :

  • 42 Op. Cit, p 130

Xrestiens, en Dieu Jhesus nostre saulveur
Pour plus parler du jardrin haultement,
C’est le beau ciel du tres hault empereur
Qui là regne perpetuellement...42

43Ce texte serait presque sans intérêt s’il ne superposait trois caractéristiques. La première esdt que le motif du jardin comme locus amœnus, lieu idéal du songe, est comme systématisé. La deuxième est qu’en fait, le projet politique et religieux, qui associe Dieu à un roi auquel rendre hommage, pourtrait se passer de ce cadre, pourtant abondant, du jardin, comme si celui-ci était maintenant presque obligatoire dans un topique allégorique. Mais ce texte offre une caractéristique supplémentaire, celle de l’ordre alphabétique : les strophes, deux par deux, commencent par une lettrine rehaussée, mettant en valeur à la suite les 23 lettres de l’alphabet d’alors.

  • 43 Cf par exemple le huitain de Destrées cité par P. Zumthor dans son Anthologie des Grands Rhétoriqu (...)

44Ce n’est pas ici le lieu de parler longuement de l’ordre alphabétique. Il me semble important toutefois de rappeler que c’est un modèle d’organisation du discours qui vise à la fois à la méthode et à l’exhaustivité : que propose un dictionnaire alphabétique, sinon ces deux traits ? Les textes médiévaux sont nombreux qui se servent de l’alphabet comme d’une trame ou d’un motif organisateur, sans même qu’ils aient une visée didactique. Ce qui les caractérise est sans doute le désir de faire comme une somme, un inventaire43 magique de tout le discours possible, à travers une structure à la fois extensible et rigoureuse, plus pratique que le temple de la mémoire.

45Tout se passe comme si, dans ce qu’il appelle obstinément son “brief traictié”, Jean Joret s’essayait à mettre en ordre une sorte de totalité des discours, et retrouvait, dans l’esprit sinon dans la lettre, le long Jardin des Nobles de Pierre des Gros : n’y est-il pas, également, question de jardin, de pouvoir et de Dieu ? Ne s’y agit-il pas, également, de proposer à la noblesse une démarche spirituelle qui les conduise vers Dieu ? Certes, chez Pierre des Gros ce n’est pas au Roi qu’est dédicacée l’œuvre. Mais on se souvient qu’il y occcupe une place privilégiée.

  • 44 Ecrit en 1435 par “un simple lai homme, tondeur de draps en Bruges”. Et L. Schepens, Rev. Belge de (...)

46Le jardin pourrrait-il être alors une modèle d’organisation du – ou d’un – savoir, au même titre que l’ordre alphabétique qui le remplace ici ? On peut le penser ; il n’y aurait pas là grande nouveauté : on connaît la propension des auteurs médiévaux à se servir d’objets divers pour en tirer l’organisation d’un discours moral, et ce, surtout à la fin du Moyen Age. Pour donner des exemples, on a, bien sûr, le jeu d’échecs moralisé de Jacques de Cessoles, ou l’Horloge amoureuse de Froissart, sans compter le jeu de Paume Moralisé anonyme44. Pourquoi le jardin serait-il un modèle plus saugrenu que le miroir ou les lunettes ? On pourrait s’arrêter à cette constatation si un certain nombre de textes encyclopédiques n’utilisaient pas explicitement cette image dans leurs titres.

47Le Jardin des Délices est, on le sait, un triptyque fascinant de Jérôme Bosch, peint vers 1510. Ce qui me paraît intéressant, au delà des interprétations alchimiques que l’on a voulu y voir, c’est la remarque très rapide que fait Albert Châtelet :

  • 45 In Le aonde Gothique, automne et renouveau, 1380-1500 N.R.F. L’Univers des Formes 1988 pp 410-411

S’il est lu méthodiquement de gauche à droite, le triptyque n’évoque guère que la “variedad del mundo”, la diversité du monde. Le plus étonnant est bien d’abord qu’une forme de tableau de dévotion, le triptyque, soit utilisé pour une allégorie morale et que le tableau par tradition dévolu à la représentation de la divinité ou, au moins, de la sainteté – celui du centre – soit consacré à la vanité du monde, à la folie humaine ou, comme le disait Sigüença en 1605, à “la vaine gloire et au goût bref de la fraise ou de l’arbouse, de son goût et de son parfum qui se perçoit à peine qu’il est déjà passé”.45

48Est-il étonnant que le moral et le sacré s’interpénètrent ainsi ? Certes, quand l’on s’en tient aux données de l’histoire de l’art. Il me semble en revanche que, si l’on revient aux livres, et par exemple à son quasi homonyme, le Jardin des Délices devient tout à fait compréhensible.

49L’Hortus Deliciarum de Herrade de Landsberg a brûlé il y a plus d’un siècle. Mais on en a conservé de nombeuses gravures, et des fragments de texte ont été conservés. Ainsi, le texte introductif et l’incipit, qui nous renseignera je crois sur l’optique de cette abbesse écrivant pour ses filles :

  • 46 Société des Monuments Historiques d’Alsace, Planches de l’hortus Deliciarum, ed. Straub et Keller, (...)

Incipit ortus deliciarum / In quo collectis floribus / Scripturarum assidue / jocundetur turmula adulescentula.46

50ce que les éditeurs ont traduit par : “Ici commence le Jardin des Délices, où souvent, parmi les fleurs cueillies dans les Saintes Ecritures, pourra joyeusement butiner le petit essaim de nos jeunes élèves.”

51Cette image me paraît centrale : le jardin est ici, et nous retrouvons un des aspects esquissés au début de ce travail, une collection, un regroupement d’objets – de textes – destinés au plaisir autant qu’au travail et à l’étude. La visée est multiple : plaire, et de façon originale, par la variété même, voire par la nouveauté. Mais aussi replacer l’ensemble des connaissances dans une perspective religieuse. Un rythmus Herradis abbatissae qui commençait l’œuvre célébrait les nonnes comme les épouses du Seigneur :

  • 47 C.M. Engelhardt Herrad von Landsperg Stuttgart et Tubingen, 1818, p 123

Fide cum turtura
Sponsum istum reclama47

52dans l’habituelle perspective du Cantique des Cantiques, et concluait avec :

  • 48 Op.Cit, p 125

Sit hic liber utilis
Tibis delectabilis,
Et non cesses volvere
Hunc in tuo pectore48.

  • 49 “Paradisus est locus in Orientis partibus constitutus, cujus vocabulum ex graeco in latinum vertit (...)
  • 50 ibid.

53Ce jardin des délices, tout religieux, est bien sûr une évocation du Paradis49. Mais le Paradis est lui-même une figure de l’Eglise50.

  • 51 Bulletin du Bouquiniste, 1er Hars 1873, p 118

54Nous ne quittons pas, bien sûr, une perspective religieuse. Mais n’oublions pas que l’apprentissage des connaissances n’a qu’une utilité, l’approche plus précise des textes sacrés. Et ne nous étonnons pas si à coté de textes bibliques et patristiques, nous rencontrons une information sur la physique et sur l’astronomie, sur l’histoire, la mythologie et la géographie51.

55Cette volonté d’embrasser l’ensemble des connaissances sacrées – mais aussi profanes, pour servir au sacré –, dans un jardin qui est à la fois profane et sacré, jardin du plaisir mais aussi du Cantique des Cantiques préfigure bien ce que sera l’œuvre de Jérôme Bosch : le jardin est ici aussi, un carrefour et un lieu d’intersection, le lieu des rencontres et de l’accumulation.

  • 52 Cf Liber Floridus, Notitia et excerpta, P.L. CLXIII, col 1003-1032

56C’est bien aussi ce qu’est le Liber Floridus de Lambert de Saint Omer, compilé à la fin du xie siècle, et antérieur de près d’un siècle à l’œuvre précédente. Lui aussi richement enluminé – et c’est peut-être aussi à cet aspect que peut renvoyer la connotation florale de ces titres –, il se compose d’une série de près de deux cents extraits regroupant un ensemble de connaissances extrêmement variées ; sur près de 300 folios, la géographie et l’histoire y côtoient des remarques sur les mesures, les bêtes, ou les merveilles de grande Bretagne52. C’est une encyclopédie, reconnue comme telle, qui dans un premier temps, et par son titre même, ne nous emmène pas loin des vergers et des jardins. Pourtant, le sens en a légèrement changé par rapport aux textes abordés plus haut. Certes, l’image du jardin se retrouve dans celle d’un pré céleste :

  • 53 Hs Wolfenbüttel Bibl. Ducale, Hs Gud. Lat 1, f 1 r a, planche reproduite in Liber Floridus Colloqu (...)

...De celesti prato flore diviso coadunato, fideles apicule ad une confluerunt, saporique celestis inde dulcedinem haurirent. (...) Floridum intitulavi quia et variorum librorum ornatibus floret rerumque mirandarum narratione praepollet53.

57Mais les fleurs elles-mêmes qui ornent ce livre sont bien des extraits d’auteurs. Ce Liber Floridus est une anthologie, un florilège, et nous quittons, semble-t-il, insensiblement, le monde du jardin. Pour ma part, je n’en suis pas certain.

58J’avais cherché, dans un premier temps de ma réflexion, ce qui pouvait justifier le nom de deux des plus célèbres recueils de la fin du Moyen Age, le Jardin de Plaisance et Fleur de Rhétorique d’une part, et le Verger d’Honneur d’autre part. Dans les deux cas, le titre ne semble pas justifié par une trame allégorique que poursuivrait linéairement le recueil. Il y a bien sûr une fiction qui, au hasard d’un poème, semble se renforcer et articuler le recueil. Bien sûr, au début du Verger d’Honneur, nous rencontrons un jardin, présenté en termes fleuris :

  • 54 Le verger d’Honneur, B.N. Rés. 4° Lb22 15 A, f 4v

Et a brief parler, quant je considere l’irrefragable doulceur, soufve odeur dyaphane de transparente plasmacion qui en redondoit, je l’estimoye trop plus a un paradis terrestre qu’a un royaume terrifique.54

59Mais rien ne nous indique qu’il soit le Verger d’Honneur donnant son titre au recueil. Quant au Jardin de Plaisance, ce n’est pas L’Instructif de seconde Rhetorique ni la Doleance de Megere qui peuvent nous mener dans un jardin, quel qu’il soit. Ce qui était une impasse tant qu’on restait à l’intérieur des œuvres s’éclaire maintenant.

  • 55 Mentionné dans Brunetière. Le catalogue de René Cluzel, début 1990, signale quant à lui un Viridda (...)

60On peut rapprocher dès lors ces titres-cadre verdoyants du principe fondateur du Liber Floridus. Il me semble, pour ma part, que c’est ici et dans ces deux cas la collection de “flores”, c’est-à-dire la volonté de procurer une anthologie, un florilège, qui peut justifier le choix de ces noms : Au milieu du xvie siècle, Petrus Phalesius publie un Hortus Musarum, “In quo tanquam flosculi quidam selectissimorum carminum collecti sunt ex optimis quibuque auctoribus”, où s’affiche manifestement l’association du jardin et de l’anthologie55. Et, il n’y a pas si longtemps, paraissait, pour la même raison, une revue intitulée le Jardin des Modes.

  • 56 Cf Splcae 1, Cahiers de l’atelier Vincent de Beauvais, Editions du C.N.R.S. 1978, pp 32-33

61Faudrait-il en inférer que le jardin comme organisation du savoir ne serait qu’un bouquet, un simple assemblage, une collection agréable ? Voire. Revenons à ce mot de “flores”. Il est utilisé, au xive siècle, par Jean de Hautfuney, lorsqu’il compose la table indispensable qui permet d’utiliser le Speculum Historiale, le plus populaire des quatre volumes du Speculum Majus de Vincent de Beauvais. Cette table se divise en deux. D’une part, elle propose une sorte d’index général du Speculum, d’autre part elle collecte dans l’encyclopédie tous les extraits significatifs de tous les auteurs. Dans la préface qui précède cette “Tabellula” le mot de “flores” apparaît à diverses reprises, employé exclusivement dans son sens d’extrait56. Est-ce à dire que toute métaphore horticole et germinative est exclue de sa perception du Speculum Majus ? Nous ne retrouvons pas, je dois le concéder, de jardin : ce serait trop beau. Mais la dédicace générale que Jean de Hautfuney rédige à l’intention de Jean XXII, reprendra une image voisine quand il regrette que :

  • 57 in eodea agro latissimo quasi spicas uberes et fecundas plurium specierua et seminorum diversorum (...)

...soient éparpillés dans ce très grand champ comme des épis féconds et abondants de plusieurs espèces et de diverses graines.57

  • 58 “erigere plantulas et semina virtutum quarumlibet seminare” Ibid.
  • 59 Cité dans Splcae 2, p 23

62Il reprend cette image un peu plus loin en espérant ainsi pouvoir faire pousser les plantes et semer les graines des vertus58 : Nous ne sommes pas tres loin du Vrigiet de Soulas. On peut associer ainsi une image végétale au Speculum de Vincent de Beauvais. Non pas certes dans l’image que celui ci pouvait avoir en le composant : je pense que le motif du miroir est déjà assez riche de sens. Mais il est indubitable que cette métaphore se trouve chez Jean de Hautfuney, et dans l’entourage intellectuel du pape Jean XXII : on retrouve une image bien proche de celle du jardin dans ce témoignage de Pétrarque sur la cour du Pape : “On était sûr de lui faire un grand plaisir en cueillant, à proprement parler, la fleur de tel ou tel ouvrage et en composant pour lui, sous une forme abrégée, ce qu’on appelle des tables ou un repertoire”59.

63On cueille donc dans une encyclopédie comme dans un jardin. Les images évoquées plus haut par les titres de nos textes ne semblent pas devoir être considérées comme exceptionnelles, puisqu’en plein milieu du xive siècle un milieu culturel qui n’avait que peu de chances de conaitre Lambert de Saint Omer ou Herrade de Landsberg réutilise une métaphore voisine : tout se passe comme s’il y avait de l’un à l’autre une analogie que les mentalités, voire un inconscient collectif avaient conservée comme évidente.

  • 60 Splcae 2, pp 34-35

64Il ne faut pas s’en étonner. Aujourd’hui encore, une encyclopédie est à la fois un lieu organisé et ouvert, que l’on peut suivre dans sa structure ou explorer au gré de ses désirs : ses chapitres, ses entrées sont indépendants et fonctionnent comme des fragments, des bribes ; on la lit parfois, on la butine souvent, comme le disaient joliment Herrade et Lambert. On l’interprète aussi. La lecture de Jean de Hautfuney est essentiellement moraliste, et infléchit et balise notre approche de l’œuvre60. Proposer un guide, un bouquet – chacun sait que les fleurs ont un langage, c’est aussi donner un sens, et proposer un cheminement à la fois intellectuel et mystique.

65On peut conclure ce travail avec le dernier jardin que j’aie rencontré : le Jardin de Santé de Jean de Cuba. Il est imprimé, autour des années 1500, par Antoine Vérard, dans une traduction française. Le prœsme de l’acteur me paraît intéressant, dans la mesure où le jardin va prendre une dernière valeur.

  • 61 Jardin de Santé, Ed. Vérard, f 2r a
  • 62 Ibid, f 2r b

66Après une invocation à Dieu, l’auteur va s’extasier sur la grandeur de la création : “Souvent en moy mesmes et par plusieurs foys reiterees en precogitant ay revolvé et consideré les œuvres merveilleuses et admirables”61. Il décrit les étoiles, les éléments, et leur grande unité, et se propose de “faire un livre contenant la multitude des figures sus certaines propres couleurs semblables aux herbes, pierres, bestes et autres creatures, et leur nature dessus escriptes”62. La force de Jean de Cuba, c’est qu’il a couru le monde, et qu’il va pouvoir décrire de première main les plantes et espèces merveilleuses qu’il mentionne. Il a lu aussi de nombreux auteurs médicaux et naturalistes et cite avec complaisance ses sources avant de conclure par cette phrase laconique :

  • 63 Ibid.

Et m’a plu que il fust appelé le Jardin de Santé63.

67Aucune justification à ce titrre, pourrait-on croire. Il me semble au contraire que nous touchons là à l’aboutissement d’une image du jardin : L’œuvre, distinguée essentiellement en plantaire, bestiaire, volucraire, lapidaire présente chacune de ses rubriques par ordre alphabétique, et chaque entrée est précédée d’une gravure : par sa présentation,une suite de rubriques, des illustrations, nous retrouvons plusieurs des jardins déjà rencontrés, ceux des encyclopédies où l’on peut butiner par plaisir – ou par intérêt, car l’automédication est implicite dans l’ouvrage. Mais bien davantage, ce qui est cette fois-ci à l’origine du livre, c’est le monde, l’univers tout entier, le monde matériel, géographique et botanique autant que le monde intellectuel ; celui-ci trouve son ordre, sa signification et son utilité dans cette métaphore structurante du jardin.

68Celle-ci, bien sûr, n’a plus la cohérence minutieuse que l’on pouvait trouver dans les traités moraux : le monde ne se soumet pas à des schémas aussi simples, nos physiciens le savent. Mais la lettre prend le relais. Elle qui pourra subsister tardivement dans la forme du florilège – bien souvent alphabétique, peut soutenir, par son ordre, celui du jardin, qui n’est fondé que sur le plaisir. Il n’est plus temple de la mémoire, comme on a parfois voulu le croire, il reste celui de la promenade et du hasard, dont l’ordre apparent est dorénavant alphabétique.

69Il n’est pas indifférent que paraisse en 1500, en Angleterre je crois, un Ortus Vocabulorum qui n’est rien d’autre qu’un dictionnaire. Le mot lui-même continue à être, classé, une Image du monde et des plaisirs qu’il offre, un florilège, une végétation indépendante et instructive.

70Revenons aux préoccupations qui étaient à notre point de départ. Comme un vrai Jardin, le jardin comme titre délimite un endroit libre et organisé, où se retrouvent encloses toutes formes de savoir. L’homme s’y recueille pour une méditation religieuse hors du monde autant qu’il tire un plaisir bien matériel des surprises qui l’y attendent. Il jouit surtout d’une collection, d’une multiplicité d’objets dont le disparate est atténué par le fait qu’ils participent, fondamentalement, du modèle du jardin ; et que celui-ci représente le simple discours poétique, les mots, le savoir ou le monde importe peu : la variété même augmente le plaisir et le fruit de la promenade. Et de fait, rationnel, hédoniste ou religieux, notre cheminement est-il autre chose qu’une démarche par contiguïté ? L’image du jardin permet d’organiser cette démarche, cette contiguïté.

Notes

1 ...Ut poeticis numeris explerem georgici carninis omissas partesquas tamen est ipse Virgilius significaverat, poster is post se memoranda relinquere. (Préface au livre X)

2 ...Ex voluntate vatis maxime venerandi, cujus quasi numie instigante(...) aggressi sunus tenuem admodum...

3 on peut citer toutefois le de laudibus hortuli de Vomanus (Poetae latini minores, Ed. Lemaire, t VII pp 110-113, Paris 1826) et le Hortulus de Walafrid Strabo (P.L. CXIV, col 1119-1130)

4 Rubrique du Ms B (Bruxelles, B.R. 10310-10311), mentionné in Le Mesnagier de Paris, Ed G. Brereton et F.M. Ferrier, Clarendon Press, Oxford, New-York, 1981, p 118

5 Op. Cit. p 4, 18

6 Op. Cit., p 118, 3

7 Op. Cit., p 119, 14, 15

8 Op. Cit., p 124, 44

9 Op. Cit., p 1, 2

10 cf A. LAngfors, Jacques Bruyant et son poème, la Voie de Povreté et de Richesse, Romania 1918-19, t XLV, p 49-83

11 cf A. LAngfors, Notice du manuscrit français 9220 de la Bibliothèque nationale, Romania 1929, t LIV, p 413-426, p 413

12 Ms B.N. 9220, f° 1v

13 Ms B.N. 9220, f° 4r

14 Ms B.N. 9220, f° 5v et 6r

15 Ms B.N. 9220, f° 10r. Voir à ce propos les remarques de A. LAngfors dans l’article cité ci-dessus, pp 422-426.

16 Ms B.N. 9220, f° 16r

17 Ms B.N. 9220, f 1r. Je lis Vrigiet ou A. LAngfors lit Vrigier

18 Ct, 4, 12

19 Après avoir reçu une lettre de l’abbesse d’Aigueperse, lui parlant de la contemplation de l’arbre de la Croix, Jean Henry se plonge dans ses réflexions :
Et la, retrait en ma chambre de secrette pensee pour avec vostre devotion ou Jardin de Contemplation icelluy precieux arbre contempler et les vertus et proprietes d’icelly considerer et du fruict aulcunement sentir et gouster, ouy a l’uis de ma ditte chambre de secrette pensee tresfort hurter...
(Ms B.N. Fr 997, f 5v)
La suite de l’oeuvre sera le récit de la quête du narrateur vers ce jardin où fleurit l’arbre de la Croix. Un épisode est particulièrement intéressant, car il n’est pas simplement là pour ajouter une péripétie à un texte par ailleurs un peu morne : c’est, au moment où le narrateur s’apprête â franchir la porte du jardin, l’intervention d’Office, serviteur de vie active, qui va tenter d’arracher l’acteur à la vie contemplative. Un débat s’ensuivra alors, qui conclura à la supériorité de la vie contemplative, mais permettra au narrateur d’appartenir tantôt à l’une, tantôt à l’autre. Alors seulement pourra-t-on contempler l’intérieur du Jardin :

20 O Jesus, ma tres doulce amour, et ma tres amoureuse doulceur ; las ou te trouverai je pour a toi faire present des flourettes de bonne aaour et de bonne odour, et des pommettes de bonne savour que je t’ay oy demander pour reconforter ta douleur et ta mortelle langour... Le Jardin amoureux de l’ame, in J. Gerson, Oeuvres Complètes, Ed. Mgr Glorieux, vol VII, p 149. Desclée & Cie, 1966

21 Ibid, p 151

22 “Dixi, rinabo hortum meum plantacionum” Si. 24,31

23 Ms B.N. Nafr 10 032, f 123 v

24 Ibid

25 Ibid, f 124, 124v

26 Ibid, f 128 v

27 Ct 4, 16

28 Ms B.N. Nafr 10 032, f 131

29 Ms B.N. Fr 193, f 10 r b

30 Ms B.N. Fr 193, f 10 v b

31 Ibid

32 Ibid, f 11 r a

33 “La premiere [distinction] deaonstrera que aux nobles personnes appartient avoir jardin... Ibid, f 1 r a

34 Ibid, f 1r b

35 Ibid, f 3v b, f 4r a

36 J’ai jour et nuyet et bien fait aon devoir.
Pour ce, Sire, vostre grace supplie
Que ae donnez, et par voz courtoisie
Vostre escripteur me vueillez recepvoir
in Jean Joret, poète Noraand du xve siècle, (....) précédé de considérations historiques sur les origines, le développeaent et les progrès de la langue et de la poésie française... Par J.G.A. Luthereau, Paris, Caen, Bayeux, 1841, pp 105-106. J’ai collationné cette édition parfois fautive sur le Ms unique, B.N. Fr 2204.
Nous apprenons dans cette dédicace que le poète avait alors une soixantaine d’années. La fiction sur laquelle repose le poème n’est pas originale, et repose sur le aodèle du songe allégorique

37 Op. Cit, p 110
Ce beau jardrin est a ung roy tresdigne
Qui n’a qu’ung filz, auquel il a commis
De bien regir son verger et sa vigne. (...)
N’a home nul, jamis il n’est permis
D’y resider s’il n’a fidelité.
Op. Cit, p 111

38 Op. Cit, p 114

39 Op. Cit, p 117

40 Op. Cit, p 120

41 Op. Cit, p 130

42 Op. Cit, p 130

43 Cf par exemple le huitain de Destrées cité par P. Zumthor dans son Anthologie des Grands Rhétoriqueurs, 10/18. 1978, p 209

44 Ecrit en 1435 par “un simple lai homme, tondeur de draps en Bruges”. Et L. Schepens, Rev. Belge de Philol. Hist. XL (1962), pp 804-814

45 In Le aonde Gothique, automne et renouveau, 1380-1500 N.R.F. L’Univers des Formes 1988 pp 410-411

46 Société des Monuments Historiques d’Alsace, Planches de l’hortus Deliciarum, ed. Straub et Keller, 1879-1899, planche LXXVIII

47 C.M. Engelhardt Herrad von Landsperg Stuttgart et Tubingen, 1818, p 123

48 Op.Cit, p 125

49 “Paradisus est locus in Orientis partibus constitutus, cujus vocabulum ex graeco in latinum vertitur Hortus. Porro hebraïce Eden dicitur, quod in lingua nostra deliciae interpretatur : quod utruaque junctum facit hortum deliciarua” Raban Maur, De Universo XXI, 111, in P.L. CXI, col 334 a

50 ibid.

51 Bulletin du Bouquiniste, 1er Hars 1873, p 118

52 Cf Liber Floridus, Notitia et excerpta, P.L. CLXIII, col 1003-1032

53 Hs Wolfenbüttel Bibl. Ducale, Hs Gud. Lat 1, f 1 r a, planche reproduite in Liber Floridus Colloquium, ed. Derolez, Gand 1973. Je n’ai pu consulter l’édition procurée par R. Derolez du texte même

54 Le verger d’Honneur, B.N. Rés. 4° Lb22 15 A, f 4v

55 Mentionné dans Brunetière. Le catalogue de René Cluzel, début 1990, signale quant à lui un Viriddariua Illustrium poetarum... d’Octavien Mirandula, édité en 1512 à Lyon par Gilbert de Villiers, qui contient un florilège des auteurs antiques, Virgile, Ovide, Horace...

56 Cf Splcae 1, Cahiers de l’atelier Vincent de Beauvais, Editions du C.N.R.S. 1978, pp 32-33

57 in eodea agro latissimo quasi spicas uberes et fecundas plurium specierua et seminorum diversorum sparsim jacere. Spicae 2, Cahiers de l’atelier Vincent de Beauvais, Editions du C.N.R.S., 1980, p 44

58 “erigere plantulas et semina virtutum quarumlibet seminare” Ibid.

59 Cité dans Splcae 2, p 23

60 Splcae 2, pp 34-35

61 Jardin de Santé, Ed. Vérard, f 2r a

62 Ibid, f 2r b

63 Ibid.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter