Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Le jardin médiéval, lieu d’intimité

Christiane Deluz

Texte intégral

1Tous nous portons sans doute en nous, à l’intime de nous-mêmes, l’image d’un jardin, jardin public pour ceux d’entre nous qui ont été victimes d’une enfance citadine, jardin d’autrui entrevu avec envie à travers une grille, ou, pour les plus nombreux je l’espère, jardin de la maison d’enfance, jardin de vacances chez les grands parents, lieu propice à l’invention des jeux, abri sûr pour les rêves, voire théatre de premières tentatives de jardinage dont la réussite nous comblait de la fierté du producteur du créateur.

2Ces jardins que nous portons en nous nous aideraient-ils à aller à la découverte du jardin du Moyen Age ? Sans doute, mais encore nous faut-il passer par la médiation des sources pour éviter les tours, toujours à redouter, de l’imagination. Ces sources, qu’elles soient documents d’archives, textes littéraires ou matériel iconographique, nous disent toutes l’omniprésence du jardin dans le paysage médiéval, qu’il soit rural ou urbain. C’est ce premier inventaire, rapide bien sûr, qu’il convient de faire avant de nous interroger sur la fonction de ce jardin omniprésent dans la société du Moyen Age, fonction aux multiples aspects que ce colloque a pour objet de recenser. Il faut donc faire un choix et je proposerai ici comme fil conducteur le jardin lieu d’intimité, intimité de l’homme avec la terre, intimité de l’homme avec l’homme, intimité de l’homme avec Dieu.

  • 1 M. PAUL-SEHL, Recherches sur le jardin médiéval, ex. dactylographiés Paris IV, 1980
  • 2 N.COULET, “Pour une histoire des jardins. Vergers et potagers à Aix-en-Provence. 1330-1450, Le Moy (...)

3Avant toutes choses, il nous faut donc tenter d’apercevoir tous les jardins des campagnes et des villes médiévales. Un travail de recherche a été effectué sur ce thème en 1980 par Madame Paul-Sehl, dans une thèse de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, restée malheureusement inédite, intitulée : Recherches sur le jardin médiéval dans laquelle elle utilise à la fois les fonds d’archives, les textes littéraires et les documents iconographiques1. Elle nous montre les jardins présents à la campagne. De l’Artois à l’Anjou, de la Sologne à l’Aquitaine, les jardins apparaissent comme partie intégrante du paysage rural, qu’ils soient de grande taille (4 600 à 8 000m2) comme c’est souvent le cas en France du Nord, ou plus petit, “courtillet”, “hortum parvum”, attenant à la maison. Jardins et vergers sont mentionnés dans la grande bastide des Hospitaliers à Moissac en 1413, dans celle de l’apothicaire Raymond Filholi à Valabre en 1416.2

  • 3 N.COULET, art. cit., note 27, p.249 et M. PAUL-SEHL, op. cit, p.131

4Les jardins sont mentionnés aussi dans les bourgs. Lors de la création des bastides, on réserve pour eux un espace. Le cadastre de Jonquières (daté de 1418), nous présente un petit bourg rural plein de jardins. A Jouques, au début du xive s., les jardins sont regroupés dans le quartier de Pey Gros que traverse un béal de jardins.3

  • 4 M. PAUL-SEHL, Op.cit, p.134.
  • 5 N. COULET. art. cit, p.256.
  • 6 M. PAUL-SEHL, op.cit, p.136.
  • 7 N.COULET, art.cit, note 64, p.257-258.
  • 8 ibid, pp.251-252.

5Les jardins enfin ne sont pas absents des villes. Jean de Janduns chante Senlis : “une autre manière d’être qui fait la gloire de Senlis est celle-ci, être dans des jardins dans des vergers... dans des potagers fertiles.”4 Un verger est signalé en 1425 entre les chemins d’Aix à Gardanne.5 Dans une ordonnance du prévôt de Paris du 3 Février 1472, il est question des “jardins des bourgeois et habitants de cette ville de Paris”.6 Ces jardins urbains sont naturellement plus petits qu’en campagne. Si un document de 1 380 fait état d’un jardin de 1 709 m2 entre les chaussées Saint Denis et Saint Martin, les mesures effectuées sur les jardins aixois par Noël Coulet nous laissent entrevoir de véritables mouchoirs de poche : 11m,5 x 9m,5 au Bourg Saint Jean (1426), 5m,7 x 6m près du portail de Bellegarde.7 Pour trouver des pièces plus importantes, il faut aller vers les faubourgs de création plus récente/ où se sont fixés les Mendiants, ou franchir les remparts ; là, aux abords immédiats des murs, artisans, notables et monastères possèdent jardins, vergers ou vignes.8

6On peut donc affirmer que, dans le paysage médiéval, le jardin accompagne toujours les habitations des hommes quelle que soit la forme de leur regroupement. Il est en quelque sorte signe de la présence humaine. Georges Duby a parlé de l’auréole de jardinage qui entoure les villages. Les recherches de Noël Coulet sur Aix montrent la même auréole ceignant les remparts de la ville, elle disparaît ensuite, laissant la place à la vraie campagne des labours et des près, vignes jardins et vergers ne réapparaissant, aux limites du territoire communal, que lorsqu’on aborde la zone des bastides.

  • 9 cité par M.PAUL-SEHL, op.cit, p.144.

7Rectangulaires le plus souvent si l’on en croit les sources archivistiques, carrés sans doute de temps en temps, comme les peignent les sources littéraires ou comme les souhaite Pierre de Crescens dans son Traité d’agronomie9, parfois aussi de forme polygonale ou étagés selon les caprices du terrain, les jardins ne semblent avoir pris une forme circulaire ou elliptique que dans l’imagination des miniaturistes ou des tapissiers, tels les fameux jardins de la Dame à la Licorne, ou encore dans la symbolique des poètes. Jean de Meung oppose la “quarrure” du jardin de Déduit à la “rondesce” du jardin de Genius, l’oeuvre humaine à l’oeuvre divine.

8Cette symbolique des formes nous rappelle que le jardin a une fonction et une signification. Une des premières est sans doute celle du lieu d’intimité ; un élément essentiel, inséparable du jardin, n’est-il pas la clôture ? Clôture légère, de branches entrelacées, haie vive, palissade ou croisillons de bois, clôture plus solide en pierre ou en brique, les documents tant écrits que figurés présentent bien le jardin comme un espace séparé. Il faut qu’il soit protégé des éxcés climatiques, des ravages des animaux et réservé au face à face de l’homme avec la terre.

  • 10 Archives de l’Hôtel Saint Pol, cité par M. PAUL-SEHL, op.cit, p.170.

9De l’homme avec sa terre. Cet espace est non seulement clos, mais jalousement fermé d’un huis que l’on n’ouvre pas à tout venant. Dans le Roman de la Rose, tant dans la partie rédigée par Guillaume de Lorris que dans celle due à la plume de Jean de Meung, il est question du “guichet” du jardin. Les archives de l’Hôtel Saint Pol à Paris mentionnent en 1416 un paiement de 18 sous à “Jehans de Chaalons, serrurier, pour une grosse serrure à ressort fermant à II clefs, garnie de IIII grans crampons et une gasche mise et assise en l’huis par lequel on va ès jardin.”10

  • 11 M.PAUL-SEHL, op.cit, ch. II, Clôture des jardins, pp.149-171.

10Passée cette porte, le possesseur du jardin est souverain, même s’il n’en a pas la propriété éminente. La législation le redit à l’envi, que ce soit dans les stipulations des fueros espagnols du xiie siècle, “Que nul n’entre dans la maison ou le jardin d’un Maure par violence” (fuero de Tudèle, 1115), ou dans le terrier de l’abbaye Saint Vaast d’Arras au début du xive s., “Se on va parmi les courtiaus, a IIII sous d’amende”, ou encore dans le Livre de la communauté de Salon (1454) : “De non intrando ortos clausos per parietes.”11

  • 12 N.COULET, art.cit, pp.261-268.
  • 13 Olivier de SERRES, Théâtre d’Agriculture, Livre VI, ch I.

11Le jardin échappe au prélèvement seigneurial comme aux contraintes collectives villageoises. L’homme s’y trouve entièrement libre de jardiner, de multiplier les soins aux plantes par sarclage, binage, pinçage, arrosage attentif, de faire en sorte que les plus fragiles puissent quand même croître, protégées par la paille, affermies par des tuteurs, de choisir les emplacements ensoleillés, souvent le long des murs, pour celles qui ont besoin de chaleur et de lumière, notamment la vigne. Les deux contrats de location de jardins provençaux publiés par Noël Coulet dans l’article cité plus haut, l’un de 1426, l’autre de 1438, font apparaître un minutieux découpage de l’espace cultivé en taulas (planches), vases (plates-bandes carrées) et cansers (carrés moins importantes situés en bordure). Ils montrent aussi le souci d’obtenir une production étalée sur toute l’année : choux plantés “per Sant Miguel”, pêcher “martinenc”, qui produira à la Saint Martin, oignons “aostencas”, oignons “miquelets”, choux récemment plantés et choux en pleine production, tandis que, dans une maisonnette construite dans le jardin, les semences sont soigneusement préparées.12 Les liens étroits crées par tout ce minutieux travail quotidien sont encore renforcés par la fumure, c’est-à-dire, pour la période qui nous intéresse, tous les déchets alimentaires et organiques de la maison, qui vont venir enrichir la terre, lui demander de produire “chaque année et à toutes heures” comme le dit Olivier de Serres.13

  • 14 D. FAUCHER, “Le jardin familial”, A.E.S.C., 1959, pp.297-307.

12Le jardin apparaît ainsi comme le lieu de fécondité par excellence, où l’homme sollicite chaque jour la Terre-Mère de se montrer généreuse nourricière. Et guérisseuse à l’occasion, les plantes médicinales figurent toujours dans le jardin, les plus représentées étant la bourrache et la sauge selon les relevés de Madame Paul-Sehl. Dans cette sollicitation intervient surtout la sollicitude. Les outils de jardinage sont des plus simples, une houe, une bêche, voire un simple bâton. Ils n’introduisent guère de distanciation entre l’homme et la terre. Le jardinage, dit D. Faucher, est sans doute l’image de ce qu’il y a de plus ancien dans l’agriculture. En même temps, il se situe aussi à la pointe du progrès.”14 On peut, au jardin, lancer des expériences qu’on n’ose tenter sur les grandes coutures céréalières où, en cas d’échec, le risque serait trop grand d’affamer la population. Les vergers de la coltura promiscua italienne, les joualles d’Aquitaine, les huertas de la rivière de Valence aussi bien que les jardins flamands ont été les lieux d’élection des avancées de l’agriculture médiévale, reprises ensuite sur de plus vastes espaces, voire, comme en Flandre, sur toute une région.

  • 15 N.COULET, art.cit, note 105, p.265.
  • 16 GUILLAUME de MACHAUT, Le Dit du Lyon, éd. H. Hoepffner, Paris, 1908, vv. 447-460.

13Dans cette intimité de l’homme avec la terre de son jardin, il ne faut pas oublier l’élément essentiel que représente l’eau. Qui dit jardin dit source, fontaine, puits. Non seulement dans l’imagination des auteurs de textes littéraires, avec les “conduits” de la première partie du Roman de la Rose, le “ruissel” du Parc de Délices de la deuxième partie, mais dans la réalité vécue que nous révèlent les documents d’archives. Même la où le climat ne nécessite pas l’irrigation, il faut de l’eau pour l’arrosage des semis, pour éviter la dessication au soir des chaudes journées d’été, “Item fuit de pacto quod dictus Johannes teneatur eisdem renderiis facere haberi aquam decentem modo consueto ad adequandum dictum ortum.”15 Une fontaine sous un pin entourée “d’erbe menue”, une fontaine “bele et gente” entourée “d’erbe drue”, telle est l’épure que tracent du jardin un Guillaume de Lorris dans le Roman de la Rose, un Guillaume de Machaut dans le Dit du Lyon.16 Le jardin est donc bien cet espace séparé où s’accomplit en quelque sorte l’union féconde de l’homme, de la sueur de son front, des déchets de son organisme, et de ces éléments fondamentaux que sont la terre et l’eau.

  • 17 Saint AUGUSTIN, De Genesi ad literam, VIII, 8, cité par G. DUBY, Saint-Bernard et l’esprit cisterc (...)

14Mais l’intimité ne se limite pas à ce seul aspect de fécondité nourricière. Commentant la Genèse, Augustin s’exclame : “Est-il spectacle plus grand, plus admirable, en est-il où la raison de l’homme puisse mieux s’entretenir en quelque sorte avec la nature des choses que celui où, après avoir jeté ses semences en terre, planté des rejetons, transplanté des arbustes, placé des greffes, il cherche à surprendre si je puis dire le sujet de chaque espèce de racines ou de graines ?”17

  • 18 V. MORTET, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des archit (...)
  • 19 Cité par M. PAUL-SEHL, op.cit, p.253.

15C’est assez dire que le jardin est lieu de réflexion, de contemplation, où l’homme se retrouve avec lui-même ou avec d’autres pour une relation d’intimité. Qui dit jardin dit aussi maison, on l’a vu. Les rapports entre maison et jardin ne se limitent pas à la consommation des légumes et des fruits. La Geste des évêques du Mans nous parle de Guillaume de Passavant (mort en 1187) : “Plantari fecerat viridarius, in quo erant species arborum diverse per insertionem fructus alienos, pariter visu pulcherrimae, ut homines ad fenestras dependentes, et alii in viridario existentes, mutuo aspectu delectarentur, illi de aula in pulchritudine arborum, alii de viridario in aspectu pulchri-tudinis fenestrarum”18 Nombreux sont les textes littéraires présentant des personnages “acostés as fenestres vers un vergier” ou les miniatures qui peignent un jardin aperçu par une fenêtre. Si le plaisir peut être de regarder pousser des légumes, il est surtout celui de contempler arbres et fleurs. Pas de jardin sans fleur, même le plus utilitaire des potagers. Un document sur les jardins du duc de Bourgogne à Rouvres mentionne “les choux rouges en un quartier de jardin...près du quartier où est le lis.”19 Les inventaires aixois parlent de rosiers plantés au pied des vignes. Et n’est-ce pas encore ainsi que se présentent les jardins autour des fermes de nos campagnes où est toujours réservée une petite planche pour les fleurs ?

  • 20 ibid. p.227
  • 21 J. FROISSART, Traité amoureux à la loenge dou joli mois de may, éd. A. Scheller, Bruxelles, 1871, (...)

16Certes, ces fleurs sont très variées, violette, giroflée, glaïeul, pivoine, marguerite, oeillet, mais la prédilection va aux roses. Non seulement dans les jardins rêvés par les poètes, on songe ici aux “rosiers chargiés de roses” du Roman de la Rose, mais dans ceux qui sont réellement plantés, tels les 400 rosiers du jardin de L’hôpital Saint Jean en l’Estrée près d’Arras en 1324.20 Rosiers rouges, rosiers blances, ce sont semble-t-il les deux couleurs les plus fréquentes, les plus goûtées, sans doute les plus suggestives si l’on pense aux célèbres gouttes de sang sur la neige du Perceval de Chrétien de Troyes. Dans cette harmonie de couleurs, il faut ajouter au rouge et au blanc des fleurs le vert de l’herbe, très présente aussi dans les jardins et, là encore, non seulement dans l’imagination de Froissart chantant dans la Cour de May une sente “toute affublée d’erbe drue et de fleurs comblée...l’erbette...parée de mainte fleurette”, mais dans les soucis d’un Jehan Lestrains à Aire sur la Lys en 1328, qui se préoccupe de faire “rewasonner de nouveaux wasons... les praiaux.”21

  • 22 Lancelot, traduction A. Micha, Paris, 10/18, 1983-1984, 2 vol, t.II, pp.274-278.
  • 23 N. COULET, art.cit, p.270.

17Cette contemplation des beautés du jardin peut être solitaire, au travers de barreaux de fer, comme celle de Lancelot, dont le coeur est réjoui de voir, au début mai, les arbres couverts de feuilles et de fleurs, la rose fraîche et vermeille et qui ne se lasse pas, assis à la fenêtre, au premier chant des oiseaux, d’admirer la verdure jusqu’à ce que le soleil répande sa lumière à travers tout le jardin.22 Mais le plus souvent la belle saison permet enfin de sortir de salles et chambres mal aérées, éclairées par de trop rares et minces ouvertures, pour descendre en son jardin : “Mignonne, allons voir si la rose...” Le juge-mage aixois Jourdain Brice se fait réserver libre accés par son jardinier “pro se spaciendo.”23

  • 24 M. PAUL-SEHL, op.cit, p.269 et 285.

18On se promène dans le jardin, on y vit. Miniatures, textes littéraires et documents d’archives révèlent tout un mobilier de jardin, petites balustrades isolant un espace encore plus intime à l’intérieur du clos du jardin, tonnelle ou treille abritant une petite sente, sièges de brique ou de pierre recouverts de gazon, ornés de plantes, coussins, tables, et même, pour les plus riches, tapis d’Orient, tel celui du jardin du Roi mentionné par Joinville et qui donne vraisemblance au tapis “d’oeuvre sauvage” dont parle le Dit du Lyon de Guillaume de Machaut.24 Les tapis sont d’ailleurs eux-mêmes figure et symbole du jardin avec leurs fleurs, leurs feuillages, leurs animaux, leur organisation de l’espace.

  • 25 Le saint Voyage à Jérusalem du seigneur d’ANGLURE, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, Paris, 1880, p. (...)

19Le jardin est donc le lieu privilégié où l’homme se retrouvera dans une solitude protégée pour réfléchir, rêver, le célèbre Songe du Vergier n’utilise-t-il pas comme mise en scène le rêveur endormi dans son jardin ? Mais ils est plus souvent encore lieu de la rencontre courtoise chantée à l’envi par poètes et romanciers à travers toute la période médiévale. Des voix plus autorisées que la mienne évoqueront tous ces textes. Dans la littérature de voyage qui m’est plus familière, j’ai eu l’occasion déjà de signaler l’intérêt porté par les voyageurs aux jardins. Il y a certes pour eux le plaisir de trouver un lieu frais et ombragé après les fatigues du cheminement dans un paysage plus ou moins aride. C’est ainsi qu’Ogier d’Anglure admire le jardin du couvent de Saint Antoine au désert d’Egypte : “C’est grant noblesse de veoir le beau lieu et noble qui y peult estre et le beau jardin et la belle et bonne fonteine qui est dedans...quant au jardin c’est belle chose à veoir icelui . Et avec tout ce, tout y est tresbien ordoné et labouré et verdoiant d’arbres et d’erbes qui moult rejouissent quant on les veoit en si desert lieu.”25 Mais il y a plus je pense. Le jardin est en quelque sorte le lieu de retrouvailles avec un univers familier où les Occidentaux et Orientaux se retrouvent dans une même relation avec la terre, l’eau, les arbres et les fleurs. Une très belle exposition récente du Musée du Louvre, Arabesques et jardins de Paradis, montrait bien ce jardin oriental comme cadre de vie où se déroulent certes de somptueuses réceptions, comme celle des ambassadeurs byzantins à Bagdad en 917 dans des pavillons disséminés dans les jardins du palais, mais où ont lieu surtout les rencontres amoureuses, où les amants viennent rêver sous les arbres, dire leurs chagrins, leurs espoirs.

  • 26 Arabesques et jardins du Paradis, Le petit journal de l’exposition.
  • 27 Magistri THIETMARI, Iter ad terram sanctam, 1217, éd. J.C.M. Laurent, Hambourg, 1857, p.10.

20Le célèbre roman de Layla et Magnum exprime cette complicité du jardin et des amoureux. “Peut-être Zéphyr, dans Un souffle à travers le jardin planté de roses, apportera-t-il un message de l’aimé ? Dans chaque branche, les tourterelles à collier roucoulent leur chant d’amour, sur la plus haute branche, le rossignol perché soupire comme Magnum, tandis que la rose soulève la tête hors de son calice vers l’oiseau comme Layla.”26 En entendant chanter le rossignol et l’alouette dans les jardins de Damas, alors qu’on est déjà à la Saint Martin, le pélerin Thietmar se retrouve en quelque sorte chez lui, bercé ici comme là-bas à l’ombre des arbres par le murmure de l’eau courante et le chant des oiseaux éveille en lui les mêmes images que pour ses compagnons d’un jour venus goûter la même fraîcheur.27

  • 28 R. GUENON, Symboles fondamentaux de la science sacrée, Paris, Galliamard 1962, pp.297-300.

21Ce qui caractérise aussi ces jardins d’Orient, c’est l’extrême science avec laquelle ils sont agencés autour de la fontaine ou du puits qui distribue l’eau vivifiante. On touche ici à une autre dimension du jardin, organisant un espace à l’image des forces cosmiques agissant dans l’univers comme le suggère R. Guénou.28 Cette même organisation se retrouve en Occident dans les jardins claustraux. Si chaque monastère à son potager, son enclos médicinal, il a, au coeur du cloître, cet espace carré, lui aussi centré sur la fontaine, lieu pour ceux qui le longent dans une lente méditation de la rencontre avec Dieu, tout comme pour les mystiques d’Orient que les miniatures nous montrent réunis dans un jardin. Je pense ici à un très beau manuscrit de la Boldeian library, présentée à cette exposition du Louvre sur les jardins.

  • 29 Genèse, 2, 9.
  • 30 Cantique des Cantiques, 5,12 et 6,2.

22Fréquemment est repris en Orient le thème du rossignol amoureux de la rose comme symbole de l’âme du mystique qui brûle de s’unir à Dieu. En occident aussi, le jardin apparaît comme lieu d’intimité avec Dieu. Il ne manque pas de jardin dans la Bible sur lesquels appuyer cette vision. Le premier jardin est planté par Dieu lui-même qui y a fait pousser “toute espèce d’arbres séduisants à voir et bons à manger.”29 Dans ce jardin, Dieu et l’homme vivent en familiarité quotidienne, c’est en se promenant à la brise du soir que Dieu appelle Adam : “Où es-tu ?” Il y a encore le jardin du Cantique des Cantiques, à la fois image de la bien-aimée, “jardin bien clos, source scellée” et lieu de la rencontre : “Mon bien-aimé est descendu à son jardin aux parterres embaumés.”30 Il y a enfin ce jardin où Marie-Madeleine rencontre au matin de Pâques le jardinier qu’elle reconnaît en s’entendant appeler. “Marie”

  • 31 Saint BERNARD, De conversione ad clericos, Oeuvres choisies, trad. M.M. Davy, Paris, Aubier, 1945, (...)

23Il n’a donc pas manqué de mystiques pour voir dans le jardin l’image du Paradis perdu vers lequel on ne cesse de tendre, ou encore celle du plaisir que Dieu prend en l’homme et l’homme en Dieu. Puisque nous commémorons cette année le 9e centenaire de la naissance de Bernard de Clairvaux, ouvrons les pages où il chante toutes ces harmoniques du jardin. Le Sermon De conversione ad clericos ouvre à tous l’entrée dans la volupté intérieure : “Ne pensez pas que le Paradis de la volupté intérieure soit un lieu corporel. L’âme ne pénètre pas dans ce jardin avec les pieds du corps, mais avec ses affections. Ce n’est pas une multitude d’arbres terrestres qui lui est présentée, mais une plantation agréable de vertus spirituelles. Le jardin est clos, à l’intérieur se trouve une source profonde qui se divise en quatre ruisseaux, de même que du seul tronc de la sagesse sortent quatre vertus. Là aussi, des lis splendides sont en fleurs et lorsque les fleurs apparaissent la voix de la tourterelle se fait entendre. Ici le nard de l’épouse exhale son odeur très parfumée et d’autres aromates aussi se répandent. Le vent du sud souffle, l’aquilon ne se fait plus sentir. Au milieu de ce jardin, se trouve l’arbre de vie, ce pommier du Cantique, plus précieux que tous les arbres de la forêt, dont l’ombre rafraîchit l’épouse et dont les fruits sont agréables à son palais.”31

  • 32 Saint BERNARD, Oeuvres mariales, Paris, Cerf, p. 886.
  • 33 Saint BERNARD, Tractatus ad laudem gloriosae Virginis matris : O Virgo, virga nobilis, virga Jesse (...)

24Mais c’est bien sûr entre tous la Vierge Marie qui est le jardin de délices de la rencontre divine : “Elle est ce jardin de délices que le souffle divin n’a pas seulement effleuré ; il a fondu sur lui et l’a parcouru, afin que jaillissent de toutes parts ses parfums, c’est-à-dire tous les dons de la grâce.”32 Elle est aussi toutes les fleurs de ce jardin, tous ses parfums : “O Vierge, noble rameau, tige de Jessé, par laquelle a été guéri sur les branches ce qui avait péri par la racine. La racine de l’amertume, c’est Eve, la racine de la douceur éternelle, c’est Marie...Béni soit le fruit de tes entrailles, le fruit de la vie, bien plus, la vie de la vie, toutes les délices du Paradis, l’essence répandant son parfum d’une infime douceur. Le parfum de ce fruit attire l’homme de la terre à la patrie...Tu es belle et douce et pleine de délices sainte Mère de Dieu, car en toi se trouve tout parfum des odeurs du jardin, le trésor des délices spirituelles dans la chambre et des senteurs dans le jardin...Que dire de toi, ô Mère célèbre entre toutes les femmes ? Si nous te disons soleil, tu es plus éclatante, si nous te disons rose, tu es plus florissante, si nous te disons baume et cinnamone odorants, tu les surpases en parfums, car les grâce dont tu as été comblée font l’admiration non seulement des hommes mais des anges.”33

  • 34 Saint BERNARD, Oeuvres choisies, trad. M.M. Davy, op.cit, t. I, pp.445-446.

25Et c’est finalement toute l’histoire du salut, de l’intimité perdue et retrouvé, que Bernard voit contenue dans le symbole du jardin : “Et d’abord pour l’histoire, je pense qu’elle est assez bien désignée par le jardin, parce qu’on rencontre des hommes vertueux qui sont comme des arbres fruitiers dans le jardin de l’époux et dans le paradis de Dieu... L’histoire est donc comme un jardin qui comprend trois parties. Car elle comporte la création, la réconciliation et la réparation. La création est comme les semailles et la plantation du jardin. La réconciliation est comme la germination des terres ensemencées et plantées, car en temps opportun les cieux ont fait tomber la rosée, les nuages ont arrosé le juste, la terre s’est ouverte et a fait germer le Sauveur... Quant à la réparation, elle arrivera à la fin des siècles. Car il y aura un ciel nouveau et une terre nouvelle et les bons seront recueillis au milieu des méchants comme les fruits d’un jardin pour être placés dans les greniers de Dieu.”34

26Quelle belle image à proposer aux historiens que cette histoire enclose dans un jardin ? Le jardin, signe de la présence des hommes dans le paysage, ne doit-il pas, à la réflexion, nous apparaître inséparable de l’homme dans son devenir historique collectif comme aussi dans chacune des existences individuelles ? Pouvons-nous vivre sans un jardin, qu’il soit potager auprès de la ferme, jardinet urbain ou banlieusard objet de soins minutieux, ou simple pot de géranium posé sur une fenêtre ?

Notes

1 M. PAUL-SEHL, Recherches sur le jardin médiéval, ex. dactylographiés Paris IV, 1980

2 N.COULET, “Pour une histoire des jardins. Vergers et potagers à Aix-en-Provence. 1330-1450, Le Moyen Age, 73/1967, pp. 329-270.

3 N.COULET, art. cit., note 27, p.249 et M. PAUL-SEHL, op. cit, p.131

4 M. PAUL-SEHL, Op.cit, p.134.

5 N. COULET. art. cit, p.256.

6 M. PAUL-SEHL, op.cit, p.136.

7 N.COULET, art.cit, note 64, p.257-258.

8 ibid, pp.251-252.

9 cité par M.PAUL-SEHL, op.cit, p.144.

10 Archives de l’Hôtel Saint Pol, cité par M. PAUL-SEHL, op.cit, p.170.

11 M.PAUL-SEHL, op.cit, ch. II, Clôture des jardins, pp.149-171.

12 N.COULET, art.cit, pp.261-268.

13 Olivier de SERRES, Théâtre d’Agriculture, Livre VI, ch I.

14 D. FAUCHER, “Le jardin familial”, A.E.S.C., 1959, pp.297-307.

15 N.COULET, art.cit, note 105, p.265.

16 GUILLAUME de MACHAUT, Le Dit du Lyon, éd. H. Hoepffner, Paris, 1908, vv. 447-460.

GUILLAUME de MACHAUT, Le Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, Paris, 1965, vv.1425-1431.

17 Saint AUGUSTIN, De Genesi ad literam, VIII, 8, cité par G. DUBY, Saint-Bernard et l’esprit cistercien, coll. Champs Flammarion, p.12

18 V. MORTET, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des architectes au Moyen Age, xiie-xiiie s Paris, 1929, p. 166.

19 Cité par M. PAUL-SEHL, op.cit, p.253.

20 ibid. p.227

21 J. FROISSART, Traité amoureux à la loenge dou joli mois de may, éd. A. Scheller, Bruxelles, 1871, vv .383-384.

22 Lancelot, traduction A. Micha, Paris, 10/18, 1983-1984, 2 vol, t.II, pp.274-278.

23 N. COULET, art.cit, p.270.

24 M. PAUL-SEHL, op.cit, p.269 et 285.

25 Le saint Voyage à Jérusalem du seigneur d’ANGLURE, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, Paris, 1880, p.70.

26 Arabesques et jardins du Paradis, Le petit journal de l’exposition.

27 Magistri THIETMARI, Iter ad terram sanctam, 1217, éd. J.C.M. Laurent, Hambourg, 1857, p.10.

28 R. GUENON, Symboles fondamentaux de la science sacrée, Paris, Galliamard 1962, pp.297-300.

29 Genèse, 2, 9.

30 Cantique des Cantiques, 5,12 et 6,2.

31 Saint BERNARD, De conversione ad clericos, Oeuvres choisies, trad. M.M. Davy, Paris, Aubier, 1945, 2 vol, t. I, pp.305-306.

32 Saint BERNARD, Oeuvres mariales, Paris, Cerf, p. 886.

33 Saint BERNARD, Tractatus ad laudem gloriosae Virginis matris : O Virgo, virga nobilis, virga Jesse, per quam in rano convalescit quod perierat in radice. Radix amarltudinis, Eva, radix aeternae dulcedinis, Maria. ...Benedictus fructus ventris tui Fructus vitae, imo vitae vita, omnesque paradisi delicias, aromatisans, sub tante dulcedinis essentia. Hujus fructus odore homo de terra ad patriam trahit ...Speciosa et suavis facta es in deliciis tuis sancta Del genitrix, quia totum tuis aspirat unguentis quidquid habet hortus odoris, vel thesaurus spirituali um deliciarum in cubiculo et in hortis aromatum ...Quid dicemus de te, o praeclara mater inter mulieres ? Si golem te dixeremus splendidior es. Si rosam, floridior es. Si cinnamonum et balsamum aromatizans species, percellis odore, quia privilegia tibi concessa non solum hominibus, sed et angelis credimus admiranda.” P.L. 182, coll. 1144-1148, passim.

34 Saint BERNARD, Oeuvres choisies, trad. M.M. Davy, op.cit, t. I, pp.445-446.

Auteur

Université François Rabelais (Tours)

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter