Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Les vergers du paradis dans le Livre de l’échelle de Mahomet

Michèle Brossard

Texte intégral

1Le Livre de l’échelle de Mahomet raconte le voyage nocturne au cours duquel Mahomet, conduit par l’ange Gabriel, a vu les cieux et les enfers, s’est trouvé en présence de Dieu, a reçu de lui ordres et promesses, puis est revenu auprès des siens.

2A en croire l’introduction donnée par les manuscrits, il s’agit d’un texte traduit de l’arabe au castillan sur l’ordre d’Alphonse X de Castille, par le médecin juif Abraham al Faquim, puis du castillan au latin et au français par Bonaventure de Sienne, notaire du roi. La source arabe ainsi que la version castillane ont disparu ; on ne connaît plus, actuellement, que trois manuscrits : deux pour le texte latin (Bibl.nat., lat 6064, et Bibl.Vaticane, Vat. lat. 4072, qui datent du xivème siècle), un pour le texte français (Bibl.Bodléienne Laud Misc. 534, qui date de la fin du xiiième siècle ou du début du xivème).

3Deux publications ont été faites en 1949 :

  • Enrico CERULLI Il libro della scala e la questione delle fonti arabo-spagnole della “Divina Comoedia”, Bibliothèque Vaticane, Vatican 1949
  • José MUNOZ SENDINO La escala de Mahoma. Traducion del arabe al castellano, latin y francès, ordenado por Alfonso X el Sabio, Madrid 1949

4Par la suite une édition du texte français a été donnée :

5- Peter WUNDERLI Le livre de l’Eschiele Mahomet, Berne 1968.

  • 1 Il n’existe encore aucune traduction en français moderne des textes-sources occidentaux, il nous a (...)

6Enfin, Jamel Eddine BENCHEIKH a publié très récemment Le voyage nocturne de Mahomet, (Imprimerie Nationale, Paris 1988) composé à partir de diverses versions arabes, mais prenant comme trame les textes latins et français1.

  • 2 chapitre 30

7En dépit de l’intitulé proposé, cette communication portera autant sur les paradis que sur les vergers car le texte confond explicitement les deux : en réponse à une question de Mahomet, Gabriel lui dit en effet dès leur arrivée au paradis2 : après ce paradis, il y a un verger, qui s’appelle en arabe : genet halkode, ce qui veut dire : Paradis éternel. Paradisus et viridarium désignent expressément le même objet. L’ange poursuit : Sache que tout ce qu’on dit qu’il n’y a qu’un Paradis est vrai en ceci que le Paradis n’est désigné que comme lieu de délices ; mais Dieu a réparti ces délices en un très grand nombre de formes et les donne aux siens selon les mérites de chacun. De fait, Dieu veut que tu saches et que tu voies comment les formes de ces délices sont réparties et ce qu’il a jugé devoir choisir pour toi et ton peuple. C’est le verger dont je t’ai parlé et qui s’appelle Paradis éternel que Dieu a fait de ses mains à ton intention.

8Je vais donc parler de ces divers vergers-paradis, en tant que jardins, sans évoquer leur fonction religieuse.

  • 3 chapitre 34

9Après être monté jusqu’au huitième ciel où il a rencontré Dieu, Mahomet est revenu au septième ciel ; il a retrouvé Gabriel, et continue son voyage avec lui ; c’est ainsi qu’ils arrivent auprès du très grand mur du paradis. Le livre de l’échelle donne alors les noms des sept paradis et au cours de “la visite” ajoute quelques précisions : Sachez que le premier, dans lequel fut créé Adam et dont je vous ai parlé, s’appelle Heden, le second, Daralgedel, le troisième Daralzelem, le quatrième, Genet halmauz, le cinquième Genet halkode, le sixième, Genet halfarduz et le septième, Genet hanaym3.

10Nous ne trouvons de précisions que pour quatre d’entre eux :

  • 4 chapitre 30
  • 5 chapitre 31
  • 6 chapitre 33
  • 7 chapitre 31
  • 8 chapitre 34
  • 9 chapitre 36

11Genet halkode, ce qui veut dire : Paradis éternel C’est le verger... que Dieu a fait de ses mains à ton intention ; et entre ce paradis et Dieu, il n’y a que deux tentures4. Heden c’est le verger dans lequel Adam a été créé. Gabriel dit : “Sache, Mahomet, que lorsque Dieu a créé ce verger, il l’a créé très riche en tout ce qui s’y trouve5... L’aspect de ce Paradis ...où Adam fut créé, etait celui-ci : vers l’orient, du côté où naît le soleil, le paradis était tout plein d’arbres qui faisaient toujours de l’ombre partout, en suivant le mouvement du soleil6. Ensuite, à l’intérieur il créa aussi un autre verger qui s’appelle Gene ; celui-là est entre le ciel et la terre, au-delà de l’endroit où le soleil se couche7... Ce septième (Genet Hanaym) est comme la citadelle du Paradis, en effet il est plus haut que les autres et depuis là on peut regarder tous les autres Paradis. C’est aussi là que vient Dieu quand il veut voir les Paradis, et c’est, quand il y vient, sa demeure8. <En dessous de genet haym>, il y en a deux autres, <dont le nom n’est pas donné> : dont l’un était tout entouré de pierres précieuses, à l’intérieur et à l’extérieur, et dont l’autre était en or rouge très pur, ce qui était fort beau à voir9.

12Je citerai ici la description complète d’un seul de ces vergers : Genet hanaym, le paradis de Dieu. Pour les autres, je présenterai une analyse synthétique des éléments, pour la plupart récurrents, qui les composent.

  • 10 chapitre 36

13D’abord je vous parlerai de ce Genet hanym qui est, dans les Paradis, la propre demeure de Dieu et est plus haut que tous les autres, comme vous l’avez entendu précédemment. Dire Genet hanaym, c’est dire : un verger regorgeant de toutes les délices que peut imaginer un coeur humain. Les murs de ce paradis sont tous en rubis, et également les tours et les maisons qui sont à l’intérieur ; mais les lits et leurs montants, les escaliers qui mènent aux terrasses et toute la vaisselle ainsi que les portes de ces maisons sont en perles. Là, à l’intérieur, il y a des demoiselles fort aimables cent mille fois plus belles et agréables que celles dont je vous ai parlé avant. Là, il y a également des tentes dont les unes sont en rubis, d’autres en émeraude, d’autres en perles ou en pierres précieuses de toutes les sortes ; ces tentes sont plus belles et aussi plus merveilleusement travaillées que ne peut l’imaginer un coeur humain. Elles sont placées au-dessus de fontaines qui répandent là de l’eau et du vin de toutes les sortes de couleurs et de saveurs que peut imaginer un coeur humain. Là, il y a aussi les chants merveilleux et doux des demoiselles qui sont assises sous les arbres qu’il y a là et qui sont tous en pierres précieuses, comme leurs fruits qui sont plus doux et savoureux que tout. Là, il y a aussi des instruments de musique qui sont si doux à entendre et si agréables qu’aucun coeur humain ne saurait l’imaginer... Le verger dont je vous ai parlé et qui s’appelle “Hanaym” etait tout entier fait de terrasses qui sont au nombre de cent. Ces terrasses étaient faites de telle sorte que chacune d’elles avait en longueur la distance qu’un homme pourrait parcourir en deux cent cinquante ans et autant en largeur. L’une de ces terrasses était en or, l’autre en argent, l’autre en rubis, l’autre en émeraude, l’autre en perle, et ainsi de suite pour toutes les cent ; quant à la chaux avec laquelle ces degrés avaient été maçonnés, elle était composée de musc et d’ambre qui sentaient merveilleusement bon10.

14Ce verger-paradis, clos de mur, qui contient des fontaines, des arbres chargés de fruits, où l’on entend la musique des instruments et le doux chant des demoiselles qu’il abrite, présente presque toutes les composantes canoniques du jardin. Il y manque les fleurs, les oiseaux et les animaux familiers, mais on y trouve tout ce qui peut charmer les sens : pour la vue, la beauté des femmes, de l’arbre et des matériaux ; pour l’ouie, les chants et la musique ; pour l’odorat, le parfum du musc et de l’ambre qui composent la chaux ; pour le goût, les fruits, les fontaines de vin et d’eau. S’y ajoutent les plaisirs amoureux que promet la présence des demoiselles. Les terrasses, les tentes nous entraînent vers une autre civilisation ; les matériaux précieux dont est composé ce verger : rubis, émeraudes, perles, or, argent, musc et ambre, le situent dans le domaine du merveilleux.

15Pour les autres jardins du paradis, il nous a paru plus intéressant de proposer un inventaire des éléments qui s’y trouvent, accompagné d’une étude des caractères qui leur sont attribués.

  • 11 chapitre 33
  • 12 chapitre 34
  • 13 chapitre 43
  • 14 chapitre 43

16L’eau, les fleuves, les fontaines : on trouve tous les fleuves “traditionnels” du paradis, mais enrichis d’attributs merveilleux : Dans la terre du Paradis, il y avait un très grand fleuve dont viennent tous les fleuves qui coulent dans notre monde. Ce fleuve, en effet, coule à travers la terre d’Egypte et s’appelle le Nil... Aussi longtemps que ce fleuve coule à travers le Paradis, il est tout entier de miel, mais lorsqu’il sort de cette région, il se transforme aussitôt en eau. Après ce fleuve j’en ai vu un autre très grand qui s’appelle Addehilla. En latin, il s’appelle l’Euphrate. Ce fleuve aussi longtemps qu’il coule à travers le Paradis est tout entier de lait, qui est si blanc que personne ne pourrait le dire, mais dès qu’il sort de cette région il se transforme en eau. Après ce fleuve, j’en ai vu encore un autre qui s’appelle Gayan, et en latin Gyon, qui, tant qu’il coule à travers le Paradis est tout entier de vin, mais en sortant de cette région se transforme aussitôt en eau. Après celui-là, j’en ai vu encore un autre très grand qui s’appelle Targa, et en latin Tigre. Ce fleuve est tout entier d’une eau plus transparente et plus savoureuse qu’un homme ne pourrait l’imaginer. Ces quatre fleuves sont répartis de la façon suivante : le fleuve de miel coule du côté l’orient, le fleuve de lait du côté de l’occident, le fleuve de vin du côté du midi, et du côté du septentrion, coule le fleuve d’eau11... A travers ces vergers coulent des fleuves de tant de sortes de couleurs que personne ne pourrait le dire ni même l’imaginer dans son coeur, et tous sentent miraculeusement bon12...Il y a là des fleuves nombreux et de toutes sortes. Ces fleuves dont je vous parle sont très beaux, transparents, et de dimensions étonnantes13 ?... Ces mines s’écoulent ensuite et trouvent un passage jusqu’au fleuve dont j’ai parlé d’abord, si bien que le sable du fleuve n’est que pierres précieuses14.

  • 15 chapitre 46
  • 16 chapitre 36
  • 17 chapitre 38
  • 18 chapitre 39

17Il y a enfin l’Alketynon qui entoure tous les Paradis15 ; il y a aussi les fontaines, cinq passages leur sont consacrés. Elles sont d’eau, de vin de toutes les saveurs et de toutes les couleurs16 ; belles et claires, elles servent aux purifications rituelles17. Au pied de l’arbre thuba, elles donnent naissance à des fleuves de vins. Certains de ces vins sont plus blancs et plus transparents qu’aucune eau, certains plus rouges et plus transparents que le rubis. Les vins de ces deux sortes sont si subtils et parfumés qu’aucun vivant ne pourrait le dire. Il y a là aussi des vins de deux autres sorte : les uns pour la couleur et pour le goût sont un petit peu verts ; les autres de couleur jaune, et transparents comme une topaze ; ces vins sont si sucrés et si forts quand on les boit que nul ne saurait le raconter18.

18Les fleuves sont nombreux, de toutes sortes, très beaux, très grands, transparents, de dimensions étonnantes ; les fontaines -trois fois associées à un arbre- sont belles, claires, de la plus grande beauté ; l’eau, claire, blanche comme le lait et transparente, savoureuse, douce comme le miel...quand il ne s’agit pas de vin. La présence constante de qualifications contraste assez fortement avec leur contenu stéréotypé et vague ; on est donc d’autant plus frappé par des notations comme “une eau blanche comme le lait et transparente”, et l’on serait tenté de penser que ce qui est décrit là, ce sont toutes les formes d’eau dont on peut rêver dans un pays sec où des puits et des fleuves rares, peu abondants, offrent une eau jaunâtre, bourbeuse, parfois saumâtre.

  • 19 chapitres 43 et 45
  • 20 chapitre 39

19Autre élément du paysage des jardins : les montagnes, citées une fois19. Elles sont de saphir et sources de toutes les richesses : des mines de pierres précieuses s’en écoulent comme des cours d’eau ; elles portent des pâturages, des prés, des bois, et, au milieu, des enclos où l’on voit chevaux et juments, ou encore de grands oiseaux verts, jaunes, et de toutes les couleurs, trop lourds pour voler. Partout s’élève un parfum de musc et d’ambre. Quant à la terre, elle n’est citée qu’une fois, au pied de l’arbre thuba20... elle est toute de musc et d’ambre, plus blanche que la neige, et elle répand une odeur si suave que personne ne pourrait le raconter. Mais comme cette odeur de musc et d’ambre était très forte, du camphre y a été mêlé pour l’adoucir.

  • 21 chapitre 39

20C’est pour les arbres, ne nous en étonnons pas, que les occurrences sont les plus nombreuses (douze). Dans trois cas seulement ils ont un nom. Il y a des palmiers et des grenadiers et surtout le thuba : ...il y a un arbre, qui s’appelle en Arabe, “thuba”, ce qui signifie arbre de délice et de joie. Cet arbre est si gros à sa base qu’un homme monté sur le meilleur et le plus rapide cheval du monde ne pourrait en faire le tour en cent ans, même s’il ne cessait de galoper. Le pied de cet arbre est tout entier de rubis et la terre où il est planté est toute de musc et d’ambre, plus blanche que la neige, et elle répand une odeur si suave que personne ne pourrait le raconter. Mais comme cette odeur de musc et d’ambre était très forte, du camphre y a été mêlé pour l’adoucir. Les branches de cet arbre sont toutes d’émeraude et ses feuilles de velours ; ses fleurs sont de tissu d’or plus beau qu’un homme ne pourrait le décrire. Les fruits ressemblent à des perles, très grandes ; et si un de ces fruits était ici-bas, il suffirait à nourrir cent hommes pendant un an. Ces fruits sont plus blancs que toute neige, et plus transparents que le cristal ou que tout au monde ; leur goût ressemble au miel et au gingembre mêlés21.

  • 22 chapitre 40

21Il y a aussi “l’arbre aux contes”, qui est un des plus grands et un des plus beaux du Paradis, et sous lequel s’assoient et se rassemblent tous ceux qui sont au Paradis, pour écouter des récits et des histoires que leur conte un ange qui est là, et qui n’a pas d’autre rôle que celui-là22.

  • 23 chapitre 37
  • 24 chapitre 47

22Dans trois, cas les arbres sont animés ; l’un donne ses fruits à la demande23, d’autres s’effacent pour laisser passage aux chameaux, un autre enfin parle avec l’homme auquel il donne ses fruits : Si l’un de ceux qui croient en Dieu souhaite manger un des fruits du Paradis, aussitôt un arbre portant le fruit souhaité surgit en face de lui et le lui tend en disant : ‘Ami de Dieu, mange’. Il dit à l’arbre en guise de réponse : ‘Dis-moi, arbre, comment savais-tu que je désirais manger de tes fruits ?’ Alors l’arbre lui dit : ‘Celui qui m’a créé pour ton usage a fait que je le sache24.’

23Huit des ces arbres portent des fruits, deux ont aussi des fleurs. L’un offre une ombre toujours présente ; mais d’une manière générale la description reste abstraite : hauts, divers, beaux, ils sont une fois en pierres précieuses, une fois fait d’une seule perle d’une blancheur merveilleuse. Les fruits, blancs, transparents, ressemblent à des perles ; ils sont si gros qu’un seul suffirait à nourrir cent hommes pendant un an ; ils sont doux, savoureux ; ils ont toutes les saveurs exquises que pourrait imaginer un esprit humain, leur goût est celui du miel et du gingembre ; ils rappellent le goût de tous les fruits qui ont bon goût, prennent le goût du fruit que souhaite celui qui les mange.

  • 25 chapitre 40

24Peu d’animaux dans ces jardins : les chevaux, les juments et les oiseaux dans les enclos de la montagne, et des chameaux. Ces chameaux étaient tous harnachés avec des chaînes d’or autour de leur cou, leurs têtes étaient comme des cierges ardents. Leurs poils étaient comme de la soie rouge mêlée de soie blanche ; ils paraissaient plus beaux que tout ce que j’avais vu depuis longtemps. Ces animaux étaient naturellement doux et si bien dressés qu’il n’y avait jamais besoin de les châtier. Aucun des efforts qu’ils accomplissaient ne leur pesait le moins du monde... <les anges qui les ont amenés les donnent comme montures aux élus pour qu’ils aillent voir Dieu>. Aussitôt chacun entreprit de monter sur son chameau. Ils avançaient tous les uns à côté des autres, si bien rangés et, en même temps, si proches les uns des autres que les chameaux avançaient sur une même ligne sans qu’aucun dépassât l’autre de la tête ou du genou... Rien ne gênait la marche et aucun ne dépassait les autres et ne pouvait, de ce fait, se trouver éloigné d’eux25.

25La description est d’une exceptionnelle précision, tant pour l’apparence des animaux que pour leur comportement, il est tentant de voir là l’écho d’une culture dans laquelle le chameau, ses qualités et ses performances tiennent une très grande place.

  • 26 cinq occurrences
  • 27 chapitre 42

26Les constructions sont nombreuses26 : châteaux, palais, maisons, y compris les “Alkazara” mot qui signifie “demeures royales”27. Nombreuses, belles et remarquables, elles appartiennent au domaine du merveilleux par leurs matériaux, lumière, rubis, perles, or, argent, chaux faite de musc, d’ambre et d’eau de rose. Certaines d’entre elles donnent sur un fleuve ; leurs terrasses les rattachent aux pays du soleil.

  • 28 trois occurrences
  • 29 chapitre 46

27Elément extraordinaire, des tentes28 (trois fois citées) ornent ces jardins, installées sur les rives des fleuves ; d’une richesse somptueuse, elles abritent les houris. Toutes ces tentes étaient faites d’étoffes d’or et de velours ; ces étoffes étaient si brillantes et transparentes que le regard humain passait à travers aussi facilement qu’à travers une émeraude... dans ces tentes naissent spontanément, selon le bon laisir de Dieu, les femmes qui s’appellent en arabe Halkoralen, ce qui veut dire dames merveilleuses29.

28Là s’arrête la description des jardins du paradis, car les qualités extraordinaires des dames, les plaisirs qu’elles dispensent, et d’une manière générale les plaisirs qui sont réservés aux élus, relèvent de la description du paradis, et n’entrent pas dans notre sujet.

29Nous avons mainte fois signalé le caractère abstrait et hyperbolique des descriptions. Il nous a paru intéressant de procéder à une analyse systématique de leur formulation. Dans les vingt pages qui contiennent la description des jardins, on relève quarante-huit hyperboles. Trente-deux sont construites sur le modèle : elle sentait si bon que personne ne pourrait le dire, avec variation sur le verbe : dire (quinze fois), imaginer (quinze fois), dire et imaginer (deux fois). Huit se réfèrent à la vue, soit sur le modèle : qu’aucun oeil humain ait jamais vu, soit avec référence à un éclat insoutenable : c’est tout juste s’il ne perd pas la vue à cause de la clarté qui est si grande à cet endroit (cinq fois). Les neuf autres laissent libre cours à la fantaisie du conteur ; nous citerons seulement celle-ci : elles sentent si bon qu’un homme gravement malade devrait être guéri par ce parfum ; et nous terminerons par ce lapsus du transcripteur : il y avait des femmes très belles, très soignées et cetera ! qui donne un indice sur le caractère quasi rituel de ce genre de formule.

30Le complément indispensable d’une présentation des jardins du paradis dans le Livre de l’échelle de Mahomet serait un essai d’interprétation ; il ne peut se faire que replacé dans le contexte de la culture islamique, ce à quoi ne prétend pas compétence de latiniste. Je me contenterai donc de remarquer que ces jardins offrent une synthèse du merveilleux et du “rêve quotidien” ; on y trouve ce qui n’existe nulle part : un arbre qui parle, des mets - fruits, oiseaux - extraordinaires ; les richesses sont partout présentes : or et pierres précieuses composent les matériaux de toutes les constructions ; on goûte aussi des plaisirs déjà connus, mais dont l’origine est parfois nouvelle : les parfums - rose, musc et ambre - s’exhalent de la chaux, de la terre, des oiseaux, des fleuves, des fontaines ; ce sont les fleuves qui fournissent le miel, le lait et le vin. Dans la plus pure tradition de l’âge d’or ou du paradis, tout cela est donné sans travail ni peine en échange. Mais à côté de ces éléments merveilleux, il y a ce qui assure la réalisation de rêves plus humbles : on aime sans interdit ni crainte d’être trahi ; on mange à satiété ; on écoute des contes ; les chameaux sont dociles et endurants ; on vit dans des maisons confortables - en pierres précieuses ou en or, certes - et non pas sous des tentes ou dans des cases en argile ; les prairies sont vertes ; l’eau coule à profusion, elle n’est ni saumâtre ni trouble ni nauséabonde. Derrière ces bonheurs modestes, on est tenté de voir une image inversée de la réalité quotidienne dans les régions arides d’Arabie où ce récit a pris naissance et, dans ce contexte, l’abstraction de la description et la fréquence des hyperboles, apparaissent comme une invitation au rêve adressée aux auditeurs ; à chacun on propose, à travers ses propres rêves, de construire son propre paradis, “qui dépasse tout ce qu’un coeur humain peut imaginer”, et qui est tout entier contenu dans cet et cetera qui a échappé à notre narrateur.

Notes

1 Il n’existe encore aucune traduction en français moderne des textes-sources occidentaux, il nous a paru intéressant d’en faire une, car cet épisode de la vie du prophète a été connu, au moyen âge, en occident, dans la forme qu’ils proposent. C’est le travail que s’est fixé l’équipe pluridisciplinaire à laquelle j’appartiens et qui regroupe des historiens, des latinistes, des linguistes médiévistes, un islamisant, (ouvrage à paraître en janvier 1991, dans le Livre de Poche, collection Lettres Gothiques).

2 chapitre 30

3 chapitre 34

4 chapitre 30

5 chapitre 31

6 chapitre 33

7 chapitre 31

8 chapitre 34

9 chapitre 36

10 chapitre 36

11 chapitre 33

12 chapitre 34

13 chapitre 43

14 chapitre 43

15 chapitre 46

16 chapitre 36

17 chapitre 38

18 chapitre 39

19 chapitres 43 et 45

20 chapitre 39

21 chapitre 39

22 chapitre 40

23 chapitre 37

24 chapitre 47

25 chapitre 40

26 cinq occurrences

27 chapitre 42

28 trois occurrences

29 chapitre 46

Auteur

Ecole Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter