Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vergers et jardins dans l’univers médiéval

Jardins et vergers dans l’oeuvre de Chrétien de Troyes

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

1“Si le verger, sorte d’Eden dûment cultivé, est le lieu idéal de l’épanouissement des amours courtoises, la forêt, quant à elle, dans sa complexité naturelle, porteuse de toutes les superstitions, devient le domaine privilégié de la prouesse chevaleresque”.

2Cette phrase, écrite par Laurent Ajam, est extraite de son article La forêt dans l’oeuvre de Chrétien de Troyes, et publiée dans la revue Europe d’octobre 1982 (p. 122). De portée très générale, elle s’applique toutefois, quant à sa première partie (“Si le verger, etc.”), pour Chrétien de Troyes, uniquement à Cligès, comme nous le verrons.

3Laurent Ajam ajoute dans les lignes suivantes que trois des cinq romans de Chrétien de Troyes débutent par une action entreprise en forêt. Il fait ainsi allusion à la chasse au blanc cerf dans Erec et Enide, à l’épisode de Calogrenant se rendant à la fontaine dans Yvain. Quant à Perceval, dans La queste du Graal, c’est dès le v. 85 qu’“ensi an la forest s’an antre”. Laurent Ajam aurait pu ajouter que dans Lancelot le défi “por mener an ce bois” est lancé au v. 73.

4Et les vergers, penserez-vous ? il n’en est jamais question si tôt dans une oeuvre de Chrétien de Troyes, et ils ne sont pas placés au centre de l’action principale. De plus, si au cours des aventures qui se déroulent dans la nature, au fil des différents romans, on ne compte plus les forêts, les bois, les essarts, les haies, mais aussi les landes, les champs, les plains, les prés, les prairies etc., il n’en est pas de même des vergers. On relève en tout trente trois occurrences de vergers, et trois de jardins dans les cinq oeuvres Erec et Enide, Cligès, Le chevalier au lion, Le chevalier à la charrette, La queste du Graal, c’ est-à-dire 36.422 vers. C’est peu.

5On ne trouve ni verger ni jardin dans Guillaume d’Angleterre. Cela nous évitera d’avoir à débattre pour savoir si cette oeuvre a été écrite, ou non, par Chrétien de Troyes. En effet d’une part Maurice Wilmotte déclare dans la préface de son édition publiée en 1978 qu’“on a contesté à Chrétien de Troyes cette oeuvre, mais toujours sans motifs valables” ; d’autre part Anne Berthelot dans son Histoire de la littérature française du Moyen-Age, parue chez Nathan en 1989, écrit, simplement, en note : “Il a compose cinq romans, plus un sixième d’attribution douteuse Guillaume d’Angleterre”. Oserais-je écrire que l’absence de verger et de jardin est une preuve supplémentaire que l’oeuvre n’est pas du poète champenois ?..

6Je n’examinerai pas en détail les trente trois emplois de “verger” ; ils se regroupent en effet dans dix épisodes, que l’on peut d’ailleurs classer. En outre la question des trois emplois de “jardin” est facile à résoudre : pour Chrétien de Troyes, “jardin” est tout à fait le synonyme de “verger”.

7Les deux premières occurrences se trouvent dans l’épisode célèbre, extrait d’Erec et Enide, “la joie de la cour”, sur lequel nous reviendrons. Chrétien décrit le verger :

5689 El vergier n’avoit an viron
mur ne paliz, se de l’air non ;
mes de l’air est de totes parz

5692 par nigromance clos li jarz.

8A trois vers de distance “li jarz” remplace “vergier”.

9Il en est de même quand le chevalier se présente :

5847 A tant ez vos un chevalier
sor les arbres, par le vergier...

10Quelques vers plus loin, Eric l’interroge :

5977 mes ce iert par covenant
que tu mes dïes maintenent
5979 par coi tu ies an cest jardin.

11“Jardin”, d’après le F.E.W t. 16 p. 21 a, aurait été formé en gallo-roman peut-être d’abord comme adjectif joint à hortus (on a supposé un * hortus gardinus “jardin entouré d’une clôture”, d’après le sens du gotique gardo “clôture”). Dans le cas qui nous intéresse le jardin est bien clos, même si c’est par de l’air (“se de l’air non”), et il s’agit effectivement d’un “espace planté de végétaux utiles ou d’agrément et ordinairement clos” (Godefroy), d’un “jardin fruitier”, autrement dit d’un “verger”.

12La troisième occurrence de jardin se trouve dans Perceval ; au cours de l’épisode de “la male pucelle”, celle-ci demande à Gauvain :

6472 que tu m’alasses amener
de ce jardin mon palefroi

1325 vers plus loin Gauvain se dirige de ce côté :

6498 et pansa qu’il portera
totes ses armes avoec lui
se il trueve el vergier nului...

14Pour s’y rendre il faut franchir une planche :

6485 par cele planche que ge voi
et 6505 Atant a la planche passee

15Que ce soit un cours d’eau ou un fossé, il s’agit d’un obstacle qui limite, comme un clôture, le verger-jardin.

16Chrétien de Troyes, on le sait, ne décrit pas la nature systématiquement pour le plaisir de décrire, mais il lui arrive, ici ou là, de brosser de petits tableaux, sans qu’une action particulière se déroule à ce moment. Dans toute son oeuvre, on relève seulement deux cas où se trouvent associés des vergers à des descriptions de ce type.

17D’abord, dans la première partie d’Erec et Enide, il nous raconte un déplacement d’Erec et sa femme, qui se rendent à Carnant où se trouve le roi Lac, avec une escorte de soixante chevaliers. Chrétien de Troyes va nous montrer ce qu’on appellerait aujourd’hui “l’environnement”, proche et lointain, du château, aussi bien géographique qu’humain. La longue phrase, on va la voir, est curieusement construite :

2263 De forez et de praeries
2264 de vingnes, de gaaigneries,
de dames et de chevaliers, de rivieres et de vergiers,
de vaslez molt preuz et heitiez,
2268 de gentix clers bien afeitiez
qui bien despandoient lor rantes,
et de dames beles et gentes,
et de borjois bien posteïs,
2272 estoit li chastiax bien asis.

18Les douze compléments dépendent de “bien assis” qui arrive seulement à la fin du dizième vers. D’autre part sont curieusement mêlés, dames, chevaliers, rivières et vergiers, comme si les humains s’imbriquaient dans les éléments naturels. Voilà un tableau bizarrement présenté.

19Le deuxième cas se présente dans La quête du Graal et il s’agit encore d’une description d’un château “bien assis”. Gauvain chevauche sur un roncin et l’épisode avec le nautonnier va bientôt se dérouler :

6990 Le chastiax sist sor la faloise
et fu fermez par tel richesce
6992 c’oncques si riche forteresce
ne virent oel d’ome qui vive,
que sor une roche naïve avoit un paies bien asis,
6996 qui estoit toz de marbre bis.
Et paies fenestres overtes
ot bien. V.C. et cent covertes
de dames et de dameiseles
7000 qui esgardoient devant eles
7001 Les prez et les vergiers floriz.

20En cette circonstance, ce sont les dames et les demoiselles qui contemplent le paysage. Signalons que c’est la seule fois dans toute l’oeuvre de Chrétien de Troyes, où nous rencontrons “vergers” accompagné d’une épithète : “floriz”.

21Curieusement, à propos de ce passage, Gustave Cohen écrit dans son ouvrage Chrétien de Troyes et son oeuvre (p. 489) “riante vision champenoise”. Qu’y-a-t-il de champenois ? les connaisseurs apprécieront...

22Mais le verger peut être aussi un endroit que l’on traverse pour aller ailleurs, et qui joue un rôle plus ou moins grand dans l’action. Il est présenté alors ou bien de façon indéterminée, ou bien avec plus de précision.

23Ainsi, quant à la première catégorie, nous trouvons l’épisode où la folie s’empare d’Yvain :

2805 Lors se li monte uns torbeillons
2806 el chief, si grant qu’il forsane.

24Il fuit “par chans et par arees” et ses gens se lancent à sa poursuite :

2812 Querant le vont destre et senestre
par les ostex as chevaliers,
2814 et par haies et par vergiers ;

25On n’aura pas d’autre détail.

26De même dans La queste du Graal, lors de l’épisode du chevalier aux armes vermeilles, Yonet traverse un verger :

1065 Yonez...
1068... an cort
1069 par un vergier devant la sale
1070 et par une posterne avale...
1073 ou li chevaliers atandoit
chevalerie et avanture.

27On n’en saura pas plus.

28Mais il est des vergers, lieux de passage, autrement importants. Ainsi, dans Le chevalier à la charrette, le verger tient une place essentielle dans le rendez-vous que donne la reine Guenièvre à Lancelot. Après lui avoir indiqué, du coin de l’oeil, la fenêtre, elle lui déclare : 4511 et si vanroiz par cel vergier.

29C’est le lieu à traverser, montré par le regard, pour aller au rendez-vous. Et plus loin, Chrétien nous signale simplement l’action de Lancelot :

4569 molt tost vers le vergier s’an va.

30Ce verger a bien un mur, comme souvent, donc c’est un obstacle à franchir ; toutefois, fait capital, une brèche existe et lui permet de passer :

4572 c’une piece del mur cheü
ot el vergier novelement.
Par cele fraite isnelemant
s’an passe...

31Ce premier obstacle éliminé grâce au hasard, un deuxième se présentera avec les fers de la fenêtre, qui l’empêchent de rejoindre la reine. Mais Lancelot les écartera. C’est la seule fois où il est question d’un verger dans cette oeuvre.

32Dans Cligès, un mur existe aussi entourant le cimetière où est enterrée Fenice, la morte vivante. Si l’on comprend bien la description que donne Chrétien, un verger se trouve dans le cimetière de l’autre côté du mur ; Cligès escalade celui-ci :

6108 Au mur [Cligès] se prant et rampe a mont,
car molt estoit preuz et legiers.
La dedanz estoit uns vergiers,
ou avoit arbres a planté.
6112 Pres del mur en ot un planté,
6113 ensi que au mur se tenoit.
6114 Car par cel arbre jus se mist.

33Le mur n’est pas un obstacle pour Cligès dont Chrétien souligne l’agilité. Quant à l’arbre, l’auteur décrit avec soin sa position qui permet à Cligès de descendre à terre.

34Il nous reste à examiner les cas où le verger est le lieu des actions, et il en est ainsi quatre fois.

35On va commencer par un épisode où il ne se produit rien, au départ. Yvain se trouve encore dans le château de Pesme Aventure, après la scène de l’ouvroir. Alors qu’il cherche les gens du château, le changement de décor va être brutal :

5344 trant trespassent de la meison
5345 que il vindrent en un vergier...

36Que découvrent-ils ? “Un riche home”, une pucelle qui lui lit un “romans”, et une dame qui est sa mère. Un tableau idyllique s’étale sous les yeux d’Yvain. Comme le remarque R. Colliot dans son article de Pris-Ma (janvier 1987) Demeures et châteaux dans Yvain, ou les prisons du rêve”, “c’est une façon aimable de meubler l’oisiveté en contraste avec le labeur forcé des tisseuses”. Et elle ajoute quelques lignes plus loin ceci : “tous les détails de ce [ ] décor sont calculés par Chrétien pour former opposition absolue avec le cadre de vie des prisonnières”. Après avoir été bien vêtu, après avoir bien mangé et bien dormi, Yvain apprendra qu’il lui faut combattre deux monstres... et épouser la jeune fille.

37La scène du verger est donc une sorte de prélude tranquille. S’il ne s’y passe théoriquement rien, de graves menaces vont vite surgir pour Yvain.

38Le seul verger d’amour de toute l’oeuvre de Chrétien se trouve dans Cligès. Privée de soleil depuis quinze mois, Fenice a souhaité sortir de la tour, où elle était cachée :

6272 grant bien me feïst uns vergiers
6273 ou je me poïsse deduire,

39confie-t-elle à Cligès. Et elle insiste :

6279 et si près avoit vergier
6280 ou je m’alasse esbanoier.

40C’est le serf Jehan qui lui trouve et lui arrange l’objet de ses rêves, si bien qu’elle se réjouit fort du décor :

6312 Puis est antree an un vergier,
qui molt li plest et atalante.
En mi le vergier ot une ante
6315 de flors chargiee et bien foillue ...

41et plus loin :

6323 et desoz l’ante ert li praiax...

42Cinq fois il sera question de cet arbre greffé qui se révèle être un poirier :

6378 A tant une poire destele,
6379 si chiet Fenice sor l’oroille.

43Il se présente ainsi : “Ses branches ont été ployées jusqu’au sol en berceau de verdure par l’ingénieux arboriculteur”, écrit J. Frappier (p. 122) et à propos de ce “maître paysagiste”, Jean-Charles Payen note de son côté plaisamment dans son article Le peuple dans les romans de Chrétien de Troyes (revue Europe, octobre 1982) qu’“a la fin du roman Chrétien ne dit même pas qu’il ait été affranchi par son maître”.

44Ce verger a beau être magnifiquement entretenu, il n’en reste pas moins, en quelque sorte, une prison, puisqu’un mur élevé le ferme, et que Fenice n’a ni le droit, ni la possibilité d’en sortir :

6335 et li vergiers ert clos antor
6334 de haut mur qui tient a la tor.

45Qu’importe pour les deux amants : ils connaissent le bonheur, et Chrétien n’est pas avare d’expressions sensuelles :

6331 si a fet soz l’ante son lit :
6332 la sont a joie et a delit.

46Et plus loin :

6339 quant sor les flors ne sor la fuelle
6340 ne li faut riens que ele vuelle :
6341 son ami li loist anbracier.

47Mais un chevalier curieux regarde par-dessus le mur :

6362 soz l’ante vit dormir a masse
6363 Fenice et Cligès nu a nu.

48Cligès l’aperçoit, lui coupe la jambe d’un coup d’épée, ce qui n’empêche pas ce dernier d’aller raconter à l’empereur ce qu’il a vu :

6426 l’enpererriz trestote nue
6427 avec Cligès le chevalier
6428 desoz une ante en un vergier.

49Que penser de l’issue de l’aventure ? On peut se demander si Chrétien l’a bien prise au sérieux vu la façon dont il décrit l’amputation :

6399 la janbe desor le genoil
6400 ausi com un raim de fenoil.

50En tout cas J. Frappier dans son livre sur Chrétien de Troyes (p. 122) s’est montré sévère à propos de ce passage. “Cet arbre aux branches forcées, image des élégances et des artifices courtois, contraste avec la loge de feuillage dans la forêt de Morois du Tristan, et le “bel arbre”, poussé vers le ciel d’un élan naturel, qui dispense un vaste ombrage à Tristan et à Iseut dans la version de Thomas. Le néo-Tristan de Chrétien transforme la forêt en un jardin d’agrément”.

51L’épisode de “la joie de la cour” dans Erec et Enide est si long (1039 vers) que Chrétien de Troyes a éprouvé le besoin de prendre des précautions :

5685 Mes ne fet pas a trespasser,
por lengue debattre et lasser,
que del vergier ne vos retraie
5688 (long l’estoire) chose veraie.

52Hors d’oeuvre, digression, ou nouvel exploit d’Erec, ou passage obscur, inutile, voire absurde par rapport à l’histoire générale, les opinions divergentes n’ont pas manqué sur cet épisode qui a déjà été très abondamment commenté ; aussi passerai-je plus rapidement.

53C’est le roi Evrain, seigneur du château de Brandigan, qui mène Erec en ce verger.

54Comme nous l’avons déjà écrit, ce verger-jardin est une sorte de prison magique, car il est clos par une ceinture d’air :

5691 Mes de l’air est de totes parz
5692 par nigromance clos li jarz.

55Il a tout de même une entrée toute petite, on peut donc également en sortir, à condition de ne rien emporter. (Gaston Paris dans Romania XX 153 n°2 p. 279 a jugé absurde cette entrée-sortie, car “si l’on comprend à la rigueur que le héros pénètre par une étroite entrée dans ce lieu enchanté, la présence de toute une foule [qui l’accompagne] est invraisemblable et rend bien illusoire la clôture de nuage (= d’air)”).

56Ce verger se révèle être un vrai paradis :

5696 Et tot esté et tot yver
5697 y avoit flors et fruit maür.

57Les oiseaux chantent des mélodies réjouissantes et toutes les plantes médicinales du monde s’y trouvent réunies :

5710 Et terre, tant com ele dure,
ne porte espice ne mecine
qui vaille a nule medecine
qui iluec n’i eüst planté,
5714 s’an i avoit a grant planté.

58Séjour enchanteur, mais terrifiant : des pieux aigus portent des heaumes, avec des têtes de morts, excepté le dernier de la rangée auquel un cor est suspendu.

59Erec continue d’avancer et trouve :

5832 desoz l’onbre d’un siquamor
5833 et, sor le lit, une pucele.

60Le sycomore n’est pas notre érable, mais le figuier originaire d’Egypte aux fruits comestibles. G. Cohen a d’ailleurs reconnu là la dame au sycomore des rites égyptiens, dont la légende s’est transmise avec cette mystérieuse et souterraine continuité des rites, et qui est la déesse de la mort.

61A peu de distance de là :

5747 A tant ez vos un chevalier
sor les arbres, par le vergier
armé d’unes armes vermoilles,
qui estoit granz a merevoilles.

62Erec et ce chevalier combattront ; ce dernier donnera son nom, Mabonagrain, et l’épisode, pour ceux qui ignore la fin de l’histoire, se terminera bien.

63“L’arrière plan celtique de cet épisode, écrit J. Frappier, n’est pas contestable, et de fait n’a jamais été que faiblement contesté. Tous les critiques, ou presque, (ainsi encore Ph. Menard dans son article Chrétien de Troyes et le Merveilleux, revue Europe octobre 1982 p. 53) ont été également d’accord pour reconnaître que l’histoire du grand chevalier, enfermé dans le verger avec son amie la pucelle, était au départ celle d’un géant prisonnier d’une fée. Devant combattre ceux qui s’aventuraient dans l’enclos magique, s’il était battu, il trouvait la mort, et le vainqueur devenait l’amant et en même temps le captif de la fée.

64Chrétien a préféré édulcorer cette barbarie primitive, tout en gardant des éléments du vieux récit original. Mais Philippot dans son article de Romania (1896) reproche à Chrétien le manque de lien logique entre la présence de fruits merveilleux et le reste de l’aventure. “Erec, entre dans le verger, n’en cueille aucun, on ne lui en offre aucun”. Et il concluait déjà à un récit très altéré par Chrétien de Troyes.

65Il nous reste un dernier épisode où un verger va se trouver au centre d’une action.

66Dans Perceval, quand Gauvain rencontre la male pucelle, elle l’envoie, avons-nous vu, chercher son palefroi dans “ce jardin-verger”.

67Or Laurence Harf-Lancer, dans son article Le chevalier au lion, un conte morganien (in revue Bien dire et bien aprandre), établit un rapport entre la pucelle de “la joie de la cour”, dont nous venons de parler, et la male pucelle que Gauvain rencontre. Assise sous un if (ou sous un orme selon les manuscrits) celle-ci fait évidemment penser à la jeune fille couchée à l’ombre d’un sycomore. De même l’homme qui se présente à Gauvain rappelle le grand chevalier aux armes vermeilles :

6538 mes un grant chevalier avoit
soz un olivier verdeant
qui dit ...

68C’est le seul arbre du verger cité dans l’épisode et la couleur n’a rien de particulièrement originale.

69“Dans les deux romans, écrit Laurence Harf, l’allusion à la grande taille du personnage, suggère l’image du géant, sans toutefois la connotation monstrueuse attachée au terme lui-même”.

70Outre ce schéma narratif, on retrouve également souvent le thème de la prison. R. Colliot l’avait déjà remarqué, au début de son article cité à propos des demeures et château.

71En ce qui nous concerne, nous avons relevé le verger entouré d’air d’Erec et Enide, le verger clos du cimetière dans Cligès, le verger d’amour dans le même ouvrage. Assez curieusement, il s’agit des deux premières oeuvres de Chrétien de Troyes, puisque dans la troisième, Lancelot, le mur du verger, qui pourrait être une barrière, est ouvert d’une brèche.

72Mais si les vergers jouent un rôle important dans l’action, ils ne sont jamais décrits de façon très précise : ainsi les seuls arbres nommés sont le siquamor et l’olivier verdeant. On peut ajouter le poirier, nommé implicitement par son fruit, la poire.

73Il y a des fleurs, des fruits, des arbres, des antes, des feuilles, de l’herbe (la prairie), et c’est tout.

74Qu’ils soient éléments du paysage, lieux que l’on traverse pour aller ailleurs, ou centre d’une action, les vergers et jardins, création des humains, tiennent leur place dans l’oeuvre de Chrétien de Troyes, mais elle est certes moins importante que celle réservée à la nature sauvage.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter