Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Quelques exemples de "Topique aquatique" chez les troubadours

Antoine Tavera

Texte intégral

Oui, l'oeuvre sort plus belle
D'une forme au travail
Rebelle
Vers, marbre, onyx, émail.
Point de contraintes fausses !
Mais que pour marcher droit
Tu chausses
Muse, un cothurne étroit.

1 6a 6b 2a 6b : pour digresser d'emblée, remarquons que le père de l'"Art pour l'Art" n'avait évidemment nulle connaissance des troubadours - dont tous les grands textes avaient pourtant été procurés déjà par Raynouard et Rochegude ; s'il eût eu la moindre idée des "formes rebelles" imaginées par eux, il ne se serait assurément pas contenté de si piètre "cothurne étroit" !

2Mais au fait : si je cite Gautier, c'est pour louer le C.U.E.R.-M.A. de nous obliger parfois à chausser un tel "cothurne". Ce fut déjà le cas l'an dernier lorsqu'il proposa à nos réflexions un thème astral ; ce l'est peut-être encore plus alors que c'est cette fois-ci, aujourd'hui, en quelque sorte le contraire : l'insaisissable fluidité, l'opposé, ici-bas, de cette extraordinaire fixité du cours des feux célestes qui devait, après longue considération, engendrer astrologie, cosmologie et calendrier et mathématiques pour le plus grand bien, ou le plus grand mal, de l'homme.

3N'ayant pu venir à Aix en 1983, j avais espéré que Monsieur Larmat pourrait lire devant vous la petite étude que j'avais rédigée à la hâte sous le soleil du Tyrol ; un retard postal ne le permit pas. Vous n'avez vraiment rien perdu, car je vais pouvoir résumer en moins de cinq minutes l'essentiel de cette communication trop prolixe, et ce résumé même mènera curieusement tout droit à mon propos d'aujourd'hui. Voici donc :

4J'avais pensé intituler mon ouvrage l'Allusion aux Astres dans les chansons des Troubadours. En cours d'exécution, je modifiai ce titre, qui devint : La Place du Soleil... En effet : j'eus beau scruter ma mémoire, procéder à divers dépouillements, je ne rencontrai jamais le mot astre, sinon au sens figuré de "bonheur" ; estela était fort rare, luna ne l'était guère moins... Que me fut-il donc loisible de remarquer ? Que l'allusion au soleil, la seule qui soit fréquente, est relativement tardive ; qu'elle s'insère presque exclusivement dans le cadre de la strophe vernale ; mais, là, dans ce cadre, je pus noter (et je ne l'aurais certes jamais fait si je n'avais été contraint au "cothurne étroit") qu'on voit très vite se former une très étroite, très surprenante association soleil/amour ; l'astre du jour valorise, met en relief, pour ainsi dire, le sentiment fondamental qui inspire toute cette poésie, et vice-versa ; et ceci est particulièrement manifeste tant dans une leçon "délirante" d'un unicum de Peire d'Auvergne, e'l rossinhols qu'e'l ram relutz, "et, dans la ramure, le rossignol qui brille" - comme si le chantre d'amour par excellence était lui-même le soleil ! - que dans ce que je nommai "une manière de hapax" d'Arnaut Daniel : l'emploi de lutz dans les quatre vers suivants : Tant fo clara / ma prima lutz / d'eslir / lieis don cre'l cors los huoills, vers que personne, a ce jour, n'a réussi à convenablement traduire, faute de pouvoir comprendre ce que veut dire Arnaut en parlant de prima lutz ; mot à mot, voici ce qu'on entend : "Tant fut claire ma première lumière, en élisant celle dont le coeur croit les yeux" - comprenne qui pourra !

5Mais donc : quant au cours même des astres, aucun troubadour ne semble en avoir eu la moindre idée, hormis Arnaut encore, avec ce vers relativement stupéfiant : Lun'e solelhs, trop faitz loncs vostre cors ! ("Lune et soleil, vous accomplissez votre course trop lentement !"), qui seul témoigne d'une quelconque attention à la régularité sidérale - en grand contraste avec la lyrique arabe antécédente : contraste qui faisait l'objet de mes dernières pages.

  • 1 Le Professeur F.R.P. Akehurst, de l'Université du Minnesota, a mis sur ordinateur les textes de qu (...)

6Je reçus trop tard l'inventaire, par voie "informatique", que j'avais trop tardivement aussi sollicité du Prof. Akehurst ; cependant celui-ci (qui embrasse l'oeuvre d'une quarantaine de troubadours grands et moyens) n'ajoutait guère à ce que j'avais du remarquer1, sinon un vrai déluge du mot malastruc (i.e. : né sous une "mauvaise étoile"), dû tout simplement à son emploi obsessif dans une composition de Raimbaut d'Orange que j'avais jusqu'alors négligé de lire. On s'étonne un peu que les troubadours aient pu entretenir une notion si astrologique de ce que nous nommons aujourd'hui "fortune" et "infortune", sans référence palpable à la si mystérieuse, si fascinante réalité de l'univers céleste.

7Et maintenant j'en viens au "cothurne" d'aujourd'hui. Je n'ai, cette fois, point fait appel du tout à M. Akehurst : notre fluide matière évoque en effet trop de mots (principalement : aiga, estanc, font, fontana - que je traduirai toujours par "fontaine", quoique ce soit plutôt "source" qu'il faille entendre - mar, onda, riu...) ; j'ai préféré me limiter à ce que pouvait fournir ma mémoire, d'une part, le Lexique Roman de Raynouard de l'autre : inventaires fort incomplets tous deux, mais qui, l'un dans l'autre, suffiront au propos.

8Or j'ai pu remarquer d'emblée ceci de bien curieux : tout de même que l'évocation du soleil, celle de l'eau - à tout le moins de l'eau à la fois claire et courante : on verra que les références aux étangs et à la mer sont tout à fait exceptionnelles - n'intervient presque jamais que dans un cadre fort exigu : celui, non plus de la "strophe vernale" en tant que telle, mais bien du locus amoenus ; sans doute l'un à l'autre s'associent-ils la plupart du temps, mais non toujours : et il est au moins trois de ces évocations (probablement bien davantage) qui ne sont point liminaires.

  • 2 Je ne puis en fait citer que ce seul vers : "lam nix glaciesque lîquesclt" (lam dulcîs amica, v. 3 (...)

9J'entrerai maintenant sans plus tarder dans le vif du sujet, pour constater aussitôt (avec quel plaisir, vous l'imaginerez aisément !) ceci : une fois de plus, dans ce domaine si particulier, les troubadours innovent. Je l'ai déjà remarqué plusieurs fois (et, en dernier lieu, à propos de La Place du Soleil...), la strophe vernale est le seul legs incontestable que la lyrique medio-latine ait transmis à la lyrique "vulgaire" ; cependant, à ma connaissance, on ne trouve que de fort vagues références à l'élément liquide dans la première2. En effet : de tous les phénomènes avant-coureurs du renouveau, celui qui affecte les eaux vives est sans doute le moins frappant pour l'observateur. Même dans les montagnes du Tyrol, les rivières ne laissent pas de couler au coeur de l'hiver, à moins d'exceptionnels froids. Simplement leur eau est sombre, et il faudra le retour des chauds soleils printaniers pour qu'elle s'éclaircisse. Je n'ai point fait cette assez "subtile" remarque à la légère : c'est que Jaufre Rudel l'a faite bien longtemps avant moi, et immortalisée dans deux vers liminaires admirables - comme tout ce qu'il touche - que je viens simplement de paraphraser :

  • 3 Ed. Jeanroy, II, vv. 1-2.

Quan lo rius de la fontana
s'esclarzis, si cum far sol...3

  • 4 Il est curieux de noter qu'en changeant une seule lettre (en lisant fa'l au lieu de far) on obtien (...)

10soit : "Quand le ruisseau de la fontaine (on remarquera l'insistance) se fait plus clair, comme à l'habitude, et que paraît l'églantine, et que le rossignol, dans la ramure... affine sa douce chanson..." J'ai traduit les trois vers suivants aussi : que la miniature est précise, et parlante et complète ! Jean Fouquet, trois siècles plus tard, ne fera guère mieux. Mais le peintre ne dispose pas, il est vrai, d'un des atouts du poète ici : la résonance sémantique, grâce à l'equivocatio. Celle-ci, à l'époque de Jaufre, est infiniment rare encore ; on soulignera d'autant plus respectueusement ce singulier "effet" : car comment ne pas penser qu'en employant la troisième personne du verbe soler à la rime (15 Mss., aucune variante) Jaufre n'ait pas songé à évoquer en même temps l'étoile majeure4 ? La forme solelh prévaut largement déjà ; mais le nominatif latin sol survit encore (Lévy l'atteste) dans l'usage : oui, l'eau rejoint l'astre ici, et l'on peut être à peu près sûr que Jaufre posait sciemment, délicatement, plus de sept siècles avant Debussy, mieux qu'aucun chantre "romantique" de l'élément liquide, ce subtil reflet dans l'eau.

11Eh bien, pour parler dans le meilleur style de M. Prudhomme, ce ruisseau n'est pas tombé dans l'oreille de sourds ! Nous allons le retrouver chez six poètes, les uns très "grands", les autres très "petits", et plusieurs fois chez divers d'entre eux ; on peut bien penser qu'un dénombrement complet livrerait d'autres références encore. Voici, dans ce "genre" si particulier, qui consiste, pour ainsi dire, à poser ce qu'on pourrait appeler une "touche d'eau" - au sens où l'on parle de "touche de lumière", métaphore déjà passablement hardie - dans un très concis paysage, relevant à l'avance de l'art du fameux haï-kaï japonais, dans son "cothurne étroit" de dix-sept syllabes tout juste, voici, dis-je, les noms, dans l'ordre chronologique, et mes appréciations, qui pourront surprendre : Marcabru, "T.B." ; Bernart Marti, "T.B." ; Bernart de Ventadorn, "A.B." (mais il n'en est pas moins hanté par l'eau : est-ce là traduction, comme le voulait Bachelard, de la force du rêve en lui ?) ; le Moine de Montaudon, "B." ; Gaucelm Faidit, "A.B." ; Raimon de Miraval, à peine "Passable".

12Marcabru fut donc, vraisemblablement, le premier à répercuter la "touche d'eau" si nouvelle. Je dis vraisemblablement : on sait combien les dates, concernant Jaufre surtout, sont incertaines ; en revanche, il est sûr que tous deux furent contemporains, et que le prince de Blaye connaissait bien le plus grand jongleur de tous temps ; mais je n'hésiterai guère à affirmer que c'est Marcabru qui se souvenait de l'incipit de Jaufre lorsqu'il imagina celui-ci, qui devait devenir au moins aussi célèbre :

A la fontana del vergier
on l'erb'es vertz josta'1 gravier
a l'ombra d'un fust domesgier...

  • 5 On sait qu'à partir de Jaufre Rudel les formules du type : "Dinz vergier o sotz cortina" (II, v. 1 (...)

13"A la fontaine du verger, où l'herbe verdoie parmi les petits cailloux, à l'ombre d'un bel arbre fruitier..." Ah ! permettez-moi de m'extasier encore ; j'ai très légèrement "arrangé" la traduction de ce texte si dense : mais tout y est suggéré, et je crois voir une de ces aquarelles d'Edmond Dulac qui ravirent mes yeux d'enfant ! Locus amoenus : le "vergier", où les troubadours souhaiteront rencontrer l'aimée autant, peut-être plus que "dins cambra5", et parfois avec quelle excessive hardiesse, on le verra lorsque nous en viendrons au paillard Moine de Montaudon, le voici, pour la première fois, bien dépeint en trois coups de pinceau : admirons le contraste d'ombre et de lumière, de pierraille et d'herbe fraîche, sous le signe du soleil et de l'eau... Il n'y a pas ici dix-sept, mais vingt-quatre syllabes : je n'en défie pas moins qui que ce soit, dans toute notre littérature occidentale, d'avoir fait mieux plus sobrement.

  • 6 S'il est un point sur lequel mon opinion s'oppose diamétralement à celle de M. Pierre Bec - qui cl (...)

14Ce locus amoenus marcabrunien est aussi celui de la première "pastourelle" de nous connue ; première, ou seconde ? on ne saurait le dire, puisque Marcabru nous en a légué deux : celle-ci, conforme au type qui deviendra courant (transposition, mutatis mutandis, de ce vieux "chant amébée" qui fit son entrée en littérature avec Théocrite, pour n'en plus jamais ressortir6) l'autre, très diverse, puisque le poète en use pour retranscrire la plainte d'une bergère dont l'ami s'est croisé : fusion unique de trois genres autrement toujours bien distincts, "chanson de toile", "chanson de croisade", "pastourelle"... mais y insister serait sortir tout à fait du sujet.

15Revenons-y bien vite. Ce n'est point ici la seule fois que Marcabru ait évoqué l'élément liquide. L'incipit d'une de ses maintes diatribes contre les moeurs nouvelles (XII bis, ed. Dejeanne p. 49) se souvient plus explicitement encore de Jaufre Rudel :

Bel m'es can s'esclarzis l'onda...

16Je choisis cependant une autre satire, assez similaire (XXI, op. cit. p. 103) pour m'y attarder ; et c'est que cette dernière est préfacée non point par une, mais bien par deux strophes vernales consécutives (le cas, sans être unique, n'en est pas moins fort rare), qu'il me faut citer en entier :

Bel m'es quan la fuelh'ufana
en l'auta branquilha
e'l rossinholetz s'afana
desotz la ramilha
que'l platz frims, a la luguana,
del chant que grezilha.
Quecx auzels quez a votz sana
de chantar s'atilha
e s'esforsa si la rana
lonc la fontanilha
e'l chauans ab sa chauana
s'als non pot grondilha.

17Ces vers ne laissent pas de présenter, comme c'est presque constamment le cas dans la poésie de Marcabru, des difficultés assez retorses, et si je les ai lus à haute voix c'est surtout afin qu'on puisse, même sans les bien comprendre, apprécier les diverses modulations - il n'y a pas d'autre mot - de leur prodigieuse musicalité. Voici la traduction qu'en donne Dejeanne : "J'aime quand la feuille paraît orgueilleuse sur la haute petite branche ( ?) et que le rossignolet s'épuise sous la ramille, car il lui plaît, au clair de lune, de faire vibrer son chant qui pétille. Chaque oiseau qui a la voix saine se dispose à chanter ; la grenouille fait aussi ses efforts le long de la petite fontaine, et le hibou avec sa femelle, s'il ne peut autre chose, grogne." C'est là une note vraiment nouvelle, et bien singulière : quelle audace que d'évoquer l'humble croassement de la grenouille et le hululement du hibou de concert avec le chant du rossignol ! Cette remarquable suite de vers témoigne assez de l'incontestable attention de nos premiers lyriques à la nature, telle qu'ils la voyaient : non, on ne le répétera jamais assez, ils ne ressassent point une "topique", ils l'inventent ! Nous voyons, à notre tour, la petite grenouille auprès de l'élément indispensable à sa vie ; l'un l'autre se prêtent accent, vérité. Et l'effet plut tant à Marcabru qu'il le reprit à l'incipit d'une autre strophe vernale encore, Bel m'es quan la rana chanta (XI, ed. Dejeanne p. 42) - où le rossignol ne manque pas d'être évoqué peu après - en préface à un sirventès moral de plus, particulièrement obscur du reste.

  • 7 7'a 7'a 3b 3b 7b 7c 7c 5'd 5'd (Istvan Frank 155.1), formule unique bien sûr ; et, comme n'a pas m (...)

18L'affection dévolue par Marcabru à la petite grenouille ne devait pas rester sans écho : son imitateur direct Bernart Marti - qui écrivait vraisemblablement de son vivant - s'en souviendra par deux fois, en insistant encore sur la singularité de l'effet : il vaut la peine de s'y arrêter. Voici d'abord l'imitation la plus heureuse, dans une strophe vernale dont le "compas" est, lui aussi, de la plus parfaite singularité7 :

Bel m'es lai latz la fontana
erba vertz e chant de rana
com s'obrei
pel sablei
tota nueit fors a l'aurei
e'l rossinhol mou son chant
sotz la fueilla e'l vergant :
sotz la flor m'agrada
dous'amor privada.

  • 8 Voici la fin de la dernière strophe : "C'alssî vauc entrebescant/ los motz e.l soin) afînant / Len (...)

19Voici donc, et de nuit - là est l'extraordinaire singularité de ctte strophe vernale, audace qu'on peut mettre en parallèle avec la "strophe hivernale" inventée par Cercamon, mais qui reste bien plus rare, puisque cette dernière sera imitée par Bernart de Ventadorn, Raimbaut d'Orange, et tant d'autres encore, alors que c'est peut-être ici la seule "strophe nocturne" de tout le corpus - voici donc tout au complet, on peut bien le dire : l'eau, et l'herbe, et les gravillons (sablei), de même que dans la pastourelle de Marcabru ; mais en outre, comme dans les strophes liminaires de ses deux sirventès, le rossignol fait ici écho au monotone "chant" de la grenouille... Il y a là un entremêlement, un entrebesc (le mot, cher à Bernart Marti, se rencontre à l'avant-dernière rime, dans un contexte singulièrement erotique8) très subtil, et à fort bon escient. Je ne saurais m'attarder à l'énigmatique contenu de la pièce, fort "cluse", comme presque tout ce que nous a légué Bernart Marti ; pour simplifier : les strophes II et III vont - ce serait une surprise si Marcabru n'avait montré la voie - à une brutale satire des femmes légères, "putas provadas", qui ont trois ( !) amants à la fois ; les strophes IV et V, à un éloge de sa maîtresse "Désirée" (c'est son senhal), avec description assez hardie des bonnes grâces qu'elle lui octroie ; la sixième parle, en termes fort mystérieux, d'une autre "douce amie" du poète, vers laquelle il envoie son épervier - souvenir évident des deux pièces que Marcabru a consacrées à l'envoi et au retour d'un étourneau messager (ed. Dejeanne, XXV & XXVI) ; enfin, dans la septième, il parlera, plus énigmatiquement encore, de son talent d'entrelaceur, donc, de "mots" et de "sons". Peut-on imaginer plus "beau désordre", plus déroutant, plus singulier et, vraiment, original ?

20Une fois encore, en m'enflammant, je me laisse emporter loin de l'eau qui nous rassemble ici. Excusez-m'en ; j'y reviens à propos d'une autre composition de Bernart Marti, où cette fois l'allusion est rare : il s'agit, d'abord, de vivier : le mot n'ayant pas changé de sens depuis lors, il s'agit bien encore d'eau courante ; au dernier vers de la strophe, à propos, toujours, de grenouille, marais et rivière cette fois se côtoient :

Can l'erb'es reverdezida
e.ls pratz delonc lo viyier
e.l rossinhol brail'e crida
e son fiorit li vergier
adone par que.l temps s'esclaire
can hom au las ranas braire
e.l maresc e per lo riu.

21Je ne traduis pas, cette fois, une strophe vernale un peu moins étonnante que celle sur laquelle je viens de m'étendre ; au reste, elle est bien "leu ad entendre". On remarquera le ressouvenir assez probable de Jaufre Rudel au v. 5, adonc par que.l temps s'esclaire. Quant au contenu de la pièce elle-même, il est obscur à outrance ; chose curieuse à remarquer, il semble que Bernart y ait pris plaisir à se ridiculiser lui-même, comme "cocu content" - mais, du moins, point "battu"... J'anticiperais sur ma prochaine communication d'Amiens en y insistant.

22J'ai suivi jusqu'ici l'ordre chronologique, de façon du reste toute approximative : de Jaufre Rudel à Bernart Marti, une décade a-t-elle passé ? Rien n'interdit de penser qu'ils étaient sensiblement contemporains. Mais, pour passer d'un "petit" troubadour à un autre, je sauterai volontiers tout droit de Bernart Marti au Moine de Montaudon, puisque les "touches d'eau" de Bernart de Ventadorn sont en fait, quoique nombreuses, bien moins singulières, bien moins frappantes. Sautons donc allègrement un demi-siècle, pour citer, de ce moine rabelaisien avant l'heure, une strophe, elle, admirablement bien "roulée", si je puis dire ! Elle n'est point, notons-le bien, la première de la pièce (P.C. 305, 15), et ne joue donc pas le rôle "vernal" habituel : non, il s'agit là d'un Plazer (le seul qui nous reste, alors que le Moine s'est fait une réputation surtout pour les trois Enuegs que nous gardons de lui), et l'évocation vient sitôt après celle de "gras saumons à l'heure du dîner" :

E platz mi be lai en estiu
que.m sojorn a font o a riu
e.ill prat son vert e.1 flors reviu
e li auzelhet chanton piu
e m'amigua ve a celiu
e lo.y fauc una vetz de briu.

23"Et j'aime bien, en été, me reposer près de fontaine ou ruisseau, quand les prés sont verts, que la fleur renaît, que les oiselets chantent à tue-tête, et que mon amie vient en cachette et que je le "lui fais" en vitesse..." - ou, comme traduit malicieusement Martin de Riquer, "con brio".

  • 9 Selon la Vida : "Et il s'en retourna à Aurillac, auprès de son abbé… et le pria de lui accorder la (...)

24Rien d'équivoque dans le dernier vers : lo fag, c'est, quasi toujours, dans la langue des troubadours, un fait bien précis : l'acte sexuel ; dans le contexte, aucun doute possible ici, et du reste notre Moine y insiste deux vers plus loin : E platz mi solatz de m'amia / baizars. e mais si lo.i fazia, "et j aime bien le plaisir (que me donne) mon amie, quand je l'embrasse, et, si je le "lui faisais", plus encore." On aura remarqué avec quel bonheur dans l'économie des mots cet imitateur célèbre - qui sut faire une nouvelle "galerie de portraits" des troubadours de son temps avec une verve digne de son modèle Peire d'Auvergne - a su décalquer le frais petit tableau du locus amoenus à lui légué par Jaufre Rudel, Marcabru et Bernart Marti. Seule la grenouille y manque, mais c'est sans doute à dessein : un goût certain de 1'équivoque (il me faut répéter le mot) présidait en effet aux passages de Marcabru, et surtout de Bernart Marti que j'ai cités ; si les chansons qu'ils préfacent ne sont, vraiment, point du tout leu ad entendre, une chose est sûre, c'est qu'elles ne sont rien moins que courtoises ; tandis que notre leste moine - qui annonce, avec la bénédiction de son Abbé9 ceux qu'on rencontrera dans Boccace - a, quant à lui, bien dépassé 1'"ère du soupçon" : le verger - mot par lui-même tant soit peu suspect - est fait pour ça, et j'emploie à dessein ce démonstratif neutre dont, sous l'invocation de saint Freud, on nous rebat tant les oreilles depuis des lustres comme si, pour user une fois encore d'une de mes citations favorites, "on avait trouvé là un nouvel Atlas mieux capable de supporter le monde" (c'est Socrate qui dit cela dans un des Dialogues de Platon, mais je ne sais plus bien lequel). Il y a huit siècles, on aurait vu là de quoi rire.

25Sur ces joyeux ébats, voici mon evocation d'eaux vives pratiquement terminée, n'étaient, donc, deux vers de Raimon de Miraval, exact contemporain du Moine :

Per lieis am fontanas e rius
bos e vergiers e plans e plais...

  • 10 Ce très singulier épisode est raconté en détail dans la razo "D" (3 Mis.). La citation serait trop (...)

26"Grâce à elle j'aime fontaines et ruisseaux, bois et vergers, pépinières et haies." Ici encore, il ne s'agit point d'une strophe vernale, mais des vers 41-42 d une chanson (XXVI dans l'ed. Tops-field, Nizet 1971) nommément adressée, et le fait est bien rare, à Azalaîs de Boissezon, l'une de ces maintes dames qu'il n'aima que - si nous en croyons les razos - pour en être toujours trompé : Azalaîs serait tombée dans les bras du roi Pierre II d'Aragon la nuit même de leur rencontre, à l'instigation du malheureux Raimon ! et notre chanson aurait été écrite après ce cruel incident10. Raimon y parle de se retirer du monde, ce qui confirmerait la fin monacale que lui prête sa Vida. S'il reprend quelque peu Azalaîs pour sa "faute", c'est en termes fort courtois : ainsi notre leit motif, d'abord inventé, autant qu'il semble, par Jaufre Rudel pour évoquer sa très fine "Amor de terra lonhdana" ; devenu bien vite -et ceci, il y a tout lieu de le croire, à cause de l'évocation, auquel il invitait, de la pauvre ridicule grenouille "qui veut se faire aussi mélodieuse que le rossignol" - ambigu, ironique, sarcastique, pour enfin devenir ouvertement licencieux avec le Moine de Montaudon, semble finir bien sagement. Il n'y a plus, chez Raimon, ni malice, ni fantaisie, ni invention, ni art de peindre : on tombe dans la pure "topique" vraiment. Cependant l'idée, l'association d'idées plutôt, reste gracieuse. Je crois qu'il n'était pas sans intérêt de suivre ce destin d'une image inhabituelle, qui tout d'abord sort très évidemment des sentiers battus, pour inéluctablement y retomber enfin, quoique avec un petit brin d'ingéniosité encore : c'est, en résumé, et grosso modo, le destin même de la lyrique d'oc.

  • 11 Note peu aisée à concevoir, si on veut qu'elle ne soit trop prolixe. D'autant plus que, faute de t (...)

27Arrivé ici, songeant combien les allusions à l'eau courante qu'on trouve chez Bernart de Ventadorn ont peu d'intérêt - chose singulière à dire ! - quoiqu'on en rencontre au moins cinq, fort diverses, et qu'il faudrait donc examiner une à une, je me décide à les reléguer en note11. J'ai soif, si je puis dire, de nouveau, de singulier. Ce piquant d'originalité rare, nous 1'allons maintenant trouver à propos d'eaux non potables : marines, chez Gaucelm Faidit et Raimbaut de Vaqueyras ; dormantes, chez le toujours excentrique Arnaut Daniel. Commodément, je suivrai à nouveau l'ordre chronologique, qui ira de celles-ci à celles-là.

28C'est dans une pièce supercourtoise - la xve dans toutes les éditions - que nous allons rencontrer, sous la plume d'Arnaut, un très singulier étang d'amour (ou lac d'amour, puisque cette "pièce d'eau" est alimentée par un grand fleuve : le point, on le verra, a son importance). Supercourtoise : je n'emploie pas le mot à la légère puisqu'Arnaut, dès le premier vers, annonce la couleur", comme on dit si bien aujourd'hui, en ces termes :

Sols sui qui sai lo sobrafan que.m sortz
al cor d'amor sofren per sobramar...

29Dès le seuil, l'effet, la réussite arrête : neuf sifflantes et onze liquides - les "méchantes" et les "douces" de la prononciation rivalisent tour à tour dans ces vingt syllabes. Arnaut qui, je veux croire, n'avait pas eu vent des procédés de la prosodie anglo-saxonne, s'affirme en premier grand maître de l'allitération (qu'avaient déjà pratiqué, il est vrai, Marcabru et Raimbaut d'Orange), l'une des constantes les plus évidentes de son oeuvre. M'étant essayé, il y a longtemps, à donner une traduction mesurée de cette pièce, je transcrirai ma tentative de décalque ici :

Seul suis qui sais le sursouffrir qui sourd
du coeur d amour souffrant à suraimer...

  • 12 Mo 11 ère, Les Femmes Savantes, III, 2.

30Cela peut surprendre : mais telle est bien l'intention du poète, et je ne crois pas en avoir "remis". On pense irrésistiblement aux contorsions verbales qui arracheront des cris d'extase à Bélise, Armande et Philaminte : "On se sent, à ces vers, jusques au fond de l'âme, / Couler je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme."12 C'est que Trissotin avait un trisaïeul qu'il ignorait parfaitement... Mais venons-en à notre étang d'amour. Arnaut vient d insister sur le fait qu'il faut que sa Dame elle-même devine son amour, puisqu'il ne saurait l'exprimer, et pourquoi donc ?

... que ges Rozers per aiga que 1'engrois
non a tal briu qu'ai cor plus larga dotz
no m fassa estanc d'amor, can la remire.

31Voici à quoi aboutirent, pour ces trois vers, mes efforts :

... car toute l'eau qui va gonfler le Rhône
ne le fait pas si fort qu'au coeur ne sourde
plus large étang d'amour lorsque je la regarde.

32On reste évidemment ébahi et par la très singulière "raison" de cet admiratif silence, et par la stupéfiante image qui l'illustre. Je ne sortirai pas du sujet en vous disant que je songe irrésistiblement à cette fameuse sardine qui bouchait le port de Marseille, sans nul scrupule, sans rien retirer - au contraire - à l'espèce de culte que depuis longtemps j'ai voué, sous les auspices de Dante, à Arnaut. Et c'est que - je le dirai vite et sans m'étendre, quelque intérêt qu'il y eût à le faire - de même que Tartarin est à la fois Don Quichotte et Sancho Panza, je crois très fermement (pour user d'un de ses mots favoris) qu'Arnaut, maître, en fait, des pince-sans-rire, est à la fois Trissotin et Chrysale, Oronte et Alceste, et notre "étang d'amour" n'est qu'un exemple parmi cent autres qui me semblent le prouver surabondamment. Ne pouvant m'y arrêter - c'est un volume qu il y faudrait - je donnerai un instant en revanche à un petit point fort vite dit, et qui n'en mérite pas moins l'attention.

  • 13 Notons cependant une autre occurrence du mot dans l'oeuvre : "Amors es de pretz la claus / e de'pr (...)

33Toja, dans sa grande édition d'Arnaut (A.D., Canzoni, Sansoni 1960), a noté, au glossaire, sous estanc : "estanc d'amor, unicum nel significativo analogico"13, remarquant en somme à ce propos ce que j'avais pu constater l'an dernier concernant l'emploi de lutz, "lumière", au sens (autant qu'il semble) de "regard chez notre poète : "une sorte de hapax', disais-je. Cependant M. Toja se méprend, bien curieusement pour un Italien. Voici en effet ce qu'on lit à la toute première page (septième tercet du chant I) de la Divine Comédie :

Allor fu la paura un poco quêta
che nel lago del cor m'era durata
la notte ch i passai con tanta pietà.

34N'aurais-je glané que cela, je serais heureux que notre "thème" m'ait permis de révéler, et pour la première fois je crois, puisque ni Canello - qui, très romantiquement, trouve ce lac d'amour beau et vrai" ( !) - ni Toja n'en ont fait la remarque, cet admirable riscontro : conscient, inconscient, peu importe : il montre assez combien Dante était imprégné - c'est bien le cas de le dire -par la lecture de celui qu'il immortalisera comme "il miglior fabbro del parlar materno". Il avait fait du reste, dans son De Vulgari Eloquentia (II, vi) l'éloge de cette pièce en particulier, qui, selon lui, donnait l'exemple d'un style "piquant, gracieux et aussi sublime" : sapidus et venustus etiam et excelsus.

35Si la chanson "supercourtoise" d'Arnaut est un cas dans la poésie des troubadours, les deux pièces dont il me reste à parler le sont sans doute davantage encore, s'il est possible. Celle de Gaucelm Faidit, écrite, selon M. de Riquer, à son retour de la cinquième croisade, donc en 1202 ou 1203, se présente à nous comme un genre" en soi, dont c'est là l'unique et très précieux exemplaire : une chanson de croisade à rebours, une action de grâce pour en être revenu "à bon port" sain et sauf, et, chose rarissime, un éloge de l'humble campagne où le poète vit le jour. Il s'agit ici du Limousin ; dans l'illustre sonnet de Joachim du Bellay, de l'Anjou ; cependant les accents sont les mêmes, pour célébrer cette terre natale

on val mais un paucs ortz
qe d'autra terr estar
rics ab gran benananza...

36"où un jardin vaut mieux que la richesse et l'aisance dans une terre étrangère" (w. 15-17) : les mêmes, rhétorique en moins, et l'obstiné occitanomane que je suis suggérera volontiers qu'Heureux qui comme Ulysse se verrait substituer très avantageusement, dans la mémoire des petits Français, Del gran golfe de mar. Tel est l'incipit, qui m amène à parler de ce court chef-d'oeuvre - quatre strophes - harmonieux et ramassé :

Del gran golfe de mar
e dels enois dels portz
e del perilhos far...

37"Du grand golfe de mer, des angoisses des ports, des périls du phare me voici, Dieu merci, délivré, et je puis dire combien de maux j'y ai souffert et de tourments ; et puisqu'il plaît à Dieu que je m en revienne le coeur joyeux dans ce Limousin que je quittai chagrin, à lui je rends grâce pour ce retour qu'il m'a consenti."

38On a vu déjà la touche légère qui fait pressentir du Bellay ; il est assez admirable pour nous qu'elle soit assortie un peu plus loin (w. 32-36) d'une évocation fort précise des périls de la mer - après avoir nommé les divers vents, Gaucelm y parle de la houle et des corsaires - en grand contraste avec les charmes, non seulement de la Dame retrouvée (w. 19-24), mais bien aussi du paysage familier :

... E las fontz e.l riu clar
fan m'al cor alegransa
prat e vergier, quar tot m'es gen...

39où "sources et clair ruisseau, prés et vergers me mettent la joie au coeur, car tout m'agrée." (w. 29-31). Ce n'est, ici encore, qu'une très brève touche : on y remarquera une fois de plus le rôle des eaux vives, qui président en quelque sorte au bonheur de vivre, par contraste avec ces périls de la mer évoqués sitôt après ; et comme ce vers 29 n'était ni dans ma mémoire, ni dans le Lexique de Raynouard, j'ai lieu de croire qu'on trouverait, ici et la, bien d'autres exemples encore de "topique aquatique" chez les troubadours.

  • 14 On a vu (n. 11) Bernart de Ventadorn se comparer déjà à un navire balancé par la vague. Une telle (...)

40Mais, quant à la "grande bleue', la vision d'un Gaucelm Faidit est, donc, toute négative, et il n'eût pas renié l'opinion d'un Samuel Johnson qui voyait dans la condition du marin quelque chose de pire que dans le sort du prisonnier, qui n'a au moins pas à craindre la noyade ! On peut dire que, dans les quelques pièces où la mer est évoquée (j'en connais peu, et citerai ces brèves allusions en note14), cette image prévaut. Je terminerai néanmoins en parlant d'une rare exception à cette règle - et à toutes les règles ; d'une pièce insigne, sans équivalent je crois dans aucune langue, et dont voici la première strophe :

Altas undas que venez suz la mar
que fai lo vent çai e lay demenar
de mon amic savez novas comtar
qui lay passet ? No lo vei retornar !
Et oy, deu d'amor !
Ad hora'm dona joy et ad hora dolor!

41"Hautes vagues qui venez sur la mer, que le vent fait agiter ça et là, pouvez-vous me conter des nouvelles de mon ami, qui passa la mer et que je ne vois pas revenir ? Hélas, Dieu d'amour ! tantôt il me donne de la joie, tantôt de la douleur." (trad. Anglade, Anthologie des Troubadours, p. 106.)

  • 15 "A la Recherche des Troubadours Maudits", In Senefiance V ("Exclus et Systèmes d'Exclusion"), CUER (...)

42Il s agit la d un unicum fameux du chansonnier de Saragosse (Sg) - d'où les graphies singulières. Or c'est là : (1) l'unique cantiga de amigo (ou "chanson de toile", comme on voudra) de tout le corpus des troubadours, hormis quelques chansons de mal-mariées - et, bien sûr, toutes les chansons de trobairitz identifiées qui firent essentiellement l'objet de ma communication lors du second colloque d'Aix15 ; (2) l'une des très rares pièces à refrain, aubes exceptées, et quelques "ballades" à danser ; (3) l'une des plus belles, des plus simples, des plus poignantes expressions d'amour qui soient, avec son évocation, à la seconde strophe, de l'haleine de l'ami, dont celle qui s'exprime ici souhaite que la brise marine lui apporte le goût, le "breuvage" - un beure :

Oy, aura dolza, qui venez deves lai
on mon amie dorm e sojorn e jai
del dolz aleyn un beure m'aportai !
la bocha obre, per gran désir qu'en ai...

  • 16 Jean-Marie d'Heur, "Le motif du vent venu du pays de l'être aimé…", In Z.R.P., LXXXVIII (1972), pp (...)

43Ce thème, déjà quasi proustien, du vent porteur de souvenir, on le trouvait déjà chez Bernart de Ventadorn (XXXVII, Can la frej' aura venta) et chez Peire Vidal (P.C. 364,1, Ab l'alen tir vas me de l'aire) ; il a fait l'objet d'une étude assez récente16 : c'est une réussite en chaque cas, mais point tout à fait aussi naïvement inspirée, aussi directement touchante que ce n'est le cas ici.

44Quand donc cette pièce fut-elle composée ? et par qui ? Ce sont là deux grandes questions qui ont fait l'objet de divers travaux depuis longtemps (Fassbinder, Lewent, Jules Horrent dans les Mélanges Boutière, pp. 305-316). Je me rallie volontiers à l'opinion de ce dernier : Altas undas, dans le Ms. de Saragosse, est attribué à Raimbaut de Vaqueyras, comme une dizaine d autres pièces dont l'attribution, confirmée par divers autres Mss., n'est pas douteuse ; or Raimbaut fut sans contredit l'un des meilleurs "polygraphes" de son temps : il sut écrire en tous les genres, et en inventa même quelques-uns jusqu'alors inouïs. Rien n'interdit de penser que ce fut lui qui composa ce sublime pastiche d'un "genre popularisant" qui, avant lui, semble avoir fait défaut en pays d'oc.

45Est-il besoin de conclure ? J'espère surtout, grâce au "cothurne étroit", vous avoir fait découvrir quelques rares beautés de ces géniaux créateurs - j'y reviens encore, on n'y insistera jamais assez - que furent les troubadours. Gxateurs en ce domaine même, par leur délicate insistance à évoquer les eaux vives ; je n'ai pas eu le temps d'étendre mon enquête aux trouvères, mais je ne me souviens pas avoir rencontré chez eux de locus amoenus ainsi fertilisé. Et ici une remarque s'impose, que je n'eusse sans doute point songé à faire si je n'avais eu 1 occasion d'échanger avec mon collègue M. Gouttebroze quelques propos au sujet du "thème donné" : jamais, dans le domaine d'oc - à une exception près : l'épisode, au demeurant assez ridicule, de la fontaine dans l'unique roman arthurien de cette littérature, le Jaufre (v. 8367 sq.) ; fontaine qui semble bien féerique, puisqu'elle mèrte à la gensor terra del mon (v. 8746),, terre où l'on ne rencontre âme qui vive (erm e vuig de genz, v. 8751) - jamais, dis-je, l'eau n'est surnaturelle, comme c est le cas presque chaque fois qu'il est question de fontaine, de rivière, voire de mer chez Marie de France, chez Chrétien, dans bien d'autres textes d'oïl encore (Graelent, Partenopeus...). Même la fontaine où se noie lo bel Narcisus à la fin d une strophe fameuse de Bernart de Ventadorn (XLIII, v. 24) n'est point de ces eaux magiques, hantées d'ensorceleuses naïades, où, aux dires de Théocrite et d'Apollonius de Rhodes, se noiera le bel Hylas : eaux que, comme par magie pourrait-on dire, ressusciteront les romantiques allemands, du Fischer de Goethe à la Lorelei de Heine, en passant par 1'Undine de La Motte-Fouqué... Non : pour les troubadours, l'eau est purement et simplement naturelle, comme elle pouvait l'être pour Horace et Virgile, e. g. :

  • 17 Horace, Satires, Livre II, vI, vv. 1-3.

Hoc erat in votis : modus agri non ita magnus
Hortus ibi et tecto vicinus jugis aquae fons
Et paulum silvae super his foret...17

  • 18 Virgile, Bucoliques, III, v. 111.

46On peut dire que dès avant qu'arrivât sur eux la grande vague chrétienne, les Latins avaient tout à fait exorcisé ces "démons" familiers et sauvages qui tout d'abord faisaient partie du paysage, à tel point qu'en poésie, longtemps, on les vit plus que ce que nous appelons "un paysage" - dont la simple et fidèle description ne va pas de soi : il n'est que d'en chercher dans la poésie des primitifs18 ! Mais, pour les contemporains d'Auguste, sirènes, naïades et dryades ne sont plus qu'ornements auxquels on a rarement recours - et seul le "protecteur des jardins" Priape est encore communément évoqué, pour la simple raison qu'on le voyait un peu partout en bonne place dans les campagnes. Cette remarque a sa morale : les écrivains de langue d'oc sont bien les héritiers directs de la latinité. Les allusions "arthuriennes" (à Tristan, à Perceval, à 1'esperanza bretona) se répercutent ça et là, mais ne prennent pas corps, sauf dans le très exceptionnel Jaufre ; il n'y a, dirait-on, point d'eau dans le Midi pour les nourrir. Le hiatus est décidément tout à fait remarquable. Deux cultures si distinctes se devaient de confluer, ce qu'elles feront si vite et si impérissablement grâce à Chrétien. La "topique aquatique" de son oeuvre, déjà tant soit peu plus naturelle, fors quelques éclatantes exceptions, que celle de Marie, eut certes fait un beau sujet de communication... Mais je ne vous y embarquerai pas :

  • 19 [ note additive, sans "appel" : elle se réfère à ce que j'ai dit plus haut de Altas undas, "pièce (...)

Claudite jam rivos, pueri : sat prata biberunt.19

Notes

1 Le Professeur F.R.P. Akehurst, de l'Université du Minnesota, a mis sur ordinateur les textes de quarante-deux troubadours édités (plus les 239 composition anonymes) ; je lui avals demandé de pratiquer par ce moyen une recherche quant aux occurrences des mots SOLELH, LUNA, ESTELA, ASTRUC & MALASTRUC, en prenant soin d'assortir ma demande des treize graphies connues pour le seul mot SOLELH… Le relevé de M. Akehurst, qui me parvint, donc, trop tard, me semble appeler quelques brefs commentaires, qu'en appendice à ma communication de l'an dernier je livrerai ici.
"Les troubadours ne semblent pas s'être beaucoup Intéressés aux corps célestes… », me disait M. Akehurst dans la lettre accompagnant son envol. On reste en effet surpris de la pauvreté de cette récolte. Pour solelh, dix-sept occurrences : j'en avals cité cinq, dont une Ignorée par l'ordinateur, pour la simple raison qu'il travaille d'après l'édition del Monte de Peire d'Alvernha, alors que je citais une émendation de l'édition Zenker. D'autres allusions à l'astre du jour figurent dans mon étude, mais à partir de mots tels que rai, lum, ou lutz. Une occurrence unique du verbe solelhar, que j'avais également citée. La plupart des autres citations fournies par l'ordinateur semblent d'assez médiocre Intérêt. Cependant un fait bien singulier se dégage : sur ces dix-sept occurrences, cinq proviennent de l'oeuvre (onze pièces !) de Gulraut de Calanson, qui apparaît ainsi comme un véritable "obsédé", si l'on peut dire : preuve, une fols encore, de l'originalité foncière, du "style" que pouvaient avoir des troubadours aujourd'hui fort négligés (Gulraut n'a plus été réédité depuis Willy Ernst, 1933). Aucun de ces cinq passages ne manque d'un certain relief poétique ; je me contenterai de ci ter celui-ci :
Tot atressl corn re no pot valer
fuecs ni clartatz ni estela luzens
contra'l solelh, m'es autres jois niens
contra'l vostre...
(W.E., Die Lieder… G. von C., I, vv. 10-13), et comment - quoique le "concetto" y soit à l'Inverse - ne pas penser à Baudelaire (premier tercet du sonnet Le Flambeau Vivant) :
Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
Qu'ont les cierges brûlant en plein Jour ; le soleil
Rougit, mais n'éteint pas leur flamme fantastique… ?
Pour Luna, la récolte est encore bien plus maigre : dix occurrences, dont sept sont fausses, six correspondant (on sait que ces machines ne peuvent, hélas, réfléchir) à l'una ou l'un'a, et la septième à la fin du nom de la ville de Pampelune. Reste celle, citée, d'Arnaut Daniel ; celle de Gullhem de Montanhagol, qui fit l'objet de la communication du Prof. P. Hutchinson ; enfin une, fort Indifférente, de Marcabru.
Pour Estela, sept occurrences, dont une citée (Gulraut de Bornelh) ; deux viennent encore de Gulraut de Calanson (v.s. pour l'une). Une seule est métaphorique, et encore s'agit-il de louer non pas une dame, mais un comte (Henri de Malte, "estela dels Genoes" :
Peire Vidal, Neus ni gels, v. 6 2). Je remarque bien sûr à ce propos, une fols encore, combien les troubadours ont peu de chance d'avoir Imité les Arabes, chez qui, comme je l'al observé en son lieu, ces sortes de comparaisons abondent.
Pour Astruc, rien. Oubli de M. Akehurst ? on serait enclin à le croire (quoique, d'après une contre-liste, Il semble qu'il ait fait chercher le mot sous trois graphies différentes, et Astre sous deux), lorsqu'on volt que pour Malastruc l'ordinateur a relevé trente-six occurrences ! Mais ici nous attend la surprise que j'ai dite : non moins de vingt-cinq proviennent d'une seule pièce de Raimbaut d'Orange, Or non sui ges mais, où le mot revient (sous cette forme, ou sous la variante morphologique malastre) à chaque vers. Le fait m'avait du reste été signalé par le Prof. Roncaglia peu avant que je reçusse l'envoi d'Amérique.

2 Je ne puis en fait citer que ce seul vers : "lam nix glaciesque lîquesclt" (lam dulcîs amica, v. 33).

3 Ed. Jeanroy, II, vv. 1-2.

4 Il est curieux de noter qu'en changeant une seule lettre (en lisant fa'l au lieu de far) on obtient, pour ces deux vers, un sens tout différent, à peu près : "Quand, grâce au soleil, le ruisseau s'éclaircit…". Mais il semble qu'aucun Ms. ne comporte cette leçon.

5 On sait qu'à partir de Jaufre Rudel les formules du type : "Dinz vergier o sotz cortina" (II, v. 13) ou "Si que la cambra e. I jardts" (V, v. 41) se sont en quelque sorte Imposées, dans la lyrique d'oc, pour évoquer les joies de la satisfaction amoureuse.

6 S'il est un point sur lequel mon opinion s'oppose diamétralement à celle de M. Pierre Bec - qui classe la pastourelle parmi les genres "popularisants" - c'est bien celui-ci : la pastourelle a, j'en suis persuadé, hérité d'une longue tradition cultivée (que l'Italien Carrara, dans son grand ouvrage La Poesia Pastorale - 1909 ; spt. pp. 40-67 - a magnifiquement expliquée), ce qui du reste permet de mieux comprendre ses métamorphoses ultérieures. Nous devrions avoir ensemble, a ce propos, une tenso !

7 7'a 7'a 3b 3b 7b 7c 7c 5'd 5'd (Istvan Frank 155.1), formule unique bien sûr ; et, comme n'a pas manqué de le noter I.F., on remarque cette rarissime singularité : à la strophe IV, et pour cette seule strophe - Il y en a sept, unissonans - la rime a devient -ida, au lieu de -ana. Comme II s'agit là d'un unicum (E), toute conjecture à propos de cette singulière licence serait vaine. Les passages reproduits Ici sont bien sQr tirés de l'excellente édition d'Ernest Hoeffner, Les Poésies de B. M., C.F.M.A. 1929.

8 Voici la fin de la dernière strophe : "C'alssî vauc entrebescant/ los motz e.l soin) afînant / Lengu'entrebescada / es en la baïzada." Ce n'est pas une note, mais plutôt "tout un chapitre" qu'il faudrait écrire à propos d'un si stupéfiant rapprochement !

9 Selon la Vida : "Et il s'en retourna à Aurillac, auprès de son abbé… et le pria de lui accorder la grâce de se conformer au sentiment du roi Alphonse d'Aragon ; et l'abbé la lui accorda. Et le roi lui commanda de manger de la viande, de courtiser les dames (qu'el domnejes), de chanter et de "trouver" ; ainsi fit-il." (Boutlère et Schutz, Biographies des Troubadours, Nizet 1964, p. 309).

10 Ce très singulier épisode est raconté en détail dans la razo "D" (3 Mis.). La citation serait trop longue, et je renvoie à l'édition précitée des Biographies, pp. 392-393.

11 Note peu aisée à concevoir, si on veut qu'elle ne soit trop prolixe. D'autant plus que, faute de temps, je n'ai pu consulter l'une de ces pièces, re jetée comme douteuse par Appel dans son édition (il en avait procuré le texte auparavant dans son Peire Rogier, Berlin 1882, mais je n'ai pu avoir accès à ce livre). Or cette chanson (P.C. 70,11) contient deux allusions "aquatiques" : "E'I riu son clar de sobre los sablos", et "E I'aigua m cor denan per mei lo vis" : je dois ces références au Lexique Roman de Raynouard. Deux autres allusions à l'eau courante : l'une - c'est la seule que je connaisse - péjorative (la femme perfide est semblable à l'eau traîtresse) : "… mas l'aiga que soau s'aduî / es peyer que cela que bruì", P.C. 70,29, vv. 37-38 ; l'autre à un tour plus proverbial encore : "… qu'eu al trobat en legen / que gota d'alga que chai / fer en un I oc tan soven / tro chava la peira dura", P.C. 70,16, vv. 37-40. Enfin une allusion à l'eau de mer, toujours à propos de la femme aimée, "c'atressl'm ten en balansa / com la naus en l'onda", P.C. 70,44, vv. 39-40. On remarquera la variété des connotations : on s'en trouve d'autant mieux autorisé à parler d'obsession. Faute de pouvoir en dire plus, ajouteraï-je que le "cothurne étroit" a Ici l'avantage de faire peser la balance en faveur de l'authenticité de P.C. 70,11, attribué à B. de V. par deux Mss. seulement sur huit ?

12 Mo 11 ère, Les Femmes Savantes, III, 2.

13 Notons cependant une autre occurrence du mot dans l'oeuvre : "Amors es de pretz la claus / e de'proes'us estancs / don naisson tuich II bon fruich." (XI, vv. 9-1 1 : 11 Mss. d'accord pour cette leçon). Canello avait traduit cet autre surprenant passsage ainsi : "un serbatolo (réservoir) di bontà". Lavaud : "un rejeton de prouesse", alors que Raynouard, dans son Lexique, n'avatt pas craint de traduire "étang de prouesse". Toja a suivi Lavaud : "e del valore un germoglio". Sans entrer dans une discussion philologique fort complexe, l'étang d'amour de XV, 28 me semble autoriser cet "étang de prouesse" d'où "naissent tous les bons fruits" : Arnaut n'en est pas à une hardiesse verbale près.

14 On a vu (n. 11) Bernart de Ventadorn se comparer déjà à un navire balancé par la vague. Une telle Image évoque Irrésistiblement pour nous le suave mari magno… de Lucrèce qui, avec diverses autres "métaphores nautiques" (cf. E.R. Curtius, Europaïsche Literatur, VII : trois pp. sur le sujet), a certainement trouvé écho dans la littérature medio-latine. Le premier à avoir su construire, à partir de la simple idée, une Image à la fols concise et évocatrice est Gulraut de Bornelh qui, dans une belle pièce folsonn ante d'images hétéroclites, mais chaque fois fort habilement menées, écrit ceci : "… E d'autre part sul plus despers / per sobramar / que naus, quan vai torban per mar / destreicha d'ondas e de vens…" (Quan lo freitz, vv. 3 5-38).
Le très petit troubadour Jordan Bonel de Cofolen (fin xiie), dans une belle pièce encore pratiquement inédite (quoiqu'on la trouve dans Rochegude et dans Mahn), S'ira d'amor tengues amie Jauzen, a su faire de la mer le théâtre d'une Image devenue proverbiale dans divers autres contextes (cf. la fameuse "Nursery Rhyme" For want of a nail, the shoe was lost… qui conclut sur la perte du royaume à cause d'un clou manquant !) ; dans l'application, ses cinq vers (28-32) ne laissent pas de sembler un peu ridicules, puisque, en fin de compte, la Dame s'y voit comparée à l'indispensable clou qui soutient le grand navire, et les mille hommes qu'il renferme, sur les flots… "SI cum l'aigua sofre la nau corren / pois es tan grans que mil homes soste / e d'un clavel pert son afortimen / sofrira ieu metis de tot'autra re / mas quan de liels que'm defaill ab merce…"
Minuscule troubadour encore, Peire Espanhol (fin xiiie) reprend une vieille Image latine, bien Illustrée, de Virgile à Dante, par E.R. Curtius, lorsqu'il évoque le nautonier qui, découvrant un beau temps clair, se hâte de faire voile vers la haute mer : "E*l nauchier, can ve lo bel temps clar / qui's coch'e cor tro qu'es en auta mar…" (P.C. 342,3).
A partir de cette assez mince récolte, on peut bien penser que la mer est loin d'être absente de la poésie de ces "terriens" que furent, dans leur très grande majorité, les troubadours. Mais, à propos de récolte : j'ai appris, grâce au Lexique Roman de Raynouard, qu'on trouvait dans les Leys d'Amor (F° 36) cette Image qui nous est devenue si familière, des blés ondoyant : "La gran mar dels blatz en espic ondeiar…" Ce qui est devenu banal ne l'a pas toujours été : Je conclurai ainsi une note par trop Insuffisante et diffuse a la fois.

15 "A la Recherche des Troubadours Maudits", In Senefiance V ("Exclus et Systèmes d'Exclusion"), CUER-MA / Champion, 1978.

16 Jean-Marie d'Heur, "Le motif du vent venu du pays de l'être aimé…", In Z.R.P., LXXXVIII (1972), pp. 69-104.

17 Horace, Satires, Livre II, vI, vv. 1-3.

18 Virgile, Bucoliques, III, v. 111.

19 [ note additive, sans "appel" : elle se réfère à ce que j'ai dit plus haut de Altas undas, "pièce Insigne, sans équivalent je croîs dans aucune langue."] : La belle communication de Mme. Battesti-Pellegrin, qui suivît immédiatement la mienne, montra combien je me trompais en disant ceci, et comme la forte complexe Image s'est répercutée mainte fois dans la lyrique gallégo-portugaise. Etant donnée la provenance du Ms., l'incertitude qui plane quant à l'auteur réel, quant à la date exacte (Raimbaut de Vaqueyras, si c'est bien lui, peut avoir seulement adapté une pièce du folklore hispanique - rappelons qu'il parlait catalan), l'intérêt de l'unique cantiga de amigo véritable de tout le corpus des troubadours s'en trouve d'autant mieux mis en relief.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540