Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Le reflet dans l'eau (à propos de la branche IV du Roman de Renart)

Jean Subrenat

Texte intégral

  • 1 Le Roman de Renart, publié par Ernest MARTIN, premier volume, STRASBOURG, 1882. Cette branche port (...)
  • 2 Lucien FOULET, Le Roman de Renard, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, IV0 section, 211° fa (...)

1La branche IV du Roman de Renart, - "C'est la branche come Renart fist Isengrin entrer ou puis" dit le manuscrit de Cangé, "Si conme Renart fist avaler Ysangrin dedenz le puis" annonce le manuscrit C1 - paraît une branche toute simple, "fable" disent à la fois Lucien FOULET et Robert BOSSUAT2, histoire que l'on peut mettre entre les mains ou sous les yeux des enfants, claire comme de l'eau de source.

Renart, affamé, part en chasse, pénètre dans la grange d'une abbaye de moines blancs, étrangle trois poules, en dévore deux et se sauve avec la troisième. Poussé par la soif, il se dirige vers le puits du couvent et, en se penchant, voit son reflet dans l'eau ; il croit que c'est Hermeline son épouse et, sautant dans le seau, il se retrouve au fond du puits.
Ysengrin, affamé, de mauvaise humeur, passe par là, regarde au fond du puits, voit à son tour son propre reflet qu'il prend pour Hersent sa femme en compagnie de Renart ; il l'insulte donc vivement.
Renart le calme, lui disant qu'il est mort, au paradis, un paradis abondamment pourvu en succulentes victuailles. Il incite le loup à faire pénitence puis à monter dans le deuxième seau qui fait contrepoids au premier.
Ainsi Renart peut-il se libérer, tandis qu'Ysengrin, bientôt découvert au fond du puits par les moines, sera battu et laissé pour mort.

  • 3 PETRI ALFONSI Disciplina Clericalis, éd. Alfons HILKA und Werner SODERHJELM :
    - I Lateinischer Text (...)

2C'est bien, on le voit, un thème de fable et l'on n'a pas manqué par exemple de le rapprocher de la fable ésopique du bouc et du renard. Lucien FOULET s'est attaché à en rechercher les sources et a en particulier trouvé un conte très proche dans la Disciplina Clericalis de PIERRE ALPHONSE. Dans ce récit, le renard montre au loup le reflet de la lune au fond d'un puits prétendant que c'est un fromage. Le loup, défiant, exige que le renard descende d'abord ; ce dernier entre dans un seau et du fond du puits appelle le loup à l'aide sous le prétexte que le fromage est trop gros pour lui seul ; le loup saute alors dans le deuxième seau et c'est ainsi qu'il reste au fond tandis que le renard se sauve3.

3Déjà donc, dans la source, si source il y a, le motif du reflet dans l'eau apparaissait, mais avec des tenants et aboutissants différents.

  • 4 MARIE DE FRANCE, fable LVIII, De Vulpe et Umbra Lunae, éd. Karl WARNKE, Die Fabeln der Marie de Fr (...)

4D'autre part, sensiblement à la même époque que notre branche, la fable de Marie de France "De vulpe et umbra lunae" met en scène un renard qui lape l'eau d'une mare dans l'espoir d'atteindre le fromage qu'il voit au fond et qui n'est en fait que le reflet de la lune4.

5Dans ces deux cas, notons-le, il y a reflet dans l'eau et, en même temps, erreur dans l'interprétation de l'image.

  • 5 Dans le Ms de Cangé, le texte (br. II, vv. 3405-3430 et 3457-3484) ne comporte pas de différence e (...)

6Dans le cadre de ce colloque, c'est évidemment ce motif du reflet dans l'eau qui nous retient. Or dans la br. IV du Roman de Renart, l'on retrouve aussi une erreur d'interprétation du reflet dans l'eau, mais qui conduit cette fois-ci à une interprétation très particulière. En outre, la scène est redoublée - Renart d'abord, Ysengrin ensuite -, selon un parallélisme qui va jusque dans le détail des rimes et des répétitions de mots5. Enfin le ton des deux protagonistes dans leurs réactions, est fort différent : autant Renart est calme et doux, autant Ysengrin est irrité et violent.

  • 6 Lucien FOULET, op. cit. pp. 309-310.

7L'interprétation du reflet étonne, elle étonne même doublement : qu'Ysengrin toujours en colère, prisonnier d'une idée fixe, et d'une intelligence limitée croie voir ce qu'il redoute de trouver, - savoir : sa femme -, soit ! le comique n'y perd rien. Que Renart, en revanche, si malin, si rusé, se soit laissé prendre est plus surprenant. Lucien FOULET justifie la situation en disant qu'il fallait que le Renard soit arrivé avant le loup et qu'il fallait trouver une raison plausible de le placeur au fond du puits avant la rencontre6. Du point de vue de la construction dramatique de la branche, l'explication est acceptable, mais il faut la compléter.

8En effet, Renart ne se reconnaît pas lui-même. Il est vrai qu'un animal ne reconnaît pas sa propre image, mais, parfois, dans un miroir, la prend pour un autre animal. Se fondant peut-être sur cette réalité zoologique, l'auteur nous ramène au plan anthropomorphique : comme il n'existe qu'un couple de goupil au royaume du roi Noble, "l'autre" ne peut être qu'Hermeline. Le même raisonnement vaut pour la méprise d'Ysengrin.

  • 7 Lanval, vv. 43 sqq., in Les Lais de MARIE de France publiés par Jean RYCHNER, PARIS, Champion, 196 (...)
  • 8 Le Lai de Narcisse, (Narcisse, conte ovidien français du xiie siècle, édition critique par Martine (...)

9Mais, d'autre part, l'eau est souvent, en ces années de la fin du xiième siècle, associée à la courtoisie et à l'amour : la rencontre amoureuse se passe le plus souvent au printemps, quand les oiseaux chantent et au bord d'une source. C'est dans ce cadre, au moins symboliquement, que Lanval rencontre son amie et Graëient, quant à lui, découvre celle qui deviendra son amie quand elle se baigne nue dans la fontaine7. Le symbolisme de l'eau est fort riche, mais il n'est généralement pas question de reflet8.

  • 9 EILHART VON OBERG, Tristrant, édition diplomatique des manuscrits et traduction en français modern (...)

10Si reflet il y a, dans un contexte amoureux, son utilisation est différente : Lors du rendez-vous sous le pin, dans la légende de Tristan et Yseut, c'est par un reflet dans la fontaine que les amants se rendent compte de la présence du roi Marc dans l'arbre. Le passage n'est pas dans l'extrait conservé du texte de Béroul, c'est pourquoi je cite EILHART dans la traduction de Danielle BUSCHINGER9 :

Le roi était perché
Dans l'arbre avec son compère.
Lors Tristrant vit leur ombre
Projetée dans la fontaine par le clair de lune.
(vv. 3494-3497)

11puis

Elle (Yseut) s'arrêta près de la fontaine
Et aperçut les espions.
La lune projetait dans la fontaine
L'ombre des deux hommes.
(vv. 3528-3531)

12Il s'agit même du reflet d'une ombre, mais de l'ombre d'autrui. L'eau est bien au service des amants, elle ne leur fournit cependant pas l'occasion de se voir l'un l'autre.

  • 10 JEAN RENART, Le Lai de l'Ombre, éd. Félix LECOY, PARIS, Champion, 1979.

13Il est difficile, maintenant, de ne pas faire allusion au célèbre Lai de l'Ombre, même s'il est postérieur d'un demi-siècle environ à la br. IV du Roman de Renart10. En effet, la scène du reflet se situe, comme ici, auprès d'un puits : le chevalier et la dame conversent assis sur la margelle. L'on se souvient que la dame ayant refusé l'anneau, le chevalier l'offre à sa "bel onbre qui l'atent" (v. 893) : il laisse tomber l'anneau dans le puits :

"Tenez, fet il, ma douce amie.
Puis que ma dame n'en veut mie,
Vous le prendrez bien sanz meslée".
L'aigue s'est un petit troublée
Au cheoir que li aniaus fist
Et quant li onbres se desfist :
"Veez, fet il dame, or l'a pris.
Mout en est amendez mes pris,
Quant ce qui de vous est l'enporte".
(Lai de l'Ombre, vv. 895-903)

  • 11 Félix LECOY, in éd. citée supra, préface, p. XVIII.

14La scène est très belle et M. Félix LECOY a bien montré l'habileté de l'auteur, nuancée d'"une ironie légère et voilée"11. Mais si l'utilisation du reflet dans l'eau est en relation directe avec le sentiment amoureux, il n'y a à aucun moment erreur sur la personne : le chevalier regardant le reflet de la dame sait qu'il s'agit bien du reflet de la dame, et réellement, c'est bien le reflet de la dame.

15Oserai-je dire que, dans la br. IV du Roman de Renart la courtoisie est plus exquise, même s'il ne faut pas oublier la part du rire (ou du sourire) :

Et Renars...
Dessur le puis s'est acoutez
Grainz et marris et trespensez.
Dedens commence a regarder
Et son ombre a aboeter :
Cuida que ce fust Hermeline
Sa famme qu'aime d'amor fine
Qui herbergie fust leens.
Renars fu pensis et dolens.
(vv. 155-162)

  • 12 Cf. par ex. le début de la br. XI, en particulier les vv. 6-38.

16Dans cette branche, contrairement à ce qui se passe dans certaines autres12, l'auteur n'a pas précisé préalablement que Renart était parti en chasse pour nourrir sa famille ; cependant il s'apprête à rapporter chez lui une poule pour la cuire (comme le ferait un homme) après en avoir dévoré deux (en bon animal qu'il paraît être), ambiguïté anthropomorphique suggérée opportunément à l'approche de la scène du puits, où, de l'animal qui a soif, l'on passe à l'homme qui interprète une image en se remémorant ses sentiments :

Cuida que ce fust Hermeline
Sa famme qu'aime d'amor fine.
(vv. 16O-161)

  • 13 Par ex. : "Ma feme est molt bele mescine,
    "Et si a non dame Ermeline".
    (Br. X. 1461-1462)
    voir aussi (...)
  • 14 En revanche, si à la Br. II, il commet l'erreur de lâcher Chantecler, c'est parce que ce dernier a (...)

17Pourtant l'animal reste présent, Renart ne parle pas mais "aboete" (v. 158) à son reflet ; et d'ailleurs un "pur homme" n'aurait pas commis la méprise. En tout état de cause, pour les deux vers cités, l'explication par la rime est tentante ; ce serait néanmoins une erreur de s'en contenter : il faut prendre l'auteur (ou son personnage) au mot pour plusieurs raisons : d'abord, c'est une idée recurrente dans l'œuvre que cette tendresse de Renart pour sa femme13. Qu'il lui soit infidèle n'y change rien ! Ensuite, dans ce passage précis, ses sentiments sont explicités : il est "pensis et dolens" (v. 162) de la voir dans cette situation ; croyant entendre une réponse, il "drece le front" (v. 166) avant de l'appeler une seconde fois. Enfin, et surtout, signe incontestable de son émoi, il commet, spontanément14, ce qui ne lui arrive jamais, deux erreurs : il en oublie la "geline" qu'il emportait et, sans prendre garde, se jette lui-même dans le piège en posant les pattes dans le seau.

18L'auteur, s'appuyant sur l'association bien connue de l'eau et de l'amour, imagine une scène délicate - et peut-être originale (je n'ai pas trouvé d'"avant-texte") - d'une grande puissance sentimentale. Si elle prête à sourire, c'est d'un sourire un peu ému, car elle est discrète, à peine teintée de quelque humour.

19C'est pourquoi le ton général de l'oeuvre doit vite reprendre tous ses droits, comme si l'auteur se devait de réagir contre son attendrissement sur son héros. Vient donc la caricature tout à fait grinçante de la scène et de sa grâce courtoise.

20Le parallélisme très strict de l'épisode du loup avec celui du Renart est la preuve d'une écriture très consciente de la part de l'auteur. La rime ne permet évidemment pas d'associer "amor fine" avec le nom d'Hersent, mais tels ne sont précisément pas les sentiments d'Ysengrin vis-à-vis de son épouse : il lui faut au contraire un discours de 10 v. pour exhaler sa fureur avant qu'il ne s'adresse à elle. Là où Renart avait un ton mesuré - "il li demande" (v. 163), "il la rappelle" (v. 167) -, Ysengrin s'emporte "puis a uslé" (v. 223), "si a ullé" (v. 227) -. Son vocabulaire est on-ne-peut-plus discourtois :

"Pute orde vilz, pute prouvée"
(v. 225),

21insulte qu'il s'adresse en réalité à lui-même, ce qui ne manque pas de sel.

22Ainsi donc, Ysengrin et Renart restent fidèles à eux-mêmes : Renart, mari affectueux, Ysengrin victime de son idée fixe et sans doute masochiste de mari cocu, malheureux, défaitiste (il se garde bien ici comme ailleurs d'aller affronter directement Renart).

23L'auteur, quant à lui, reprenant l'apologue du puits, en profite pour introduire par le biais du reflet dans l'eau, une scène courtoise assez étonnante et sa propre caricature.

24Non seulement il donne une force poétique originale au motif du reflet, mais il le met au service de l'expression de l'amour par la rêverie qu'il prête à Renart.

25Non seulement il ironise sur le monde courtois par l'épisode d'Ysengrin, mais, - et c'est assurément l'essentiel -, il s'offre d'abord le plaisir, - rare dans le Roman de Renart -, d'écrire lui-même la scène élégante d'une belle subtilité sentimentale dont, par la faute du loup, le reflet sera grotesque.

Tableau de la note 5

ROMAN DE RENART, br. IV (éd. Martin)

ROMAN DE RENART, br. IV (éd. Martin)

DISCUSSION

26Jean BATANY développe un rapprochement de cette scène avec le célèbre Lai de Narcisse.

27Félix LECOY s'interroge sur le sens des adjectifs "pensis et dolent" qui pourraient exprimer le mécontentement de Renart croyant voir Hermeline en fâcheuse position.

28Francis DUBOST :

29Dans la première partie du récit, Renard est victime des bons sentiments courtois qu'il semble manifester ici à l'égard de sa femme. Si bien que l'on pourrait se demander si l'épisode n'est pas fondé sur une exploitation ironique du mythe de Narcisse. Renard, doublement abusé par son propre reflet dans l'eau et par le son de sa propre voix qui lui revient en écho, se précipite au secours ou à la rencontre ? ? ... d'une image deceptive. L'ironie de la situation se double d'une ironie perceptible au plan des significations : au lieu de se reconnaître lui-même dans l'autre, ce qui est le propre de la situation narcissique, Renard croit reconnaître l'autre dans lui-même. Le maître trompeur pouvait-il être trompé par un autre que lui-même ?

30René MENAGE : De même que l'eau ne renvoie à Renard et à Ysengrin que leur propre visage, l'écho du puits ne leurs renvoie que leurs propres voix. L'ombre que voit le chevalier dans l'eau dans le fameux Lai c'est celle de la Dame, mais il me paraît significatif, lui qui a si peu de présence concrète, qu'il jette son anneau à une ombre (un reflet). Les deux textes ont en commun une symbolique de la solitude.

Notes

1 Le Roman de Renart, publié par Ernest MARTIN, premier volume, STRASBOURG, 1882. Cette branche porte le numéro II, dans l'édition procurée par Mario ROQUES, d'après le Manuscrit de Cangé, PARIS, Champion, 1966.
Le Roman de Renard édité d'après les manuscrits C et M, par Naoyuki FUKUMOTU, Noburu HARANO, Satoru SUZUKI, tome I, Librairie -Editions France - TOSHO, TOKYO 1983, p. 392. (la rubrique du Ms M, peu différente, figure en apparat critique).
Dans cette communication, toutes les références au Roman de Renart sont données d'après l'édition d'Ernest MARTIN.

2 Lucien FOULET, Le Roman de Renard, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, IV0 section, 211° fascicule, deuxième édition, PARIS, Champion, 1968, p. 289 ("C'est à peine si à l'exception d'un ou deux passages, nous sortons du point de vue de la fable").
Robert BOSSUAT, Le Ronan de Renard, PARIS, Hatier-Boivin, 1957, p. 28.

3 PETRI ALFONSI Disciplina Clericalis, éd. Alfons HILKA und Werner SODERHJELM :
- I Lateinischer Text (Acta Societatis Scientiarum Fennicae, t. XXXVIII, n° 4), Helsingfors, 1911, pp. 32-33.
- II Franzpsischer Prosatext (d° t. XXXVIII, n° 5), Helsingfors, 1912, p. 27.
- III Franzosische Versbearbeitungen (d° t. XLVI, n° 4), Helsingfors, 1922 : Version A (Ms du XIII° s.), p. 60 sqq ; v. 3559 sqq. qui parle d'"Ysengris le compere Renart" (vv. 3589-3590) ; Version B, p. 121 sqq. v. 2605 sqq. (le loup et le renard restent anonymes).

4 MARIE DE FRANCE, fable LVIII, De Vulpe et Umbra Lunae, éd. Karl WARNKE, Die Fabeln der Marie de France, HALLE, Max Niemeyer, 1898, p. 194.

5 Dans le Ms de Cangé, le texte (br. II, vv. 3405-3430 et 3457-3484) ne comporte pas de différence essentielle (CJMA n° 79, 1966). Quant au Ms C, (br. 23, vv. 149-182, 217-248), il comporte quelques ajouts intéressants notés en italique.
L'on a gardé ici la numérotation de l'éd. Martin, cf. tableau à la fin des notes.

6 Lucien FOULET, op. cit. pp. 309-310.

7 Lanval, vv. 43 sqq., in Les Lais de MARIE de France publiés par Jean RYCHNER, PARIS, Champion, 1966, p. 73 sqq.
GRAELENT, v. l60 et vv. 194 sqq., in Les Lais anonymes des xiie et xiiie siècles, éd. Prudence Mary O'Hara TOBIN, GENEVE, Droz, 1976, p. 101 sqq.

8 Le Lai de Narcisse, (Narcisse, conte ovidien français du xiie siècle, édition critique par Martine THIRY-STASSIN et Madeleine TYSSENS, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, fase. CCXI, 1976) présente une situation tout-à-fait particulière : Narcisse ignore tout d'abord totalement qui il voit dans la "fontaine", puis l'issue de l'histoire est dramatique, proprement catastrophique même, puisque Narcisse et Danaé meurent tous les deux.

9 EILHART VON OBERG, Tristrant, édition diplomatique des manuscrits et traduction en français moderne avec introduction, notes et index par Danielle BUSCHINGER, GOPPINGEN, Alfred Kümmerle, 1976.

10 JEAN RENART, Le Lai de l'Ombre, éd. Félix LECOY, PARIS, Champion, 1979.

11 Félix LECOY, in éd. citée supra, préface, p. XVIII.

12 Cf. par ex. le début de la br. XI, en particulier les vv. 6-38.

13 Par ex. : "Ma feme est molt bele mescine,
"Et si a non dame Ermeline".
(Br. X. 1461-1462)
voir aussi la très belle discussion entre Renart et Hermeline au début de la br. XI : vv. 17-33.

14 En revanche, si à la Br. II, il commet l'erreur de lâcher Chantecler, c'est parce que ce dernier a été plus rusé. (br. II, vv. 418 sqq.).

Table des illustrations

Titre ROMAN DE RENART, br. IV (éd. Martin)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540