Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Eaux troubles : la navigation de l'âme dans les Rimes Sparse de Pétrarque

Sara Sturm-Maddox

Texte intégral

  • 1 Pétrarque était même peut-être le premier auteur "moderne" à prêter à des zones topographiques rée (...)
  • 2 Les Rime sont citées d'après l'édition de Robert Durling, Petrarch's Lyric Poems (Cambridge, Mass. (...)
  • 3 Pour Laure comme nymphe/Diane voir aussi la madrigale 52, "Non al suo amante più Diana piacque," e (...)

1Parrai les eaux les plus remarquables de la littérature romanesque sont les "chiare fresche et dolci acque" rendues célèbres comme le site d'une rencontre du poète-protagoniste des Rime sparse avec sa Laure (canzone 126). Site privilégie de la mémoire du poète : bien qu'il s'agisse, on le sait, d'un fleuve connu, la Sorgue près de Vaucluse,1 comme tout autre élément "naturel" dans les Rime il n'existe qu'en tant que décor pour la présence animatrice de la dame. C'est la limpidité exceptionnelle de cette eau qui révèle la forme nue de l'aimée aux yeux du poète émerveillé : "I' l'ò più volte (or chi fia chi mi ‘1 creda ?)/ ne l'acqua chiara et sopra l'erba verde/ veduto viva," se la rappelle-t-il rêveur dans une autre canzone très célèbre (129 : 40-42)2. Dans la mythologie personnelle du poète, ces vers reprennent l'incident déjà évoqué dans la canzone des métamorphoses, où la dame désirée joue le rôle de Diane : se trouvant "in una fonte ignuda" et exposée au regard fixe d'un poète-Actéon, elle se dérobe tout comme la chaste déesse ovidienne : "et per farne vendetta o per celarse/ l'acque nel viso co le man mi sparse" (23 : 154-55)3. Dé la présence de Laure, ces eaux dans les poèmes du recueil acquièrent une douceur parfois légèrement sensuelle ; de même, un autre fleuve reçoit du poète éloigné de Laure la commission de lui baiser "'1 piede o la man bella et bianca" (208 : 12). La qualité de l'eau ne dépend que d'elle : "torbide son l'acque," constatera tristement le poète après la disparition de la dame (320 : 6).

2De plus, pour qui veut faire le portrait de l'amant de Laure, c'est l'eau qui ressort comme un trait, et peut-être le mieux concrétisé. Le protagoniste du recueil se reconnaît à ses pleurs, témoignage silencieux d'une douleur qui déborde de l'âme et qui défie l'adéquation de l'expression verbale : les larmes sont ce que sont les vers, incapables de fléchir la résistance de la dame, impossibles à supprimer. Ces larmes fondent tout un réseau métaphorique : l'eau qui coule de ses yeux, tout comme les vers qui coulent de sa plume, prend des formes inusitées dans la constitution de son univers poétique. Cette eau fait partie d'un paysage purement affectif : une "pioggia di lagrimar" accompagne le "vento di sospiri" (189) ; les larmes se constituent en "lagrimosa riva/ ch'Amor conduce a pié del duro lauro" (30 : 22-23), qui est à la fois Laure et l'arbre qui résulte de sa métamorphose. Toujours en mouvement, ces eaux sont parfois turbulentes ; alors le poète risque de sombrer dans les ondes "d'amaro pianto" (135 : 20-21). Il n'y a pas moyen d'en sortir :

Si profondo era et di si larga vena
il pianger mio, et si lunge la riva,
ch' i' v'aggiungeva col penser a pena.
(230 : 9-11)

  • 4 Le destinataire anonyme du sonnet 24 est Stramazzo da Perugia ; son poème addressé à Pétrarque se (...)

3Encore l'amant de Laure est-il, comme tout poète pétrarquiste qui devait le suivre, une fonstaine de plaur. A l'ami qui le consulte sur la fontaine d'Helicon, consacrée aux Muses et source de la poésie,4 il répond, non sans amertume :

Cercate dunque fonte più tranquillo,
ché 'i mio d'ogni liquor sostene inopia
salvo di quel che lagrimando stillo.
(24 : 12-14)

  • 5 Pour l'épisode ovidien voir Métamorphoses 9. 454-665.

4Ses vers, comme ses pleurs, sont la distillation d'une douleur amoureuse irréductible. Ce langage métaphorique, comme il en arrive souvent dans les Rime, dépasse ses limites rhétoriques pour véhiculer la métamorphose. La transformation de l'amant en fontaine est calquée sur celle de la malheureuse Biblis ovidienne qui pleure son amour interdit :5

a le lagrime triste allargai '1 freno
et lasciaile cader come a lor parve ;
né giamai neve sotto al sol disparve com' io senti' me tutto venir meno
et farmi una fontana a pie d'un faggio ;
gran tempo umido tenni quel viaggio.
(23 : 113-118)

  • 6 Pour d'autres éléments constitutifs de cette poétique, voir Pierre Blanc, "La poétique de la métam (...)

5Élément fluide, élément de flux, l'eau se prète donc par sa nature même à une poétique de la métamorphose.6 Mais dans les Rime elle assume en plus une fonction structurante. Si le protagoniste obligé de s'éloigner de Laure mesure son itinéraire dans l'espace "di monte in monte" (canzone 129), l'eau est l'élément de son voyage plus intime : voyage aux profondeurs de l'âme, voyage de l'âme elle-même.

6D'un premier sondage des manifestations dans le recueil de cette aventure sur les eaux, que ses éléments soient explicités ou restent plutôt latents, il s'en dégage deux types de représentation. L'un s'exemplifie dans l'éloge que fait le poète d'une âme "aspettata in Ciel beata et bella" (Rime 28) :

ecco novellamente a la tua barca,
ch' al cieco mondo à già volte le spalle
per gir al miglior porto,
d'un vento occidental dolce conforto.(7-1O)

  • 7 Familiares IV, 2 ; il est probable que ce même Giacomo Colonna fut le destinataire de la canzone.

7Rien de plus clair, ni de plus traditionnel, que cette image qui oppose la vie sur la terre "aveugle" et le port chrétien du salut. C'est de même que dans une plainte pour la mort de Giacomo Colonna, Pétrarque représentera cet ami encore jeune transporté des tempêtes de cette vie à un port de repos qui est le Ciel.7 Et pourtant, dans un poème précédent où l'on repère la première allusion au voyage sur les eaux dans le recueil, il affirme que seule la Mort pourrait fermer à ses pensées de Laure "l'amoroso camin che gli conduce/ al dolce porto de la lor salute" (l4 : 6-7)" Rien de moins clair que le "salut" de ces derniers vers : dans les deux exemples cités, le port qui est le but tant souhaité du voyage se caractérise selon des finalités différentes, chrétienne ou amoureuse, et du rapport subtil entre les deux figurations il en ressort une tension qui est celle des Rime sparse en tant qu'ensemble.

  • 8 La métaphore du voyage chez Dante se relie à la tradition de l'allégorie néo-platonicienne ; voir (...)
  • 9 La Commedia est citée d'après l'édition de Charles S. Singleton en 3 volumes (Princeton, N.J., 197 (...)
  • 10 Voir Marco Santagata, "Presenze di Dante ‘comico' nel Canzoniere del Petrarca," GSLI. 146 (1969), (...)

8Si la représentation du voyage de l'âme, de la traversée des eaux et de l'arrivée, a des ascendances bibliques et surtout néo-platoniciennes,8 Pétrarque les reprend à l'exemple de Dante ; qu'on se rappelle, par exemple, l'arrivée au rivage du mont Purgatoire des âmes bienheureuses dans un navire gouverné par un ange resplendissant de lumière. Dans la Commedia cette traversée, on l'a fait remarquer, figure l'abandon d'une réalité négative, notamment dans les grands chants de transition : le petit navire qui pour "correr miglior acque/ lascia dietro a sé mar sì crudele" (Purgatorio I : 1-3)9 anticipe le "legno che cantando varca" du deuxième chant du Paradiso dantesque, mais aussi le voyage fortune évoqué dans Rime 28 et dans bien d'autres poèmes du recueil de Pétrarque.10

  • 11 Voir Singleton, Purgatorio. 2, Commentary, p. 3.

9Si l'importance de cette figuration est telle qu'on peut caractériser le Dante-pèlerin de la Commerdia comme "le poète en tant que navigateur,"11 la métaphore marine est beaucoup plus élaborée dans les Rime, et dans un sens plus intérieur. Tout au début de son voyage, le pèlerin de la Commedia témoigne de la terreur toute primitive qu'il vient d'éprouver dans le "lago del cor," image heureuse fortement evocatrice de l'inconscient aussi bien que, dans le contexte immédiat, du péché : lac duquel on s'enfuit, eau fatale où l'on risque de se noyer :

E come quei che con lena affannata,
uscito fuor del pelago a la riva,
si volge a l'acqua perigliosa e guata,
cosi l'animo mio, eh' ancor fuggiva,
si volse a retro a rimirar lo passo
che non lasciò già mai persona viva.
(inferno I : 22-27)

10C'est le voyage de l'esprit aux profondeurs inconnues. La nouveauté de Pétrarque, c'est d'élaborer la métaphore en système quasi-allégorique, génératrice d'une psychomachie où ses propres pensées et ses propres sentiments se disputent 1" gouvernance du navire, et toujours au détriment éventuel des meilleurs : un vent puissant d'espérance et de désir rompt la voile : c'est le triomphe "d'error con ignoranzia," aux conséquences sinistres ; "morta fra l'onde è la ragion et l'arte" (l89 : 7-8, 11, 13). Le navire est fragile, à la merci d'éléments qui résultent du déchirement radical de tout l'être.

11Un sonnet célèbre, le seul en allégorie soutenue de tout le recueil, n'est que l'exploitation méthodique de la metaphor marine :

Passa la nave mia colma d'oblio
per aspro mare a mezza notte il verno
enfra Scilla et Caribdi, et al governo
siede ‘1 signore anzi ‘1 nimico mio...
(189 : 1-4)

  • 12 Par exemple, "disarmata di vele et di governo" (235 : 12) ; "rotte arbore et sarti" (272 : 13) ; " (...)

12Il est évident que dans ce poème, comme ailleurs dans le recueil, le poète-navigateur des Rime se distingue nettement de celui de la Commedia. Si le "mar si crudele" de ce dernier poème évoque tout l'Enfer que le pèlerin est obligé de connaître, afin de l'abandonner, dans la poursuite de son itinéraire dlans les voies du salut, dans le sonnet de Pétrarque la mer figure le conflit spirituel provoqué par l'expérience amoureuse ; c'est Amour, seigneur-ennemi, qui tient le gouvernail. Maintes et maintes fois, avec une insistance qui augmente en raison de la répétition, le poète avoue son incapacité de maîtriser cette mer, de dominer les divagations de ce navire.12

13Laure n'est pas seulement la provocatrice de ce drame dont dépend tout le sort de son poète. Parfois le navire est mené au bon gré de la dame, qui est capable de le dominer par un pouvoir abusif. A tel moment c'est son orgueil qui lui fait violence :

Né mai saggio nocchier guardò da scoglio
nave di merci perziose carca,
quant' io sempre la debile mia barca
da le percosse del suo duro orgoglio.
(235 : 5-8)

14Ailleurs, pourtant, c'est en Laure que repose l'unique espoir du poète : les yeux de la dame, dont la beauté sans pareille est célébrée dans d'autres poèmes du recueil, sont dans ce réseau métaphorique des phares qui, pénétrant le brouillard de sa confusion, 1'éclairent pour lui montrer la bonne voie. Ces yeux, on l'a vu dans le sonnet 189, sont ses "dolci usati sengi ;" ainsi se lamente-t-il qu'avec la mort de Laure il a perdu ses étoiles, "i lumi bei che mirar soglio" (272 : 14) ; c'est pour son plus grand malheur : "rimaso senza ‘1 lume ch'amai tanto/ in gran fortuna e ‘n disarmato legno" (292 : 10-11).

15Dans un geste de gratitude fervente à une Laure disparue, Pétrarque lui attribue une influence bénéfique sinon salvatrice sur sa navigation spirituelle : "benedetta colei eh'a miglior riva/ volse il mio corso" (290 : 12-13). Et pourtant, le rôle de Laure par rapport à ce voyage reste ambigu, Pour le constater, on n'a qu'à reprendre la canzone 264, dont l'importance est soulignée par le fait qu'elle ouvre la deuxième partie du recueil, là où le souvenir des yeux de Laure vient interrompre une méditation fort salutaire sur la nature illusoire de tout plaisir terrestre :

Che giova dunque perché tutta spalme
la mia barchetta, poi che infra li scogli
è ritenuta ancor da ta' duo nodi ? (81-83)

  • 13 Cet aspect de la beauté de Laure la rattache à un autre réseau d'images et d'allusions qui rapproc (...)

16Ici nous reconnaîtrons la beauté de Laure en tant que piège où le poète s'est laissé et se laisse encore prendre, beauté terrestre qui le détient dans une passion dont il avoue le péril.13 C'est dans ce même poème que nous trouvons la définition la plus précise de ce que représente pour lui son amour dans ce scénario du voyage sur les eaux :

vo ripensando ov' io lassai ‘1 viaggio
da la man destra ch'a buon porto aggiunge.
(120-121)

  • 14 Notamment Enéide VI ; cf. de même la "via diritta" et la "via torta" de la Commedia.
  • 15 Pour le rapport entre ce passage et la "secura strada" de sonnet 6 du recueil, voir Adelia Noferi, (...)

17Dans ce voyage, selon une tradition chrétienne qui remonte aux auteurs antiques bien connus de Pétrarque,14 c'est la voie droite qui mène au salut, au "bon port" du Paradis. Prendre à gauche, c'est s'aventurer dans une voie qui mène à la ruine de l'âme, à la perdition. Dans le Secretum, à son interlocuteur Augustinus le Pétrarque- persona Franciscus avoue bien plus : le moment où, arrivé à la bifurcation inévitable des deux voies, il s'est tourné à gauche, correspond à sa première vue de Laure.15

18A la limite de l'influence fatale de Laure sur l'itinéraire de son poète se trouve son incarnation en sirène. Dans un sonnet où elle est proclamée "sola fra noi del ciel sirena," le poète affirme que le son de sa voix, "chiara, soave, angelica, divina," est d'une telle douceur qu'il engage tous les sens : "di dolcezza i sensi lega" (167 : 4,9,14). Mais si cette identification reste plutôt suggestive dans son recours à un lexique typiquement équivoque dans le recueil de Pétrarque, le rapport sera repris en des termes plus explicites :

Così di ben amar porto tormento,
et del peccato altrui cheggio perdono-
anzi del mio, che devea torcer li occhi
dal troppo lume, et di sirene al suono chiuder li orecchi...
(207 : 79-83)

19Ces vers où le poète avoue son impuissance, la futilité de ses efforts de se libérer d'une attraction fatale, laissent entrevoir l'expérience d'un autre navigateur, le voyage-prototype très connu d'Ulysse.

  • 16 Voir D. W. Robertson, Jr., A Preface to Chaucer (Princeton, N.J., 1962), p. 143 ; 0. Beigbeder, Le (...)

20L'exégèse allégorique qui cherchait à raccorder les grands textes classiques à la tradition chrétienne avait déjà fait du voyage d'Ulysse le pèlerinage de l'âme. De même, on le sait, la sirène figurait la tentation des sens, la luxure ; à l'époque de Pétrarque, les auteurs de bestiaires aussi bien que les mythographes avaient précisé cette signification, à laquelle l'épisode célèbre se prêtait si facilement qu'il allait entrer dans le domaine des lieux communs : écouter le chant des sirènes, se laisser séduire.16 Pour Pétrarque pourtant, il y avait une source littéraire encore plus immédiate : ces vers où il est question de sirènes renvoient encore une fois à la Commedia de Dante. Quand le pèlerin, arrivé au paradis terrestre, rejoint enfin la Béatrice qui dès sa jeunesse avait inspiré son amour, elle lui fait des reproches assez sévères qu'inattendues :

"...perché mo vergogna porte
del tuo errore, et perché altra volta,
udendo le sirene, sie più forte."
(Purg. XXXI : 43-45)

21Cette reproche ne se limite pas au lieu commun : elle renvoie à un passage antérieur du Purgatorio où il était en fait question d'une sirène. Dans le rêve que fait le pèlerin au cours de son ascension de la montagne, une apparition féminine hideuse se transforme sous son regard fascinée en une créature ravissante qui se met à chanter :

  • 17 Pour la distortion dans ce passage de la version grecque, voir David Thompson, Dante's Epic Journe (...)

"Io son," cantava, "io son dolce sirena,
che' marinari in mezzo mar dismago ;
tanto son di piacere a sentir piena !
Io volsi Ulysse del suo cammin vago
al cantar mio ; et qual meco s'ausa,
rado sen parte ; sì tutto l'appago !"
(Purg. XIX : 19-24)17

  • 18 Voir Robert Hollander, Allegory in Dante's Commedia (Princeton, N.J., 1969), p. 136.

22La sirène, c'est l'attraction féminine dont le chant distrait les marins et mène les plus malheureux au naufrage. Le subtil Ulysse de la légende grecque échappe à cette influence néfaste pour retrouver son propre port ; dans la Commedia, le propos vaniteux de la sirène fait de lui un exemple parmi tant d'autres du choix moral que doit faire le pèlerin, et chaque âme avec lui.18 Pour Pétrarque, l'exemple est capital : la vulnérabilité au chant de la sirène est un des points d'intersection qui relient l'expérience du protagoniste des Rime et celle du pèlerin de Dante.

  • 19 Voir surtout Nancy Vickers, "Remembering Dante : Petrarch's ‘Chiare, fresche, et dolci acque," MLN(...)
  • 20 Sur l'influence directe d'Augustin sur la métaphore marine dans les Rime voir Dominique Diani, "Pé (...)

23Mais ici comme ailleurs, si Pétrarque évoque pour son lecteur des scènes et des situations de la Commedia, c'est dans le but de faire remarquer, non pas une identité, mais un contraste.19 Le Dante qui s'était mérité les reproches de Béatrice avant d'entrer sur la scène de la Commedia a vite fait de surmonter cette phase de son expérience ; guidé désormais par les yeux de sa dame, il poursuivra son voyage à travers les cieux du Paradiso. C'est un itinéraire triomphal dont le succès est déjà prévu par Virgile au début du voyage. Pour le protagoniste des Rime, les yeux de la dame sont des enseignes bien plus ambiguës, et l'arrivée au bon port est de même moins sur. Dans les vacillations prolongées de son navire on entrevoit celles de cet autre grand précurseur qui est son auteur préféré : l'Augustin dont les Confessions ont servi de modèle à l'histoire intime qui se construit au fil des poèmes des Rime sparse.20 La sextine 80 tout entière rend de façon dramatique l'effort de gagner ce port tant espéré : "Vid' io le ‘nsegne di quell'altra vita"(23) ; mais rien n'est moins sûr :

Non perch' io sia securo ancor del fine,
ché volendo col giorno esser a porto
è gran viaggio in così poca vita. (25-27)

24Ces vers révèlent une autre valeur fondamentale de l'image du port pour un protagoniste qui s'épuise dans l'effort de naviguer les eaux troubles de sa propre passion : c'est la hantise d'une paix dont il se désespère. D'un côté, ce serait la paix d'un amour tranquil, rendu possible par la vieillesse, par une passion diminuée :

Tranquillo porto avea mostrato Ajnore
a la mia lunga et torbida tempesta
fra gli anni de la età matura, onesta...
(317 : 1-3)

25Ce serait enfin une clôture moralement acceptable à une histoire de passion tourmentée ; mais de ce port, la mort prématurée de Laure l'a à jamais exclu. C'est là d'ailleurs l'exception : le plus souvent, le poète ne peut envisager d'autre port de repos que celui, définitif, de la mort. Dans la canzone où il célèbre les "chiare fresche et dolci acque," il s'attribue comme lieu de sépulture ce paysage qui lui fournirait enfin un "riposato porto" (126 : 24) ; dans une sextine vers la fin du recueil, c'est la mort qui est invoquée comme "porto de le miserie et fin del pianto" (332 : 70). Le triste message qu'il adresse à une Laure qui l'attend au Ciel, c'est qu'il est las de vivre, "del navigar per queste orribili onde" (333 : 6).

26Le recueil des Rime sparse de Pétrarque reste, on le sait, sans clôture définitive, comme l'histoire du protagoniste. Déjà à la fin de la sextine 80 le poète avait supplié l'intervention divine dans le cours de son voyage : "drizza a buon porto l'affanata vela." Résolution différée : dans le pénultième poème des Rime, il adresse encore à Dieu un appel dont la lassitude croissante ne fait qu'accentuer l'urgence : "sì che, s'io vissi in guerra et in tempesta,/ mora in pace et in porto" (365 : 9-1o). Mais c'est la grande canzone finale qui reprend la métaphore marine pour insérer l'histoire intime du poète de Laure dans une typologie médiévale bien connue :

Vergine chiara et stabile in eterno,
di questa tempestosa mare stella,
d'ogni fedel nocchier fidata guida :
pon mente in che terribile procella
i' mi ritrovo solo, senza governo,
et ò già da vicin l'ultime strida.
(366 : 66-71)

27La Vièrge, Stella maris, se substitue enfin à Laure pour présider le dernier effort de l'âme qui se débat encore dans une mer tempestueuse-mer qui n'est autre, dans cette dernière définition, que la vie elle-même.

Notes

1 Pétrarque était même peut-être le premier auteur "moderne" à prêter à des zones topographiques réelles une signification esthétique prononcée ; voir Eugenio Battisti, "Non chiare acque," dans Francis Petrarch, Six Centuries Later, éd. A. Scaglione (Chapel Hill et Chicago, 1975, P. 306).

2 Les Rime sont citées d'après l'édition de Robert Durling, Petrarch's Lyric Poems (Cambridge, Mass. et London, 1976).

3 Pour Laure comme nymphe/Diane voir aussi la madrigale 52, "Non al suo amante più Diana piacque," et Battisti, p. 329.

4 Le destinataire anonyme du sonnet 24 est Stramazzo da Perugia ; son poème addressé à Pétrarque se trouve dans l'édition de Durling, p. 603.

5 Pour l'épisode ovidien voir Métamorphoses 9. 454-665.

6 Pour d'autres éléments constitutifs de cette poétique, voir Pierre Blanc, "La poétique de la métamorphose chez Pétrarque," dans Poétiques de la Métamorphose, éd. G. Demerson (Saint-Etienne, 1981, pp. 37-51)•

7 Familiares IV, 2 ; il est probable que ce même Giacomo Colonna fut le destinataire de la canzone.

8 La métaphore du voyage chez Dante se relie à la tradition de l'allégorie néo-platonicienne ; voir John Freccero, "Dante's Prologue Scene," Dante Studies. 84 (1966), pp. 12-19.

9 La Commedia est citée d'après l'édition de Charles S. Singleton en 3 volumes (Princeton, N.J., 1970).

10 Voir Marco Santagata, "Presenze di Dante ‘comico' nel Canzoniere del Petrarca," GSLI. 146 (1969), PP. 194-95.

11 Voir Singleton, Purgatorio. 2, Commentary, p. 3.

12 Par exemple, "disarmata di vele et di governo" (235 : 12) ; "rotte arbore et sarti" (272 : 13) ; "senza governo in mar che frange" (277 : 7) ; "Fra si contrari venti in frale barca/ mi trovo in alto mar senza governo" (132 : 10-11).

13 Cet aspect de la beauté de Laure la rattache à un autre réseau d'images et d'allusions qui rapproche la dame à Eve ; voir mon article "Petrarch's Serpent in the Grass : The Fall as Subtext in the Rime sparse." JMRS, 13 (1983), PP. 213-226.

14 Notamment Enéide VI ; cf. de même la "via diritta" et la "via torta" de la Commedia.

15 Pour le rapport entre ce passage et la "secura strada" de sonnet 6 du recueil, voir Adelia Noferi, "Note ad un sonetto del Petrarca," Forum Italicum. 2 (1968), pp. 199-200.

16 Voir D. W. Robertson, Jr., A Preface to Chaucer (Princeton, N.J., 1962), p. 143 ; 0. Beigbeder, Lexique des Symboles (Paris, 1969), pp. 144,181-82) ; Jean Maurice, Lectures du Bestiaire d'Amour de Richard de Fournival (thèse, Rouen, 1983), II, pp. 450-52.

17 Pour la distortion dans ce passage de la version grecque, voir David Thompson, Dante's Epic Journeys (Baltimore et London, 1974), pp. 40-49).

18 Voir Robert Hollander, Allegory in Dante's Commedia (Princeton, N.J., 1969), p. 136.

19 Voir surtout Nancy Vickers, "Remembering Dante : Petrarch's ‘Chiare, fresche, et dolci acque," MLN. 96 (1981), pp. 1-11.

20 Sur l'influence directe d'Augustin sur la métaphore marine dans les Rime voir Dominique Diani, "Pétrarque : canzone 132," Revue des Études Italiennes. 18 (1973), pp. 152-55 ; voir aussi mon etude de Petrarch's Metamorphoses (Columbia, Mo., 1985), Ch. V : "Augustine : The Confessional Subtext."

Auteur

University of Massachusets

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540