Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Le Pont Perdu et le Pont de l'Épée dans le Prosa-Lancelot

Claire Santoni-Rozier

Texte intégral

  • 1 KLUGE Reinhold, Lancelot I, Akademie-Verlag, Berlin, 1948.
  • 2 FLUTRE Louis-Femand, Table des Noms Propres avec toutes leurs variantes figurant dans les Romans d (...)
  • 3 FRAPPIER Jean, Le Chevalier de la Charrette, Paris, Champion, 1970.

1Il n'est guère possible de parler du Pont Perdu et du Pont de l'Epée dans le Prosa-Lancelot sans parler du pays de Gorre, car ils représentent les deux seuls passages gardés par lesquels ceux qui souhaitent s'y rendre peuvent y accéder. Le Pont Perdu est gardé par un chevalier de Méléagant, fils du roi Baudemagu de Gorre. Quant au Pont de l'Epée, il est gardé par Méléagant lui-même. Le pays de Gorre est un pays étrange. Il est entouré d'eaux et de marais. Bien que l'auteur du Prosa-Lancelot soit plus avare de détails relatifs à la description de ce pays que l'auteur de sa source, le Lancelot, nous apprenons tout de même que « la terre du roi Baudemagu /.../ était entourée d'un grand fleuve qui lui faisait une puissante enceinte et que les marais alentour étaient si vastes et si profonds que nul ne pouvait les franchir. », cf. Reinhold KLUGE1, in Lancelot I, p. 605, 11. 18/19 et 22/24: « des koniges lant Bandemagus was so vast beschloBen mit eim groBen waBer das darumb ging, und darumb was das gebruch so groB und so dieff das nymand daruber komen mocht. » La terre de Gorre ressemble donc à une île ou à une presqu'île. Aussi les hypothèses étymologiques concernant son nom sont-elles allées dans ce sens. Louis-Fernand FLUTRE, dans sa Table des Noms Propres avec toutes leurs variantes figurant dans les Romans du Moyen Age2, suggère que « Gor(r)e /.../ vient probablement de la presqu'île de Gwyr ou Goer /.../ » ou encore qu'il serait, parce qu'il est écrit aussi « Goir(r)e », une « déformation de Voirre, l'île de Verre ou île d'Avalon », île mystérieuse dite aussi l'« Ile Perdue » ou l'« Ile de Voirre » de l'Autre Monde celtique. Dans sa traduction de l'oeuvre de Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette3, Jean FRAPPIER ajoute que « /.../ à la suite d'une fausse étymologie (cf. l'anglais glass) cette Ile de Verre s'est plus ou moins confondue avec Glastonbury dans le Somerset. »

  • 4 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 598 à 641.
  • 5 Id., p. 605, 1. 17: « und flucht der stunde das ie karch gemacht wart. »
  • 6 Id., ibid., 11. 18/19. Le nom de ce château est attesté dans le texte du modèle, cf. Lancelot, Ale (...)
  • 7 Cf. la note (6).
  • 8 Pour autant que les textes que nous possédons nous permettent d'en juger ; sur ce point cf. notre (...)
  • 9 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 482 à 597, et précisément p. 511, 1. 12, où ces mentions devra (...)
  • 10 MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §20, pp. 82/83.
  • 11 Concernant le détail de cette querelle et de cette « malvaise costume », cf. id. §21/23, pp. 83 et (...)
  • 12 A. MICHA, Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §23, p. 85.

2La mention relative aux eaux et aux marais qui entourent le pays de Gorre se trouve dans le Prosa-Lancelot au début de l'épisode intitulé par R. KLUGE Der Karrenritter4, au moment où Gauvain vient de maudire l'heure où les charrettes ont été Inventées5, parce qu'un chevalier, dont il ignore le nom (il ne reconnaîtra en lui son compagnon Lancelot que plus loin dans le récit), y est monté, s'y trouve et déshonore de ce fait la chevalerie tout entière. A ce moment de l'histoire, Gauvain, le chevalier charrette et le nain qui conduit la charrette arrivent à un château qui a nom « Lentergalesche », où « commence la terre du roi Baudemagu », une terre, est-il ajouté : « carme nous le dit l'histoire », qui « s'appelait aussi le UBlant », cf. R. KLUGE, op. cit., p. 605, 11. 18/20 : « die burg /.../ was gênant Lentergalesche, da ging des koniges lant Bandemagus ane, als uns die history saget, und was das lant furter geheiBen das UBlant. »6. La leçon « UBlant », qui signifie littéralement « terre hors-de », est en fait une traduction tout à fait acceptable de la leçon française « Tere Foraine »7, c'est-à-dire de « Terre Etrangère ». Cette dénomination supplémentaire de « Tere Foraine », qui passe dans le texte adapté sous la forme de « UBlant », en ce qu'elle souligne son caractère extérieur, « du dehors », « hors-de », c'est-à-dire hors du connu, hors des frontières familières, accentue encore davantage l'étrangeté de ce pays. Aucune autre indication n'est donnée sinon dans le Prosa-Lancelot avant cet endroit du texte. L'adaptateur allemand n'a pas suivi fidèlement le texte de son modèle8. Il n'est fait aucune allusion, dans le texte allemand correspondant, à savoir dans le chapitre intitulé par R. KLUGE Die falsche Ginevra und Galahots Tod9/ La fausse Guenièvre et la mort de Galehaut, ni à la localisation « géographique » (nous n'oublions pas à quel point la « géographie » arthurienne peut être parfois fantaisiste) du royaume de Baudemagu, ni à son histoire, alors que le texte français, au contraire, nous renseigne là-dessus de façon circonstanciée. En effet, « Gorre », est-il dit dans le Lancelot10, « est une terre qui marchist al roialme de Norgales, si est la plus fors terre de son grant qui soit en tot de pooir de la Grant Bretaigne, kar eie est close de chescune part d'une eve parfonde et de mares si mol que nule riens n'i enterroit qui n'i peresist ; et par devers le roialme de Gales si est close d'une eve qui a non Tenebre qui est lee et parfonde et plaine de fane. » Marais fangeux et eaux profondes, fleuve bourbeux répondant au nom évocateur de « Tenebre », tels sont les gardions de ce pays qui paraît donc, à ce double égard, être inaccessible. Puis le texte dit qu'en ce pays ! sévit une mauvaise coutume. Cette coutume remonte à un différend qui a opposé le roi Uterpandragon, père du roi Arthur, et le roi Urien, oncle de Baudemagu11, le premier, roi de Bretagne ou de Logres, voulant faire du deuxième, roi de Gorre, son vassal. Ce dernier, parce qu'il était peu enclin à. se soumettre, fut pris, emprisonné et menacé d'être pendu s'il ne remettait pas sa terre sur-le-champ. Urien s'entêtait. Mais son neveu, Baudemagu, ne pouvant souffrir qu'il échût à sen oncle pareille mort, rendit sa terre qu'Uterpandragon, pour assouvir sa vengeance, dévasta. Mais Urien, libéré, la reconquit et la remit à son neveu qu'il fit couronner pour le récompenser de la loyauté dont il avait fait preuve à son égard. Puis Urien se retira hors de sa terre dans un ermitage. Baudemagu, alors, se demanda comment il pourrait repeupler sa terre dont la population avait été presque totalement décimée par les exactions d'Uterpandragon, son suzerain. Il eut l'idée de la repeupler avec des sujets d'Uterpandragon puisque c'étaient eux qui l'avaient dépeuplée. Aussi institua-t-il cette mauvaise coutume selon laquelle tous ceux qui entraient en la terre de Gorre, qu'ils fussent chevaliers, dames ou demoiselles natifs de Bretagne, ne pourraient en ressortir. Il fit édifier deux ponts pour en garder l'accès et la sortie. Deux fortes tours rondes les flanquaient. Ainsi, dès qu'ils avaient passé les ponts, les sujets de Bretagne étaient-ils pris, et, une fois pris, on leur faisait jurer sur les reliques que jamais ils ne sortiraient du pays tant qu'il ne viendrait pas un chevalier assez preux pour les reconquérir. Peu à peu et de cette étrange façon, le pays de Gorre se repeupla. Le pays repeuplé, Baudemagu fit détruire les deux ponts. Entretemps Arthur avait succédé à son père Uterpandragon. Baudemagu fit alors édifier deux autres ponts : c'étaient deux ponts « molt merveillos »12, gardés aussi, qui avaient la même fonction que les deux premiers, à savoir empêcher les exilés de Logres de quitter le pays de Gorre et rendre encore plus difficile l'accès du royaume à un éventuel libérateur.

  • 13 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 569, 11. 18/19: « Alsus waren die ritter in dem taie, das etlic (...)
  • 14 Cf. la note précédente.
  • 15 Cf. la note (13).
  • 16 Il s'agit de l'exceptionnelle prouesse dont Lancelot fera montre en franchissant le Pont de l'Epée (...)
  • 17 La « rare loyauté » à laquelle nous faisons allusion ici est la loyauté en matière de relations am (...)
  • 18 A propos du temps passé par les exilés de Logres au pays de Gorre, cf. R. KLUGE, Lancelot I, op. c (...)

3Comme le montre clairement l'existence de cette mauvaise coutume, le royaume de Gorre est donc, dans le Lancelot, un royaume sans retour, semblable au royaume des morts de la tradition celtique, cet « Autre Monde » dont nul ne retourne. Mais plutôt qu'à la mort, le thème du non-retour est lié à la réalité de la captivité, une captivité qui est due à un litige de nature féodale et qui n'est pas assortie d'un charme comme l'est par exemple celle qui retient les chevaliers' prisonniers de la fée Morgain au Val sans Retour, Cette dernière avait, en effet, tirant ainsi vengeance de la trahison d'un chevalier qu'elle aimait, jeté un sort sur le « Val » : les chevaliers qui y entraient ne pouvaient, dès lors, en ressortir que s'ils n'avaient commis aucune infidélité à l'endroit de leur amie. C'est pourquoi ce « Val » dit « sans Retour » portait aussi le nom de « Val aux Faux Amants ». Comme le pays de Gorre, le Val sans Retour, qui est attesté dans le Prosa-Lancelot sous la forme de « dal one Wiedderkere »13, leçon qui est une traduction littérale de la leçon française, est fermé vers l'extérieur par un élément : mais ce ne sont pas des eaux qui enferment les chevaliers dans le Val sans Retour comme au pays de Gorre, c'est une muraille d'air14, invisible mais aussi étanche que sont engloutissants et mouvants les flots fangeux et les eaux marécageuses de Gorre. C'est une sorte de cercle magique qui est tracé autour du royaume de Gorre et du Val sans Retour. Dans le premier cas, le cercle est aquatique, tangible et visible. Dans le deuxième cas, le cercle est pneumatique, intangible et invisible. Le caractère étrange du premier est maintenu entier grâce aux deux ponts « molt merveillos » qui en gardent l'accès, sous la surveillance de l'un des chevaliers de Méléagant et de Méléagant lui-même. Le caractère magique du deuxième reste tel, car, par la volonté d'une fée mauvaise, le val est « clos et fermés de merveillose fermeure »15, une « clôture merveilleuse » qui interdit aux chevaliers de s'en échapper. Dans les deux cas, le retour est impossible, sauf si un chevalier, grâce à son exceptionnelle prouesse16 ou en vertu de sa rare loyauté17 vient délivrer les prisonniers. Et, dans les deux cas, ce champion, ce libérateur tant attendu, plusieurs années au pays de Gorre, treize ou dix-sept ans au Val sans Retour18, est Lancelot.

  • 19 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 614 à 618 où est relaté cet épisode.

4Or, si, dans le Prosa-Lancelot, nous ignorons jusqu'à l'épisode du cimetière du moutier19 si les exilés de Logres seront un jour délivrés et par qui, nous l'apprenons en revanche dans le Lancelot en même temps que nous sommes mis au fait de la mauvaise coutume qui sévit au pays de Gorre et la révélation qui nous y est faite est assortie d'une annonce relative au « conte de la Charrette », cf. A. MICHA, Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §20, p. 83 : « En cele terre, tant que les aventures durerent, ot une molt malvaise costume, kar onques chevaliers de la cort le roi Artu n'i entra qui puis en puist issir devant que Lancelos les en gieta par sa proesce, quant il ala rescore la roine parmi le peril del Pont de l'Espee, si com li drois conte de la Charete le devise. »

  • 20 Cf. la citation précédente dans le corps de l'exposé.
  • 21 Sur ce point, cf. LOT Ferdinand, Etude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1978, passim.
  • 22 Il s'agit du défi lancé par Méléagant au roi Arthur au début de l'épisode de la Charrette, dans le (...)
  • 23 Cf. id., p. 600, 11. 18 à 37 jusqu'à la p. 603, 1. 23.

5Pourquoi l'auteur allemand n'a-t-il pas repris à son compte l'ensemble des données attestées dans le Lancelot que nous venons de mentionner ci-dessus ? Est-ce pour raccourcir ? Pour raconter plus vite ce qui est peut-être, à son goût, trop longuement décrit ou trop complaisamment annoncé ? Est-ce pour ménager l'intérêt en évitant au lecteur les écueils d'un récit sans surprises ? Nous n'en savons rien. L'annonce attestée ciana le Lancelot20 nous donne en tous cas plusieurs informations utiles : la première est que les gens d'Arthur seront délivrés par Lancelot, la deuxième que ce dernier fera montre de sa prouesse au Pont de l'Epée, la troisième que ce pont est périlleux, la quatrième que Lancelot n'affrontera pas le Pont de l'Epée pour délivrer les exilés de Logres mais pour secourir la reine, la cinquième que ce récit nous sera fait dans l'épisode de la Charrette. Ce dernier point qui consiste dans une allusion à un épisode ultérieur du cycle est un exemple de la technique bien connue de l'entrelacement des épisodes dans le cycle du Lancelot21. Mais les cinq renseignements contenus dans cette annonce présentent l'intérêt de mettre en relation le thème de l'inaccessibilité du royaume de Gorre (matérialisée par le Pont de l'Epée) à la quête de la reine. Or, si le pont est franchi par un chevalier, c'est que ce chevalier sera d'une prouesse hors du commun, c'est que la quête de la reine, compromise par les embûches qui l'émaillent, aura abouti. C'est précisément au début de l'épisode de la Charrette que la reine est enlevée par Méléagant, rapt qui est la conséquence du défi22 lancé par le même Méléagant devant Arthur et toute la cour et relevé par le sénéchal Keu23. Mais Keu sera défait par Méléagant et la reine emmenée dans une prison entourée d'eaux, où elle sera retenue captive, le pays de Gorre.

  • 24 ROQUES Mario, Le Chevalier de la Charrete, Paris, Champion, 1970.
  • 25 Cf. id. la description du « Pont dans l'Eau » (« li Ponz Evages ») aux vers 653/667 et du Pont de (...)
  • 26 Sur l'incapacité d'Arthur à reconquérir lui-même son épouse, cf. le dialogue entre Arthur et Didon (...)
  • 27 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 5/6 et également la leçon correspondante « quarrefors (...)
  • 28 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 12/15 et, également, le texte français, MICHA A., Lanc (...)
  • 29 Cf. (25).
  • 30 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 15/16.
  • 31 MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome III, XXXVI, §39, p. 278. Ces deux ponts ont été décrits bien an (...)
  • 32 Cf., supra, notre texte et la note (11).
  • 33 Dans le texte du modèle, cf. supra la note (31), il n'est pas dit, comme chez Chrétien, que le Pon (...)

6La quête de la reine va donc conduire nécessairement ses libérateurs potentiels vers les deux Ponts qui accèdent à ce pays, le Pont Perdu, appelé dans le poème de Chrétien de TROYES, qui a servi de modèle à l'auteur du Lancelot, Le Chevalier de la Charrete24, le « Pont dans l'Eau »25, et Le Pont de l'Epée, qui, chez Chrétien, porte le même nom. Une fois enlevée, la reine quitte la terre ferme, la terre de sécurité que représente pour elle le royaume de Logres dont elle est la souveraine pour être confrontée à un « ailleurs », un « Ußlant » de dépendance et de malheur. Une fois arrivée en terre de Gorre, elle sera séparée des autres en général, et coupée, en particulier, de son époux, le roi Arthur, et de son amant, Lancelot. Le premier l'a laissé emmener, le deuxième va tenter de la reconquérir. Un troisième personnage va entrer en jeu, c'est Gauvain : il va représenter Arthur qui se trouve dans l'incapacité de poursuivre lui-même le ravisseur26. Deux quêteurs vont donc avoir partie liée pour ravoir Guenièvre, Gauvain et Lancelot, tous deux chevaliers de la Table Ronde. Les deux quêteurs cheminent tout d'abord séparément, puis se rejoignent. Ils demeurent une nuit ensemble dans un château, d'où ils voient passer Méléagant qui emmène la reine, puis une demoiselle les conduit jusqu'à un carrefour, qui s'appelle le « carrefour des ponts » : « (c'était là que) les chemins bifurquaient pour conduire aux deux ponts qui menaient à Gorre »/« (...) wegscheiden von den brucken, dar man zu Gorre wert reit. »27. C'est en ce lieu que tout se décide et les compagnons vont s'y séparer. La demoiselle les place devant un choix. Elle leur dit : « Vous voyez là, ces deux chemins, /.../ le premier conduit au Pont de l'Epée, quant à l'autre voie, elle conduit au Pont Perdu, dont on dit qu'il est jeté sous l'eau. »/ « Seht hie zwen weg, /.../ der ein geet zur brucken vom (S)werte, und die ander straß get zu der Verlomen Brucken, die man spricht das sie under dem waßer ge! ». Le seul pont décrit est le Pont Perdu28. Mais contrairement au texte de Chrétien où le Pont dans l'Eau (qui correspond au Pont Perdu de la prose) est décrit comme étant moins périlleux que le Pont de l'Epée29, la demoiselle, ici, ne fait aucune allusion aux dangers qu'ils comportent. L'auteur allemand se contente de dire : « /.../ elle leur parla ensuite de la coutume du pays et leur dit comment les ponts, qui tous deux conduisaient à ce pays, étaient gardés »/ « /.../ seit sie yn die siten von dem lande und wie das man die brucke hute die beid in das lant gingen. »30, mention qui laisse entendre que cette « coutume » dont il est question ici est relatée avant dans le texte, comme c'est le cas dans le texte français, où la même phrase : « Après lors devise la costume des.II. pons /.../ »31 renvoie effectivement à la relation de la dite coutume32. Mais, dans le Prosa-Lancelot, cette mention ne renvoie à rien. Autrement dit, puisque aucun détail n'est donné dans le texte allemand sur ces ponts, nous pouvons imaginer qu'ils sont également périlleux33 et que, cela étant, les deux compagnons, qui vont affronter des difficultés égales, partent avec des chances égales. Il est donc indifférent que ce soit Lancelot qui opte pour le Pont de l'Epée et Gauvain pour le Pont Perdu ou que ce soit l'inverse. Nous enregistrons là une inconséquence de l'adaptateur. : en effet, en omettant de préciser quelque part en quoi le Pont de l'Epée est plus redoutable que le Pont Perdu, il prive Lancelot, qui choisit dans son texte de se rendre au Pont de l'Epée, d'un des traits dominants de son caractère, celui qui consiste pour lui à se jeter sans hésiter dans les aventures les plus périlleuses, donc à s'estimer capable de les achever, quel que soit leur degré de péril. Toutefois, même si le Pont de l'Epée est plus périlleux que le Pont Perdu (comme c'est le cas dans le poème de Chrétien et dans le Lancelot), le risque ultime est le même : c'est celui d'être entraîné au fond de l'eau et, partant (étant donné en outre le poids de l'armure), de couler à pic et de se noyer. L'élément le plus redoutable dans les deux aventures n'est donc pas le pont en lui-même, c'est l'eau : elle est le filet néfaste qui entraînera ceux qui échouent dans la mort.

  • 34 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 1. 23.

7Gauvain, donc, après avoir déclaré à Lancelot qui lui demande lequel des deux chemins il souhaite prendre « /.../ que les deux /.../ étaient assez effrayants à son gré »/« /.../ das die /weg/ beide eistlich gnug weren. »34, opte pour le Pont Perdu. Nous n'apprenais que bien plus tard dans le texte, après que Lancelot a franchi le Pont de l'Epée et affronté Méléagant, que Gauvain ne s'est pas illustré brillamment au Pont Perdu. La gloire n'est pas pour lui. En effet, et le récit est expédié dans le texte allemand en quelques lignes (alors que chez Chrétien la même relation est plus détaillée cf. les vers 5105/ 5136 et la traduction de FRAPPIER p. 141), c'est seulement vers midi qu'il est tiré d'affaire grâce à son endurance et à l'aide de ses chevaliers, mais non sans avoir reçu de ses adversaires maintes blessures et, dit le texte « avalé plus d'eau qu'il n'aurait souhaité ». Ce n'est pas une surprise pour le lecteur dont toute l'attention a été requise pour qu'il suive Lancelot dans sa quête. Même lorsque Lancelot, après avoir, vers la fin de la Charrette, triomphé (provisoirement) de Méléagant, part à la recherche de Gauvain pour savoir ce qu'il lui est advenu et parvient au Pont Perdu, il y est fait prisonnier par erreur par les hommes de Bandemagu (ils ignoraient qu'il était celui qui avait franchi le Pont de l'Epée). Lancelot connaît donc au Pont Perdu une honte accidentelle qui l'exclut de l'aventure. L'aventure du Pont Perdu est par conséquent bien destinée à Gauvain et non à Lancelot.

  • 35 Cf. le texte, id., pp. 609 à 628.
  • 36 En fait, l'aventure du Pont de l'Epée ne sera achevée que lorsque Lancelot aura affronté le cheval (...)

8Donc Gauvain après qu'il s'est décidé pour la voie qui mène au Port Perdu sort de scène. Lancelot y fait son entrée. Les feux des projecteurs se concentrent désormais sur celui qui part pour le Pont de l'Epée. L'adaptateur reprend fermement en mains les rênes de l'intrigue, suivant, à travers son modèle français, le chemin tracé par Chrétien dans son poème, où Lancelot est privilégié. Lancelot n'est-il pas du reste, de part et d'autre, le héros du poème et des deux romans en prose ? Si Gauvain et Lancelot ont en commun d'être tous les deux chevaliers de la Table Ronde (le roi Arthur les aime et les estime hautement), Lancelot n'est pas autrement comparable à Gauvain. Gauvain est le neveu d'Arthur, Lancelot ne lui est attaché par aucun lien de parenté. Gauvain part en quête de l'épouse de son oncle oui est aussi sa souveraine. Lancelot, quant à lui, quête Guenièvre à deux autres titres, et non des moindres : il est, d'une part, le chevalier de la reine (c'est d'elle qu'il a reçu l'épée que le roi Arthur a oublié de lui ceindre lors de son adoubement et qui a fait de lui un chevalier à part entière) et, d'autre part, il est son amant, s'interposant, en cette qualité officieuse, entre le ravisseur, Méléagant, qui souhaite la posséder, et l'époux, Arthur, à qui elle appartient. L'éventail des motivations qui poussent Lancelot à souhaiter reconquérir la reine est donc plus large que celui de Gauvain. De même qu'Arthur est condamne à attendre, sans rien pouvoir entreprendre, que l'un de ses chevaliers ramène son épouse enlevée, de même que le sénéchal est mis, dès le début de la quête, sur la touche par la défaite que lui a infligée Méléagant, de même Gauvain est relégué à l'arrière-plan, loin du lieu où va se dérouler la véritable action, celle en tous cas qui intéresse les auteurs respectifs, qui ont distribué les rôles, semble-t-il, avec préméditation. Nous ne savons rien de ce qui arrive à Gauvain jusqu'à ce qu'il parvienne au Pont Perdu. Le chemin que parcourt Lancelot jusqu'au Pont de l'Epée, est, en revanche, émaillé d'aventures qui vont nous être longuement contées35. La plupart de ces aventures sont en fait des variations sur un même thème, celui ce la prouesse chevaleresque inégalable de Lancelot et sont autant de jalons qui le rapprochent de l'aventure suprême, la plus terrifiante, celle qui, en principe36, clora la quête de la reine, l'aventure du Pont de 1'Epée.

  • 37 Cette ville est nommée plus loin dans le texte allemand, cf. KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 62 (...)
  • 38 Id, p. 612, ll. 26/27, « /…/ sie gwamen off einen steinweg, vor dem ein michel gebure ging /…/ », (...)
  • 39 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 612, 1. 26, et le rappel de cette leçon, p. 628, 1. 17.
  • 40 Id, pp. 614 à 616.
  • 41 Cf. la note (35).
  • 42 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 624, 11. 16/18.
  • 43 Id., ibid., 11. 26/29.
  • 44 Id., 11. 31/34.
  • 45 Id., p. 625, 11. 3/5.
  • 46 Id., p. 626, 1. 11.
  • 47 Id., p. 627, 11. 3/4.

9Lancelot et la demoiselle cheminent de compagnie. Alors qu'ils se rapprochent de la capitale de Gorre, Doggohom37, l'auteur allemand, suivant en cela son modèle, indique que le paysage est imprégné d'eaux38, soulignant ainsi les risques d'enlisement. Il est déconseillé de s'aventurer sur cette terre, ceux de Porre le savent qui ont fait construire une chaussée empierrée /« ein steinweg »39 pour atteindre sans encombre la cité, Mais pour emprunter la chaussée, il faut payer un péage au chevalier qui en garde l'entrée. Ce dernier fait vertement grief à Lancelot, qui veut s'engager sur la chaussée, d'être monté dans la charrette, le traite de « chevalier honni » et lui réclame un péage. En fait de péage, Lancelot lui offre son épée et l'expédie à terre en compagnie de son destrier. Il peut donc poursuivre sa route sur un chemin sûr, ce qu'il fait jusqu'à un moutier, où, dans son cimetière, il soulève la lame de la tombe de Galaad40, faisant ainsi la démonstration qu'il est le chevalier qui délivrera de leur prison les exilés de Logres. Le caractère messianique de sa venue s'impose désormais. Les gens qui l'entourent et le lecteur savent qu'il est désigné comme étant le libérateur des captifs de Gorre, mais ils resteront dans l'incertitude tant que l'aventure du pont ne sera accomplie, les péripéties41 qui vont suivre ayant pour fonction de ménager l'intérêt et de servir, chacune, d'élément retardateur jusqu'au dénouement, la victoire finale de Lancelot sur Méléagant. A partir de là, la demoiselle quitte Lancelot qui retrouve seul et repart. Il arrive sur une lande où sont établis les exilés de Logres dans une ville dépourvue de fortifications. Alors que, reçu par l'un d'eux, il est à table en compagnie de son hôte et des siens, un chevalier de Gorre entre dans la salle. Il le prend à parti, lui disant qu'un chevalier charretté honni comme il l'est est insensé d'avoir imaginé un seul instant pouvoir accomplir les aventures qui sont en ce pays. Puis il lui dit tout de go qu'il ne sera pas capable de passer le Pont de l'Epée autrement qu'en bateau et lui réclame déjà le prix de la traversée42. Lancelot va-t-il supporter que ce chevalier manie la provocation impunément ? Va-t-il accepter qu'il lui signifie que la plus droite voie qui mène à la reine, le pont tranchant, est infranchissable et qu'il le rabaisse, en lui réclamant le prix du passage en bateau, au rang de simple visiteur ? La voie royale pour quêter Guenièvre est bien la lame acérée de l'épée sous laquelle déferlent les eaux et non quelque nef confortable dont l'emprunt lui interdirait d'accomplir sa haute mission. Mais Lancelot ne réagit pas sous cette double insulte, car réagir reviendrait à accepter le défi, donc à se battre, donc à mettre sa vie en péril. Sa vie est précieuse et il est si près du but : ne va-t-il pas peut-être, enfin, en tentant l'aventure du Pont de l'Epée, sauver et la reine et les captifs de Gorre ? Son hôte intervient dans ce sens43 qui essaie d'empêcher un combat trop risqué. A cela le chevalier lui, rétorque en termes sarcastiques qu'il aille border son champion et lui préparer un bain pour le purifier d'avoir été emmené si longtemps dans la charrette44. Le sbire de Méléagant a visé juste : un tel trait d'ironie ne peut laisser Lancelot impavide. L'allusion à la purification d'une honte par l'eau d'un bain, parce qu'elle est comique, est à. ce point blessante que Lancelot bondit hors de la table et accorde au chevalier sa bataille, bien qu'elle compromette gravement ses chances d'accéder au pont. L'hôte et les captifs qui sont avec lui ont beau le prier et le supplier, rien n'y fait45. Mais Lancelot l'emporte. A une demoiselle qui réclame la tête du vaincu46, Lancelot accorde sa demande, non sans avoir donné une dernière chance au chevalier en lui permettant de l'affronter une deuxième fois. Ce dernier, contraint de reconnaître sa défaite, a la tête tranchée. La demoiselle la jette dans une mare dont il est dit47 qu'elle contient d'innombrables serpents et autre vermine. L'eau stagnante et infestée de la mare se referme sur elle. La tête qui a jeté l'injure est vouée à une putrification infamante. Lancelot, cet obstacle éliminé, est vivant. La voie est de nouveau libre qui conduit vers le Pont de L'Epée, où il arrive enfin, accompagné de son hôte et escorté par ses compagnons, après avoir défait ou mis en fuite quelques chevaliers et vilains postés sur sa route par Méléagant, soucieux de retarder sa progression vers la capitale de Gorre.

  • 48 Id., p. 623 11. 20/21 (« sah » est au passé dans le texte).
  • 49 Id., 11. 21/22 (même remarque que pour « sahen »).
  • 50 Id., 11. 22/24.
  • 51 Id., 11. 26/27.
  • 52 Id., 11. 28/29.
  • 53 Id., 11. 29/30.

10Arrivés en vue de Doggohom, ils aperçoivent le roi qui se tient en haut de la tour. La reine, quant à elle, est installée à une autre fenêtre et « regarde vers l'eau »/« sah zum waBer wert »48. Ils « voient alors Lancelot et ses compagnons arriver de l'autre côté de l'eau »/ « aldar sahen sie Lancelot und sin gesellschafft uber das waBer komen geritten. »49. Les deux groupes sont séparés par l'eau. L'eau est pour la reine un élément porteur d'un double message : négatif, car signe de sa captivité et menaçant en raison des dangers qu'il comporte, mais aussi positif, car porteur d'espoir. Si la reine regarde vers l'eau, c'est que de l'autre côté de l'eau peut venir son sauveur. Et si ce libérateur vient et réussit à franchir le pont, un champion aura été donné à tous ceux de Logres qui souffrent depuis si longtemps de la captivité. Le regard vers l'eau n'est pas un regard vague, c'est un regard qui cherche. Le texte dit clairement que le roi de Gorre et la reine de Bretagne ont été instruits du fait qu'un chevalier avait franchi tous les mauvais passages et venait pour délivrer la reine et ceux de Logres50. Toutefois l'espoir ne suffit pas et la victoire passe par le purgatoire de l'angoisse. Les manifestations extérieures de cette angoisse sont d'abord les pleurs des compagnons de Lancelot51. C'est aussi l'aspect du pont qui est qualifié de « engstlich »/« angoissant » et de « freischlich »/ « terrifiant »52. L'eau qui coule sous le pont est caractérisée de deux façons, par sa couleur, qui est « noire » et par la vitesse à laquelle elle passe dessous, qui est exprimée par le biais d'une image : elle « déferle avec la célérité d'une flèche »/« das waBer das darunter floß das was schwarcz und schoB als ein pfil von eim bogen »53. L'impétuosité de ces flots n'est pas rassurante, leur couleur encore moins. La lumière est absorbée par le noir qui ne réfléchit aucune radiation visible. L'eau du pont n'a pas de reflets, elle est le néant, tel qu'on se le représente généralement, c'est-à-dire noir, mais le noir de l'eau est en quelque sorte « actif », car outre le danger objectif qu'il représente, il est, subjectivement, l'attraction.de l'engloutissement, donc de la mort. Perçue par Lancelot l'eau noire qui déferle sous le pont est à la fois le signe de son angoisse et une image possible de sa mort. L'eau que regarde Lancelot est située dans l'espace neutre d'une couleur épaisse, mais elle n'est pas immobile, puisqu'elle coule avec la célérité d'une flèche, mobilité, qui la replace dans le temps où elle passe à un rythme accéléré (la flèche suit une trajectoire droite et très rapide), aussi rapide que le cœur de l'homme angoissé qui bat à tout rompre. L'épée tranchante aussi renvoie son angoisse. Elle entaille ce qui est entier. Parce qu'elle laisse peu de prise à celui qui s'aventure sur elle, elle est instable. Elle a pour fonction de rejeter ce que l'eau va recueillir. L'épée et l'eau sont les instruments d'un double châtiment : la blessure et la mort. L'eau parachève la fonction de l'épée : elle reçoit ce que l'épée a donné, c'est-à-dire le chevalier qui a échoué.

  • 54 Id., 11. 33/34.
  • 55 Id., p. 629, 11. 18/21.

11Mais Lancelot « du Lac », le bien nommé, familier des eaux lacustres, calmes et étales, rassure ses compagnons. Il leur assure qu'il « va dominer sa peur » et qu'il « croyait le pont bien plus angoissant qu'il ne l'est en réalité »/« (er) wil /.../ angst gewinnen » « (er) wond das es vil angstlicher were dann sie ist. »54. Il est soutenu par ses compagnons au cours de la phase préparatoire à la traversée du pont. Son armure est enduite de poix bouillante pour que soient protégées les parties de son corps qui entreront en contact avec l'épée. C'est une forme d'initiation matérielle que ces précautions. Mais les aides se retirent dès que l'aventure doit commencer et laissent le héros seul. Ils se font passer sur l'autre rive en bateau, eux qui ne craignent pas pour leur vie. La traversée des compagnons de Lancelot en bateau est symbolique. Elle montre l'eau, qui, dans ce cas, perd tout caractère malveillant, comme étant franchissable par le commun des mortels. L'homme a appris à dominer l'eau en utilisant un objet, une nef. Mais ce n'est pas à ce type de domination que Lancelot doit avoir recours : la domination de l'eau, pour lui, est de l'ordre de l'exploit. Passage de l'eau égale angoisse surmontée, dépassement intérieur au-delà des protections dérisoires. Lancelot, tel un funambule progressant sur un fil d'acier au-dessus du vide, s'avance sur l'épée au-dessus de l'eau. Ce qu'il faut éviter, c'est la chute, la perte d'équilibre, synonymes de mort. Le vertige qu'il ne peut manquer d'éprouver disparaît lorsqu'il pense à la reine55. La pensée d'elle le maintient dans la droite voie, elle est le fil affectif et charnel qui le tire vers le succès.

  • 56 Id., 11. 34/35.
  • 57 Id., 1. 35 et p. 630, 11. 1/3.

12Une fois Lancelot parvenu, au prix d'efforts surhumains, presque au bout de l'épée, une autre épreuve l'attend. Un vilain qui tient deux lions au bout d'une chaîne se tient sur la rive où il doit poser le pied. Il saute sur la terre ferme et se bat furieusement contre les lions. Mais il ne peut les blesser et comprend que les lions sont enchantés : ils ne sont là que pour figurer jusqu'où peut aller la dimension de sa prouesse et, finalement, mettre un point d'orgue à la traversée du Pont de l'Epée. Il est intéressant de noter que c'est à ce moment précis que la reine est sûre que c'est lui et le reconnaît56. Cette certitude a pour effet de déclencher son rire et de l'emplir de joie, elle qui, est-il dit immédiatement après57, n'a jamais ni ri, ni manifesté le moindre contentement depuis son arrivée. Le passage du Pont de l'Epée a donc conféré au chevalier qui l'a franchi son identité : il lui a permis d'être identifié, nommé, et, en même temps, estimé à sa juste valeur dans l'esprit de tous et dans le cœur de la reine. La joie et le rire de cette dernière sont la manifestation d'une reconnaissance, dans tous les sens du terme. Le royaume aux eaux fangeuses, le « monde » de l'autre côté de l'eau est démystifié dès lors que le Pont qui y conduit a été franchi. De pays dont nul ne retourne, le pays de Gorre va devenir le pays qui rend ce qu'il retenait indûment. Les exilés de Logres et la reine vont pouvoir repasser l'eau. L'entité close et mystérieuse qu'était le royaume de Baudemagu s'ouvre : son geôlier, Méléagant, aura la tête tranchée. Son roi qui a toujours été débonnaire et courtois, continuera à régner sur lui. La terre de Gorre redeviendra un royaume comme un autre. L'invincibilité d'un chevalier exceptionnel, Lancelot, aura eu raison de 1'inaccessibilité du pays de Gorre.

Notes

1 KLUGE Reinhold, Lancelot I, Akademie-Verlag, Berlin, 1948.

2 FLUTRE Louis-Femand, Table des Noms Propres avec toutes leurs variantes figurant dans les Romans du Moyen Age, Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers, 1962.

3 FRAPPIER Jean, Le Chevalier de la Charrette, Paris, Champion, 1970.

4 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 598 à 641.

5 Id., p. 605, 1. 17: « und flucht der stunde das ie karch gemacht wart. »

6 Id., ibid., 11. 18/19. Le nom de ce château est attesté dans le texte du modèle, cf. Lancelot, Alexandre MICHA, Paris-Genève, Droz, Tome III, 1979, XXXVI, §25, p. 269 : « et li casteaus avoit non Sentere Galesche ; si conmenchoit illuec la tere au roi Baudemagus, icele c'en clamoit Tere Foraine. »

7 Cf. la note (6).

8 Pour autant que les textes que nous possédons nous permettent d'en juger ; sur ce point cf. notre Thèse de Troisième Cycle, Paris IV-Sorbonne, 1981, Tome I, Introduction, Première Partie, 3.1. Les Textes, pp. 22 à 26 et Deuxième Partie, La Tradition Manuscrite, pp. 31 à 137, ainsi que les Notes de l'Introduction, (45) à (60) et (99) à (320).

9 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 482 à 597, et précisément p. 511, 1. 12, où ces mentions devraient s'insérer si l'adaptateur avait rendu fidèlement le texte de son modèle.

10 MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §20, pp. 82/83.

11 Concernant le détail de cette querelle et de cette « malvaise costume », cf. id. §21/23, pp. 83 et 84.

12 A. MICHA, Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §23, p. 85.

13 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 569, 11. 18/19: « Alsus waren die ritter in dem taie, das etlich nantens der dal one Wiedderkere, und etlich sprachen im der tal Falscher Mimer. »/« Donc les chevaliers se trouvaient dans le val, que certains nommaient le val sans Retour, et d'autres l'appelaient le val des Faux Amants. », et, également, id., supra, p. 568, 11. 29/30 « da was der tal nirgent gemuret dann mit der lucht noch besloBen »/« là le val ne comportait ni rempart ni aucune sorte de clôture si ce n'est une enceinte d'air. » et p. 569, 11. 7/9: « Der tal was mit der luchte besloBen, und warn ein ritter darinn was komen und hett er zuhant willen wiedder uBritten, er het die pfort nymer me funden. »/« Le val était entouré d'air, et quand un chevalier y était entré et souhaitait en ressortir sur-le-champ, il ne trouvait plus l'endroit par lequel il était entré. » Le texte correspondant dans le Lancelot, A. MICHA, op. cit., Tome I, 1978, XXII, §1, p. 275, est le suivant : « Li Vais sans Retor avoit il non por ce que nus chevaliers n'en retomoit ; et si avoit non li Vais as Faus Amans por ce que tuit li chevaliers i remanoient, s'il avoient fausé a lor amies de quel que meffet que ce fust, neï de pensé /…/ » et infra, id., §5, p. 277 : « Et li vais estoit clos et fermés de merveillose fermeure, kar li rrurs i estoit fais si soutilz corne de l'air ; et si tost com chevaliers i venoit, sans deffense i pooit entrer ; mais si tost com il estoit ens, jamés pooir n'eust de retomer, ne ne pooit trover le lieu par ont il estoit entrés. »

14 Cf. la note précédente.

15 Cf. la note (13).

16 Il s'agit de l'exceptionnelle prouesse dont Lancelot fera montre en franchissant le Pont de l'Epée, cf. sur ce point (infra) notre analyse de l'aventure du Pont de l'Epee.

17 La « rare loyauté » à laquelle nous faisons allusion ici est la loyauté en matière de relations amoureuses. Les textes sont clairs à cet égard, cf. le Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, XXII, §4, p. 277 : « et trestot li enchantement de laiens /…/ estoient aterminé a l'ore cue uns chevaliers vendront laiens qui onques n'avroit fausé vers s'amie /…/ » et le Prosa-Lancelot, Lancelot I, op. cit., p. 569, 11. 5/7 : « wann ein ritter darinn qweme der der minnen nie kein untruwe gethan hett mit keynerhand sachen, so mochten alle die uß die darinn weren, und anders nit. »/« quand un chevalier viendrait qui ne se serait jamais, en aucune façon, rendu coupable de déloyauté envers son amie, alors, tous ceux qui étaient dedans pourraient sortir, mais sinon ce serait impossible. »

18 A propos du temps passé par les exilés de Logres au pays de Gorre, cf. R. KLUGE, Lancelot I, op. cit., p. 615, 11. 6/7 (c'est le supérieur du moutier qui s'adresse à Lancelot juste avant qu'il tente l'une des aventures du cimetière) : « Mich duncket, herre, das ir herre zu lande sint komen das ir die gefangen erlosen wolt die in dißem lant gefangen sint manig jar. »/« Il me semble, sire, que vous êtes venu en ce pays pour délivrer les captifs retenus ici depuis de nombreuses années. » S'agissant du temps qui s'est écoulé depuis que durent les enchantements de Morgain/Morge au Val sans Retour, cf. A. MICHA, Lancelot, Tome I, op. cit., 1978, XXII, §4, pp. 2767277 : « et si avoit ceste prisons esté .XVII. ans. » et R. KLUGE, Lancelot I, op. cit., p. 569, 11. 3/4 : « wol driczehen jar »/« bien treize ans ».

19 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., pp. 614 à 618 où est relaté cet épisode.

20 Cf. la citation précédente dans le corps de l'exposé.

21 Sur ce point, cf. LOT Ferdinand, Etude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1978, passim.

22 Il s'agit du défi lancé par Méléagant au roi Arthur au début de l'épisode de la Charrette, dans lequel Méléagant lie la reconquête de la reine, qu'il va emmener, à celle des sujets d'Arthur qui sont retenus dans son pays, cf. KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 599, 1. 7, à p. 600, 1. 17.

23 Cf. id., p. 600, 11. 18 à 37 jusqu'à la p. 603, 1. 23.

24 ROQUES Mario, Le Chevalier de la Charrete, Paris, Champion, 1970.

25 Cf. id. la description du « Pont dans l'Eau » (« li Ponz Evages ») aux vers 653/667 et du Pont de l'Epée (« le Pont de l'Espee ») aux vers 668/675.

26 Sur l'incapacité d'Arthur à reconquérir lui-même son épouse, cf. le dialogue entre Arthur et Didonel, KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 601, 11. 11/24.

27 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 5/6 et également la leçon correspondante « quarrefors des Pons », MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome III, 1979, XXXVI, §38, p. 277, 11. 14/15. Pour plus de détails sur ces points, cf. notre Thèse, op. cit., note (53), in Notes de la Traduction.

28 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 12/15 et, également, le texte français, MICHA A., Lancelot, op. cit., 1979, Tome III, XXXVI, §39, p. 278 : « Veés chi .II. voies, l'une va au Pont de 1'Espee et 1'autre si va au Pont Perdu que 1'en claime, le Pont soz l'Eaue. » Pour plus de détails sur ces ponts, cf. notre Thèse, op. cit., notes (56) et (57) in Notes de la Traduction.

29 Cf. (25).

30 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 11. 15/16.

31 MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome III, XXXVI, §39, p. 278. Ces deux ponts ont été décrits bien antérieurement dans le récit, cf. MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome I, 1978, V, §24, pp. 85/86 : « Lors fist li rois Bandemagus /…/ fere .II. autres pons molt merveillos, kar li uns estoit de fust, si n'avoit que trois piés de lé et estoit entre .II. eves de l'une rive jusqu'à l'autre, si avoit autretant d'eve desos corne de sus. Li autres pons estoit plus merveillos assés, kar il ert d'une planche d'acier qui estoit fete a la maniere d'espee et estoit si clere et si trenchans come ele pooit plus estre. La planche avoit sans plus un pié de lé et si estoit as .II. rives en un tronc seelee et estoit atomee de toutes pars si que pluie n'i adesoit. Celui pont qui estoit autant desos eve que desus gardoit, des le commencement des aventures jusqu'atant que la roine fu rescosse quant li essilié s'en issirent, uns chevaliers molt pros ; et celui de l'espee gardoit Acadoes, uns molt buens chevaliers, mais il fu mors /…/ et des lors en avant le gardoit un fils le roi Baudemagu qui avoit non Meleagans. »

32 Cf., supra, notre texte et la note (11).

33 Dans le texte du modèle, cf. supra la note (31), il n'est pas dit, comme chez Chrétien, que le Pont de l'Epée est plus périlleux que l'autre, mais qu'il est « plus merveillos » : la description qui en est faite, en tous cas, au même endroit, permet de le penser. Le fait, par ailleurs, que ce soit Méléagant qui le garde, le fils du roi, donc un personnage important, montre sans doute qu'il est accordé à ce pont « plus merveillos » plus d'importance qu'à l'autre.

34 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 609, 1. 23.

35 Cf. le texte, id., pp. 609 à 628.

36 En fait, l'aventure du Pont de l'Epée ne sera achevée que lorsque Lancelot aura affronté le chevalier qui le garde et le combat sera reporté deux fois.

37 Cette ville est nommée plus loin dans le texte allemand, cf. KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 628, 11. 17/18.

38 Id, p. 612, ll. 26/27, « /…/ sie gwamen off einen steinweg, vor dem ein michel gebure ging /…/ », qui signifie littéralement « /…/ ils parvinrent à une chaussée devant laquelle une immense brute faisait les cent pas », mais il faut probablement lire ici « gebruch »/« marais » et non « gebure », cf., la leçon du ms. 1 (citée en note par KLUGE, id., ibid.) et la leçon française correspondante, MICHA A., Lancelot, op. cit., Tome III, p. 285, XXXVIII, § 15 : « Lors vienent à une cauchie longue et estroite qui seoit en .I. marois parfont et mol. »

39 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 612, 1. 26, et le rappel de cette leçon, p. 628, 1. 17.

40 Id, pp. 614 à 616.

41 Cf. la note (35).

42 KLUGE R., Lancelot I, op. cit., p. 624, 11. 16/18.

43 Id., ibid., 11. 26/29.

44 Id., 11. 31/34.

45 Id., p. 625, 11. 3/5.

46 Id., p. 626, 1. 11.

47 Id., p. 627, 11. 3/4.

48 Id., p. 623 11. 20/21 (« sah » est au passé dans le texte).

49 Id., 11. 21/22 (même remarque que pour « sahen »).

50 Id., 11. 22/24.

51 Id., 11. 26/27.

52 Id., 11. 28/29.

53 Id., 11. 29/30.

54 Id., 11. 33/34.

55 Id., p. 629, 11. 18/21.

56 Id., 11. 34/35.

57 Id., 1. 35 et p. 630, 11. 1/3.

Auteur

Université de paris x

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540