Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Typologie mariale et symbolisme de l'eau dans la lyrique allemande au Moyen Âge

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Wolfram, les larmes sont la rosée du coeur, Parzival 113, 28 et 28, l4-l6 ; Willehalm 268, 4 ; 120 (...)
  • 2 Heinrich von Morungen, Des Minnesangs Frühlinr,Vogt, Leipzig. 1911, 125, 37-39. Les expressions co (...)
  • 3 Tristan und Isolde. Fr. Ranke, Berlin, 1963, v.4730-32 : source de Pegase : 4805-69 : les sources (...)
  • 4 entre autres la Vita beatae virginis Mariae et Salvatoris rhythmica d'un inconnu du début du xiiie (...)

1A peu près totalement absentes des romans de chevalerie qui ne présentent, malgré leur richesse métaphorique, que quel-rues periphrases1 empruntées aux minnesinger2 ou les longues mais rares comparaisons propres à l'interprétation antiquisante d'un Gottfried3, les metaphores de l'eau ne se multiplient qu'au xiiième siècle avec l'essor de la mystique mariale rhénane. Empruntant leurs schèmes tantôt a la Bible, tantôt a la patristique et le plus souvent par l'intermédiaire des poesies latines de l'epoque4, les clercs et poètes allemands restent longtemps prisonniers d'une rhétorique chrétienne assez stricte parce qu'étroitement liée au système des représentations ; theologiques dont elle n'est que l'expression fonctionnelle et catêchétique. Nous verrons en particulier comment les valorisations contraires, comment la profonde ambivalence de l'eau reunit et oppose tour à tour l'interprétation chrétienne et la perception commune, et de quelle manière la lyrique profane réemploie à des fins qui lui sont propres les schèmes qu'elle emprunte à la lyrique mariale, les images de la source et du ruisseau, des étants et des mers, de la rosee et de la pluie.

  • 5 4, 12-l4 :"Tu es un jardin verrouille, ma soeur, ô fiancée une source verrouillée, une gouttière s (...)
  • 6 Priester Wernher, Eberhard von Sax, voir A. Salzer, Die Sinnbilder und Beiworte Mariens in der deu (...)
  • 7 K. Stackmnan Die kleineren Dichtungen Heinrichs von Mügeln, Berlin, 1959, v. 120, 1-4.
  • 8 185, 10-11.
  • 9 349, 1-5.

2Parmi les schèmes que se forgèrent les Pères de l'Eglise aux ive et ve siècles pour lutter efficacement contre les hérésies en recourant, pour illustrer la vraie foi, aux images fournies par la Bible, on rencontre, largement représenté dans les poesies latines et dans les poesies allemandes, le scheme de la source verrouillée, de la fontaine scellée. Dans cette image, tirée du Cantique5, et utilisée par les Pères aux fins de rendre accessible l'immaculée conception, le soleil pénètre de ses rayons l'eau de la fontaine sans en briser pour autant la surface. Assez largement exploite dès le xiième siècle par les clercs allemands6, le schème connaît une éclipse d'un siècle et demi et ressurgit avec Heinrich von Mügeln, poète érudit qui sait expliciter l'image7, greffer sur elle le thème du Dieu Phénix qui se rajeunit dans la fontaime ce Marie8 et le compliquer a l'extrême par l'image du soleil qui verrouille, grâce à la vertu de la Vierge, le creuset de sa virginité9.

  • 10 "Speculum ecclesiae altdeutsch, J. Kelle, Munich, 1858, 103 : ein brunne versigelter,…der brunne i (...)
  • 11 Heinrich von Melk, Denkmäler deutscher Poesie und Prosa aus dem VIII-XII Jahrhundert, K. Müllenhof (...)

3Repris jusqu'au xvème siècle et bien connu des prédicateurs de l'époque10, ce schème se limite souvent au xiiè et au xvè siècle à l'expression de l'inviolabilité du receptacle qu'est la fontaine de Marie, les poètes insistant plus sur la virginité de l'Immaculée 11 que sur la fonction genitrice.

  • 12 Konrad von Heimesfurt, Mariae Himmelfahrt, ZfdA. 8, 200, 1121-1123 : "von ir reinem lîbe vlôz ein (...)
  • 13 Oeuvres poétiques d'Adam de Saint-Victor, L. Gautier, Paris, 1881, XXXV, 61 : "fontis vitae tu cis (...)
  • 14 Altdeutsche Predigten und rebete aus Handschriften. W. Wackemagel, Bâle, 1876, IX, 24 : "daz (Mari (...)
  • 15 Rheinisches Marienlob, v. 3177 et 3739-44, Mariengrüsse, Fr. Pfeiffer, ZfdA. 8, Leigzip, 1851, 9. (...)
  • 16 Frauenlob, des heiligen kriuzes leich. 3, 2-5+10 : "ouch sam vor dem brunnen schiuzzet/diuzet, vli (...)

4Ce schème de la theogenèse/ par lequel on retrouve dans l'eau pure de la fontaine l'image du soleil/ presentait a la fois l'avantage du mariage de l'eau et du feu. fondement de l'imaginaire élémentaire, et l'inconvenient d'une représentation sans évidence. C'est ainsi que ce schème, pendant la longue éclipse qu'il connut aux xiiie et xive siècles, fut remplacé par un schème non biblique, mais plus conforme a la perception commune. Reprise et développement de l'image du receptacle inviole de Marie, ce schème assimile le christ au filet d'eau qui sort de la source12, Marie devenant la reserve, la cisterna des poésies latines13. Vivace aux xive et xve siècles dans les poésies mariales et dans les prédications14 le schéme entre alors en concurrence avec la résurgence ou schème plus ancien et surtout avec le schème selon lequel le Christ est lui-même fontaine, schème qui apparaît avec la même frequence dès l'essor de la mystique rhénane au début du xiiième siècle et jusqu'à la fin du siècle suivant15. Le paradoxe voudra, c'ailleurs que Frauerlob voète maniéré du début de ce xivème siècle, confonde ces deux courants : substituant à Marie, la source qui engendre le Christ, la source que Dieu est par ailleurs, le poète réduit la formule et retrouve par un intéressait raccourci le cercle formé de la théogénèse en expliquart que ! : eu engendre le Chrirt comme la source, le filet16. Dieu, en fecondant Marie, donne en effet naissance au Christ, qui n'est autre que Dieu fait homme.

  • 17 Lateinische Hymnen des Mittelalters. Fr. J. Mone, 2 vol., Fribourg en Brisgau, l853/1854, 11, p. 2 (...)
  • 18 Melker Marienlied, Denkmäler deutscher Poesie, II, XXXVIII. 231 : burne des paradises.
  • 19 Bruder Philipps des Carthäusers Marienleben H. Rückert, BdgeNL. 34, Ouedlinburg/Leipzig, 1853 (Nac (...)
  • 20 Pheinisches Marienlob, v.3225. Mariengrüsse., v.141 : brunne lûter. Konrad von Würzburg, Deutsche (...)
  • 21 Ausgew geistl. Dicht. XXV, 42. Der Harder, T. Brandis, QF. 13 (137), Berlin., 1964, 1, 107-109. Gr (...)
  • 22 Muskatblüt 75, 126. Hermann von Saehsenheim, Der goldene emple, E. Martin, Stuttrart, 1878, 238. 1 (...)

5Corollaire de la fonction parturiente de Marie, le thème de la sainteté de la Vierge repose sur les passages de la Bible où il est dit qu'un fleuve sortait d'Eden (Genèse 2, I0) et qu'une source jaillira de la Maison du Seigneur (Joël 4, I8). A l'instar des poésies latines17, les poètes allemands loueront certes cette fontaine du paradis dès le xiième siècle18, mais ne multiplient en fait ce schème qu'au xivème siècle19, ce thème biblique connaissant le même sort que les images bibliques de l'immaculée conception. Ce schème est en effet supplanté au xiiième siècle par le schème non biblique de la pureté de cette fontaine, notion certes étroitement associée aux precédentes, mais qui souligne plus la clarté de son eau que la manière et le lieu de son jaillissement. Frequent dès le xiiième siècle20, le schème persiste au xive21 et connaît un nouvel essor au xvème siècle22, schème plus proche de la perception commune et instinctive de Ta qualité de l'élément, qui vient surplanter en nombre d'occurrences le theme de la thëogénèse.

6Mais ce même xiiième siècle voit aussi apparaître l'éloge d'une autre qualité de Marie, l'éloge de sa miséricorde, vertu liée à sa fonction de médiatrice entre Dieu et les hommes.

  • 23 A. Salzer, op. cit., pp. 522-523 pour les Pères. Fons doc-trinae, deliciarum, totius pietatis, vit (...)
  • 24 Rheinisches Marienlob. v. 1998. Das hohe Lied des Brun von Schonebeck. A. Fischer, Berlin, 1886 (G (...)
  • 25 Das deutsche Kirchenlied II, 62, 5. Gold. Schmiede, 572.
  • 26 Lobgesang 538, 38, 14. Muskatblüt, 50, 3. Laufenberg, 721, 5 et 737, 3. Clara Hätzlerin, 129, 5 et (...)
  • 27 Hermann der Damen, Deutsche Liederdichter III, 160b.
  • 28 ZfdA. 3, 133, 86. Schauspiele des Mittelalters. J. Mone, Mannheim, 1852, 1, 248, 44.
  • 29 Ausgev. geistl. Dicht. XX, 25 et XXI, 25. Das alte Passional. Fr. K. Köpke, Quedlinburg/Leipzig, 1 (...)
  • 30 Das deutsche Kirchenlied II, 63, 4. Gold. Schmiede. 1346ss.
  • 31 Peter Suchenwirts Werke aus dem 14. Jahrhundert. Al. Primisser, Vienne, 1827. Die sieben Freuden M (...)
  • 32 Ausgew. geistl. Dicht. Einieitg. XLVI. Heinrichs von Meissen des Frauenlobes Leiche, Sprüche, Stre (...)
  • 33 Konrad von Würzburg, Deutsche Liederdichter III, 342 a.

7Bien qu'il ne soit ras biblique à l'origine, ce schème forgé par les Pères et ampleirent repris dans les poesies latines23 connaît le plus grand succès du xiiiè au xvè siècle. De Marie découlent ainsi, dans trois fois plus d'images que pour les schèmes precédents, la miséricorde24, la bonté25, la grâce26, la pitié27, la délivrance28, l'amour29, la pudeur30, la félicite31, la vie 32 et l'éternité33. Debordante de générosité, Marie, dans cette image de l'eau inépuisable des sources, symbolise pour les hommes, l'élément salvateur, nourricier et féminin, l'élément maternel qui fait de Marie la mère des hommes. Et ce schème, moins théologique que la notion de pureté liée à la representation de la Vierge, mère de Dieu, se prêtait mieux, orienté qu'il était vers l'attente des hommes, à l'effusion mystique qui donna naissance dans l'Allemagne rhénane du début du xiiième siècle à cette importante lyrique mariale.

  • 34 Lateinische Hymnen II, 537,5 : rivus vivus salutaris. Analecta hymnica medii aevi, I. Cartiones bo (...)
  • 35 Frauenlob, 7, 12 : zuckersüezer brunne des lebens. Ausgew. geistl. Dicht. XXI. 25 : pronne suszer (...)
  • 36 Lobgesang, 76, 1 et 88,7. Meisterlieder der Kolm. Hs. VI. 529, 14, 3

8Cette bonté de Marie mediatrice fait naître au xivème e siècle chez les mêmes auteurs tout autant d'images connexes. Marie, de par l'effet d'un scheme tout aussi peu biblique que le précédent, devient ainsi dans les poesies latines et allemandes le ruisseau qui doucement coule, clapote et nous fournit misèricorde et grâce34. Variante de la source cent il est la suite naturelle, le ruisseau symbolise la gravite de Marie auxiliatrice, nuance commune aux deux expressions du thème35, qui laisse déjà pressentir les valorisation de l'eau et distingue ce ruisseau de Marie des quelques rares occurrences dans lesquelles Dieu est lui même assimile au ruisseau36.

  • 37 Analecta hymnica III, II, I : coelestis ros ; 49, 2 : tu coeli ros ; VI, 38, 10 : ros coelice.
  • 38 Der Marner. Ph. Strauch, OF. XIV, Strasbourg, 1876 (Deutsche Neudrucke, Berlin, 1965), 158, 45, 5  (...)
  • 39 Priester Wernher, 2193. Heimesfurt, 1116. Frauenlob, 3. 2-3. Muskatblüt, 12, 41-44 ; 16 ; 44-45 et (...)
  • 40 Mügeln, 123, 6-7 :"da sus wart diner brüste fass/von touw des hochsten geistes nass".

9Marie devient aussi la rosee douce et fraîche qui nourrit et apaise nos coeurs assoiffés, schème non biblique qui du xiiiè au xvè siècle rencontre, bien qu'atteste dans les poésies latines37,peu de succès38, tant il entre en concurrence avec le schème plus ancien de la rosée divine qui vient féconder le sein de Marie39. Semence de Dieu, rosee humide qui vient mouiller le sein de la Vierge40, ce thème de la theogénèse, plus proche de la perception commune que le soleil qui pénètre les eaux, l'emporte tout au long des xive et xvème siècles sur le schème de Marie miséricordieuse.

  • 41 Der Marner. 332b : ein meijen regen, Bruder Philipp, H. 211, 178 : "du regen wole, lâz regnen unde (...)
  • 42 J. de Voragine, Mar. serm. 6. IV (l22a) : "Sic beata Maria imbre gratiarum suarum totam ecclesiam (...)
  • 43 nubes pluviosa.
  • 44 Psaume 71, 6
  • 45 Esaïe 45,8 : "laetantur coeli desuper et nubes depluant iustitiam", "Cieux, de là-haut, répandez c (...)
  • 46 Schauspiele des Mittelalters I, l45. Mariengrüsse, 283, 249. Germania 31, 298, 126.
  • 47 Lateinische Hymnen II, 384, 19 : "sicutterram pluvia, sicut divina gratia virginem fecundat".
  • 48 Marienpreis, 15, 11 :"dâ dich begôz der saelden regen" cf. 25, 8.
  • 49 Mariengrüsse, v. 301-315.
  • 50 J. H. Pastré, Réalité sidérale et typologie chretienne dans les poésies mariales allemandes au moy (...)

10La pluie de même représente plus rarement encore la Vierge et les bienfaits qu'elle nous dispense41, ce schème non biblique attesté chez lez Pères42 et dans les poésies latines43 se heurtant a la notion plus ancienne de Dieu qui descend comme l'averse sur les regains, comme la pluie qui détrempe la terre44. Marie devient alors, mais dans tout aussi peu de cas, le nuage qui enfante la pluie, image biblique45 que ne connaissent que quelques clercs46. Le système de relations sousjaen -tes à la théogërèse veut alors que la pluie de Dieu féconde la Vierge, ce qu'exprime clairement, comme dans de rares poesies latines47, vin hymne allemand très inventif du debut du xivème siècle48. En rapprochant cette image de l'évocation inhabituellement détaillée d'un hymne extatique du xiiième siècle ou l'on explique comment la mer fait naître le petit nuage qui donne la pluie du fils di Pieu49, on retrouve encore le cercle fermé de la théogénèse dans lequel les pluies, qui font les nuages par l'intermédiaire des mers, donnent naissance à la pluie, Dieu fécondart Marie qui donne naissance à Dieu, de même que dans un autre domaine le soleil faisait naître l'aurore qui enfantait a son tour le soleil50.

  • 51 Salzer, p. 502 : tu es piscina in Hesebon.
  • 52 Schonebeck, 109, 23. Clara, Hätzlerin I, 126, 9.
  • 53 114, 11 : "uf genade fischet min bet in diner güte tich".
  • 54 Harder 1, 78 :"Ein balsarrtich, ein honiguass' ; 102 : "du balsam, du honigteich".
  • 55 Salzer, pp. 518-519.
  • 56 Laufenberg, 728 : "du bist daz mer, der wasserfluss,/in dich rünt aller gnaden guss".
  • 57 ibid. II : "du Bist das mere one moss''.
  • 58 Konrad von Würzburc, Goldene Schmiede. v.934s.
  • 59 Pheinisches Marienlob. v. 681ss. Idem St Jérôme, Salzer, p 516.
  • 60 Poesie latine, Salzer, p. 517.

11Deux autres images de la générosité de la Vierge envers les hommes, celles de l'étang et de la mer, montrent combien d'élément parfois compte peu dans la naissance d'un schème marial. Partant d'un vers du Cantique dans lequel on compare les yeux de la fiancée aux étangs de Heshbon (7,5), les Pères franchirent le pas de l'assimilation et déclarèrent Marie vivier, piscina51. Oubliant l'assimilation profonde, par laquelle on voit des eaux mortes dans les eaux stagnantes, les poètes allemands osent parfois à leur tour recourir a ce schème52, Heinrich von Mügeln expliquant vers I350 qu'on roche à cet étang, par la prière, le poisson de la grâce53. Ailleurs, il s'agit clairement du symbole de la quantité, du reservoir, donc de l'ampleur du réceptacle des eaux plutôt que de l'eau conçue comme élément54. Il en va de même pour la mer, image de la masse plus grande encore, de la plénitude des grâces et vertus dont Marie dispose. Présente chez les Pères55, l'image est donc celle des eaux qui toutes s'écoulent dans la mer56, réceptacle immense57 dont or, souligne qu'il s'emplit de l'eau pure des eaux courantes58, Konrad de Würzburg faisant ainsi oublier que ce réceptacle ne contient que de l'eau salée. Et poètes et prédicateurs ont bien du mal a justifier cette identification lorsqu'il est question de l'élément, de cette eau amère qui manque au devoir elémentaire de l'eau nourricière : Marie, mer amère, c'est la Vierge au coeur blessé, attristée qu'elle est par le péché des hommes59, ou c'est la mer d'amertume, faite des larmes des pénitents qui coulent à elle comme courent à Marie les pecheurs repentants60

  • 61 Rheinisches Marienlob, v. 681ss.
  • 62 respectivement 26, 16 + 140, 6 et 237, 11 : 125, 4 : 162, 11 et 168, 12. Minneburg, 467, 1.
  • 63 166, 1-2 ; 244, 11 et 289, 3.
  • 64 chez les troubadours, nui emploient très rarement l'image, l'étang a la même signification que la (...)
  • 65 53, 12-15 : 175, 4 ; 343, 10 ; 365, 9.
  • 66 379, 10 ; 23, 9.

12Privilégiant et préservant de toute deviation le thème de la mer conçue comme immense reservoir, les poesies mariales répugnent à employer ce schème, même lorsqu'il s'agit, tien loin de l'identification de la Vierge avec la mer, d'évoquer, conformément pourtant à la nature arrière de l'élément salé, le péché ou les vicissitudes61. Ce n'est qu'au xivème siècle que, tout à l'inverse de cette tendance, un minnesinger post-classique, Heinrich von Mügeln ; donne consistance aux schèmes négatifs de la mer de la mort, de la détresse, de la douleur ou de la désolation 62 et relègue à l'arrière-plan le schème positif d'origine mariale de la mer de grâce et d'espérance63. Le schème de l'étang, que le même Müreln est seul à reprendre à la tradition mariale64, montre la même juxtaposition des résidus de la poétique mariale et des marques de la perception naturelle en mettant en concurrence les images de l'étang des bonnes moeurs, de la louange, de la grâce ou de la vie65 et celles de l'étang de la douleur et du malheur66

  • 67 Trojanischer Krieg, BLV 44, Stuttgart, 1858, v. 6464-67 ; Partonopier und Meliur. K. Bartsch, 1871 (...)

13Le schème de la rosée révèle particulièrement bien où peut conduire le heurt ou le jeu d'une rhétorique chrétienne purement fonctionnelle. Lorsqu'il recourt à ce schéme pour évoquer la suave pureté des vertus, des perfections, de la félicité ou de la création poétique67, Konrad de Würzburg reste à la fois fidèle à la tradition mariale et à la conception commune d'une rosée légère, pure et nourricière. Mais il se heurte à la conception chrétienne qui fait de la rosée la semence divine dès qu'il veut appliquer le schéme à l'expression de l'immaculée conception.

  • 68 J-M. Pastré, La métaphore des éléments, op. cit., pp. 114-115.
  • 69 Goldene Schmiede, v. 1578-79 et 302-305.

14Cette humidité procreatrice gêne le chantre prudent, orthodoxe et peu mystique des vertus de la Vierge68, contraint d'expliquer que jamais les flots de l'impureté ni la rosée charnelle du désir ne mouillèrent le coeur virginal de Marie69.

  • 70 Sprüche, 140, 1-3 :"Zwâr wîp, sît dû der hôhsten wünne im garte bist/dar in mit list/diu Minne ûz (...)
  • 71 Mügeln, 217, 1-4 ; 251, 10-11 ; 258, 9 ; 383, 15-16 ; 396, 5-6. Minneburg, v. 1679 et 2030-31.
  • 72 Minneburg, v. 1506.

15Mais ce schème révèle un autre phénomène, la sécularisation des images issues des poésies mariales. Dès la fin de ce xiiiéme siècle, Frauenlot transpose dans le domaine ce l'amour profane le schème de la rosée dans des images assez prosaïques et souvent très compliquées70, manière reprise et amplifiée au siècle suivant par Mügeln et, l'auteur de la Minreburg, tous deux évoquant dans un style hymnique la rosée de l'amour, des faveurs et du réconfort amoureux71 et identifiant la femme avec la douce rosée72 comme les roésies mariales l'avaient fait avec la Vierge.

  • 73 Partonopier, v. 8479. Mügeln, 36l, 5 et Clara Hätzlerin, I, 7, 53. Minneburg, v. 1516. Les troubad (...)

16Cette desacralisation caractérise aussi l'évolution du scheme de la fontaine. On rotera d'abord qu'il attire trois fois moins d'images que dans le domaine mariai (70), moins même que le thème de la rosée oui gagne au contraire à cette secularisation. Le thème perd de son importance, mais aussi de sa signification. Il ne reste des aspects du schème qu'une seule fonction, celle-là même qui s'était attiré le plus grand nombre d'occurrences dans le domaine marial et qui rapprochait le plus des hommes la Vierge : de la source découlent à profusion qualités et vertus. Le scheme connaît en outre une sorte de détournement de sa signification profonde, quelques images tardives, produites par l'abstrait fonctionnement d'une esthétique purement littéraire, faisant basculer le thème dans le domaine négatif des fontaines de la honte, de l'affliction et même de l'Enfer aux xive et xvèmes siècles73.

  • 74 source de sagesse, Partonopier, v. 4091 ; des trouvailles poétiques et des arts, Trajonischer Krie (...)
  • 75 Minneleich, 17, 4-5 ; Sprüche l39, 12 et 23,7-8.
  • 76 La femme, source de délices, 258, 6-7 ; le cœur court vers l'amour comme les sources coulent vers (...)

17Dans ces applications, chacun s'y distingue à se manière : Konnad de Würzburg en littérateur humaniste74, héritier de l'interprétation esthétisante de Gottfried de Strasbourg : Frauenlob en chantre fervent de la femme à laquelle il identifie la source en appliquant à la dame le scheme qui ne valait auparavant que pour Marie75, Mügeln et l'auteur de le Minneburg généralisant cet emploi et le réservant presque exclusivement a 1'amour76.

  • 77 Goldene Schmiede, v. 90-91 : "noch klinget vür mich tougen/der klâren vünde bochelîn ".
  • 78 Frauenlob, Spruch 310, 9 : wîp triuwen bach.
  • 79 Mügeln, 253, 5-6 ; 131, 5-6 : le ruisseau de la sagesse qui coule du toit de Marie.
  • 80 Frauenlob, 324, 15-17 : der schanden bechelîn.
  • 81 Mügeln, 36, 1 : "über alles leides bach ist hoffenung ein step" ; 36l, 12 : mordes bach.

18Le schème du ruisseau confirme cette interprétation. Sa sécularisation en infléchit d'abord le sens. Il ne s'agit plus de la douceur inhérente à la grâce miséricordieuse de Marie, mais, ce qui correspond mieux à la perception naturelle, de la clarté de ses eaux, qu'elle soit celle de l'invention poétique chez Konrad77, et de la pureté, qu'elle soit celle des femmes78, de la joie ou de la sagesse79. Schème tardif, puisqu'employé presque exclusivement au xivème siècle, il connaît la même déviation de sens que la fontaine et devient contre nature chez Frauenlob et Mügeln ruisseau de la honte80, du tourment et même, du meurtre81.

  • 82 Mûgeln a pu l'emprunter aux troubadours, encore qu'ils n'en lassent que rarement usage, ex."flums (...)
  • 83 fleuve de vertu, 21, 13 et 275, 3 ; de louange, 363, 4 et 364, 14 ; de la bonté de Dieu, 368, 15 ; (...)

19A l'inverse de l'image du fleuve, née de l'imagination de l'optimiste Mügeln82 et presque toujours positive en ce xivème siècle83 en ce qu'elle évoque la force convaincante et qui emportes l'adhésion, l'image des ondes et des flots, forme neutre d'une eau qui va ou qui stagne, traduit mieux que tout autre l'ambivalence de l'élément et ses valorisations contraires.

  • 84 Rheinisches Narienlob, v. 1365 : der gelüst unreinicheit ; 3606 ; wazzer der süden. Mariengrüse, v (...)
  • 85 J-M. Pastré, La métaphore des éléments, op. cit., pp 113-114.
  • 86 Marienpreis, 12-15 ;Sprüche, 253, 14 ; 258, 5 ; 296, l4 ;409, 7-8 ; Minneleich, 25, 1-2.
  • 87 Sprüche, 140, 12 : êren. vlüeté : 327, 1 -2. der güete vlüete.
  • 88 160, 2 et 173, 11 ; 55, 9 ; 168, 11 ; 335, 14 ; 173, 11.
  • 89 5, 9 ; 18, 17 ; 369, 1-3 ; 377, 10 ; 375, 6-7 ; 386, 8-9.
  • 90 la femme qui refuse son amour est un moulin alimenté par les flots nés des sources de la peine, v. (...)
  • 91 v. 1576, 2006, 4099.
  • 92 v. 3502 et 3863 : daz melissen wasser ; rosenwasser.
  • 93 Bachelard, L'eau et les rêves, Paris, 1942, p.206.

20Très rares et tout aussi rarement positives dans les poesies mariales des clercs du xiiième siècle84, qui préfèrent a l'élément froid et humide le feu lumineux de l'amour divin85, ces images du xivème siècle illustrent bien le lent changement d'orientation de ce schème. Alors que Frauenlob suit encore la tradition chrétienne des flots de la mort, de la déloyauté, de la colère, de la honte et du péché86 et répugne a recourir aux images positives des flots87, Mügeln emploie tour a tour les images négatives de la mort, du vice, du pèche de l'affliction ou de la désolation88, et les images positive : de la creation divine, de la bonne paròle, de la contrition, des bonnes moeurs de l'intelligence ou de la vertu des femmes89. L'auteur de la Minneburg, enfin, évite les illustrations négatives du scheme 90 qu'il réserve a l'expression positive de l'amour et de son réconfort91, la sécularisation du thème l'ayant fait progressivement passer du pôle négatif des flots de ce monde et de ses vicissitudes au pôle positif des flots de l'amour et d'un ici-bas qu'on ne condamne plus. En dépit d'une tendance à la fois au prosaïsme et au maniérisme du siècle, cet auteur retrouve eh outre, avec les schemes du doux flot d'amour, de l'eau de rose et de mélisse du réconfort amoureux92 les images de la substancialisatier. de la couceur93.

  • 94 Der Renner, Bamberg, 1834 : fontaines prodigieuses d'Epire, d'Inde et d'Armenie, v. 19643ss., 2004 (...)
  • 95 v.355ss. Qu'elles soient latines ou allemandes, les poésies mariales connaissent surtout les schèm (...)

21Très proche en cela de Hugo vor. Trimberg, maître d'école érudit et moraliste chrétien qui, un demi-siècle plus tôt, montrait pourtant un sens étonnant des qualités naturelles de l'eau94 ; plus proche encore de ce clerc érudit,1e Harder, qui quelques années plus tard reinventera par le scheme du ruisseau d'une douceur de sucre, par celui de l'étang de beaume et de miel les trouvailles extatiques du Pheinisches Marienlob, l'auteur de la Minneburg rénove avec la fraîcheur de la tradition mariale rhénane et mystique oui chantait au xiiie siècle non pas la femme, mais la Vierge par l'évocation des sent rivières qui s'écoulent du coeur de Marie, la douceur du lait et du miel, le vin de la joie, l'huile de la miséricorde, le beaume de l'amour et les aromates de la sainteté95.

Notes

1 Wolfram, les larmes sont la rosée du coeur, Parzival 113, 28 et 28, l4-l6 ; Willehalm 268, 4 ; 120, 26-28 et 311.4-5.

2 Heinrich von Morungen, Des Minnesangs Frühlinr,Vogt, Leipzig. 1911, 125, 37-39. Les expressions comme "fontaine de perfection". Parzival 613, 9, ou "source des vertus feminines", Titurel 34, 3 (cf.96, 1), renvoient plutôt, aux troubadours. cf. Chr. Stössel, Die Bilder und Vergleiche der altprovenzalischen Lyrik nach Form : und Inhalt untersucht, Diss. Marburg, 1886. Les minnesinger ne recourent en fait presque jamais aux schèmes de l'eau.

3 Tristan und Isolde. Fr. Ranke, Berlin, 1963, v.4730-32 : source de Pegase : 4805-69 : les sources du talent et l'Helikon : le navire du coeur, 890-892, 8105-105. Voir J-M. Pastré, La metaphore des quatre éléments dans la littérature allemande médiévale. Essai de typologie poétique, in Les quatre elements dans la culture médiévale, GAG 386, Göttingen, 1983, pp 111-126.

4 entre autres la Vita beatae virginis Mariae et Salvatoris rhythmica d'un inconnu du début du xiiieme siècle.

5 4, 12-l4 :"Tu es un jardin verrouille, ma soeur, ô fiancée une source verrouillée, une gouttière scellée !"

6 Priester Wernher, Eberhard von Sax, voir A. Salzer, Die Sinnbilder und Beiworte Mariens in der deutschen Literatur und lateinischen Hymnenpoesie des Mittelalters, Linz, 1886, pp 9-10. Au debut du xiiième siècle, Das rheinische Marienlob. A. Bach, BLV.281, Leipzig, 1934, 349°ss ; "du bis de besigelde brunn,/den hat entfenget die goteliche sunne,/sin bilede hat got an dich gelat./ qat enbrichet engeine math", cf.4472.

7 K. Stackmnan Die kleineren Dichtungen Heinrichs von Mügeln, Berlin, 1959, v. 120, 1-4.

8 185, 10-11.

9 349, 1-5.

10 "Speculum ecclesiae altdeutsch, J. Kelle, Munich, 1858, 103 : ein brunne versigelter,…der brunne ist versigelt von dem heiligen geiste wande si vart enphangen von dem heiligen geiste und ist behuot von im."

11 Heinrich von Melk, Denkmäler deutscher Poesie und Prosa aus dem VIII-XII Jahrhundert, K. Müllenhoff und W. Scherer, Berlin. 1873, XXXIX, 10, 1 : brunne besigelter. Bruder Hansens Marienlieder aus dem 14. Jahrhundert, P. Minzhoff, Hanovre, 1863, v. 1282.

12 Konrad von Heimesfurt, Mariae Himmelfahrt, ZfdA. 8, 200, 1121-1123 : "von ir reinem lîbe vlôz ein brunneader".Meisterlieder der Kolmarer' Handschrift. K. Bartsch, Stuttgart, 1862, CLXIII, 19 ; p. 20, 174. Das deutsche Kirchenlied. Ph. Wackernagel, Leipzig, 1867, 60, 1. Die geistlichen Lieder des Mönchs von Salzburg, Fr. V. Spechtler, Berlin, 1072. Kehr 163. Heinrich von Laufenherg, Das deutsche Kirchenlied, Berlin, 1972, 725, 1. Muskatblüt, E. Von Groote, Cologne, 1852, 43, 56.

13 Oeuvres poétiques d'Adam de Saint-Victor, L. Gautier, Paris, 1881, XXXV, 61 : "fontis vitae tu cisterna".

14 Altdeutsche Predigten und rebete aus Handschriften. W. Wackemagel, Bâle, 1876, IX, 24 : "daz (Maria) ist der brunnen besigelter, garte beslozzener, da uns uz gevlozzen ist fons aquae salientis in vitam aeternam". Les prédicateurs assimilent ainsi Marie à la terre, d'où surgit la source, cf. ibid. XXXII, 57 : "siu ist diu rain erde, uz du gesprungen ist der brunnen der hailigen erbarmunge".

15 Rheinisches Marienlob, v. 3177 et 3739-44, Mariengrüsse, Fr. Pfeiffer, ZfdA. 8, Leigzip, 1851, 9. Der Gottfried von Strarsburg zugeschiebene Marienpreis und Lobgesang auf Christus, Jenaer germanistische Forschungen 4, 1924, 60, 13 ; 62, 14. Mönch, G. 6, 81-84.

16 Frauenlob, des heiligen kriuzes leich. 3, 2-5+10 : "ouch sam vor dem brunnen schiuzzet/diuzet, vliuzet/ ein rinne…/ sus retarder vater sîn den sun".

17 Lateinische Hymnen des Mittelalters. Fr. J. Mone, 2 vol., Fribourg en Brisgau, l853/1854, 11, p. 240, 28 ; 601, 69 : gratiarum Fluctus de excelso prodiens.

18 Melker Marienlied, Denkmäler deutscher Poesie, II, XXXVIII. 231 : burne des paradises.

19 Bruder Philipps des Carthäusers Marienleben H. Rückert, BdgeNL. 34, Ouedlinburg/Leipzig, 1853 (Nachdruck Amsterdam, 1966), v.9737 : "du bist der süeze gartenbrunne, der da vliuzte von Lybanô." Kirchenlied II, 584, 3 et 585, 3. Ausgewählte geistliche Dichturgen. K. Bartsch. Quedlinburg, 1858, XVII, 13.

20 Pheinisches Marienlob, v.3225. Mariengrüsse., v.141 : brunne lûter. Konrad von Würzburg, Deutsche Liederdichter des 12., 13. und 14. Jahrhunderts. Fr. H. von der Hagen, Leipzig, 1838, 338a : Goldone Schmiede, W. Grimm ; Berlin, 1840,v. 1346 et 1350.

21 Ausgew geistl. Dicht. XXV, 42. Der Harder, T. Brandis, QF. 13 (137), Berlin., 1964, 1, 107-109. Graltempel, Fr. Zarneke, Leipzig, 1876 (Abh. der sächs. Gesellsch. der Wiss.7), 11, l6, 1.

22 Muskatblüt 75, 126. Hermann von Saehsenheim, Der goldene emple, E. Martin, Stuttrart, 1878, 238. 174) ;. Das deutsche Kirchnlied II, 543, 233. Liederbuch der Clara Hätzlerin, C. Haltans,, da NL. 8, Queclinburg/Leipzig, 1840, 125, 219-321.

23 A. Salzer, op. cit., pp. 522-523 pour les Pères. Fons doc-trinae, deliciarum, totius pietatis, vitae, justitiae, misericorde diae, sanctitatis et bonitatis, pacis, laetitiae, etc.

24 Rheinisches Marienlob. v. 1998. Das hohe Lied des Brun von Schonebeck. A. Fischer, Berlin, 1886 (Germ. Abhdlg, 6), 119, 7.

25 Das deutsche Kirchenlied II, 62, 5. Gold. Schmiede, 572.

26 Lobgesang 538, 38, 14. Muskatblüt, 50, 3. Laufenberg, 721, 5 et 737, 3. Clara Hätzlerin, 129, 5 et 185, 5.

27 Hermann der Damen, Deutsche Liederdichter III, 160b.

28 ZfdA. 3, 133, 86. Schauspiele des Mittelalters. J. Mone, Mannheim, 1852, 1, 248, 44.

29 Ausgev. geistl. Dicht. XX, 25 et XXI, 25. Das alte Passional. Fr. K. Köpke, Quedlinburg/Leipzig, 1852, 150,48.

30 Das deutsche Kirchenlied II, 63, 4. Gold. Schmiede. 1346ss.

31 Peter Suchenwirts Werke aus dem 14. Jahrhundert. Al. Primisser, Vienne, 1827. Die sieben Freuden Mariä 906. Clara Hätzlerin 128, 83 et 185,5.

32 Ausgew. geistl. Dicht. Einieitg. XLVI. Heinrichs von Meissen des Frauenlobes Leiche, Sprüche, Streitgedichte und Lieder, L. Ettmüller, Quedlinburg/Leipzip, 1843, (Nachdruck Rodopi, Amsterdam, 1966), FL. 7, 12. Bruder Hans, 2256.

33 Konrad von Würzburg, Deutsche Liederdichter III, 342 a.

34 Lateinische Hymnen II, 537,5 : rivus vivus salutaris. Analecta hymnica medii aevi, I. Cartiones bohemicae. Leiche, Lieder und Rufe des 13., 14. und 15. Jahrhurderts, Q. M. Dreves, Leipzig. 1886, 1, 47, 3 : tu sitientis rivulus. Gold. Schmiede, 534, 5. Meisterlieder der Kolm. Hs. VI, 445. Ausgew. geistl. Dicht. XIX, 193. Muskatblüt, 19, 65. Mügeln, 123, 11 : 155, 11-12 : 165, 1-3.

35 Frauenlob, 7, 12 : zuckersüezer brunne des lebens. Ausgew. geistl. Dicht. XXI. 25 : pronne suszer minne. Lat. Hymnen II. p 432. nrh. Marienlied : Maria, ein fonteyn der suyssicheit. Meisterlieder der Kolm. Hs. VI. 260 : ich süeze bach. Harder, Frauenkranz. v. 5. du zuckerzciss fliesserder bach.

36 Lobgesang, 76, 1 et 88,7. Meisterlieder der Kolm. Hs. VI. 529, 14, 3

37 Analecta hymnica III, II, I : coelestis ros ; 49, 2 : tu coeli ros ; VI, 38, 10 : ros coelice.

38 Der Marner. Ph. Strauch, OF. XIV, Strasbourg, 1876 (Deutsche Neudrucke, Berlin, 1965), 158, 45, 5 : ein süezenton. Ausgew, geisth. Licht. XVIII, 50 : du himelton. Meisterl. der Kolm. Hs. VI, 545 et 601. Laufenberg II, 711, 11. Sans identification : Priester Wernbes, 47-48. Harder, Frauenkranz, 14-15. ZfdA. 5, 420. Frauenlob, 8, II.

39 Priester Wernher, 2193. Heimesfurt, 1116. Frauenlob, 3. 2-3. Muskatblüt, 12, 41-44 ; 16 ; 44-45 et 22, 10.

40 Mügeln, 123, 6-7 :"da sus wart diner brüste fass/von touw des hochsten geistes nass".

41 Der Marner. 332b : ein meijen regen, Bruder Philipp, H. 211, 178 : "du regen wole, lâz regnen unde vliezen, uns dîn genâde begiezen."

42 J. de Voragine, Mar. serm. 6. IV (l22a) : "Sic beata Maria imbre gratiarum suarum totam ecclesiam irrigat".

43 nubes pluviosa.

44 Psaume 71, 6

45 Esaïe 45,8 : "laetantur coeli desuper et nubes depluant iustitiam", "Cieux, de là-haut, répandez comme une rosée et que les nuées fassent ruisseler la justice, que la terre s'ouvre, que s'épanouisse le salut". La tradition biblique place Dieu dans les nuées, cf. Exode 13, 21-22, Nombres 12, 5, Deutéronome 31, 15, David 7, 13.

46 Schauspiele des Mittelalters I, l45. Mariengrüsse, 283, 249. Germania 31, 298, 126.

47 Lateinische Hymnen II, 384, 19 : "sicutterram pluvia, sicut divina gratia virginem fecundat".

48 Marienpreis, 15, 11 :"dâ dich begôz der saelden regen" cf. 25, 8.

49 Mariengrüsse, v. 301-315.

50 J. H. Pastré, Réalité sidérale et typologie chretienne dans les poésies mariales allemandes au moyen-âge, in Le soleil, la Lune et les étoiles, Actes du Colloque d'Aix 1983, Senefiance 13. Marseille, Lafitte, 1984. pp 295-307.

51 Salzer, p. 502 : tu es piscina in Hesebon.

52 Schonebeck, 109, 23. Clara, Hätzlerin I, 126, 9.

53 114, 11 : "uf genade fischet min bet in diner güte tich".

54 Harder 1, 78 :"Ein balsarrtich, ein honiguass' ; 102 : "du balsam, du honigteich".

55 Salzer, pp. 518-519.

56 Laufenberg, 728 : "du bist daz mer, der wasserfluss,/in dich rünt aller gnaden guss".

57 ibid. II : "du Bist das mere one moss''.

58 Konrad von Würzburc, Goldene Schmiede. v.934s.

59 Pheinisches Marienlob. v. 681ss. Idem St Jérôme, Salzer, p 516.

60 Poesie latine, Salzer, p. 517.

61 Rheinisches Marienlob, v. 681ss.

62 respectivement 26, 16 + 140, 6 et 237, 11 : 125, 4 : 162, 11 et 168, 12. Minneburg, 467, 1.

63 166, 1-2 ; 244, 11 et 289, 3.

64 chez les troubadours, nui emploient très rarement l'image, l'étang a la même signification que la mer : c'est un réceptacle, le lieu où se rassemblent les eaux, ex. "de proesa us estancs", Stössel, paragr. 80.

65 53, 12-15 : 175, 4 ; 343, 10 ; 365, 9.

66 379, 10 ; 23, 9.

67 Trojanischer Krieg, BLV 44, Stuttgart, 1858, v. 6464-67 ; Partonopier und Meliur. K. Bartsch, 1871 (Neudruck, Berlin, 1970), v. 2092-93, 7562-63 et 15024-25, et Troj. Krieg, 6642-43.

68 J-M. Pastré, La métaphore des éléments, op. cit., pp. 114-115.

69 Goldene Schmiede, v. 1578-79 et 302-305.

70 Sprüche, 140, 1-3 :"Zwâr wîp, sît dû der hôhsten wünne im garte bist/dar in mit list/diu Minne ûz blicken touwet" ; 258, 17.

71 Mügeln, 217, 1-4 ; 251, 10-11 ; 258, 9 ; 383, 15-16 ; 396, 5-6. Minneburg, v. 1679 et 2030-31.

72 Minneburg, v. 1506.

73 Partonopier, v. 8479. Mügeln, 36l, 5 et Clara Hätzlerin, I, 7, 53. Minneburg, v. 1516. Les troubadours français connaissent à peine cet emploi, ex. "fons de malvestatz", Stössel op. cit., pp. 19-21.

74 source de sagesse, Partonopier, v. 4091 ; des trouvailles poétiques et des arts, Trajonischer Krieg, v.884 et 958.

75 Minneleich, 17, 4-5 ; Sprüche l39, 12 et 23,7-8.

76 La femme, source de délices, 258, 6-7 ; le cœur court vers l'amour comme les sources coulent vers la mer. 259, 9-11.

77 Goldene Schmiede, v. 90-91 : "noch klinget vür mich tougen/der klâren vünde bochelîn ".

78 Frauenlob, Spruch 310, 9 : wîp triuwen bach.

79 Mügeln, 253, 5-6 ; 131, 5-6 : le ruisseau de la sagesse qui coule du toit de Marie.

80 Frauenlob, 324, 15-17 : der schanden bechelîn.

81 Mügeln, 36, 1 : "über alles leides bach ist hoffenung ein step" ; 36l, 12 : mordes bach.

82 Mûgeln a pu l'emprunter aux troubadours, encore qu'ils n'en lassent que rarement usage, ex."flums de plazers" ou "fluvi de franqueza", Stössel, op. cit., paragr.77.

83 fleuve de vertu, 21, 13 et 275, 3 ; de louange, 363, 4 et 364, 14 ; de la bonté de Dieu, 368, 15 ; de la doctrine, 371, 17 ; du service d'amour, 395,2-3.

84 Rheinisches Narienlob, v. 1365 : der gelüst unreinicheit ; 3606 ; wazzer der süden. Mariengrüse, v. 30-315 : werlde vlüete, Göldene Schmiede. v. 152 : uz tiefen sorgen bade : Partonopier, v. 9562 et 20273. Positif : heiles wâge, v.446, et "aller saelden wâc" v. 956-957.

85 J-M. Pastré, La métaphore des éléments, op. cit., pp 113-114.

86 Marienpreis, 12-15 ;Sprüche, 253, 14 ; 258, 5 ; 296, l4 ;409, 7-8 ; Minneleich, 25, 1-2.

87 Sprüche, 140, 12 : êren. vlüeté : 327, 1 -2. der güete vlüete.

88 160, 2 et 173, 11 ; 55, 9 ; 168, 11 ; 335, 14 ; 173, 11.

89 5, 9 ; 18, 17 ; 369, 1-3 ; 377, 10 ; 375, 6-7 ; 386, 8-9.

90 la femme qui refuse son amour est un moulin alimenté par les flots nés des sources de la peine, v. 1405ss.

91 v. 1576, 2006, 4099.

92 v. 3502 et 3863 : daz melissen wasser ; rosenwasser.

93 Bachelard, L'eau et les rêves, Paris, 1942, p.206.

94 Der Renner, Bamberg, 1834 : fontaines prodigieuses d'Epire, d'Inde et d'Armenie, v. 19643ss., 20049-60 et 20041-48, voir J. M. Pastré, la métaphore des éléments, p. 118.

95 v.355ss. Qu'elles soient latines ou allemandes, les poésies mariales connaissent surtout les schèmes du miel vierge et du lait : virgo melliflua lactans, dulcis mellis unda : Lobgesang, 519, 14, 4 : fliezendiu honeges süeze. Ausgev. geistl. Dicht. XVII, 70. Erlösung v. 2562. Sachsenberg 237, 150. Germ. 31. 297, 95 : dû honicseim. Walther von Rheinau, Marienleben. A. von Keller, Tübingen, 1849-1855, 274, 13. Bruder Hans, 1667, 1940, 2216. Laufenberg, 711, 12. Pourle lait : Zfda. 4, 521, 21 ; Erlösung, v. 2562 ; Laufenberg, 711, 11.

Auteur

Université de Haute-Normandie

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540