Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Humeurs, Bains et Tisanes : L'eau dans la médecine médiévale

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Hippocrate et Galien, dont se réclament tous les médecins du Moyen Age, Chrétiens, Juifs et Musulmans, préconisaient un régime de vie où l'hygiène, l'exercice, la sobriété et les bains tenaient plus de place que les médicaments. On peut se demander dans quelle mesure les successeurs maintiennent cette tradition, en particulier quel rôle ils assignent à l'hydrothérapie dans le maintien de la santé des bien-portants et dans la guérison des malades.

2D'autre part, l'adduction d'eau et l'évacuation des eaux usées sont assurées de façon plus précaire dans le monde médiéval que dans le monde antique, à peu d'exceptions près. Dès lors surgit une seconde question : les médecins attribuent-ils à l'eau une responsabilité particulière dans les maladies dont souffrent leurs contemporains, dans les pandémies qui les terrorisent ?

3On sait aussi que pendant près de deux millénaires, les savants expliquent macrocosme et microcosme par la théorie des quatre éléments et par les correspondances qui s'établissent entre ces éléments et les quatre humeurs du corps, les tempéraments, les saisons, les âges de la vie, etc. Quel rapport voit-on, dans les ouvrages de médecine, entre l'eau élément et l'eau que l'on peut boire et toucher ? Dans quelle mesure la pratique thérapeutique est-elle régie par cette vision de l'univers ?

4La pharmacopée médiévale est en effet un subtil mélange d'abstraction et d'expérience. Comme l'être humain, toute substance minérale, animale ou végétale est définie en premier lieu par ses qualités (chaud, froid, sec, humide). Ces qualités sont dues à l'élément qui domine (ou aux éléments) dans la dite substances et qui lui confèrent un véritable "tempérament". Par exemple, "le chou sauvage est chaud au premier degré et sec au second ; mais le chou cultivé est froid et sec". Il s'agit jusqu'ici d'un raisonnement purement scolastique. En second lieu sont énoncées des propriétés constatées à l'usage et consacrées par la pratique. Témoins les vices et vertus des mêmes choux d'après Aldebrandin de Sienne : "Mais saciés comment qu'il soit, de lor nature il engenrent gros sanc et melancolieus et font malvaise alainne ; mais qui les mangue avoec crasse char, et li premiere ewe où il seront cuit soit getee fors, si amende leur malice, et lors quant il sont ensi atorné, li ewe où il sont cuit amolist le ventrail, et li sustance l'endurist".

5On peut donc se demander comment est définie l'eau dans cette pharmacopée. A-t-elle des propriétés qui lui donnent un pouvoir bénéfique ou maléfique, ou n'est-elle qu'un véhicule ? Est-elle en soi un agent thérapeutique, ou le simple support neutre de substances plus actives ? Question qui se teinte d'une légère anxiété si l'on songe à la médecine qu'enseigna à Gil Blas de Santillane le fameux docteur Sangrado : faire boire de l'eau chaude et pratiquer la saignée.

6Cette liste de questions pourrait sans peine être allongée. Telle quelle, elle forme un programme déjà trop ambitieux pour les quelques pages autorisées. C'est pourquoi il ne sera parlé ici ni du rôle qu'on pu jouer les médecins dans la lutte contre la pollution des eaux, ni du thermalisme (dont la pratique s'est maintenue surtout en Italie).

7L'eau en tant qu'élément participe de deux qualités, l'humide et le froid. Selon qu'il s'agit du macrocosme ou du microcosme, l'accent est mis sur la première ou sur la seconde.

8Sans l'eau, le globe terrestre tomberait en poussière : "Elle unist les parties de la terre en soy espandant par dedans, car la terre par sa sécheresse despeceroit toute en pouldre si nestoit lhumeur de l'eau qui la tient ensemble et conioigt les parties l'une avec l'autre." (Barthelemy l'Anglais, 1. XIII, ch. 1).

9Dans le corps humain, le rôle de l'eau est double : transporter et refroidir ; cf. Aldebrandin : "li ewe n'uevre mie en cors de l'oume fors que en ij. manieres. L'une si est de porter le viande et amenuisier por aler par tous les menbres. L'autre si est de mettre à nient le malvaise caleur qui avient es cors des hommes par caudes viandes qu'il prendent ou autres coses assés, et autre cose ne fait mie li ewe qu'ele ne norist le cors point..."

10L'eau n'est pas un aliment, mais sert à véhiculer et réduire les aliments. La qualité essentielle de l'eau est donc de n'en pas avoir ; elle doit être aussi neutre que possible. Toute odeur, toute saveur, toute couleur, est suspecte. "Li ewe, donques, ki est boine à user si doit iestre clere, et qu'ele n'ait point de saveur, ne d'odeur, ne de coleur, car ces coses ne puet ele avoir sans mellure d'autre cose, fors qu'ele doit iestre clere en totes manieres".

11L'eau la meilleure est celle qui s'échauffe et se refroidit le plus vite, et c'est aussi la plus légère. On peut la reconnaître en trempant dans les eaux différentes pièces de tissu de poids égal, que l'on pèse ensuite. Le tissu le moins pesant indique l'eau à préférer.

12Les auteurs de "régimes de santé", genre d'écrits très répandu dès la fin du xiie siècle et ceux des "sommes" scientifiques donnent tous le même classement des eaux. L'eau courante vaut mieux que l'eau stagnante évidemment ; celle qui coule sur du sable, en direction du Nord ou de l'Est, est plus sûre que les autres. La meilleure eau est l'eau de pluie, la pire l'eau de fonte des neiges.

13"Entre toutes eaues la pluye est la meilleure pour les biens de la terre et par especial celle qui chiet quand il tonne car le tonnerre par son mouvement la fait plus legiere et plus deliee et plus pure, mais l'eau de neige est la plus mauvaise et est nuysante à ceulx qui sont à ieun car elle refroide et engendre la toux et endort les dentz" (Barthelemy l'Anglais, ibidem).

14A ces principes hygiéniques peuvent s'ajouter des raisons magiques. Le médecin de Strasbourg dont on a conservé les précieux carnets de notes n'hésite pas à consigner parmi ses recettes d'onguents contre les verrues le procédé suivant (n° 76) : "Item contra idem. Recipe aquam que stat in capitibus salicum vel quercus et pro parte fetet quia diu stetit in tali loco et unge verrucas".

15Les auteurs connaissent tous divers moyens, la plupart fort anciens, de purifier l'eau. On peut la faire bouillir, puis, une fois refroidie, la filtrer à travers une étoffe de laine ou de la mie de pain. Ou bien la faire bouillir au-dessus d'une toison de laine et presser ensuite celle-ci au-dessus d'un récipient propre. Ou bien ajouter de l'argile à l'eau bouillante, ou la faire passer d'un vase à l'autre au moyen d'une mèche de laine tordue, ou la filtrer au moyen d'un vase de cire plongé dans le vase qui contient l'eau suspecte. Si l'on est obligé de boire une eau impure, il faut lui ajouter du vinaigre, ou manger quelque correctif dont l'acidité la rendra inoffensive : ail, oignon, poireau, coing, grenade ... Le voyageur est plus que tout autre exposé à consommer de l'eau mauvaise. Les médecins consacrent tous un ou plusieurs chapitres à l'hygiène particulière du voyageur, auquel ne manquent pas les conseils, tels ceux d'Avicenne :

875 - Evite les voyages maritimes l'hiver, et terrestres pendant les pluies.
876 - Qui navigue doit emporter beaucoup d'eau et se munir de bons récipients ;
877 - Donne-lui pour son voyage des aliments humides et des laxatifs.

16Comme il est difficile d'emporter son eau pour un long déplacement, le voyageur peut "neutraliser" l'eau dangereuse en lui mêlant un peu de l'eau du pays d'où il vient, ou bien encore y dissoudre un peu de poussière de son pays natal. C'est du moins ce qu'explique Adam de Crémone à l'Empereur Frédéric II : "Post aluminosam vero et ponticam aquam bibenda sunt, quae solvunt naturam ; vinum etiam post eas potatum est illi aliquod remedium, propterea quod ex regimine sanitatis viatoris est, ut aquam terrae suae consuetam secum deferat et terrae, in qua hospitatur, misceat et postquam resederit vel colata fuerit eam per se vel amixto vino pontico bibat vel comedat. Similiter ferat aquam terrae, in qua hospitatur, et terrae secundae hospitii misceatur de ea secure utatur ; sic de die in diem faciat, donc ad locum destinatum perveniat. Simili ratione omnibus generaliter confert secum pulverem terrae suae (portare) et omnibus malis aquis adhibere et colaturam bibere vel admixto vino pontico ad potandum exhibere, vel ex acetosis fructibus succum dedoctum secum viator deferat et omnibus aquis admisceat, maxime si cali-dae naturae fuerit et ab aquarum malitia magis securus erit ; sed cum oxizaccaro sumere magis erit utile. Universaliter omnium aquarum malitia, si aceto misceatur, minoratur." (cf. "Sources", n° 15).

17Après avoir expliqué comment obtenir de l'eau pure, il faut enseigner le bon usage de l'eau, et tout d'abord quand et comment la boire. Bien entendu, l'opinion du médecin dépend quelque peu du climat sous lequel il vit. Avicenne, par exemple, conseille de boire beaucoup :

828
829 - "Si tu veux éviter la maladie, divise ta nourriture en trois parties : un tiers pour la respiration, un tiers pour l'alimentation, le restant pour l'eau".

18Les Occidentaux, en revanche, semblent avant tout soucieux de freiner la consommation. "Si vous dirai comment vous le devés user. Sachiés que boire ewe quant on est jeun et on est travilliet est malvaise cose, ains covient que on manguce anvant .i. pau, mais que cil qui est sanguins et a grant caleur ou ventral, et as gens qui sont yvre, quant il ont soif, le puent plus hardiement boire, et ne mie trop ensamble, car trop boire ewe ensamble est trop male cose, car ele puet amortir le caleur natural, si com dist Avicennes ; et qui a grant mestier de prendre grant quantité de ewe, si le prenge quant il aura assés mengié, et le doit prendre deliement ne mie trop engorgiement."(Aldebrandin).

19Tous sont d'accord pour réprouver les excès et pour signaler les dangers de l'eau trop froide.

830 - "Un peu d'eau froide étanche la soif mieux que beaucoup d'eau tiède.
831 - Beaucoup de glace dans la boisson est nuisible aux nerfs.
832 - Permets-la seulement à l'homme obèse, sanguin, aux tissus fermes.
833 - Il ne faut pas boire à table, sauf menace de suffocation.
834 - et non plus après le repas, ni à la sortie d'un bain chaud,
835 - ni après un exercice violent, ni après les rapports sexuels, cela peut être dangereux" (Avicenne).

20Les patients eux-mêmes semblent se méfier de l'eau froide, à laquelle ils attribuent volontiers les maux dont ils souffrent, tel ce prêtre de Strasbourg : "Item vidi unum presbiterum, macrum, multum consumptum, in Argentina, qui continue habuit egestione flegmaticas superius ; evomuit flegma, dolores habuit in dorso. Flebotomavit et post flebotomiam melius habuit, quamvis sanguis exiens cum flebotomia, fuerit albus sicud flegma. Una mulier cepit herbam benedictam et frixavit cum vino in patella, posuit in sacculum et posuit super caput calidam. Iste evomuit in magna quantitate flegma. Una alia mulier cepit medianum corti-cem arboris juvenis nucum et posuit de vespere ad vinum ; de mane bulivit et colavit. Dedit sibi ad quantitatem teste magne nucis plenam et vomuit mirabiliter flegma. Cave de isto, quia est forte. Iste presbiter, tempore sanitatis, in messe potavit aquam multam frigidam et ergo ymaginabatur quod tanta debilitacio provenir ex aqua frigida. Iste, quanto minus potavit, tanto melius habuit et, quando potavit, si voluit retinere vinum in stomaco, potuit ; si autem non voluit, per gurgulacionem, vinum exivit." (n° 14).

21Si elle est à la bonne température, l'eau peut être bénéfique ; elle est même utilisée comme vomitif ou purgatif : "Et encore devés savoir que li ewe (teve) donne talent de vomir, et oste le talent de mengier. Li ewe qui est bien caude si fait mal à l'estomach et fait bien aler à cambre". (Aldebrandin).

22Les médecins conseillent en effet de vomir une ou deux fois par mois et de se purger régulièrement, surtout au printemps. Un bon "régime de santé" implique de choisir les aliments avec soin et d'éviter tout excès, mais cela ne saurait suffire. Il faut aussi expulser les "superfluités" qui s'accumulent. Vomir et purger, ces deux formes de nettoyage interne, exigent beaucoup d'eau. Eau tiède pour provoquer les vomissements, eau vinaigrée pour se rincer la bouche, compresses mouillées sur la poitrine en cas de spasmes douloureux, etc. La purge est délayée dans de l'eau ; pour en compléter les effets, le patient doit boire de l'eau à plusieurs reprises ; en cas de crampes ou de diarrhée violente, il prendra un bain chaud. De toutes manières, la cure se termine par un bon bain qui débarrassera le patient de toute trace de cette pratique désagréable mais nécessaire.

23Le nettoyage externe est en effet tout aussi indispensable et le bain chaud ou l'étuve permet seul d'expulser les impuretés cachées dans les pores de la peau. "Li baigniers en ewe douce fais en estuves et en cuves, et en ewe froide. Cil ki velt se santé garder et sera sains et se fera baignier en estuves et en cuves, si se gart qu'il ne demort mie trop, fors tant qu'il puist sen cors laver et soi netiier de l'ordure que li nature cache fors par les pertruis de le char, car d'autre cose n'a il mestier." (Aldebrandin).

24C'est là, répètent en choeur tous les savants, une pratique nécessaire à la santé. Il ne faut pas en faire un jeu, ni la prolonger outre mesure, encore moins manger en se baignant ... On sait que sur ce point, les "fisiciens" prêchent dans le désert.

25S'il est dangereux de "souper au baing", c'est parce que cela contrarie le mouvement normal de la chaleur. Se baigner juste après le repas attire à l'extérieur du corps la chaleur qui devrait "cuire les viandes" en l'estomac. Il en est de même si l'on mange en se baignant ; il ne faut donc point le faire, sauf si l'on souhaite engraisser, mais de toutes manières c'est là une mauvaise graisse. Il faut éviter aussi le bain si l'on ressent une grande fatigue ; il ne faut pas non plus boire de l'eau froide avant ou pendant le bain, "car por le baignier sont les voies aouvertes, si que li ewe porroit aler es principaus menbres du cors et metre le vertu à nient ; et encore boire ewe bien caude ou baing et devant mengier est malvaise cose, por ce qu'ele porroit faire l'oume devenir etike et tesike" (Aldebrandin).

26Des précautions sont à prendre également en cas de bain froid. Mais si l'on évite les imprudences, le bain froid fait grand bien car il renforce et stimule la chaleur interne. Comme on peut le voir, les médecins prônent les bains pour débarrasser le corps de ses superfluités, mais dans leurs commentaires, l'eau apparaît avant tout comme un transporteur de chaleur. L'attention est portée sur l'équilibre des températures et les échanges thermiques entre l'intérieur du corps et sa périphérie, entre le corps et le milieu qui l'entoure. Les médecins s'expriment de la même façon en parlant des eaux minérales. Celles qui contiennent du soufre ou du sel "échauffent", celles qui sont chargées d'alun ou de fer "refroidissent". C'est pourquoi les premières servent à traiter les maladies "froides", les secondes les maladies "chaudes et sèches".

Ici intervient la théorie humorale.

27Les quatre humeurs qui circulent dans notre corps proviennent toutes de la "cuisson" des aliments dans l'estomac puis dans le foie. Dans chacune prédomine un élément, qui lui confère ses qualités. Dans le phlegme prédomine l'eau ; il est donc froid et humide.

"Li premiere si est sans ki est caus et moistes.
Li seconde si est fleume qui est froide et moiste.
Li tierce est cole rouge ki est caude et seche.
Li quarte si est cole noire, c'est à dire melancolie,
ki est froide et sèche." (Aldebraudin).

28Ces humeurs se mélange dans les veines et hors des veines. C'est pourquoi il existe plusieurs variétés de chaque humeur.

"Mais li fleumes se part encore en ; v. manieres :
Li premiere si est sause flume ki est plus caude et plus seche des autres manieres de flume, pour ce qu'ele est meslee de cole rouge.
Li seconde maniere si est fleume douce ki est caude et moiste, por ce k'ele est meslee en sanc.
Li tierce maniere si est fleume acre ki est froide et seche, por ce qu'ele est meslee a le melancolie.
Li quarte maniere si est cele ke phisike apele fleume vitreum ki vient de trop grant froidure, si com à gent de trop grant aage.
Li quinte maniere (si est) le naturel fleume ki est de froide et de moiste nature, et n'a point de saveur."

29Cependant un phlegme abondant se manifeste toujours par le froid et l'humide. Avicenne résume ainsi les origines possibles de l'excès de phlegme :


559 ..."Une alimentation froide et humide, la vieillesse, l'hiver,
560 - la sédentarité, le manque de bains chauds, parfois la gloutonnerie
561 - le séjour dans un pays humide à cause des cours d'eau ; dans son sommeil le phlegmatique rêve de mers".

30L'excès de phlegme peut donc avoir une origine interne : le tempérament de l'individu, ou son grand âge, ou une origine externe : climat, saison d'hiver, consommation d'aliments froids et humides, par exemple le lait, les poissons d'eau douce, le fromage frais, les pêches, "Peskes sont froides et moistes, (froides) en le fin du secont degré et moistes en le fin du premier, mais lor nature est d'engenrer fleume et d'amolir le ventre, especiaument celes qui sont bien meures et sont convignables à le forciele, et donent appetit de mengier ; mais qu'eles soient mangies à enjun, et boive boin vin avoec, car qui les mengue après mangier si se corrunpent, et engenrent malvaises humeurs et font raalvaise alainne et porrie ; et s'eles sont seches si norrissent moult, mais eles donent moult de malvais norrissement et demeurent moult à le forcele.

31Et entendés que celes qui sont peleuses, et grosses, et rougetes, et se tienent as noiaus dedens, engenrent plus grosses humeurs et plus sont vissieuses que les petites.

32Et li jus des fuelles, qui le boit, vaut moult encontre vers, et meismement les fuelles mises sour le boutine à maniere d'emplaistre". (Aldebrandin).

33Les symptômes d'un phlegme trop abondant sont l'urine épaisse et blanche, sueur et excrétions abondantes, pâleur du visage, douleur dans le côté gauche de la tête, lenteur des mouvements, rêves de pluie ou de cours d'eau ... Devant des signes aussi clairs, le médecin doit agir selon la règle universelle :

991 - "Cela se résume à un seul principe : combattre le mal par son contraire.
992 - si elle (la maladie) provient de l'humide, on la traite par le sec et inversement" (Avicenne).

34La pharmacopée indique quels sont les aliments et drogues "chauds et secs" qui peuvent combattre le froid et l'humidité. Tels sont par exemple les poireaux, les amandes amères, les châtaignes, le miel, le vin, etc. Le vin est unanimement recommandé (même en terre d'Islam) aux phlegmatiques et aux vieillards. Plus l'homme est âgé, plus le vin lui est bienfaisant ; certains l'ont baptisé "le lait des vieillards". Le miel leur est également recommandé. "Miel est caus et ses ou second degré, et, de se nature, si départ et espurge les malvaises humeurs qui sont dedens le cors. Et por ce, si valt miex à chaus qui sont de froide et de moiste nature, si com as viex, et à chaus ki sont fleumatique, car (se) cil ki sont de caude nature l'usoient, ne lor est pas covignables por ce k'il escaufe et ne lor done point de norrissement." (Aldebrandin).

35Au reste, le miel sert à confectionner les électuaires, dont certains, à base de romarin, anis, poivre, etc. sont particulièrement "chauds" et font partie du régime conseillé aux personnes âgées. Il faut aussi préférer les aliments rôtis, frits ou grillés et tous ceux que l'on peut cuire sans eau.

36Mais la traitement convenable n'est pas toujours aisé à choisir, car le médecin doit considérer toutes sortes de "contingents" avant de se décider : l'âge, le tempérament, le sexe et la profession du patient ; le climat du pays, la saison et les conjonctions sidérales, les circonstances. Le régime ne peut être le même pour le voyageur et pour le sédentaire, pour celui qui voyage par terre et celui qui voyage par eau. Il diffère selon qu'il s'agit d'une personne bien portante, d'un organisme affaibli (jeunes enfants, vieillards et convalescents) ou d'une personne qui souffre d'une affection localisée, etc. Ces divers facteurs peuvent se contredire, et la cure ne se ramène pas toujours au combat élémentaire du chaud et du froid, du sec et de l'humide....

37Voyons pour terminer quel rôle joue l'eau dans les recettes médicales et pharmaceutiques, dans la mesure où l'on peut les isoler du reste.

38Soins médicaux et esthétiques ne sont en effet jamais séparés. Les plus savants auteurs, tels les chirurgiens Mondeville et Chauliac, les décrivent tous en leurs traités. De plus, les recettes médicales sont parfois proches des recettes de cuisine ... Aldebrandin, par exemple, dans le Régime du corps, fait d'abord un exposé général sur le milieu (air, eaux, climat, saisons), le régime à suivre selon l'âge, la saison et le tempérament, la bonne façon de manger, boire, dormir, se baigner, etc. Puis il passe en revue les différentes parties du corps, de la tête aux pieds, et il explique comment les entretenir à la fois en santé et en beauté. Puis il commente certaines pratiques recommandables (ventouses, purge, saignée, etc.). Enfin il passe en revue tous les aliments, épices et "herbes" d'usage courant, dont il signale les qualités bonnes et mauvaises ; pour chacun, il explique le mode d'emploi le meilleur. Les frontières entre art culinaire et art pharmaceutique, entre diététique et esthétique, sont souvent ténues.

39Dans cet ouvrage, le mot "eau" survient en moyenne un peu plus d'une fois par page. La fréquence la plus grande est atteinte dans les chapitres consacrés aux saisons, à la boisson et aux bains (cf. supra), aux soins du visage, des yeux et des cheveux, et, dans le catalogue des aliments et condiments, aux fruits et légumes verts ainsi qu'aux poissons.

40Le rôle premier de l'eau consiste à recueillir les vertus de certains végétaux, de certaines substances, parfois par un simple trempage (aunée, pignons), beaucoup plus souvent par la cuisson prolongée (genièvre, courge, persil, fenouil, etc.). L'eau que l'on emploie peut être de l'eau pure. Mais c'est souvent une eau enrichie par une première décoction. L'eau d'orge sert à préparer des remèdes contre la fièvre, l'eau de son purge les humeurs, l'eau de rose sert à fabriquer des lotions pour la peau ou les cheveux, l'eau de fenouil des collyres, l'eau de romarin des fortifiants, etc.. "Encore, pour faire le cuir dou visage delié et blanc et pour toutes ordures os ter : prendés fluers de feves et en faites iauve à maniere d'iauve rose, et vous lavés le visage et le col, et se plus fort le volés blanchir et nectoier, prendés entai dental, borrache, sarcocol, marbre blanc, coral blanc, cristal blanc, ferine de feves, gis, et goume dragant, et en faites porre et destemprés à l'iauve que noumé nous avons et en faites petits torcis ; cist torcis sont piles scachees à maniere de lupins, et les faites sechier en l'umbre, et quant user les volés, si les destemprés à .i. pau d'iauve rose ou d'iave de flors de feves, et oigniés le visage, et de ces meis-mes iauves vous lavés au matin."

41Inversement, l'eau peut supprimer ou atténuer la nocivité de certains végétaux. Avant de consommer le chou, il faut le faire cuire dans deux eaux successivement, et jeter ces eaux. Il en est de même des poireaux (quatre eaux, dit Aldebrandin !), des navets, des panais, des champignons ... Dans certains cas, il faut jeter l'eau de cuisson parce qu'elle engendrerait "grosses humeurs" et rendrait le mets indigeste ; mais cette eau peut avoir des vertus curatives, telle l'eau où a cuit le chou. Il faut en effet toujours soigneusement distinguer les deux emplois d'un comestible quelconque : "santé garder" ou "maladie removoir".

42L'eau sert à ramollir, à diluer, à mélanger ; selon le cas on lui demande de recueillir les vertus d'une plante ou de les en expulser. Les préparations liquides (lotions, bouillons, etc.) sont faites d'ordinaire soit avec de l'eau (27 à 39 % des recettes selon les recueils), soit avec du vin ou du vinaigre (16 à 30 % des recettes). Ces proportions n'ont qu'une valeur indicative ; pour affiner les résultats, il faudrait distinguer les types de préparations (lotions, onguents, électuaires, etc.) d'après la place qu'y tiennent les liquides. Le rôle de l'eau est toujours plus important que celui des liquides alcoolisés dès lors que le mélange doit cuire. Prenons l'exemple du Livre des Simples Médecines :

43Aux divers rôles que joue l'eau dans la confection des remèdes, élixirs et lotions divers, il faudrait ajouter ceux qu'elle joue dans leur absorption. Les pharmacopées précisent souvent que tel électuaire doit être pris "le matin avec de l'eau chaude", tel sirop "dilué dans de l'eau froide", etc. Le seul usage dont je n'ai trouvé nulle trace est le nettoyage des ingrédients : il est question de faire sécher les plantes et les graines, mais on ne parle pas de les laver, à la différence des êtres humains dont les médecins souhaitent irriguer abondamment et l'intérieur et l'extérieur.

***

44Bien qu'incomplète, cette revue des fonctions médicales de l'eau justifie une conclusion rassurante. Si la société médiévale avait suivi les avis des médecins, la santé publique aurait été meilleure.

45Les médecins accusent le mauvais air plus que la mauvaise eau ; mais les moyens qu'ils préconisent pour purifier celle-ci sont presque tous efficaces et judicieux : faire bouillir, filtrer ajouter du vinaigre ... Le peu de mythologie qui se mêle à ces recommandations (la poussière du pays natal, l'eau recueillie à la fourche d'un chêne) n'est pas très dangereuse.

46Si l'eau élément communique au macrocosme et au microcosme le froid et l'humide, l'eau du puits remplit auprès des bien-portants comme des malades des fonctions très variées. Car l'eau se prête complaisamment à tous les emplois, recueillant les sucs des bonnes plantes et aidant à chasser la "malvaisté" des autres, irriguant l'intérieur et l'extérieur du corps, véhiculant selon le cas la nourriture, les déchets ou la chaleur. Les médecins parlent peu du transport des "viandes" ; il ne faut pas trop boire en mangeant, ni juste après. Ils parlent davantage du transport des "superfluités" qu'il est si dangereux de laisser s'accumuler, plus encore du transport de la chaleur. L'eau n'est pas toujours froide ... Tant mieux, puisqu'il faut éviter de la boire. Mais les auteurs de régimes de vie, de catalogues de remèdes, semblent se défier plus de certains aliments "froids et humides" comme le lait, les poireaux ou les poissons que de l'eau elle-même. Sans doute parce que ces produits, même bouillis, additionnés de vinaigre ou de divers ingrédients, ne perdent jamais complètement leur nocivité.

47L'eau est le véhicule de chaleur le plus recommandé pour le corps. Les médecins parlent peu de chaleur sèche, mais beaucoup de bains et de compresses humides. En définitive l'eau n'est pas un remède en soi et l'époque lui refuse toute valeur nutritive, mais on sait utiliser ce support neutre pour nettoyer, pour embellir et pour soigner.

Bibliographie

SOURCES

1 - Barthélémy l'Anglais, De proprietatibus rerum, trad. fr. de Jean Corbechon, 1372, impr. à Paris, 1510. xiiie s.

2 - Aldebrandin de Sienne, Le Régime du corps, texte français du xiiie s., éd. Landouzy et Pépin, Paris, 1911. + 1287

3 - La chirurgie de Maître Mondeville, trad, contemporaine de l'auteur, pubi.par J. Bos, 1897-98 2 vol. + 1330

4 - Guy de Chauliac, La grande chirurgie, éd. E. Nicaise, Paris, 1890 + 1368

5 - Jean de Cuba, Le jardin de santé, 1485, impr. a Paris, 1539.

6 - Moses Maïmonides' two treatises on the regimen of health, transi, by A. Bar-Sela, Trans, of the amerc. phil. soc, vol. 54, 1964 + 1204

7 - Isidore de Séville, The medical writings, transi, by W.D. Sharpe, ibidem. + 537

8 - The Prose Salernitan questions, éd. by B. Lawn Londres, 1979 xiie s.

9 - Avicenne, Poème de la Médecine, trad. H. Jalier et A. Noureddine ; Les Belles Lettres, 1956. + 1037

10- P. Dorveaux, Le Livre des simples médecines, traduction du Circa instans de Platearius, Paris, 1913. xiie s.

11- P. Dorveaux, L'Antidotaire Nicolas, deux traductions françaises des xive et xve siècles, Paris, 1896. xiie s.

12- Cl. Brunel, Recettes médicales et astrologiques du xve siècle en langage des Pyrénées, Toulouse, 1956. xve s.

13 - Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre XXXI, Les Belles Lettres, 37 vol. + 79

14- L'Ecole de Salerne, Trad, en vers français par Ch. Meaux de Saint-Marc avec le texte latin, introd. par Ch. Daremberg, Paris, 1880. xiie s.

15 - Conseils de régime et d'hygiène donnés aux pèlerins qui s'acheminaient vers la Terre Sainte, par E. Jeanselme, Bull. Soc. fr. d'hist. de la médecine, 1935. xiiie-xvie s

16 - Faits cliniques observés à Strasbourg et à Haslach en 1362 et suivis de formules de remèdes, pub. par E. Wickersheimer, Bull. Soc. fr. d'hist. de la médecine, 1939. 1362

17 - Pour éviter la paralysie, conseils de maître Pierre de Capestang, médecin de Montpellier, pub. Par E. Wickersheimer, ibidem, 1924. xive s.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Marie-Thérèse Lorcin

Centre Pierre-Léon université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable