Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'eau dans la Navigation de saint Brandan de Benedeit1

Jean Larmat

Texte intégral

  • 1 The Anglo-Norman Voyage of St Brendan, Benedeit, p. p. I. Short & B. Merrilees, Manchester, 1979. (...)

1'S'il est des chants de la terre, de l'air ou du feu, la Navigation de saint Brandan de Benedeit est un poème de l'eau qui, sous toutes ses formes, y est partout présente. De ce point de vue, 1'intérêt du récit est triple, par l'aventure qu'il rapporte, par ses significations, par ses qualités littéraires.

***

  • 2 Le Paradis terrestre, situé habituellement en Orient, fut vite assimilé aux Iles Fortunées. La Nav (...)
  • 3 C. Selmer. éd. Navigatio sancti Brendani abbatis. from early Latin Mss., Notre Dame (Indiana), 195 (...)
  • 4 Voir A. G. van Hamel. Imrama. Dublin. 1941 et H. P. A. Oscamp. Mael Duin, Groningue, 1970.
  • 5 Les Irlandais, peuple de marins, ont sans doute atteint très tôt les côtes d'Islande et du Groenla (...)

2Telle qu'elle se lit, l'histoire est simple et merveilleuse. Fondateur de nombreuses communautés, saint Brandan désire depuis longtemps connaître le Paradis et l'Enfer. Un autre moine, Barinth, lui apprend que son filleul Mernoc est parvenu tout près du Paradis. Brandan réunit alors les quatorze meilleurs moines qu'il connaisse : ils acceptent volontiers d'entreprendre avec lui une expédition aussi risquée et se mettent bientôt à construire une embarcation qui leur permettra d'affronter la haute mer, un "curragh". Après sept ans d'épreuves, sept ans de circumnavigation qui les fait revenir, lors des grandes fêtes, sur certaines des îles découvertes l'année de leur départ, ils abordent enfin au Paradis2, dont ils ne peuvent visiter qu'une partie. Le retour est aussi rapide que l'aller avait été lent. Tel est le sujet commun à la première rédaction de la légende, en latin, et aux traductions et adaptations qui en furent faites au Moyen Age3. Benedeit allège le récit, réduisant la part des exercices religieux et ne conservant que les principaux épisodes : l'île du Palais (261-376), l'île des brebis blanches (381-422), le Paradis des Oiseaux (481-578), anges qui ont obéi à Lucifer, leur supérieur, rais n'ont pas trahi, l'îlot instable, en fait une baleine, sur le dos de laquelle ils célèbrent Pâques (438-478), l'île d'Albee, où ils fêtent Noël (629-782), un gigantesque pilier de pierres précieuses-un iceberg- (1063-1096), le combat de deux serpents de mer (905-952), la victoire du dragon sur le griffon qui attaquait les moines (1007-1027) l'Enfer (1103-1210), 1e rocher de Judas (1213-1236), l'île de Paul l'ermite (1505-1606). L'œuvre offre des points communs avec l'Imram Mael Duin4, un des poème gaéliques qui racontent des voyages extraordinaires vers les Iles Fortunées, mais le problème des sources n'est pas résolu. On ne sait quand se forma la légende de saint Brandan exploratsar5, peut-être dès le vie siècle. A-telle été "contaminée" par l'Imram Mael Duin ou bien a-t-elle servi de modèle aux bardes auteurs d'imrama ? Quoi qu'il en soit, l'aspect le plus remarquable du récit dans le poème de Benedeit, sensiblement différent des autres versions à cet égard, est la place qu'y occupe l'eau.

  • 6 ocean, 166, 550
    unde (s) : 178, 915. 944. 983. 1041. 1228. 1229. 1237. 1453
    mer : 83, 90, 93, 157, 1 (...)
  • 7 vent : 186, 215, 220, 222, 227, 228, 377, 437, 620, 622, 623, 783, 787, 893, 906, 973, 1013, 1113, (...)
  • 8 embarcation: barge, 620
    bat, 600, 886
    nef: 174, 180, 252, 263, 265, 354, 383, 398, 424, 446, 447, 4 (...)
  • 9 port, 167, 259, 261, 355, 632, 826, 856
    isle, 93, 97, 423, 425, 436, 464, 617, 784, 876, 1165
  • 10 gort, cours d'eau, golfe, baie
    duiz, canal. ruisseau, cours d'eau
    flum, 1748, 1749 ewage567 (embouch (...)
  • 11 funtaine, 643, 644, 997, 1585
    aigue (eigue), 332, 704, 997, 1457, 1589, 1601
    beivre, 290, 357, 603, (...)
  • 12 Navigatio Sancti Brendani, La. Navigazione di San Brandano. o. c. p. impaires : 29-267

3Mer "salée" ou eau douce, elle envahit le récit, comme le montre un relevé partiel du lexique, limité au champ sémantique de l'eau. Si le terme ocean6 ne se rencontre qu'une fois, undes compte 9 occurrences et mer, 46. Le besoin qu'ont Brandan et ses moines du vent renforce le lien qui l'unit à la mer : 6 occurrences pour la forme orré, 28 pour vent7. L'embarcation8, désignée une fois par barge, deux fois par bat, est la nef (42 occurr.) avec son mât, sa voile, sa vergue, ses cordages et ses rames. Les mots isle (10 occurr.) et port9 (7 occurr.) sont presque aussi étroitement associés que nef et vent : pour qu'une île d vienne escale, il faut que le curragh puisse y aborder et s'y abriter. L'eau douce est celle des cours d'eau, les duiz (6 occurr.), d'un flum10 (2 occurr.) ; aigue11 est le terme courant : il désigne presque toujours l'eau de boisson (6 occurr.) que donnent les fontaines (3 occurr.) ; beivre (11 occurr.) est tantôt nom et tantôt verbe ; seit ou seif (6 occurr.), sedeillus (1 occurr.) disent la souffrance née de la privation d'eau plutôt que le simple désir de boire. A titre de comparaison, dans la version toscane du récit12, les termes privilégiés sont, dans l'ordre décroissant : isola, nave, navicare, acqua et bere ; les mots mare et ozian comptent peu d'occurrences, tandis que, dans le texte de Benedeit, l'océan est la préoccupation majeure des pèlerins.

4Les quatre éléments figurent dans le poème : la terre de l'Irlande, des îles et du Paradis, le feu de la cuisson des aliments (466), du serpent de mer (907-909) et surtout de l'enfer (1124-1165 et 1373-1382), l'air qui, agité, devient le vent ; le lexique de l'eau submerge les autres. Fait significatif, saint Brandan construit son curragh au pied d'un promontoire où la terre et la mer s'entrepénètrent, formant un port naturel. Comme un fleuve s'y jette, s'y mêlent l'eau douce et l'eau salée, si bien que les deux sortes d'eau se trouvent réunies au début du poème (167-170).

5Les préparatifs achevés, c'est le départ :

Drechert le mast, tendent le veil, 209
Vunt s'en a plain li Deu fetheil.
Le orrez lur veint de l'orient
Quis en meinet vers occident.
Tutes perdent les veüthes
Fors de la mer e des nües.
Pur le bon vent ne sen feigent,
Mais de nager mult se peinent :

6Désormais, la mer-le grant mer (157) - sera leur lieu de travail, très souvent leur cadre de vie, leur fréquent souci, car elle est incertaine, mobile, mouvante, pleine de monstres et de mystères, soumise aux caprices de l'air. Souvent reviennent des formules imagées : "entrent en mer" (1633), "curent en mer" (379, 480, 785), "siglent al vent" (377). Le vent est-il favorable ? la voile suffit pour que le curragh avance à souhait ; trop faible, il faut ramer ; absent, c'est la calme plat ; la "nage" devient vite épuisante, puis impossible, quand à la fatigue s'ajoutent la faim et la soif ; trop violent, c'est la tempête (970-985). Comment de simples mortels ne seraient-ils pas tentés de se sentir perdus entre deux immensités, puisque des semaines, des mois se passent sans qu'ils aperçoivent une île. Peu après leur départ d'Irlande, ils ne voyaient plus que la mer et les nuages ; les voici à la fin de leur expédition :

A curs entrin, sanz defaite 1639
Quarante dis en mer halte
Eisi curent que ne lur pert
Fors mer e cel qui sur eals ert.

7Pour un si long voyage, l'énergie ne suffit pas : ils ont besoin de l'aide de Dieu et de la foi inébranlable du saint qui les conduit, les rassure. Avant de quitter le pays natal, tous ont jeûné et prié ; au moment de mettre à la voile, saint Brandan a prié et a béni ses moines. Et Dieu leur a montré souvent qu'il ne les abandonnait pas.

8Pour des altérés, l'océan se fait supplice de Tantale et les îles, espérées, attendues, deviennent des sortes d'oasis dans le désert liquide. Elles possèdent l'eau douce des fleuves, dont l'embouchure fournit le seul point d'accostage (487, 567, 799), celle des fontaines, indispensable. Dans la première île où ile font escale, ils entrent dans un château où personne n'habite ; mais ils y trouvent ce dont ils manquent Je plus : de la nourriture et abondance de "beivre" (290). Quand ils repartent, un envoyé de Dieu leur donne du pain et de 1'eau (357), car Brandan leur avait interdit d'emporter quoi que ce fût, "N'enteins l'aigue pur nule sei", même pas de l'eau pour étancher la soif. Au Paradis, des Oiseaux, ils reçoivent encore du pain et de l'eau, cette fois pour huit mois (603). A l'île d'Albee, ils découvrent une source double. L'abbé de la communauté exemplaire qui les a accueillis et invités à partager le repas monacal leur apprend sa particularité : la source claire et froide est potable ; ils en ont apprécié la qualité au réfectoire ; c'est un "beivre mult savurét : /Aigue dulce plus de muret" (703-704), meilleure qu'un vin de dessert ; la source chaude et trouble sert à se laver. Mais l'eau de loin la plus précieuse, ils la rencontrent la septième année ; elle coule, de la fontaine de Paul l'ermite.

***

  • 13 Barinth, Brandan et ses moines sont désignés par l'expression "li Deu fetheil", les fidèles de Die (...)

9L'auteur de la Navigatio s'était certainement rendu compte de la supériorité qu'avait la légende de saint Brandan sur la plupart des textes hagiographiques. Elle pouvait et devait charmer ses auditeurs tout en les édifiant et c'était la meilleure façon de les instruire. Le récit d'un voyage dont ils ne mettraient pas en doute 1'authenticité, riche de plus de choses étonnantes qu'ils n'en avaient rêvé, les enchanterait. Et quelle leçon salutaire ! Souvent menacés au cours de leur navigation et toujours sauvés par l'intervention de Dieu, les occupants du curragh devenaient un exemple privilégié de l'action immédiate de la Providence en faveur des "pieux"13. La mer représentait les épreuves de la vie, les îles-escales la sécurité. Avantage rare, inestimable, d'un tel sujet : le sens premier était déjà moral ; il pouvait dispenser l'auteur d'aller au-delà.

10Ceux qui avaient été formés à chercher le sens caché sous les apparences comprenaient sans peine la signification seconde de l'œuvre. La navigation représente l'existence du chrétien, la mer le milieu où il vit, les sept ans du voyage la durée plus ou moins longue de sa vie, 1a quête du Paradis terrestre, celle du salut et ainsi de suite. Chaque épisode était en effet susceptible de recevoir une interprétation tropologique. Et un sens mystique n'était pas exclu : la navigation, avec ses périodes d'angoisse et de terreur et ses périodes d'exaltation et de joie, n'est-ce pas le pèlerinage de l'âme è la rencontre de Dieu, en quête de l'union avec son Créateur ?

  • 14 Voir J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles. Paris, 1969 et 1973, s. v. "mer", p (...)
  • 15 Voir, de Mme Castellani, "L'Eau dans la Manekine de Philippe de Beaumanoir", article publié dans l (...)
  • 16 Sur la symbolique des nombres, l'"arithmosophie", voir : J. Chevalier, A. Gheerbrant, o. c., O. Be (...)
  • 17 Voir J. Chevalier-A. Gheerbrant, o. c., s. v. "eau", p. 231. et p. 223.
  • 18 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), éd. p. P. Lecoy, Paris, 1975, v. 6206-6209.
  • 19 Brandan a choisi quatorze moines pour l'accompagner, mais, au moment du départ, trois autres moine (...)

11Ce symbolisme se révèle dans l'ensemble conforme aux significations traditionnelles. La mer figure "un état transitoire"14, ce qu'est aux yeux du chrétien la vie terrestre, passage de toute manière bref avant la vie spirituelle et surtout avant le Jugement dernier. Dans sa communication. Mme Castellani rappelle que l'eau salée sert à passer d'un monde à l'autre et que la durée de sept ans correspond à tout cycle accompli qui aboutit à un progrès, à une nouvelle vie", que la mer met à l'épreuve le fort". Ces observations, qui concernent la Manekine de Philippe de Beaumanoir15 conviennent parfaitement à la Navigation de saint Brandan. Il y aurait beaucoup de remarques à faire sur le symbolisme des nombres dans l'œuvre de Benedeit, non seulement sur 7, mais aussi sur 14, 24 et 4016 ; elles seraient en dehors du sujet. "L'errance des héros en surface signifie qu'ils sont exposés aux dangers de la vie, ce que le mythe symbolise par les monstres qui surgissent des profondeurs". Dans "la Bible, l'eau douce des fontaines et des puits est source de joie et d'émerveillement ; c'est là que s'opèrent les rencontres essentielles"17. J'y vois la joie des altérés devant l'eau douce découverte, l'accueil presque miraculeux fait à Brandan et aux moines qui l'accompagnent par l'abbé de l'île d'Albee. Symbole de la grâce divine, l'eau douce de sa fontaine suffit à nourrir Paul l'ermite depuis soixante ans (1589), comme une seule hostie quotidienne fait vivre le père du Roi-Pêcheur dans le Conte du Graal18. Aussi le saint homme conseille-t-il à Brandan d'en emporter pour se protéger de la faim et de la soif. Est-il de meilleure allégorie pour évoquer la vie du chrétien que cette navigation de "fidèles de Dieu"19à la recherche du Paradis terrestre : sept ans d'errance sur un océan inconnu, mais sous la direction d'un saint et à la garde de Dieu ? Le symbolisme de l'eau convenait admirablement au dessein d'un apôtre.

***

  • 20 La description des abords du Paradis et de la partie du Paradis que saint Brandan et ses moines so (...)

12Avec le merveilleux, il contribuait à créer un climat favorable à la poésie. Mais la rédaction latine et la plupart des transpositions et adaptations en langues vulgaires étaient monotones. Parce que Benedeit était un artiste, il a fait de sa Navigation un poème, avant tout un poème de l'eau. La poésie naît certes des éléments dont se compose l'histoire, l'image suggérée et reprise d'une embarcation exposée à l'inconstance du temps, isolée entre la mer et les nues, le scintillement des pierres précieuses et l'éclat de l'or, notés quatre fois, la vision saisissante, terrifiante de l'enfer, île obscurcie par la fumée, projetant des lames en ignition dans la mer, exhalant une puanteur infecte, grouillante de milliers de diables, retentissante du fracas du tonnerre, des cris et des hurlements des damnes ; celle, aimable, du Paradis20, locus amoenus idéal, terre couverte de prés fleuris, de fruits, de fleuves pleins de poissons, de fleuves de lait, Eden au printemps perpétuel, où la rosée donne du miel, dont les hôtes ne connaissent ni la faim ni la soif. Poésie de l'apparition des îles, du surgissement des monstres marins, de l'iceberg, au brouillard épais environnant le Paradis. Poésie des images. Voici le Paradis entrevu par Mernoc :

Ce fud en mer en un isle 93
U mals orrez nuls ne cisle, (couffele)
U fud poüz de cel odur (nourri)
Que en paraïs gettent li flur,

13le départ au "curragn" :

Drechent le mast, tendent la veil,

14les moines chantant matines accompagnas par les oiseaux :

Mais nepurtant a chiant de gals 575 (coqs)
Matines dient ainzjurnels
E as refreiz ensemble od eals
Respunt li cors de cez oisals. (chœur)

15le lever du jour :

En prime main al cler soleil 579

16Poésie du rythme et de la mélodie des vers. Conformément à une habitude des poètes latins de l'Antiquité et du Moyen Age, Benedeit cultive les allitérations et les effets d'harmonie imitative :

La nef en mer parfunt flotet ; 883
Dormante mer unt e morte 895
D'aigue dulcc des funtaines 997
Quar tant cler'est chascun'unde
U la mer est parfunde 1042
Apparut lur terre truble 1103
De neir colin e de nuble ; (brouillard)
De flaistre fum ert fumante,
De caruine plus puante ; (charogne)

17Voici Judas frappé sana cesse par les vagues sur son rocher :

Undes de mer le ferent fort, 1229 (frappent)
Le une le fert, pur poi no funt ; 1231
Peril devant, peril desus, 1233
Peril detriers, peril dejus ;

18L'auteur est un musicien de talent ; il, joue de façon pertinente du rythme binaire, des valeurs expressives des spirantes 1 bio-dentales, des occlusives, surtout dentale, mais aussi bilabiales et vélo-palatales. Ainsi, selon les péripéties du voyage, la poésie se met à rayonner, tantôt lyrique, comme à l'île d'Albee et au Paradis, tantôt épique, comme devant l'Enfer et le rocher de Judas.

***

  • 21 Le nom "pelerin" est employé plusieurs fois (854, 917, IO97, 1666) pour désigner saint Brandan et (...)

19Ecrite au début du xiie siècle, la Navigation de saint Brandan réunit les deux principaux caractères de l'adolescence de la littérature française, l'hagiographie et l'épopée. A partir de la rédaction latine, qu'il suit librement, Benedeit écrit une œuvre personnelle. De Brandan et de ses moines, il fait des pèlerins21 qui entreprennent un voyage héroïque, presque constamment exposés aux caprices de l'océan. Décor et support indispensable et redoutable, 1'océan mériterait le nom d'actant cher aux narratologues modernes. C'est une des composantes essentielles du poème. Il inquiète ou terrifie, tandis que l'eau des sources et des fleuves apaise, rassure. D'un bout à l'autre de l'œuvre, l'eau occupe une telle place qu'elle serait primordiale si elle n'était dominée par l'action souveraine de Dieu ; par l'intermédiaire de ses envoyés et de ses prophètes, il conduit sûrement saint Brandan et ses moines au Paradis des pieux en faisant participer la mer, les fleuves et les fontaines à ses desseins providentiels.

Notes

1 The Anglo-Norman Voyage of St Brendan, Benedeit, p. p. I. Short & B. Merrilees, Manchester, 1979. Les citations et references renvoient à cette édition.

2 Le Paradis terrestre, situé habituellement en Orient, fut vite assimilé aux Iles Fortunées. La Navigatio le place dans l'Atlantique.

3 C. Selmer. éd. Navigatio sancti Brendani abbatis. from early Latin Mss., Notre Dame (Indiana), 1959. Au Moyen Age, le texte fut traduit ou adapté en français, provençal, allemand, anglais, italien, catalan, flamand,

4 Voir A. G. van Hamel. Imrama. Dublin. 1941 et H. P. A. Oscamp. Mael Duin, Groningue, 1970.

5 Les Irlandais, peuple de marins, ont sans doute atteint très tôt les côtes d'Islande et du Groenland ; les moines irlandais étaient des missionnaires, si bien que le voyage d'exploration de saint Brandan fut longtemps considéré comme une réalité. V. M. A. Grignani, Navigatio Sancti Brendani, La Navigazione di San Brendano. éd. des versions toscane et venitienne, p. 18-20.

6 ocean, 166, 550
unde (s) : 178, 915. 944. 983. 1041. 1228. 1229. 1237. 1453
mer : 83, 90, 93, 157, 168, 194, 214, 256, 257, 379, 438, 471, 480, 546, 621, 783, 785, 789, 821, 851, 883, 895, 905, 946, 983, 1015, 1021, 1042, 1058, IO64, 1070, 1072, 1157, 1160, 1211, 1213, 1229, 1253, 1340, 1341, 1346, 1351, 1506, 1633, 1640, 1642, 1696 ; marin, 478, 905

7 vent : 186, 215, 220, 222, 227, 228, 377, 437, 620, 622, 623, 783, 787, 893, 906, 973, 1013, 1113, 1150, 1161, 1163, 1254, 1356, 1604, 1622, 1654, 1756.
orrez : 211, 1000, 1756, 94, 1254, 1812

8 embarcation: barge, 620
bat, 600, 886
nef: 174, 180, 252, 263, 265, 354, 383, 398, 424, 446, 447, 4 56, 460, 463, 486, 488, 511, 567, 596, 606, 637, 846, 855, 858, 865, 883, 887, 900, 902, 929, 932, 968, 1011,, 1059, 1078, 1161, 1522, 1549, 1552, 1603, 1806, 1014
mast: 209. 611
veil, 209, 385
cordes, 232, 385
aviruns, 229
tempeste. 970. 983. 985
orage, 793
sigler, 227. 377. 430. b21. 833. 896
nager, 228, 235, 249. 384
verne. 870
sigle. 1077. 1654. 1808
rasp, 461
turmente. 985

9 port, 167, 259, 261, 355, 632, 826, 856
isle, 93, 97, 423, 425, 436, 464, 617, 784, 876, 1165

10 gort, cours d'eau, golfe, baie
duiz, canal. ruisseau, cours d'eau
flum, 1748, 1749 ewage567 (embouchure du fleuve)

11 funtaine, 643, 644, 997, 1585
aigue (eigue), 332, 704, 997, 1457, 1589, 1601
beivre, 290, 357, 603, 703, 753, 804, 811, 1409, 1422, 1578, 1587
laver. 754
sedeillus, 645
sei (seif. seid. seit), 332, 652, 788, 805, 1174, 1602, 1762
umeit, 801, betumeit, 802, sol humide, marécage
ruseie, 1751
bainer, 827

12 Navigatio Sancti Brendani, La. Navigazione di San Brandano. o. c. p. impaires : 29-267

13 Barinth, Brandan et ses moines sont désignés par l'expression "li Deu fetheil", les fidèles de Dieu, 206, 210, 242, 77 ; mais "li Deu fedeil" désigne aussi le messager divin. Le paradis est réservé aux "pieux", épithète de nature de Brandan. "Brandan li pius", 36, de saint Albee, "Albeus li pius728 ; "li pius" désigne le Christ (1286), qualifie Paul l'ermite (1516) ; "li piu" (l600, 1736), ce sont les justes.

14 Voir J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles. Paris, 1969 et 1973, s. v. "mer", p. 203.

15 Voir, de Mme Castellani, "L'Eau dans la Manekine de Philippe de Beaumanoir", article publié dans le même ouvrage que ces pages.

16 Sur la symbolique des nombres, l'"arithmosophie", voir : J. Chevalier, A. Gheerbrant, o. c., O. Beigbeder, Lexique des Symboles. La Pierre-qui-vire (Yonne), article : Nombres. Chiffres.

17 Voir J. Chevalier-A. Gheerbrant, o. c., s. v. "eau", p. 231. et p. 223.

18 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), éd. p. P. Lecoy, Paris, 1975, v. 6206-6209.

19 Brandan a choisi quatorze moines pour l'accompagner, mais, au moment du départ, trois autres moines ont insisté pour être embarqués. Un seul sera spirituellement sauvé.

20 La description des abords du Paradis et de la partie du Paradis que saint Brandan et ses moines sont autorisés à visiter occupe les v. 1668-1784.

21 Le nom "pelerin" est employé plusieurs fois (854, 917, IO97, 1666) pour désigner saint Brandan et ses moines. Au xiie et au xiiie siècle, il désigne les Croisés dès que l'expédition a pris le départ. Le poème de Benedeit pourrait être rapproché, à certains égards, du Purgatoire de saint Patrice de Marie de France, du Songe d'Enfer de Raoul de Houdenc, du Songe de Paradis d'un autre Raoul, de la Voie de Paradis de Rutebeuf, de celle de Baudoin de Condé qui s'inspire de Rutebeuf. Mais il s'agit presque toujours, de poèmes alourdis par les allégories des vertus et des vices. En dépit des différences d'époque, de civilisation, de culture et de mentalité, la Navigation de saint Brandan de Benedeit ressemble davantage à l'Odyssée et au Quart Livre de Rabelais.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540