Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Dérives et grenouillages : l'eau et la politique à la fin du Moyen Âge

Denis Hüe

Texte intégral

Drôle de vie, la vie de poisson !...(...) L'aiguesistence de la vie sous cette forme m'inquiète bien eau delà de tout autre sujet de larmes que peut m'imposer le monde.
Raymond QUENEAU,
Saint Glinglin

1Le grenouillage est-il Français ? Si la chose, cela ne fait aucun doute, est internationale et de la plus haute antiquité, le mot l'est moins. Je ne l'ai rencontré attesté que dans le supplément du Robert, sous la plume de Dutourd. Lequel posait, il est vrai, cette question parfaitement proche de nos préoccupations :

- Louis XI grenouillait-il avec le Duc de Bourgogne ?...(Les horreurs de l'Amour)

2Plus sérieusement, on va essayer ici d'explorer quelques modalités de l'emploi de la mer dans le discours sur le monde, de Pierre Bersuire à Alciati, en s'attachant essentiellement à Alain Chartier, Meschinot et Molinet. Curieusement, ce qui aurait pu n'être qu'un inventaire me paraît jeter quelque lumière sur l'économie du discours allégorique et politique de la fin du xve siècle.

3Tout d'abord, il conviendra d'étudier ce qui représente la tradition, la signification établie de la mer et des vaisseaux au cours du Moyen Age. Si l'on connaît bien Pierre Bersuire comme traducteur, on oublie parfois qu'il est l'auteur d'une œuvre latine importante extrêmement significative, représentative de son temps. Le Repertorium, sorte de gros dictionnaire, dresse pour chacune de ses entrées l'inventaire de ses significations, de ses valeurs symboliques selon les textes sacrés et la tradition patristique. Certes, l'étude n'en est que morale, spirituelle : elle complète ainsi, équilibre les compilations plus scientifiques d'un Vincent de Beauvais. De même, il ne s'agit pas ici de superposer simplement des citations : Bersuire s'efforce louablement d'ordonner son savoir et le système de ses significations. Ainsi, à partir de quelques adjectifs caractéristiques de la mer, qui est

  • 1 P. Bersuire : Repertorium, vulgo, dictionnarium morale, editio nova, correcta, variis mendis recog (...)

-res copiosa, fluctuosa, insaporosa, periculosa1

4il nous présente une première interprétation : per mare potest status quadruplex denotari, videlicet :

  • 2 ibid.

Copiositas boni superioris,
Fluctuositas mundi inferioris,
Amaritudo cordis interioris,
Anxietudo chaos inferioris2

5Cette première intervention sera elle-même doublée, explicitée :

  • 3 ibid

-Quae ut manifestius exprimantur, dico, quod per mare designatur :
Coeli possessio copiosa,
Mundi conditio fluctuosa,
Morua perfectio virtuosa,
Mortis affectio luctuosa.3

6Et détaillée en suivant ce plan. Mais le même procédé va se retrouver à plusieurs niveaux, le discours se subdivisant, un peu à la façon des feuillets du Livre de sable dont parle Borgès :

-Est enim naturaliter mare
Fumosum, fluctuosum
Spumosum, Fluxuosum,
Clamosum, Sabulosum.

Sic vere
Fumosus per superbiam,
Spumosus per luxuriam,
Clamosus per discordiam,

  • 4 Ibid, col. b

Mundus est
Fluctuosus per adversltatem,
Fluxuosus per prosperitatem,
sabulosus per cupiditatem4

7Nous apprenons là, certes, que la mer est une image du monde, avec d'autant plus de détail que c'est la précision du parallèle, sa fidélité qui est marque de sa pertinence. A chaque affirmation, une référence ou une citation des textes sacrés assied irréfutablement la perception allégorique. Si l'on cherche une image de la mer, c'est dans la Bible qu'on la trouvera, pas chez Bersuire, pour qui le monde entier se résume à un système de noms et de sens qu'il importe de concilier. S'il nous détaille les partie d'un navire, c'est, immédiatement, pour leur attribuer rôle et sens :

  • 5 Bersuire, s.v. Navis, p 1059

-In navis Ecclesiae (...) debet esse: Gubernaculum sapientiae et discretionis
Remi bonae aFfectionis et dilectionis.
Malus sublimis et altae contemplationis.
Velum mundae et castae conditionis...5

8Ainsi toute subdivision vise-t-elle à traquer le parallèle, le symétrique symbolique, la parfaite adéquation d'un monde moral et d'un monde matériel, ou plutôt des mots qui la gouvernent. Il n'y a pas à proprement parler de trope, de figure : juste un jeu de correspondances que loin d'établir Bersuire se contente de repertorier : n'était-ce pas son dessein ?...

9Après l'établissement d'une signification appuyée sur l'autorité avec Pierre Bersuire, l'autre étape à laquelle nous nous arrêterons pour établir ce qu'est la norme d'un discours sur ou avec la mer au long du xve siècle, c'est celle d'Alain Chartier. Quelques occurrences dans son oeuvre permettront de constater le glissement de sens essentiel qui sépare les exégètes des rhétoriqueurs.

10Certes, pour Alain Chartier, il n'est pas nécessaire de s'appuyer sur l'autorité, sur le propos Biblique ou patristique, son projet n'étant pas d'utiliser la thématique ou les procédés des prédicateurs. Pour lui, la mer n'est qu'une image, employée à l'occasion, voire sous entendue ; mais cette image est dans le droit fil de celle que proposait Bersuire :

  • 6 Alain Chartier : Le livre de l'Espérance, édition polycopiée procurée par François Rouy, Brest, C. (...)

Les pais champestres sont tournés en l'estat de la mer ou chacun a tant de seigneurie comme il a de force...dont la terre est semee comme de langoustes qui par leurs tourbes gastent les regions et les laissent en desert et en freche...6

11Bien sûr, ces langoustes sont des sauterelles ; mais il n'est pas indifférent de noter que le deuxième sens, actuel, du mot est attesté dès avant, dans le Mesnagier de Paris, et que Chartier était sans doute conscient de la chose, mêlant ainsi dans son propos la mer et la terre. Quoiqu'il en soit, dans un discours d'ordre poétique autant au moins que moral, nous entendons comme 1'écho de ce que disait Bersuire : la mer est dangereuse, au point qu'elle est l'emblême du monde.

  • 7 Bersuire, p 983

Ibi sunt enim multa loca periculosa, scilicet bithalassus carnalitatis, Charybdis pompositatis et mundanae gloriae vanitatis et Scyllae absorptivae voracitatis et cupiditatis...7

12mais le discours de Bersuire parlait-il vraiment de la terre, de la mer ? Ici, Chartier pense manifestement à une terre matérielle, tout comme dans le Quadriloge, où il condamne l'impéritie des princes :

  • 8 Alain Chartier : Le Quadriloge Invectif, Ed. E. Droz, Paris 1950, p 13

Les pluseurs d'entre vous laissent la seigneurie dont vous estes subgiez sans defense exposee a toute fortune, comme la nef degetee par tempeste de mer qui va la voille baissee ou le vent et la vague la dechacent...8

13Cependant, ce discours sur le monde, où la mer et la nef reviennent souvent, ne s'applique-t-il pas préférentiellement à ce qui est à soi seul le résumé du monde, le point focal de la terre ? Ces images de la mer vont se retrouver, dans les mêmes œuvres de Chartier, à propos de la Cour, le centre du Royaume, un abrégé du monde ; que dit-il de l'homme du cour dans 1'Espérance ? même image et même discours :

  • 9 L'Espérance, p 8, 11 116-118

Et t'a fortune getté en ceste tempeste, que tu vaugues comme nef qui perist et que le vent fait ferir contre terre...9

14et dans le Curial, c'est encore la même idée qui est développée.

15L'image de la mer est enrichie, en ce qu'elle représente non plus le monde, mais la cour elle-même ; la terre, c'est le hâvre, la maisonnette dans laquelle vit le correspondant à qui Chartier écrit, pour le dissuader de venir à la cour. Là est la paix, là le vrai bonheur. De plus en plus, au delà de l'image de la mer, c'est celle de la nef au gré du vent qui domine, intégrant l'homme dans cet élément hostile :

  • 10 Le Curial fait par Maistre Alain Chartier… Ed. Du Chesne, 1617, p 392.

Veulx tu saillir du havre de seureté pour toy noyer dedans la mer ?10

16Quant à la cour, elle devient double au yeux du poète, ou plutôt l'image qu'il en donne se superpose à la réalité, au point que souvent c'est implicitement que se reprend la métaphore :

  • 11 Ibid, p 394

Car les grans vents qui soufflent es haultes cours sont de telle condition que ceulx qui se y sont seulement couchez...11

17l'homme affronté au monde est, de plus en plus évidemment, un marinier, une personne expérimentée parfois, mais souvent téméraire :

  • 12 Ibid, pp 399-400

Car comme gens bien asseurez sur le rivage de la mer, nous nous voulons noyer de nostre gré mesmes, et nostre aveuglement mesprisons, qui ne peult ne veult veoir ne congnoistre nostre propre meschief. Car comme les fols mariniers se font aulcunesfois noyer par leur despourveu gouvernement, ainsi attrait la cour a soy, et déçoit les simples gens...12

18travail de poète cependant que cette amplification de l'image, qui dépasse la tradition topique pour nous montrer le monde, la cour, avec véhémence. C'est que d'autres inspirations, celle de Lucrèce avec évidence, et des procédés rhétoriques s'ajoutent et se superposent à cette image. Ainsi, tout ce qui est du registre de l'oxymore, marquant l'instabilité, la versatilité de la mer, sera de nombreuses fois utilisé par notre poète ; et sa description des perfidies de la cour semble bien proche de celles de la mer selon Bersuire :

  • 13 Ibid, p 399

Et se tu demandes ce que c'est que vie curialle, je te respons, frere, que c'est une pouvre richesse, une habondance miserable, une haultesse qui chiet, un estat non estable, ainsi comme un pillier tremblant, et une moureuse vie...13

19En fait, qu'il s'agisse de la cour ou du monde, le thème est bien établi, et durera jusqu'au delà du Moyen Age. Alciati, dont Panofski a montré l'importance comme témoin des images de son temps et même, au delà, de l'âge classique, Alciati n'opère somme toute que peu de progression par rapport à ce qui est établi dès le milieu du xive siècle avec Bersuire : Comme s'il n'y avait rien à ajouter à un symbole transparent. Lorsqu'il parle des périls de la mer, sa seule originalité est de nous montrer un dauphin, victime de son propre milieu, ce qui n'était pas le projet de nos auteurs médiévaux :

  • 14 Alciati Emblemata, cum commentiis, Paris 1602 p 254, Emb.166

Delphinem invitum me in littora compulit aestus
Exemplum infido quanta pericla mari.
Nam si nec propriis Neptunus parcit alumnis,
Oui tutos homines navibus esse putet ?14

20Cependant, dès qu'il s'agit d'apporter une interprétation à cet emblème, le glossateur revient prudemment à des remarques moins originales, qui attestent la persistance du thème :

  • 15 Ibid, p 255

Observavi non raro apud auctores literatos(sic) vitem hujus nostrem (sic) perturbationes, tumultus, clades, marinis fluctibus comparari, ut apud Graecos et Latinos saepe, in Sacris vero saepissime.15

  • 16 Ibid, pp 258, 259

21A propos de la nef toutefois apparaît une utilisation de l'image qui ne se discernait que chez Chartier, l'utilisation dans le cadre de l'actualité. L'image, développée chez Molinet au point d'être allégorie, on le verra tout à l'heure, est ici juste suggérée. C'est le glossateur qui nous propose une clef à ce sixain ; à ses yeux, la Nef d'Espérance dont nous parle Alciati nous situerait dans les temps immédiats d'une rencontre entre Charles Quint et François Ier, laquelle aurait eu lieu à Nice.16

22Je n'ai pu avoir d'éclaircissement sur ce point. Ce ne serait pas la première erreur d'un annotateur dont on a pu constater les approximations latines. Ce qui demeure essentiel cependant, c'est que la nef devient aux yeux de tous un emblème évident de la République Chrétienne. République : ce mot me paraît important en ce qu'il signale le passage d'un aspect exclusivement moral et théologique à une vision plus politique.

23Ce qui ressort à la fin de cette première étude, sur le thème de la mer en général dans une vision du monde, c'est l'aspect somme toute normalisé, conventionnel de ces notations : seul Chartier fait preuve d'originalité, mais davantage, on l'a vu, par sa rhétorique personnelle que par un rajeunissement du thème.

24C'est deux de ces renouveaux, de ces réinventions que l'on va maintenant étudier. Tout d'abord, une ballade de Jean Meschinot, une pièce presque célèbre de cet auteur, puis le Naufrage de la Pucelle, de Molinet, long poème exemplaire à plus d'un titre. Mais occupons nous tout d'abord de Meschinot.

25Par deux fois chez lui, l'eau joue un rôle prépondérant ; jamais isolée, toujours en relation avec un univers symbolique, un monde demandant interprétation. Nous la trouvons, tout d'abord, dans la Supplicacion au Duc de Bretagne, longue pièce allégorique où Meschinot essaie de capter la bienveillance de François II de Bretagne. Il s'y décrit comme prisonnier de divers personnages allégoriques qui ne cherchent qu'à le faire souffrir. Ils finissent par lui forger un « harnois à double soulde » dans une forge quasiment diabolique :

  • 17 Ms B.M. Tours 905, Fol 68

Apres trempent ledit harnois ou lac d'Amertume, dont sault un vif russeau de larmes courant par la vallee de Vergongne trop près de la dolente demeure a celluy Banny de Liesse, tant que bien souvent par les creues et superhabondances des eaues et pluyes de Forcennerie, le village de son cueur en est ainsi comme tout submergié.17

26Ce texte appelle quelques remarques. D'abord, il est utile de rappeler qu'il a été écrit par Meschinot à l'occasion d'un procès qui l'opposait à un autre serviteur de François II. Cette affaire, même si elle a son origine en dehors de la cour de Bretagne, à ce que laissent présumer les documents, reste bien proche de l'univers curial. Le poète s'y trouve personnellement impliqué, même s'il continue à s'exprimer par images et allégories. Enfin, l'allégorie est omniprésente dans ce texte : comme si par l'abstraction, une sorte de distanciation, Meschinot cherchait à donner sens, à la fois moral et religieux, à ce qu'il vit.

27Ce sera pour le poète breton la démarche essentielle d'une grand partie de son œuvre. La cour par ses périls, les désastres qu'elle permet, submerge les gens, individuellement. Collectivement, nous quitterons dans le discours moral l'image du lac pour découvrir celle de la mer : passage du particulier au général qui se traduit par un élargissement du référent.

28L'image se trouve tout d'abord d'une façon abstraite, comme un topos que l'on réutilise sans l'exploiter, comme ce passage des Lunettes des Princes, qui commente le proverbe final de la strophe précédente :

  • 18 les Lunettes des Princes, ed Ch. Martineau-Genieys, Genève Droz 1972, p 58, vv 845-851

J'appelle ce monde la mer
Pour les grans dangiers et perils
En quoi sont ceulx qui trop l'amer
Veullent de tous leurs esperitz
Dont a la fin seront perilz
S'au port de salut ne s'attendent.
Jamais les sotz a bien ne tendent.18

29L'image de la mer ne sera en fait exploitée de façon suivie que dans la Ballade curiale, célèbre pour sa troisième strophe enchaînée. Mais dès le début, nous nous retrouvons face à des images certes courantes, mais comme revivifiées :

  • 19 Ms Tour 905, fol 121

La cour est une mer dont sourt
Vague d'Orgueil, d'Envie orage.
Qui la chiet a peine en ressourt.
Male bouche y fait maint dommage.
Ire esmeut debatz et oultrage
Oui les nefs gectent souvent bas.
Traison y fait son personnage :
Nage aultre part pour tes esbas.19

30Bien sûr, on retrouve ici toute la thématique déjà établie : mais la présence de personnifications allégoriques permet d'animer le tableau autrement que ne le ferait 1'énumération méthodique d'un Bersuire. De plus, cette allégorisation est autre chose qu'une mise en scène nominaliste. Il ne s'agit pas seulement de nommer la valeur symbolique des objets, mais de rencontrer des personnes qui sont effectivement Male Bouche, Ire ou Traison. Il y a ici une contamination fort intéressante de la thématique curiale et de la rhétorique courtoise : Ire, Envie et Male Bouche sont présents dans tant de poèmes d'amour...

31En fait, deux images se superposent dans la perception de la cour que propose Meschinot : L'une reprend le thème bien connu de l'instabilité, et du premier au dernier vers pousse le lecteur à s'évader par navigation ou natation, les deux sens sont attestés à l'époque : à la fois le fol marinier de Chartier et le dauphin échoué d'Alciati.

32L'autre peuple d'allégories, de puissance positives ou négatives, négatives ici, tout regard sur le monde, lieu constant d'un combat eschatologique. A travers nous, à travers le monde illusoire se perçoit le grand combat moral, essentiel.

33Ainsi l'allégorie sera-t-elle toujours chez Meschinot le signal d'un regard sur le monde, surtout lorsqu'elle se multiplie : deux ballades reposent exclusivement sur le principe d'une énumération allégorique, des vertus pour l'une, des vices pour l'autre. Si nous ne sommes pas dans une nouvelle forme de roman, comme le Cueur d'Amours espris, nous sommes déjà dans un monde où l'action est régie par des critères autres qu'humains. Dans la deuxième strophe de la ballade, que l'on ne citera pas, se découvre un seul aristocrate, entouré d'une cour déjà abondante : la Luxure.

  • 20 Ibid

Fuy Luxure et son bernage :
Nage aultre part pour tes esbas.20

34La mer est loin des images que l'on constate ici, bien sûr ; il n'en sera pas de même cependant dans la troisième strophe : si elle élude la métaphore marine, elle s'en nourrit, la sous-entende et l'illustre à sa manière. De plus, on va le voir, cette dernière strophe, si souvent citée, arrive à superposer presque tous les types, toutes les formes du discours curial :

  • 21 Ibid Fol 121 v° 22:Ibid

Pour dire vroy, au temps qui court.
Court est bien perilleux passage.
Pas sage n'est qui droit la court :
Court est son bien et avantage,
Avant aage y fault le courage.
Rage est sa paix, pleurs ses soulas :
Las, c'est un trespiteux mesnage,
nage autre part pour tes esbas.21

35Toutes les idées que développait Alain Chartier dans le Curial se retrouvent ici, explicitées de la même façon, avec une même utilisation de l'oxymore, destinée à montrer l'horreur et l'instabilité de la cour, ses périls. Si la navigation est au second plan dans cette strophe, elle est cependant présente : la cour est un passage, une passe qu'il faut négocier en bon marin. Davantage, la mer est présente dans la trame même du texte. Cette rhétorique enchaînée, où chaque vers est à la fois début et fin du suivant et du précédent, a une autre valeur que d'ornement rhétorique : image à la fois de la diversité de la cour, de la mer, et de leur continuité, reprise ondoyante du thème, elle marque aussi l'enchaînement fatal, la nécessité qu'a tout courtisan de souffrir, inéluctablement. La forme close de la strophe, qui reprend vers à vers des contraintes de refrain que s'impose déjà la ballade, enferme plus que jamais l'homme dans sa condition. Le paradoxe trouvera son expression et sa résolution dans l'envoi :

  • 22 Ibid

Prince, court c'est un droit servage :
Liberté vault trop mieulx helas.
Toy donc qui as bon patronage,
Nage autre part pour tes esbas.22

36En même temps que s'opposent le prince, le servage et la liberté, s'esquisse par deux mots la seule issue possible : le vrai prince, le vrai patron ne peut être que moral, et la seule dépendance qu'il soit possible d'assumer est celle de Dieu. Ce vasselage, cette perception féodale de la relation mystique, Meschinot l'exprime ailleurs avec plus de force, sans la détailler ici ; mais pour lui, c'est ainsi que se résoud l'image de la cour, image du monde : au delà des métaphores et des allégories, nous renouons ici avec la grande tradition biblique et patristique, à laquelle jamais Meschinot n'a songé à se soustraire.

37Faire avec, arriver à sortir d'une cour plus dangereuse que positive, ou bien à y faire fortune, nous avons pu voir depuis le début de cet exposé ce qui était grenouillage dans la perception du monde politique. Qu'en est-il de la dérive ?

38Molinet nous en propose un exemple, extrêmement riche, dans le Naufrage de la Pucelle. Il n'est sans doute pas inutile de rappeler brièvement les circonstances et le contenu de ce texte.

  • 23 Faictz et Dictz de Jean Molinet, ed. Dupire S.A.T.F. 1936 p 77

39Noël Dupire le date, selon la plus grande vraisemblance, de 1477 : en effet, l'allégorie qui y est développée fait référence à la triste situation de l'héritière de Bourgogne après la mort de Charles le Téméraire, en butte aux annexions de Louis XI et aux exigences des Gantois. Le poète, contrairement aux habitudes en pareil cas, malgré ses soucis et sa douleur, ne s'endort pas : il contemple d'une haute montagne diverses embarcations, parmi lesquelles une « tres belle et propre gallee »23, superbe et luxueux bateau où ne se trouvent qu'une jeune fille et trois serviteurs.

  • 24 Ibid, p 78, 11 34, 40, p 791 57

Le premier estoit Coeur leal, son gentil escuier, prudent, elegant, vertueux...
Le second estoit une demoiselle de grant monstre et auctorité, (...) se estoit elle foible, fresie, fade, pasle, matte, morte, morne, minche, chiche et niche, et pour ce qu'elle estoit impotente et foullee, plusseurs l'appeloient Noblesse debilitee...
Le tiers personnage estoit Communauté feminine, (...) rihoteuse, non docile...24

  • 25 Ibid, p 86, 1 93

40Cette jeune fille est bien évidemment Marie de Bourgogne, qui va d'abord se lamenter sur sa bien triste situation. Mais Coeur leal va la consoler, lui donnant en exemple un assortiment d'héroïnes de l'Antiquité et des Ecritures, allant jusqu'à citer en modèle la Manequine, de Philippe de Beaumanoir, aux exemplaires navigations25. La nef cependant progresse, vers le bon port. Coeur leal s'occupe de la navigation :

  • 26 Ibid, p 87, 1 131-133

Regentoit l'office des pillos, donnoit regard au pol artique et, speculant en la quarte marine, commandoit a sonder.26

41Noblesse débilitee invente la grêve perlée :

  • 27 p 87-88, 1 135-136

Gueres ne se traveilloit, sinon de planer oultre et de caller le voille.27

42Quant à Communauté, elle s'emploie au mieux :

  • 28 p 88, 1 136-139

Communauté suoit de paine autour des ancres, tendoit les cables, emplooit ses rimes et ne souhaidoit que que vent en poupe et a la bolingue28

43C'est alors qu'apparaît une monstrueuse baleine, fleurant bon le lys, prête à dévorer la nef. Ses passagers, à cette vue, s'empressant de cingler au loin, la baleine décide de les amuser et de les distraire :

  • 29 p 88, 1 161-164

pource que toute la nourriture de la mer estoit en son commandement, elle mist en front ung petit dauphin qui salloit et voletoit tout a l'environ de la gallee...29

44Mieux, pour les charmer davantage, la baleine organise une sorte de concert sur l'eau, grâce au chant des sirènes. Molinet, par ailleurs bon musicien, ne tarit pas d'éloge sur ces voix :

  • 30 p90, 1 202-211

Commencerent nouvelle modulation a voix doulce, clere et ague, tant joyeuse que se toutes les herpes, orgues, vielles, psalterions, luctz, naquaires, chalemeaux, essecquiers, cimbales, simphonies, choros, challemies, doulchaines, timpanes, rebelles, sonnettes, tamburins, flustes, guisternes, trompes, clarons, bedons, sambucques, tibies, tintinabules, cornes, monocordes et decacordes, tant de cordons que de cordes, estoient ensemble accordés, si ne ponnoient ils causer jubilacion plus plaisant.30

45Ces sirènes, par leurs chants mélodieux, invitent les navigateurs à rejoindre la baleine :

  • 31 p 91, v 21-22

A bort, a bort, querés roial support
Et franchois port, prenés odeur de lys...31

46Noblesse débilitée, comme en extase, est prête à se pâmer ; fort énergiquement, Coeur Leal la réveille :

  • 32 p 92, 1 15-17

De bon zele, luy donna deux buffes sy bien assises qu'il luy fist croller les dents en la bouche et luy mist le sanc en la face.32

47Mais cela ne suffit pas à Noblesse : prête à quitter le bateau, après un discours en faveur de la baleine, elle se jette dans sa gueule déjà ouverte pour l'engloutir. Héroïquement, Cœur Leal l'en ressort. Devant ce spectacle, la belue quitte son air plaisant et part en guerre contre la pucelle :

  • 33 p 96, 1 4-8

Fist venir Triton, un buzineur qui de sa tube adulatoire congrega hideux marsuins, fluvieux ypotames, serpens aquaticques, coeulleuvres marines, monstres detestables et autres grans poissons difformes...33

48C'est alors un combat naval épique, où la résistance des navigateurs est aussi héroïque que désespérée. Heureusement l'aigle, roi des animaux, arrive et met fin à ce conflit, confiant la garde de la pucelle à son enfant, son « pouillon » :

  • 34 p 98, 1 59-61

Un sien fils tres noble, inclit et vertueux et qui desja dominoit sur les austrices...34

49Le jeune volatile accompagnera à bon port cette nef à la dérive. On voit quelle est la portée de ce texte, et quelle est son originalité : jamais la mer n'avait été utilisée pour une œuvre à si grand spectacle : loin d'être le lieu d'une métaphore, d'une image homilétique, elle devient le territoire, l'occasion d'une nouvelle perception allégorique, d'un enchâssement du discours. En effet la plupart des personnages, des animaux que nous voyons dans ce texte sont l'occasion d'une lecture symbolique particulière. Ainsi la baleine, qui est évidemment la France, est représentée selon une tradition établie, et dès Philippe de Thaon nous savons qu'elle séduit ses proies par une douce odeur :

  • 35 Philippe de Thao, Le Bestiaire, Ed. Walberg, Lund 1900, v 1942-1950

Cetus a tel nature
Que quant il volt mangier
Cumence a baaillier.
E el baaillement
De sa buche odur rent
Tant suëf e tant bun
Que li petit peissun
Ki l'odur amerunt
En sa buche enterunt...35

50Mais nulle part les textes ne nous indiquent que c'est précisément l'odeur du lys qu'elle répand.

51En revanche, elle est aux yeux du même Philippe de Thaon un animal diabolique :

  • 36 Ibid, v 1929-1930

Li cetus diable est
E la mer cist munz est...36

52Alors que, bien évidemment, l'aigle est un animal éminemment positif :

  • 37 Ibid, v 2067-2070

Li aigle signefie
Le fiz Sainte Marié ;
Reis est sur tute gent
Senz nul redutement...37

53En même temps qu'il renvoie, héraldiquement à l'empereur Frédéric III, le père de Maximilien. Les personnages de la nef sont, bien sûr, reconnaissables ; mais même leurs attitudes parfois renvoient à des éléments historiques : ainsi, le gant unique que tient Marie renvoie à la ville, la seule qu'elle possède encore avec quelque certitude. Ainsi, la précipitation de Noblesse débilitée est l'image des accords conclus dès après la mort de Charles le Téméraire :

  • 38 Chroniques de Jean Molinet, Editées pour la première fois par J. A. Buchon. Paris, Verdiere, 1828. (...)

Et finablement l'appoinctement fut faict de la ducé de Bourgogne sans cop ferir, par telle maniere, que les trois estats d'icelle firent plusieurs obeissances au roi de France...38

54L'univers du Naufrage est, c'est exceptionnel pour ce type de pièce de circonstance, un univers réel, tout au plus symbolique, mais où le rêve, l'allégorie en tant que tels deviennent inutiles, comme redondants à une réalité. C'est ainsi que loin d'être engoncés dans des comportements figés d'êtres sans substance, nos héros vivent, bougent comme rarement le font les allégories. La mer, même si elle reste le lieu exemplaire, l'image du monde, est simultanément pleine d'animaux et de vaisseaux, agitée par les vents, alors que jamais jusqu'ici on n'avait navigué avec autant de précision. Même, il y a dans le discours de Molinet une volonté didactique, une sorte de leçon de choses sur la mer et ses habitants qui dépasse le projet de ses prédécesseurs. Le poète doit simultanément instruire, représenter et distraire. La poésie de circonstance ne fait pas que proposer un sens encomiastique à un événement, elle prend le monde en charge, en réparation dirait Ponge, le donne à voir et à percevoir.

55Cette mer donc, pleine de protagonistes différents, appelant une lecture symbolique est, en même temps, une mer réelle : en même temps que le discours est celui de l'actualité, qu'il en est la représentation, il s'ancre dans la réalité et perd, au moins en apparence, tout regard moral, tout jugement de valeur : biens sûr, il est implicite que l'énorme baleine-Louis XI est un personnage diabolique ; mais il est surprenant que Molinet ne juge pas nécessaire de le dire ni de le justifier.

56C'est que ce texte trouve son complément dans une autre oeuvre du poète, formellement aussi exceptionnelle. En effet, les Chroniques de Molinet s'efforcent toujours de concilier un ton historique avec la loi de l'exaltation de la famille de Bourgogne. Le poète insiste souvent sur des lettres, authentiques ou apocryphes, peu importe, qu'il cite exhaustivement, fournissant preuves et document pour étayer son dire. Dans un chapitre exceptionnel des Chroniques, relatif justement aux arrangements du mariage de Marie de Bourgogne et de Maximilien d'Autriche, il perd toute mesure : son discours n'est plus fondé sur l'histoire, mais sur une interprétation morale, biblique du pouvoir et de l'histoire. La conviction qu'il a de servir une cour exceptionnelle, seule subsistant de l'Age d'Or, dirige sa perception, son commentaire. Partant d'un « theume », Molinet va citer Isaïe, à la façon des prédicateurs :

  • 39 Ibid, Ch. XLVI, p 81. La référence est à Isaie, 9, 1

Populus qui ambulat in tenebris vidit lucem.39

57On devine de quel type sera son discours, triomphaliste au possible. Le poète va mêler ici des considérations sur les hiérarchies céleste et terrestre, assimilant les dissidents de l'empire aux anges déchus : il s'agit bien entendu des Français. Molinet ajoute encore :

  • 40 Ibid, p 82

Mais proprement, selon le grec, nommer se doibvent Férochois, comme cruels et pleins de mortelle ferocité ; et sont les ennemis qui nous temptent, qui nous battent, qui nous proumettent et abattent, et lesquels voudroient bien degrader le sainct image imperialle de sa chambre ecclesiastique, pour y planter et exalter leur idole babilloniuqe...40

58On voit ici une perception politique, nationale de ce que Meschinot énonçait au plan individuel et éthique, avec ses personnages allégoriques.

59Ainsi, tout le jugement moral, toute la thématique patristique habituelle au thème de la mer se retrouvent-ils ici chez Molinet, dans ce chapitre des Chroniques où il n'est justement pas question de mer ou de navigation. Mais les deux œuvres s'éclairent et se complètent. C'est parce que la réalité est évidemment d'ordre mystique que le chroniqueur compose ainsi son Chapitre, réservant à l'œuvre poétique un autre niveau de récit et d'ornement, non plus celui de « l'obscure poétrie », mais celui de la mise en scène et de la fable. La réalité, c'est celle de l'Annonciation, lorsqu'un protonotaire annonçant les accordailles tient le rôle de l'Archange Gabriel, alors que Marie de Bourgogne proclame son Magnificat.

60Molinet est-il vénal, comme on l'assure ? Sa louange est si outrée parfois qu'elle ne peut avoir été écrite que sérieusement, sans ironie, par un poète qui vivait à moitié dans un univers allégorique, un monde de signes où la Bourgogne avait, de toute évidence, par sa puissance et sa civilisation une place prépondérante. Pasticher l'Annonciation n'est pas concevable ironiquement, ce serait blasphémer. La reprendre pour une occasion d'importance comparable est licite et nécessaire.

  • 41 Ibid, p 85

61Mais que la chronique prenne en charge cette importance métaphysique de l'événement, et le poème est dispensé de l'exprimer à nouveau, libre de se situer non plus dans le registre de l'allégorie exégétique, mais dans celui du récit symbolique41.

62Ainsi, ce sont les objets qui auront, dans le Naufrage, valeur symbolique, aigle gant ou baleine, alors que dans les Chroniques le nom sera le lieu et l'occasion d'exégèses savantes. Nous retrouvons ici Bersuire : l'un avait le souci presque entomologique de les classer, l'autre les laisse s'épanouir et en tire nouvelles réalités.

  • 42 Ibid, p 93

(Marie) Ce nom est prononcé des angeles et tant honoré que rien plus ; nul plus salubre pour une dame, nul plus amé ne plus neclamé ; l'ame qui le medite en est sanctifiee ; la voix qui le pnofene en est clarifiee ; la personne qui l'oyt en ce jour bien heuree...
Le tres admirable nom de Maximilianus, magnifique et auctorisé, contient en soy Maximus, Maximinus et Maximianus...42

63La mer, c'est pour Molinet la réalité ; mais une réalité qui ne porte tout son sens qu'à la lumière d'un sens plus profond, celui justement d'Isaïe.

64Ainsi la mer, quel que soit l'auteur qui l'approche, restera-t-elle un lieu transitoire, l'occasion d'un ornement. Image du monde et de la cour, elle témoigne de toutes leurs instabilités, et n'entraîne qu'un discours parcellaire, où les tropes tiennent lieu d'idées. Mais en même temps, la mer n'a de sens qu'au travers du regard de Dieu, qu'au travers de la parole de Dieu. En fait, alors que Bersuire compose un dictionnaires des Ecritures, que Chartier brosse un portrait de la France de son temps, que Meschinot propose des conseils moraux, Molinet est le seul à percevoir, par le biais de l'écriture, une mer à la fois réelle, symbolique et mystique. Et son héroïne est la seule à songer à prier, dans son plus grand péril...

65Cette perception médiate, qui ne peut mentionner la mer dans une œuvre poétique qu'en fonction d'une tradition et d'une écriture préexistante, elle disparaîtra progressivement, lorsque les poètes auront connu la mer réellement. Ainsi La tradition médiévale s'accomplit, trouve son aboutissement, plus moral que politique, plus religieux que moral, aussi réaliste que poétique, dans les chants royaux de Parmentier, autant navigateur que poète :

  • 43 Jean Parmentier, Oeuvres poétiques, Ed. F. Ferrand, Paris, Droz-Minard 1971, p 40

Esbare ! Haut ! Au quart ! Au quart !
Debout, dormeurs ! - He, quentes meulles, maistre ?
- Tout est viré, rien n'est mis à l'escart.
Voicy le temps qu'il se fault à point mettre !
Or, que chacun veuille donc se entremettre
En sa manoeuvre, à thiebort et babort !
-Pourquoi cela ? - La terre est bort à bort !
Parez votre ancre et y prenez biture
De ferme espoir, par oeuvre vertueuse,
car vous verrez, par joyeuse adventure,
La terre neuve en tous biens fructueuse...43

Notes

1 P. Bersuire : Repertorium, vulgo, dictionnarium morale, editio nova, correcta, variis mendis recognita, ac locis tam S.Scripturae quam patrum aucta. Antverpiae, apud Joannem Keerbergium. Anno MDCIX. p 982

2 ibid.

3 ibid

4 Ibid, col. b

5 Bersuire, s.v. Navis, p 1059

6 Alain Chartier : Le livre de l'Espérance, édition polycopiée procurée par François Rouy, Brest, C.L.U. 1967.p 13 II 50-54

7 Bersuire, p 983

8 Alain Chartier : Le Quadriloge Invectif, Ed. E. Droz, Paris 1950, p 13

9 L'Espérance, p 8, 11 116-118

10 Le Curial fait par Maistre Alain Chartier… Ed. Du Chesne, 1617, p 392.

11 Ibid, p 394

12 Ibid, pp 399-400

13 Ibid, p 399

14 Alciati Emblemata, cum commentiis, Paris 1602 p 254, Emb.166

15 Ibid, p 255

16 Ibid, pp 258, 259

17 Ms B.M. Tours 905, Fol 68

18 les Lunettes des Princes, ed Ch. Martineau-Genieys, Genève Droz 1972, p 58, vv 845-851

19 Ms Tour 905, fol 121

20 Ibid

21 Ibid Fol 121 v° 22:Ibid

22 Ibid

23 Faictz et Dictz de Jean Molinet, ed. Dupire S.A.T.F. 1936 p 77

24 Ibid, p 78, 11 34, 40, p 791 57

25 Ibid, p 86, 1 93

26 Ibid, p 87, 1 131-133

27 p 87-88, 1 135-136

28 p 88, 1 136-139

29 p 88, 1 161-164

30 p90, 1 202-211

31 p 91, v 21-22

32 p 92, 1 15-17

33 p 96, 1 4-8

34 p 98, 1 59-61

35 Philippe de Thao, Le Bestiaire, Ed. Walberg, Lund 1900, v 1942-1950

36 Ibid, v 1929-1930

37 Ibid, v 2067-2070

38 Chroniques de Jean Molinet, Editées pour la première fois par J. A. Buchon. Paris, Verdiere, 1828.T. II, p 4

39 Ibid, Ch. XLVI, p 81. La référence est à Isaie, 9, 1

40 Ibid, p 82

41 Ibid, p 85

42 Ibid, p 93

43 Jean Parmentier, Oeuvres poétiques, Ed. F. Ferrand, Paris, Droz-Minard 1971, p 40

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540