Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Puits, aqueducs et fontaines : l'alimentation en eau dans les villes du nord de la France xe-xiiie siècles

André Guillerme

Texte intégral

  • 1 Rapport du 9 Floréal anX, p. 7. Pour l'Angleterre ; GIRARD, Recherches sur les eaux publiques de P (...)

1Il est bien difficile d'évaluer les besoins en eau ménagère de la population urbaine médiévale. Les critères retenus par l'ingénieur Bruyère en 1802 pour éclairer l'administration sur les moyens à employer pour fournir l'eau nécessaire à la consommation de Paris évaluent ces besoins à 7l/hab/j1. Mais en Angleterre à la même époque, on table sur plus de 20l/hab/j. pour le lavage du linge et l'hygiène du corps quantité plus proche semble-t-il de la moyenne médiévale.

2Pour répondre à ces exigences, les autorités médiévales ont su aménager les points d'eau naturels -rivières, sources-équiper leur cité de points d'eau artificiels - puits, abreuvoirs- et adapter la technologie de l'aqueduc héritée de l'épo-romaine et jusqu'alors réservée à la haute aristocratie ou aux grandes abbayes.

  • 2 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, ed. GUERARD, Paris, 1840, I, p. 48 (introduction du moine Pa (...)
  • 3 "Vita S. Aldrici", Acta sanctorum, Boll., Janvier, I, p. 338 ; BOUTON, "Les aqueducs antiques de l (...)
  • 4 C'est le cas, entre autre, du Moustier de Vorges (Aisne), Charte royale de 1368 mentionnée dans le (...)
  • 5 La citerne de Villiers-la-Grange près d'Auxerre, située sous la place de l'église, avait une capac (...)

3Si la pluie ne manque pas sous nos climats, il n'empêche que certaines villes, réfugiées sur le point haut de l'urbs gallo-romain, ne disposent plus d'eau à portée immédiate. La population est obligée de s'alimenter à la rivière ou aux sources situées en contrebas : ainsi à Chartres depuis la destruction par Thierry II des deux aqueducs en 6032, Au Mans où l'on se plaint au viiième siècle de payer un denier par muid les porteurs d'eau3 qui vont puiser aux fontaines Notre-Dame ou Saint-Hilaire. On verra encore au xivème siècle de petites agglomérations incapables de soutenir un siège faute d'eau4. Parfois, à défaut de nappe phréatique, on recueille l'eau de pluie dans des citernes creusées au pied des églises ou aménagées dans les tours des donjons ou des cathédrales5. Mais ce mode de captage donne une eau généralement toxique, chargée de plomb ou de cuivre lorsqu'elle a ruisselé sur les toits et croupi après un séjour prolongé dans ces réservoirs.

  • 6 MARTINET, "Les pratiques païennes à Laon à l'arrivée de sainte Salaberge au viième siècle", Mémoir (...)
  • 7 Nombreux exemples dans COCHET, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, 2ème éd., 1 (...)
  • 8 JANVIER, "La légende de Sainte-Ulphe", Conférence des Rosati picards, 17, 1863, p. 7. Le puits Sai (...)
  • 9 Puits Notre-Dame à Beauvais contemporain de la Basse-Oeuvre, DANIEL, "De l'ancienne cité de Beauva (...)

4Les cités de vallée, protégées par de larges fossés pleins d'eau n'ont pas ces problèmes : la rivière coule non loin des murs et la nappe souterraine alimente les puits ou sourd à travers les fissures du terrain imperméable sur lequel est assis le castrum. On sait que les conciles mérovingiens -Arles (452), Agde (506), Tours (567), Nantes (658), Tolède (681), Mayence (743), Leptines (747), Aix-la-Chapelle (816), Paris (826)- interdisent de porter un quelconque culte aux fontaines mais le caractère répétitif de ces actes semble montrer combien ils sont peu appliqués : à Laon, Noyon ou Rouen au viième siècle encore, on voue un important culte païen à ces points d'eau6. L'édification d'une chapelle ou d'un baptistère sur ou à proximité d'une sourc7 résoud mieux le problème de la conversion populaire en usant du pouvoir thaumaturgique conféré à cette eau. Au contraire, les quelques rares puits publics mentionnés au haut Moyen Age ne semblent pas relever d'une puissance divine. On leur donne le nom d un saint soit par coutume - le puits Sainte-Ulphe au chevet de la cathédrale d'Amiens prend ce nom au xème siècle parce que la sainte venait s'y abreuver8 -soit parce qu'ils sont creusés dans des lieux saints - puits de l'Œuvre9 ou de cloître.

  • 10 "Colimbus, id est aqueductus", MARTINET, "Un palais décrit dans un manuscrit carolingien de la bib (...)
  • 11 Pour Noyon, GRAVE, "Précis statistique sur le canton de Noyon", Annuaire de l'Oise, 1852, pp. 72-7 (...)
  • 12 Vita S. Rigoberti ; Acta Sanctorum, Janvier, I, p. 174. Il utilise des conduites en poterie.
  • 13 EGINHARD, Oeuvre complète, éd. TEULET, Paris, 1843, p47.
  • 14 PEETERS, Le "Codex bruxellensis" 5253 (b) de Vitruve et la traduction manuscrite du "de architectu (...)
  • 15 Frontin- Des aqueducs de la ville de Rome, Paris, 1944, p. xvii.
  • 16 Vita, op. cit., p. 388
  • 17 MGH, Formulae merov. et karol., I, pp. 322-323, charte de confirmation de Louis le Débonnaire (ent (...)
  • 18 HELGAUD, "Vie du roi Robert", in POGNON, L'an mille, Paris, 1947, p. 237.
  • 19 LOHRMANN, "Entre Arras et Douai : Les moulins de la Scarpe au xième siècle et les détournements de (...)
  • 20 MUSSET, "Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises" (...)

5Les aqueducs - et les fontaines qu'ils desservent- sont l'apanage de la haute aristocratie et l'un des derniers vestiges de la romanité. Le palais idéal doit posséder thermes et "fontaines où l'on amène l'eau"10. Effectivement, les archéologues ont retrouvé dans les palais royaux de Senlis, Noyon, Chateau-Thierry des restes d'aqueducs ou de conduites en plomb11. Les soubassements du palais de Laon viennent s'incruster dans le terrain aquifère de manière à procurée une eau abondante et à Reims l'archevêque Rigobert prolonge l'aqueduc romain jusqu'à son palais pour desservir la grande salle de bain12 car les besoins en eau sont importants pour agrémenter les piscines. Dans la première moitié du ixème siècle, l'aménagement hydraulique du palais d'Aix-la-Chapelle sert d'exemple. Eginhard qui dirige la construction des bâtiments royaux connaît très bien le De Architectura de Vitruve traitant, au livre VIII, des techniques de distribution d'eau et de l'ornement des fontaines13. Cette oeuvre est recopiée dans les monastères de Reichenau, Murbach, Schelstadt, Foui, Cologne, Tours à cette époque et elle inspire l'auteur de la Mappa clavicula14. Quant au De aquaeductibus urbi Romae commentarius de Frontin, P. GRIMAL en soupçonne l'existence à l'abbaye de Hersfeld près de Fulda15. L'hydraulique romaine est un des vecteurs de la littérature technique carolingienne et il est fort probable que le chapelain de Charlemagne, Aldric, s'en inspire lorsque, à peine nommé évêque du Mans, il fait conduire l'eau dans son palais épiscopal (vers 834)16. A Auxerre, c'est l'abbé Deusdedit qui capte les sources de la montagne Saint-Siméon pour pallier la pénurie d'eau de la riche abbaye de Saint-Germain17. La tradition technique de l'aqueduc héritée de l'antiquité se renforce et, passée la conquête normande, elle se diversifie. Il est moins question de galeries et de conduites souterraines réservées au seul usage domestique que de larges canaux dérivés de rivière, destinés aux besoins énergétiques, alimentaires, voire artisanaux. Ainsi, lorsque la reine Constance, fille de Guillaume d'Arles, choisit le site d'Etampes pour y édifier son palais vers 1015, elle exige toutes les commodités en eau et pour cela, fait détourner la Chalouette sur plus d'un kilomètre18 : la rivière vient arroser ses jardins, faire tourner ses moulins, alimenter les bâtiments. A Douai, autour de l'an mil, on capte les sources de la la Satie et on perce le seuil de Vitry sur trois kilomètres pour augmenter la Scarpe dont la puissance permet alors de faire tourner six moulins19 et d'arroser les premiers ateliers textiles. A Caen, autour de 1070 c'est l'Odon qui est dérivé vers l'abbaye Saint-Etienne pour permettre aux bateaux de remonter jusqu'à l'intérieur de la propriété et fournir l'eau nécessaire aux besoins quotidiens des moines20.

  • 21 Sous l'abbé Lambert (1095-1123), LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France. Lille, (...)
  • 22 Avant 1174, d'ARBOIS de JUBAINVILLE, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, Paris, 1861, I, (...)
  • 23 BOURQUELOT, Histoire de Provins, Paris, 1839, I, p. 270 : ruisseau des Auge9 (avant 1160), ruissea (...)

6Moins monumentale que la technique romaine, l'hydraulique médiévale travaille à fleur de terre, suivant le plus possible la pente naturelle du relief quitte à utiliser en fin de parcours des machines élévatoires actionnées par des roues de moulin pour distribuer l'eau sous pression comme à l'abbaye Saint-Bertin au début du xiième siècle21. A Troyes, Henri le Libéral fait tirer le canal des Trévois sur deux kilomètres pour conduire une partie des eaux à son nouveau palais tandis que le reste doit servir à nettoyer les nouveaux quartier et lutter contre d'éventuels incendies22 : un véritable réseau de distribution à ciel ouvert est ainsi établi, passant en léger remblai et à l'aide de coffres en bois les deux rivières, la Vienne et la Seine, pour se déverser ensuite dans cette dernière par le Ru Cordé, technique qu'on retrouve dans l'autre grande ville de la Champagne médiévale, Provins23.

  • 24 GUILLERME, La cité, l'eau et les techniques ; fin iiieme-début xixème siècle, Seyssel. éd. Champ V (...)
  • 25 POQUET, "Notice historique sur l'ancienne abbaye Notre-Dame de Soissons", Bulletin de la Société H (...)
  • 26 BUSSON, LEDRU, Actus pontificorum Cenomannis in urbe degentum, Le Mans, 1902, p. 465.

7A côté de ces grands aménagements hydrauliques, vitaux pour le développement urbain et qui induisent une parfaite maîtrise du nivellement et de l'hydrologie de surface, une connaissance approfondie de la géologie24, on trouve des travaux de moindre envergure destinés à la commodité des bâtiments des grands seigneurs fonciers des villes. L'abbesse Julienne de Notre-Dame de Soissons fait passer des canaux sous les rues de la cité pour établir des fontaines dans son monastère. Les travaux commencés, semble-t-il, peu après 1152 sont achevés avant 118425. A la même époque, Guillaume de Passavant prolonge l'aqueduc construit par Aldric jusqu'à la grande salle de son nouvel évêché du Mans26.

  • 27 LANGLOIS, La connaissance de la nature, Paris, 1927, III, p. 202. Le cycle souterrain de l'eau est (...)
  • 28 Cartulaire général de Paris, éd. de LASTERIE, Paris, 1887, n° 184 (avant 1119). En 1161 et 1169 el (...)
  • 29 GOGEARD, "Rouen souterrain, notice sur les anciennes sources", Bulletin des Amis des Monuments Rou (...)

8Mais, à mesure du développement urbain, il devient difficile d'amener l'eau par canaux sans bousculer l'occupation du, sol. Désormais, on préfère la conduite forcée souterraine qui ne nécessite que l'achat du droit de passage ou une simple autorisation du propriétaire foncier. Elle va capter sur les collines bordant la ville la meilleure eau, celle qui a été purifiée par le feu souterrain et qui sort du sein de la terre27 -i. e. celle des sources- pour l'amener sous pression aux fontaines privatives des plus riches abbayes. Dès le début du xiième siècle, Saint-Martin-des-Champs de Paris cherche à acquérir des terres pour mener jusque chez elle les eaux de Montmartre : elle y parvient au milieu du xiiième siècle28. A Rouen, les religieux de Saint-Ouen obtiennent confirmation d'un canal de pierre et d'un conduit desservant la source Saint-Nicaise en 1248 ; quatre ans plus tard l'abbaye Saint-Amand tire les eaux de la source Notre-Dame jusqu'à son cloître tandis que le prieuré de Saint-Lô doit partager celles de la source Gaalor avec les franciscains nouvellement installés dans cette ville29.

  • 30 En 1239, QUANTIN, Cartulaire général de l'Yonne, II, Auxerre, 1860, p. 209, n° 462.
  • 31 COTE, Les ordres mendiants à Provins au xiiième siècle-Etude sur le phénomène urbain, Mémoire de d (...)
  • 32 Titre de la maison Bellevue de 1794 cité dans MULLER, "Essai d'une monographie des rues, places et (...)
  • 33 SCHNEYER, "Alberts des Grossern ausburger Tredigtzyklus über den hl augustinus", Recherches de thé (...)
  • 34 HUMBERT de ROMANS, Opera de vita regulari, éd. BERTHIER, Rome, 1889, II, p. 338.
  • 35 MEERSSMAN, "L'architecture dominicaine au xiiième siècle-Législation et pratique", Archivum Fratum (...)

9Car les couvents d'ordre mendiant, héritiers urbains des abbayes cisterciennes, cherchent aussi à se procurer l'eau courante. A peine installés à Sens (1230), les dominicains reçoivent du chapitre Saint-Pierre un filet d'eau pris au moulin de la porte Saint-Antoine et mené jusqu'à l'intérieur des bâtiments par un conduit souterrain30. A Provins, Thibaud IV cède aux franciscains une conduite branchée sur la fontaine Saint-Ayoul malgré la réticence du prieur tandis que les dominicains reçoivent de deux donateurs la fontaine de la Ribaudoise et le libre passage dans leurs vignes pour y poser des tuyaux31. A Senlis, c'est Louis IX qui autorise les franciscains à percer la muraille pour prendre à la rivière l'eau nécessaire à leurs besoins par "une galerie de cinquante pieds de long sur quatre pieds trois pouces de large et cinq pieds et demi de haut qui alloit à l'extrémité du jardin des cordeliers à la rivière"32. La fontaine jaillissante n'est-elle pas pour Albert le Grand une marque d'urbanité ?33 On sait que dans chaque couvent dominicain, un frère surintendant est chargé de la surveillance et de l'exécution de toutes les constructions34 et que l'hygiène collective - évacuation des eaux usées, latrines, ventilation des édifices - y est particulièrement développée35.

  • 36 De LEPINOIS, Histoire de Chartres, Chartres, 1854, I, p. 333.
  • 37 Cartulaire général de Paris, op. cit., n° 554 ; en outre le chapitre de Sainte Opportune leur donn (...)
  • 38 FELIBIEN, Histoire le la ville de Paris, 1725, V, p. 604.
  • 39 De BEAUREPAIRE, "Note sur la fontaine du Chapitre", Bulletin de la Comission des Antiquités de la (...)
  • 40 GIDON, "Sur les conditions d'habitabilité du site actuel de Caen, Bulletin de la Société des Antiq (...)

10Les hôtels-Dieu cherchent aussi à disposer d'eau courante. Vers 1090, à Chartres un petit aqueduc est construit à partir d'une source située en contrebas de la cathédrale pour desservir une maison-Dieu qui sera détruite en 113436. Un peu plus tard nous voyons les Hospitaliers de Saint Lazare à Paris acheter le droit d'établir un aqueduc dans des vignes (1178)37 et concéder une partie des eaux aux Filles-Dieu (1265)38. A Rouen une dérivation venant de l'abbaye Saint Amand alimente 1'hôtel-Dieu dès 122439. D'autres hôpitaux disposent comme à Caen et Provins de fontaines naturelles à proximité immédiate40bordent la rivière d'où l'on peut puiser à volonté - Amiens, Paris, Troyes, Evreux- ou possèdent un grand puits - Sens, Etampes, Beauvais. Car le lavage du linge, l'hygiène corporelle et le nettoyage des salles exigent de grandes quantités d'eau.

  • 41 CHERRIERE, L'eau à Paris au xvieme siècle, Paris, 1912, p. 6 ; FELIBIEN, op. cit,, III, p. 25.
  • 42 PROU, d'AURIAC, Actes et comptes de la commune de Provins de l'an 1271 à 1300, Provins, 1933, p. 1 (...)
  • 43 HERON, Deux chroniques de Rouen, Rouen, 1900, p. 55
  • 44 GOGEARD, op. cit., p. 44.

11La construction de ces aqueducs ne laisse pas indifférentes les autorités qui y ont parfois participé par des legs ou des autorisations et peu à peu l'utilité publique de la distribution de l'eau prend forme, surtout pour les nouveaux quartiers éloignés des rivières ou des canaux où il s'agit à la fois de pallier la rareté de l'eau et de réduire les risques d'incendie : fontaines des Halles (vers 1183) et des Innocents (1274) à Paris41, fontaines de la Planche-aux-Chiens, de la rue aux Aux, du pont Véron à Provins, installées en 128342, fontaine Notre-Dame à Rouen (1278)43 à laquel-s'ajoutent bien plus tard celles du Baillage (1455), de la Grosse Horloge (1456) et de la Crosse (1481) toutes trois branchées sur la fontaine des Cordeliers44.

12Ces monuments occupent une place de choix dans la ville, ils parent le bâtiment de l'autorité royale (Baillage), l'extrémité d'un pont (Ponceau à Paris, Pont Véron à Provins), le coin d'une rue (Innocents à Paris, aux Aux à Provins) ou d'une place (Les Halles à Paris, de la Crosse à Rouen). Ils connotent la richesse urbaine et révèlent l'urbanité.

  • 45 Des aqueducs sont construits à Milan dès 1170, à Sienne en 1193, à Bologne, Crémone, Come, Pérouse (...)

13Cependant, nous sommes bien loin ici des belles fontaines aux eaux jaillissantes édifiées aux xiième et début xiiième siècle en Italie45. Le surnom de "Pissotte" adopté pour la fontaine Saint-Martin à Paris ou "Pisselotte" pour celle de Notre-Dame à. Rouen laisse supposer un très faible débit. Cela vient en partie du captage qui reste au niveau d'affleurement de la nappe souterraine mais surtout du gabarit des conduites qui ne dépasse jamais trois ou quatre centimètres de diamètre.

Caractéristiques de quelques conduites.

  • 46 FREMONT, Origine et évolution du tuyau, Paris, 1920, PP. 8-12 ; CHABOT, "Histoire des distribution (...)
  • 47 On a utilisé la formule de Bazin donnant le débit en fonction de la section mouillée, du rayon hyd (...)

14La tuyauterie peut être de bois, de plomb ou de terre cuite. Si nous ne trouvons pas mention de tuyau en bois, en revanche le plomb est employé un peu partout. Le procédé de fabrication ne semble pas avoir évolué depuis l'époque romaine : la feuille de plomb est enroulée autour d'un mandrin et les extrémités sont soudées par un coulis d'étain ; la longueur ne dépasse pas deux mètres46 et les pertes de charge dues au frottement de l'eau sur la paroi ne sont pas très conséquentes. Les tuyaux en terre cuite sont aussi couramment utilisés. De courte longueur-quatre ou cinq décimètres- et de forme légèrement conique, ces tuyaux sont emboutis les uns dans les autres -et étanchés par un joint d'argile crue. Les discontinuités internes augmentent considérablement les pertes de charge et bien qu'on les choisît plutôt pour les diamètres supérieurs, ces tuyaux ne fournissent pas plus d'eau que ceux en plomb. Un calcul théorique même très approximatif laisse supposer que la fontaine des Filles-Dieu à Paris (ou des Cordeliers à Rouen) ne débite pas plus de dix litres d'eau par minute47 soit une demi-douzaine de "voies" (mesure de Paris) ou "d'arcs" (mesure de Chartres) à l'heure. Chiffre très éloigné de celui des canaux aériens creusés antérieurement (300 m3 pour le canal des Trévois à Troyes, 100 pour la Chalouette à Etampes, 250 pour le Thérinet à Beauvais).

Représentation extraire du Livre des fontaines de Jacques Le Lieur, Rouen, 1525

  • 48 Jacques LE LIEUR, Le livre des fontaines, éd. de JOLIMONT, Rouen, 1845, pl.46 et 47.
  • 49 Archives Nationales, S. 1435, pièce 3.
  • 50 ANCHEL, "Quelques notes sur l'abbaye de Saint-Sauveur d'Evreux", Bulletin de la Société des Arts d (...)
  • 51 MORTET, Recueil de textes relatifs à l'architecture et à la condition des architectes en France au (...)
  • 52 De BEAUREPAIRE, op. cit., p. 274.
  • 53 MOET de LA FORTE MAISON, Antiquités de Noyon, Rennes, 1845, p. 458.
  • 54 LECARON, Essai sur les travaux publics à Paris au Moyen Age Paris, 1876, p. 25.

15De fait, les fontaines publiques du xiiième siècle restent modestes dans leur décor : une simple cuve de réception pour la fontaine Maubée à Paris, un bassin hexagonal surmonté d'une pile centrale munie d'un chapiteau percé de trois becs qui laissent échapper de petits jets pour la fontaine de l'Hôpital de Provins ou la fontaine Notre-Dame à Rouen48. Celle du Temple à Paris se compose d'"un pilier sur lequel a ung bassin ou vaissel auquel sont receues les eaux communes, ledit pillier sis en la closture du temple"49. Les fontaines abbatiales sont beaucoup plus richement décorées : le buffet de la fontaine du cloître de Saint-Sauveur d'Evreux est long de quatre mètres et décoré de onze arcatures en arc aigu trilobé50, le lavabo de Saint-Bertin construit en 1171 est surmonté d'une statue équestre couronnée représentant le roi dont le cheval repose au-dessus d'un dauphin vomissant de l'eau à gros bouillons51. Mais c'est payer bien cher un tel agrément. L'abbaye Saint-Amand de Rouen se saigne du tiers de son revenu annuel -soit quatre cents livres- pour avoir l'eau courante en 125452 et beaucoup plus tard, en 1492, la ville de Noyon dépensera mille livres pour l'établissement d'une fontaine devant son beffroi53. Car pour maintenir en état ces jets d'eau, on doit employer en permanence un fontainier54.

  • 55 PROU, D'AURIAC, op. cit., p. 134. Paris et Rouen adopteront au début du xvème siècle le système de (...)

16Pour le nord de la France, Provins est la seule ville à opter pour une politique de distribution de l'eau à domicile. Dès 1273, le maire René Acorre fait capter les sources des collines méridionales et le fontainier Thomas de la Pisserotte les conduit par les rues jusque dans les maisons moyennant une redevance annuelle55. Une fois encore, Provins montre qu'elle est, au xiiième siècle, à la pointe de l'innovation.

  • 56 Puits Berchet et de l'Ours à Chartres, des Anettes à Beauvais, d'Amour à Châlons-sur-Marne, aux Lo (...)
  • 57 A moins que l'eau du puits soit au contraire réservée au seul usage artisanal : que dire du puits (...)

17A défaut d'aqueduc, la grande majorité des citadins font creuser dans leur arrière-cour ou dans leur maison un puits dont l'eau sert tout à la fois aux besoins domestiques et artisanaux -teinture des draps, traitement du cuir, etc. Aux quelques puits publics hérités du haut Moyen-Age s'en ajoutent d'autres édifiés aux carrefours, près des marchés dans les quartiers en voie d'urbanisation. Certains sont forés très près des canaux56, ce qui laisse supposer que les riverains préfèrent ne pas consommer l'eau courante partiellement souillée par les "métiers de la rivière"57.

  • 58 VIOLLET LE DUC, Dictionnaire raisonné de l'architecture française. Paris, 1854-68, VII, art. "puit (...)
  • 59 Auxerre, Châlons-sur-Marne, Evreux, Paris, Provins, Beau-vais.
  • 60 A Provins, des fontaines se situent près de la porte des Bordes, BOURQUELOT, op. cit., p. 273 ;les (...)

18Rares sont les actes mentionnant le forage d'un puits. Il semblerait, en se référant aux coutumes post-médiévales, que l'entretien des puits publics est pris en charge collectivement par les riverains et il est fort possible qu'aux xiième et xiiième siècles ce sont eux qui les creusent et les décorent. Ceinturés d'une margelle de pierre parfois surmontée d'un jambage sculpté, ces puits publics ont l'éclat des fontaines artificielles des grandes villes du royaume58. Leur qualification, certes variable dans le temps, révèle néanmoins un élément du bâti -Fourché à Châlons, Crochet à Chartres, à la Chaîne au Mans- ou le voisinage des édifices publics -du Bef froi à Amiens, Mauconseil à Paris, de la Halle à Sens. Au xivème siècle, beaucoup prennent le nom de Puits d'Amour59, indice de rendez-vous galants voire de prostitution et d'autres puits jouxtent les ponts Puttesavatte à Châlons ou Puttemusse à Provins et des lupanars -puits des Dames à Auxerre, puits Daviot à Troyes60.

  • 61 GUERAUD, Paris sous Philippe le Bel, d'après les documents originaux, Paris, 1837.
  • 62 De LEPINOIS, op. cit., p. 213
  • 63 En 1377 à Chartres, ils sont exemptés des tailles et subsides, privilèges maintenus en 1612 à cond (...)

19Tous ces points d'eau sont des lieux importants de la sociabilité urbaine. Si l'on prend la consommation moyenne d'une famille de six personnes selon les normes de Bruyère, ce sont plus de quarante litres - soit la quantité que peut livrer en une fois le porteur d'eau - qui sont nécessaires quotidiennement, soit deux ou trois voyages à l'aide de récipients de moyenne capacité…Autant de rencontres. Travail féminin ? Peut-être, mais le dur métier du portage est en majorité occupé par les hommes à Paris : ils sont quatre-vingts officiellement recensés à Paris à la fin du xiiième siècle61, soit un porteur pour trois mille habitants - chiffre que nous pouvons admettre pour Auxerre et pour Chartres où la confrérie des "éviers" offre un vitrail à la cathédrale62. Colporteurs d'informations, les porteurs d'eau jouent aussi un rôle fondamental dans la lutte contre les incendies63.

20Du point de vue des techniques, les cités médiévales n'ont rien à envier aux villes romaines. Elles savent capter l'énergie hydraulique, détourner des rivières pour développer leur artisanat, s'entourer de fossés pour se protéger : leurs "aqueducs" exigent d'énormes travaux de terrassement nécessitant parfois une précision de miniaturiste. Quant aux conduites souterraines et aux fontaines, leur technologie transmise depuis l'Antiquité par les commandes de l'aristocratie n'a certes pas la puissance de celle des aqueducs romains. Mais les besoins ménagers sont relativement modestes comparés à la consommation des thermes. Si les villes de stature internationale - Paris, Rouen, Provins - préfèrent s'équiper de fontaines artificielles dès le xiiième siècle, les autres se contentent de puits, attendant la fin du xvème siècle pour aménager sur leur place principale une fontaine monumentale.

Notes

1 Rapport du 9 Floréal anX, p. 7. Pour l'Angleterre ; GIRARD, Recherches sur les eaux publiques de Paris, Paris 1812, p. 12.

2 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, ed. GUERARD, Paris, 1840, I, p. 48 (introduction du moine Paul) ; DE BOISVILLETTE Statistique archéologique de l'Eure-et-Loir, Chartres, 1864, I, pp. xvii-xviii ; LECOCQ, Une excursion archéologique à Chartres à travers les tranchées, Chartrès, 1875, p. 63 ; CHEDEVILLE, Chartres et ses campagnes, Paris, 1973, p. 401

3 "Vita S. Aldrici", Acta sanctorum, Boll., Janvier, I, p. 338 ; BOUTON, "Les aqueducs antiques de la cité du Mans", Bulletin de la Société Archéologique des Sciences et Arts de la Sarthe, 1953, p. 32

4 C'est le cas, entre autre, du Moustier de Vorges (Aisne), Charte royale de 1368 mentionnée dans le Bulletin de la Société Académique de Laon, 35, 1911-13, p. xlix. En Picardie, de longs convois de chars remontaient des tonneaux remplis d'eau jusqu'aux villages des plateaux, DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines, Paris, 1905, pp. 143-145 ; FOSSIER, La terre et les hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiieme siècle, Paris/Louvain, 1968, pp. 368-369.

5 La citerne de Villiers-la-Grange près d'Auxerre, située sous la place de l'église, avait une capacité de 260 m3 BLIN, "La citerne de Villiers-la-Grange", Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, 61, 1907, pp. 213-216 ; pour l'abbaye Saint-Denis, FORMIGE, L'abbaye royale de Saint-Denis - recherches nouvelles, Paris, 1960, p. 83, et plus généralement VIOLLET LE DUC, Dictionnaire raisonné de l'architecture, Paris, 1864.

6 MARTINET, "Les pratiques païennes à Laon à l'arrivée de sainte Salaberge au viième siècle", Mémoires de la fédération des Sociétés Savantes de l'Aisne, 14, 1968, pp. 51-60 ; homélie de Saint-Eloi, "Vita S ; Eligii", Acta Sanctorum, Décembre, I, p. 47 ; à Rouen Saint-Romain implante une chapelle dédiée à Notre-Dame sur les sources de l'amphithéâtre "Vita S. Romani", ibid., octobre, I, p. 74.

7 Nombreux exemples dans COCHET, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, 2ème éd., 1866 ; COPBLET, Hagiographie du diocèse d'Amiens, Amiens, 1894 ; CHAPR0N, "La perte" vers l'eau "de certaines églises", Histoire locale Beauce-Perche, 22, 1966, pp. 9-13. Pour les baptistères : fontaine Saint-Nicolas à Chartres, MAYEUX, "L'Eglise Saint-André de Chartres et l'église Saint-Nicolas", Mémoires de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir, 1914, p. 136 ; fontaine Saint-Pélerin à Auxerre, LOUIS, "Les fouilles de Saint-Pélerin à Auxerre", Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, 81, 1927, p. 206.

8 JANVIER, "La légende de Sainte-Ulphe", Conférence des Rosati picards, 17, 1863, p. 7. Le puits Saint-Gaudin à Soissons s'appelle aussi Merlin (du nom d'un voisin), BINET, "Un puits historique à Soissons : le puits Saint-Gaudin", Bulletin de la Société Historique de l'Aisne, 13, 1905, pp. 276-284.

9 Puits Notre-Dame à Beauvais contemporain de la Basse-Oeuvre, DANIEL, "De l'ancienne cité de Beauvais", Bulletin de la Société Académique d'Archéologie de l'Oise, 1852, p. 400 ; puits des Saints-Forts dans la cathédrale de Chartres, MEPLET, "Le puits des Saints-Forts et l'ancienne chapelle Notre-Dame-sous-terre", Congrès Archéologique de France, 72ème session, Chartres, 1900, p. 226 ; puits de l'Oeuvre à Rouen, creusé vers l'an mil, remonté et clos peu après 1200, LANFRY, "Le puits de l'Oeuvre dans la crypte romane du xième siècle", Bulletin du Comité Archéologique de Seine-Inférieure, 27, 1968-1969, p. 173 ; à Saint-Denis, puits du ixème siècle dans la chapelle centrale de la crypte, FORMIGÉ, op. cit., p. 183.

10 "Colimbus, id est aqueductus", MARTINET, "Un palais décrit dans un manuscrit carolingien de la bibliothèque municipale de Laon", Mémoires des Sociétés Savantes de l'Aisne, 12, 1966, p. 80.

11 Pour Noyon, GRAVE, "Précis statistique sur le canton de Noyon", Annuaire de l'Oise, 1852, pp. 72-73 ; Château-Thierry, BARBEY-SOULIAC, "Second rapport sur les tombes de Château-Thierry", Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Soissons, 16, 1862, p. 147.

12 Vita S. Rigoberti ; Acta Sanctorum, Janvier, I, p. 174. Il utilise des conduites en poterie.

13 EGINHARD, Oeuvre complète, éd. TEULET, Paris, 1843, p47.

14 PEETERS, Le "Codex bruxellensis" 5253 (b) de Vitruve et la traduction manuscrite du "de architectura", Mélange Félix Grat. II, Paris, 1949, p. 123 ; VITRUVE, De Architectura, livre VIII, éd. CALLEBAT, Paris, Les Belles Lettres, 1973, introduction. Selon PEETERS, op. cit., p. 121, on connaît une trentaine de manuscrits médiévaux du traité de Vitruve.

15 Frontin- Des aqueducs de la ville de Rome, Paris, 1944, p. xvii.

16 Vita, op. cit., p. 388

17 MGH, Formulae merov. et karol., I, pp. 322-323, charte de confirmation de Louis le Débonnaire (entre 816 et 835).

18 HELGAUD, "Vie du roi Robert", in POGNON, L'an mille, Paris, 1947, p. 237.

19 LOHRMANN, "Entre Arras et Douai : Les moulins de la Scarpe au xième siècle et les détournements de la Satis", Revue du Nord, 1984, (à paraître).

20 MUSSET, "Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises", Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 37, 1967, p. 67.

21 Sous l'abbé Lambert (1095-1123), LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France. Lille, 1943, VI, pp. 45-46 qui mentionne d'autres constructions hydrauliques.

22 Avant 1174, d'ARBOIS de JUBAINVILLE, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, Paris, 1861, I, p. 258 ; le réseau comprend le Grand-Ru dont la largeur devait être de 12 pieds le Petit-Ru (7 pieds), deux autres canaux parallèles, larges de 4pieds ainsi que des traversins. La profondeur moyenne devait être de 4 pieds, CHAUMONNOT, Rivière de Seine, étude sur la dérivation de Troyes, Troyes, 1868, p. 68.

23 BOURQUELOT, Histoire de Provins, Paris, 1839, I, p. 270 : ruisseau des Auge9 (avant 1160), ruisseau de la Pinte (avant 1227).

24 GUILLERME, La cité, l'eau et les techniques ; fin iiieme-début xixème siècle, Seyssel. éd. Champ Vallon, 1983, chap. III.

25 POQUET, "Notice historique sur l'ancienne abbaye Notre-Dame de Soissons", Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Soissons, 1854, p. 258. En 1184, le comte autorise l'évacuation des eaux usées, GERMAIN, Histoire de l'abbaye royale Notre-Dame de Soissons, Paris, 1675, p. 443.

26 BUSSON, LEDRU, Actus pontificorum Cenomannis in urbe degentum, Le Mans, 1902, p. 465.

27 LANGLOIS, La connaissance de la nature, Paris, 1927, III, p. 202. Le cycle souterrain de l'eau est transmis par Cassiodo-re, Isidore de Seville, Théophile, Avicenne, Gerbert, Thomas d'Aquin qui renvoie à Socrate et Platon tandis que le cycle aérien (celui que nous connaissons aujourd'hui) est défendu par Aristote qui ne néglige pas pour autant le cycle souterrain

28 Cartulaire général de Paris, éd. de LASTERIE, Paris, 1887, n° 184 (avant 1119). En 1161 et 1169 elle reçoit d'autres vignes entre sa clôture et ses possessions antérieures au mont de Savie et Montmartre, ibid., n° 426. En 1244 l'abbaye est équipée de fontaines, KLEINDIENST,"La topographie et l'exploitation des marais de Paris du xiième au xviième siècle", Bulletin de la Société d'Histoire de Paris Ile-de France, 1963, p. 82, note 1.

29 GOGEARD, "Rouen souterrain, notice sur les anciennes sources", Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, 1906, p. 66 ; de BEAUREPAIRE, "Notice sur la fontaine du Chapitre", Bulletin de la Comission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 1900-1902, p. 48 et p. 272.

30 En 1239, QUANTIN, Cartulaire général de l'Yonne, II, Auxerre, 1860, p. 209, n° 462.

31 COTE, Les ordres mendiants à Provins au xiiième siècle-Etude sur le phénomène urbain, Mémoire de diplôme de l'Ecole pratique des HAutes Etudes, VIème section, juin 1972, p. 62 et p. j. n° 19 et 20, entre 1269 et 1287.

32 Titre de la maison Bellevue de 1794 cité dans MULLER, "Essai d'une monographie des rues, places et monuments de Senlis", Comptes-Rendus et Mémoires du Comité archéologique de Senlis, 1878, p. 183. La donation est mentionnée dans le ms AFF0RTY, B. M. Senlis, t XVII, p. 34

33 SCHNEYER, "Alberts des Grossern ausburger Tredigtzyklus über den hl augustinus", Recherches de théologie ancienne et médiévale, 56-57 ; 1969-70, p. 131.

34 HUMBERT de ROMANS, Opera de vita regulari, éd. BERTHIER, Rome, 1889, II, p. 338.

35 MEERSSMAN, "L'architecture dominicaine au xiiième siècle-Législation et pratique", Archivum Fratum Praedicatorum, 1946, p. 136-40 ; pour l'Angleterre, ROBINS, History of water-supply, Londres, 1946, p. 100.

36 De LEPINOIS, Histoire de Chartres, Chartres, 1854, I, p. 333.

37 Cartulaire général de Paris, op. cit., n° 554 ; en outre le chapitre de Sainte Opportune leur donne cinq arpents de prés à cet usage, ibid., n° 555.

38 FELIBIEN, Histoire le la ville de Paris, 1725, V, p. 604.

39 De BEAUREPAIRE, "Note sur la fontaine du Chapitre", Bulletin de la Comission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 1900-1902, p. 270

40 GIDON, "Sur les conditions d'habitabilité du site actuel de Caen, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 1918, p. 278 ; MANCHE, Reconstitution historique de la grande et antique ville de Provins, Provins, 1935.

41 CHERRIERE, L'eau à Paris au xvieme siècle, Paris, 1912, p. 6 ; FELIBIEN, op. cit,, III, p. 25.

42 PROU, d'AURIAC, Actes et comptes de la commune de Provins de l'an 1271 à 1300, Provins, 1933, p. 134.

43 HERON, Deux chroniques de Rouen, Rouen, 1900, p. 55

44 GOGEARD, op. cit., p. 44.

45 Des aqueducs sont construits à Milan dès 1170, à Sienne en 1193, à Bologne, Crémone, Come, Pérouse au cours du xiiième siècle, HULLMANN, Stadtwesen des Mittelalters, Berlin, 1829, IV, p. 37.

46 FREMONT, Origine et évolution du tuyau, Paris, 1920, PP. 8-12 ; CHABOT, "Histoire des distributions d'eau", Chaud-Froid-Plomberie, juil.62, pp. 97-101 ; BUFFET, EVRARD, L'eau potable à travers les âges, Liège, 1950, chap.2 ; sur 1 utilisation du plomb, GUILLERME, "Sur l'histoire du plomb au moyen âge", Milieux, n° 7-8, pp. 58-62.

47 On a utilisé la formule de Bazin donnant le débit en fonction de la section mouillée, du rayon hydraulique, de la, pente et du coefficient de rugosité des parois, voir DUPONT, Hydraulique urbaine, Paris, Eyrolles, 1978, 2 vol. 

48 Jacques LE LIEUR, Le livre des fontaines, éd. de JOLIMONT, Rouen, 1845, pl.46 et 47.

49 Archives Nationales, S. 1435, pièce 3.

50 ANCHEL, "Quelques notes sur l'abbaye de Saint-Sauveur d'Evreux", Bulletin de la Société des Arts du département de l'Eure, 1910, p. 31.

51 MORTET, Recueil de textes relatifs à l'architecture et à la condition des architectes en France au moyen-âge, xième-xiième siècle, Paris, 1911, p. 121, n° 6

52 De BEAUREPAIRE, op. cit., p. 274.

53 MOET de LA FORTE MAISON, Antiquités de Noyon, Rennes, 1845, p. 458.

54 LECARON, Essai sur les travaux publics à Paris au Moyen Age Paris, 1876, p. 25.

55 PROU, D'AURIAC, op. cit., p. 134. Paris et Rouen adopteront au début du xvème siècle le système de concession privative et gratuite pour les membres de la famille royale ou les anciens prévots.

56 Puits Berchet et de l'Ours à Chartres, des Anettes à Beauvais, d'Amour à Châlons-sur-Marne, aux Loups S Soissons.

57 A moins que l'eau du puits soit au contraire réservée au seul usage artisanal : que dire du puits des Tanneurs à Troyes ou du puits Linière à Orléans ?

58 VIOLLET LE DUC, Dictionnaire raisonné de l'architecture française. Paris, 1854-68, VII, art. "puits" en donne quelques représentations.

59 Auxerre, Châlons-sur-Marne, Evreux, Paris, Provins, Beau-vais.

60 A Provins, des fontaines se situent près de la porte des Bordes, BOURQUELOT, op. cit., p. 273 ;les références concertant les puits se trouvent pour Senlis dans LEFRANC, "Etude sur le plan de Senlis de 1772", Comptes-rendus et Mémoires du Comité Archéologique de Senlis, 1864, p. 89 ; pour Rouen, QUENEDEY, L'habitat rouennais, Rouen, 1946, p. 101 ; de VESLY, "Découverte de vestiges archéologiques, rue du Grand-Pont à Rouen", Bulletin des Amis des monuments rouennais, 15, 1909-11, p. 156 ; Auxerre : RICHARD, "En flânant le long de l'émissaire", Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles del'Yonne, p. 102, 1967-68, pp. 205-12 ; Caen :GIDON, op, cit. p. 232 ; Chartres : de LEPINOIS, Histoire de Chartres, op. cit., p. 461 ; Orléans : de TORQUAT, "Rapport sur les fouilles pratiquées au mois d'avril 1866 rue Jeanne d'Arc", Bulletin de la Société Archéologique de l'Orléanais, 4, 1867, p. 348 ; DOIMEL, Cartulaire de Notre-Dame de Voisins, Orléans, 1878, p. XXV ; Reims : BOUSSINESQ, LAURENT, Histoire de Reims depuis les origines jusqu'à nos jours, I, Reims, 1933, p. 354 ; Troyes : PIETRESSON de SAINT-AUBIN, Essai sur la formation et le développement topographiques de la ville de Troyes jusqu'à l'année 1524, Thèse Ecole de Chartres, 1917, p. 204 et p. 502 ; FLECHEY, "Puits de la ville de Troyes", Mémoires de la Société Académique d'Agriculture, des Sciences et Arts du département de l'Aube, 18, 1854, p. 414 ; Laon : "Echelle hydrotimétriques des eaux de sources et de puits de la ville de Laon", Bulletin de la Société Académique de Laon,10, 1860, pp. 80-86 ; Paris : DIFFRE, Historique de l'alimentation en eau de Paris, sdnl, 22 p ; Etampes : LEFEVRE, Etampes et ses monuments aux xième et xiième siècles. Paris, 1907, pp. 82, 114 ; Evreux : LAMIRAY, Promenade historique et anecdotique dans Evreux, Evreux, 1927 pp. 26, 47, 83 ; PITOISET, "Recherches sur les rues d'Evreux", Recueil des Travaux de la Société Libre d'Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres de l'Eure, 1920, pp. 92-195.

61 GUERAUD, Paris sous Philippe le Bel, d'après les documents originaux, Paris, 1837.

62 De LEPINOIS, op. cit., p. 213

63 En 1377 à Chartres, ils sont exemptés des tailles et subsides, privilèges maintenus en 1612 à condition qu'ils continuent à assurer le service des incendies, ACLOCQUE, Les corporations, l'industrie et le commerce à Chartres, Paris, 1917, p. 143.

Table des illustrations

Légende Caractéristiques de quelques conduites.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Représentation extraire du Livre des fontaines de Jacques Le Lieur, Rouen, 1525
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

École nationale des travaux publics de l'état

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540