Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'odeur de soufre des eaux thermales à propos de Flamenca et de textes médiévaux non littéraires

Gérard Gouiran

Texte intégral

  • 1 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, éd. Pléiade, t. I, p. 234.
  • 2 Les citations de Flamenca sont tirées de l'édition de René Nelli et René Lavaut, Les Troubadours, (...)

1On connaît l'importance du rôle joué dans l'intrigue de Flamenca par les bains de la ville thermale de Bourbon-l'Ar-chambault : leur univers clos fournit un asile aux amours, si longues à négocier et si rapides à conclure de Guilhem de Nevers et de l'héroïne du roman. Il arrive même, tant ils importent à l'intrigue, qu'on se demande parfois si amour et bains ne se confondent pas et si le verbe se banhar ne fonctionne pas de la même façon que la métaphore "faire cattleya" chez Proust1. Ainsi, lorsque Guilhem, après avoir comblé ses désirs en même temps que ceux de Flamenca, reconduit sa dame vers l'entrée des bains et doit interrompre les douceurs que ses cousins partagent avec les suivantes de la dame de Bourbon, celle-ci leur adresse des paroles qu'on ne saurait qualifier de bégueules : Baron, consi va ? Fort be-us podes esser bainat. A Dieu sias vos comandat, c'est-à-dire, pour suivre la traduction de R. Lavaud et R. Nelli : "Vous avez eu tout loisir de vous baigner"2. On parvient ainsi au point où l'on ne saurait plus distinguer la litote de la métaphore.

  • 3 P. Meyer, Documents linguistiques du Midi de la France, Paris, 1909.

2Je ne consacrerai toutefois pas ma communication à ces aspects littéraires : j'ai, en effet, préféré m'intéresser à l'aspect si réaliste qu'on parlerait volontiers de documentaire que prend dans Flamenca la présentation des thermes. Pour ce faire, j'aurai recours à un second dossier, composé de textes non littéraires, concernant les bains de Digne3. Il va de soi que, comme il s'agit d'autres thermes et de textes qui sont, pour la plupart, postérieurs à la composition du roman de Flamenca, je ne saurais procéder qu'à des rapprochements évocateurs, en évitant toutes les conclusions que cette différence de lieu et d'époque risquerait de placer en porte-à-faux.

3Dans le roman de Flamenca, un long passage est consacré à la description des bains de Bourbon, et cela, de façon si réaliste qu'on a pu parler de véritable prospectus publicitaire ; ce n'est toutefois pas le seul endroit où figurent les thermes et il arrive qu'après une envolée lyrique ou un épisode romanesque l'auteur anonyme dépose une petite touche très visuelle qui nous ramène à la véritable raison d'être de Bourbon : il n'est donc pas difficile de procéder à une sorte d'état des lieux.

4S'il faut en croire le roman, les sources, froides et chaudes, de la station surgissent dans une pierre friable : Le sols dels bains era de tiure tam molz ques hom i pogra escriure e tallar tot ab un coutel, que ja non i calgra martel (vv. 3463-66). On reconnaît bien là le type de sol calcaire, ainsi que le définissent Nelli et Lavaud ("un tuf calcaire"), propice au jaillissement de sources diverses. Ainsi, les premiers thermes ont été des bains souterrains : c'est le cas à Bourbon où le fait qu'on puisse creuser le fameux tunnel entre les bains et la chambre de Guilhem prouve que l'on s'était contenté d'établir la maison de Peire Guyon sur l'emplacement d'une grotte ou d'une ancienne habitation troglodytique, selon la description des vers 1480-81 : E cascus era ben cubertz e claus de murs si com maisos ; c'est aussi le cas à Digne où il est question du banh de la arota (p. 261) et dels bans soteyrans (p. 272).

5Les eaux de Bourbon ont gardé leur renommée pour leurs vertus, caractérisées aujourd'hui, assez barbarement, comme chloro-bicarbonatées, sodiques et calciques, hyperthermales, radio-actives, ce qui est exprimé beaucoup plus simplement par les belles dames du roman qui ne vont pas chercher si loin et se contentent de noter que li bain flairon de prumier (v.6753) : "l'odeur est particulièrement forte". Alors que les modernes, à propos des indications thérapeutiques, citent les arthroses et les traumatismes ostéo-articulaires, l'anonyme, avec cette franchise médiévale si drue, dit simpl-ment : E no-i venia rancs ni clops que totz gueritz no s'en tornes, (w. 1468-9), c'est-à-dire "boiteux ou éclopé".

  • 4 G. Millardet, Le roman de Flamenca, Paris, éd. Boivin, 1936, p. 36.

6Pour demeurer dans le domaine de la thérapeutique, on ne peut qu'être surpris par la mention des "écriteaux" de Bourbon. G. Millardet4 fait remarquer : "il n'y avait pas de ‘médecins traitants' : des écriteaux placés dans chaque bain les remplaçaient économiquement et donnaient les renseignements nécessaires". Cette absence de médecin dans un lieu où leur densité est si forte aujourd'hui nous est d'ailleurs confirmée par les archives de Digne où, à plusieurs reprises, sont enregistrées les difficultés éprouvées par les syndics à assurer la présence d'un médecin dans leur ville.

7Mais une question accessoire se pose : qui lisait donc ces écriteaux destinés à expliquer aux curistes à quoi servaient les sources locales (celles-ci ne semblent pas d'une telle diversité à Bourbon, mais rien n'empêche qu'on ait pu le prétendre ...) et comment on devait les utiliser ? Si l'Anonyme explique : En cascun bain pogras trobar escrih a que avia obs (w. 1466-68), l'héroïne le confirme en donnant des précisions : Mais res non val una vegada, so dison letras que lai son, mais adonoas tenon gran pron quant om si baina per egual dels jorns ques a sentit lo mal (w. 6056-60), nous prouvant ainsi qu'elle sait lire, ce dont on ne doutait guère à propos d'une dame aussi ensenhada. Faut-il alors comprendre que les tenanciers des bains fournissaient à leurs clients une explication du texte ou doit-on conclure de l'existence de tels panneaux que le nombre des gens qui savaient lire au xiiie siècle était bien plus considérable qu'on ne l'a pensé ?

8Au demeurant, de tels écriteaux devaient poser des problèmes de langue, car les curistes de Bourbon provenaient de régions très diverses : Quar de Franssa e de Bergoinna e de Flandris e de Campaina, de Normandia e de Bretaina i ac assas homes estrains que-i eron vengut per los bains (w. 3796-3800), tant et si bien que les hôteliers de la ville, tout au moins ceux qui dirigent des établissements de première catégorie, doivent eux-même être polyglottes et la belle hôtesse de Guilhem saup ben parlar bergono, frances e ties e breto (w. 1908-1909).

  • 5 Lettre figurant parmi les pièces justificatives de l'ouvrage de J. Arnoux, Etude historique sur le (...)
  • 6 P. Meyer, op. cit. pp. 260-261, 9 juin 1441.
  • 7 Ibidem, pp. 269-270, 20 juin 1444.

9En l'absence de médecin traitant, le personnage de l'hôte prend en effet une importance considérable et les bains, s'ils sont considérés par les étrangers et les malades d'un point de vue thérapeutique, sont avant tout, pour les indigènes qui les exploitent, une source de revenus. Ainsi, lorsque les bains de Digne sont mentionnés pour la première fois, le 30 octobre 1293, dans une lettre de Charles II d'Anjou et de Provence, c'est parce que ce seigneur a le souci de récompenser grata servicia que magister Guillelmus de Sancto-Denisio, dilectus fisicus et familiaris nostert un médecin non résidant en quelque sorte, majestati nostre devote prestiterat, prestabat tunc et prestare poterat in futurum. Cet heureux médecin reçoit ainsi une somme de vingt livres qui lui vient, entre autres, du proventus Bastide balneorum civitatis Digne. En même temps lui appartiendront désormais tous les droits sur la Bastide et le bois des Bains, ce qui le dédommagera des charges de cette garde : pro oneribus dicte custodie5. Ainsi donc, les bains de Digne étaient à la fin du xiiie siècle une propriété privée ; or, même si l'on ne trouve aucune trace d'une transaction, ils ont dû devenir par la suite un bien public puisque, un siècle plus tard, ce sont les consuls de la ville que la communauté charge d'effectuer les réparations que requiert l'établissement thermal. Il faut attendre le xve siècle pour que la municipalité charge un officier du soin des bains : es estat ordenat que los senhors sindegues donon l'espital de Sant-Gili dals bans de Diriha, an lo consentiment dal vicari de Monss. de Dinha, a Peyre Bonifay d'esta vila6. Puis de façon encore plus nette puisqu'il ne s'agit plus de l'hôpital (l'espital dals dichs barihs, que se apella l'espital de Sant-Gili), mais des bains proprement dits : es estat ordenat que los senhors sindegues deyan et puascan donar los barihs d'esta vila per governar a .x. ans, o mays o mens, segon que lur sera de ve-jayre, a profiech et honor d'aquellos e de la vila, ad alcun bon home et prodome d'esta vila, et que aquel que les penra a governar sia tengut de ben e degudament los governar, amparar... (20 juin 1444)7.

  • 8 Op. cit. p. 26.

10Si l'on s'appuie sur la remarque de J. Arnoux : "La ville ne retire aucun produit de cet établissement, puisque les trésoriers ne portent jamais rien en recette dans les registres des comptes ; elle donne à l'intendant ou surveillant des Bains 3, puis 5, enfin 10 florins et entretient le bâtiment à ses frais"8, on comprendra fort bien comment les bains, s'ils étaient d'utilité publique et de maigre rapport, ont pu passer de la propriété privée à la propriété collective.

11On serait alors tenté, à l'examen de la situation à Digne, de penser que l'accès aux bains était gratuit ou, du moins, fort peu onéreux. Or, ce n'est évidemment pas le cas dans Flamenca où l'auteur semble même ironiser sur le lien entre l'argent et l'accès aux étuves : E bainar s'i pot quan si voila : Non trobara qui li otolla, pos n'aura fag plag ni coven ab l'oste que-lz loga ni-lz ven (w. 1471-74). On peut se baigner quand on le désire, à condition de ne pas oublier le préalable tout à la fois nécessaire et suffisant : il faut payer. Au demeurant, on voit mal quelle raison, autre que le prix d'accès, ferait que chez Peire Guyon : non s'i bainet si rix hom no (v. 1493). Enfin, il va de soi que si l'Anonyme juge utile de nous préciser : Tot senes pres et em perdo En Archimbautz aqui-s bainava (vv. 1494-95), c'est bien qu'il s'agit justement d'une faveur et que les autres clients doivent payer, et, dans le cas des bons hôtes de Guilhem, on peut penser qu'ils demandent le prix fort.

  • 9 P. Meyer, op. cit. p. 272, 8 octobre 1447.

12Le fait que les administrateurs ou propriétaires de ces établissements thermaux soient rétribués n'a d'ailleurs rien de surprenant, car ils doivent rendre d'importants services. Si l'on ne rencontre qu'une fois à Digne la mention de dos quoquins que cureron l'intragi dels bans soteyrans9, c'est qu'il s'agissait probablement là d'un gros travail qui sortait de l'ordinaire et pour lequel on avait fait appel à des "vagabonds". En fait, les bains doivent être nettoyés fréquemment et la promiscuité et les risques de contagion, réels certes, semblent avoir pris, dans l'imagination des gens, une ampleur fantasmatique, sur laquelle je reviendrai, qui ne permet pas de croire qu'on ne les ait pas nettoyés avec le plus grand soin.

13Dès la première mention des bains dans Flamenca, l'auteur juge bon de nous informer que Peire Guyon tenc sos bains mout ben garnitz e ben escobatz e politz (w. 1491-92). Cet hôte parfait prend même la peine de faire préparer les bains la veille du jour où les patients ont l'intention de les prendre. C'est ainsi qu'il interroge Guilhem, peu pressé d'aller macérer dans les eaux bicarbonatées, sodiques, sulfureuses, etc. : Voles vezer, Sener, con fis los bains, arser, on vos bainasses, adobar ? (w. 3253-55). Archambaut est bien au courant de cette pratique puisqu'il annonce à l'avance à son vassal la venue de Flamenca : Fagz vostres bainz lavar que nostra dona-s vol bainar (vv. 5707-08). Enfin, nous avons même la description exacte de ce travail préparatoire lorsque Peire prend ses dispositions et donne ses instructions à ses valets : Barons, los bains faitz bels e genz, lavas los totz ben d'or en or e gitas tota l'aiga for ques ara i es, pois venga fresca, e gardatz ben mesura cresca, quar ma dorma s'i bainara al primier jorn que i avenra (vv. 5740-45).

14En fait, même s'il est certain que les bains devaient être fréquemment récurés, de tels soins marquent d'abord la qualité exceptionnelle de curistes tels que Guilhem et Flamenca et le désir de les honorer que marque Peire Guyon ; en effet, si de telles précautions avaient été la règle, celui-ci n'aurait pas souhaité montrer son travail à Guilhem et n'aurait pas eu non plus à donner de tels ordres à ses valets puisque, les bains ayant été lavés après utilisation, il n'aurait dû prendre aucune mesure d'exception.

  • 10 Ibidem, p. 271, 14 juillet 1447.
  • 11 Ibidem, p. 278, 17 mai 1450.
  • 12 J. Arnoux, op. cit. p. 18.

15Divers incidents enregistrés à propos des bains de Digne font ressortir l'inquiétude, le plus souvent mal fondée et fantasmatique, qu'entretiennent dans l'esprit du public les risques de contagion, nés de la promiscuité. Ainsi, en 1447, les syndics demandent au bayle que li plassa de ensercav ho de far ensercar sus lo fach dels paures de Sant-Lase, que se son banhas al bans, aquestos jors passas, et, sauput que el aia quals son aquellos, que li plassa de lur far comandar sus bona pena que illi non se layson trobar als bans ni pres de aqui, per lo perilh que hi poiria venir10. Toujours à propos des lépreux, lorsqu'on envoie un député demander qu'ils ne soient pas autorisés à demeurer à Digne, en 1450, on s'empresse de mettre en avant le même motif : per lo perilh que generalment se poyria encorre dels bans d'esta vila11. La même crainte se manifeste encore à propos d'autres groupes de marginaux : je reviendrai sur le cas, assez différent, des fremas falhidas, mais il est intéressant de savoir que "en 1311, à l'occasion d'un grand procès contre les juifs, les habitants de Digne se plaignaient de ce qu'ils allaient avec les chrétiens se baigner aux Bains des eaux minérales"12. Je ne ferai allusion que pour mémoire à l'épidémie de peste pendant laquelle les bains furent évidemment fermés. C'est dire que, à côté des craintes légitimes, il existe une peur de la contagion qui englobe tous les exclus, tous les marginaux de la société et l'on comprend mieux pourquoi l'Anonyme précise avec tant de soin que les bains de Peire Guyon n'accueillaient que la fleur de la société : de toute façon le prix qu'il faisait payer devait écarter une bonne partie de ceux qu'il considérait comme indésirables ; il fallait d'ailleurs pouvoir sacrifier du temps à ces opérations dont la durée semble considérable.

  • 13 P. Meyer, op. cit. p. 278, 31 mai 1450.

16On peut d'ailleurs se demander si dans les villes thermales, l'essentiel du profit provient des étuves ou, bien plutôt, des activités secondaires qui en dérivent. Il suffit de voir la splendeur de l'équipement hôtelier de Bourbon où, chez le seul Peire Guyon, pro i a estables e soliers e cambras a cent cavalliers (w. 1902-03), pour se demander si les hôtels ne rapportent pas beaucoup plus que les étuves et ne représentent pas le véritable profit que ces stations peuvent retirer de leurs eaux ; il arrive même qu'on tente, si j'ose dire, de transformer par la force le curiste en consommateur ; c'est ainsi qu'à Digne on prend soin de lui éviter la tentation de réaliser de petites économies sur sa subsistance : es istat aordenat, present lodich mossen lo bayle, que touts hostes que albergaran gens en lur hcstal ni tenon ostalaria deian provesir de pan ad aquellos hostes que albergavam ni vendran en lur hostel, et que non lo deian point annar comprar en vila13 ; cette ordonnance est, comme on peut le voir, ambiguë, mais je crois qu'elle s'éclaire si on la met en rapport avec les propos de Dame Bellapila, qui accueille Guilhem en lui disant : Totz pros hom que sains deissent estai ab nos per covinent a tot lo meins lo prumier dia, pois tota hora si-l plazia (vv. 1928-31). On pourrait, bien entendu, voir dans ces vers la largesse de la bonne hôtesse accueillant un nouveau client, mais, comme il n'est nullement question de gratuité dans ses propos et que, en outre, on comprend clairement que, si la table d'hôte convient à Guilhem et à sa suite, ils pourront continuer à y manger (et j'exclus sans la moindre hésitation l'hypothèse d'un accueil généreux aussi imprudemment prolongé), je suis tenté de voir dans la réalité dignoise et dans le roman de Bourbon le reflet de la même préoccupation d'assurer aux gérants des bains un profit tiré de la nourriture des curistes.

17Venons-en maintenant au traitement précis de nos faux malades : on remarquera d'emblée que, et le ciel en soit loué, les héros du roman ne paraissent pas faire partie de la clientèle ordi ire des sources de Bourbon, puisqu'ils ne sont, ni l'un ni l'autre, à mettre au nombre des éclopés ; l'auteur va même jusqu'à nous préciser dans le portrait de Guilhem : De las ancas non fon ges rancs (v. 1614), puis qu'il a las cambas sanas (v. 1617). Le mal de Guilhem -et je ne parle évidemment pas ici du mal d'amour, mais de la maladie qui fournit au héros un indispensable prétexte pour se trouver à Bourbon et dont il doit, en conséquence, laisser percevoir des symptômes aux personnes qu'il fréquente- restera mystérieux d'un bout à l'autre de l'œuvre : quar un mal ai que mi destrein (v. 1984) déclare-t-il très évasivement à l'hôte, qui, confiant en sa source, véritable panacée, ne craint pas de lui répondre, sans avoir la moindre idée de sa maladie, que ja nuls hom non sa venra tan destreitz non garisqu'els bainz, ab sol que lo perque s'i bain (vv. 1991-93) ; il va de soi que ce mystérieux perque, traduit par les éditeurs par "le temps nécessaire", fournissait une raison commode en cas d'échec. Pour les commensaux de Guilhem, l'évolution de son mal n'est pas moins étrange, puisqu'elle est dictée par les besoins de l'aventure amoureuse des héros. Lorsque Guilhem doit faire creuser le tunnel qui reliera sa chambre aux bains, sa maladie exige brutalement des soins tels que les hôtes doivent faire place nette. Une amélioration de son état doit résulter de nouveaux soins, à base de frictions, puisqu'il les autorise à rentrer chez eux, une fois la tâche accomplie. Mais que cette rémission était donc trompeuse ! comme les amoureux se sont enfin entendus et que le chevalier peut renoncer à jouer les enfants de chœur, il prétexte une aggravation de son état (vv. 6334-40) pour prier Don Justin, le curé, de lui trouver un remplaçant. Au bout de quatre mois, Guilhem, qui doit se séparer de sa dame afin de pouvoir mieux la retrouver plus tard, n'a que le temps d'annoncer sa complète guérison et son départ (vv. 6921-24). Ainsi, on peut dire que rarement maladie a connu semblable évolution avec des crises, des rémissions et des rechutes aussi imprévisibles que sa guérison. Il est heureux pour le héros qu'il n'y ait pas de médecin à Bourbon et que les bonnes gens qui l'entourent aient les yeux bien trop éblouis par sa munificence pour pouvoir s'interroger sur sa santé.

18Sans doute parce qu'elle doit fournir des prétextes bien plus plausibles, Flamenca souffre d'un mal plus facile à décrire et dont l'évolution est plus classique ; elle nomme elle-même sa maladie, avec une jolie ambiguïté : al cor ai una gota (v. 5671) et, même si elle demande un instant consell de mege (v. 5674), elle connaît parfaitement le traitement que son état requiert. A l'empirisme d'Archambaud qui lui conseille de prendre a cascun dia sol un petit de nos muscada (vv. 5676-77) et de brûler des cierges en l'honneur des Saints, elle préfère les bains dont, dit-elle, elle a déjà éprouvé l'efficacité. A l'appui de ses affirmations, elle cite les écriteaux dont j'ai déjà parlé (vv. 6056-60). L'issue montrera que leurs prescriptions étaient efficaces et, au bout de quatre mois, Flamenca fon si ben estans, gaia e conda e presans qu'En Archimbaut ren nom preset (w. 6661-63). La conséquence peut surprendre : Flamenca est si bien rétablie "qu'elle se souciait maintenant comme de rien du seigneur Archambaut" ; peut-on en conclure que l'effet du traitement a été de guérir le véritable mal de Flamenca, sa sujétion à l'égard de son mari ?

  • 14 A propos de ce passage, M. R. Dragonetti in Le gai savoir dans la rhétorique courtoise, Paris, éd. (...)

19Je laisse encore une fois ici de côté l'aspect proprement littéraire de l'utilisation de l'établissement thermal dans l'économie du roman. Je m'en tiendrai simplement aux aspects les plus extérieurs, aux éléments de description, aux notations qui montrent avec quelle précision l'Anonyme connaît la vie dans une station thermale. A propos de la cape dont Guilhem s'enveloppe pour se rendre à l'église, il note : una capa de negra saia ben faita vest, e pois assaia com ira encapaironatz aisi com homs cant es banhatz (vv. 2220-23)14. Cette allusion n'a d'ailleurs pas d'autre nécessité que la justesse de la description, puisque Guilhem, après le bain, ne doit vraiment pas faire un long trajet à l'extérieur.

20Mais laissons là les choses vues pour revenir à ces fantasmes dont j'ai parlé déjà à propos de la peur de la contagion dans les établissements thermaux : il est nécessaire de revenir maintenant sur cette notion. Les étuves, que l'on soit à Digne ou à Bourbon, sont souvent souterraines, nous l'avons vu, et leurs effets curatifs, qui sont ainsi liés à deux des éléments fondamentaux, la terre et l'eau, ne sont pas très éloignés de la magie : nous sommes à une époque où chimie et alchimie font encore bon ménage. On notera avec intérêt que l'action des bains n'est pas purement mécanique et que, comme dans les cycles de la végétation ou de la marée, la lune joue un rôle important. Lorsque Peire Guyon propose à Guilhem de se baigner, celui-ci répond : Oi no-m voil bainar, car trop es sus en la kalenda, e bon es ques eu m'en atenda ; e-l luna sera deman nona e bainar m'ai en hona bona (vv. 3256-60). Le seul élément quelque peu choquant dans ce dialogue est que Peire Guyon doive recevoir la leçon d'un curiste, alors qu'on s'attend qu'il soit lui-même un spécialiste ; mais Guilhem est tellement parfait, tellement savant ...

  • 15 Dans une note, R. Nelli et R. Lavaud indiquent : "a recontorn : à son décours, à son dernier quart (...)

21C'est encore à la lune que se réfère Flamenca pour fixer le jour où elle ira rencontrer son amant aux bains : Bainnar mi volria, Seiner, dimercres, si-us plazia ; que-l luna es a recontorn, mas quan seran passat .iii. jorn e il sera del tot fermada, e ieu serai plus melhurada ... (vv. 5681-86). Même si le sens de ce dernier passage est discuté15, il semble bien qu'il résulte de la comparaison entre les deux textes que l'efficacité des bains s'accroisse en même temps que la lune dont les phases seraient en harmonie avec les flux vitaux.

  • 16 Boccacce, Le Décaméron, troisième journée, sixième nouvelle, éd. J. Bourciez, Lausanne, 1963.

22On sait, pour aborder une autre question, que l'effet immédiat des bains thermaux est d'épuiser le curiste qui en sort dans un état de faiblesse extrême. Lorsque Flamenca revient de son premier rendez-vous, Margarida organise une véritable mise en scène : en son lieg la fes colgar, cais per dormir e repausar (w. 6077-79). Quant à Guilhem, l'auteur nous dit que dels bains es eissitz flacs e vas (v. 3471). Pour éviter les accidents et remédier à cet état de fatigue, il y avait autour des bains des chambrettes de repos : cambras i ac en luec rescos on hom pot pauzar e jazer e refrezir a son plazer (vv. 1482-84). Ces chambrettes, pourvues de lits, semblent avoir fourni un matériau considérable au rêve : si les amours de Guilhem et Flamenca trouvent refuge dans la belle chambre du héros, les intrigues parallèles qui unissent d'une part Othon et Alis et, de l'autre, Margarida et Clari, se logent dans ces petites pièces : Van s'en els bans per deportar e podon la ben salassar : cambras y a bonas e bellas don ja non cal eissir punzellas oimais Alis ni Margarida, si-s volon ... C'est également en ce lieu que Boccacce a placé le moment crucial d'un de ses contes16 : Richard, vainement amoureux de Catella, a éveillé sa jalousie en la persuadant que leurs conjoints respectifs allaient se retrouver aux étuves. Pour surprendre le mari infidèle, Catella se précipite vers les thermes où il y avait "une chambre où le défaut de toute fenêtre exposée au jour faisait régner une grande obscurité" et l'irréfléchie, dans le souci de ramener son mari dans le droit chemin des amours conjugales, comble les désirs de l'amant rusé et peu délicat sur les moyens de séduction. Ainsi, nous retrouvons bien chez Boccacce l'univers des étuves avec ses chambrettes obscures, senties comme propices aux étreintes illégitimes.

  • 17 P. Meyer, op. cit. p. 261, 1° août 1441.

23Il est bon d'ajouter à ce dossier de l'imaginaire une pièce plus directement en rapport avec les faits ; c'est une ordonnance concernant les fremas falhidas de Digne17 : que denguna frema falhida non se auze banhav als bans de la prezent cieutat de Dinha, si non que al banh de la crota, e aysso quant en los autres bans se banharian homes e donnas honestas ; et, al cas que en dengun banh non agues dengun home ni fremas honestas, que a las dichas falhidas sia licit de se banhar en los autres bans, entro tant que venguessan homes et donnas honestas, et que adoncas tas dichas falhidas encontenent deyan dezamparar los dichs bans e se banhar en lo banh de la crota, coma es sobredich ; et que dengun home non se deya banhar ensemps en .j. mezesme banh ambe denguna frema falhida, et aquo sus la pena de .xxv lb de cor et en perdement de la rouba, aqui mezesme empauzada per lo dich moss, lo baylle. On ne s'étonnera pas, après ce que nous avons vu des marginaux, que les prostituées de Digne n'aient pas le droit de se baigner avec les homes et donnas honestas ; plus surprenante est la conséquence d'une correction apportée par le greffier qui, dans la phrase précédant les peines, avait tout d'abord écrit : et que dengun home non se deya banhar ensemps en .j. mezesme banh ambe denguna donna ni outra, avant de corriger en supprimant ces quatre derniers mots, ce qui, selon P. Meyer (Ibid. p. 261, n. 3) prouverait que "il était donc permis aux hommes de se baigner avec les dames, pourvu qu'elles fussent honnêtes dames".

  • 18 J. Arnoux, op. cit., pièce justificative n° IV, pp. 121-3 : Pervenit noviter, ex expositione facta (...)

24Je crains néanmoins que le grand romaniste n'ait été lui aussi victime de la "puissance trompeuse", car son opinion est formellement contredite par une ténébreuse affaire survenue à Digne à la veille de la Saint-Jean de 1337. Les dames de Digne étaient occupées à se baigner en toute pudeur et modestie, lorsque des fils d'iniquité (je reprends simplement quelques termes du morceau de bravoure que représente la lettre du sénéchal de Provence), enveloppés à la manière des femmes, de voiles et de bandelettes et déguisés à l'aide de draps, s'introduisirent dans l'établissement thermal, se baignèrent en se mêlant aux femmes, en embrassèrent certaines de force et tentèrent d'en enlever d'autres, de les outrager et de les déshonorer. La vertueuse résistance des dames de Digne se manifesta par des cris perçants qui mirent en déroute cette jeunesse dorée dépravée qui agissait avec l'entente, sinon à l'instigation de certains notables de la cité. La vigoureuse résistance des Dignoises montre bien la distance qui sépare les fantasmes de la réalité. Cette sombre affaire qui semble mêler en une absurde parodie de l'histoire romaine les mystères de la Bonne Déesse et les oies du Capitole, causa un scandale suffisant pour que, dix jours plus tard, Philippe de Sanguinet, sénéchal des comtés de Provence et de Forcalquier, ait écrit au bailli et au juge de Digne pour les mettre en demeure de sévir contre de jeunes dépravés ; on ne sait pas pour autant quelle fut la suite de l'histoire18. Pour ce qui nous intéresse, elle semble bien prouver suffisamment que les hommes et les femmes ne se baignaient pas couramment ensemble, sinon, à quoi bon le déguisement ?

25Comme je l'ai annoncé au début de ma communication, je me garderai de tirer des conclusions de la confrontation de textes un peu trop divers qui ont été écrits entre la fin du xiiie et le xve siècle. Toutefois, même si elles ne lui ont servi de rien, les perquisitions que menait Archambaud dans les bains de Peire Guyon avant et après les séjours qu'y faisait Flamenca, correspondent peut-être à certains fantasmes collectifs. La psychanalyse aurait beaucoup à dire sur cette riche conjonction entre l'eau, le souterrain et la femme ; pour ma part, je me contenterai de remarquer que, autour des établissements thermaux médiévaux, s'élève une vapeur sulfureuse que l'on ne doit pas aux seules propriétés chimiques des eaux.

Notes

1 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, éd. Pléiade, t. I, p. 234.

2 Les citations de Flamenca sont tirées de l'édition de René Nelli et René Lavaut, Les Troubadours, Desclée de Brouwer, Bruges, 1960.

3 P. Meyer, Documents linguistiques du Midi de la France, Paris, 1909.

4 G. Millardet, Le roman de Flamenca, Paris, éd. Boivin, 1936, p. 36.

5 Lettre figurant parmi les pièces justificatives de l'ouvrage de J. Arnoux, Etude historique sur les bains thermaux de Digne, Digne, 1886, pp. 107-108.

6 P. Meyer, op. cit. pp. 260-261, 9 juin 1441.

7 Ibidem, pp. 269-270, 20 juin 1444.

8 Op. cit. p. 26.

9 P. Meyer, op. cit. p. 272, 8 octobre 1447.

10 Ibidem, p. 271, 14 juillet 1447.

11 Ibidem, p. 278, 17 mai 1450.

12 J. Arnoux, op. cit. p. 18.

13 P. Meyer, op. cit. p. 278, 31 mai 1450.

14 A propos de ce passage, M. R. Dragonetti in Le gai savoir dans la rhétorique courtoise, Paris, éd. Seuil, 1982, écrit :
"On se demandera par exemple pourquoi Guilhaume, le premier jour où il se rend à l'église, porte un vêtement mieux approprié à un baigneur qu'à un dévôt … C'est au lecteur qu'il appartient de relier l'espace des rencontres, l'église et les bains, sur le fond d'un chant de l'asperges me et d'eau bénite" (pp. 106-107).

15 Dans une note, R. Nelli et R. Lavaud indiquent : "a recontorn : à son décours, à son dernier quartier ; fermada : en conjonction, donc obscurcie", selon P.M. Chabaneau, par contre : quand la lune se recontourne, commence à prendre sa forme ronde ; cf. 3259-60, où le neuvième jour de la lune, donné comme favorable pour le bain, correspond au premier quartier".

16 Boccacce, Le Décaméron, troisième journée, sixième nouvelle, éd. J. Bourciez, Lausanne, 1963.

17 P. Meyer, op. cit. p. 261, 1° août 1441.

18 J. Arnoux, op. cit., pièce justificative n° IV, pp. 121-3 : Pervenit noviter, ex expositione facta nobis pro parte universitatis hominum dicte civitatis, ad audientiam nostram displicenter, quod nonnulli iniquitatis filii ac diabolica instigatione perversi, pridem sero precedenti festum beati Johannis Baptiste proxime preteritum, dum nonnulle mulieres de civitate eadem pudice utique et honeste pro suis necessitatibus se in ejusdem civitatis balneis balnearent, ipsa balnea bendati velis et bendis more femineo ac linthaminibus involuti, ad tractatum mandatum et sugestionem aliquarum pevsonarum nobilium de juridiatione vestra, intrantes perperam mixti se cum ipsis mulieribus balnearunt obsaulantes per violentiam aliquas, et rapere aliquas alias aa vituperare et cognoscere carnaliter satagentes, quod fecissent indubie nisi mulierum ipsarum prompta honestas clamorque immensus hujusmodi pravis nisibus obstitissent…

Auteur

Université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540