Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'eau dans Aigar et Maurin et dans Girart de Roussillon

Claude Galley

Texte intégral

1Cette étude ne s'inscrit pas dans la controverse qui s'est établie à propos de la langue de Girart de Roussillon ; elle a pour but au contraire de préserver l'indépendance de l'analyse littéraire.

  • 1 Jacques Pignon, L’évolution phonétique des parlers du Poitou (Vienne et Deux-Sèvres), p. 48, Paris (...)
  • 2 Max Pfister, Girart de Roussillon, Lexikalische Unter-suchungen zu Girart de Roussillon, Beihelte (...)

2Rappelons brièvement les étapes de cette controverse telles que les rapporte Jacques Pignon dans sa thèse1 "C'est après P. Meyer, G. Paris, C. Chabaneau, Ph. A. Becker" que René Louis admet "que le poète de la chanson d'Oxford était originaire du sud du Poitou ou de la Marche limousine". Pignon conteste quant à lui le caractère poitevin des traits cités par R. Louis et il rappelle plus loins "que Ferdinand Lot juge quant à lui que la langue de la version d'Oxford peut tout aussi bien représenter le dialecte intermédiaire de son temps entre la langue d'oc du sud du Berry ou du Bourbonnais et la langue conventionnelle inventée pour se faire comprendre au nord comme au centre que le dialecte du sud-est du Poitou"2. Max Pfister a confirmé depuis dans son ouvrage exhaustif sur le vocabulaire de G. de R. les conclusions de F. Lot. M. Hackett à la fin de son excellent ouvrage "La Langue de Girart de Roussillon" conclut, elle, à une langue artificielle propre à cette seule chanson : "l'aspect artificiel ressort assez clairement me semble-t-il, de l'analyse que nous avons faite des rimes et surtout du vocabulaire. Dans son ensemble la langue du poème nous paraît une langue qui n'a jamais été parlée nulle part. La possibilité d'une langue de convention employée dans d'autres œuvres littéraires trouve quelque appui dans l'existence du manuscrit N et d'un autre texte dont la langue ressemble à celle de Girart, la chanson de geste d'Aigar et Maurin.

  • 3 W. M. Hackett, La langue de Girart de Roussillon, p. 109, Genève 1970.

3Nous avons donné en appendice une analyse de ce texte et une liste des rapprochements que nous avons remarqués dans le vocabulaire et les tournures. Ces rapprochements sont si nombreux et si frappants que nous avons conclu, d'accord avec M. René Louis, que Aigar et Maurin doit être imité de Girart"3.

4Surpris par cette formule, à Liège, en 1981, nous avons examiné ces rapprochements et nous avons constaté que l'onomastique des personnages est plus proche de la Chanson de Roland que de Girart et que ni les traits linguistiques que M. Hackett reconnait comme plus "provençaux", ni certaines formules citées par cet auteur ne dérivaient nécessairement du texte de G de R, ni de son interprétation par un quelconque imitateur ; les ressemblances ne dépassent pas les effets attendus de la tradition épique propre à deux régions certainement très voisines.

  • 4 Galley Claude, Aigar et Maurin témoins de la civilisation et de la littérature des marches occitan (...)

5Une étude portant sur la diphtongaison et la prise en compte du polymorphisme qui a toujours caractérisé la limite nord occitane, surtout dans la Marche, et que révèlent des études dialectales comme celles de J. Pignon ou de l'abbé Rousselot entre autres, nous incitent à ne pas nous satisfaire non plus du terme "graphie poitevine" avancé par A. Grafstroom, car il s'agit d'un phénomène beaucoup plus vaste comme l'attestent la plupart des plus anciennes chartes de cette région, et les dialectes contemporains4.

  • 5 Bartsch K., Recensionem und Anzeigen : Aigar et Maurin, etc. in Zeitschrift fiir Romanische Philol (...)

6Contentons-nous ici de rappeler que cette chanson, A. et M. a été écrite originellement dans une langue probablement nord occitane différente de la Koïné comme le prouvent des formes protégées par la rime ou le mètre : "cagus", "raimus" ; "cazegu" "rezemu" et "rezeims" étant impossibles. Bartsch avait en effet évoqué la possibilité d'une adaptation5.

7Monsieur U. Mölk surpris par le titre de notre article de Liège : "Aigar et Maurin témoins de la civilisation et de la littérature des marches occitanes du Nord-Ouest" et par ce que nous avions dit de l'authenticité de la description des paysages maritimes et de la civilisation particulière née du contact des anglo-normands et des occitans nous a conseillé de comparer avec G de R pour vérifier s'il n'y avait pas malgré tout une influence textuelle d'une épopée sur l'autre.

8M. Hackett ayant émis des doutes avec l'assentiment de R. Louis sur l'originalité de A à M en tant que création littéraire nous nous sommes maintenant convaincu que cette épopée ne doit rien de plus à G de R qu'à toutes les épopées qui ont pu la précéder dans le temps et que l'un des aspects les plus originaux de ces fragments tient justement à l'importance qu'y revêt l'eau sous toutes ses formes : douce et salée, stagnante et courante, rassurante ou menaçante, et de tous les points de vue : eau et paysages maritimes et fluviaux, ou palustres ; eau et moyens de transport ; eau et vie matérielle, alimentation, boisson, logement ; eau et vie économique, transport, marchandise, et surtout : eau et vie politique et stratégique, avec le rôle particulier joué par l'eau dans les ségrégations ethniques qui structurent le conflit et dans la pensée et la pratique diplomatique et militaire, et enfin : eau et monde de référence, plutôt qu'atmosphère, romanesque et courtoise.

  • 6 Schulze-Busacker « Girart de Roussillon », Considérations stylistiques, Ville Congreso Rencesvals, (...)

9Car si à notre avis ce qui distingue A et M de G de R, c'est plutôt la surabondance de ce qu'on a appelé "l'imaginaire du féodalisme" joint à l'absence d'idéalisme dans la première, ce qui contraste avec l'émotion contenue et les intentions édifiantes de la deuxième ; paradoxalement, alors que, comme l'a montré Mlle Schulze Buzacker au VIII Congrès Renscesvals, les descriptions dans G de R témoignent de tendances préromanesques sans que l'onomastique excepté une allusion à Arthur de Cornouaille témoigne d'une influence de ce genre, l'inspiration plus pragmatique d'A et M s'accompagne d'un recours plus fréquent à l'onomastique ou aux formules romanesques et courtoises6.

10On ne peut toutefois comparer que ce qui est comparable et l'on a d'un côté huit mille vers et de l'autre deux fragments de sept cents vers ; mais les allusions à ce qui précède et à ce qui suit chaque fragment évoquent tout un monde à la fois maritime et romanesque :

le premier combat se déroule au bord de la mer :
42 : "Mauris s'en vai el prat joste el navei"

11la dernière séquence de combat du premier fragment se déroule au "Lans" place forte maritime cernée d'un bras de mer.

12Lors du palabre qui commence le deuxième fragment, Maurin fait allusion en ces termes à son passé immédiat :

"Com ieu venie per lo peril de mar
En isle Fade me fit Dex arribar ..."

13Quant au dernier combat où la mort du principal protagoniste est annoncée, il a lieu au "camp Gresles" proche du campement maritime du roi Aigar.

14Ainsi pouvons-nous dire que la geste entière baigne non pas dans l'océan mais dans le "poème de la mer" puisqu'il s'agit en fait d'un espace maritime impossible à localiser géographiquement par l'onomastique et donc apparemment imaginaire.

15En effet si l'essentiel des noms géographiques de G de R soit quinze noms de rivières, cinquante six noms de villes, vingt sept noms de pays ont pu être identifiés par René Louis et M. Hackett (le gigantesque combat qui oppose Girart aux rois successifs embrase toute la France et presque toute l'Europe), au contraire dans A et M il est presque impossible d'identifier les lieux mêmes du combat.

16On identifie certes quelques lieux d'origine des combattants Bles, Blois ; Rocelaure : Rochelaure en Aquitaine, Viane, convoitée par le fils de Maurin est Vienne sur le Rhône, mais : Le Lans, Menbrant, Monclaire, Montblanc, Montros, Montvermeil, Peride, Sant Caire, Tubie sont issues de l'onomastique classique des chansons de geste et plus précisément du groupe impossible à identifier. Seul Aissant pourrait être Wissant lieu de débarquement habituel des rois d'Angleterre.

  • 7 Brossmer A., Aigar et Maurin, Bruchstücke einer Chanson de Geste Handschrift in Gent, neu herausge (...)

17Il en va de même pour les noms de rivière : la claire, le Guir ou le Far. Nous ne pensons pas que ce soit la localisation étroite du théâtre de l'action qui justifie l'emploi de noms de lieux-dits ou de places fortes connues seulement localement ou même complètement disparues avec les vieilles pierres qui leur servaient de support. Brossmer concluait à une géographie fantastique et imaginaire, nous inclinerions plutôt pour une onomastique cryptographique7.

18En effet l'enjeu de ce conflit est clair et les protagonistes aisément identifiables.

19Il s'agit d'une lutte entre des vassaux apparemment continentaux : Maurin, Aleran, Foucher, Berar, Draugue, Folque, Sicars, dit l'allemand, Ascelin dit le Frison, Renelme, et leur Suzerain Aigar, roi d'Angleterre, régnant sur des Normands, des Anglais, des Irlandais, des Gallois et ayant à ses côtés les alliés naturels des Plantegenêts : "Tiebaut de Bles, Milaves le galeis, Ivon de Resnes, Beranger lo Daneis".

20L'enjeu est la maintenance des fiefs et la souveraineté sur un royaume sis en France, réclamé par Folque et que Aigar veut donner à son fils qualifié de "bastard".

21Les noms de peuples légendaires, issus entre autres de Rolland ; les Enfruns, les Blancs de Monclair, les Vermeils de Montros, ne sont là sans doute avec l'onomastique romanesque : Salapan, l'Isle Fade, le val des Brians, le val des Karrans, les tres Breques que pour créer le fond légendaire dans lequel va se fondre la transposition épique d'un récit qui met en jeu des contemporains dont il s'agit de voiler rituellement l'identité trop bien connue.

  • 8 Stimming A., Bertrand de Born, sein Leben und seine Werke mit Anmerkungen und Glossar herausgegebe (...)

22Ce procédé est à rapprocher de l'usage du senhal dans la lyrique occitane et notoirement chez Bertran de Born qui désignait les principaux seigneurs occitants et les fils de Henri II, par des "senhals" bien connus : "oc et no", "Rassa", "le roi jove, "mariniers"8.

  • 9 Pirot F., Recherches sur les connaissances littéraires des Troubadours occitans et catalans des xi (...)

23Il est intéressant de remarquer que les références romanesques sont étroitement liées aux références courtoises : l'origine du cheval de Sicar est significative ; volé par les "tres breques", peut être ceux que l'on retrouve dans Erec et Enide ou le “Tristan” de Beroul, il est vendu au roi de Nubie par Salapan9, personnage qui n'est mentionné à notre connaissance que dans l'ensenhamen de Bertran de Paris de Rouergue, ce roi le donne à la reine de "l'isle Fade" "per amar" et celle-ci le cède à son champion, Maurin :

"per son catenc et per s'onor cobrar"

24Cet univers de convention mi oriental, mi celtique concerne une période antérieure au déroulement du récit et ces milieux hétérogènes n'ont en commun que de faire partie de l'outre-mer.

  • 10 Poole E.A., From Domesday Book to Magna Carta, Oxford 1951.

25L'un des "senhals" est à notre avis particulièrement significatif, c'est celui de la "regine de l'isle Fade", cette expression dans la légende arthurienne désigne la fameuse île d'Avallon, l'île des fées, soit ici sans doute l'Angleterre ou encore la résidence de la reine mère, Aliénor d'Aquitaine, dont le rôle politique à partir de 1160 environ fut assez trouble puisqu'elle suscita des séditions en Aquitaine, en Flandre, en Angleterre, allant même jusqu'à dresser les fils contre le père et organiser une tentative d'invasion de l'Angleterre au cours de laquelle Henri II ne dut son salut qu'à la fidélité active du peuple anglais10. Dans le récit nous voyons que c'est elle qui soutient Maurin contre le roi et lui procure un chef de guerre et vingt mille hommes.

726 "En isle Fade me fest Dex arribar
Lai li fezie mon catenc afiar
E baillet m'en un son dru bacelar
C'es Alerans qu'avec auit nomar
Ab taus vint mile per l'anor guerriar :"

  • 11 Faral E., La légende Arthurienne, Etudes et documents, Paris 1929.

26Il est de plus en plus vraisemblable que des liens étroits ont été établis entre les principaux héros de la légende Arthurienne et les membres de la famille royale anglo-normande11.

27Si abandonnant cet univers de référence romanesque nous nous intéressons aux éléments essentiels du poème épique nous constatons que la mer joue un rôle tout à fait différent dans G de R et A et M.

28Alors que dans G de R si l'on excepte l'épisode du mariage de Girart on ne trouve que quelques allusions à la mer soit comme espace de fuite :

1779 Abanz en passerie ca mar o nau
2084 qu'en passe mar od nau o a son rem

29ou comme terme de comparaison pour suggérer la multitude :

2394 Anc non vis tan menut unde de mar
com viraz les enseignes au vent annar

30dans A et M, la mer est un élément omniprésent et essentiel du récit.

31C'est elle d'abord qui sépare les pays d'origine des groupes irréductibles de combattants :

32Normands, Anglais, Irlandais, Gallois, Bretons, d'un côté, Français, Frison, Allemands, escobars, de l'autre.

33Il s'agit bien d'un combat entre deux royaumes :

20 "un soldader d'icel autre reion"

34et ces deux royaumes sont séparés par la mer, le roi vient d'outre mer et y retournera, on lui fait bien sentir son statut d'allogène indésirable :

307 Mais poisses er tornas oltre la mar de même qu'à son fils
905 Per un bastart d'altre terre vengut et à ses champions
649 E Pons (feri) Begon d'oltre la mer salade

35Ces sentiments qui se révèlent à travers la fiction sont à notre avis un des critères qui permettent de reconnaître un homme de l'ouest directement concerné par le conflit.

36Le milieu marin n'est pas un décor maladroitement plaqué, nous pouvons établir une géographie textuelle cohérente du site de cette épopée.

37Il y a d'abord deux sites privilégiés et qui sont décrits des vers 460 à 476 ; Aissent ou plutôt le port d'Aissent, il ne s'agit pas d'un col mais d'un port de mer fortifié où débarquent des navires, et à deux lieues le Lans, autre lieu fortifié cerné du Far, chenal maritime :

"une aigue perillans
Tot en rodon come solaus virans"

38Nous apprenons dans le tronçon du vers 505 que ce Far subit le phénomène du mascaret.

  • 12 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
    Dumas Fr (...)

39Des faits de civilisation confirmés par de multiples documents historiques et concernant principalement les ports du Pas-de-Calais12 sont précisés. Ces deux places fortes se livrent une guerre acharnée et séculaire pour une coutume qui établit un droit de 300 bezans sur chaque nef qui aborde. Au vers 675 nous apprenons qui bénéficie de cette leude : Don Ponçon vis comte de Tubie

"ac al Lans tor et sale e lestie"

40Maurin originaire d'Aissent a donc conquis l'autre place forte sur un vassal d'Aigar qui tient par ailleurs Tubie.

41Lors du conseil de guerre de Maurin qui constitue la pièce centrale du deuxième fragment nous apprenons que tous les lieux du combat sont maritimes.

42On peut aller du Lans où Maurin a établi ses quartiers à Tubie siège du roi ou au camp Gresleis à l'aide de navires. Renelme le cortes conseille de réquisitionner cent navires et de se rendre droit à Tubie en passant par le camp Gresleis où aura lieu le combat final pour s'armer.

1019 E anuit sient C messages trames
Per aiostar las naus d'aiquest paies
E passent Guir as pors de Marmones
E armen nos es pras del canp Gresles ...
Dreit à Tubie nos en guit lo naves ...

43D'ailleurs les activités diplomatiques qui entraînent des échanges de prisonniers aboutissent à des voyages maritimes. Franque et Beraut et des moines alliés de Maurin pour se rendre au Lans passent par le port du Lans et c'est Escot qui leur "libre un calant enionchat"

En que sont tuit ensens assegat
Al pei del Lans sont al mur arribat

44ensuite il les guide sur les eaux périlleuse du Far

890 Escos lo guide en l'aiguë per graver
E torne s'en el e seu mariner

45Menbrant que Maurin donne à Francon se trouve à la fois sur "l'aiguë de Cler" et sur le rivage de la mer.

920 E per la rue sont bien dez mile arcer
Ki servent aus de boivre et de manger
E per l'arberge lonc la rive de mer

46Il y a donc une cohérence totale du récit du point de vue des évolutions des protagonistes dans un ensemble de sites que l'on peut difficilement imaginer autrement que comme ayant réellement existé. Le nom d'Aissent et le fait que le fils du roi soit arrivé directement d'outre-mer en bateau, puisqu'il consigne ses rameurs pour pouvoir au besoin rembarquer d'urgence en cas de défaite nous incline à penser à la côte de Flandre.

1183 El fils del rei a la maisnade Aigar
Estait de nuit sor la ribe de mar
O en las naus fet son castel fermar
As nautoners que non laissent desfar
Ki a son siege se puisse recobrar

  • 13 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
    Dumas Fr (...)
  • 14 Chrestien de Troyes, Guillaume d’Angleterre, roman du xiiie siècle, éd. Maurice Wilmotte, Paris 19 (...)
  • 15 Lauer, Le règne de Louis IV d’outre mer, Paris 1900.
  • 16 Roques M., Les Romans de Chrestien de Troyes : Erec et Enide d'après la copie de Guiot, Paris 1953

47Remarquons encore une fois que ce type de préoccupation stratégique fait très vécu. Des recherches que nous avons entreprises attestent de rapports très anciens datant d'avant le xe siècle entre Angleterre, Flandre, Berry, Poitou Angoumois et Saintonge13. Une épopée très ancienne datant des derniers carolingiens a pu être rénovée pour commémorer les combats des Plantagenêts car les liens de parenté et les rivalités héréditaires entre Flamands et Saxons, puis entre Flamands, Français et Anglo-normands n'ont jamais cessé du xe au xiiie siècle, et pour des raisons bien compréhensibles d'accès au continent ces conflits se concrétisaient le plus souvent sur les côtes flamandes, les côtes de Morinie ou de Normandie141516.

48Il n'y a rien de semblable dans G de R chanson de geste continentale à l'aire géographique très large : disons le sud de la Lotharingie du Plateau de Langres à la Lombardie et les pays de Loire.

49L'eau est aussi un moyen de transport privilégié dans A et M alors qu'il apparaît rarement dans G de R sauf au début lors du voyage chez l'empereur. Nous pouvons constater que les navires cités dans A et M sont le calan, le bateau, le nau, lo navei mais pas le dromond, navire allongé et rapide propre à la Méditerranée, qui apparaît une fois dans Girard.

  • 17 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
    Dumas Fr (...)

50Dans G de R le mot marais apparaît une fois et "palud" deux fois mais dans A et M non seulement la dernière bataille se déroule dans la "palud" mais le pays est parcouru par des "calcades", chaussées de terre comme il en existe dans les plats pays de l'ouest : Flandre, marais poitevin et Saintongeais17.

51Alors que dans A et M les habitants des îles britanniques, partenaires essentiels du drame, sont décrits avec précision

634 Li mil Ingles ant l'autre nuit veillade
Cui fu al seir la gaite comandade
Endurmi sont per prat a la rosade
E ac cascun s'ace las lui pausade

52et ne sont l'objet de malveillance verbale que de la part des partisans de Maurin, dans G de R ils sont assimilés aux lombards de sinistre réputation, et sont en butte aux préjugés habituels de la part des continentaux

6328 Anglezies et Breton, une gens male
vent sobrant e robant, cornant lor gale,

53quant aux gens de mer ils n'apparaissent qu'une fois dans G de R sous le nom de naucler 1411, il s'agit d'un "marin d'eau douce" qui a trahi Girart, alors que dans A et M à cause de l'abondance des voies d'eau profonde à franchir on trouve le pontoner Joan 460, lo pontener Garsie 695, les naucher consignés par le fils du roi et enfin : "Escos a seu mariners" vers 887 et 890.

54Les autres mentions faites de l'eau concernent la stratégie et la vie usuelle et ne présentent aucun intérêt du point de vue de la distinction des deux œuvres.

55Nous aimerions toutefois faire une dernière remarque à propos de l'univers de référence romanesque propre à A et M.

56Outre "l'isle Fade", les "tres breque" qui peuvent bien être ceux qui figurent dans le Tristan ou Erec et Enide, on trouve "Escos et seu mariners".

  • 18 Walenshöld A., Florence de Rome, chanson d’aventure du premier quart du xiiie siècle, Paris 1907-1 (...)

57Ce personnage porte le même nom que le navigateur barbu qui persécute Florence dans "Florence de Rome". Il y apparaît plusieurs fois exactement dans la même formule : "Florence et ses mariners"18. On s'accorde à dire que Florence de Rome date de la fin du XII et même du commencement du xiiie siècle, or les noms d'Aigar et Maurin apparaissent assez nettement dans la chanson dédiée à "Rassa" :

Maurin ab n'Aigar so senhor
Te om per bon envazidor

  • 19 Pirot F., Recherches sur les connaissances littéraires des Troubadours occitans et catalans des xi (...)
  • 20 Teulet A., Eginhard, œuvres complètes réunies pour la première fois et traduites en français, Pari (...)

58Il faudrait donc remettre en cause la datation de l'une ou de l'autre œuvre ce qui supposerait comme le suggère F. Pirot l'existence d'ébauches plus anciennes perdues19, ou l'existence d'une tradition orale narrative ou simplement anecdotique. L'apparition d'œuvres profanes écrites, et qui plus est, en vulgaire, devait sembler quelque chose de bien saugrenue au xie et xiie siècle, alors que la confection d'un manuscrit revenait aussi cher. Cela ne pouvait être le fait que de riches mécènes aux goûts particuliers. Le nom même de "roman" témoigne de la nouveauté surprenante que représente cette apparition d'une littérature profane écrite en langue vulgaire. L'épopée n'était alors qu'un genre purement oral auquel seul un grand concours de circonstances fortuites pouvait conférer la forme écrite20.

59Le fait de transcrire ces œuvres est aussi surprenant que l'a été celui d'imprimer des œuvres patoisantes en France entre le xvie siècle, et la Renaissance des patois et dialectes au xixe siècle.

60L'anglo-normand, sans doute favorisé par un phénomène quasi colonial, avait peut être bénéficié d'un statut intermédiaire entre le latin et le saxon : nous lui devons la conservation de nos plus anciennes épopées, d'un certain nombre de chroniques en langue vulgaire, du Tristan de Thomas et certainement de nombreuses œuvres aujourd'hui disparues. Les nombreux exemples de traductions de chansons occitanes en poitevin, en anglo-normand, ou en divers dialectes d'oc et d'oil, prouvent une intense activité littéraire tournant autour de l'Aquitaine ; A et M doit participer de ce courant. G de R au contraire semble se rattacher plutôt à l'hagiographie et au culte des reliques de Marie-Madeleine à Vezelay.

61En outre, bien que les deux chansons content la révolte de vassaux contre leur roi, la conclusion est tout à fait différente, puisque Maurin loin de se convertir sera tué sur le champ de bataille le jour même où il doit perdre son cheval :

408 E coms Maurins fes fortun eslaissar ...
Quant le perdra Maurins de mort se gar.

62Cette mort tragique est présentée comme le châtiment de son orgueil et de sa démesure. Cette condamnation est prononcée non seulement par le fils du roi mais par ses propres alliés. Sicar sur le champ de bataille où prendra certainement fin l'épopée avec la vie de Maurin la répète solennellement :

1434 Viels beubancers, sobrancers, orguillos
Ancui seres vencus e vergoignos
Mal o fet viels qui creit conseil de tos

63Qui d'autre qu'un sujet des Plantagenêts peut bien prôner la fidélité au roi Aigar d'Angleterre ? et où résidaient normalement les sujets occitans des rois anglais sinon dans le nord ouest de l'Occitanie ?

64L'abondance relative des allusions romanesques et des situations courtoises évoquées dans une langue très proche de celle de la Reine d'Avril et de la version dite poitevine du planh sur la mort de Richard nous incite à rattacher cette chanson à la cour d'Aquitaine, de même que les allusions directes de Bertran de Born à deux des principaux protagonistes. Le commentaire historique précis de ces vers reste encore â faire, il concerne peut-être de très près le poème épique.

65Cette confrontation entre G de R et A et M du point de vue du rôle de l'eau sous ses diverses formes : rivière, marais et surtout océan nous permet de conclure en reprenant le titre de notre exposé de Liège : A et M témoins de la civilisation et de la littérature des marches occitanes du nord-ouest. A une geste "pan-française s'oppose une épopée aquitaine, anglo-normande et maritime dans laquelle la mer détermine les activités politiques, économiques, stratégiques et même culturelles dans les grandes lignes et les petits détails. Les lieux où se déroulent les conflits et les activités des héros dans G de R sont géographiquement identifiables ; par contre le théâtre de l'affrontement d'Aigar et Maurin n'a pu jusqu'à présent être identifié avec certitude mais la description des sites évoqués présente une telle cohérence qu'on peut imaginer qu'ils ont existé, d'autant plus que le récit s'adapte parfaitement à la structure géographique qu'il institue. Nous pensons que l'auteur de cette chanson a probablement vécu et même combattu dans les lieux qu'il décrit mais le caractère récent des événements relatés l'oblige à dissimuler les noms des lieux et des personnages évoqués derrière des cryptogrammes. La présence d'une onomastique romanesque associée à des situations courtoises rappelle les procédés des premiers troubadours et surtout de Bertran de Born, et de Gaucelm Fâidit (Aussi bien que les valeurs qu'ils proclament dans leurs chansons.) Bertran de Born lui-même ne cite-t-il pas précisément A et M comme :

  • 21 Stimming A., Bertrand de Born, sein Leben und seine Werke mit Anmerkungen und Glossar herausgegebe (...)

Rics om que de guerra no's lassa21

66et quant aux valeurs courtoises : Alerans et Maurin sont les champions de la Reine qui :

Am mais un pro vavassor
Qu'un comte o duc galiador
que la tengues a desonor

67car comme le rappelle Maurin :

724 On son parent non deu desiretar ...

Notes

1 Jacques Pignon, L’évolution phonétique des parlers du Poitou (Vienne et Deux-Sèvres), p. 48, Paris 1960.

2 Max Pfister, Girart de Roussillon, Lexikalische Unter-suchungen zu Girart de Roussillon, Beihelte zur Zèit-schrift f. Rom. Phil. 122 H, Tübingen 1970.

3 W. M. Hackett, La langue de Girart de Roussillon, p. 109, Genève 1970.

4 Galley Claude, Aigar et Maurin témoins de la civilisation et de la littérature des marches occitanes du Nord-Ouest, Participation au Ville Congrès international de langue et littérature d’oc et d’études franco-provençales, à paraître dans Marches Romanes.

5 Bartsch K., Recensionem und Anzeigen : Aigar et Maurin, etc. in Zeitschrift fiir Romanische Philologie 1878, p. 314.

6 Schulze-Busacker « Girart de Roussillon », Considérations stylistiques, Ville Congreso Rencesvals, p. 457-464, voir B.B.S.R. fascicule 14 1881-82 p. 38.

7 Brossmer A., Aigar et Maurin, Bruchstücke einer Chanson de Geste Handschrift in Gent, neu herausgegeben von Alfr. Brossmer, p. 4 in Romanische Forschungen XIV, 1913.

8 Stimming A., Bertrand de Born, sein Leben und seine Werke mit Anmerkungen und Glossar herausgegeben von p. 5, Halle, 1879.

9 Pirot F., Recherches sur les connaissances littéraires des Troubadours occitans et catalans des xiie et xiiie siècles (voir liste onomastique). Memorias de la real accademia de Buenas Letras de Barcelona, Barcelona 1972.

10 Poole E.A., From Domesday Book to Magna Carta, Oxford 1951.

11 Faral E., La légende Arthurienne, Etudes et documents, Paris 1929.

12 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
Dumas Française, Le trésor de Fecamp, xe siècle, Limoges. Leuduque, Etude sur l'ancien réseau routier du Boulonnais, Lille 1951.
Guerson F., The relations between England and Flanders before the Norman Conquest (Trans. Royal Society 4th ser. XXIII), Oxford 1941.

13 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
Dumas Française, Le trésor de Fecamp, xe siècle, Limoges. Leuduque, Etude sur l'ancien réseau routier du Boulonnais, Lille 1951.
Guerson F., The relations between England and Flanders before the Norman Conquest (Trans. Royal Society 4th ser. XXIII), Oxford 1941.

14 Chrestien de Troyes, Guillaume d’Angleterre, roman du xiiie siècle, éd. Maurice Wilmotte, Paris 1920.

15 Lauer, Le règne de Louis IV d’outre mer, Paris 1900.

16 Roques M., Les Romans de Chrestien de Troyes : Erec et Enide d'après la copie de Guiot, Paris 1953.

17 Dhondt J., Les problèmes de Quentovic, in Studi in onore di Amintore Fanfani, Milano 1962.
Dumas Française, Le trésor de Fecamp, xe siècle, Limoges. Leuduque, Etude sur l'ancien réseau routier du Boulonnais, Lille 1951.
Guerson F., The relations between England and Flanders before the Norman Conquest (Trans. Royal Society 4th ser. XXIII), Oxford 1941.

18 Walenshöld A., Florence de Rome, chanson d’aventure du premier quart du xiiie siècle, Paris 1907-1909. Voir liste onomastique et références des vers.

19 Pirot F., Recherches sur les connaissances littéraires des Troubadours occitans et catalans des xiie et xiiie siècles (voir liste onomastique). Memorias de la real accademia de Buenas Letras de Barcelona, Barcelona 1972.

20 Teulet A., Eginhard, œuvres complètes réunies pour la première fois et traduites en français, Paris 1840-1843.

21 Stimming A., Bertrand de Born, sein Leben und seine Werke mit Anmerkungen und Glossar herausgegeben von p. 5, Halle, 1879.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540