Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Simple note sur l'eau chez saint Thomas

Michel-Marie Dufeil

Texte intégral

Introduction

1L'eau pure est un système terriblement complexe d'hydrogène non totalement oxygéné et Thomas d'Aquin ne s'en doutait même pas ; ce qui ne l'empêchait nullement de la savourer en fraîche boisson et de la méditer en profonde signification. Elle est pour lui, en environ 200 occurrences, un des quatre éléments, selon la vieille physique oriento-antique toujours vivante en ce 13e siècle qui ouvre la modernité sans la dessiner encore en détail ; elle est aussi un objet où le philosophe du réalisme esquisse quelques limpides remarques ; elle est surtout un sens qu'il décrypte en son langage, celui même qui manque aux savants actuels.

Élément

  • 1 la 66, 1 ad 1.
  • 2 De dilectione Dei, 32.
  • 3 In 4 S 8, 1 a 4 qua 2 ad 2. 1 Cor 11 lect 4 mil.
  • 4 In de Celo 4, 2. In 2 S 8 L.
  • 5 In de Anima 2, 23.
  • 6 In 4 S 47, 2 a 1 qua 3.

2Avec Air, Terre et Feu, elle est l'un des quatre éléments, constituants de la matière de l'univers, sa partie réceptive1 ; comme sont pour nous les particules, atteintes depuis ce dernier siècle par nos pouvoirs de résolution dont le 13e siècle ne disposait pas. Ces quatre parties de la matière, avec la quinte essence, coulent des cinq fontaines de l'amour de Dieu2 car notre théologien est, jusque dans ses explications naturalistes, un mystique. En tant que corps simple, elle ne nourrit pas, si ce n'est en combinaison. C'est seulement au 18e siècle que l'eau fut réellement distinguée en hydrogène et oxygène, puis aussitôt après en atomes, etc. Il n'y a donc rien à remarquer si ce n'est l'idée même de corps simple3, constituant de base ; c'est une idée continue avec nos opinions, simplement placée sur des nombres plus petits, les particules. Plus active que l'air en qualité, elle l'est moins en substance et en son incomplète circulation4 ; elle l'est aussi moins que l'inaltérable feu5. Son lieu propre est inférieur à ceux de l'air et du feu ; aussi lors du déluge n'est-elle montée qu'à mi-hauteur de l'air6.

  • 7 In 4 Phys. lect 14 fin. Double la 18,1 ad 3.
  • 8 In 4 S 11, 1 a 1 qua 3 ad 3.
  • 9 la 91,1 + 60//.
  • 10 Ibid. In 10 9, 1.
  • 11 In Isa 12 fin et In Ps 31 mil.
  • 12 In Isa 43 mil.
  • 13 Dil. Dei 16 Cf. mariage et passion 4 S 26,2 a 3 ad 1-2.
  • 14 In Isa 42 fin.
  • 15 3a 66,3; 69,2 ad 2; 4 ad 1. In 4 S 3,3 q 1.

3Cette eau simple est aussi double, vive et fluente ou morte et stagnante. L'hygiène minimale ici allusive, ne changera pas non plus avant la révolution industrielle et la pollution par les grandes papeteries ; le microbe ne fut découvert que bien plus tard. Quant au plomb, il a un état solide assez mou qu'alors on croit et dénomme « aqueux »7 ; le pain aussi est un mélange cuit d'eau et de farine8, comme la boue qui donne 1'homme9. Le corps de l'homme est air et feu mais numériquement surtout terre et eau10. Mais le but du théologien est évidemment d'utiliser sa chimie rudimentaire en comparaison philosophique et voilà l'eau triple11 : en volupté, erreur et troubles mais triple aussi au positif, en doctrine, grâce et pureté baptismale ; car jamais frère Thomas n'en reste au mal. Des eaux quadruples12, Dieu libère ses saints : de la volupté charnelle, de la cupidité terrestre, de l'adversité diabolique et de la puissance mondaine ; l'amour aussi coule en quatre et l'eau figure l'amour temporel13. On revient à l'élément courant en déclarant que l'eau est quintuple14 avec celle des larmes répandues, celle du baptême, de la grâce, de la joie intérieure et celle enfin de la sagesse divine. Puis l'eau présente six qualités15 : diaphane, humide, froide, générative (c'est-à-dire milieu biologique favorisant la génération) et partout abondante quoique sans prix.

Objet

  • 16 In 4S3,3 qua 3; 11,2 qu 1 ad 2; 3 qu 1 ad 3; 44,3 a 2 q 2 qua 6 ad 1. In Ps 17 mil; 32,6 début.
  • 17 3a 66,4 ad 5. Quodl 3,30 + 12 //.
  • 18 la 105,6 ad 1.
  • 19 la 2e 95,4 ad 9; 8,2 ad 3.
  • 20 la 2e 35,6 ad 2; 48,2; 87,2. Uirt 2,8 ad 17.
  • 21 In Meta. 5.
  • 22 In de Anima 8.
  • 23 In Iob 40 lect 2 fin. Cf. Dufeil, Exotisme chez Thomas, à paraître.
  • 24 In 2 2 S 14,5 ad 5 + 5 //.
  • 25 2a 2e 147,6 ad 2.

4Depuis longtemps s'est esquissée une géographie de l'eau que Thomas répète. Quand il déclare que la diversité des eaux selon les lieux est simple16 accident, il minimise sa distinction plus haut rapportée entre mares et ruisseaux et surtout la différence à laquelle alors chacun croyait entre eaux supérieures et eaux inférieures. La pluie et la rosée pour lui comme pour nous s'expliquent par le cycle évaporation condensation17. L'eau coule tandis que la mer bouge18 mais l'hydropisie est un état spécifique19. L'eau chaude, selon les auteurs en ce temps, se congèle plus vite et plus fort que l'eau froide20, ce qui prête à diverses interprétations psycho-morales ; cependant la chaleur liquéfie21 et l'eau est un milieu qui permet le toucher à travers22. L'éléphant, animal sec, se tient à l'ombre près des fleuves, il boit 14 métrètes d'eau et 8 autres le soir23. Par ailleurs, sous l'eau salée, les profondeurs marines recèlent de l'eau douce, ce qui convient au dauphin et à plusieurs comparaisons avec la doctrine et la conversion dans les deux sens de transformation de nature et de transformation religieuse24. L'eau pure cependant ne rompt pas le jeûne ce qui la rend à nouveau négligeable25.

  • 26 la 27,2.
  • 27 la 69,1. In 2 S 14,5.
  • 28 Ibid, ad 2, ad 4. Pot. 4,1 ad 4, ad 20 + 6//.
  • 29 In Ps 17 mil.

5Mais l'histoire de l'eau retient davantage notre professeur. On dit de l'eau comme du soleil qu'ils « naissent » et ce n'est qu'une comparaison, comme de la dénommer vive ou morte26. Mais la réunion initiale des eaux en mer est convenablement décrite dans la genèse narrant l'oeuvre du 6e jour27. Et cet océan entoure l'hémisphère habité sans le recouvrir, à cause des vivants, un peu comme l'air entoure le tout, eaux comprises28. La genèse des eaux au sens ordinaire se fait normalement par évaporation, fontaine ou séisme29. Géographie et histoire sont directement bibliques et finalistes, comme il sied en théologie du 13e siècle.

  • 30 la 71,2; 72,2. In 2 S 15,2 a 1 ad 3.
  • 31 In Iob 6,2 mil; in Iob 38.
  • 32 Cf sup. n. 9(boue) et n. 30(poissons).
  • 33 la 2e 102,6 ad 1.
  • 34 In 2 S2,2 a 2 ad 1.

6Une chimie rudimentaire de l'évaporation met l'eau en rapport avec les trois autres éléments, la pluie et la rosée et les animaux qui en vivent30. La neige est de l'eau congelée comme le givre est de la rosée gelée31. Mêlée à la terre, l'eau donne la boue dont l'homme est fait (32) et toute remarque a toujours pour objet une valeur théologique, comme cette vision de la création. Certains animaux, mais pas les plus parfaits, naissent d'ailleurs de l'eau et quelques-uns y vivent, reptiles et poissons32. La poule d'eau, à la fois marcheuse et nageuse, boit en mordant et est pour cela prise en totem de tous les désobéissants33. On peut aussi trouver, hors de ce traditionnel moralisme de bestiaire, une valeur de comparaison spirituelle en direction par exemple des qualités de lucidité, qui n'est pas une bagatelle mais une force de radiation, une force de transmission de lumière et de feu34, c'est-à-dire en définitive, de Dieu.

Signification

7Comme toujours chez saint Thomas d'Aquin, des connaissances, en son temps exceptionnelles par leur extension et leur parachèvement, mènent comme on le voit à une théologie et à son application pastorale et mystique. D'Aristote à son maître Albert, le plus savant de tous les saints emprunte notions et taxinomie, les enrichit de sa sagace réflexion, en constitue un système et exprime la fin du réseau, Dieu. Thomas devient là le plus saint de tous les savants qui fait servir toute science à la vie.

  • 35 In 1 Thess prol. début + 30//.
  • 36 la 2e 102,5 ad 4. 3a 66,7 + 14 //. Aspersion, effusion etc. donnent le caractère, non la grâce, qu (...)
  • 37 3a 71,2 ad 3 + 4//.
  • 38 3a 65,1 ad 6; ad 8; 83,3 ad 3; 87,3. In 4 S 2,1 a 2 ad 7 et 16,2 a 2 qu 4.
  • 39 3a 71,2 ad 3.
  • 40 3a 77,8 ad 3; 83,3 ad 3; 87,3. In 4 S 12,1 a 2 qua 6 ad 2. De malo 7,12.
  • 41 Opus operans est de l'homme, operatum, de Dieu In 4 S 4,3 a 2 qua 3 ad 1.

8Les eaux signifient les tribulations35 : elles contraignent par irruption, éteignent la concupiscence mais non la charité et submergent tout. L'eau lave et l'aspersion purifie36. L'eau bénite, sacramental, n'est pas pénitence par elle-même mais lutte contre tout empêchement aux sacrements ; elle est une sorte d'exorcisme externe qui fait reculer les attaques extérieures des démons37. Surtout, elle détruit les péchés véniels38 et contrairement au véritable exorcisme, est susceptible d'itération39, pouvant même être mouillée d'eau ordinaire sans perdre sa vertu de sacramental40. Thomas d'Aquin vivait en un temps où les magies néolithiques n'avaient rien perdu de leur ex opere operato41 et se complaît en passant dans ces merveilleuses opérations liturgiques qui déclenchent la grâce ; les pseudo-modernes préfèrent une vision critique du rite et se refusent à lui accorder cette valeur quasi-automatique. Mais qui croit encore en leurs élucubrations ? aucun de mes amis africains en tout cas. Sur les, au moins, douze douzaines d'occurrences directes du terme aqua et des vocables consorts, les textes thomasiques en font porter cinq douzaines sur les valeurs religieuses, théologiques et liturgiques ; et l'un de ces douzaines porte exclusivement sur l'Eucharistie qui est par conséquent le sujet connexe le mieux lié par notre auteur à la notion d'eau. Cette signification qui constitue la pointe de la flèche, désigne donc le sens de la propulsion.

  • 42 In Isa 59.
  • 43 In 4 S 8,1 a 2 qua 2. 3a 73,6; 74,6 ad l.C.G. 2,56.
  • 44 In 4 S 3,3 qua 2 ad 2. 3a 66,4 ad 3; 74,7 ad 3. In Isa 63 fin.
  • 45 In 4 S 8,1 a 2 qua 2 ad 3 et 6.

9Le Christ est dit eau car il lave, arrose, fertilise et érode ; et il est dit fleuve pour l'abondance, la vitesse, la ferveur et parce qu'il vient d'en haut42. L'eau et le sang sont signe et cause de l'eucharistie comme le symbolise l'antétype de Melchisedech43. L'eau qui sortit du côté du Christ en croix était partiellement humeur et phlegma mais surtout vraie eau44, c qui est destiné dans la pensée de saint Thomas non seulement à soutenir le côté réel du témoignage de 1'évangéliste Jean, qui tant tenait au coeur du Maître, mais encore à donner à l'élément-objet toute sa noblesse du signe. Cette eau en effet signifie le peuple racheté et que doit refortifier le sang de l'Homme-Dieu. Notre soeur l'eau se jette ainsi dans l'usage de l'eucharistie45.

Conclusion

  • 46 In 2 S 18,1 a 4 ad 4 + 34//.
  • 47 In Isa 32 fin et 55 fin.
  • 48 In Hebr lect 4 fin.

10Le miracle de Cana condense eau et vin46 car l'eau, comme la doctrine, guérit, lave et désaltère, rafraîchit, abonde et féconde, se moule47 et porte ; et de plus elle oint48.

  • 49 In 4 S 24,2 a 1 qua 1 et // 3a 74,1-6-7-8; 83,6 ad 4-6. In 2 S 28,1 a 1 ad 2; 30,2 a 1 ad 1. 4 S 1 (...)

11La multiplunité de l'eau, comme l'unie diversité des corps sociaux vivants au siècle de fra Tommaso, les uniuersitates, sont des images et des signes qui projettent vers la Trine Unité de Dieu. L'expression courante, suer sang et eau comme le Christ à Gethsemani, montre bien que l'eau est un appel à l'homme pour qu'il se relise, et se relie, à sa fin. L'image la plus sûre de ces diverses significations d'un seul sens est certainement la pratique liturgique, fonction de l'acolyte, de verser une goutte d'eau dans le vin de la messe49. Par ce minime et réel apport volontaire à sa propre construction de lui-même et de l'histoire, c'est-à-dire de l'Eglise demain triomphante, l'homme devient - avec le sang du Christ Jésus - par la conuersio de la consécration, Dieu lui-même.

Notes

1 la 66, 1 ad 1.

2 De dilectione Dei, 32.

3 In 4 S 8, 1 a 4 qua 2 ad 2. 1 Cor 11 lect 4 mil.

4 In de Celo 4, 2. In 2 S 8 L.

5 In de Anima 2, 23.

6 In 4 S 47, 2 a 1 qua 3.

7 In 4 Phys. lect 14 fin. Double la 18,1 ad 3.

8 In 4 S 11, 1 a 1 qua 3 ad 3.

9 la 91,1 + 60//.

10 Ibid. In 10 9, 1.

11 In Isa 12 fin et In Ps 31 mil.

12 In Isa 43 mil.

13 Dil. Dei 16 Cf. mariage et passion 4 S 26,2 a 3 ad 1-2.

14 In Isa 42 fin.

15 3a 66,3; 69,2 ad 2; 4 ad 1. In 4 S 3,3 q 1.

16 In 4S3,3 qua 3; 11,2 qu 1 ad 2; 3 qu 1 ad 3; 44,3 a 2 q 2 qua 6 ad 1. In Ps 17 mil; 32,6 début.

17 3a 66,4 ad 5. Quodl 3,30 + 12 //.

18 la 105,6 ad 1.

19 la 2e 95,4 ad 9; 8,2 ad 3.

20 la 2e 35,6 ad 2; 48,2; 87,2. Uirt 2,8 ad 17.

21 In Meta. 5.

22 In de Anima 8.

23 In Iob 40 lect 2 fin. Cf. Dufeil, Exotisme chez Thomas, à paraître.

24 In 2 2 S 14,5 ad 5 + 5 //.

25 2a 2e 147,6 ad 2.

26 la 27,2.

27 la 69,1. In 2 S 14,5.

28 Ibid, ad 2, ad 4. Pot. 4,1 ad 4, ad 20 + 6//.

29 In Ps 17 mil.

30 la 71,2; 72,2. In 2 S 15,2 a 1 ad 3.

31 In Iob 6,2 mil; in Iob 38.

32 Cf sup. n. 9(boue) et n. 30(poissons).

33 la 2e 102,6 ad 1.

34 In 2 S2,2 a 2 ad 1.

35 In 1 Thess prol. début + 30//.

36 la 2e 102,5 ad 4. 3a 66,7 + 14 //. Aspersion, effusion etc. donnent le caractère, non la grâce, qui vient des paroles.

37 3a 71,2 ad 3 + 4//.

38 3a 65,1 ad 6; ad 8; 83,3 ad 3; 87,3. In 4 S 2,1 a 2 ad 7 et 16,2 a 2 qu 4.

39 3a 71,2 ad 3.

40 3a 77,8 ad 3; 83,3 ad 3; 87,3. In 4 S 12,1 a 2 qua 6 ad 2. De malo 7,12.

41 Opus operans est de l'homme, operatum, de Dieu In 4 S 4,3 a 2 qua 3 ad 1.

42 In Isa 59.

43 In 4 S 8,1 a 2 qua 2. 3a 73,6; 74,6 ad l.C.G. 2,56.

44 In 4 S 3,3 qua 2 ad 2. 3a 66,4 ad 3; 74,7 ad 3. In Isa 63 fin.

45 In 4 S 8,1 a 2 qua 2 ad 3 et 6.

46 In 2 S 18,1 a 4 ad 4 + 34//.

47 In Isa 32 fin et 55 fin.

48 In Hebr lect 4 fin.

49 In 4 S 24,2 a 1 qua 1 et // 3a 74,1-6-7-8; 83,6 ad 4-6. In 2 S 28,1 a 1 ad 2; 30,2 a 1 ad 1. 4 S 11,2 a 4 qua 2-3-4. In 1 Cor 1,11 lect 6. M.M. Dufeil, de uino apud tomam (erreurs sur euchar. 3a 74,1 ; 76,8) in L'imaginaire du Vin coll. Dijon 1981 éd. J. Lafitte Marseille 1983, 79-85 n. 36.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540