Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'eau, élément du tragique

Textes du XIIIe siècle (geste de Doon de Mayence, Gui de Warewick) au XVe siècle et documents iconographiques

Régine Colliot

Texte intégral

1Si la présence de l'eau est vérifiable dans d'innombrables épisodes de récits arthuriens, elle se fait plus rare dans les gestes épiques ou dans les intrigues romanesques qui échappent au cycle d'Arthur. Surtout, elle n'y possède que rarement la signification secrète qui constitue pour les mers, fleuves, rivières et sources celtiques l'essence de leur mystère. L'eau épique ou romanesque est généralement plus "naturelle", si l'on peut dire, elle est moins perfide, moins équivoque que l'eau celtique. Elle recèle pourtant des périls qui peuvent être mortels pour le héros. L'eau dangereuse coule alors dans le paysage épique : elle apparaît fréquemment comme la composante d'une situation dramatique, ou sa cause. Elle sert de décor à des scènes violemment pathétiques, dont nous fournirons un certain nombre d'exemples ; elle peut prendre dans l'épopée et surtout le roman un sens symbolique, adopter une personnalité morale, être un piège pour l'homme.

  • 1 Doon de Mayence, publié par A. Pey, d'après les manuscrits de Montpellier et Paris. Collection des (...)

2Tel est le cas pour les Enfances de Doon de Mayence1 : l'eau joue dans les aventures du héros un rôle déterminant et même formateur ; Doon s'affirme par bien des traits "un fils de l'eau", de son enfance à son âge adulte. Dans le récit, les scènes tragiques où l'eau sous ses formes diverses suscite le pathétique sont nombreuses.

3La première scène "marine" des Enfances Doon nous montre un précepteur, Salomon, emmenant vers la plage pour les divertir ses trois jeunes élèves dont l'aîné, Doon, a sept ans, le cadet, Savari, cinq, le plus jeune, Girart, deux ou trois. Le précepteur leur a promis de les faire jouer avec les "cailloulets" du rivage. Il porte dans ses bras le petit Girart et règle son pas sur la marche encore peu rapide des deux autres. Quoi de plus rassurant en apparence que cette promenade ? Mais l'auditeur a deviné que Salomon a mis au point dans ses moindres détails un plan de mort, emportant trois pavés pesants et de bonnes cordes, choisissant l'heure de midi où les gens sont renfermés chez eux. Il "combre" les trois pierres dans un petit bateau, fait embarquer ses jeunes élèves et prend le large. Le motif de l'excursion criminelle se retrouvera dans la Fille du Comte de Ponthieu : l'anodine course en mer se révèle machination de mort.

4Doolin, fort avisé pour son âge engage au bout d'un certain temps le précepteur à retourner vers la rive

  • 2 Op. cit. v. 334-335.

"Mestre, ou alon nous ? Vous povés trop aler,
Bien me semble reson or mès du retourner"2.

5Salomon dévoile alors en quelques phrases brutales son dessein : tuer ses jeunes élèves, et les précipiter ensuite dans la mer.

  • 3 Op. cit. v. 337-339.

"Je vous noieroi ja, se g'i puis assener,
Jamès ne vous verres arrière retourner.
Ichi vous convendra du siècle dessevrer"3.

6Suit aussitôt la scène de l'assassinat de Girart le "mainsné"

  • 4 Op. cit. v. 346-348.

"de son pié le bouta,
Si tost que au batel la teste li hurta.
Les iex li sunt saillis, le chervel en vola"4.

7Le précepteur envoie le petit cadavre dans les flots

  • 5 Op. cit. v. 389-391.

"Une pierre pesant à son col li pendi,
Onques nel despoulla, n'onques nel desvesti,
U parfont de la mer le geta tout ainsi"5

8et tente ensuite de tuer à son tour le "maien", Savari

  • 6 Op. cit. v. 392-394.

"Puis revient au maien, as cheveus le saisi,
Si fort le trait à li que à ses pies quéy,
Si que à pour I poy le col ne li rompi"6

9Le tragique est évidemment accru du fait que les enfants confinés sur cette petite barque avec leur bourreau ne peuvent échapper. Salomon passe au cou de Savari une corde reliée à une pierre, s'apprêtant à le noyer

  • 7 Op. cit. v. 417 et v. 425-426.

"Si li pendi au col I grandisme perron…
Et li fel desloial si la corde li tent,
Que par un petitet la gorge ne li fent"7.

10Déjà Salomon a jeté la pierre par dessus bord. Alors Doon, voyant que les supplications sont inutiles, réussit à arracher le poignard que Salomon porte à la ceinture et lui en porte un coup en plein coeur. Salomon tournoie sur lui-même et tombe à son tour dans les flots.

  • 8 Op. cit. v. 450-452 et v. 456-457.

"Li enfez le fiert si, parmi le pis devant,
Du coutel afilé, esmoulu et trenchant,
Que le cuer li fendi ; et chil va canchelant…
Le cuer li defailli, et il va trebuchant
Tant qu'il quiet en la mer …"8.

11Voici donc le premier meurtre "en bateau" accompli par le héros ; et presque trois morts "marines", car Savari est fort blessé, ont eu lieu dès le vers 460. Doon s'empresse de couper la corde qui étouffait Savari ; mais la situation des survivants n'est que momentanément améliorée ; le vent les emporte en pleine mer.

  • 9 Op. cit. v. 469.

"Et li enfant s'en vont parmi la mer salée"9.

12La faim et la soif, autres périls des "errants naufragés" fréquemment mentionnés dans les récits, les tourmentent pendant deux jours : au soir du deuxième jour le plus jeune meurt.

  • 10 Op. cit. v. 1267-1268 et v. 1312-1314.

"Que II jours et II nuits, en vérité prouvée,
Ont esté sans mengier nule rien qui soit née.
Son frere l'entent bien, mès ne puet mot géhir ;
Li oeil li sunt tourné, n'i a mès que palir,
Et la vie li faut …"10.

13Le conteur a décrit les effets de la soif sur l'enfant : gorge et bouche enflées, teint blêmi. Doon est désespéré : il s'abandonne à une longue lamentation, serrant le corps de son frère entre ses bras ; il songe un moment à se tuer en se jetant à l'eau.

  • 11 Op. cit. v. 1298-1300.

"Se je savoie bien, de fi et sans mentir
Que jamez à droit port ne peù'sse venir,
En la mer là dedens me feroie perir"11.

14La tentation du suicide chez le naufragé est fréquemment mentionnée dans d'autres récits. Mais Doon reprend courage en priant, ce qui constitue un autre topos ; la prière du "perdu en mer" attendrit Dieu et provoque son secours, qui s'affirme progressivement aux yeux du héros : d'abord la vision lointaine d'une colline boisée dépassant l'horizon

  • 12 0p. cit. v. 1347-1348.

"A VII lieuez d'enqui, par dechà de la mer,
Vit I tertre moult grant…12

15puis la montée de l'orage, son déchaînement, l'averse salvatrice, même la chute des grêlons que l'enfant met avidement dans sa bouche pour apaiser sa soif.

  • 13 Op. cit. v. 1367-1368.

"Le gresil que il voit commenche a engouler
Et seisir durement et u ventre bouter"13.

16Il recueille autour de la barque des branches brisées chargées de pousses de feuillage qu'il dévore. Ainsi réconforté, il serre une dernière fois dans ses bras le cadavre de son petit frère "Si j'avais pu, s'écrie-t-il, te faire partager ces bourgeons !". Mais un fort vent soufflant de la mer vers la terre pousse enfin la barque et le survivant jusqu'à une plage ; le canot se brise en touchant terre. Doon saute sur le sable et court vers la forêt proche, son refuge.

  • 14 Op. cit. v. 1418-1420.

"Li batiaus en I plain maintenant arriva
Par la forche du vent, qui si tost l'amena.
L'onde, qui si fu grans, à terre le geta"14.

17Cet épisode marin est dans ses diverses phases longuement conté (du vers 252 au vers 1425) avec une précision réaliste qui accroit le pathétique. Une autre scène, non moins cruelle va lui servir de conclusion. Le vieux comte Gui, âgé de plus de 80 ans, père des enfants, alerté par les plaintes de Doon dans la forêt (il y vit en ermite) les cherche et aboutit au lieu du naufrage. Il aperçoit le corps de Savari étendu à côté des débris de la barque. Il ne le reconnaît pas tout d'abord puis finit par l'identifier. Il exprime son désespoir dans une longue lamentation.

  • 15 Op. cit. v. 1766-1768.

"A la mer est venu, qui moult va ondoiant
Et trouva le batel à la terre gesant,
Et l'autre de ses fis, qui gesoit mort devant…"15.

  • 16 Cf. Euripide, Hécube. Texte établi et traduit par Louis Méridier, tome II, Les Belles Lettres, Par (...)

18Le conteur nous montre le vieillard, creusant le sable de son bâton et enterrant son jeune fils ; cette scène traitée sobrement malgré le pathétique de la circonstance rappelle celle où Hécube retrouve sur le rivage le corps de son plus jeune enfant Polydore16.

  • 17 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 1787-1789.

"En estant se leva, son baston a combré,
En la terre a ileuc tant en parfont cavé
Que l'enfant i a mis…»17.

19Mais nous retrouvons l'eau, sous forme de fleuves au fil des aventures du notre héros, âgé maintenant de 15 ans. Doon dira fièrement, se présentant à un chevalier inconnu, qu'il est né à "Maience la grant" dont il est le seigneur, Mayence sur le Rhin, précise-t-il, décrivant le cours du fleuve :

  • 18 Op. cit. v. 3184-3187.

"Mez chen n'est pas Maience dont chantent li auquant
Qui est pres de Hantonne outre la mer flotant
Ains siet jouste le Rim, une eve moult bruiant,
Par decoste Alemaigne, ou sunt li Alemant"18.

20Ce fils du Rhin va accomplir une longue marche vers le bûcher de sa mère Marguerite qu'il doit délivrer du feu ; le combat mythique des éléments est visible.

  • 19 Op. cit. v. 3161-3162.

"Or la doit on ardoir, issi est devisé
De mardi en VIII jours en I feu alumé19.

21Doon rencontre d'abord devant lui la Meuse et un passeur. Par une symétrie inverse, lui qui a failli périr dans une barque, il tue à son tour le passeur dans son bac. Ce personnage grossier et avide examine le candidat à la traversée, le juge insignifiant, se moque de la "nicheté de Doon ; il lui demande un salaire, et comme le héros n'a pas d'argent, il repousse avec violence son cheval en train d'embarquer. Furieux qu'on touche à son coursier, Doon se bat avec le passeur, très redoutable, qui a pour lui sa force d'homme, ses armes rudimentaires, gaffe et perches, mais pesantes, son habitude des combats (il porte un casque), et l'on suggère qu'il a déjà tué beaucoup de ses passagers.

  • 20 Op. cit. v. 2650-2655.

"A Muese est venu, une eve moult courant.
Tout le rivage amont la va tousjours sievant ;
Mes il n'a pas aie contremont longuement
Que au port est venu, où passent li auquant.
Là a trouvé I Homme seur I batel séant,
Qui arméz estoit bien…"20.

22Doon armé de son épée ébrèche largement le casque et la tête du passeur, puis lui coupe un bras. Le malheureux terrorisé essaie de lui faire passer le fleuve, mais avant d'atteindre l'autre bord il s'affaisse et meurt.

  • 21 Op. cit. v. 2761-2765.

"De la rive s'empaint, si prend a gouverner
A l'une de ses mains, si comme il pot ouvrer.
Et le cherf va après, si se prend à noer.
Et le vilain tous jours se paine de l'errer
Et saine tout adés…"21.

23Le courant du fleuve entraîne Doon qui ne sait pas manoeuvrer l'aviron (il n'arrive qu'à "faire virer et tourner le batel") jusqu'à une ville forte bâtie près d'un pont.

  • 22 Konrad Witz (environ 1400-1444/46). Saint Christophe, collection du Musée des Beaux-Arts de Bâle, (...)
  • 23 Le Maître de Messkirch, Saint Christophe, peinture sur bois, exécutée entre 1530 et 1543. Collecti (...)

24On retrouve métamorphosés et dégradés dans cette rencontre un certain nombre des éléments de la Légende de Saint Christophe : ainsi Christophe ignore la personnalité divine de l'enfant inconnu qui demande le passage, et ne la reconnaît que peu à peu au poids terrible qui l'oppresse, quand par l'intermédiaire de 1'enfant-Dieu il supporte le monde entier. De ces deux stades, ignorance de Christophe, découverte du mystère de l'enfant, deux représentations picturales de la légende, l'une du xveme, L'autre du xvième siècle, porte témoignage : la première est de Conrad Witz22, la seconde du Maître de Messkirch23, toutes deux au Musée de Bâle. Pour Conrad Witz, la perche est une grosse branche dépouillée, pour le Maître de Messkirch, un arbre chargé de feuillage symbolisant peut-être l'espérance du monde ; pour Conrad Witz, la représentation du passage le montre difficile, pénible : le géant Christophe, un homme déjà vieux, semble las et surtout anxieux, malgré la taille minuscule de l'enfant : il est encore au milieu du fleuve pris dans un cercle de remous ; Jésus sans auréole, vêtu pauvrement d'une petite robe grise, lève la main droite dans un geste de bénédiction, cramponné de la main gauche aux cheveux du passeur, qui semble craindre de s'enfoncer ou de tomber dans les eaux. C'est le gué de l'angoisse. Au contraire, le Maître de Messkirch a représenté Christophe prenant victorieusement pied sur la terre ferme, appuyé sur son arbre épanoui ; l'eau est étale derrière lui ; l'enfant, droit sur ses épaules est vraiment 1'enfant-Dieu la tête auréolée, vêtu d'une robe et d'un manteau lumineux, et Jésus supporte lui-même le monde, un globe gigantesque et doré, ceinturé par les lignes des méridiens, de l'équateur, des parallèles. Il tient une bannière rouge terminée par une croix d'or de la main droite. Avec cette deuxième figuration on passe de la réalité au symbole, le passage du gué est une victoire. Moralement le tableau de Conrad Witz se rapproche du récit des Enfances Doon, par la nature équivoque de l'enfant, héros ou Dieu, la révélation progressive de cette nature, les angoisses du passeur.

25Dans la geste de Doon, on a eu soin de nous dire que le passeur était un personnage douteux et même criminel, ce qui excuse son meurtre par l'adolescent : les passeurs médiévaux sont le plus souvent, on le sait, inquiétants, intéressés, dangereux… Le meurtre dans la barque qui devrait réveiller en lui quelque souvenir, ne suscite en fait chez Doon aucun remords ; néanmoins il en sera puni par de graves difficultés. Mais le héros doit être sauvé : près du Castel il est secouru miraculeusement par un homme charitable, alors qu'il croit dans sa naïveté que la ville où il aborde est 1'enfer même

  • 24 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 2807-2810.

"Si comme il se cuida ens en l'eve ruer
Et il voit un batel devers li traverser ;
I homme avoit dedens, qui le va saluer
Tel pitié a de li qu'il le fist arriver"24.

26Ainsi est-il sauvé une deuxième fois d'une noyade probable. Il s'enfuit sur son cheval, débarqué avec lui. Alors commence l'épisode du cerf apprivoisé qui a suivi Doon depuis la forêt, en nageant dans la Meuse derrière le bateau.

  • 25 Op. cit. v. 2763.

"Et le cherf va après, si se prend à noer"25.

  • 26 Le Chevalier au Cygne, édition du Baron de Reiffenberg, Bruxelles 1846, v. 957-972.

27Le cerf fidèle aborde là où Doon a pris pied lui-même et cherchant son maître il traverse un village ; (le cerf suiveur est la bête accompagnatrice du héros-enfant que l'on retrouve, descendant le fleuve également, mais cygne cette fois, dans le récit du Chevalier au Cygne26 ; Hélias se déplace avec son sixième frère changé en oiseau : il existe de grandes analogies dans le schéma romanesque des deux œuvres).

  • 27 Op. cit. v. 2817-2821.

"Et le cherf dont vous di, qui se prist à noer,
Par dessus le rivage s'en vint à l'ariver ;
contreval la rivière se prist a devaler,
va quérant son seigneur, mez ne le pot trouver"27.

28Les habitants du village veulent tuer le cerf et détachent leurs chiens contre lui. La bête affolée retourne à la Meuse, poursuivie par les chiens

  • 28 Op. cit. v. 2831-2833.

"Li cherf se met a no, qui bien en fu apris,
Et li chien apres tuit, que nul n'en fu eschis,
Glatissent et abaient comme déables vis"28.

29Doon alerté par le tumulte, essaie de défendre son cerf dont d'ailleurs il ne s'était guère soucié jusqu'ici ; le cerf reconnaissant son maître sort du fleuve pour lui demander protection :

  • 29 Op. cit. v. 2843-2845.

"Et le cherf qui noeit entre les chiens marris
Connut bien son seigneur, quant il en fu coisis,
Vers li se trestourna que de li fust garis"29.

30Doon furieux de le voir attaqué, tue presque tous les hommes du village. Mais les chiens mettent le cerf en pièces ; la colère de Doon redouble, et il fait un véritable carnage des vilains ; quatre fuyards vont avertir ceux du castel tout proche, qui se lancent à la poursuite de Doon qui s'éloigne. C'est alors qu'ils découvrent au bord du fleuve le cadavre du passeur étendu dans son bateau.

  • 30 Op. cit. v. 2887-2889.

"Le marinier trouverent, dont m'oïstez conter
Que Doolin ot mort à Muese trespasser,
U batel se gesoit qu'il ot fet estorer"30.

  • 31 Roland Vasseur, Conservateur Départemental des Antiquités de l'Oise : Les Volets du retable de Nuc (...)
  • 32 R. Vasseur, op. cit. p. 9.
  • 33 Op. cit. p. 10.
  • 34 0p. cit. p. 34 et p. 37.

31C'est la deuxième découverte d'un cadavre sur le rivage, dans notre récit. La légende de Saint Quentin, célèbre dans le Nord de la France, nous offre une version sanctifiée de l'"invention" d'un corps jeté à l'eau. Sur cette légende on peut consulter avec profit le petit opuscule "Les volets du retable de Nucourt et l'iconographie de Saint Quentin" édité par le Musée de Pontoise31, dont les textes sont de Roland Vasseur, conservateur départemental des Antiquités. Plusieurs hagiographes du vième au ixème siècle ont relaté brièvement la vie de Saint Quentin, le récit le plus complet étant fourni par les Vitae et passiones martyrum (ixème siècle) qui reprend des éléments de la Vita sancti Elegii, (Vie de Saint Eloi) récrite dans le premier quart du viiie siècle par un moine de Saint Eloi de Noyon32. Quentin ayant été après de nombreux supplices décapité sur l'ordre du préfet militaire Rictiovare, sa tête et son corps furent jetés, lestés d'une masse de plomb, dans la Somme toute proche. Cinquante cinq ans après sa mort, une riche dame romaine, Eusébie, aveugle depuis neuf ans, est avertie en songe par un ange de se rendre au lieu nommé Augusta Veromanduorum, pour y trouver la dépouille d'un saint, Quentin. Eusébie se dirigea vers les bords de la Somme, se mit en prières, et bientôt la tête et le corps du Saint, miraculeusement et absolument intacts, quittèrent leur gangue de boue, et apparurent à la surface de l'eau. Eusébie fut guérie de sa cécité et fit édifier un tombeau et une église en l'honneur du saint33. Etant donné qu'après cinquante cinq ans de présence au fond des eaux de la Somme Saint Quentin est reparu en état parfait, exempt de toute décomposition ou enflure, il est devenu le patron des hydropiques, des "enflés", nombreux au Moyen Age. Un Liber miraculorum datant de la fin du xème siècle détaille les guérisons d'hydropisie opérées par St Quentin, l'hydropisie étant par antiphrase : "le grant mal Saint Quentin"34. Deux volets du retable de l'église de Nucourt nous montrent au panneau l'immersion du martyr dans la Somme avec la légende

  • 35 Op. cit. p. 26.

Rictiovare le malheureux
Fist jecter par ses meschans homes
Le corps sainct Quentin glorieulx
Avec la teste en l'eau de Some35.

32Du pont enjambant la Somme, deux soldats ont précipité dans la rivière la tête et le corps du Saint qui flottent séparément à la surface de l'eau. Sur le panneau 11 devant Sainte Eusébie en prières le corps intact apparaît à la surface verte des eaux de la Somme :

  • 36 Op. cit. p. 26. A propos du corps saint qui reparaît hors du fleuve et aborde à la rive, nous rapp (...)

"Incontinent Saincte Eusébie
Alla sur le bort de l'eau
Avecques grosse compaignie
Où elle trouva le beau joyau"36.

33Certes la différence est grande pour les témoins, si le corps reparu est celui d'un saint, ou celui d'un noyé, parent ou ami, et les réactions opposées. Les riverains de la Meuse appréciaient leur passeur

"Qui les seut a chel port moult volentiers passer".

34Ils vont donc dénoncer le meurtre au Seigneur, qui se trouvera être providentiellement l'oncle de Doon.

35Cependant au lieu du supplice de Marguerite, le traître Archambaut est alerté par son allié Hermant qui lui assure que Doon est vivant. Mais Archambaut rappelle avec cynisme les détails du meurtre commandé jadis par lui :

  • 37 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 2897 et v. 4592-4593.

"Et j'ay fait les enfans dedens la mer jetter
Par Salemon leur maistre, qu'onq puis ne vy tourner"37.

36La mort en mer semble en général sûre aux yeux du criminel ; mais Hermant donne une version fidèle des événements :

  • 38 Op. cit. v. 4596-4597.

"Vous n'en veystez mie Salemon retourner
Car l'enfant Doelin le tua sur la mer,
Et de son coustel mesmez, que ne s'en sot garder"38.

37Certes la reprise épique est procédé habituel, mais il s'agit plutôt en l'occurrence d'un trait constitutif de la biographie de Doon que d'un témoignage fourni par Hermant. Comment aurait-il su ces détails, en effet ? Doon, sauvé des eaux par Dieu, est défini en partie par cet épisode.

38Plus tard après avoir éteint le bûcher de sa mère Marguerite, Doon est fait prisonnier par le roi païen des Danois, Danemont. Seul et sans armes, il va périr, quand un événement providentiel se produit : un marin, un vilain chenu, se présente à la cour ; il porte un grand panier plein de poissons fraîchement péchés et veut les offrir au roi

  • 39 39. 0p. cit. v. 9795-9797.

"Chi vous fet I present moult gent et avenant
De poisson que j'ai pris hui a l'aube apparant,
Lus, perches et barbiaus et maint bequet noant"39.

39Mais sur le couvercle du panier, une épée rouillée attire 1'attention.

  • 40 Doon de Maience, op. cit. v. 9788-9791.

"Si avoit sus troussé une espée moult grant,
Trestoute enroillie et de moult lait semblant,
Li trenchant ambedui furent trestout senglant
De sanc trestout beté et de rougeur prenant"40.

40Quand le vilain ouvre le panier, l'épée tombe à terre, le roi la ramasse et s'étonne de sa présence. "Elle vient de l'eau courante, où je péchais ; je l'ai ramassée dans mes filets". Le pêcheur a l'intention de s'en servir comme d'une hache dont il taillera son bois. Doon regarde l'épée, une intuition le traverse alors : il lui souvient de Charlemagne :

  • 41 Doon de Maience, op. cit. v. 9821-9824.

"Quant il se combatoit à la gent mescreant,
Durandal li vola en une eve moult grant"41.

41L'épée est la fameuse Durandal, perdue dans l'eau et sortie de l'eau miraculeusement ; Doon la salue en lui-même : et pense aussitôt à l'utiliser :

  • 42 0p. cit. v. 9827-9830.

"Durandal, dist li ber, or me va gentement.
Se je vous puis avoir, par le Dieu qui ne ment.
Tel essart feroi jà de cheste pute gent
Que mi bras en seront jusqu'as coutes senglant"42.

42Doon s'empare de Durandal par une ruse, rend grâces à Dieu et se bat victorieusement contre les Danois

  • 43 Op. cit. v. 9866-9867.

"Durandal, fet liber, or voi chertainement
Que Dex euvre pour nous, bien i pert vraiement"43.

43Durandal a été reprise au fleuve pour secourir notre héros ; le lien de Doon avec l'eau est confirmé par cet épisode, un des derniers du récit.

***

  • 44 R. Colliot, Un thème de la littérature médiévale : "L'enfant de la forêt" Annales de la Faculté de (...)
  • 45 La Fille du Comte de Pontieu, nouvelle du xiiième siècle éditée par Clovis Brunel, Paris, Champion (...)
  • 46 Op. cit. p. 16, lignes 230-231.
  • 47 Op. cit. p. 23, lignes 315-316.
  • 48 Op. cit. p. 23, ligne 320.
  • 49 Op. cit. p. 23, lignes 326-327.
  • 50 Gui de Warewic, roman du xiiième siècle, édité par Alfred Ewert, tomes I et 2, Paris, Champion, 19 (...)

44La vie de Doon, fils du Rhin, mais aussi par de nombreux traits enfant de la Forêt44, et vainqueur du feu, nous amène à l'étude des situations qu'il a traversées, vécues par d'autres héros. Un certain nombre de topoi sont repris par l'agencement romanesque des conteurs : ainsi la machination marine, ruse de mort, se retrouve dans "La Fille du Comte de Ponthieu"45 : l'entraînant dans une promenade familiale, le Comte fait enfermer sa fille dans un grand tonneau, véritable cercueil flottant, qu'il lance dans les flots d'un coup de pied. "Et fist le tonel metre sur le bort de la nef, si le bouta de sen pied en le mer"46. Recueillie par miracle par une nef marchande, la dame au sortir de son tonneau va oublier son passé et repartir pour une vie nouvelle, comme après une seconde naissance. Le même récit décrit une tempête "Quant il furent en haute mer, si les souprist uns vens durs et oribles, si que li maronnier ne seurent qel part il aloient"47. Le comte, son fils et son gendre, les trois responsables de la mort supposée de la jeune femme, se font lier et comme "coudre"48 ensemble : meilleur moyen certes de surnager, mais aussi symbole de leur responsabilité collective. Le bateau court vers la terre païenne d'Aumarie et y aborde "tot a lagen" comme une épave, issue favorable pour les naufragés, car "de plus cruel mort ne povons nous morir que de noier"49 déclare le Comte, exprimant ici l'horreur de la mort par noyade pour des chrétiens, puisque le corps dévoré par les poissons est impropre à la résurrection. Les trois français seront sauvés, par la Comtesse, miraculeusement retrouvée en Aumarie : Ainsi la tempête n'est pas phénomène neutre, mais marqué d'un caractère providentiel, qui infléchit le destin. Le périple marin sert de base à la trame romanesque. La même tempête, instrument de Dieu, se retrouve dans la deuxième partie de Gui de Warewick (xiiième siècle50. Le récit en est fort long, il occupe 27 vers (9041 à 9068). Le navire est dérouté de Russie en Afrique. Des marchands marins, des Russes félons enlèvent le fils de Gui en Angleterre, et partent de Londres avec le petit Rainbrun qu'ils ont l'intention de vendre en Russie. Tous les détails descriptifs d'une tempête classique sont ici mentionnés :

  • 51 Op. cit. t. 2, v. 9051-9068.

Le ciel lur comence à nercir
E les nues forment a espessir
Grant toneire lur creisseit,
Grant est l'orage que lur veneit ;
Les quatre venz que venterent
Quanque ert devant els trebucherent,
la mer comence a turmenter
Ne se sevent dune quel part aler ;
Les undes surmuntent la nef,
N'i ad cil qui ne moille le chef,
Derumpent cordes, depece lur mast,
N'i a nul qui morir ne quidast,
De totes parz lur creist turment,
Deu reclaiment, omnipotent,
A cele feiz lur venta bise,
Loinz en la mer lur nef ad mise,
Tut le jur e la nuit sunt chascez,
Puis sunt en Affrike arivéz.51.

45Or ils étaient en face du rivage de la Russie quand la tourmente s'est déchaînée. La fille du roi Africain Argus recueille le petit Rainbrun, dont le destin est évidemment transformé par cette tempête.

  • 52 L'Ystoire du vaillant chevalier Pierre Filz du Conte de Provence et de la Belle Maguelonne, texte (...)
  • 53 Op. cit. p. 32, par. 80-81.
  • 54 Op. cit. p. 33, par. 82.
  • 55 Op. cit. p. 34, par. 85.

46Dans un texte plus tardif (xvème siècle) "l'histoire de Pierre, fils du Comte de Provence, et de la Belle Maguelonne"52, une tempête éloigne de même pour longtemps les deux amoureux l'un de l'autre, parachevant ainsi l'intervention néfaste de l'Oiseau Voleur. Pierre, qui ne sait pas nager s'installe dans une vieille barque de pêche, pour tenter de repêcher ses 3 bagues tombées dans la mer. "Mais Dieu, dit le texte, fist lever ung grant vent froit et fort devers la terre qui transporta Pierre oultre sa voulenté et sa barque fust dedens la mer"53. La barque s'éloigne de plus en plus du rivage, Pierre est "perdu en mer" et comme Doon, connaît toutes les angoisses de cet état ; il subit la même tentation de suicide : "il fust en propos de soy getter dedens la mer"54. Mais Dieu le fait se tourner vers la prière ; néanmoins son secours n'est pas rapide : "Pierre estoyt assis au meillieu de sa barque et attendit que la mer le perist ; car la barque en aloit sans gouvernement ou les ondes la portoyent et ja y avoit asses d'eaue dedens tant qu'il estoit tout moillé"55.

  • 56 Op. cit. p. 34, par. 85.

47Recueilli à demi-mort par des Corsaires, donné en présent au Soudan d'Alexandrie, le héros passera encore par d'autres aventures marines, marquées par un acharnement hostile et certainement intentionnel de la Providence ; ayant réussi à repartir pour la Provence, il descend au cours d'une escale dans l'île de Sagona, cueille une fleur qui le fait songer longuement à Maguelonne et finit par s'endormir profondément ; le bateau repart sans lui "Il eust tant de douleur en son cueur que il tomba a terre comme mort et perdit sa mémoire"56. Recueilli par des pécheurs il doit faire un long séjour à l'hôpital de Crapona, avant de retourner, bien affaibli, à Aigues-Mortes…

  • 57 Op. cit. p. 42-43, par. 108-109.

48Cette longue errance en mer et d'île en île est évidemment une punition divine déclanchée par l'enlèvement de Maguelonne, même s'il n'y a pas eu "péché" véritable, et les années de séparation et d'épreuves sont une condition préalable au bonheur futur ; le sens secret de la perdition en mer est d'ailleurs pénétré par Pierre lui-même, réfléchissant sur son malheur. L'épisode de l'objet repêché dans la mer se retrouve aussi dans le récit : il ne s'agit pas d'une épée, mais des trois bagues perdues près de la côte italienne et retrouvées dans le ventre d'un poisson provençal57. La récupération des bagues n'a pas d'incidence sur l'action, elle plonge seulement les parents de Pierre dans le désespoir : l'effet est en ce cas sentimental, alors que les épisodes "aquatiques" dans les œuvres antérieures épiques ont peu de retentissement intérieur ; ils sont utiles pour l'action. Relisons dans Gui de Warewic le sec récit de Tierri, un jeune chevalier qui a enlevé son amie Osille et doit passer un gué périlleux : il se borne à relater avec précision les circonstances du passage :

  • 58 Gui de Warewic, op. cit. tome I, v. 47 -27-4738.

"A une eve vinc, que mult ert grant ;
De totes parz me vindrent siwant,
Ne poi nef ne punt trover,
Dunt la rivière puisse passer,
Radde e lee ert la rivere,
Eschaper ne poeie en nule manière
El bon cheval mult m'afiai
En l'eve me mis, si la passai.
Quant la rivère oi passé
Ester les vis desur le gué
Mettre dedanz pas ne se oserent,
Atant arère se retornerent58.

49Le gué épique ne comporte pas les fantasmagories du gué arthurien et il ne provoque pas d'angoisses chez le héros ; la jeune fille qu'il porte en croupe n'est même pas mentionnée. Le héros emporté par son action n'a pas le temps de réfléchir ou d'analyser ses difficultés.

50A mesure cependant que se déroule l'histoire de Cui de Warewick, l'influence du conte arthurien et celtique sur cette oeuvre devient sensible, en particulier dans les derniers épisodes du récit. Ainsi le jeune Raimbrun, fils de Gui, rencontre à son tour un gué qu'il arrivera à franchir après mille difficultés ; il aperçoit devant lui "enclos par une ewe mult roide" un palais merveilleux

  • 59 Gui de Warewic, op. cit. tome 2, v. 12295-12297-12299.

Vit devant li une clarté…
A I eve vint lez une lande
Une rivière est dulze e grande,
La se resta, si se repose59.

51La rivière le sépare d'une île remplie d'herbes odoriférantes au milieu, s'élève un palais aux murs de cristal incrustés d'émaux, couronné de "pommeaux", l'un de saphir, l'autre d'émeraude ; Raimbrun veut s'y rendre, mais il rencontrera de graves dangers, qui demeurent du reste naturels : le féérique et le vraisemblable sont liés dans l'épisode, comme par une timidité du conteur. Le passage du gué constituera un véritable exploit, comme dans la légende de Saint Christophe, mais pour des raisons normales.

  • 60 Op. cit. tome 2, v. 12341-12360.

"L'eve passer pas ne osa
De sun espée le gué tempta
Mais il funz pas n'i trova.
La raddur de l'eve mult dota
En sun corage se purpensa
Qu'il d'iloec ne s'en irra…
A Deu del ciel se comanda,
En la raddour del gué se lança.
L'eve l'enclost par sum le healme
N'i volsist estre pur un realme
Ainz qu'il amont se dresça
Trente perchées en avala.
Merci cria a Jhesu Crist
Le cheval ert bon sur ke il sist
Par esforz se turne de la raddur
A la terre se lance par vigur,
Les quatre pez a tere ferma.
Raimbrun dunc mult s'eslesça"60.

52Le salut d'un homme dépend d'ailleurs du passage du gué, car à l'intérieur du palais, enfin atteint, Raimbrun trouve prisonnier Amis de la Montagne, un compagnon de son père Gui, et le délivre en tuant un chevalier-fée, son geôlier. Passer l'eau permet d'arracher aux forces du mal un malheureux, et une double symbolique celtique et chrétienne environne cet épisode. Le même envahissement celtique se retrouve dans un autre fragment de cette chanson épique, de manière plus évidente encore : il s'agit d'une "errance sur la mer" très imprévue : Gui de Warewick qui a l'apparence d'un pèlerin et doit combattre à l'aube le duc Bérard, repose la nuit précédente sur un chalit d'or fin, atourné de draps de soie, couche somptueuse que lui a procurée l'empereur Rénier. Il y dort si bien qu'il ne s'aperçoit pas que quatre neveux félons de son adversaire le portent à la mer et l'y "trébuchent".

  • 61 Op. cit. tome 2, v. 10210-10214.

"Le chalit en la mer leisserent.
Al pelrin unt mal ostel tramis"61.

53Le saint chevalier endormi va ainsi être balloté par les flots une grande partie de la nuit et se réveille seul sur la mer sous la clarté des étoiles qu'il contemple étendu sur sa couche d'or qui surnage assez miraculeusement

  • 62 Tome 2, v. 10215-10225.

"Les undes debotant le vont
Une hure aval, un altré amont.
Le pélerin quant s'esveilla
Sun chef dresce, si esgarda
E vit les esteilles e le ciel,
Nule part de lui ne vit el
Fors sul la mer, u il flotout.
N'est pas merveille s'il por out.
"Jhesu Crist, fait-il, omnipotent,
Ki l'eve justises e le vent,
Sovenge vus ore de mei !"62.

54La prière du "perdu en mer" est une fois de plus exaucée ; un marin qui péchait va le recueillir, après avoir cru d'abord que le chalit et son occupant étaient "chose faée"

  • 63 Op. cit. tome 2, v. 10255-10260.s

"Un mariner
Ki vint peschant par cele mer
Le chalit vit de loinz flotant
Cele part vint mult tost nageant
Quide que seit chose faée
Que par la mer seit aportée"63.

55Gui sommé par le marin de dire "ce qu'il est" s'explique et le sauveur recueille Gui dans son bateau. Ce poétique épisode marin, esquif d'or drapé de soie portant un prudhomme endormi et flottant sur la mer dans la nuit illuminée, rappelle les navigations celtiques, et s'insère de façon originale dans une épopée guerrière. La chanson de geste accepte maintenant la féérie et l'assimile, et celle-ci apparaît spécialement dans les passages où l'eau intervient.

56L'eau épique ou romanesque apparaît toujours pour le chevalier, héros terrien en réalité, comme un danger et un piège ; il ne s'y sent pas au sens propre dans son élément. La nature prétendûment féminine de l'eau se révèle comme une ruse perfide, elle est liée au danger, au châtiment plus ou moins mérité, au risque de mort, évitée de justesse ou reçue. Le séjour sur la mer devient avertissement divin, dessein providentiel, passage vers un avenir meilleur : d'où la coloration celtique de certains épisodes vécus par le chevalier dans les gestes dans la seconde moitié du xiiième siècle. Toujours prête à engloutir, â dévorer, l'eau est pour le héros un ennemi sans visage, un adversaire mythique dont il doit triompher pour assumer son destin.

Notes

1 Doon de Mayence, publié par A. Pey, d'après les manuscrits de Montpellier et Paris. Collection des Anciens Poètes de la France, sous la direction de F. Guessard, Paris, 1859, pp. 1-182, Les Jennesces Doolin, p. 183, Doon de Mayence.

2 Op. cit. v. 334-335.

3 Op. cit. v. 337-339.

4 Op. cit. v. 346-348.

5 Op. cit. v. 389-391.

6 Op. cit. v. 392-394.

7 Op. cit. v. 417 et v. 425-426.

8 Op. cit. v. 450-452 et v. 456-457.

9 Op. cit. v. 469.

10 Op. cit. v. 1267-1268 et v. 1312-1314.

11 Op. cit. v. 1298-1300.

12 0p. cit. v. 1347-1348.

13 Op. cit. v. 1367-1368.

14 Op. cit. v. 1418-1420.

15 Op. cit. v. 1766-1768.

16 Cf. Euripide, Hécube. Texte établi et traduit par Louis Méridier, tome II, Les Belles Lettres, Paris, 1927, vers 679 à 706, spécialement le vers 697 :"Je l'ai trouvé sur la grève marine" dit la Servante : "ἐπ’ἀĸταῖς γιγ κυρῶ Өαλαδδίαις" et les vers 698-700 : "Rejeté sur le sable uni ? Ou tombé sous la lance meurtrière ? C'est le flot de la mer qui a rendu son corps".
"πόϒτοu… πελάɣιος κλύδων"

17 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 1787-1789.

18 Op. cit. v. 3184-3187.

19 Op. cit. v. 3161-3162.

20 Op. cit. v. 2650-2655.

21 Op. cit. v. 2761-2765.

22 Konrad Witz (environ 1400-1444/46). Saint Christophe, collection du Musée des Beaux-Arts de Bâle, Suisse.

23 Le Maître de Messkirch, Saint Christophe, peinture sur bois, exécutée entre 1530 et 1543. Collection du Musée des Beaux-Arts de Bâle, Suisse.

24 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 2807-2810.

25 Op. cit. v. 2763.

26 Le Chevalier au Cygne, édition du Baron de Reiffenberg, Bruxelles 1846, v. 957-972.

27 Op. cit. v. 2817-2821.

28 Op. cit. v. 2831-2833.

29 Op. cit. v. 2843-2845.

30 Op. cit. v. 2887-2889.

31 Roland Vasseur, Conservateur Départemental des Antiquités de l'Oise : Les Volets du retable de Nucourt (xvième siècle) et l'Iconographie de Saint Quentin, Musée de Pontoise, exposition du 7 mai au 8 novembre 83, Viarmes, 1983.

32 R. Vasseur, op. cit. p. 9.

33 Op. cit. p. 10.

34 0p. cit. p. 34 et p. 37.

35 Op. cit. p. 26.

36 Op. cit. p. 26. A propos du corps saint qui reparaît hors du fleuve et aborde à la rive, nous rappelerons le dernier épisode de la vie de Renaud de Montauban, dont le corps jeté dans le Rhin à Cologne par des ouvriers jaloux est maintenu à la surface des eaux par une flotille de poissons grands et petits, et de plus irradie une lumière "telle que l'on aurait crû voir brûler clair trois cierges … et que l'on croyait voir l'eau en feu". Traduction des "Quatre Fils Aymon ou Renaud de Montauban", par Micheline de Combarieu et Jean Subrenat, Folio, Paris, 1983, pp. 288-289. Ensuite les poissons réunis poussent le corps jusqu'au rivage.

37 Les Jennesces Doolin, op. cit. v. 2897 et v. 4592-4593.

38 Op. cit. v. 4596-4597.

39 39. 0p. cit. v. 9795-9797.

40 Doon de Maience, op. cit. v. 9788-9791.

41 Doon de Maience, op. cit. v. 9821-9824.

42 0p. cit. v. 9827-9830.

43 Op. cit. v. 9866-9867.

44 R. Colliot, Un thème de la littérature médiévale : "L'enfant de la forêt" Annales de la Faculté des Lettres d'Aix-en-Provence, tome XXXVIII, 1er fascicule, pp. 137-159 ; Gap. 1964.

45 La Fille du Comte de Pontieu, nouvelle du xiiième siècle éditée par Clovis Brunel, Paris, Champion, 1926.

46 Op. cit. p. 16, lignes 230-231.

47 Op. cit. p. 23, lignes 315-316.

48 Op. cit. p. 23, ligne 320.

49 Op. cit. p. 23, lignes 326-327.

50 Gui de Warewic, roman du xiiième siècle, édité par Alfred Ewert, tomes I et 2, Paris, Champion, 1933.

51 Op. cit. t. 2, v. 9051-9068.

52 L'Ystoire du vaillant chevalier Pierre Filz du Conte de Provence et de la Belle Maguelonne, texte du manuscrit S IV 2 de la Landesbibliothek de Cobourg, édité par Régine Colliot, Sénéfiance n° 4, édition CUER MA, Université de Provence, Aix-en-Provence 1977.

53 Op. cit. p. 32, par. 80-81.

54 Op. cit. p. 33, par. 82.

55 Op. cit. p. 34, par. 85.

56 Op. cit. p. 34, par. 85.

57 Op. cit. p. 42-43, par. 108-109.

58 Gui de Warewic, op. cit. tome I, v. 47 -27-4738.

59 Gui de Warewic, op. cit. tome 2, v. 12295-12297-12299.

60 Op. cit. tome 2, v. 12341-12360.

61 Op. cit. tome 2, v. 10210-10214.

62 Tome 2, v. 10215-10225.

63 Op. cit. tome 2, v. 10255-10260.s

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

Auteur

université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540