Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'eau dans la Manekine de Philippe de Beaumanoir

Marie-Madeleine Castellani

Texte intégral

  • 1 On en trouvera le relevé dans l'ouvrage de Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, Le Conte populaire (...)

1Le premier des deux romans conservés de Philippe de Beaumanoir, La Manekine, illustre, une nouvelle fois, un motif folklorique extrêmement fréquent, celui de la jeune fille sans main. On le trouve en effet dans de très nombreux contes oraux1, et, à partir du douzième siècle, dans des romans, des nouvelles et des pièces de théâtre en Europe.

  • 2 Contes-types numéros 706 et 510 B de la classification du Conte populaire français/ Ils se trouven (...)

2Notre texte, qui date de la fin du treizième siècle, est l'une des premières adaptations littéraires du motif, et, comme la plupart des autres versions, combine le motif de la jeune fille sans main avec celui de la jeune épouse poursuivie par la haine de sa belle-mère2. Cette origine folklorique et populaire nous oriente vers une lecture symbolique, voire psychanalytique du texte. Mais il ne faut pas pour autant négliger la signification religieuse de ce roman où les forces surnaturelles, particulièrement la Vierge, jouent un rôle dramatique prépondérant. Etudier le motif de l'eau, c'est aussi s'inscrire dans cette double perspective. Une présentation rapide du roman nous montrera la place de ce motif, essentiel au déroulement du récit.

3Joïe, princesse de Hongrie, se coupe la main gauche pour échapper à l'amour incestueux de son père. Il la condamne alors au bûcher, mais le sénéchal du royaume la sauve ; il la confie à la sauvegarde divine en 1'abandonnant sur une barque sans voile ni rame. Un voyage de neuf jours conduit Joïe en Ecosse, où on l'appellera désormais la Manekine. La première apparition du motif clôt la première partie du roman.

4En Ecosse, l'héroïne est recueillie à la cour du jeune roi qu'elle épouse peu après, malgré l'opposition de la reine-mère. Alors que le roi est parti tournoyer, elle met au monde un fils. Mais sa belle-mère remplace la lettre qui annonce la naissance par une autre où il est dit que la jeune femme a donné le jour à un enfant monstrueux. Le roi demande de garder la mère et l'enfant jusqu'à son retour, mais par un nouvel échange de lettres, la reine fait en sorte que sa belle-fille soit condamnée au bûcher. Comme en Hongrie, le sénéchal la sauve en la confiant à la mer sur la barque qui l'avait amenée : deuxième traversée, de douze jours cette fois, qui la conduit à Rome. La reprise du motif, due à la contamination des deux contes, présente cependant un certain nombre de détails différents sur lesquels nous reviendrons plus loin.

5Le motif réapparaît enfin dans l'épisode suivant, sous une forme nouvelle : à Rome, sur la place Saint Pierre, le Jeudi Saint, le roi et la reine d'Ecosse retrouvent le père de Joïe venu confesser sa faute passée. Des clercs vont puiser à une fontaine l'eau destinée aux baptêmes et y trouvent, parfaitement conservée, la main de Joïe, qu'un poisson a amenée jusque là. Par l'intermédiaire du pape, Dieu réalise un miracle qui rend à Joïe son intégrité physique.

6Grâce au motif de l'eau, Beaumanoir clôt chacun des épisodes du récit et surtout fait passer son héroïne d'un monde à l'autre : de la Hongrie- univers féodal - à l'Ecosse, royaume courtois et, de là, à Home, symbole du monde chrétien. Deux valeurs de l'eau apparaissent : l'eau douce, ici l'eau baptismale, et l'eau salée, à travers les navigations, l'une visiblement aventureuse, celle de Joïe, l'autre apparemment réaliste, celle du roi.

***

7Le motif du danger, des souffrances matérielles et morales que fait naître la mer domine dans le voyage du roi. Deux passages parallèles et de structure semblable encadrent la description et en donnent la tonalité :

"Maint duel, mainte pa.ine, maint grief
Avront ains que vienent a cief
De la queste qu'il ont aquise." (vv.5437-39)

8et à la fin du voyage :

"Vint li rois de Rome el gravier,
Qui maint tourment, maint peril fier
Avoit eü mainte semaine
En mer, qui n'estoit mie saine." (vv. 5795-98)

9Dans une perspective réaliste, on insiste longuement sur les préparatifs du voyage et particulièrement sur les approvisionnements en biscuit et en nourriture, détails presque totalement absents du voyage de Joïe. (vv.5441-48)

  • 3 Christiane Marchello-Nizia, Post-face à la traduction de La Manekine, page 258 :"les récits de cet (...)
  • 4 Dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, page 860 :"sept indique le sens d (...)

10Pourtant, un certain nombre d'indices nous conduisent à voir autre chose dans cet épisode qu'un simple voyage, fût-il exceptionnellement long et difficile, et tout d'abord sa durée. Le chiffre sept est extrêmement fréquent dans les contes populaires : on a pu donner au motif de quêtes comme celle du roi une signification astronomique, le cycle des étoiles3. Cependant, ce chiffre symbolise aussi tout cycle qui, accompli, laisse la place à un cycle différent et produit un renouvellement positif4. En termes plus simples, dans notre roman : une période s'achève pour le roi avec ce voyage et une nouvelle vie commence à travers l'épreuve représentée par le péril maritime.

  • 5 "Jamais ne quident qu'il reviegne." (vers 5427)
  • 6 "Et ciaus que il vaut avisa
    A garder ses gens et sa tere
    Que nus ne les grieve de guerre ;
    Si fait la (...)

11La mer apparaît en effet comme le lieu du déséquilibre : perte de la sécurité donnée par les conventions sociales, risque de mort5, mais aussi dans notre texte, danger de perdre son royaume ou de le voir se perdre. On peut noter qu'avant de partir le roi prend des dispositions véritablement testamentaires et règle, dans la mesure du possible, l'avenir de l'Ecosse en son absence.6

12La mer, c'est aussi la perte de toute direction, le chaos, l'impossibilité de retrouver la bonne route, donc le déséquilibre physique et moral de l'homme qui, livré à lui-même, ne peut réussir sa quête, mener à bien sa recherche. Dans ce voyage où il explore le monde connu, de l'Inde au septentrion, il est paradoxal, mais en cela significatif que le roi ne parvienne jamais au centre du monde connu qui se trouve précisément être le but de son voyage, à Rome, centre du monde chrétien.

13Dans quelques vers de la prière que le roi prononce avant l'Ave Maria, apparaît une mise en rapport entre non-er-rance physique et celle de ses compagnons, et l'errance morale de ceux qui se sont fourvoyés, autour d'un jeu sur la famille du mot "voie" :

"Si durement sui desvoiiés,
Ja mais ne serai ravoiiés,
Si la mere Dieu ne m'avoie
Qui tous les fourvoiiés ravoie." (vv.5599-5602)

14La seule "voie" possible dans ce roman du treizième siècle est Marie qui remet sur le bon chemin le voyageur égaré, qui conduit vers Rome le roi et ses compagnons par un miracle immédiat, répondant à la prière confiante du roi. Notons qu'il parvient à Rome au début de la Semaine Sainte et que le voyage tout entier se déroule entre deux Carêmes. Il est donc lui-même une sorte de long Carême, une période de souffrance et d'expiation voulue par Dieu :

"Car Dix qui fait a son plaisir,
Ne lilaissa pas son désir
Trover si tost comme il volsist ;
Maint torment endurer l'en fist." (vv.5479-5482)

  • 7 La Manekine. vers 5501-et 5563

15On notera la double apparition du nombre quarante7, qui est celui de la pénitence. Expiation d'avoir abandonné son épouse enceinte, mais surtout de l'avoir fait par trop grande confiance dans les valeurs du monde courtois et pour conquérir lui-même une gloire toute humaine, celle du tournoi : notons en effet que Beaumanoir est le seul à expliquer le départ du roi par un tournoi, d'où l'importance du motif.

  • 8 La Manekine, vers 5519-20 : "maint duel, maint anui, maint meschief, / maint torment, maint courou (...)

16Le départ du roi est une quête, mais autant une quête de soi-même qu'une quête de l'autre. Il a accepté de quitter un royaume où tout lui est acquis et où son statut social est reconnu de tous, pour le risquer sur la mer. Mais la réussite définitive est conditionnée par une étape supplémentaire : la reconnaissance de la vanité de sa quête si elle reste fondée sur la confiance dans ses capacités personnelles. Il doit accomplir une conversion définitive qui est exprimée dans l'abandon total à Marie par la prière. La valeur mystique de ce voyage est annoncée dès le départ du roi par le choix de ses compagnons : en tout, ils seront douze, chiffre des disciples du Christ mais aussi chiffre de la perfection, de l'accomplissement d'un cycle ; une période s'achève, celle du monde courtois et des valeurs humaines de gloire, de fête et de joie, qui caractérisaient l'épisode écossais. L'épreuve de mer est désignée par des termes - duel, ennui, tourment, meschief8 - qui s'opposent très précisément à ceux qui désignaient la fête courtoise. Dans cette traversée, c'est donc l'être lui-même qui est en déséquilibre tant qu'il n'a pas totalement abandonné sa volonté à Dieu. Dans cette conception du voyage maritime, se trouve déjà l'image de l'âme ballottée dans la tempête telle qu'elle sera développée par Eustache Descharaps, âme qui ne peut retrouver son chemin qu'à travers le soutien divin :

  • 9 Eustache Deschamps, Ballade 134 citée par Jean Delumeau, Synthesis III, Bucarest, 1978, page 128

"Je sens ma nef foible, povre et pourrie
De sept tourments assaillie en la mer
Mon voile est roupt, ancres n'y puet encrer
J'ai grant paour que plunge ou que n'affonde
Se vos pities envers moy ne se fonde."9

17Au bout de ces épreuves, le roi, qui n'apparaissait pas comme particulièrement religieux - le vocabulaire religieux est absent de l'épisode écossais - se transforme à travers l'Ave Maria qu'il prononce. La mer est le lieu où tout se décide : elle met à l'épreuve la foi véritable, qui est le refus du désespoir et l'abandon à Dieu. La tonalité religieuse dominera dans l'épisode suivant et l'un des premiers signes est l'abstinence que les époux observent pendant le Carême, attitude qui contraste fortement avec la place tenue par l'amour physique et par la joie d'amour dans l'épisode écossais. L'épreuve maritime a conduit le roi à une conversion, une évolution morale définitive.

***

18Expérience individuelle, le double épisode au cours duquel l'héroïne se trouve livrée aux flots l'est plus encore : on y trouve en effet un véritable leitmotiv, celui de la solitude :

  • 10 Vers 1002, 1067, 1069-70, 1080-81, 1198

"(Cele) qui est seule dedens la nef.
(…) La bele est toute seule en la nacele.
(…) Sans compaignie,
Sans aviron, sans gouvernai.
(…) Que seule vois et esgaree.
(…) Qui venue ert sans compaignie."10

  • 11 Dictionnaire des symboles, page 663

19Le même relevé aurait pu être fait pour la deuxième navigation aventureuse. Or, si l'on considère qu'à son départ de Hongrie, Joïe a seize ans, et que l'ensemble du voyage qui la mène de Hongrie à Rome dure neuf ans, on peut interpréter le récit tout entier comme la description d'un voyage initiatique dont le passage d'un pays à l'autre constitue les étapes essentielles. Or ce passage se fait toujours par la mer. Les neuf jours de navigation annoncent cette durée totale et sont le chiffre des gestations et des recherches fructueuses, selon le Dictionnaire des Symboles11. C'est le temps à l'issue duquel apparaît un nouvel être : ainsi, dans une civilisation plus ancienne, la quête de Perséphone Korè par Déméter et la renaissance du printemps. Si l'on considère enfin que le texte est présenté comme un conte - il débute par "il était une foi", et l'on sait, particulièrement depuis l'ouvrage de Bettelheim, combien les contes nous révèlent la personnalité profonde des êtres- on peut analyser cette première navigation comme la quête d'une personnalité qui se construit peu à peu, comme une initiation progressive.

  • 12 Vers 1002 et 1094 (mer salee), vers 1075 et 1057 (à bon port)
  • 13 Bachelard, L'eau et les rêves, page 9

20On sait que Joïe, échappe par deux fois à la flamme pour être abandonnée à. l'eau et que tous pensent qu'elle a été brûlée. Or, franchir une barrière de feu, c'est entrer dans un autre monde. Le feu marque, par exemple, la frontière du profane au sacré. Il n'est pas indifférent que le départ se fasse de nuit : la nuit et la mer sont deux images de régression, assimilées en psychanalyse au sein maternel. Cette régression, cette désintégration (Joïe passe pour morte) sont nécessaires pour que soit possible la deuxième phase, celle de la régénérescence, dont la guérison du moignon est le premier signe, celle de la renaissance. Que la mer ne soit pas décrite, qu'elle soit toujours désignée simplement comme "la mer" ou "les flots salés" au delà desquels on arrive ou non à bon port12 nous suggère qu'elle n'est pas un lieu véritable - quelle mer d'ailleurs pourrait mener en neuf jours de Hongrie en Ecosse et en douze d'Ecosse à Rome ? - mais un lieu mythique. L'eau apparaît dans sa pleine fonction d'élément transitoire et dans toute son ambiguïté : risque de mort, mais aussi possibilité d'une nouvelle naissance. "L'être voué à l'eau, écrit Bachelard, est un être de vertige. Il meurt chaque minute, sans cesse quelque chose de sa puissance s'écroule." mais il ajoute aussi : "la mer, c'est le berceau retrouvé."13 Le risque lié à tout voyage initiatique suppose l'abandon d'une personnalité, la recherche d'un ailleurs et d'un autrement, en abandonnant la sécurité du décor social quotidien, ici successivement le monde de l'enfance, qui est aussi un monde féodal, la Hongrie, le monde social et courtois, l'Ecosse.

21La barque dans laquelle Joïe effectue son voyage reçoit la même signification initiatique : sans voile, ni rame, elle ne permet pas à l'héroïne de se diriger ; elle rappelle les barques des morts de nombreuses civilisations ou bien celle dans laquelle Tristan est abandonné blessé sur les flots. Dans d'autres versions, plus populaires, comme Penta manamozza, le caractère morbide est encore accentué par la transformation de la barque en tonneau. A mi-chemin entre le sein maternel et le tombeau, la barque est un lieu de régression, ou l'on peut mourir, mais aussi renaître autre.

22Enfin, dernier élément lié à l'initiation, le secret. Lorsque Joïe arrive en Ecosse, et plus tard à Rome, elle refuse de parler de ce qui lui est arrivé, comme de sa vie antérieure. Le refus de se nommer appelle un nouveau nom, celui qu'elle portera désormais et qui donne son titre au roman, un nom emblématique, évoquant la souffrance et l'épreuve qu'elle vient de subir, qu'elle subira encore. Quelles que soient les interprétations que l'on a pu donner de ce nom "Manekine", - en particulier ses rapports avec mannequin - il apparaît dans le texte comme un synonyme de "manchote". Mais il est clair aussi qu'il n'est pas un nom véritable, comme le soulignera le sénateur qui recueille l'héroïne à Rome. Ce n'est qu'un nom passager, transitoire lui aussi, qui durera autant que l'épreuve. Il disparaîtra lorsque la personnalité de Joïe aura été non seulement restaurée mais enrichie, lorsque la princesse de Hongrie devenue, un temps, une inconnue, aura subi l'épreuve de la socialisation (le royaume d'Ecosse) et de la sainteté.

  • 14 vers 1072-74 et 4712

23Il serait tout à fait contraire en effet à la tonalité du roman de faire disparaître de cet épisode toute valeur chrétienne. Le péril maritime, s'il n'est pas le motif prépondérant, apparaît une fois dans chaque navigation et toujours en référence à Dieu14. Il s'exprime aussi à travers la prière épique dite "prière du plus grand péril". L'abandon aux flots permet à Joïe de montrer son innocence et sa foï, à Dieu d'exercer sa puissance. La sénéchal de Hongrie l'affirmait déjà :

"Si vous met en la Dieu baillie
Qui vous gart et qui vous conduie." (VV 990-91)

24On retrouve, dans cette prière, le motif de la barrière à franchir, de l'obstacle à surmonter, du passage au delà duquel se dessine la délivrance. C'est l'image du Christ qui, avant de ressusciter, brise les portes de l'Enfer pour délivrer les croyants de l'Ancien Testament de la mort et qui, de la même façon, sauvera Joïe de la mer.

25On peut s'interroger sur l'intérêt dramatique du second voyage, d'autant que le texte lui-même suggère qu'il est une réitération du premier :

"En mer fui mise or resui." (v.4677)

26Cependant, un certain nombre d'éléments diffèrent et tout d'abord la présence du chiffre douze, qui marque l'accomplissement, l'achèvement : or, ce voyage conduit l'héroïne vers Rome où sera révélée et dévoilée devant tous sa personnalité profonde et particulièrement, grâce au miracle, sa sainteté.

27La mer apparaît plus nettement, dans cette deuxième navigation, comme ce qui détruit l'identité sociale et marque la rupture avec le monde courtois :

"O lui n'a dame ni pucele
Vallet, sarjant, ne chevalier." (vv.4596-97)

28Parallèle au triomphe de Joïe dans la fête courtoise, ce passage souligne la disparition de ce monde. De même, à propos de l'enfant qui l'accompagne réapparaît le terme "péril" qui n'est pas seulement physique, mais aussi social : l'enfant peut perdre l'héritage qui lui est dû, le royaume :

"De tous les biens que j'avoie
Ne m'a laissié fors que mon fil
Qui est avoeo moi en peril." (vv.4710-12)

29Motif toujours lié pour Joïe aux navigations, le motif de la roue de Fortune souligne le peu de confiance que l'on doit accorder aux valeurs humaines et montre que Dieu seul est digne de foi. Toujours éprouvée et toujours assurée, la foi de l'héroïne la conduit au triomphe romain.

30Ainsi, chaque navigation la met à l'épreuve pour lui permettre de renaître, de se reconstruire différente et meilleure. Ses qualités ne sont pas niées, mais temporairement effacées, à chaque étape. Joïe doit se montrer digne de ce qui s'offre à elle et, en même temps, se transformer, progresser jusqu'à l'apothéose finale.

31En concluant sur la présence du motif maritime dans notre texte, on peut s'interroger sur le choix qu'en a fait Beaumanoir, puisque de nombreuses versions remplacent ce motif par celui de la forêt. Il a pu être inspiré par des versions antérieures comme La Belle Hélène de Constantinople, mais il faut surtout se demander quel est l'intérêt de ce motif face à celui de la forêt. Celle-ci est en effet aussi un lieu de déséquilibre mental et social, le lieu de la sauvagerie possible, on le voit dans Yvain, mais l'eau possède davantage une fonction ambivalente : eau de vie, eau de mort. Elle a un pouvoir destructeur et un pouvoir sotériologique ; elle peut sauver, effacer le passé, mais aussi comme dans le texte être liée aux épreuves. Les deux aspects sont présents dans La Manekine, où les épreuves sont l'occasion d'un renouvellement de l'individu et la possibilité pour les forces surnaturelles, Dieu et Marie, d'exercer leur puissance.

***

32L'arrivée de Joïe à Rome est présentée comme une naissance : au matin, la barque aventureuse quitte la mer et remonte le cours du fleuve. Le passage de l'eau salée à l'eau douce prépare le troisième motif, celui de l'eau baptismale, eau douce sacrée, qui va dominer dans le dernier épisode du roman.

33Il est essentiel de signaler que la guérison complète de Joïe, le miracle, ne se déroule pas en mer comme dans d'autres versions. Dans certains contes, d'ailleurs peu nombreux, où l'héroïne retrouve ses mains grâce à une eau de source, il s'agit toujours de la récompense d'un acte de charité (désir de sauver son enfant ou celui de sa belle-mère) et c'est une nouvelle main qui repousse miraculeusement. Dans les autres contes où le miracle a lieu en mer, l'héroïne n'a pas encore retrouvé son époux et son père. Dans notre roman, au contraire, la restitution de l'intégrité physique est postérieure à celle de l'identité sociale. Car le miracle va permettre à la puissance divine de se révéler et doit être réalisé devant le public le plus large possible, ici la foule des chrétiens rassemblés sur la place saint Pierre. Bien que l'eau de mer puisse être au Moyen-Age une image de l'eau baptismale, ainsi dans l'interprétation qui est donnée du passage de la mer Rouge par les Hébreux, conçue comme annonce du baptême, elle apparaît ici dans toute con ambiguïté : l'eau de mer peut conduire au salut, parce qu'elle permet à la foi de s'exprimer devant le danger, mais l'eau baptismale y conduit à coup sûr. Le signe de renaissance et d'unité sera donc l'eau du baptême qui efface le péché et prolonge l'absolution que le pape vient de donner à la foule. En déplaçant l'épisode du miracle, Beaumanoir manifeste l'accomplissement définitif de son héroïne devenue u ne sainte et autour de laquelle va se constituer un lieu de pèlerinage.

34Un certain nombre de signes liés à l'eau douce solennisent l'événement : le poisson tout d'abord, dont on connaît les résonances chrétiennes : il apparaît dans de nombreux miracles du Christ et son nom grec a symbolisé le Christ pour les premiers chrétiens. Or, ce poisson suit un circuit d'eau douce depuis la rivière qui longe le château de Hongrie où il avale la main de Joïe jusqu'à la fontaine de saint Pierre. Le geste de puiser de l'eau rappelle de nombreux épisodes de l'Evangile : Cana, le baptême du Christ, le puits de la Samaritaine ; chaque fois, il révèle à un public plus ou moins large la divinité du Christ. Ici sera révélée la sainteté de Joïe. Enfin, le retour de la main parfaitement conservée dans l'eau rappelle le rôle identique tenu par l'eau dans des miracles de la Légende dorée, par exemple celui de saint Quentin dont le corps décapité resurgit cinquante-six ans après sa mort de la rivière où on l'avait jeté. L'objet saint réapparaît quand il le veut, au moment où il donnera au miracle son éclat le plus grand. La présence du pape est indispensable, non seulement pour donner à l'événement sa solennité, mais pour en révéler à tous la portée. Car les serviteurs du pape ont d'abord rejeté la main, effrayés par le prodige. Le pape au contraire, la présente à tous, en l'élevant comme une hostie avant que, par son intermédiaire, Dieu réalise le miracle. De même, le Christ donne leur vraie dimension au geste de ses disciples pêcheurs ; ainsi le pape seul voit la dimension mystique de l'événement qui avait troublé ses clercs. Enfin, dernier trait qui révèle la présence d'une personnalité sainte, la voix qui institue un lieu saint, un lieu de pèlerinage pour le monde chrétien. Ainsi sont liés la voix, souvenir du baptême du Christ, l'eau du baptême, le poisson, symbole du Christ, le pape successeur de Pierre, autour de la "mulette" qui contenait la main dans le ventre du poisson et sera le signe du contrat passé ce jour-là entre Dieu et les hommes, l'objet du futur pèlerinage.

35On peut donc déterminer dans le roman deux circuits différents de l'eau. La mer apparaît comme le lieu du passage : temps d'épreuve, elle permet aux héros d'affirmer leur conversion et leur confiance en Dieu, comme le montre la présence des prières les plus importantes qui se situent toujours pendant ces épisodes. Traversée la mer, c'est rompre avec le passé, prendre un risque et affirmer que l'on sait résister au désespoir. L'eau devient signe de salut certain lorsqu'elle est douce : c'est par elle que se conserve le corps saint, que se révèle la sainteté. Enfin, dans ce roman du treizième siècle, l'eau douce apparaît aussi comme l'un des symboles de Marie, source d'eau claire, fontaine de grâce, telle qu'elle est invoquée dans la prière du roi d'Ecosse. Elle symbolise donc à elle seule la grâce et me salut.

Notes

1 On en trouvera le relevé dans l'ouvrage de Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, Le Conte populaire français, tome II, Paris, 1964

2 Contes-types numéros 706 et 510 B de la classification du Conte populaire français/ Ils se trouvent pages 618-632 et 256-57 de cet ouvrage

3 Christiane Marchello-Nizia, Post-face à la traduction de La Manekine, page 258 :"les récits de cette sorte racontent en fait, de façon métaphorisée, le cours des étoiles."

4 Dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, page 860 :"sept indique le sens d'un changement après un cycle accompli et d'un renouvellement positif."

5 "Jamais ne quident qu'il reviegne." (vers 5427)

6 "Et ciaus que il vaut avisa
A garder ses gens et sa tere
Que nus ne les grieve de guerre ;
Si fait laissier par ses castiaus
Serjans, arbalestes, quariaus
Et chevaliers a grant planté." (vv. 5410-15)

7 La Manekine. vers 5501-et 5563

8 La Manekine, vers 5519-20 : "maint duel, maint anui, maint meschief, / maint torment, maint courouch, maint grief."

9 Eustache Deschamps, Ballade 134 citée par Jean Delumeau, Synthesis III, Bucarest, 1978, page 128

10 Vers 1002, 1067, 1069-70, 1080-81, 1198

11 Dictionnaire des symboles, page 663

12 Vers 1002 et 1094 (mer salee), vers 1075 et 1057 (à bon port)

13 Bachelard, L'eau et les rêves, page 9

14 vers 1072-74 et 4712

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540