Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

L'eau dans le Roman de Renart

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 Cette abréviation sera désormais employée pour désigner Le Roman de Renart. Le texte de référence (...)
  • 2 Gilbert Durand, les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 9ème édition, 1969
  • 3 Gérard Chandes, Recherches sur l'imagerie de l'eau dans l'oeuvre de Chrétien de Troyes, dans Cahie (...)
  • 4 J'utilise la terminologie, désormais classique, d'A.J. Greimas ; plus loin seront utilisés des ter (...)
  • 5 Je renvoie sur ce point aux deux premiers chapitres de l'étude d'Elina Suomela – Härmä, Les struct (...)
  • 6 Br. II, v. 430.
  • 7 Selon la célèbre formule de Mario Roques.

1S'il fallait à tout prix donner un sous-titre à cette communication, le plus approprié serait sûrement le suivant : de l'écologie à l'hydraulique. En effet, une première recension des occurrences de l'eau dans le RdR1 - l'eau sous toutes ses formes : eau vive des sources, eau courante des ruisseaux et rivières, eau domestiquée des puits et viviers, eau stagnante des fossés et marais- fait apparaître que l'eau peut n'être qu'un élément statique du décor ou jouer un rôle dynamique dans l'intrigue. On l'aura compris, un tel classement des formes hydriques est effectué dans une perspective fort éloignée de la méthode d'investigation proposée par Gilbert Durand, méthode dite "de la convergence symbolique"2 : il ne s'agit pas d'entreprendre des "recherches sur l'imagerie des eaux" dans le RdR, pour reprendre le titre d'une étude consacrée à l'oeuvre de Chrétien de Troyes3. Il s'agira de cerner la place et la fonction de l'eau, sous toutes ses formes, dans le RdR et plus précisément la fonction de cet élément par rapport au personnage principal, le héros éponyme, Renart lui-même. On peut en effet d'ores et déjà poser la question : l'eau peut-elle, dans le RdR, être considérée comme un actant4 ? Il faudra donc déterminer la place de l'eau à l'intérieur du système actantiel5 qui régit chaque épisode et l'ensemble du cycle, c'est-à-dire le système organisé autour du sujet de base, Renart le Décepteur, Cil qui tot le mont deçoit6, selon la formule du premier conteur des "histoires de Renart en français"7.

  • 8 La ville (au sens moderne du terme) est pratiquement absente du RdR, alors qu'elle est, dans le fa (...)

2L'action du RdR est située essentiellement à la campagne, dans un décor champêtre8, même si par le jeu de l'interpénétration des deux mondes, animal et humain, le terrier du Maupertuis se transforme subitement en château-fort ; la mer en est donc pratiquement absente, si l'on excepte la branche XXIV, composée tardivement pour servir de prologue à tout le cycle. Elle n'est mentionnée que deux fois, au début du récit et constitue comme un arrière-plan qui s'évanouit sitôt évoqué : les marchands que Renart s'apprête à voler

III, 24 ... devers la mer venoient

3et les barons qui se pressent à la Cour de Noble

  • 9 Il s'agit là du texte édité par M. Rogues, Le RdR, branches VII - IX, Champion, C.F.M.A. n° 81, 19 (...)

R 8, 7284 Venuz sont par mer et par terre.9

4Dans le cadre terrien de nos récits, on doit constater la place modeste de ce que les géographes appellent le réseau hydrographique de surface : dans la très longue branche IX, aucune rivière, aucune source, aucun ruisseau ne sont mentionnés autour de la ferme de Liétart et de son novel essart (v. 22). Les messagers de Noble parcourent par trois fois la campagne pour atteindre Maupertuis, mais l'eau n'apparaît que lorsque Grimbert revient à la Cour en compagnie de Renart :

I, 1144 Et passent l'eve qui la cort
Et les destrois et la monteinne,
Et puis chevauchent par la pleigne.

5On reconnaît là un décor stéréotypé, avec la rivière, les montagnes et la plaine cultivée (lieu de la tentation pour Renart) et plus loin le conteur résumera l'espace parcouru par la formule classique et plein et bos (v. 1195). Il convient cependant de noter au début de la branche III un plus grand soin de la part du conteur pour planter le décor de la quête de Renart :

III, 11 S'en vet parmi une jonchere
Entre le bois et la riviere,
Si a tant fait et tant erré
Qu'il vint en un cemin ferré.

  • 10 C'est la traduction que propose J. Dufournet, op. cit, p. 229. On remarquera que dans la branche 1 (...)

6Mais les lieux choisis par le conteur le sont pour leur fonctionnalité : la jonchere, endroit marécageux couvert de joncs, jouxtant la rivière10, est réservée aux petits prédateurs qui doivent se cacher, le chemin ferré est l'axe de circulation des hommes et des marchandises, le lieu du danger et de l'aventure pour Renart.

  • 11 E.R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Age latin, Paris, P.U.F., 1956, pp. 226 - 246. (...)

7Au-delà de ces mentions isolées, trois passages du RdR méritent d'être relevés car les conteurs y utilisent ce que depuis les études de E.R. Curtius11 on appelle le topos du locus amoenus ; dans ce décor stéréotypé figurent obligatoirement l'arbre, le gazon et la source, éléments auxquels peuvent s'ajouter le chant des oiseaux et la douce brise. L'épisode de Tiercelin (quatrième épisode de la branche II, mais branche indépendante dans l'édition de M. Roques) s'ouvre sur l'évocation du locus amoenus, dans un site conventionnel (une vallée entre deux collines) :

  • 12 Ce fou, (le hêtre) convient tout à fait à un paysage bucolique, comme le remarque E.R. Curtius, op (...)

II, 845 Desus une riviere a destre,
La vit Renart un molt bel estre
Que la gent n'ont geres hanté.
La vit Renart un fou planté.12

8Le troisième élément, l'erbe fresce, n'est mentionné que quelques vers plus loin (v. 852) mais on note un détail original : il s'agit d'un endroit peu fréquenté, à l'écart de toute activité humaine, d'un territoire que le goupil s'empresse de marquer :

II, 851 Entor le fust a fet sa tresche.

9Dans la deuxième partie de la branche XIII le décor stéréotypé est allégé et réduit à deux éléments (prairie et source), le tout occupant quatre vers qui méritent d'être cités :

  • 13 On notera la construction répétitive qui mout estoit ... et la pauvreté du vocabulaire, qui se lim (...)

XIII, 1658 Une praerie a veüe
Qui molt estoit et grant et bele :
Enmi out une fontenele
Qui molt estoit et clere et seine.13

10Enfin, le conteur de la branche X fait subir au topos une légère variation : il s'agit cette fois d'un gardin (v. 1292), espace privatif à l'abri des regards indiscrets et des prélèvements de la dîme, dans leguel sont cultivées herbes médicinales et aromatiques ; mais ce jardin devient un vergier (v. 1299) à flanc de côteau, avec les deux composantes essentielles du locus amoenus : un arbre (v. 1301) et une fonteine qui cort, (v. 1311) c'est-à-dire une source qui se transforme en ruisseau.

  • 14 P. Demats, D'André Le Chapelain à Guillaume de Lorris, dans Les Mélanges offerts à Jean Frappier, (...)
  • 15 L'auteur de la branche XVI, plus prolixe, développera dans un monologue délibératif de Renart ce c (...)

11Le caractère commun à ces trois passages réside dans le fait que le topos y est détourné de sa fonction traditionnelle : "le locus amoenus, indéfiniment reproduit depuis l'antiquité classique, est le décor obligé des songeries, rencontres et propos d'amour"14. En effet, dans la branche II, l'auteur obtient un effet de contraste par l'insertion originale du locus amoenus dans l'intrigue : c'est un Renart affamé, épuisé par une longue course, meurtri dans sa chair et humilié par trois échecs successifs qui s'installe dans ce bon ostel (v. 854). L'amoenitas du lieu ne fait que mettre en évidence la crise que Renart affronte, le manque qui constitue l'élément moteur initial de cet épisode : Renart a faim15. L'arrivée de Tiercelin ne fera qu'aggraver la crise, en même temps d'ailleurs qu'elle laisse entrevoir une solution pour Renart :

II, 897 Ajorné furent a cele ore
Renarz desoz et cil desoure ;
Mes tant i out de dessevraille
Que cil manjüe et cil baelle.

  • 16 Pour un lecteur familier du cycle (cette branche est classée par L. Foulet dans le dernier groupe) (...)

12Ainsi le locus amoenus, lieu de la crise, va devenir le théâtre d'un enging de Renart qui réussit : c'est là que pour la première fois depuis le début de la branche Renart se rassasie. Il en va de même dans la branche XIII pour la praerie agrémentée d'une fontenele : c'est le nouveau théâtre d'un enging de Renart - Chuflet ; la victime en sera Tibert, messager du roi, qui, en bon chevalier de roman arthurien, d'errer ne fine ... parmi la forest (v. 1655 et 1656), avant de parvenir à cette prairie de la rencontre, où il a rendez-vous avec le diable en personne, Renart lui-même, plus noir que maufez (v. 1665)16. Dans la branche X le verger situé géographiquement entre la lande et la forêt ne constitue que l'une des étapes du voyage de Maupertuis à la Cour, au cours duquel Renart se fait médecin pour engignier tout son monde : Renart met en route le processus de la tromperie en cueillant les herbes, processus qu'il achèvera en volant à un pélerin le vrai remède.

  • 17 Cf sur la première partie de cette branche l'hypothèse de Jean Batany, dans sa communication au co (...)
  • 18 Sur ce château, cf infra, quand sera examiné le rôle défensif de l'eau dans un décor humanisé.

13Dans deux autres passages, on peut rapprocher le décor choisi par le conteur d'un locus amoenus, sans qu'on puisse réellement affirmer qu'il y ait utilisation du topos, car y manquent des éléments essentiels. Ainsi au début de la branche XIII, dans cette première partie localisée dans un monde strictement humain où Renart n'est que le goupil traqué17, l'auteur, après une description très stéréotypée18 du château (v. 11 - 22), embrasse d'un coup d'oeil le site lui-même : rivière navigable (v. 24 - 27), prairie (v. 29), vignobles (v. 32) et forêt (v. 35). L'eau est ici intégrée à un paysage agréable pour l'oeil, à un décor heureux, dans une ambiance de fertilité et d'abondance. La ferme du vilain Berton, dans la première partie de la branche XVI, est aussi un lieu de fertilité et d'abondance, richement pourvu

  • 19 La rime garnie - crie figure déjà dans la branche I, vers 1153 - 1154, pour la grange a noneins, l (...)

XVI, 94 De tot le bien que terre crie.19

14Mais Renart est interdit de séjour dans ce lieu agréable pour lui, à cause du plessie (v. 92), renforcé par un deuxième rideau défensif :

  • 20 L'eau deviendra une alliée pour Renart : en effet le conteur reprend le détail du pel usé de pourr (...)

XVI, 107 Si couroit entor un ruissiaux.20

  • 21 Le conteur est en effet contraint à une lourde transition (v. 575 - 577) pour reprendre le fil du (...)

15Ce rôle défensif de l'eau dans un décor fortement marqué par l'activité humaine est souligné plusieurs fois dans le RdR. Ainsi dans la branche X Maupertuis n'est plus le terrier d'un petit prédateur mais un vrai château-fort, pourvu d'un personnel nombreux et dont Renart fait renforcer les défenses ; l'auteur consacre à ces travaux un long passage de cinquante vers (v. 525 - 574) qui brise la continuité narrative21 et la présence de l'eau dans ce système défensif est notée deux fois :

X, 536 Tot environ a cino archeies
Fet un fossé d'eve parfont

X, 554 Molt fu bien d'eve avironé.

16Il en va de même pour le château du chevalier au début de la branche XIII ; l'auteur se contente des formules stéréotypées :

17le château est bel et noble (v. 13), molt bien seant, et le site est on ne peut plus classique :

XIII, 18 Clos fu de mur et de fossez
Dont l'eve coroit tot entor,
Un pont torneïs par desor.

18Cette présence nettement soulignée de l'eau autour d'un château ne rend que plus étrange l'absence de toute notation de cette même eau autour des deux châteaux qui constituent le théâtre d'un siège militaire mené dans les règles de l'art : Maupertuis, dans la branche la et le château du roi dans la deuxième partie de la branche XI. Ainsi dans cette dernière l'eau n'est jamais notée comme élément statique essentiel d'un ensemble défensif, c'est le pont torneïs (que l'on fait avaler ou lever) qui règle tous les mouvements du ballet tourbillonnant qui oppose autour du château le baron révolté à l'ost royal qui tient le siège.

  • 22 Le conteur reprend le topos mais il en inverse le contenu : le retour du printemps est remplacé pa (...)
  • 23 On reconnaît ici le stéréotype de la citadelle inexpugnable.

19Si, pour achever ce tour d'horizon, après l'eau des géographes nous nous intéressons à l'eau des climatologues, il convient de noter que l'eau "qui tombe" en pluie ou en neige ne joue qu'un rôle très réduit dans le récit ; la branche III signale la présence de la neige dans un décor hivernal, présence accordée à la reverdie22 inversée du début de la branche et surtout à l'eau gelée du vivier qui joue, on le verra plus loin, un rôle déterminant. Dans la branche la Noble puis Renart lancent un défi à l'eau du ciel ; toute l'eau du ciel ne saurait mettre en difficulté Renart assiégé23 ni d'ailleurs détourner Noble du siège qu'il a juré de mener à bout :

Ia, 1713 Ne por pluie ne por orage,
N'en tornerai en mon aage.

20Mais, on le constate, l'eau est ici envisagée comme pouvant tenir un rôle dynamique : elle pourrait, ce que Noble refuse sous serment, jouer le rôle d'un opposant à l'action entreprise par Noble, la capture de Renart.

  • 24 Elle est présente dans une comparaison hyperbolique à propos du sang qui coule abondamment d'une b (...)
  • 25 On a alors un schéma de type "égoïste", alors que dans l'épisode de Drouin (première partie de la (...)

21L'eau, en effet, peut être présente dans un récit comme force agissante en faveur ou au détriment d'un personnage ; force en jeu dans l'action, elle a alors un statut actantiel et on peut parler, pour employer une notion familière aux hommes de l'époque, de la force motrice de l'eau24. C'est le cas lorsque la soif (désir d'eau) met en mouvement un personnage ; le schéma actantiel peut alors facilement se lire ainsi : la soif est le destinateur qui impulse un sujet et le lance à la recherche d'un objet (l'eau), qui doit être remis au sujet lui-même25. On a donc un schéma de quête, mais avec une variante du schéma le plus habituel dans le RdR (quête de nourriture) : le schéma reste identique, seul change l'objet de valeur recherché.

  • 26 Même succession logique dans la branche XI : Morhout meurt de faim, puis une fois rassasié il a so (...)
  • 27 Le seul obstacle à "effacer" est dans cet épisode la peur de Renart lui-même, ce qui offre au cont (...)

22Il est intéressant de noter que dans la branche IV les deux quêtes se succédent fort logiquement26 : Renart affamé réussit, grâce à une brèche inexpliquée dans le système défensif, à entrer dans la grange des moines et à rassasier sa faim : mais au moment où cette quête, banale au demeurant puisqu'aucun obstacle n'a été vaincu27, s'achève, le récit est relancé par une substitution de destinateur (ou plus simplement d'élément moteur initial) : la soif prend le relais de la faim apaisée et une nouvelle aventure commence. Un obstacle barre le chemin de la quête : c'est la distance verticale infranchissable qui sépare Renart de la nappe d'eau dans le puits (v. 148). Le lecteur attend l'effacement de l'obstacle par un enging de Renart présenté comme

  • 28 Il faut noter que la rime boivre - deçoivre (v. 143 -144) se rencontre également dans le Tristan d (...)

IV, 144 Cilz qui bien sot la gent deçoivre28

23mais on est là en présence d'un bel exemple de syncrétisme des rôles : l'eau, qui est l'objet de valeur recherché, va devenir l'opposant du sujet. Renart est en effet deceüs (v. 174) par l'eau et les reflets qu'elle engendre, le conteur emploie alors pour Renart, victime du jeu de reflets, le verbe traditionnellement utilisé pour les victimes de Renart, le verbe cuidier :

  • 29 Sur ce problème du reflet dans l'eau, voir la communication de Jean Subrénat au présent colloque.

IV, 159 Cuida que ce fust Hermeline29.

24Renart se retrouve alors pris au piège, exactement comme dans la branche II, à la fin de l'épisode de Tibert et l'auteur utilise d'ailleurs à la rime le même couple frape-trape :

  • 30 Le texte des deux éditions est ici différent, les termes frape et trape étant intervertis :
    II, 809 (...)

IV, 175 Or est Renart en male frape
Maufez l'ont mis en celle trape30

  • 31 Voir sur ce point Jean Dufournet, Petite introduction aux branches I, Ia et Ib du RdR, Paris, C.D. (...)

25Grâce au rôle actantiel de l'eau (opposant) le conteur a renouvelé le contenu d'un motif connu des contes populaires et largement repris dans le RdR, celui de l'animal enfermé la nuit dans un lieu clos et en danger de mort, car à la merçi de son ennemi, l'homme31. Mais ce renouvellement a apporté une modification sur un point capital : Renart n'est pas victime des agissements d'un ennemi plus fort que lui ou plus rusé, il est victime de ce qu'il faut appeler un phénomème naturel et ne peut s'en prendre qu'à lui-même :

IV, 183 Ne prise deux boutons son sens.

  • 32 Pour reprendre les termes de Claude Bremond, dans La logique des possibles narratifs, Communicatio (...)
  • 33 Dans deux cas ce n'est pas la soif qui intervient mais le besoin physiologique d'uriner ; la struc (...)

26C'est dans tout le RdR la seule utilisation de la soif comme force motrice du récit : il est vrai que dans deux passages la soif est signalée comme un élément moteur devant agir à court terme. Dans la branche XV Renart fait remarquer à Tibert qui s'obstine à demeurer sur la croix avec l'andouille que tôt ou tard la soif l'obligera à descendre, de même dans la branche la Noble espère secrètement que famine et manque d'eau obligeront Renart à se rendre. Mais dans les deux cas l'actualisation de cette virtualité32 n'aura pas lieu, la soif n'aura aucun rôle de destinateur : en effet les deux sujets -Tibert et Renart- ont en abondance à côté d'eux l'objet de valeur, mais cela, leur ennemi l'ignore33.

  • 34 avec une variation originale : la violence de la crue est telle que la meule part à la dérive et v (...)

27La force motrice de l'eau agissant contre le héros a également été utilisée trois fois par les conteurs dans le même motif, celui de l'animal cerné par la montée des eaux au cours de la nuit. Les divers éléments du motif sont identiques dans les trois textes (br. VII, XIII et XXV), les variations ne concernent que les détails et leur volume respectif par rapport à l'ensemble : Renart épuisé mais repu (il vient de dévorer respectivement un chapon, une corneille et un héron) trouve sur les bords d'une rivière (l'Oise dans la branche VII, alors que la branche XXV est localisée en Angleterre) une meule de foin : il s'installe sur cette meule et s'y endort mais au matin la crue de la rivière projette Renart en pleine crise. Alors que le conteur de la branche VII expose cette crise en deux vers au style indirect (v. 306 - 307) et que celui de la branche XIII se contente de quatre vers où Renart, au style indirect, exprime étonnement et crainte (v. 898 - 901), l'auteur de la branche XXV ne résiste pas aux tentations de la surenchère : treize vers lui sont nécessaires pour décrire la situation34 puis le monologue délibératif de Renart s'étend sur vingt-deux vers (v. 185 - 206). Dans les trois cas l'eau en action est l'eau du déluge, menaçant de tout engloutir sur son passage mais on ne peut s'empêcher de voir là une nouvelle variation sur le motif de l'animal enfermé dans un lieu clos : les deux vers de la branche VII mettent bien en évidence cette variation car ils peuvent s'appliguer à n'importe quelle situation critique d'enfermement :

VII, 307 Si se conmence a porpenser
Con d'iloc porra escaper.

28On le voit, la force motrice de l'eau a fourni une occasion d'innovation (à l'intérieur d'un schéma connu) aux conteurs qui, poussés par ce que J. Dufournet appelle l'esprit de concours, voulaient exposer Renart à des dangers toujours nouveaux et sans cesse grandissants.

29Ce besoin de renouveler le contenu d'un motif se rencontre également à la fin de la branche XIII :

  • 35 Sur ce motif, cf Jean Subrénat, Renart et Ysengrin, Renart et Roonel, deux duels judiciaires dans (...)

30l'eau est utilisée dans un rôle d'opposant à Renart pour le dernier élément d'un motif classique, le duel judiciaire35 entre Renart et le champion, représentant de toutes ses victimes. Comme dans les branches VI et XVII, Renart est vaincu mais la logique du cycle interdit que Renart soit réellement mis à mort ; au conteur de trouver un moyen inédit de sauver Renart après lui avoir fait frôler la mort ! Ici la noyade remplace la pendaison comme moyen d'exécution de Chufflet vaincu, mais grâce à la vigilance du fidèle Grimbert, la rivière ne sera pas le tombeau de Renart mais plutôt le lieu de sa résurrection, ou plus exactement Chufflet reste dans l'eau mais Renart en ressort intact, prêt pour de nouvelles aventures. Il ne paraît pas exagéré de dire que l'eau diluviale qui devait emporter Renart est devenue l'eau lustrale du baptême : bel exemple d'inversion du statut actantiel de l'eau !

31Ce phénomène d'inversion peut être retrouvé dans la deuxième partie des récits examinés plus haut, où Renart se retrouvait prisonnier de l'eau dans un lieu devenu clos : le héros éponyme du cycle ne pouvant mourir, le conteur est conduit nécessairement à dénouer la crise en tirant Renart du puits ou de la meule, lieux où il est en danger de mort ; et dans ce cas le moyen le plus simple est d'y faire venir un autre personnage à la place de Renart. C'est dans la branche IV que l'on distingue le plus nettement les deux processus symbolisés par le mécanisme des deux seaux :

IV, 152 En ce puis si avoit deus seilles :
Quant l'une vient, et l'autre vait.

32Le mouvement qui fait remonter Renart vers la margelle et la vie est celui-là même qui fait descendre Isengrin vers le fond et la mort. Comme Renart, Isengrin a été abusé par son propre reflet dans l'eau :

IV, 207 Con plus i vit, plus esgarda,
Tout ensi con Renars ouvra :
Cuida que fust dame Hersens.

  • 36 C'est le conte T. 34 dans la classification désormais classique de A. Aarne et S. Thompson (The ty (...)
  • 37 C'est le conte T. 32.
  • 38 Il serait temps de reprendre les éléments du dossier établi contradictoirement par L. Sudre et L. (...)

33A son tour donc d'être en male trape (v. 365, cf supra 175 -176) ! Mais à l'illusion créée par le reflet dans l'eau, Renart ajoute le pouvoir créateur de son verbe ; il est l'illusionniste parfait, celui qui mieux qu'un autre sait por voir fere entendre (v. 302) n'importe quel mensonge. Ainsi Renart utilise à son profit, pour emporter la conviction d'Isengrin, le pouvoir réfléchissant de l'eau dont il a été la première victime : les étoiles qui se reflètent dans l'eau du puits deviennent ardent chandeilles, signe de l'absolution accordée par Dieu à Isengrin (v. 337 - 340) : on voit là comment le conteur de la branche IV a su fondre en un seul récit cohérent deux sources folkloriques différentes : les contes "de la lune prise pour un fromage"36 et les contes "du puits"37, où un animal victime de sa sottise en trouve un encore plus sot que lui pour le remplacer38.

  • 39 On retrouve ce topos dans la branche U (le vol du jambon) et dans la branche III (le vol des angui (...)
  • 40 C'est le motif de la blessure simulée. Mais le récit se meut dans un monde merveilleux, où les fro (...)
  • 41 Renart teint en noir est le Nocher du Diable, ou le Diable en personne devenu Nocher. Il est intér (...)
  • 42 C'est la preuve que pour le conteur l'essentiel réside dans la confession même de Renart !

34Dans les trois récits construits sur le même motif, que nous pourrions appeler "Renart cerné par les eaux sur une meule", l'utilisation des processus d'inversion et de substitution est faite de façon totalement divergente. Le récit de la branche XXV est rapide : menacé de mort par les eaux montantes et par un vilain qui, avec sa barque et son aviron, maîtrise parfaitement la force de l'eau, Renart exploite les faiblesses de son adversaire, adversaire en tout point conforme au stéréotype du vilain avide de gain et maladroit39 ; il peut ainsi prendre sa place dans la barque et laisser le vilain sur la meule. La barque qui amenait le bourreau de Renart ramène ce dernier sain et sauf sur la terre ferme. Le conteur de la branche XIII choisit la voie de la surenchère : à partir des quatre mêmes "personnages" (Renart et. la meule, le vilain et sa barque) il construit tout un épisode. L'intervertion des personnages entre les deux lieux "mobiles" sur l'étendue de l'eau diluviale se fait par un mensonge de Renart40 puis Renart fait subir au vilain le sort dont il était lui-même menacé, c'est-à-dire le bain forcé (v. 994 - 996) : le conteur signale naïvement que Renart s'est ainsi vengé (v. 988) sur ce vilain qui joue ainsi le rôle de victime expiatoire. Mais le conteur choisit de prolonger son récit : possesseur d'une barque Renart maîtrise maintenant les flots qui le menaçaient ; nouveau Charon41 il se débarrasse d'Isengrin le gêneur en le précipitant dans un piège sur une île (Isengrin est ainsi doublement enfermé dans un lieu clos), peut consommer l'adultère avec Hersant (ravie de l'aubaine) et finalement obtient par une négociation pacifique quatre chapons de la revente de la barque. Force est de constater dans tout l'épisode une intense circulation d'objets de valeur : un rapide décompte classe parmi les perdants le vilain (il perd sa barque et manque être noyé) et Isengrin (mari trompé, il doit laisser un pied dans le piège (v. 1086) mais le grand gagnant est évidemment Renart : il est le seul à tirer parti, grâce à son enging, de la force motrice de l'eau. On ne peut alors que constater, pour s'en étonner, la désinvolture du conteur de la branche VII, qui abandonne Renart sur sa meule, une fois que ce dernier a pu dévorer Hubert le milan : la branche se clôt sur un Renart repu mais toujours menacé dans son lieu clos42 par les forces destructrices des eaux en crue.

  • 43 Le vivier peut être considéré comme une mer totalement domestiquée : comme elle il est nourricier, (...)
  • 44 On rencontre le même "détournement" de la fonction d'un objet ordinaire dans la branche I : les de (...)
  • 45 La parenté de ce récit avec les contes populaires venus du Nord de l'Europe (« °la pêche à la queu (...)

35Mais l'eau, analysée successivement comme élément statique d'un décor conventionnel puis comme force active qui joue contre Renart (même si celui-çi arrive à la canaliser à son profit), peut être enfin d'un bout à l'autre du récit un adjuvant de Renart (et donc ipso facto un opposant pour la victime de Renart). C'est ce que l'on observe dans la branche III où l'on peut dire que l'eau dispute la vedette aux anguilles comme actant non incarné dans un personnage humain. La nourriture providentielle volée par Renart ne vient-elle pas en effet de la mer, forme hydrique par excellence, et des étangs et rivières (v. 24 et v. 31 - 32) alors que sur la terre ferme toute quête de nourriture paraît définitivement stérile (v. 16 -17) ? Un peu plus loin, c'est l'eau bouillante qui tient le rôle d'adjuvant de Renart dans le biau jeu (v. 333) qu'il organise pour Isengrin. Mais c'est l'eau du vivier qui intervient de façon décisive en faveur de Renart, c'est-à-dire l'eau nourricière, opposée aussi bien à l'eau stagnante et malfaisante des marais qu'à l'eau vive, parfois destructrice, des rivières43. D'un lieu fortement marqué par l'empreinte de l'homme et source de vie pour les hommes, d'un objet de première nécessité (le seau, comme dans la branche IV) Renart fait un piège mortel et un lieu de mort pour Isengrin44 ; il utilise à son profit le retour de l'hiver, dont l'auteur notait, au début de la branche, qu'il lui apportait mortel desconvenue (v. 6). On peut parler ici d'un déluge inversé : alors que les eaux diluviales emportent tout sur leur passage, l'eau du vivier, en gelant, emprisonne et retient tout sur sa surface ; du point de vue de la technique narrative, il s'agit là d'une nouvelle variante du motif de l'animal prisonnier la nuit dans un lieu clos45 ; le conteur note en effet :

III, 446 Et Ysengrin remest en la briche.

36Mais on constate que la glace, qui a été un opposant mortel pour Isengrin, devient à la fin du récit un adjuvant : l'auteur reprend le motif du coup maladroit de l'homme, qui libère l'animal prisonnier au lieu de l'achever ; mais c'est un animal diminué qui s'échappe, il a le haterel pelé (v. 456) par l'eau bouillante de la tonsure et la queue tot res a res coupee (v. 490) !

  • 46 En fait Renart remplit une mission exploratoire, il inspecte les lieux avant d'entreprendre la quê (...)

37On retrouve dans la branche XVI le même détournement de la fonction primitive de l'eau, au profit exclusif de Renart. Il s'agit là de l'eau d'un fossé qui longe la prairie où Renart est en quête de nourriture46 :

XVI, 991 Si ot bien vint piez de parfont,
Et fu plein d'eve jusqu'amont.

38Cette eau, que le pâtre veut utiliser dans un but de purification (il s'agit d'effacer la souillure infligée par Renart), va devenir pour lui l'eau diluviale de la mort, au terme d'un récit conduit selon la technique de la triplification :

XVI, 1073 Ja ot deus foiz au fons esté.

XVI, 1088 Tierce foiz ou fossé afonde,
Ore est mors, bien s'en puet vanter.

39Ainsi, par un détournement de fonction, grâce à l'eau du fossé Renart a pu effacer un obstacle qui barrait la route de la quête de nourriture.

  • 47 "L'agrosystème médiéval, polyculture céréalière vivrière, constitue un biotope favorable aux préda (...)
  • 48 C'est la crise que doit résoudre Renart dans le premier épisode du cycle, face à Chantecler (br. I (...)
  • 49 L'attaque décisive de Renart a été préparée par une guérilla psychologique : Renart a su endormir (...)

40Mais ce détournement éclate dans la première partie de la branche XXV, branche "aquatique" par excellence, puisque la seconde partie fait intervenir la force dévastrice de la crue ; le début du récit met en présence deux animaux sauvages à biotope différent47 : le goupil et le héron, qui tire toute sa subsitance de l'eau (v. 33 -34). Le héron Pinçart est un personnage nouveau dans le cycle du RdR mais il apparaît dans une situation typique de crise ; il s'agit toujours du même problème pour le conteur : comment le petit prédateur qu'est Renart, tapi au ras du sol, pourra-t-il abolir la distance horizontale qui le sépare de la proie convoitée, alors que celle-ci possède un atout décisif : elle peut voler48. Face à une crise éternellement renouvelée, le conteur propose ici un stratagème inédit, reposant sur la technique de la composition tripartite. Ce qui est capital, plus que les détails précis de ce stratagème pour deçoivre (v. 104) le héron, c'est la façon dont Renart utilise, au sens propre comme au sens figuré, la force motrice de l'eau ; c'est le triomphe de 1'homochromie, Renart se fond dans l'élément aquatique au point de passer totalement inaperçu49 : après avoir battu l'adversaire sur son propre terrain, il ne reste plus à Renart qu'à regagner sa zone, la terre ferme. Ainsi nous avons vu successivement trois récits où l'eau avait le statut actantiel d'adjuvant pour Renart, quel que soit le degré d'anthropomorphisme du personnage : la force de l'eau est utilisée aussi bien par le petit prédateur en quête de proie à dévorer (br. XXV) que par l'individu Renart, soucieux de se venger d'Isengrin (br. III) ou par le baron qui chasse en compagnie du roi (br. XVI).

41Ainsi l'eau sous ses multiples formes peut n'intervenir que comme un élément du décor dans lequel le conteur insère son récit : elle peut aussi être une force active que Renart finit toujours par canaliser à son profit exclusif. Il resterait à parler, pour conclure, de l'eau du bain, telle qu'elle intervient à la fin de la branche I :

  • 50 On retrouve la même formule à la fin de la branche la pour Noble, blessé par la pierre que lui lan (...)

I, 1617 La dame le fist bien baignier.50

42C'est ici qu'on peut reprendre les analyses de Gilbert Durand sur l'eau du bain, "principale modalité de l'eau médicale"

43le bain constitue pour le héros meurtri et épuisé une épreuve de régénérescence, toujours confiée à des mains féminines : ainsi dans la branche XVII, Fière prépare pour Renart, gravement mutilé, un bain qui ne l'empêchera pas de mourir, du moins le croit-on (v. 335, 340 et 358). Dans la branche XI, Renart, mis à mal par Morhout, n'a pas droit à un simple bain mais à l'eau dont les pouvoirs régénérateurs sont décuplés par les préparations du mire, sous forme de poison et mecine (v. 1477). Mais c'est le bain involontaire que Renart prend dans la cuve du teinturier (début de la branche Ib) qui paraît le plus intéressant ; cette teinture a en effet les mêmes pouvoirs régénérateurs que l'eau du bain : de la cuve du teinturier ressort un Renart nouveau, méconnaissable pour les autres, en particulier ses ennemis. Tout peut alors recommencer, mais là interprétation symbolique et analyse narrative se rejoignent dans la même conclusion.

Notes

1 Cette abréviation sera désormais employée pour désigner Le Roman de Renart. Le texte de référence est celui de l'édition d'Ernest Martin (2 volumes, Strasbourg, 1882 - 1885) ; c'est le texte qui a été suivi par deux éditions partielles, dans lesquelles il a été procédé à des corrections suggérées soit par E. Martin lui-même ou par G. Tilander, soit par le recours aux manuscrits : celle de Jean Dufournet (Gamier -Flammarion, 1970) et celle de Jean Subrenat et Micheline de Combarieu (Collection 10-18, série "Bibliothèque médiévale", 2 volumes, 1981).

2 Gilbert Durand, les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 9ème édition, 1969.

3 Gérard Chandes, Recherches sur l'imagerie de l'eau dans l'oeuvre de Chrétien de Troyes, dans Cahiers de Civilisation Médiévale, t. XIX, pp. 151 - 164.

4 J'utilise la terminologie, désormais classique, d'A.J. Greimas ; plus loin seront utilisés des termes empruntés à l'ouvrage de Claude Bremond, Logique du récit, Le Seuil, 1973.

5 Je renvoie sur ce point aux deux premiers chapitres de l'étude d'Elina Suomela – Härmä, Les structures narratives dans le RdR, Helsinki, 1981 : Chapitre I, les actants et chapitre II, les séquences narratives.

6 Br. II, v. 430.

7 Selon la célèbre formule de Mario Roques.

8 La ville (au sens moderne du terme) est pratiquement absente du RdR, alors qu'elle est, dans le fabliau, "génératrice de fonctions narratives propres, qui tendent à devenir des caractéristiques dominantes du groupe", selon la formule de G. Bianciotto (Le fabliau et la ville, dans Third international Beast Epic, Fable and Fabliau Colloquium, Munster, 1979, Proceedings Edited by J. Goossens, Böhlau Verlag Köln Wien, 1981, p. 45).

9 Il s'agit là du texte édité par M. Rogues, Le RdR, branches VII - IX, Champion, C.F.M.A. n° 81, 1973. Le texte de l'édition d'E. Martin est légèrement différent :
VI, 5 Venu i sont de meinte terre.

10 C'est la traduction que propose J. Dufournet, op. cit, p. 229. On remarquera que dans la branche 17 de l'édition de M. Roques (ce passage est absent du texte édité par E. Martin) Renart, pour dévorer une proie en toute tranquillité, se réfugie dans un marchois parfont (v. 15154).

11 E.R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Age latin, Paris, P.U.F., 1956, pp. 226 - 246. Sur ce point voir aussi D. Thoss : Studien Zum "Locus amoenus" im Mittelalter, Vienne et Stuttgart, Braumüller, 1971.

12 Ce fou, (le hêtre) convient tout à fait à un paysage bucolique, comme le remarque E.R. Curtius, op. cit, p. 245 n.2.

13 On notera la construction répétitive qui mout estoit ... et la pauvreté du vocabulaire, qui se limite à des couples -clichés : clere et seine se retrouve, par exemple, dans la branche XIII, vers 349 et dans la branche la, vers 1728.

14 P. Demats, D'André Le Chapelain à Guillaume de Lorris, dans Les Mélanges offerts à Jean Frappier, Genève, Droz, 1970, t. I, p. 227.

15 L'auteur de la branche XVI, plus prolixe, développera dans un monologue délibératif de Renart ce contraste entre amoenitas du lieu et malese de Renart affamé (v. 44 - 55) mais il ne s'agit pas dans cette branche d'un locus amoenus canonique.

16 Pour un lecteur familier du cycle (cette branche est classée par L. Foulet dans le dernier groupe) le verbe cuide (v. 1666) dont le sujet est Tibert, constitue un signal : Tibert va être dupé par Renart.

17 Cf sur la première partie de cette branche l'hypothèse de Jean Batany, dans sa communication au colloque d'Amiens, Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les Fabliaux, actes publiés par D. Buschinger et A. Crepin, Kümmerle Verlag, 1983, p. 109.

18 Sur ce château, cf infra, quand sera examiné le rôle défensif de l'eau dans un décor humanisé.

19 La rime garnie - crie figure déjà dans la branche I, vers 1153 - 1154, pour la grange a noneins, lieu dans lequel Grimbert interdit à Renart, fraîchement confessé, de pénétrer.

20 L'eau deviendra une alliée pour Renart : en effet le conteur reprend le détail du pel usé de pourreture (v. 155), détail déjà présent dans la branche II, vers 72, mais il en donne la justification : c'est le ruissellement des eaux de pluie qui a fait pourrir le pieu.

21 Le conteur est en effet contraint à une lourde transition (v. 575 - 577) pour reprendre le fil du récit.

22 Le conteur reprend le topos mais il en inverse le contenu : le retour du printemps est remplacé par 1'yver (qui) revient en saison (v. 3) et la joie par la mortel desconvenue (v. 6).

23 On reconnaît ici le stéréotype de la citadelle inexpugnable.

24 Elle est présente dans une comparaison hyperbolique à propos du sang qui coule abondamment d'une blessure :
XVII, 1344 Par le champ en court le ruisel
Si c'un moulin en peüst moldre.

25 On a alors un schéma de type "égoïste", alors que dans l'épisode de Drouin (première partie de la branche XI) on rencontre un schéma de type "altruiste" : Drouin est en quête de nourriture puis de boisson pour Morhout.

26 Même succession logique dans la branche XI : Morhout meurt de faim, puis une fois rassasié il a soif.

27 Le seul obstacle à "effacer" est dans cet épisode la peur de Renart lui-même, ce qui offre au conteur une possibilité de variations intéressantes, cf Jean Rychner, Renart et ses conteurs ou le style de la sympathie, dans Travaux de linguistique et de littérature, Strasbourg, t. IX, 1, 1971, pp. 309 - 322.

28 Il faut noter que la rime boivre - deçoivre (v. 143 -144) se rencontre également dans le Tristan de Béroul, aux vers 2219 - 2220 (éd. par E. Muret, Paris, Champion C.F.M.A. n° 12, 1974).

29 Sur ce problème du reflet dans l'eau, voir la communication de Jean Subrénat au présent colloque.

30 Le texte des deux éditions est ici différent, les termes frape et trape étant intervertis :
II, 809 Or est Renars en mal trape,
Car li chen le tienent en frape.
R 3a, 4765 Or est Renart en male frape,
Car li chien le tienent en trape.

31 Voir sur ce point Jean Dufournet, Petite introduction aux branches I, Ia et Ib du RdR, Paris, C.D.U., 1971, p. 55.

32 Pour reprendre les termes de Claude Bremond, dans La logique des possibles narratifs, Communications n° 8, 1966, p. 60 - 76.

33 Dans deux cas ce n'est pas la soif qui intervient mais le besoin physiologique d'uriner ; la structure est la même dans les deux passages : Renart a pu s'introduire sans problème dans un gelinier pour s'y repaître et alors qu'il va repartir par le même chemin, il est surpris par un serjant (br. VII, v. 116) ou un garçon (br. XIII, v. 1416) ; l'un et l'autre s'empressent de refermer la porte et voilà Renart enfermé dans un lieu clos ; on note dans les deux passages la rime pissier - rongier (br. VII, v. 117 - 118 et br. XIII v. 1417 - 1418).

34 avec une variation originale : la violence de la crue est telle que la meule part à la dérive et vogue sur les eaux.

35 Sur ce motif, cf Jean Subrénat, Renart et Ysengrin, Renart et Roonel, deux duels judiciaires dans le RdR, Mélanges A. Lanly, Nancy, 1980, p. 371 - 384.

36 C'est le conte T. 34 dans la classification désormais classique de A. Aarne et S. Thompson (The types of folktale, F.F.C, Helsinki, 1961).

37 C'est le conte T. 32.

38 Il serait temps de reprendre les éléments du dossier établi contradictoirement par L. Sudre et L. Foulet sur les sources de cette branche IV ; nos connaissances, tant sur le conte populaire que sur la fable ésopique au Moyen-Age, ont énormément progressé depuis l'époque où ils effectuaient leurs recherches et la réouverture du dossier s'impose : il y aurait là matière à une longue communication ...

39 On retrouve ce topos dans la branche U (le vol du jambon) et dans la branche III (le vol des anguilles).

40 C'est le motif de la blessure simulée. Mais le récit se meut dans un monde merveilleux, où les frontières entre les règnes -animal et humain- sont abolies.

41 Renart teint en noir est le Nocher du Diable, ou le Diable en personne devenu Nocher. Il est intéressant de noter que pour les conteurs Renart ne sait pas et ne peut pas nager.

42 C'est la preuve que pour le conteur l'essentiel réside dans la confession même de Renart !

43 Le vivier peut être considéré comme une mer totalement domestiquée : comme elle il est nourricier, sans présenter les mêmes dangers.

44 On rencontre le même "détournement" de la fonction d'un objet ordinaire dans la branche I : les deux coins laissés dans une pièce de bois emprisonnent Brun et le tiennent à la merci de ses ennemis.

45 La parenté de ce récit avec les contes populaires venus du Nord de l'Europe (« °la pêche à la queue", conte T.2, dans la classification d'Aarne-Thompson) avait déjà été relevée par L. Sudre.

46 En fait Renart remplit une mission exploratoire, il inspecte les lieux avant d'entreprendre la quête de concert avec Noble et Isengrin.

47 "L'agrosystème médiéval, polyculture céréalière vivrière, constitue un biotope favorable aux prédateurs comme les renard". G. Bertrand, Histoire de la France Rurale, Le Seuil, 1975, t. I, p. 65.

48 C'est la crise que doit résoudre Renart dans le premier épisode du cycle, face à Chantecler (br. II, 1er épisode) ; une étude comparative des épisodes serait d'ailleurs fort intéressante.

49 L'attaque décisive de Renart a été préparée par une guérilla psychologique : Renart a su endormir la méfiance instinctive de sa proie et là encore il a utilisé la force de l'eau

50 On retrouve la même formule à la fin de la branche la pour Noble, blessé par la pierre que lui lance Renart.

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540