Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau au Moyen Âge

Eaux douces, eaux amères dans la lyrique hispanique médiévale traditionnelle

Jeanne Battesti-Pelegrin

Texte intégral

  • 1 Nous proposons ici la première étape d'un sondage. Le dépouillement devrait couvrir également la p (...)

1Les poètes hispaniques médiévaux, cela est bien connu, sont peu sensibles à la nature1. L'eau, en tant que composante d'un paysage (mer, rivière, pluie) a donc de faibles chances de les retenir. Une promenade à travers leurs chansonniers n'y est, sur ce sujet, guère engageante. Elle réserve, heureusement, au lecteur qui s'y risquerait malgré tout, quelques surprises.

2La première est celle d'une répartition géographique assez nette : aux chansonniers galaico-portugais, les plus anciens, la mer ; rivières et fontaines aux poètes castillans, ensuite. A vrai dire la distribution n'étonne qu'à demi. Ne correspond-elle pas, en gros, à des aires géographiques et à une topographie : d'un côté, la Galice, le Portugal, pays océaniques, de l'autre la continentale "meseta" castillane ?

3Rassurante explication ; peut-être un peu facile : s'agissant de poésie lyrique, l'imagination du poète se passe volontiers de la réalité pour se nourrir de rêve.

4"Ondas do mar de Vigo", chante la "cantiga d'amigo" ; et, quelques siècles plus tard la "copia" lui répond, en écho : "ay inquiétas olas del mar de Espafìa", ou "Alamos del Prado/fuentes de Madrid..". Ne nous méprenons pas sur ces trop claires précisions toponymiques, sur cette vraisemblance topographique trompeuse : ces paysages d'eau marquent un cadre "formulaire", plus symbolique que réel. Mais dont la symbolique change, peut-être, au gré des lieux et des époques.

I-LA MER, LIEU DE L'ATTENTE AMOUREUSE : Nostalgies marines galaico -portugaises, et autres...

"Dejadme llorar orillas del mar..."

5Dès 1' aube de la lyrique, le thème de la mer a inspiré à la poésie péninsulaire ses plus beaux poèmes.

6Ces chantres de la mer sont les poètes du nord cantabrique : les chansonniers galaico-portugais offrent un choix de "cantigas marineras" sans équivalent, semble-t-il, dans le reste de la Romania.

  • 2 Textes recueillis par J. Nunes : Crestomatia arcaica, Lisboa, Livraria Classica editora, 5ème édit (...)

7Ce sont presque exclusivement les femmes qui chantent la mer. Non point des poétesses, mais les héroïnes de ces "chansons de femmes" que sont les "cantigas d'amigo" qui trouvent dans le motif de ma mer ("cantigas marineras") et dans celui du pèlerinage ("cantigas de romeria") leur meilleure source d'inspiration amoureuse2.

8Le point de départ, ou le prétexte de ces poèmes à la structure métrique souvent commune (parallélistique) et au développement formulaire est, sans doute, la réalité d'un paysage : celui de la côte atlantique, avec 3ss toponymes ("o mar de Vigo"), et même la topographie de ses lieux la "ria" galicienne, où la rivière et la mer se mêlent lorsque la marée remonte, à l'intérieur des estuaires. On y perçoit aussi un contexte historique, celui du rêve océanique des découvertes, et l'atmosphère des pélerinages à Compostelle.

9Ces poètes ont une sensibilité très particulière à la mer. A la même époque, l'auteur, assurément terrien et continental du "Poema de Mio Cid", le jongleur de Médinaceli, faisant parvenir son héros, au terme d'un long exil, aux rivages de la Méditerranée, évoque ainsi Valence, enfin conquise : (le Cid conduit Ximena et ses soldats au haut de l'alcazer, pour leur faire découvrir l'immensité superbe du panorama) :

"ojos vellidos catan a todas partes/miran Valençia commo yaze la çibdad/ e del otra parte a ojo han el mar" :

10un vers laconique, c'est tout ce qu'inspire au poète la découverte d'un paysage jamais vu et si longtemps rêvé !

11La mer des poètes cantabriques, plus qu'un thème autonome toutefois est un motif nécessaire du thème de l'amour malheureux.

12Il est sans doute des fatalités linguistiques. Si dans la poésie populaire française "amour" rime avec "toujours", dans la péninsule, "mar" rime avec "amar", avec "mal" surtout (mal d'amour, s'entend). L'association de la mer et de la douleur d'aimer est générale. Le poète de cette "cantiga d'amor" en consacre l'union :

  • 3 de Pai Gomes Charino, Nunes, op. cit. p. 261

"quantos oj' andan eno mar aqui/coidan quecoita no mundo non a/se non do mar, nen an outro mal là ; /
mais d'outra guisa conteç'oj' a mi :
coita d'amor me faz escaeçer/a muy gran coita do mar
e teer/pola maior coita de quantas son/coita d'amor.."3.

I. 1. La mer est un cadre : le lieu de 1'attente amoureuse

13La jeune fille, contemplant la mer rêve. Elle attend son ami. Viendra-t-il ? Rien n'est sûr ; elle vit d'espoir, quelquefois. Les verbes sont alors au futur : "irei", "verei" :

  • 4 de Martin Codax, ibid., p. 359

"Mha irma fermosa, hyredes comigo/ a la igreja de Vigo, hu
e o mar salido/ e miraremos as ondas". et, selon la
technique parallélistique, chaque vers répète, avec ses variantes :
"hu è o mar levado/ (...) e verrà hy, madre, o meu amigo/,
e verrà hy, madre/ o meu amado"4.

14Cruelle attente le plus souvent puisque c'est en pure perte qu'elle scrute, à l'horizon : l'amant ne viendra pas. L'un des topiques du thème de 1'absence, dans cette poésie, se traduit, très schématiquement, dans le motif de la barque, s'éloignant au large, et emmenant l'ami :

"vi eu mha madre andar/ as barcas eno mar/ e moyro-me d'amor".

15Les modalités de réalisation du motif sont variées ; ainsi, l'absence de l'ami parti à la guerre est succintement stylisée dans la formule : "le roi fait armer des vaisseaux" :

  • 5 Nunes, op. cit, respectivement : p. 369-370, p. 362-363. cf. aussi "nas barcas novas foi-ss'o meu (...)

"El rei de Portugale/barquas mandou lavrare/
e là irà nas barcas sigo/mha filha, o voss'amigo"5.

I. 2. Mais la mer est aussi acteur

16Par leur style direct, ces cantigas dialoguées font de l'eau un authentique personnage ; souvent la confidente des peines d'amour ; toujours celle qui sait, et que l'on interroge :

"ay ondas que eu vin veer/se me sabedes dizer
porque tarde o meu amigo/sem mi ?"

17On l'interpelle parfois ; on la menace :

  • 6 Martin Codax, Nunes, op. cit. p. 360

"vaos meus amores ; vaos pelo mar/pois me levais ondas,
fazeisme o tornar."6

18Mais qu'on la presse de questions ou qu'elle soit l'objet d'une diffuse nostalgie, toujours la mer exprime un manque, une insatisfaction amoureuse. De l'incertitude d'une hypothétique retour, au sentiment de l'irrémédiable solitude, c'est par la mer que passent ces émotions nostalgiques.

I. 3. "Car la mer est amère et l'amour est amer"

  • 7 Marbeuf, in : Anthologie de la Poésie baroque française, intr. J. Rousset, Bibliothèque de Cluny, (...)

"Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage
et la mer est amère et l'amour est amer,
l'on s'abîme en amour aussi bien qu'en la mer
car la mer et 1'amour ne sont pas sans orage"7

19La mer, quelquefois, devient violente et agressive. Dans la célèbre "cantiga" de Meendinho on voit une jeune fille attendre son amant dans une chapelle, au bord de la mer ; peu à peu cernée par les flots de la marée montante et sans espoir d'être secourue, elle mourra seule, dans la vaste mer :

"sediam 'eu na ermida de San Simmon
e cercaron-m' as ondas que grandes son..."

20Et le poème, parallélistique répète-flux et reflux du flot- :

"eu atendend'o meu amigo".

21Mais l'attente ici est mortelle ; à moins que ce ne soit la solitude de 1'amoureuse :

  • 8 Nunes, op. cit, p. 366

"morrirei fermosa, no alto mar
eu atendend'o meu amigo"8.

22Contre la mer méchante, on se rebelle parfois :

  • 9 Roi Femandes, cf. J. Ma Alín : El Cancionero español de tipo tradicional, Madrid, Taurus, 1968, p. (...)

"quando eu vexo as ondas/ e las mui altas ribas
logo me veen ondas/al cor pola belida.
Maldito sexa el mare/ que me faz tanto male !"9

23Mais cette révolte contre la fatalité de la mer est rare. Même plus tard, dans les chansonniers castillans, la nostalgie domine :

  • 10 cf. aussi E. Torner : Lírica Hispánica. Relaciones entre lo popular y lo culto, Madrid, Castalia, (...)

"alcé los ojos/ miré la mar,
vi a mis amores/ a la vela andar"10.

I. 4. La symbiose avec la mer infinie

24est le douloureux privilège de "celles qui savent aimer", autrement dit, des amoureuses délaissées :

  • 11 Martin Codax, Nunes, op. cit. p. 359-360

"quantas sabedes amar amigo/hyredes comig'o a lo mar de Vigo" : la contemplation de l'eau glisse vers la rêverie ; 11

25le mouvement des vagues, harmonieusement rendu par les reprises du parallélisme suggère la douleur d'aimer, toujours présentent comme l'eau, toujours changeante.

26Cette union romantique de la contemplation de la mer et de la douleur diffuse du mal d'amour avait jadis inspiré une belle image à la jeune fille d'une "jarcha" mozarabe :

  • 12 E. García Gómez : Las "jarçhas" mozarabes de la serie árabe en su marco, Madrid-Barcelona, Seix-Ba (...)

"su amante una moza fuera a despedir
y al alba, llorando por verlo partir
del mar a la prilla se puso a plañir"12.

27L'image franchira les siècles, comme en témoigne ce villancico du siècle d'Or :

"mis penas son como ondas de mar
que unas se vienen y otras se van,
de día y de noche guerra me dan".

28C'est d'ailleurs un motif favori des chansons castillanes "de mal mariées" :

  • 13 A. Sánchez Romeralo : El Villancico, Madrid, Gredos, BRH, 1969, p. 71

"miraba la mar, la mal casada
que miraba la mar, /cômo es ancha y larga"13.

29Tous ces poèmes ont en commun un traitement formulaire. Le thème de l'amour malheureux s'y traduit par des images-clés : "contempler la mer", "voir les barques". Ils reproduisent des mots-thèmes : "voir" (des verbes de perception, des verbes non-actifs) ; des structures syntaxiques répétitives : doublets de synonymes ; imparfait (du récit de la contemplation solitaire), et le futur, (plutôt que de l'espoir, de la non- réalisation) ; une intonation émotive : l'exclamation de la plainte, l'interrogation de 1'incertitude.

30Répétitifs, ces poèmes parallélistiques sont aptes à rendre l'obsession anxieuse.

31La mer est bien le lieu de l'attente solitaire, de la contemplation passive, de 1'inquiétude amoureuse.

II-LA FONTAINE, LA RIVIERE, LIEUX DE LA RENCONTRE

32Au contraire de la mer, la rivière est un lieu dynamisé, un lieu dramatique, le cadre (réel ou symbolique) de la rencontre.

33Dans la poésie lyrique péninsulaire on va a la fontaine, accessoirement, pour chercher de l'eau ; pour y laver, pour s'y laver ; pour y célébrer le rituel du bain.

34La claire, la fraîche fontaine, c'est la promesse de l'amour :

  • 14 Cancionero Musical de Palacio (s. XV), intr. J. Romeu Figueras, Barcelona, Instituto de Estudios m (...)

"yo me levantara un lunes(...) /y a la fuente fuera por agua/
y a la mitad del camino/con mi lindo amor me encontrara"14

35C'est la "Fontefrida" d'un célèbre romance, source de réconfort pour 1'amoureux :

  • 15 Cancionero Musical, op. cit., n° 142, p, 315. cf. aussi E. Asensio: Poética y realidad en el canci (...)

"Fontefrida, Fontefrida,
Fontefrida y con amor,
do todas la avecicas
van tomar consolacion"15

36La fontaine, ou la rivière, associées dans la même symbolique :

  • 16 Alín, op. cit. p. 208

"Fuérame a bañar/ a orillas del río,
allí encontré, madre/ a mi lindo amigo"16.

37On nous raconte comment, tantôt les bords de la rivière sont fréquentés de jeunes filles :

  • 17 de Juan Zorro, Nunes, op. cit. p. 363

"Pela ribeira do rrio/cantando ia la dona virgo/ d'amor"17

38tantôt sont peuplés d'élégantes "aigrettes", (la "garza"), oiseau gracieux, par excellence, antonomase de la grâce, et, dans la poésie populaire métaphore de la jeune vierge :

"ribericas de aquel río/donde la garza hace su nido".

39D'autres fois l'expression "ribericas del río" est un début commode à de nombreux poèmes amoureux, une expression-clé du motif de la rencontre, qui n'exige pas un développement narratif spatialisé :

  • 18 Alín, op. cit. p. 226

40"ribericas del río, madre/ flores de amor nascen"18 -En effet, l'imprégnation du motif est telle que "aller à la rivière", "venir de la rivière", dans ce langage codé acquièrent, en dehors de tout récit, une signification bien précise : c'est l'allusion à la réalité de la rencontre avec l'amoureux :

  • 19 ibid. n° 249, p. 461

"¿Donde vindes filha/ branca e colorida ?
De là venho, madre/ de ribas d'hum rio :
Achei meus amores/ en hum rosai florido".19

41Le sens de 1'invitation à "aller à la rivière" est inéquivoque dans :

"Por el río me llevad, amigo/y llevadme por el río"

42Il est encore plus crûment suggestif dans :

  • 20 Nunes, op. cit. p. 364

"pela ribeira do rio salido,
trebelhei, madre, con meu amigo
amor ey migo, que non ouvesse,
fiz por amig' o que fon fezesse"20.

43D'autres textes, plus laconiques, sont tout aussi expressifs :

"¿Donde venis, casada, /tan placentera ?

  • 21 Alín, op. cit. p. 204, note 13

44Vengo de ver el campo/ y la ribera"21. ; mais une variante nuance : "y el alameda" : le bouleau, qui pousse en terrain humide, au bord du ruisseau, et qui connote aussi la rencontre amoureuse, dans ce "cantar" promis à une belle fortune poétique et musicale :

"De los alamos vengo madre, /de ver como los menea el aire

  • 22 E. Torner, op. cit ; p. 36

de los alamos de Sevilla/ de ver a mi linda amiga"22.

45Simple cadre, que toutes ces références spatiales ? Cadre formulaire en tout cas, où le bord de la rivière, les romantiques aulnes et autres rosiers fleuris se trouvent associés pour évoquer le lieu de la rencontre et l'allégorie de l'arbre de l'amour.

II. 2.... la peur du loup

46Pour l'héroïne de ces poèmes, la jeune fille, aller à la fontaine chercher de l'eau n'est pas sans danger :

"Enviárame mi madre/ por agua a la fuente fría,
vengo del amor herida. "

47Ou :

  • 23 "Mamma non mi manda/ per l'acqua sola/ son piccolina/e non mi so guardare…"cité par F. Rodríguez M (...)

"Enbiame mi madre/ por agua sola,
!mirad a qué hora !"23.

48Tous les textes le disent bien : à aller à la fontaine, la jeune fille court un danger ; et sa mère, qui l'y envoie, engage sa responsabilité d'éducatrice. La présence du personnage de la mère, dans ces courtes strophes, suggère aussi le registre amoureux, puisque la mère est, traditionnellement la confidente des amours de sa fille.

49Nous sommes tentée de répertorier ici les exemples, rares au Moyen Age dans la poésie traditionnelle, du motif du passage du gué, de la rivière, également dangereux pour la vertu de la jeune fille. A passer le ruisseau, à le sauter surtout, plus d'une "séguedille" ancienne rappelle qu'on y perd toujours quelque chose :

"Al pasar por el puente/ de Santa Clara,
se me cayo el anillo/ dentro del agua", ou encore :

  • 24 Cantos populares, op. cit.

50"se me cayô el pañuelo", "ou "las memorias del alma/ se me han perdido" ; à moins que ces euphémismes cèdent le pas à des termes plus clairs : "perdí el virgo"24.

II. 3. "A lavar camisas"

51A la fontaine on va laver. Dans la réalité médiévale, ce sont d'ailleurs les "jeunes filles à marier" (mozas casaderas) et non les femmes qui vont laver à la rivière. Dans les poèmes elles lavent donc, de préférence leur chemise ou du linge intime, comme dans la "cantiga" du roi Don Dinis de Portugal :

  • 25 Alín, op. cit. p. 209

"levantou-se a velida/levantou-ss'alva
e vay lavar camisas/ en o alto"25.

52Parfois, symboliquement, 1a chemise est emportée par le vent ou entraînée par le courant :

"o vento l'has desvia/en o alto,
uay-las lauar alua
meteuss'alva en hira/ en o alto"

53ou encore, dans ce poème de Mudarra :

  • 26 ibid, p. 210

"Isabel Isabel, perdiste la tu faxa,
hela por do va, /nadando por el agua"26

54Si bien que l'expression "aller au lavoir" devient elle aussi un trop explicite euphémisme :

"No me habléis, conde, /d'amor en la calle,
catà, catà que os dirà mal/.conde, la mi madre.

  • 27 Cancionero Musical, op. cit. n° 6 (villancico de Juan Vazquez)

Mañana iré, conde/ a lavar al río,
alla me tenéis, conde/ a vuestro servicio"27.

55Ainsi, et au contraire : "ne pas laver" c'est, métaphoriquement, connaître le "désamour", telle cette jeune fille, sans amour, qui envie ses compagnes de "laver, dans l'eau de la rivière, leurs chemises" :

"vi los barcos, madre, vilos y no me valen.

  • 28 Cancionero de Upsala, intr. L. Querol, Madrid, Instituto de Musicologia del CS. de IC, 1930, n° XX (...)

Madre tres moçuelas/non de aquesta villa,
en aguas corrientes/lavan sus camisas,
sus camisas, madre/ vilas y no me valen"28.

56L'union amoureuse, elle, est suggérée par l'association (peu vraisemblable au demeurant) des jeunes gens lavant ensemble à la fontaine, "à la fontaine du rosier d'amour" :

  • 29 Alín, op. cit. p. 198

"En la fuente del rosei/ lavan la niña y el doncel"29.

II. 4. "...a lavar meus cabelos"

57A la fontaine on va aussi laver son visage, et ses cheveux, motif traditionnel de la stylisation érotique :

  • 30 Nunes, op. cit.

"Fui eu, madre, lavar meus cabelos/a la fonte(...)
Achei, madre o senhor deles, /e de mi".
"Levouss'a louçana/leuou-ss'a velida/
vay lavar cabelos/ na fontana fria,
leda dos amores/ dos amores leda"30

58La contemplation narcissique pointe parfois sous ces brèves évocations :

  • 31 Alín, op. cit. p. 198

"Fui eu, madre, lavar meus cabelos /a la fonte
e paguei-m'eu delos e de mi, louça"31.

59Mais la jeune fille sans amour elle, envie les jeunes mariées qui lavent leur visage, d'eau de fleur d'oranger ("agua de limón" plus exactement) :

  • 32 "Lávanse las casadas/ con agua de limones/lávome yo cuitada/ con penas y dolores". Cancionero de U (...)

"¿Con qué la lavaré, /la fior de mi cara 
¿Con qué la lavaré/ que biuo mal penada ?32.

II. 5. "...a los baños de bañar"

  • 33 Plus rare, sauf dans les chansonniers galaico-portugais, le bain de mer.

60Ceci nous conduit au thème du bain. Car la rivière33 est surtout le cadre du bain des amoureux : le thème préféré de la poésie castillane médiévale est celui de la Saint-Jean, promesse amoureuse :

  • 34 Cancionero Musical, op. cit. n° 86. Le jour de la Saint-Jean, mer ou rivière, qu'importe : "Qué sa (...)

"¿O qué mañanica mañana, / mananica de San Juan,
quando la niña y el cavaliero/ ambos se van a bañar !"34 :

  • 35 "Yo me levantara, madre/ la mañana de San Juan/vide estar una doncella/ riberica de la mar..etc". (...)

61au petit matin, le jour de la Saint-Jean, la jeune fille et le chevalier vont ensemble se baigner. Ce motif, et quelques autres se trouvent réunis (exemple de la stylisation propre au genre), dans ce vieux romance lyrique, en forme de pastourelle maritime, où le héros, le matin de la Saint-Jean rencontre une belle jeune fille au bord de la mer, seule, étendant sur un symbolique rosier le linge qu'elle vient de laver. Elle chante : "que sont mes amours devenues ? Où irais-je les chercher ?" Harmonieuse rencontre du romance, de la pastourelle et de la chanson de femme35.

62La tradition judéo-espagnole a conservé, dans ses "cantos de Boda" le souvenir du bain rituel de la fiancée. La coutume, attestée par de nombreuses références lyriques ' est par exemple poétisée dans ce poèmes que l'on chantait encore dans les Balkans il y a cinquante ans, et conservé sous le titre expressif de "la sirène" :

"Mi esposica està en el baño/vestida de Colorado(...)
vestida de un fustàn verde/ mi esposica està en la fuente
mi esposica està en el río/ vestida de amarillo", et,

63entre chaque strophe le refrain reprend :

  • 36 On en trouvera de nombreux exemples dans M. Alvar : Cantos de boda judeo-españoles, Madrid, Instit (...)

64"échate a la mar y alcansa/ échate a la mar", alors que la glose : "entre la mar y el río/hay.... " scelle l'union du thème de l'amour et celui du bain36 : au delà du bain rituel de l'épousée ce poème traditionnel dit la fascination érotique de l'onde, habitée de la sirène.

65Quant au "bain d'amour" (les "baños de bañar"), il est à la fois le lieu de la rencontre et la promesse de l'amour. Prélude amoureux dont le romance del Conde Claros a gardé le souvenir :

"Dejadme ir a los baños/ a los baños de bañar,

  • 37 Cancionero Musical, op. cit. n° 149

66cuando yo sea bañada/ estoy a vuestro mandar"37 : la figure étymologique "baños de bañar" renchérit sur la valeur suggestive du bain, en faisant une sorte d'hyperbole, ou de bain par antonomase.

67De son côté le proverbe castillan est inéquivoque :

68"La que del baños viene/ bien sabe lo que quiere" même si un commentateur sans humour a éprouvé le besoin de préciser : "juntarse con el varôn".

69S'étonnera-t-on alors de la plainte de cette amoureuse délaissée d'un villancico du xvème siècle :

"A los baños dell amor/ sola me ire

  • 38 Alín, op. cit ; p. 207

70y en ellos me bàñaré"38, poème traditionnel dont la glose, savante, répète :

71"a los baños de tristura/ sola me iré" unissant sous le même terme "baños" deux adjectivations contradictoires "bain d'amour", "bain de tristesse"

  • 39 Cancionero de Upsala, cité par Alin, ibid. p. 208

72Un autre poème populaire mis en musique dans le Chansonnier d'Upsala (canon à quatre voix) confirme le développement amoureux de ce motif du bain. Le refrain : "si te vas a bañar, Juanilla/ dime a cuáles baños vas", sert de prétexte à une glose sur le martyre d'amour39.

73Le bain unit les deux amoureux pour des gestes rituels : se laver l'un l'autre par exemple, comme dans ce villancico de Juan Vazquez, merveille de contrepoint musical, à quatre voix :

"En la fuente del rosei/ lavan la niña y el doncel.

  • 40 ibid. p. 198

En la fuente del agua clara/con sus manos lavan la cara,
él a ella, y ella a él"40.

74Dans un cosaute parallélistique, main dans la main, les jeunes gens se baignent, et troublent l'eau claire :

  • 41 Cancionero Musical, ibid. p. 199

"El galàn y la galana/ anbos buelven el agua Clara,
mano a mano"41.

75II. 6. Ce dernier détail suggère un autre motif, erotique également, celui de l'eau troublée d'une fontaine, où s'attarde la jeune fille. Depuis les vieux poèmes galaico-portugais, jusqu'aux villancicos castillans, l'eau pure de la fontaine est troublée par divers animaux ; le cerf, tout spécialement, mais aussi le rossignol ou l'alouette :

  • 42 de Pero Meogo, Nunes, op. cit. n° CCCXIX

"Digades filha.../Tardei, mha madre, na fontana fria,
cervos do monte a auga volvian"42 : le cerf, symbole

76pnallique, est promis à une fortune poétique immense dans la lyrique espagnole : présent dans les textes les plus anciens, comme dans ces vers (en hébreu) qui introduisent une jarcha mozarabe :

  • 43 S. M. Stem : "Les vers finaux en espagnol dans les muwassahs hispano-hébraïques", exemple cité par (...)

"Le cerf est venu frapper à sa porte
De sa chambre elle élève la voix et dit à sa mère :
qué farey, marna, meu habib está yaná"43.

  • 44 "Cervatica no me la vuelvas/(…) no enturbies el agua fría" cf. Romeu: Cancionero Musical, op. cit.(...)

77On retrouve 1'image lyrique du cerf et le symbolisme de la chasse chez Saint Jean de la Croix, cerf solitaire ou cerf blessé, là symbole de l'ardeur sexuelle, ici de la mélancolie ; dans la lyrique médiévale, la fontaine de la rencontre amoureuse est aussi la "fontaine où les cerfs vont boire" ("a la font 'u os cervos van beuer"44, comme dans cette très explicite cantiga d'amigo :

  • 45 Tous ces poèmes sont de Pero Meogo, respectivement les n° s 790, 792, 794, 796 du Cancioneiro da V (...)

"Enos verdes prados/ vi os cervos bravos/meu amigo,
e con sabor delos /lavey meus cabelos/(...)
desque os lavey/ d'ouro los liey, /meu amigo(...),
e uos asperey, meu amigo"45.

78Citons enfin ce curieux poème où la jeune fille au bal déchire sa robe ; à la fin de chaque strophe le refrain répète :

  • 46 ibid. On trouve même un exemple où le cerf, blessé va mourir au bord de la mer.

"poy' lo cervo e ven/ esta fonte seguida aben/
poy 'lo cervo e ven"46.

79Ailleurs c'est la tourterelle, oiseau messager du renouveau cyclique, et symbole de fidélité amoureuse dans la tradition chrétienne, qui trouble l'eau de la fontaine d'amour :

  • 47 op. cit.

"Fontefrida, Fontefrida(....)
si el agua Clara fallo/ turbia la bebo yo"47 ....

  • 48 Mila, cité par J. Romeu, cf. supra note(43). En Argentine, c'est le pigeon, dans cette copla moder (...)

80A moins que, comme en Catalone, ce ne soit le rossignol, autre chantre de 1'amour : ("el traidor del rossinyol/ tota l'aiga enterbolica") qui souille l'eau de la source48.

III. EAUX AMOUREUSES ET RETOURS AUX SOURCES

81Ces "eaux amoureuses de la lyrique péninsulaire sont d'une interprétation aussi limpide que leur cours.

82Manifestations d'une poésie traditionnelle, récurrente, formes brèves et stylisées, les motifs formulaires sur lesquels elles brodent rejoignent le folklore et trouvent, en profondeur, le mythe. Dans ses thèmes, tout comme dans ses métaphores, l'eau y apparaît fortement symbolique.

III. 1. "La peine de l'eau est infinie..."

83Les nostalgies marines et "saudosas" des vieux chansonniers galiciens expriment une attente, un manque, une incertitude, une impuissance amoureuse.

84Mais pourquoi seules les jeunes filles des cantigas d'amigo chantent-elles la solitude marine, qui n'inspire guère les poètes des cantigas d'amor, marins eux-aussi ?

85Pourquoi l'absence, l'instabilité de l'amoureux, le "nomadisme" de l'amant, emprunte-t-il toujours (et contre toute vraisemblance) la voie de la fuite par la mer ?

  • 49 L'eau et les rêves, Corti ed. p. 66

86Plus tard, le mouvement de flux et de reflux de l'eau insaisissable nourrira l'imagination des poètes péninsulaires, même si, moins en symbiose que leurs prédécesseurs avec l'élément, c'est ensuite "du bord de la mer" qu'ils contemplent l'infini de leurs peines d'amour ; tant il est vrai que pour eux aussi se vérifie la remarque de Bachelard : "contempler l'eau, c'est s'écouler, c'est se dissoudre, c'est mourir"49.

III. 2. Abysses de 1'âme, abysses des mers

87Mais l'eau-confidente des vieux poètes galiciens est aussi l'eau-mère, l'eau qui, maternellement berce dans ces barcarolles que sont les cantigas d'amigo avec leur rythme parallélistique, poèmes auxquels, de plus, la mère est presque toujours associée. C'est aussi l'eau qui engloutit, la haute mer dévorante où s'abîme la jeune fille amoureuse.

  • 50 M. Mansuy : Gaston Bachelard et les éléments, Corti éd., 1967, p. 192

"L'eau est l'élément de la mort jeune et belle, de la mort fleurie, et dans les drames de la vie et de la littérature elle est l'élément de la mort sans orgueil ni vengeance, du suicide masochiste" écrit M. Mansuy50.

  • 51 W. Lederer : Gynophobia ou la peur des femmes, Payot, 1970, p. 219

88Cette fascination de l'eau qui marque une volonté secrète de se détruire et que poétiquement Bachelard nomme "complexe d'Ophélie", c'est aussi l'eau du retour à la mère, l'eau que Jung compte parmi les symboles les plus anciens de l'archétype maternel ; l'eau dangereuse, selon la Psychanalyse, évocatrice de la mort : la voie du grand retour à la mère51.

89C'est pourquoi peut-être, d'une autre façon aussi, et même si dans la lyrique espagnole médiévale la sirène est plutôt un thème savant, les poètes sont si souvent fascinés par ces jolies vierges, autres redoutables Loreleis, lavant ici inlassablement leurs longs cheveux à la rivière.

III. 3. Rites initiatiques, rites de passage

90La rivière, la fontaine, cadre de la rencontre suggère, elle, une érotisation positive. Les eaux, dans la lyrique traditionnelle sont rarement fréquentées par des puissances maléfiques : il y a bien peu de fontaines maudites et en revanche la tradition leur attribue bien des vertus.

91Plusieurs rites s'y rattachent, que ces poèmes, dans leur concise stylisation réitèrent.

  • 52 M. Eliade : Initiation, rites, sociétés secrètes, Gallimard, 1976, p. 18

92Est-il invraisemblable de voir dans ce danger de la fontaine (après tout, pour la vertu de la jeune vierge, bien d'autres lieux de rencontre : office divin, pèlerinage, offrent la même menace), danger de franchir le ruisseau, la marque de la sacralisation du rite, celui de la mort de l'enfance et de la naissance à l'âge adulte ? La récurrence de ce thème symbolise-t-elle la croyance diffuse que l'on ne peut modifier un état sans abolir l'autre aupréalable, (comme nous le rappelle Mircea Eliade52) en l'occurrence sans que l'enfant meure à l'enfance, l'éveil de la sexualité coïncidant avec la naissance à 1'âge adulte ?

  • 53 op. cit. p. 49

93Dans son essai sur "l'Eau et les rêves" G. Bachelard se demande qu'elle est la fonction sexuelle de la rivière. C'est-dit-il, d'évoquer la nudité féminine ; "l'eau évoque d'ailleurs la nudité naturelle, la nudité qui peut garder une innocence"53. Le nu féminin immédiat est étranger à nos poèmes traditionnels : plutôt que le bain solitaire des "jeunes filles au bain", image de voyeur, nos poèmes consacrent le bain partagé, le bain avec l'ami. Ils nous disent qu'à la fontaine on va laver son corps, un corps érotisé (motif des cheveux) ; on va s'y dépouiller de ses vêtements (on y lave essentiellement ses vêtements intimes : chemise, jupe etc.) : la nudité féminine y est ainsi médiatisée, suggérée par l'euphémisme du vêtement, mais aussi intensifiée par l'"effeuillage" qui l'accompagne. L'eau, avec d'autres "motifs" concourt à une érotisation du paysage ; obeït à une fonction expressive.

94En outre, si l'on contemple la mer du regard, on se plonge dans l'eau de la rivière. L'immersion évoque les rituels de la purification. L'eau de source, eau vive, eau vierge est l'eau lustrale, la substance même de la pureté, les rares adjectifs qui accompagnent le substantif "agua" ("fuente", "onda") ne sont-ils pas les "agua clara", "fuente fría" : eau claire, fraîche, eau printanière, mots-clés de motifs formulaires ? Par le bain on s'assimile les vertus de la source fertilisante, fécondante. La rivière ("río", "arroyo") suggère dans ses adjectivations, dans ses circonstants surtout ("al río", "por el rio") le mouvement : eau dynamique, dont la force invisible se transmet à ses berges mêmes ("por la ribera del río").

95Même si l'on ne partage pas le sentiment du terrien Bachelard sur la "suprématie imaginaire de l'eau des sources sur l'eau de l'océan", on conviendra volontiers que l'eau douce est imprégnée d'un "sensualisme ambiant" (qu'il appelle "primitif") et qui se vérifie dans tous ces textes véhiculés par la tradition orale.

  • 54 Gennep. Van : Naître, vivre et mourir. ed. J. Hainard et R. Kaehz, Neûchatel, 1981, p. 188-189
  • 55 M. Eliade : Images et symboles, Gallimard, NRF, 1952, p. l99

96Périodiquement réitérée, cette immersion dans l'eau symbolise la régénération du monde ; elle est une cosmogonie, copiée sur la Création par excellence. On retrouve certaines de ses modalités de réalisation comme ces rites d'agrégation, qui unissent l'un à l'autre les jeunes gens, parmi lesquels "se toucher réciproquement" ; dans le détail : joindre les mains, entrelacer les doigts, se laver l'un l'autre. Ce sont là proprement des rites d'union, comme le remarque G. Gennep54. Promesse de fécondité, l'immersion dans l'eau "fons et origo", est ainsi le symbole de la régression dans le préformel55, la réintégration passagère dans l'indistinct ; riche de virtualités, elle promet et rend possible 1'avénement à un autre mode d'être, nouveau et fécond.

97Ces poèmes qui sont des formes brèves mettent en oeuvre une concision efficace : ils stylisent, par quelques mots-clés un paysage ("àlamos", "ciervos" etc..), un déroulement dramatique succint et formulaire ("ir", "venir" etc..), ce qui n'exclut pas les variantes, mais laisse toutefois peu de place à la fantaisie imaginative des poètes.

98Récurrents, ces textes traditionnels au langage codé trahissent une forte imprégnation rituelle, qui vient du tréfonds de la mémoire collective, mais qui se perpétuera, au delà du Moyen Age, dans la poésie anonyme populaire, dans la lyrique hispanique et latino-américaine, où l'on continue à vivre d'amour et d'eau fraîche, et à mourir d'amour, au bord de la mer.

IV.... D'AMOUR ET D'EAU FRAICHE. D'AMOUR ET DE LARMES

  • 56 Lope de Stuñiga, poète castillan du xvè siècle.

Al cantar antiguo que dize :
Alta mar esquiua
De ti doy querella
fazesme que biua
triste con manzilla56

99Que deviennent ces motifs de la poésie traditionnelle dans les chansonniers de cour qui se multiplient au xvème siècle, recueillant l'essentiel de la lyrique dite "courtoise" ?

  • 57 cf. Jeanne Battesti Pelegrin : Lope de Stuñiga. Recherches sur la poésie espagnole au xvème siècle(...)

100La poésie des chansonniers de cour, cela est évident au lecteur le plus distrait, se prive des motifs thématiques de la poésie populaire : point ici de fontaines ni de rivages, ni de paysage. L'eau disparaît ; du moins l'eau-thème, l'eau-cadre lyrique. Alors que Narcisse fait son apparition. Non point le Narcisse amoureux de soi-même qui contemple son image dans l'eau, propre aux métamorphoses ; mais un Narcisse intellectuel, qui s'observe pour se mieux connaître, tant il est vrai que cette poésie lyrique, cérébrale, plutôt que l'épanchement d'une émotion se veut une analyse du sentiment, une réflexion sur l'amour. Le miroir du Narcisse "cancioneril" est l'introspection masochiste. C'est désormais dans les yeux de l'aimée que l'amoureux contemple avec douleur et complaisance sa tragique destinée ("por mi mal os vi")'. 'Le poète interroge l'orâcle muet du regard-source de la Dame, qui explique sa fascination, sa fixation, au bord de cette onde figée, vertige de la recherche de soi qui immobilise par l'attrait du reflet et interdit l'inconstance qui serait flux, mouvement, fuite d'image"57.

101Dans cette poésie doloriste, mais d'un dolorisme passif, nullement rédempteur, plane toujours la menace du suicide. Jamais, soit dit en passant, du suicide par l'eau. De l'eau, il ne conserve qu'un océan de larmes, fidèle image de son comportement.

IV-1. Les métaphores de l'eau

  • 58 On en trouvera des références dans le Cancionero castellano del siglo xv, publié par R. Foulché-De (...)

102Dans le chansonnier de cour, les métaphores de l'eau58 ne sont pas, non plus, inspirées par la perception matérielle : pas de scintillement sur les eaux frappées de lumière, pas d"'émeraude liquide" ni de chatoiement de surface.

103Toutes les images s'appliquent à définir, à évoquer la peine d'amour, et par exemple, le lecteur est quelque peu surpris de d'en pas trouver trace dans la chanson d'éloge, portrait de la "belle dame sans merci", qui partage si souvent par ailleurs ses adjectivations avec celles de la poésie mariale.

IV. 1. 1. "...car l'amour et la mer ne sont pas sans orage"

104Les métaphores de la mer sont celles de la tempête où s'aventurent les amoureux des allégoriques "nefs d'amour" :

"cual nave combatida/ se halla mi pecho,
naufragando en las olas/ de tus desprecios", relayés

105d'ailleurs par les poètes anonymes des coplas populaires :

  • 59 Cantos populares, op. cit. n° 3599, 3943

"Yo me embarqué en la nave/ del amor tirano ;
desembarqué en el puerto/ del desengaño.."59.

106Car l'incertitude de l'amour est celle de l'onde capricieuse :

  • 60 Cancionero castellano de Foulché-Delbosc, op. cit. n° 882, p. 488, n° 883, p. 489, 464, p. 239

"bogaré en las al tas ondas/ de aquella mar peligrosa"60

107L'image du fleuve quant à elle, ici comme ailleurs, depuis toujours, dit le cours du temps ; thème philosophique qui se réalise dans le motif de la destinée, destin fatal de l'amant, prédestiné au malheur. Parmi les multiples exemples, extrayons celui-ci qui a le rare mérite de l'humour :

  • 61 Cantos populares, op. cit. n° 3805

"las palabras que me diste/ a la orilla de la fuente
como fue junto del agua/ se las llevô la corriente"61.

IV. 1. 2. Infini et profondeur

108La mer, bien sûr c'est l'image de 1 ' infini ; une expression espagnole de la langue courante "la mar de.." le consacre d'ailleurs. Mais, moins superficielles que profondes, les images d'eau, dans cette poésie, plutôt qu'un miroir-reflet, sont celles de l'immensité de l'abîme, de la verticalité du gouffre.

109L'amour est grand comme la mer, comme le fleuve, mais c'est un abîme sans fond.

110Dans le style excessif qui les caractérise, ces poètes filent la métaphore dans de délirantes hyperboles :

  • 62 de Quirôs, Cancionero castellano, op. cit. p. 285

"los ojos(...) hechos pila/de agua dulce muy llorosos"62,

111suivis dans l'excès par la poésie anonyme populaire :

  • 63 Cantos populares, op. cit. n° 5285

"Alza la voz pregonero/ y apregona
que en el río/no hay agua para apagar/
un corazôn encendido"63.

112La comparaison hyperbolique préférée est toutefois l'équation : eau = larmes, larmes = mer : un océan de larmes, bien sûr.

113L'antithèse vient en outre souvent au secours de leur surenchère : alors ces poètes de 1'incommunication (symtôme d'une névrose, syndrome d'échec ?) voient les feux dévorants de l'enfer de leur passion, inexorablement noyés de larmes :

  • 64 de Guevara, Cancionero Castellano, op. cit. n° 894, p. 497

"allí las lágrimas mías/ fortalecen más en fuegos"64.

114"L'eau, écrivait Bachelard reste plus que tout autre, l'élément de la mélancolie". Ici, l'eau est l'élément de la peine ; jamais de la haine. Dans les larmes s'abîme l'impuissant poète "cancioneril", sujet abandonique, à vocation de mélancolique malheur.

115Dans les chansonniers de cour se reconstruisent, autrement, les motifs traditionnels, appelés à franchir, oralement, musicalement, les siècles et les mers.

Notes

1 Nous proposons ici la première étape d'un sondage. Le dépouillement devrait couvrir également la poésie arabigo-andalouse, et mozarabe, lalyrique en langue occitane puis catalane.
Se sont intéressés au thème de l'eau : J. Artiles : Paisaje y poesi en la España medieval, La Laguna, 1956, J. M. Blecua : El mar en la poesía española, Madrid, 1945, A. Navarro Gonzalez : El mar en la literatura medieval española", La Laguna, 1962

2 Textes recueillis par J. Nunes : Crestomatia arcaica, Lisboa, Livraria Classica editora, 5ème édition, 1959

3 de Pai Gomes Charino, Nunes, op. cit. p. 261

4 de Martin Codax, ibid., p. 359

5 Nunes, op. cit, respectivement : p. 369-370, p. 362-363. cf. aussi "nas barcas novas foi-ss'o meu amigo" p. 340, "vei-eu, mha filha", p. 342, "en Lisboa, sobre la mar", p. 362, etc.

6 Martin Codax, Nunes, op. cit. p. 360

7 Marbeuf, in : Anthologie de la Poésie baroque française, intr. J. Rousset, Bibliothèque de Cluny, 1966, p. 223

8 Nunes, op. cit, p. 366

9 Roi Femandes, cf. J. Ma Alín : El Cancionero español de tipo tradicional, Madrid, Taurus, 1968, p. 241

10 cf. aussi E. Torner : Lírica Hispánica. Relaciones entre lo popular y lo culto, Madrid, Castalia, 1968, p. l00, 157, 192

11 Martin Codax, Nunes, op. cit. p. 359-360

12 E. García Gómez : Las "jarçhas" mozarabes de la serie árabe en su marco, Madrid-Barcelona, Seix-Barral, 2ème ed., 1975, p. 319

13 A. Sánchez Romeralo : El Villancico, Madrid, Gredos, BRH, 1969, p. 71

14 Cancionero Musical de Palacio (s. XV), intr. J. Romeu Figueras, Barcelona, Instituto de Estudios musicales del CS de IC., 1962, p. 109, p. 113, note 89.

15 Cancionero Musical, op. cit., n° 142, p, 315. cf. aussi E. Asensio: Poética y realidad en el cancionero peninsular, Madrid, Gredos, BRH, 1957, p. 252 et suiv.

16 Alín, op. cit. p. 208

17 de Juan Zorro, Nunes, op. cit. p. 363

18 Alín, op. cit. p. 226

19 ibid. n° 249, p. 461

20 Nunes, op. cit. p. 364

21 Alín, op. cit. p. 204, note 13

22 E. Torner, op. cit ; p. 36

23 "Mamma non mi manda/ per l'acqua sola/ son piccolina/e non mi so guardare…"cité par F. Rodríguez Marín : Cantos populares españoles, Madrid, ed. Atlas, 1981, tomo III, p 221, n° 122 ; exemple extrait de Alin, op. cit. p. 461, n° 250, cf. aussi : Cancionero musical, op. cit. p. 67, note 14

24 Cantos populares, op. cit.

25 Alín, op. cit. p. 209

26 ibid, p. 210

27 Cancionero Musical, op. cit. n° 6 (villancico de Juan Vazquez)

28 Cancionero de Upsala, intr. L. Querol, Madrid, Instituto de Musicologia del CS. de IC, 1930, n° XXVII

29 Alín, op. cit. p. 198

30 Nunes, op. cit.

31 Alín, op. cit. p. 198

32 "Lávanse las casadas/ con agua de limones/lávome yo cuitada/ con penas y dolores". Cancionero de Upsala, op. cit ; p. 44

33 Plus rare, sauf dans les chansonniers galaico-portugais, le bain de mer.

34 Cancionero Musical, op. cit. n° 86. Le jour de la Saint-Jean, mer ou rivière, qu'importe : "Qué sabandija se queda/ la vispera de san Juan/ sin ir al rio si hay rio/ y sin ir al mar, si hay mar ?", Alin, . op. cit. p. 173

35 "Yo me levantara, madre/ la mañana de San Juan/vide estar una doncella/ riberica de la mar..etc". romance recueilli par R. Menéndez Pidal : Flor Nueva de Romances Viejos, Madrid, Espasa-Calpe, col. Austral, n° 100

36 On en trouvera de nombreux exemples dans M. Alvar : Cantos de boda judeo-españoles, Madrid, Instituto Arias Montano del CS de IC, (Estudios Hebraicos), 1981

37 Cancionero Musical, op. cit. n° 149

38 Alín, op. cit ; p. 207

39 Cancionero de Upsala, cité par Alin, ibid. p. 208

40 ibid. p. 198

41 Cancionero Musical, ibid. p. 199

42 de Pero Meogo, Nunes, op. cit. n° CCCXIX

43 S. M. Stem : "Les vers finaux en espagnol dans les muwassahs hispano-hébraïques", exemple cité par E. Asensio, op. cit. p. 56-57

44 "Cervatica no me la vuelvas/(…) no enturbies el agua fría" cf. Romeu: Cancionero Musical, op. cit. p. 112, note 82

45 Tous ces poèmes sont de Pero Meogo, respectivement les n° s 790, 792, 794, 796 du Cancioneiro da Vaticana, publié par Nunes.

46 ibid. On trouve même un exemple où le cerf, blessé va mourir au bord de la mer.

47 op. cit.

48 Mila, cité par J. Romeu, cf. supra note(43). En Argentine, c'est le pigeon, dans cette copla moderne : "Yo soy paloma del cerro/ que voy bajando a la aguada/ con las alitas la enturbio/ por no tornar agua clara", E. Tomer, op. cit. n° 40, p. 92

49 L'eau et les rêves, Corti ed. p. 66

50 M. Mansuy : Gaston Bachelard et les éléments, Corti éd., 1967, p. 192

51 W. Lederer : Gynophobia ou la peur des femmes, Payot, 1970, p. 219

52 M. Eliade : Initiation, rites, sociétés secrètes, Gallimard, 1976, p. 18

53 op. cit. p. 49

54 Gennep. Van : Naître, vivre et mourir. ed. J. Hainard et R. Kaehz, Neûchatel, 1981, p. 188-189

55 M. Eliade : Images et symboles, Gallimard, NRF, 1952, p. l99

56 Lope de Stuñiga, poète castillan du xvè siècle.

57 cf. Jeanne Battesti Pelegrin : Lope de Stuñiga. Recherches sur la poésie espagnole au xvème siècle, Aix-en-Provence, 1982, tome IV, p. 947

58 On en trouvera des références dans le Cancionero castellano del siglo xv, publié par R. Foulché-Delbosc, Nueva Biblioteca de Autores españoles, Madrid, 2 tomes, 1912-1915

59 Cantos populares, op. cit. n° 3599, 3943

60 Cancionero castellano de Foulché-Delbosc, op. cit. n° 882, p. 488, n° 883, p. 489, 464, p. 239

61 Cantos populares, op. cit. n° 3805

62 de Quirôs, Cancionero castellano, op. cit. p. 285

63 Cantos populares, op. cit. n° 5285

64 de Guevara, Cancionero Castellano, op. cit. n° 894, p. 497

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

Université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540