Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

La lumière naturelle dans l’habitation médiévale

Monique Zannettacci Stephanopoli

Texte intégral

1Le soleil est ici considéré non pas comme un corps céleste en tant que tel, en tant qu’objet d’études astronomiques, mais comme la source de lumière des activités humaines.

2L’éclairage artificiel en effet est assez dézficient au Moyen Age, et représente de plus un investissement supplémentaire. Il se révèle ainsi peu nécessaire à la plupart des travaux (même il l’on ne tient pas compte des travaux des champs), non assujettis à des horaires, c’est-à-dire aux problèmes modernes de rentabilité. Pour toute circonstance, la lumière naturelle reste la meilleure solution d’éclairage.

3L’éclairement des habitations [par leur orientation, le nombre des portes et fenêtres) est un moyen de juger de l’importance accordée au rôle du soleil dans la demeure.

4L’archéologie permet de saisir certains aspects de ces aménagements. Etant donné l’état de conservation de la plupart des sites, on peut rationner plus souvent sur le plan que sur l’élévation ; pour le village médiéval, le plan est cependant assez parlant. Les constructions s’établissent généralement sur les terrains peu propices à la culture, ou dans des lieux escarpés : les contraintes y sont fortes et déterminent une utilisation particulière de l’espace, qui ne permet pas toujours d’intégrer une orientation favorable, ni des ouvertures suffisantes.

5Ainsi le site de Dracy, village bourguignon déserté au xiv siècle (fouillé par Jean-Marie PESEZ, E. H. E. S. S.), s’adosse à une falaise qui clôt le site à l’Ouest, et qui sert de mur de fond aux maisons de la rangée haute. Le site descendant en terrasse parmi les éboulis de rochers, les maisons des rangées moyenne et basse ont également un mur Ouest occulté par les parois de terre des terrasses. D’autre part, les maisons étant mitoyennes ou séparées par des venelles très étroites (ne pouvant servir qu’à l’évacuation des eaux de toitures), les musr Nord et Sud sont aveugles comme les murs Ouest. Le jour ne vient donc que par la porte de façade. Les maisons donnant sur les cours sont enserrées de telle, manière qu’elles aussi n’ont de jour, que par leur façade, trop étroite pour avoir comporté une fenêtre en plus, de la porte. Le mode de fermeture des maisons n’est pas connu, le bois ayant disparu ; mais vu l’aménagement des seuils et la présence de clefs et de serrures, on peut penser que la porte était pleine. L’éclairement est donc réduit au minimum pour la plupart des maisons, et ce d’autant plus que leur plan comporte deux pièces en enfilade : la pièce du fond, qui probablement servait de réserve, est encore plus obscure que la première.

6Il existe cependant des bâtiments mieux éclairés : ce sont ceux situés aux confins du village, et qui ont donc des parois dégagées qui peuvent comporter des fenêtres. Celles-ci sont fortement ébrasées, ne ménageant sur la paroi extérieure qu’un jour très réduit. Deux de ces fenêtres ont été retrouvées dans des portes murées : c’est une réduction de l’ouverture initiale des bâtiments, constatée aussi par Gabrielle DEMILANS D’ARCHIMBAUD à Rougiers.

7Pour Vracy donc, les habitants sont dans la pénombre : il n’y a de jour direct que dans la pièce avant, et le matin seulement - il ne faut pas oublier la disposition du site, avec sa falaise à l’Ouest, qui fait que le village, dès après midi, est plongé dans l’ombre.

8La nécessités de la construction : des murs épais, de pierres calcaires liées seulement d’argile, supportant une toiture de dalles calcaires très lourde, n’ont pas permis la multiplication des ouvertures qui sont des points de faiblesse. Aucun système de fermeture n’ayant été repéré, il est possible aussi que l’on ait cherché plus à se protéger du froid qu’à éclairer et aérer.

9Cette pauvreté de l’éclairement naturel – et le fait qu’il soit pratiquement le seul utilisé – est confirmée par la fouille des sols. La fouille procure des enseignements précieux il les objets ont été abandonnés en place : c’est le cas par exemple à Dracy des maisons incendiées. On peut déterminer ainsi des zones d’activités correspondant au cône de lumière de la porte, et des zones de réserve dans la pièce obscure de l’arrière.

10En ville, les contraints du plan général sont encore plus fortes. La plupart des villes ont un plan concentrique (rares sont la plans en damier des villes nouvelles), et les rues sont étroites. Il n’y a donc pas d’exposition privilégiée au soleil. Et jusqu’à la fin du Moyen Age, les maisons présentent leur plus petit côté sur la rue, celui du mur pignon : les pièces là encore sont en enfilade, mais, peuvent prendre jour aussi sur une cour arrière, les fenêtres sont étroites, pour défendre l’intimité. Au contraire, certaines activités doivent le faire au plein jour : l’artisanat, le commerce, qui sont soumis à la surveillance des "gardes jurés" des métiers, et le pratiquent dans la rue, ou presque. Les boutiques en effet s’ouvrent complètement sur le dehors avec leur système de volets, et les marchés sont à l’air libre, ou sous des halles ouvertes. Le "livre des Métiers" d’Etienne Boileau, 1256 (éd. G. B. Depping, Parti 1837) justifie ainsi l’interdiction du travail de nuit à la lumière artificielle :

  • XII : "... Nui potiers d’estain ne puet ouvrer de nui... quar la clartez de la nuit n’est mie il souffisans que il peussent faire bone oeuvre et loial de leur mestier".

  • XIII : "... Nus cordier ne puet ouvrer de nuit pour les fausses euvres que on i puet faire."

  • XVI : "... Nui fevre coutelier ne puet ne ne doit ouvrer... par nuit, en choie qui apartiegne à son mestier de coutelerie ; quar la clartez de la nuit ne soufist au mestier devant dit. "

  • XVIII ! "... Nus serreuriers ne puet ouvrer fors à la veue del jour de chose qui apartiegne au meitier de serreurie, quar la veue de la nuit n’est pas souffisant à faire il soutll oevre come il apartient au mestier de serreurie. "

  • XIX : Des boitiers, faiseeurs de sereures à boite "... Quiconques est du mestier desus dit, il ne puet ne ne doit ouvrer de nuiz, quar la clarté de la nuit n’est mie soufisant à faire le mestier desus dit. "

  • XX : Des boitiers d’archal "... Nus maistres, nus vallès, ne nuz aprentiz du meitier desus dit ne pueent ouvrer de nuiz ou mestier desus dit... pour ce que leurs mestier... est trop penibles, et doivent venir à lueure de haut jour. "

  • XXXIII : "... Nus baterres d’or ne d’argent ne puet ouvrer... de nuiz ; quar les clartés de la nuit n’est pas souffisant à faire leur mestier devant dit, bon et total. »

  • XXXIV : Des laceurs de fil et de soie «... Nui ne puet ne ne doit ouvrer par nuit ou mestier devant dit, pour les fausses oeuvres que en i fait, et pour ce que la clartez de la chandoile ne souffist mie à leur mestier. "

  • XL : Ouvriers draps de soye «... Ne pourront ouvrer que de la guete cornant au. matin jusques à la nuit ianz candele tant seulement, pour la decevance qui en peut estre faite. "

  • XLIV  : Tesseirandes et queuvrechiers de soie «... que l’en ne puisse ouvrer de nuiz, pour ce que l’en ne puet mie fere il bone euvre de nuiz que de joun. "

  • LI : Des tapissiers de tapiz sarrasinois "... Nus ne puet ne ne doit ouvrer de nuiz ; car la lumiere de la nuit n’est pas souffisans à ouvrer de leur mestier. "

  • LXV -. Des ymagiers-tailleurs "... Nus ne puet ne ne doit ouvrer... de nuiz ; car la clartez de la nuit ne souffist pas à ouvrer de leur mestier, car leur mestier est de taille. "

  • LXV : Des gaagniers de fouriaux «... Nus du mestier desus dit ne puet ne ne doit ouvrer par nuit, à clarté de feu ne de lumiere, au mestier desus dit, quar l’uevre qui eit fete par nuit n’est ne bone ne leal. "

  • LXXII : "... Nui boutonier ne puet ouvrer de nuiz, quar la clartez de la nuit n’est mie souffisans à ouvrer de leur mestier. "

  • LXXIV : "... Nus potier ne puet ouvrer de nuiz seur roe,... quar la clartez de la nuit ne souffist pas à ouvrer seur roe."

  • LXXXIII : "... Nui baudroier ne puet ne ne doit ouvrer de nuit, car la clartez de la nuit ne souffist pas à ouvrer de leur mestier. "

  • XCVI : "... Nus forbeur ne puet ne ne doit ouvrer de nuiz de nulle chose apartenant à leur mestier ; quar la clarté de la nuit ne souffist pas à leur mestier. "

11C’est ainsi dix-sept titres de métiers qui interdisent aux artisans le travail de nuit pour cause d’insuffisance de l’éclairage artificiel, contre trois causes mentionnant le danger ou les nuisances – le tout sur cent titres de métiers.

12Quant à la fermeture des fenêtres par le verre, solution qui permet à la foi une grande ouverture et une bonne isolation, elle est peu employée au Moyen Age dans les habitations ; au xv° siècle encore, elle est le signe d’un haut niveau social. Même dans les demeures princières, le verre est réservé aux pièces résidentielles et à la chapelle. Les autres pièces sont fermées de "toiles verrines" (étoffes légères tendues sur châssis de bois) : ainsi en 1417, en l’hôtel "Le Walle" des ducs de Bourgogne à Gand : "A Jehan Matheeux, pour avoir livré les voirieres de thoille qui sont es fenestres de la cuisine dudit hostel, tant pour dix aulnes de taille, les tachettes de fer, le bois et autres estoffes y emploiez comme pour la façon d’icelles voirieres, quarante six solz. " (éd. Michel Mollat, Paris 1964). D’autres systèmes équivalents sont en usage : "Item, aiez vos fenestres closes bien justement de toille cirée ou autre, ou de parchemin ou autre chose si justement que nulle mouche y puisse entrer. " ("Le Ménagier de Paris", éd. Soc. des Bibliophiles François, Paris 1846).

13Le verre est cher :

1319 Paris, 2 sous 6 deniers le pied carré ;

1324 2 sous le pied carré de verre blanc, 3 sous le pied carré de verre de couleur ;

1410 Gand, 6 sous le pied carré ;

1417 Bruges, 5 sous le pied carré ;

1417 Gand, 5 sous le pied carré ;

1418 Gand, 6 sous le pied carré ;

14mais surtout il faut réparer souvent les verrières : le verre est épais et lourd, en petits losanges assemblés au plomb, sur place, par le verrier. C’est ainsi qu’en 1381, un verrier d’Arras passe quarante-sept journées à refaire au château d’Aisey, appartenant aux ducs de Bourgogne : une grande verrière et quatre petites dans la chapelle, cinq fenêtres dans la grande salle (salaire : 9 francs, 9 gros, 10 deniers) (éd. Bernard Prost, Paris 1902).

15Pour le mode d’utilisation des panneaux de verre, les miniatures et peintures de manuscrits sont pratiquement le seul recours. On peut distinguer ainsi plusieurs types de fenêtres employant le verre [parfois mêlés dans une même peinture, ou un même manuscrit) :

161 - le mode de fermeture le plus fréquent est le panneau fixe de vitrage à croisillons de plomb. Le panneau peut être d’un seul tenant, ou renforcé par des montants, en bols ou en métal, et des barres transversales en métal. Curieusement, dans les manuscrits que j’ai vus, les dessins de vitrages cassés se concentrent sur ce seul type de fenêtres.

B. N. ms. fr. 75, f° 308. "Anchiennes Cronicques d’Engleterre, de Jehan de Wavrin" (ms. fr. 74 à 85), xv° siècle. Cour royale. Verrière le dais, le mur est entièrem de ces fenêtres est masqué par des tentures. En haut des murs de façaade, panneaux de verre fixe, très larges, avec du verre brisé.

B. N. ms. fr. 75, f° 308. "Anchiennes Cronicques d’Engleterre, de Jehan de Wavrin" (ms. fr. 74 à 85), xv° siècle. Cour royale. Verrière le dais, le mur est entièrem de ces fenêtres est masqué par des tentures. En haut des murs de façaade, panneaux de verre fixe, très larges, avec du verre brisé.

172 - Les mêmes fenêtres peuvent être munies d’un volet intérieur en bois.

B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 73. "Saint Augustin, la Cité de Dieu, trad. De Raoul de Presles", début xv° siècle. Scène de banquet. Fenêtre à panneau de verre fixe, et un volet intérieur.

B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 73. "Saint Augustin, la Cité de Dieu, trad. De Raoul de Presles", début xv° siècle. Scène de banquet. Fenêtre à panneau de verre fixe, et un volet intérieur.

18Une autre, grande catégorie est constitué par les fenêtres à meneaux, de différents modes de fermeture. L’important n’y est pas la séparation verticale, mais la traverse qui sépare la baie en deux étages, un supérieur et un inférieur. La partie supérieure de la fenêtre varie peu : elle est garnie de deux panneaux fixes de vitrage plombé, avec ou sans volet intérieur, ou bien elle est laissée vide, avec un volet intérieur. C’est la partie inférieure qui introduit la variété :

193 - Elle peut être fermée également par deux panneaux vitrés fixes, avec ou sans volets :

B. Mun. Mâcon, ms. 1, f° 73. Scène de banquet, fenêtre à meneaux garnie de vitrage fixe, en haut et en bas.

B. Mun. Mâcon, ms. 1, f° 73. Scène de banquet, fenêtre à meneaux garnie de vitrage fixe, en haut et en bas.

B. Ars. ms. 5072, f°267 v°. "Regnault de Montauban, en prose", milieu du xv° siècle. Salle royale. Fenêtre à meneaux garnie en haut et en bas de vitrage fixe et de volets intêréeurs.

B. Ars. ms. 5072, f°267 v°. "Regnault de Montauban, en prose", milieu du xv° siècle. Salle royale. Fenêtre à meneaux garnie en haut et en bas de vitrage fixe et de volets intêréeurs.

204 - Parfois, cette partie inférieure est laissée vide, avec ou sans volets intérieurs encore :

B. N. ms. fr. 77, f° 259 v°. Scène de cour. Fenêtre à meneaux garnie en haut de vitrage fixe, et vide en bas.

B. N. ms. fr. 77, f° 259 v°. Scène de cour. Fenêtre à meneaux garnie en haut de vitrage fixe, et vide en bas.

B. Ars. 5072, f° 4. Cour de Philippe le Bon. Fenêtre a meneaux. La partie supérieure, arrondie, est garnie de vitrage fixe, le bas est vide. Volets intérieurs en bas seulement. Deux bancs de pierre ménagés dam l’embrasure.

B. Ars. 5072, f° 4. Cour de Philippe le Bon. Fenêtre a meneaux. La partie supérieure, arrondie, est garnie de vitrage fixe, le bas est vide. Volets intérieurs en bas seulement. Deux bancs de pierre ménagés dam l’embrasure.

215 - Quand la partie inférieure d’une fenêtre à meneaux est vide, il arrive qu’un grillage en garnisse le bas ; ce grillage pourrait servir le garde-fou, mais la plupart des fenêtres ne sont grillagées que d’un seul côté, soit à droite, soit à gauche. C’est un particulier ainsi que sont représentées les fenêtres des châteaux, vues de l’extérieur :

B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 33. Temple romain. Fenêtre à meneaux : haut à panneaux de venne fixe, et bas vide avec un grillage. Volets intérieurs en haut et en bas.

B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 33. Temple romain. Fenêtre à meneaux : haut à panneaux de venne fixe, et bas vide avec un grillage. Volets intérieurs en haut et en bas.

B. N. ms. fr. 77, f° 253 v°. Aux fenêtres des tours (vues de l’extérieur) un grillage dans le bas (blanc sur fond noir).

B. N. ms. fr. 77, f° 253 v°. Aux fenêtres des tours (vues de l’extérieur) un grillage dans le bas (blanc sur fond noir).

226 - Le type le plus élaboré de fermeture est celui des panneaux vitrés mobiles - toujours dans la partie inférieure de la fenêtre, la partie haute étant fermée par un panneau vitré fixe. A ce genre de fenêtres sont associées de fortes grilles de protection, que l’on ne retrouve pas ailleurs. Si des volets masquent le haut, l’ajustement par charnière directement dans la maçonnerie (sans châssis dormant) des panneaux mobiles ne permet pas la présence de volets intérieurs pour le bas.

B. Mazarine ms. 469, f° 7. "Livre de prières", vers 1430. Saint Lac dans une pièce. Fenêtre : panneaux de verre sur cadre de bois, ouvrant sur une forte grille en fer, pour le bas ; pour le haut, panneaux de verre fixes et volets intérieurs.

B. Mazarine ms. 469, f° 7. "Livre de prières", vers 1430. Saint Lac dans une pièce. Fenêtre : panneaux de verre sur cadre de bois, ouvrant sur une forte grille en fer, pour le bas ; pour le haut, panneaux de verre fixes et volets intérieurs.

23Bien évidemment ces exemples iconographiques n’ont qu’une valeur documentaire relative, assujettie d’une part à la technique et à l’invention du dessin, et d’autre part au milieu social très restreint qui en était le modèle et le public. Mais ils renseignent de manière satisfaisante sur les solutions adoptées à la fin du Moyen Age pour les fenêtres vitrées.

24On peut ainsi établir des recoupements avec certains passages des textes littéraires, comme dans le "Perceval" de Chrétien de Troyes :

v. 7730 "El palais ot fenestres closes
Bien quatre cens, et cent overtes"
[éd. William Poach, Paris 1959),

25où l’on peut reconnaître les panneaux de verre fixe, et les panneaux mobiles.

26Il ne faut cependant pas se faire d’illusions sur le verre employé et sur sa transparence : du fait de son épaisseur irrégulière et de son assemblage en nombreux petits losanges juxtaposés, on ne pouvait pas réellement voir au-dehors l’ensemble du paysage.

27Il fallait probablement s’approcher d’un losange et negarder à travers lui seul, comme cela semble être le cas dans le "Perceval" :

v. 7720 "Al chief desus erent verrieres
Si cleres, qui gande i persist,
Que parmi le voirre veist
Toz ciaus qui el palais entrassent
Tantost com le ponte passassent. "
(éd. W. Roach, Paris 1959).

28L’illustration en est donnée par une miniature du "Regnault de Montauban" (xv° siècle, B. Ars. ms. 5072, f° 267 v°) : on y voit deux fenêtres dans une même salle, l’une étant fermée d’un simple grillage, l’autre de panneaux de verre fixes. On voit le paysage pan la première - c’est un paysage marin avec une ligne d’horizon bien nette –, par contre la deuxième fenêtre reste blanche. Le verre est translucide, non transparent.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre B. N. ms. fr. 75, f° 308. "Anchiennes Cronicques d’Engleterre, de Jehan de Wavrin" (ms. fr. 74 à 85), xv° siècle. Cour royale. Verrière le dais, le mur est entièrem de ces fenêtres est masqué par des tentures. En haut des murs de façaade, panneaux de verre fixe, très larges, avec du verre brisé.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 73. "Saint Augustin, la Cité de Dieu, trad. De Raoul de Presles", début xv° siècle. Scène de banquet. Fenêtre à panneau de verre fixe, et un volet intérieur.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre B. Mun. Mâcon, ms. 1, f° 73. Scène de banquet, fenêtre à meneaux garnie de vitrage fixe, en haut et en bas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre B. Ars. ms. 5072, f°267 v°. "Regnault de Montauban, en prose", milieu du xv° siècle. Salle royale. Fenêtre à meneaux garnie en haut et en bas de vitrage fixe et de volets intêréeurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre B. N. ms. fr. 77, f° 259 v°. Scène de cour. Fenêtre à meneaux garnie en haut de vitrage fixe, et vide en bas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre B. Ars. 5072, f° 4. Cour de Philippe le Bon. Fenêtre a meneaux. La partie supérieure, arrondie, est garnie de vitrage fixe, le bas est vide. Volets intérieurs en bas seulement. Deux bancs de pierre ménagés dam l’embrasure.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre B. Hun. Mâcon, ms. 1, f° 33. Temple romain. Fenêtre à meneaux : haut à panneaux de venne fixe, et bas vide avec un grillage. Volets intérieurs en haut et en bas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre B. N. ms. fr. 77, f° 253 v°. Aux fenêtres des tours (vues de l’extérieur) un grillage dans le bas (blanc sur fond noir).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre B. Mazarine ms. 469, f° 7. "Livre de prières", vers 1430. Saint Lac dans une pièce. Fenêtre : panneaux de verre sur cadre de bois, ouvrant sur une forte grille en fer, pour le bas ; pour le haut, panneaux de verre fixes et volets intérieurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2921/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540