Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Remarques sur l’astrologie et la divination dans les chansons de geste

Jean-Claude Vallecalxe

Texte intégral

  • 1 Cf. L. Thorndike : History of magie and experimental science. New-York, 1923- t. II. pass. en part (...)
  • 2 Cf. les nomenclatures relevées par R. L. Vagner chez Isidore de Séville et Jean de Salisbury, in "(...)
  • 3 Les formules sont de Jean Bottéro : Symptômes, signes, écritures en Mésopotamie ancienne. in Divin (...)
  • 4 Cf. H. Braet : Le songe dans la chanson de geste au XII° siècle- Gand, 1975- p- 30.

1Il est plusieurs manières de scruter l’avenir et de découvrir les réalités cachées. Mais en fait, les méthodes divinatoires, qui ont toujours été fort variées, peuvent révéler deux attitudes très différentes face à l’inconnu. Parfois, l’homme lui-même essaie de percer les secrets du monde et ceux du destin par les seules forces de son esprit. C’est, par exemple, la démarche de l’astrologue qui cherche à déchiffrer dans le ciel les signes des événements terrestres- Pratique fort répandue au Moyen-Age1, en même temps que d’autres techniques, -quelquefois plus pittoresques2-qui pouvaient d’ailleurs lui être associées sans difficulté. Toutes ces méthodes de divination déductive3 relèvent d’une attitude commune, complètement différente de celle qui fonde la divination inspirée (3). Dans ce second cas, en effet, l’homme bénéficie d’une révélation spontanée que lui communique une puissance surnaturelle. Les songes et les visions de nos chansons de geste, que l’on croyait généralement envoyés par Dieu4, manifestent nettement cette sollicitude providentielle pour des héros privilégiés.

2Ainsi, d’un côté l’initiative appartient à l’homme, qui cherche, en observant un univers riche de correspondances, à déchiffrer les signes révélateurs des événements qui le préoccupent. De l’autre, il se contente de recevoir passivement, souvent dans son sommeil, un message céleste qui, directement ou sous une forme symbolique, l’avertit d’un fait qu’il n’imaginait guère. Préférer l’un ou l’autre de ces modes inverses de divination n’est pas indifférent : chacun révèle une certaine conception de l’homme, de la connaissance, du monde, et des rapports avec le divin.

  • 5 Il suffit ici de renvoyer à l’ouvrage de H. Braet déjà cité et à M. de Combarieu : L’idéal humain (...)

3Or, dans l’épopée française, le choix des poètes est sans équivoque. Depuis la Chanson de Roland jusqu’aux oeuvres les plus récentes, les songes y ont toujours occupé une place notable. Point n’est besoin d’insister sur la fréquence de ces révélations surnaturelles, envoyées à Charlemagne et à d’autres personnages. Leur importance est reconnue depuis longtemps et leur rôle a fait l’objet de nombreuses études5.

  • 6 Les interprètes de songes font, bien entendu, exception. Mais ils ne sont que de simples auxiliair (...)
  • 7 Cf. Ph. Verelst : L’enchanteur d’épopée. Prolégomènes à une étude sur Maugis. in Romanica Gandensi (...)
  • 8 Par ex. cf. Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle. Bruxelles-Paris, 1960, v. 3534.

4En revanche, ni l’astrologie ni les autres techniques de prédiction ne semblent bénéficier de la moindre faveur. On ne les ignore pas totalement, mais il est très rare de voir les personnages des chansons de geste se livrer aux subtiles opérations d’une quelconque pratique divinatoire6. Cette exclusion est d’autant plus remarquable que l’épopée va progressivement accueillir des spécialistes de l’étrange, les enchanteurs, et leur accorder une place croissante. Or, ceux-ci auront beau être capables des plus remarquables prodiges, ils ne se conduiront pas comme des devins7. Même si un petit nombre d’entre eux, au premier rang desquels figure Auberon, sont pourvus du don d’omniscience8, ils possèdent une appréhension immédiate des événements lointains ou futurs, non une technique permettant de les dévoiler. En fait, la plupart des enchanteurs ne disposent guère de moyens de connaissance supérieurs à ceux de l’humanité ordinaire.

  • 9 Jehan de Lanson, éd. J. V. Hyers. Chapel Hill, 1965-v. 3830 sq. et 3891 sq.
  • 10 Cf. Renaus de Montauban, éd. H. Michelant. Stuttgart, 1862 (réimpr. Amsterdam, 1960). - Maugis d’A (...)

5A aucun moment Basin, par exemple, ne songe, dans Jehan de Lanson, à interroger le ciel ou à "jeter ses sorts" afin d’y découvrir les événements ignorés. Pour connaître la situation de ses amis enfermés dans la tour de Lanson, il lui faut entreprendre un long voyage. Et sur la route, le récit d’un simple pèlerin le renseignera mieux que tous les secrets de sa science9. Quant à haugis, malgré ses extraordinaires capacités, il ne lui arrive jamais d’examiner les étoiles ou les sorts pour y découvrir l’avenir ou les choses cachées10.

6Certes, l’adversaire de Basin, l’enchanteur Malaquin, n’ignore pas "l’art d’astronomie". Mais ce n’est pas pour lui la clef des secrets du destin, c’est seulement un moyen d’ouvrir une porte verrouillée... S’approchant du donjon où se sont retranchés les Français,

  • 11 Jehan de Lanson, éd. cit. v. 2391-2392.

La trueve un posterne des le tans establie.
Li lerres la defferme par l’art d’astronomie.11

7L’astronomie ne désigne rien d’autre, ici, que la nigromance. Mais ce dernier terme même ne doit pas abuser : la magie des enchanteurs épiques est un moyen d’action, non de connaissance.

8Ainsi, dans un genre littéraire aussi ouvert au merveilleux que nos chansons de geste, astrologues et autres "pronostiqueurs" restent étrangement discrets. Ils ne s’identifient pas aux "larrons-enchanteurs", et leurs apparitions sont rares. A peine est-il possible d’en entrevoir un de loin en loin.

  • 12 L’Entrée d’Espagne, éd. A. Thomas. t. I. Paris, 1913. v. 400 sq., en part. 41b.
  • 13 id. t. II. v. 1365 et 13373. - Herbert le Due de Dan-Martin : Folque de Candie, éd. 0. Schultz-Gor (...)
  • 14 P. Bancourt : Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi. Aix-en-Provence, 1982. t. (...)

9Et la scène reste alors généralement bien imprécise. Le devin "jette ses sorts", dit-on sans ajouter de détails" L’expression a un sens très large, on le sait, et peut s’appliquer à n’importe quelle mantique "déductive", depuis l’hydromancie12, jusqu’à l’astrologie13. Certes, rien n’interdit de prendre parfois la formule à la lettre et de supposer qu’il s’agit de cléromancie14. Mais il ne saurait en être ainsi lorsque le mot sort est employé au singulier. Dans Aye d’Avignon, le roi Baudus

  • 15 Aye d’Avignon, éd. F. Guessard- Paris, 1861. v. 3222. La seule expression, peut-être, qui évoque l (...)

"... son sort a geté en. XXII. païs"15

10et Macabrin, dans le Moniage Guillaume II, raconte à son roi Synagon :

  • 16 Le Moniage Guillaume II, éd. W. Cloetta : Les deux rédactions en vers du Moniage Guillaume. t. I. (...)

"Mon sort getai l’autrier a l’ajornee :
Tel cose i vi qui mie ne m’agree"16

11Aucun détail ne nous renseigne alors sur la manière dont procède le devin.

  • 17 id. v. 1896.

12Si les poètes se contentent souvent d’une expression aussi vague, c’est que la description des techniques divinatoires ne les intéresse guère. Seul, celui du Moniage Guillaume II montre quelque curiosité pour l’art des "sages clercs"17 de Synagon :

  • 18 id. v. 2911-2924, 2934-2937, 2940-2942.

La nuis est coie et la lune luist bele,
Getent lor sort parmi une fenestre,
Un riche paile li maistre clers i gete.
Desront li pailes et descire et deserre,
En quatre pars desront et escantele ;
Les trois parties en cäirent a tere,
La quarte part se tient comme arondele,
En air se tient, ne ciet ne ne cancele-
Li clerc le voient, a poi d’ire ne dervent,
Cascuns tenoit sa main a sa maissele,
Pleurent et crĩent et font dure moleste"
Dist Synagons : "Que avés, signor mestre ?
Que dist li sors ? Dites le moi, caele ! "
"Sire, " font il, "grant dolor et grant perte !
(...)
Veés cel paile qui en cel air arreste ?
Par devers France a tornee sa destre :
Ce sencfie que Franchois se revelent
Et qu’il venront a force sour Palerne,
(...)
Et ces trois pars qui ci gisent a terre,
Ce senefie vo honte et vo poverte,
Que ja vers Frans ne porrons tenir terre. "18

  • 19 La Chanson d’Aspremont, éd. L. Brandin, t. II. Paris 1924. v. 7086 sq.
  • 20 Cf. p. Bancourt, op. cit. t. II. p. 610.

13Il est exceptionnel, dans les épopees françaises, qu’un trouvère fasse sentir aussi nettement la relation entre les événements et les signes qu’observe le devin, et prenne soin de jeter une telle lumière sur l’opération et sur son interprétation. Même lorsqu’ils précisent le moyen utilisé, la plupart se contentent de brèves indications : la Chanson d’Aspremont, par exemple, raconte seulement que Balan, nouvellement converti, montre aux chré tiens, dans un miroir, les mouvements de l’armée et de la flotte sarrasines19. Rapide allusion au miroir merveilleux de Virgile l’enchanteur, qui permettait de voir tout ce oui se passe dans le monde, selon une légende fort répandue aux xii° et xiii° siècles20 ? -Peut-être. Mais il n’en est sans doute pas de même dans hainet, où ce sont les astres que Galienne observe dans un miroir,

  • 21 Mainet, éd. G. Paris, in Romania, IV, 1875. p. 333, v. 85-89.

R’ele ert sages des ars et sot bien deviner : devers le ciel se tome por le mirour garder, et voit quan c’on ot fait et sor terre et sor mer : Par le cours des estoiles que vit estinceler veu de Karlot com on l’ot fait mener...21

  • 22 Cf. P. Bancourt, op. cit. t. II. p. 618-619.
  • 23 A. Delatte : La catoptromancie grecque et ses dérivés.
    Liège-Paris, 1932. pass. -L. Thorndike, op.  (...)
  • 24 A. Delatte, op. cit. p. 16.
  • 25 id. p. 34-36. -L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 320.

14L’on peut, peur ce passage, évoquer une source légendaire unique - le miroir de Virgile- "un motif bien connu coupé, dans Avinet comme dans Eneas, de toute référence à son soi-disant inventeur"20, enrichie d’emprunts à divers usages musulmans de l’époque)22. Mais l’on ne saurait oublier que la divination par le miroir est une pratique bien attestée en Occident, au xix° siècle23. Jean de Salisbury nous a même laissé, à ce sujet, le récit d’une expérience personnelle24. Et cette technique pouvait aisément être associée à d’autres mantiques, en particulier à l’astrologie25. A l’époque de notre chanson, le miroir de Galienne avait certainement, en Occident, de nombreux modèles.

15Est-ce pour cela que le poète l’évoque aussi discrètement ? On serait tenté de le penser si les autres textes étaient plus loquaces à propos de la divination déductive. Mais lorsqu’elle apparaît dans nos chansons de geste, ce sont ses résultats, bien plus que ses méthodes, qui semblent intéresser les trouvères.

  • 26 Cf. J. Maître : La consommation d’astrologie dans la France contemporaine, in La Divination, étude (...)

16Or, le lecteur moderne est habitué à considérer la divination essentiellement comme un acte de la vie privée, et les enseignements qu’il peut en attendre regardent surtout l’existence individuelle26. Dans les chansons de geste, il en va un peu différemment- Car même si les devins y sont peu nombreux, leurs révélations concernent aussi souvent, sinon plus, les peuples et les armées que de simples personnages.

17La date de l’oeuvre, sur ce point, n’a guère d’influence, et dans les rares prédictions que nous présentent nos textes, il ne semble pas que l’individualisme aille se développant- Dans une chanson ancienne, comme Gormont et Isembart, c’est son avenir personnel qu’un devin sarrasin a révélé à Isembart, non le sort de l’armée. Et sur le champ de bataille, lorsque sa situation devient désespérée, le Margari évoque par deux fois, douloureusement, l’avertissement qu’il avait reçu :

  • 27 Gormont et Isembart, éd. A. Bayot. Paris, 1914. v. 636-640. cf. v. 426-429.

"e ! jal me dist un Sarrazin,
ultre la mer, qui en sorti,
si jeo veneie en cest pais,
que jeo serraie u mort u pris.
Or sai jeo bien que il veir dist. "27

18Quant à Galienne, un peu plus tard dans le xii° siècle, c’est encore la destinée d’un homme précis, Mainet, qu’elle déchiffre dans l’image stellaire de son miroir. Non seulement elle découvre tout le passé de l’exilé, mais aussi le complot qui se trame contre lui, et qu’elle va faire échouer :

  • 28 Mainet, éd. cit. p. 333, v. 101-105.

Autre merveille encore i prist a acerter,
Com Marsiles ses freres ot fait Turs assambler,
Par quatorze establies plus de trois mil jouster :
Mainet vauront ochire ains qu’il doie ajorner ;
Mais quant le sot Galie nel vaurra pas celer.28

19Les prédictions, ici, concernent bien des individus. Même si un glorieux avenir l’attend, le jeune Charles ne représente encore que lui-même. Isembart est entraîné dans une débacle collective, mais c’est son malheur personnel qui lui avait été annoncé.

20Par contre, il se trouve des oeuvres, même un peu plus récentes, dans lesquelles les prédictions se rapportent aux grands événements d’une histoire collective, et spécialement à la guerre.

21Au début de Foucon de Candie, le héros se dispose à porter secours à Guillaume, assiégé dans Orange par l’armée de Tiébaut. Mais son intention et ses préparatifs vont être décelés par la science d’un astrolo ue païen :

  • 29 Folque de Candie, éd. cit. v. 842-855.

Parla uns dux qui fu de Valepois :
"Cez, seignor, nostre Dex il est voirs ;
gitie ai sorz et vëu par. III. Soirs
qu’a Florivile sunt arrive François
et sunt. c. as verz branz vĩenois.
Novel seignor ont fait d’un de lor oirs :
jovenceax est et par armes toz frois,
Folcon l’apelent Angevin et Tiois,
nies Vivien, qui si destruist noz lois ;
totes noz terres quide metre en defois.
Se il i trueve Navarre ne Basclois,
Tur ne Ermine ne vilain ne cortois,
s’a grant dolor nes met jusqu’a un mois,
donc sui menterres, s’est fausez mes savoirs. "29

22Malgré les apparences, ce n’est pas seulement un destin individuel, celui de Foucon, que le devin découvre ici. Ce qu’il cherche à connaître, par ses observations, c’est la situation et les projets du camp ennemi. Celui-ci, bien entendu, est représenté par son chef. Mais la prédiction n’en a pas moins une valeur collective.

23La divination joue le même rôle dans le Moniage Guillaume II. Macabrin retrouve en effet la trace de Guillaume alors que le héros, retiré à Gellone, vit en ermite, ignoré du monde. Mais le paĩen ne se contente pas d’évoquer la pittoresque retraite du solitaire. Il prédit aussi les malheurs d’un peuple entier :

  • 30 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2864-2870.

"Tel cose i vi qui raie ne m’agree,
Dont cent mil Turc avront l’aine sevree,
S’en perderons toute nostre contree.
Tout pour Guillaume ert no terre gastee,
Et recevrons pour lui tele soldee :
Tout en morrons au trencant de l’espee,
Jou en avrai l’ame del cors sevree. "30

24Tout autant que l’avenir d’un homme, la divination peut donc s’attacher à révéler, dans les chansons de geste, un destin collectif.

  • 31 id. v. 2891, 2896, 2919.
  • 32 Cf. Folque de Candie, éd. cit. v. 842, 1120. - La Chanson d’Aspremont, éd. cit. v. 6470-6471.

25Mais son rôle, alors, se transforme : elle acquiert une dimension politique. En mettant sa science au service de son seigneur, le devin, qu’il soit clerc31 ou chevalier32, intervient comme un conseiller officiel. On le consulte avant de prendre une décision importante, et son avis, fondé sur la connaissance des événements cachés, ne saurait être négligé sans risque.

26Synagon, aveugle ou trop obstiné, en fera la cruelle expérience. Pour vérifier les sombres prédictions de Macabrin, il consulte ses propres devins :

  • 33 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2890-2891 et 2899.

Synagons a sa maisnie mandee,
Les sages clers de cele loi dampnee.
(...)
Lor sort geterent sans nule demoree...33

27Mais il aura le tort de ne pas admettre le résultat de leurs observations concordantes.

  • 34 La Chanson d’Aspremont, éd. A. de Mandach. Genève, 1975. p. 92, v. 962-970. Cf. Aye d’Avignon, éd. (...)

28De la même façon, le roi Agolant a recours à la divination, avant de se lancer à l’attaque de l’Occident, dans la Chanson d’Aspremont34. Et parmi les conseillers qui l’entourent

  • 35 id. p. 66, v. 151 sq. Les mêmes vers sont repris presque textuellement plus loin dans le récit : é (...)

(...) parla li saje Maudechin
Sajes hom fu et merveillos devin :
Meudre baron n’en furent de son lin.35

  • 36 Folque de Candie, éd. cit. v. 856 sq. - La Chevalerie Ogier de Danemarche. éd. M. Eusebi. Milano-V (...)

29Ainsi, que le devin soit un véritable professionnel ou simplement un baron versé dans les sciences occultes, son avis peut être d’un grand poids dans une décision politique. Il suffira par exemple que Rodant annonce l’approche d’une armée chrétienne pour que le roi sarrasin et son conseil tentent de négocier avec Guillaume qu’ils assiègent dans Orange. Et dans La Chevalerie Ogier, les païens d’Espagne, apprenant par les sorts que Corsuble combat en Italie, lui envoient des renforts sans plus attendre36. Comment pourrait-on négliger, en effet, les avis et les recommandations d’hommes qui dévoilent les secrets du présent et de l’avenir ?

30Et pourtant, toute cette science, toutes ces précautions se révéleront finalement vaines. Non pas fausses, mais inutiles. Car ces astrologues et ces "pronostiqueurs" sont à peu près tous - on l’a deviné-des Sarrasins.

31Singulier monopole, mais combien significatif ! Pour les auteurs de nos chansons de geste, divination déductive et divination inspirée n’appartiennent pas aux mêmes peuples, et ne sont pas d’égale dignité. Leur répartition en témoigne : l’une est le fait des paĩens, l’autre le privilège des chrétiens. Et ce n’est sans doute pas l’effet du hasard...

  • 37 H. Braet, op. cit. p. 74.

32L’on comprend aisément que les Sarrasins ne puissent bénéficier des révélations divines. Depuis le Roland d’Oxford jusqu’aux poèmes les plus tardifs, on le sait, seuls ou presque les héros chrétiens reçoivent cette marque de bienveillance. Et il ne saurait en être autrement. Pourquoi, en effet, Dieu favoriserait-il ses ennemis ? "La grâce divine du songe échoit aux élus, elle est refusée à leurs adversaires" remarque H. Braet, qui souligne l’extrême rareté, dans nos épopées, des songes des païens37.

33Mais si l’on s’explique bien pourquoi ils ne connaissent pas la divination inspirée, il paraît plus surprenant qu’ils soient pratiquement seuls à posséder les secrets de la divination déductive.

  • 38 Cf. P. Bancourt, op. cit. t. II. p. 620.
  • 39 id. t. I. p. 472, t. II p. 612; et R. L. Wagner, op. cit. p. 64.

34Naturellement, la tentation est vive de voir dans cette relation exclusive que l’épopée établit entre les paĩens et les techniques divinatoires, un reflet de l’image que l’Occident se fait des Arabes aux xii° et xiii° siècles. Ne sont-ils pas, en matière d’astrologie ou de divination, des maîtres que l’on admire et dont on traduit les ouvrages ? Galienne ne rappelle-t-elle pas ces magiciennes ou devineresses si nombreuses en terre d’Islam38 ? A défaut d’exactitude, les trouvères ne recherchent-ils pas un certain pittoresque oriental39 ?

  • 40 Cf. L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 68, 69, 73, 119 etc. P. Duhem : Le système du monde. Histoire (...)
  • 41 L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 174. -Ph. Verelst, art. cit. p. 152 sq.

35Sans doute, et il n’est pas indifférent que Galienne soit la fille du roi de Tolède, ville d’où rayonne la science arabe, d’où proviennent au xii° siècle nombre de traductions d’oeuvres mathématiques, astronomiques ou astrologiques40, et qui sera souvent présentée comme le centre où s’enseignent les arts magiques41.

  • 42 L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 672 sq. Of. E. Svenberg : Glanures romanes dans les Lunaria latins(...)
  • 43 Of. L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 697.

36Mais ceux-ci, au Moyen-Age, intéressent aussi l’Occident qui les pratique assidûment. D’une part, des traditions antiques se perpétuent, en particulier en matière d’astrologie42. D’autre part, dès le et le xi° siècle, des ouvrages sur le même sujet commencent à être traduits de l’arabe et à se répandre43. L’abondance et la diffusion de ces traductions, au xii° siècle, répondront aux souhaits d’un public depuis longtemps préparé et attentif.

  • 44 Jehan de Lanson, éd. cit. v. 1976-1977. Maugis d’Aigremont, éd. cit. v. 2537 sq.

37C’est pourquoi les différentes mantiques, et en particulier les spéculations des astrologues sont sans doute moins insolites qu’on ne l’a dit parfois, pour les auteurs et les auditeurs des chansons de geste. Et peut-être ne faut-il pas en exagérer la valeur pittoresque ou l’exotisme. Ce pittoresque oriental, on l’a vu, est d’une rare sobriété, quand il s’agit de divination. D’ailleurs, si la couleur locale, seule, importait ici, pourquoi des enchanteurs comme Basin ou Maugis, qui précisément ont étudié à Tolède44, s’abstiendraient-ils de consulter les astres et les sorts ? La volonté de dépaysement ne peut suffire à expliquer pourquoi les Sarrasins sont seuls ou presque à pratiquer l’astrologie ou les autres techniques divinatoires. Si les chrétiens les ignorent ou s’en détournent, n’y a-t-il pas des raisons plus profondes ?

  • 45 Cf. par ex. Huon de Bordeaux, éd. cit. v. 3370.

38Il est peu probable que ce soit un effet de la réprobation officielle de l’Eglise à l’égard des arts occultes- La nigromance n’en est pas affectée, dans nos textes, pourquoi la divination le serait-elle ? Cela d’ailleurs n’embarrasserait guère les poètes : lorsqu’ils souhaitent éloigner toute suspicion des opérations magiques de leurs enchanteurs, ils se contentent de préciser que ce sont de bons chrétiens et que leur pouvoir est licite45.

39Cependant un scrupule religieux pourrait certainement écarter les chrétiens de pratiques trop étroitement liées à la religion des païens. Car, dans les chansons de geste, et même dans les moins fanatiques, rien ne sépare plus sûrement les Sarrasins de leurs adversaires que la différence des croyances et des rites.

40Mais précisément le risque d’une telle compromission avec les ennemis de Dieu ne semble guère à redouter : à la différence des songes et des visions que reçoivent les héros, la divination déductive présente un caractère scientifique bien plus que religieux.

41Certes, avant d’annoncer ce qu’il a vu dans les astres, le Sarrasin Rodant commence par une véritable profession, de foi :

  • 46 Folque de Candie, éd. cit. v. 843.

"Oez, seignor, nostre Dex il est voirs"46

  • 47 id. v. 855.

42mais jamais les prédictions des paĩens ne sont mises clairement en rapport avec leurs dieux. Elles sont le produit d’une science, et non pas d’une faveur céleste. Leurs devins ne sont pas des dévots mais des savants. Rodant, par exemple, définit son art comme un "savoir",47 et Macabrin est si instruit que

  • 48 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2844.

De tous langages estoit il bien apris.48

  • 49 Détail important à une époque où divination et magie ne vont pas toujours sans démonologie. Cf. à. (...)

43C’est, en fait, sa raison qui permet à l’homme de découvrir la destinée dans les étoiles ou les sorts, et non pas la bienveillance de Mahom ou de Tervagant, non plus que la collaboration des démons49.

44C’est pourquoi il répète ses observations et les confronte, pour en tirer des conclusions assurées. Galienne, par exemple,

  • 50 Mainet, éd. cit. v. 98, p. 333.

A la lune tornant prent tot a remirer,50

45et Rodant a

  • 51 Folque de Candie, éd. cit. v. 1121.

(…) par. III. soirs as estoiles garde.51

  • 52 Cf. H. Braet, op. cit. p. 41-43.
  • 53 Cf. Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2898-2901.

46La répétition, il est vrai, est aussi considérée comme une garantie de l’authenticité d’un songe : elle confirme que le message vient de Dieu, et non pas d’un esprit malin52. Mais ici, la perspective est différente : en recommençant les observations, on cherche à éliminer des erreurs humaines, non à s’assurer de l’origine céleste d’une révélation53.

  • 54 Cf. Aye d’Avignon, éd. cit. v. 3221. - La Chanson des Saxons, éd. F. Michel. Paris, 1832-1348. (ré (...)

47Grâce à ce souci d’exactitude scientifique, les procédas de divination se révelent fréquemment efficaces. Alors que les dieux des paĩens manifestent, en toute occasion, leur impuissance, leurs devins, instruits des lois de l’univers, décèlent la réalité derrière les signes, et se trompent rarement. Les seules prédictions fausses sont peut-être celles qui flattent l’orgueil des Sarrasins, en leur promettant la victoire ou la satisfaction de leurs ambitions54. Mais les devins annoncent souvent, avec plus de lucidité, la glorieuse destinée des chrétiens ou, pour les dévots de Mahom, quelque désastre que l’issue des combats vient inévitablement confirmer. Dans les chansons de geste, la divination n’est pas une fausse science.

48Est-ce pour cela -ou malgré cela- que la prédiction des événements ne permet pas d’en changer le cours ? Certes, tant que la divination porte sur le présent ou le passé, il est possible d’en tenir compte dans l’action. Galienne, instruite des menées de Marsile, permettra à hainet de leur échapper. Hais lorsque le devin annonce un malheur futur, les hommes semblent bien incapables de s’en protéger.

49Rodant ou Macabrin ont beau prévoir les défaites à venir, cette connaissance ne permet pas à leurs amis de les éviter. C’est même précisément parce qu’il apprend que Guillaune est toujours vivant et lui causera de grandes épreuves, que Synagon, dans sa fureur, se lance dans l’aventure qui le conduira à sa perte :

  • 55 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2950-2953.

"Trestous vos sors ne pris une cenele !
Or passerai et les puis et les tertres,
Ja mais mes cors n’avra repos ne cesse,
Jusc’avrai pris par force dant Guillelme.55

  • 56 Folque de Candie, éd. cit. v. 856 sq.
  • 57 Gormont et Isembart, éd. cit. v. 628 sq.

50Plus prudent, Tiébaut essaiera de négocier avec Guillaume qu’il assiège, avant l’arrivée de l’armée de secours, mais en vain.56. Et l’on sait qu’Isembart, oublieux ou incrédule, vient trouver en France la fin qui lui était annoncée57. Lorsque les devins dévoilent l’avenir, celui-ci est-il donc inéluctable ? L’homme est-il vraiment prisonnier d’une destinée inexorable qui pèse sur son existence et en commande tous les instants ?

  • 58 Cf. P. Duhem, vol. cit. p. 171. L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 712; t. II. pass.

51S’il était explicite, un tel fatalisme, diluant toute idée de responsabilité humaine, ne pourrait que rebuter les héros chrétiens de nos chansons de geste, et les écarter des techniques divinatoires. Mais à vrai dire, les trouvères ne se soucient guère d’entrer dans le vieux débat sur le destin et la liberté. Il leur importe peu de préciser, par exemple, si les astres décident des événements ou, simplement, les favorisent, s’ils en sont des causes ou des signes, s’ils règnent sur les contingentia ou seulement sur les naturalia58.

52Mais ils ont une certitude : le Mal ne saurait triompher définitivement, et c’est pourquoi les Sarrasins doivent être vaincus. Quand leur science, si prestigieuse, en témoigne elle-même, peut-on rêver meilleure preuve, et, de leur part, aveu plus clair qu’ils ont tort ? Cela explique que la sinistre prédiction de Macabrin provoque, chez les siens, plus de colère que d’inquiétude :

  • 59 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2872-2873.

"Synagon sire, cis a no loi fausee,
Mais fai le prendre sans nule demoree... "59

53Si la défaite des paĩens est inscrite dans les sorts, c’est que leur cause est mauvaise. Cela ne dispensera pas les défenseurs du Bien des luttes et des épreuves, et ils resteront pleinement responsables de leurs actes. Mais les prédictions des devins, en annonçant l’issue du conflit, en éclairent le sens, et précisent de quel côté se trouve le bon droit.

54Il n’y a rien, dans cette proclamation de la Justice, qui puisse effaroucher les chrétiens. Ils pourraient même y trouver l’annonce réconfortante du triomphe final du Bien et de leur camp.

55Ils s’en désintéressent pourtant. Ils n’éprouvent pas, comme leurs ennemis, ce doute sur l’apparence du présent, cette inquiétude pour l’avenir qui suscitent la recherche divinatoire. Tranquillité justifiée puisque Dieu leur réserve ses révélations par l’intermédiaire des visions et des songes. S’il le juge utile, il se charge lui-même de leur découvrir les événements cachés. Et les trouvères, dans leurs interventions, ont coutume d’insister sur son rôle. Quand un danger ignoré pese sur ses fidèles, c’est à lui qu’il appartient de le dévoiler ou de le détourner : "Se Dex n’en pense... " répètent-ils en évoquant la menace. En définitive, les chrétiens ne s’occupent pas de l’astrologie ni des autres mantiques parce qu’ils n’en éprouvent pas le besoin : la sollicitude divine et la confiance qu’elle leur inspire les dispensent de recourir à ces sortes de techniques.

56Peut-être même s’en détournent-ils radicalement parce que, si efficaces soient-elles, ce ne sont que des techniques.

  • 60 Cf. H. Braet, op. cit. p. 37, 72.

57La divination inspirée apporte en effet à l’élu de Dieu bien plus que des informations : la marque d’un choix providentiel. Non seulement elle atteste qu’il défend une cause juste, mais elle témoigne d’une bienveillance particulière qui le distingue parmi tous les autres chrétiens. Il n’est pas indifférent que Charlemagne et les héros les plus importants noient seuls à recevoir de telles communications surnaturelles : elles leur confèrent prestige et autorité60.

  • 61 Aye d’Avignon, éd. cit. v. 2558.

58Tout autre est la situation de l’astrologue- Son savoir, il le doit à un apprentissage, non à la faveur divine. Le fils d’Aye d’Avignon, le jeune Gui, par exemple, enlevé par le Sarrasin Ganor et élevé à sa cour, reçoit une éducation très complète et connaît en particulier "le cours ces estoiles"61. Même si, en pratique, une tel e science, loin d’être accessible à tous, reste le fait de quelques spécialistes, elle ne fait pas du devin un élu de Dieu, choisi pour guider son peuple ou pour représenter sa cause. Elle n’est pas l’effet d’un rapport personnel entre un vassal exceptionnel et son seigneur céleste, mais seulement le fruit d’un effort de l’homme seul.

59Aussi la divination deductive est-elle le plus souvent inacceptable dans le monde chrétien des chansons de geste : sa présence mettrait en concurrence une technique purement humaine et un mode de relation avec le surnaturel, par les songes et les visions, qui contribue à justifier la primauté de l’empereur Charlemagne et des principaux héros. En banalisant la découverte des choses ignorées, l’action des devins porterait atteinte au privilège accordé par Dieu à ses favoris, et qui fonde leur prééminence. Car si les trouvères réservent les révélations de la divination inspirée au souverain et aux défenseurs du bon droit, il ne pourrait en être de même des techniques de prédiction, oui réclament un apprentissage et qui sont le fait de spécialistes. L’épopée résout donc le problème en les excluant tout simplement du monde chrétien, et en les abandonnant aux Sarrasins qu’elles ne sauraient, malgré leur efficacité, suffire à faire triompher.

  • 62 Il suffit que cette conception se transforme pour que l’astrologie et les autres techniques divina (...)

60Le remarquable isolement des devins, dans les chansons de geste, est bien l’effet d’un choix. Leur science, trop humaine, ne trouve guère sa place dans un monde qui réserve le plus souvent à Dieu l’initiative des révélations extraordinaires. Seuls ou presque, quelques Sarrasins, rares et discrets, s’emploient à déchiffrer l’avenir dans les étoiles et les sorts. A une époque où l’Occident accorde un intérêt croissant aux sciences occultes, un tel choix est significatif : l’homme n’agit pas seul car Dieu intervient, dans l’épopée. Et lorsque les trouvères, oubliant la réalité occidentale contemporaine, attribuent aux seuls paĩens la pratique de la divination, ce n’est pas forcément par goût de l’exotisme ou du pittoresque. Ce peut être aussi par fidélité à une conception traditionnelle, et particulière à l’épopée, de l’homme et de ses rapports avec le surnaturel.62

Notes

1 Cf. L. Thorndike : History of magie and experimental science. New-York, 1923- t. II. pass. en part. p. 973.

2 Cf. les nomenclatures relevées par R. L. Vagner chez Isidore de Séville et Jean de Salisbury, in "Sorcier" et "Magicien". Contribution à l’histoire du vocabulaire de la Magie. Paris, 1939. p. 58-60.

3 Les formules sont de Jean Bottéro : Symptômes, signes, écritures en Mésopotamie ancienne. in Divination et rationalité. Paris, 1974. p. 8-89.

4 Cf. H. Braet : Le songe dans la chanson de geste au XII° siècle- Gand, 1975- p- 30.

5 Il suffit ici de renvoyer à l’ouvrage de H. Braet déjà cité et à M. de Combarieu : L’idéal humain et l’expérience morale chez les héros des chansons de geste. Aix-en-Provence, 1979. t. II. p. 309 sq.

6 Les interprètes de songes font, bien entendu, exception. Mais ils ne sont que de simples auxiliaires de la divination inspirée et ne prennent pas l’initiative de la recherche mantique. cf. h. Braet, op. cit. p. 91 sq.

7 Cf. Ph. Verelst : L’enchanteur d’épopée. Prolégomènes à une étude sur Maugis. in Romanica Gandensia. XVI. 1976. p. 157-159.

8 Par ex. cf. Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle. Bruxelles-Paris, 1960, v. 3534.

9 Jehan de Lanson, éd. J. V. Hyers. Chapel Hill, 1965-v. 3830 sq. et 3891 sq.

10 Cf. Renaus de Montauban, éd. H. Michelant. Stuttgart, 1862 (réimpr. Amsterdam, 1960). - Maugis d’Aigremont, éd. F. Castets. Revue des Langues Romanes, VI, 1892.

11 Jehan de Lanson, éd. cit. v. 2391-2392.

12 L’Entrée d’Espagne, éd. A. Thomas. t. I. Paris, 1913. v. 400 sq., en part. 41b.

13 id. t. II. v. 1365 et 13373. - Herbert le Due de Dan-Martin : Folque de Candie, éd. 0. Schultz-Gora, t. I. Dresde, 1909- v. 1120-1122.

14 P. Bancourt : Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi. Aix-en-Provence, 1982. t. I. p. 404 : le devin "a jeté des objets portant des inscriptions ou des signes et de cet ensemble d’objets en a tiré un dont le signe ou l’inscription détermine la conduite à suivre ou révèle un événement futur". - Sur l’évolution du mot sort, cf. R. L. Wagner, op. cit. p. 133.

15 Aye d’Avignon, éd. F. Guessard- Paris, 1861. v. 3222. La seule expression, peut-être, qui évoque la pratique de la divination déductive par les chrétiens est l’une des plus vagues : "co troben en sort". Girart de Roussillon, éd. W. M. Hackett. Paris 1953. t. II. v. 5756.

16 Le Moniage Guillaume II, éd. W. Cloetta : Les deux rédactions en vers du Moniage Guillaume. t. I. Paris 1906. p. 178. v. 2863-2864.

17 id. v. 1896.

18 id. v. 2911-2924, 2934-2937, 2940-2942.

19 La Chanson d’Aspremont, éd. L. Brandin, t. II. Paris 1924. v. 7086 sq.

20 Cf. p. Bancourt, op. cit. t. II. p. 610.

21 Mainet, éd. G. Paris, in Romania, IV, 1875. p. 333, v. 85-89.

22 Cf. P. Bancourt, op. cit. t. II. p. 618-619.

23 A. Delatte : La catoptromancie grecque et ses dérivés.
Liège-Paris, 1932. pass. -L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 68-365.

24 A. Delatte, op. cit. p. 16.

25 id. p. 34-36. -L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 320.

26 Cf. J. Maître : La consommation d’astrologie dans la France contemporaine, in La Divination, études recueillies par A. Caquot et H. Leibovici. Paris, 1968, t. II. p. 439. - R. Bastide : La connaissance de l’événement, in Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch. Paris, 1968. p. 165-166.

27 Gormont et Isembart, éd. A. Bayot. Paris, 1914. v. 636-640. cf. v. 426-429.

28 Mainet, éd. cit. p. 333, v. 101-105.

29 Folque de Candie, éd. cit. v. 842-855.

30 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2864-2870.

31 id. v. 2891, 2896, 2919.

32 Cf. Folque de Candie, éd. cit. v. 842, 1120. - La Chanson d’Aspremont, éd. cit. v. 6470-6471.

33 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2890-2891 et 2899.

34 La Chanson d’Aspremont, éd. A. de Mandach. Genève, 1975. p. 92, v. 962-970. Cf. Aye d’Avignon, éd. cit. v. 3221. sq.

35 id. p. 66, v. 151 sq. Les mêmes vers sont repris presque textuellement plus loin dans le récit : éd. Brandin, v6470-1

36 Folque de Candie, éd. cit. v. 856 sq. - La Chevalerie Ogier de Danemarche. éd. M. Eusebi. Milano-Varese 1962. v. 2336-2350.

37 H. Braet, op. cit. p. 74.

38 Cf. P. Bancourt, op. cit. t. II. p. 620.

39 id. t. I. p. 472, t. II p. 612; et R. L. Wagner, op. cit. p. 64.

40 Cf. L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 68, 69, 73, 119 etc. P. Duhem : Le système du monde. Histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic. Paris, t. III, 1913 P. 215 sq.

41 L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 174. -Ph. Verelst, art. cit. p. 152 sq.

42 L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 672 sq. Of. E. Svenberg : Glanures romanes dans les Lunaria latins, in Mélanges Michaelsson. Göteborg, 1952. p. 451.

43 Of. L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 697.

44 Jehan de Lanson, éd. cit. v. 1976-1977. Maugis d’Aigremont, éd. cit. v. 2537 sq.

45 Cf. par ex. Huon de Bordeaux, éd. cit. v. 3370.

46 Folque de Candie, éd. cit. v. 843.

47 id. v. 855.

48 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2844.

49 Détail important à une époque où divination et magie ne vont pas toujours sans démonologie. Cf. à. Delatte, op. cit. pass.; L. Thorndike, op. cit. t. II. p. 359, 407.

50 Mainet, éd. cit. v. 98, p. 333.

51 Folque de Candie, éd. cit. v. 1121.

52 Cf. H. Braet, op. cit. p. 41-43.

53 Cf. Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2898-2901.

54 Cf. Aye d’Avignon, éd. cit. v. 3221. - La Chanson des Saxons, éd. F. Michel. Paris, 1832-1348. (réimpr. Genève, 1969). t. I. p. 92. Laisse LVI.

55 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2950-2953.

56 Folque de Candie, éd. cit. v. 856 sq.

57 Gormont et Isembart, éd. cit. v. 628 sq.

58 Cf. P. Duhem, vol. cit. p. 171. L. Thorndike, op. cit. t. I. p. 712; t. II. pass.

59 Le Moniage Guillaume II, éd. cit. v. 2872-2873.

60 Cf. H. Braet, op. cit. p. 37, 72.

61 Aye d’Avignon, éd. cit. v. 2558.

62 Il suffit que cette conception se transforme pour que l’astrologie et les autres techniques divinatoires trouvent dans l’épopée une place nouvelle, L’on verra ailleurs comment certaines chansons de geste franco-italiennes en fournissent, au début du xive siècle, une remarquable illustration.

Auteur

Université de Franche-Comté

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540