Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

La place du soleil dans les chansons de troubadours

Antoine Tavera

Texte intégral

  • 1 Toutes les traductions que je donne dans ce petit essai sont miennes ; je n’ai fait exception que (...)

1L’un des traits les mieux connus, les plus frappants, les plus constants de la lyrique des troubadourset de leurs prompts imitateurs les trouvères, ou les Minnesängers - est l’importance qu’ils ont aussitôt donnée à la strophe vernale ; importance qui ne se démentira point jusqu’aux derniers temps du trobar, quo i que l’on en dénombre un peu moins dans les chansons du xiiie siècle ; alors le poète tendra à débuter plus souvent in medias res, sans ce prélude qui fut, pendant plusieurs générations, une sorte d’impératif : s’il y avait exception à cette règle (qui s’applique même parfois au sirventès - qu’on se réfère aux extraordinaires exordes printaniers-guerriers de Bertran de Born1, ce n’était le plus souvent que pour entendre le troubadour se vanter, au début de sa chanson, de son art à bien composer, lassar, entrebescar mètres et rimes.

2Cette strophe, comme nous le verrons en fin de compte, ils ne l’ont pas inventée : on en trouve quelques exemples dans la poésie medio-latine ; mais ce sont eux qui l’ont systématisée en tant qu’introduction quasi obligatoire à tout épanchement amoureux, et ce dès le premier de tous, Guillaume IX (sur quatre chansons "courtoises" que l’on conserve de lui, une seule fait exception) ; ils en ont donc fait un topos, qu’ils ont du reste, comme on le verra, bien vite su varier à l’extrême selon leur tempérament propre.

3D’ordinaire, au début, il s’agit là d’une simple allusion fort concise au renouveau printanier, au verdoiement des arbres desséchés par l’hiver, au chant des oiseaux qui retentit dans leurs branchages. Je donnerai deux exemples de ces modèles qui lancèrent la mode ; le premier viendra, bien sûr, du Comte de Poitiers :

Ab la dolchor del temps novel
follo li bosc, e li aucel
chanton chascus en lor lati
segon lo vers del novel chan ;
adonc esta ben qu’on s’aisi
d’acho dont hom a plus talan.

4"Voici qu’avec la douceur du renouveau les bosquets se couvrent de feuilles, et les oiseaux chantent chacun dans leur langue, sur le rythme d’un chant nouveau1 ; alors il nous convient d’exprimer ce que nous désirons le plus".

5J’ai choisi le second dans l’oeuvre de Jaufre Rude I ; déjà plus subtil, il fait prévoir toutes les variations sur le "thème donné" qui viendront par la suite :

Quan lo rieus de la fontana
s’esclarzis si cum far sol
e par la flors aiglentina
e- l rossinholetz el ram
volf e refranh ez aplana
son dous chantar et afina
dreitz es qu’ieu lo mieu refranha.

6"Quand l’eau de la source s’éclaircit comme elle fait, que paraît l’églantine, que le rossignolet, dans la ramure, tourne, module, polit son doux chant et l’affine, Il va de soi que je module le mien". Le rossignol -seul oiseau à inventer à mesure son chant toujours divers - sera toujours le modèle même du poète, l’oiseau chéri des amoureux : qu’on songe au touchant Laüstic de Marie de France (l’origine du lai est-elle bien celtique, comme elle nous l’affirme ?) ou au conte égrillard, mais non moins touchant, de Boccace (Décaméron, V, 4)

  • 2 Les deux strophes initiales manquent à C ; les trois autres témoins, N, N2 et V, fournissent cet " (...)

7Cependant le retour des chauds soleils, cause efficiente de ces divers phénomènes, n’est pas évoqué dans ces premiers temps : c’est tout juste si l’on trouve une allusion à l’astre du jour au début - encore n’est-il pas dans tous les manuscrits2- de la chanson V de Guillaume IX, fabli au obscène bien plutôt, et le premier de tous :

Farai un vers pos mi sonelh
e vauc a m’estau al solelh...

  • 3 Cette formule remarquable se trouve dans le titre même de l’excellente étude de Pio Rajna, Gugliel (...)

8"Je vais faire un vers, puisque je m’endors, et que je vais et demeure au solel ": le tour burlesque de cette déclaration annonce bien, chez l’inventeur de l’amour courtois, ce goût de la contre-courtoisie qui caractérise par ailleurs le trovatore bifronte.3

  • 4 A ce propos : si la datation proposée pour l’oeuvre de Rigaut de Barbezieux (fl. 1140-1163) par Ma (...)

9Non : curieusement, le soleil ne sera évoqué pour !a première fois, dans la strophe initiale, que par le détour d’une variante paradoxale, qui connaîtra, comme nous le verrons bientôt, un grand succès dans la suite, et dont l’invention doit être attribuée à Cercamon, pauvre jongleur itinérant dont l’oeuvre dut connaître un assez grand rayonnement, puisque nous conservons de lui une dizaine de pièces, ce qui est déjà beaucoup pour un troubadour aussi ancien, qui aurait été le maître de Marcabru et aurait commencé de chanter, peut-être, avant même la mort de Guillaume IX : vers 1120. A contrario, Cercamon imaginera donc de préluder, dans deux de ses pièces, par une strophe hivernale. Je ne puis me tenir de citer (quoique étrangère à notre thème), la première, qui ouvre l’une des chansons les plus géniales de cette aube du trobar : on y trouve déjà presque tous les grands topoi-paradoxaux aussi- qui feront le succès du grand chant courtois : timidité et silence (on pense à Perceval4 devant l’aimée ; description attentive des maints symptômes du mal d’amour, qu’elle seule pourra guérir ; enfin et surtout, plaisir "masochiste", comme nous dirions, que l’amant prend à être méprisé, tourné en dérision, "tué doucement" (tan suavet m’aucis...) par sa dame. Voici dunc cette strophe (j’ai tenté, dans ma traduction, d’en rendre la déroutante syntaxe, "folle" aussi...) ;

Quant l’aura doussa s’amarzis
e’l fuelha chai de susverjan
e l’auzelh chanjan lor latis
et ieu de chai sospir e chan
d’amor que. m te lassat e pres
que eu anc non l’aic en poder.

10"Quand le bon air se fait amer, et que la feuille choit de la branche, et que les oiseaux changent leur langage, et moi, ici, je soupire et je chante l’amour qui m’enlace et me tient captif, puisque je ne l’eus jamais en mon pouvoir. "

11Cependant venons-en aussitôt à la seconde, où, donc, le rayonnement du soleil est évoqué pour la première fois

Puois nostre temps comens’a brunezir
e li verjan son de la fuelha blos
e del solelh vey tant bayssar los rays...
per joy d’amor nos devem esbaudir.

12"Puisque maintenant le temps commence de s’obscurcir, et que les branches ont perdu leur feuillage, et que je vois tant baisser les rayons du soleil... nous devons être en liesse de joie d’amour. "

13Ce nouveau topos, ce topos renversé (je pèse mes mots, car je pense déjà à la fameuse flors inversa de Raimbaut d’Orange), à la force du poignet, par Cercamon, sera extraordinairement développé, un peu plus tard, par Bernart de Ventadorn, dans deux-aussi-de ses chansons. Et pourtant Bernart est surtout célèbre pour la plus belle, la plus riche, la plus géniale strophe vernale qui soit (je me souviens encore de mon émotion à la lire pour la première fois, émotion que te lassat e pres encore aujourd’hui), réussissant, en huit vers, à associer indissolublement, inoubliablement, le soleil levant (son rayon), l’oiseau, alouette cette fois, qui s’envole verticalement au matin, et puis "s’oublie, de joie, et se laisse retomber pour la douceur même qui lui en vient au coeur" - symbolisant ainsi l’élan amoureux et sa "retombée" en une douce déraison - enfin, la tristesse et l’envie "de qui que je voie jouissant : je m’émerveille de ce que mon coeur n’en fonde aussitôt de désir... "

Can vei la lauzeta mover
de joi sas alas contra. I rai
que s’oblid’ e. s laissa chazer
per la doussor qu’al cor li vai,
ai ! tan grans enveya m’en ve
de cui qu’eu veja jauzion !
meravilhas ai car desse
lo cors de dezirer no. m fon.

14Je dirais volontiers à propos de cette strophe ce qu’a dit je ne sais trop quel critique britannique (Edwin Muir ?) de l’Ode au rossignol ( !) de Keats : "nous ne saurions maintenant imaginer que ces vers n’aient pas été écrits". Désormais la strophe vernale - dont l’origine tient au simple fait, comme l’avait remarqué plus longuement Lucrèce, que c’est là "environ le temps / Que tout aime et que tout pu I Iule dans le monde" - est parfaitement intériorisée ; l’adéquation entre le printemps et l’irrésistible pulsion amoureuse est si heureusement établie, l’équivalence entre le soleil nouveau, l’oiseau, l’amant si intimement nouée, lassada, entrebescada, qu’on comprend bien que dès I ors (c’est le temps des premiers trouvères) il semble inévitable de commencer un chant d’amour par une "strophe vernale".

  • 5 Shakespeare, A Midsummer-Nigth’s Dream, V, 1, v. 12 :
    The poet’s eye, in a fine frenzy rolling,
    Doth (...)
  • 6 "Non ai de sen per un efan" : Les Troubadours et le refus de la cohérence", in Senefiance, 9, 1980 (...)

15Hé bien, cependant, en dépit de ce chef-d’oeuvre, du genre, Bernart a donc, dans la tradition de Cercamon, composé également deux magistrales "strophes hivernales" ; en fait, dans ces deux préludes, le topos s’étend à la seconde strophe, tant il a plu à notre poète, tant il a su en tirer parti, comme dans le cas de Can vei la lauzeta noyer, pour intérioriser la thématique maintenant bien établie : soleil/chaleur/amour, et ce par l’effet - puisqu’on est en hiver - d’une "fine frenzy"5, d’une déraison très consciente, très volontaire sur laquelle j’ai eu déjà l’occasion d’insister devant vous, lors du colloque qui avait pour thème L’Enfant au Moyen Age6.

16Chacun de ces deux exordes est parfaitement, extraordinaire ; cependant j’appelerai surtout votre attention sur celui de la chanson VII, dont, je citerai les vers 1-5 et 9-13, parce que la thématique dont l’étude nous réunit ici y est plus visible et rayonnante :

Ara no vei luzir solelh
tan me son eseurzit li rai
e ges per aisso no m esmai
c’una clardatz me solelha
d’amor qu’ins el cor me raya...

Prat me semblon vert e vernie Ih
aissi com e- I doutz tems de mai
si m te fin’ amors conhd’e gai ;
neus m’es flors blanch’ e vermelha
et iverns calenda maya...

  • * on pourrait traduire m’ébouit ; ce serait inexact ; il faut oser ce "barbarisme".
  • 7 On se rappelera à propos de cette expression le début de la célèbre estampida (d’une cinquantaine (...)

17"Désormais je ne vois plus le soleil luire, tant les rayons m’en sont obscurcis ; et je en m’en afflige point du tout pour autant, car une clarté me soleille*, clarté d’amour qui rayonne en mon coeur... Les prés me semblent verts et vermeils, tout comme au doux temps de mai ; ma fine amour me tient si heureux, si gai que la neige m’est fleur blanche et vermeille, et l’hiver calende de mai.7 "

18Est-il besoin de commenter davantage ? Je ne le pense pas. Nous sommes là, et avec quel le insistance, au coeur de notre sujet ; je me contenterai donc de souligner que le vers 12, neus m’es flors blanch’ e vermelha, annonce directement la "fleur inversée" de Raimbaut d’Orange, qui ne doit pas lui être de beaucoup postérieure. Cependant nous al Ions retrouver exactement le même paradoxe, la même "démente" image dans une autre chanson (XIVL), si étonnante qu’il convient d’en citer et traduire ici les seize premiers vers, quoique, dans cette pièce, le soleil ne soit point nommément désigné :

Tant ai mo cor ple de joya
tot me desnatura :
flors blancha, vermelh’ e groya
me par la frejura
c’ab lo ven et ab la ploya
me creis l’aventura
per que mos pretz mont’e e poya
e mos chans melhura.
Tan ai al cor d’amor
de joi e de doussor
per que. l gel s me sambla flor
e la neus verdura.

Anar pose ses vestidura
nutz en ma chamiza
car fin’amors m’asegura
de la freja biza...

  • * On a généralement évité (et pourquoi donc ?) cette traduction, seule fidèle au texte.

19"J’ai le coeur si plein de joie qu’il me dénature* toute chose : la froidure me semble fleur blanche, vermeille et jaune, car avec le vent et avec la pluie croit ma chance, et donc ma valeur monte, s’élève, et mon chant en devient meilleur. J’ai tant d’amour, de joie, de douceur au coeur que le gel me semble fleur, et la neige verdure. Je puis aller sans vêtement, nu sous ma chemise, car la fine amour me protège de la froide bise... "

  • 8 Il s’agit là de l’unique chanson que nous ayons conservée d’elle (transmise par six Mss.) ; remarq (...)
  • 9 Pierre Bec, Anthologie des Troubadours, collection 10/18 (1979), pp. 148-149.

20Ainsi, l’insistance stupéfiante qu’a mise Bernart de Ventadorn à exhausser, renforcer, exacerber le topos hiverna ! créé par Cercamon- et que nous retrouverons désormais, moins "à vif" sans doute, chez maints poètes (notamment dans une charmante strophe de la trobairitz Azalaïs de Porcairagues8) - nous mène droit au troban clus de son quasi-contemporain Raimbaut d’Orange. Il faut citer à coup sûr la première strophe du très mallarméen poème qu’il écrivit, comme je l’ai annoncé, sur le thème de la fleur inverse, quoique le soleil y brille, si j’ose dire, par son absence. Cette strophe, de traduction difficilissime, est encore à peu près compréhensible ; tout ce qui suit semble, comme c’est assez souvent le cas chez Raimbaut, "pure nonsense". J’adopterai ici la traduction remarquable qu’en a donné Pierre Bec dans son Anthologie des Troubadours9, fors le premier vers dont il a quelque peu altéré le sens pour les besoins d’un mètre calqué sur celui de Raimbaut :

Ar resplan la flors enversa
pels trencans rancx e pels tertres :
cals flors ? neus, gels e conglapis
que cotz e destrenh e trenca
don vei morz quils, critz, brays, siscles
en fuelhs, en rams ez en gi se les,
mas mi ten vert e jauzen Jois
er quan vey sec los dolens croys.

Voici que resplendit la fleur inverse
"Sur rocs rugueux et sur tertres,
- Est-ce fleur ? Non, gel et givre
Qui brûle, torture et tronque !-
Morts sont cris, bruits, sons qui sifflent
En feuilles, en rains, en ronces.
Mais me tient vert et joyeux Joie
Quand je vois secs les acres traîtres. "

21Je renvoie aussi à l’excellent commentaire que M. Bec a donné de cette jonglerie verbale - qui passe l’imagination, mais là n’est pas notre sujet - dans l’ouvrage déjà cité, pp. 152-153.

  • 10 Je fais allusion à la célèbre "galerie de tableaux" composée à Puivert, vraisemblablement en 1170, (...)
  • 11 Cf. Istvan Frank, "L’Art d’éditer les textes lyriques" in Recuel de Travaux offerts à M. Clovis Br (...)

22Il fallait mentionner cette merveilleuse outrance ; mais, si j’en viens au troban clus, c’est pour en venir aussi bientôt à mon troubadour favori, Arnaut Daniel, qui appartient à la génération suivante (fl. 1180-1210 ?), chez qui nous trouverons deux citations prégnantes, dont la seconde - qui m’amènera, après un bref retour en arrière, aux antécédents patents, et à ma conclusion- est bien caractéristique de l’intérêt grandissant que les plus "clercs" (Arnaut le fut) commençaient de porter al ors au cours des astres. Cepenant, auparavant, il me faut revenir un peu sur mes pas pour aller trouver chez Peire d’Auvergne, premier champion à outrance du trobar clus (il ira jusqu’à se moquer de lui-même à cet égard à la fin d’un sirventès célèbre10), un exemple déconcertant de strophe vernale, pour une fois leu, facile, qui montre bien à quel point, déjà - entre 1150 et 1170 : c’est à peu près l’exact contemporain de Bernart de Ventadorn-tout, pour le troubadour, en était arrivé à se mêler : printemps, soleil, verdure, oiseaux, chant et amour... A vrai dire, l’extraordinaire confusion que nous allons rencontrer entre deux éléments du topos, l’oiseau et le soleil, est-elle le fait de Peire, ou du scribe du fameux chansonnier C, bien connu11 pour le soin qu’il mettait à donner un texte aussi intelligible que possible, quitte à l’émender quelque peu ? Nous ne le saurons jamais : car il s’agit là d’un unicum, et toute variante ne peut être que conjecturale. Voici ces vers, fort conventionnels- jusqu’au sixième... :

Lo fuelhs e. l flors e. l frugz madurs
quan es sazos
m’es jois e gaugz m’adutz
e. l retins per plas e per murs
dels auzelhos
e. l rossinhols que. l ram relutz.

  • 12 Loc. cit., p. 736.

23"La feuille et la fleur et le fruit mûr, quand en vient la saison, me sont joie et m’apportent liesse : de même le tintement, par les plaines et sur nos murs, des petits oiseaux, et le rossignol qui illumine les branchages. " On s’aperçoit, en poursuivant, que ce vers 6 est, par rapport aux derniers vers des autres strophes, hypermétrique. Zenker, dans son excel lente édition12, a donc fort logiquement corrigé : e. l solelhs que relutz, "et le soleil qui illumine" : mais qu’en penser ? Peut-être faut-il voir ici une erreur machinale de ce scribe pourtant si attentif, pour qui auzelhos aurait appelé le désormais classique rossinhols ? Mais pourquoi e. l ram ? Décidément, cette énigme est bien intrigante !

24J’irai plus loin : à cet extraordinaire imbroglio du Joy, qui en vient à confondre neige et fleurs, un oiseau et le soleil qui le fait chanter, il arrive que Dieu même parfois s’associe. Dans une aube célèbre, ou il est question par deux fois des étoiles, las ensenhas del cel, les "signes du ciel", Guiraut de Bornelh (nous voici vers la fin de la carrière d’Arnaut, au début du xiiie siècle -veuillez excuser ce léger décalage) fait longuement monologuer le veilleur, qui en même temps avertit son bel companho que bientôt poindra l’aube, et donc qu’il va lui falloir quitter la couche ou il "séjourne" encore, tout au plaisir d’amour... Or voici son exorde :

Reis glorios, verais lums e clartatz,
Deus poderos, Senher, si a vos platz,
a. l meu companh siatz fizels ajuda
qu’eu non lo vi pos la nochs fo venguda,
e ades sera l’alba.

25"Roi glorieux, vraie lumière et clarté, Dieu tout puissant, Seigneur, s’il vous plaît, venez fidèlement en aide à mon compagnon, que jen’ai plus revu depuis la tombée de la nuit, et bientôt viendra l’aube ! " Ainsi Dieu est-il invoqué-avec quel le majesté dans les termes, qui rappel le le triple Lumen Christi de la bénédiction du feu, dans la nuit du Samedi Saint - comme protecteur d’un couple d’amants, sans nul doute illicites ; et ceci est d’autant plus déconcertant pour nous autres modernes, habitués à une Eglise pudibonde, qu’à la péroraison, et comme le veut la loi du genre, ouvertement sensuel et charnel, l’amant déplore, bien sûr, la venue du jour, tant il est en ric sojorn, "en merveilleux séjour", à tenir entre ses bras son amie, "la plus belle qui naquit jamais de mère... "

26A propos de cette présence, déconcertante pour nous, d’une invocation à Dieu en exorde d’une pièce célébrant une joie d’amour toute physique, remarquons que, vers le même temps que Guiraut de Bornelh, Folquet de Marseille - qui devait devenir évoque de Toulouse en 1205-composait une autre aube, Vers Dieu, e. l vostre nom e de Santa Maria ("Vrai Dieu, en votre nom, au nom de Sainte Marie,.. "), entièrement religieuse cette fois, pr i ère ot act i on de grâce. Dans cette remarquab le pièce, la venue de l’aube, "belle et parfaite", est cette fois évidemment associée au Bien ; et, quoique l’aube de Guiraut de Bornelh, à l’inverse, célébrât la nuit complice des amants, du fait même qu’el le invoque en son début ce même Dieu comme "vraie lumière et clarté", comment ne pas penser au mazdéisme - grand ancêtre de l’hérésie cathare, dont on ne peut certes taxer lolquet de Marseille, qui, évêque, se montra particulièrement implacable envers les Albigeois...

27Nous avons donc vu peu à peu grandir, s’enrichir et foisonner, jusqu’aux paradoxes les plus surprenants, un "genre" vernal dont vous avez pu penser tout d’abord qu’il n’avait pas grand rapport avec les astres ; d’un topos extrêmement ancien (j’y reviendrai), en l’espace de moins d’un siècle, certains "traits de génie" ont réussi à faire une sorte de microcosme du Bienqui est, au moins dans l’aube de Guiraut, à fois Dieu et le Joy d’amor, triomphant aussi bien l’hiver et la nuit, qu’ils éclairent, qu’au printemps et au grand jour ; Dieu et Joy indissolublement associés, comme dans l’antiquité, au soleil, Dieu-lumière comme Apollon, vainqueur de Python, des "forces du mal".

  • 13 Loc. cit., p. 132.

28Et voici que j’en viens enfin maintenant, après vous avoir parlé de deux troubadours quelque peu postérieurs à lui, à Arnaut Daniel. Ce ne sera point pour vous parler de ses strophes vernales, ou hivernales, quoiqu’elles soient elles aussi des chef-d’œuvre du genre, mais de toute autre façon que ce n’est le cas chez Bernart de Ventadorn, "sans doute le moins conventionnel, le plus spontané, le plus harmonieux de nos troubadours, celui du moins qui nous paraît le plus sincère", comme le remarque Pierre Bec13, comme le pensait déjà Raynouard. Il n’en va pas du tout ainsi chez Arnaut, "il migtior fabbro del parlar materno" : Dante ne parle pas au hasard, celui qui fut pour lui le maître des troubadours est bien, avant tout, plutôt qu’un "coeur sincère", un artisan minutieux du vers, de la langue, des sons, de l’image ; celle-ci, nette, singulière et neuve, concise et précise à la fois, triomphe dans ses strophes liminaires, à nulles autres pareilles, raffinées jusqu’à fa ire penser aux inscapes chers à Gérard Manley Hopkins, contemporain de Mallarme, maître d’un trobar clus moderne, allitératif, où la langue et l’image s’épousent prodigieusement : et s’il a inventé ce néologisme, inscape (désignant un très petit morceau de nature observé jusqu’au vertige), c’est pour l’opposer au grand "paysage" romantique, au landscape. La vogue de la peinture japonaise, elle aussi raffinée et concise à la fois, et si chère aux Concourt, commençait alors : si les strophes vernales et hivernales l’Arnaut rapellent quelque chose, c’est bien l’art du haïkaï, qui veut qu’en dix-sept syllabes exactement le poète brosse une évocation de paysage et d’état d’âme extraordinaire, "self-sufficient", inoubliable.

29Je me suis déjà trop étendu, comme l’on fait toujours après avoir déclaré : "Je ne vous parlerai pas de... " ! Venons-en donc vite aux citations que j’ai dites prégnantes, point trop sûr du reste que ce mot si courant en anglais (il évoque la grossesse) soit reçu dans notre vocabulaire. Voici la première : dans la chanson 1*, cluse au plus haut point, on a la surprise de I ire, aux vers 18-21, ceci :

Tant fo clara
ma prima lutz
d’eslir
lieis don cre. I cors los huoills...

  • 14 U. A. Canello, La Vita e le Opere del Trovatore Arnaldo Daniello, Max Niemeyer, Halle 1883, p. 128 (...)
  • 15 Je ne sache pas que Bartsch ait édité Arnaut ; c’est l’avant-dernier éditeur de notre poète, Gianl (...)
  • 16 R. Lavaud, dans Les poésies d’Arnaut Daniel, réédition critique d’après Canello, in Annales du Mid (...)
  • 16 bis 16bis Li ialz n’a soin de rien antandre
    Ne rien ne puet feire a nuel fuer
    Mes c’est li mireors au cue (...)

30Si nous traduisons maintenant mot à mot, voici à peu près ce que nous obtiendrons : "Que ma première lumière fut donc claire, en élisant celle dont les yeux persuadent mon coeur ! " Point de difficulté pour les deux derniers vers ; mais que penser, une fois encore, des vers 18-19 ? Depuis le temps qu’on édite et traduit Arnaut, toutes sortes de solutions ont été proposées pour ce mot lutz, qui ne signifie rien d’autre, en principe, que lumière. Canello14 a traduit : ispirazione ; Bartch15, au pied de la lettre, Litch ; Lavaud16, allant au plus vraisemblable, au plus "logique" encore une fois, regard ; mais pourquoi, alors, lutz au lieu de vezers ? Pour la rime ? Ce serait bien mal connaître l’art impeccable d’Arnaut. Pour moi, encouragé par ces imbroglios de sens que j’ai soumis à votre attention, j’y verrais bien plutôt, sur un lieu commun désormais ressassé (qu’on songe au monologue-débat d’Alexandre, dans Cligès- roman sans doute antérieur à la pièce en question - où, si je me souviens bien, il accuse ses yeux, "miroir du cœur"16 bis d’être responsables de sa fièvre d’amour pour Soredamors, une association, en cette unique syllabe, qui, placée de la sorte, devient une manière de hapax, de la lumière (printanière, solaire), de l’amour (qui naît alors), et du regard (qui en est le premier "messager") ; ce que je viens d’appeler "une manière de hapax" renouvel le ainsi, approfondit, de la manière la plus singulière et la plus subtile, le topos ; de sorte que la meilleure traduction me semble bien encore la première, celle de Canello : "Que mes yeux furent clairement et lumineusement inspirés, en élisant... ".

31Le génie d’Arnaut se manifeste de toute autre façon dans le second très bref passage que je vais citer maintenant. On le rencontre dans une chanson relativement leu, facile, la treizième, aux vers 41-42. Je regrette de ne pouvoir bien résumer la pièce, que je n’ai pas sous les yeux ; toujours est- il qu’Arnaut, comme tout bon troubadour, brûle d’impatience de revoir sa bien aimée. Or, comment va-t-il exprimer cette impatience ? Par deux vers qui ne présentent aucune difficulté d’interprétation, mais qui n’en constituent pas moins une sorte de hapax aussi, si l’on peut étendre le sens de ce mot à toute une phrase : je n’ai jamais rencontré, chez aucun troubadour, pareille allusion. Voici ces vers :

Lun’e solelhs, trop faitz loncs vostres cors !
Pesa. m car plus soven nous faill resplandres.

32"Lune et soleil, vous accomplissez votre course trop lentement ! Il me pèse que plus souvent votre lumière ne vienne à faillir... ".

  • 16 Ter 16Ter Ne me sentant point trop sûr de ce que j’avançais ici, j’ai téléphoné à l’Observatoire de Par (...)

33De tels vers ne surprendraient pas chez Dante, aussi savant en astronomie qu’en théologie - et qu’en fine amour. Mais c’est cent ans plus tard, on a redécouvert Ptolémée,16 Ter que les Arabes - nous le verrons tout à l’heure - connaissaient bien depuis longtemps : non point les troubadours, dont la vision du monde (on n’ose parler de l’univers) reste encore aussi naïve que possible. Arnaut fait donc une fois encore exception en associant ici lune et soleil, jour et nuit, représentant le macrocosme d’éternelle et d’implacable régularité, opposé à l’impatience "sublunaire" du mortel amoureux...

34Je viens de parler d’un cas exceptionnel dans la lyrique des troubadours ; néanmoins, à quel point l’homo mediaevalis avait tendance à associer sa vie, son sort au cours des astres, nous en est témoin - autant que les zodiaques qui figurent aux piédroits des porches de tant de cathédrales - la récurrence si fréquente en langue d’Oc du xiie et surtout du xiiie siècles (les témoignages se trouvent surtout dans les vidas ; cependant, dès Bernart de Ventadorn, on lit dans sa chanson XXXVII ces deux vers (49-50) :

c’astrucs sojorn’e jai
e malastrucs s’afana,

  • 17 J. Boutière et A. H. Schutz, Biographies des Troubadours, A. G. Nizet, Paris, 1964, p. 167. Il y a (...)
  • 18 Id., Ibid., p. 32 ; même unanimité de huit Mss.

35"car l’homme fortuné est en paix et en joie, tandis que l’infortuné ne connaît que la douleur... ") de ces deux mots, astruc : "né sous une / bonne étoile, fortuné" et puis malastruc (d’où notre malotru), avec sa variante desastruc (d’on notre désastre) : "né sous une mauvaise étoile, infortuné". Des exemples ? On lit dans la vida de Gauce Im Faidit17 : Molt fo longa sazo desastrucs de dos e d’onor a prendre... : "Il fut bien longtemps (plus de vingt ans, nous dit la suite !) infortuné quant aux dons et aux honneurs... " Dans la vida d’Arnaut de Mareuil18, on rencontre cette remarquable association de mots. Et astre et aventura lo condus en la cort de la comtessa de Burlatz, qu’il faut traduire à peu près : "Et la fortune et la chance le conduisirent à la cour de la comtesse de Burlatz... "

36A propos d’astres en général, notons bien, dans la vida de Rigaut de Barbezieux, cette remarquable appréciation de "critique littéraire" : Et el si se deletava molt en dire en sas cansus similitudines de bestias e d’ausels et d’omes, e del sol e de las este llas, per dire plus novellas rasos g’autre non agues ditas, traduite comme suit par Jean Boutière (op. cit ; pp. 150-151) : "Il prenait grand plaisir à faire dans ses chansons des comparaisons avec les bêtes, les oiseaux et les hommes, le soleil et les étoiles, pour traiter des sujets plus nouveaux que tout ce que quiconque avait déjà pu dire. " C’est du reste ce goût de Rigaut pour des images rages et longuement développées - goût qui ne semble guère apparaître qu’avec la fin du xiie siècle - qui me fait beaucoup douter de la datation proposée par Madame Rita Lejeune (cf. note 1), et préférer celle que suggère M. Varvaro dans son édition de notre poète : fl. 1170-1210.

37Enfin, chez certains troubadours tardifs, on rencontrera parfois le mot astre au sens de "fortune" ; ainsi au premier vers de la première rotrouenge (datée : 1270) de Guiraut Riquier :

Plus astres no m’es donatz
que de Midons bes m’eschaya...

38"Puisque la fortune ne m’est point donnée de voir quelque bien m’échoir de ma Dame... ".

39J’ai cité là le "dernier troubadour" ; il est temps de conclure, après m’être résumé et avoir jeté un regard en arrière, sur les antécédents très vraisemblables (et, pour les plus proches, indubitables), quoique aucun fi I d’Ariane ne puisse nous guider pour trouver le mystérieux cheminement d’un topos, comme je l’ai déjà remarqué, fort antique.

  • 19 Cf., en ce sens, l’étude que j’ai intitulée "Hardiesse et Conscience de soi chez les premiers trou (...)

40Nous résumer d’abord, en quelques mots : nous avons vu le premier troubadour introduire, en prélude à ses chansons courtoises, un charmant motif, dont l’inlassable répétition par la suite, chez ses héritiers, peut agacer ; nous avons pu néanmoins, bien que très cursivement, laver les troubadours de cette perpétuelle accusation d’impersonnalité et de monotonie dont j’ai cherché, depuis bientôt exactement tr les disculper19 ; le thème de ce col loque se prêtait à insister sur l’évolution de la strophe vernale ; j’espère avoir néussi à vous donner une idée des progrès qu’ils firent en ce genre, de la croissance, du foisonnement, des raffinement paradoxaux qu’ils y apportèrent.

  • 19 bis 19 bis Cf. les vers 12-13 :
    Aeriae primum volucres te, diva, tuumque
    Signifiaant initum, percussae co (...)

41Cependant il faut se rendre à l’évidence que les troubadours n’ont point trouvé en ce domaine ; pour mieux dire, ils ont beaucoup trouvé, mais que non pas inventé. J’ai déjà mentionné Lucrèce ; je tiens en effet le splendide exorde (déjà paradoxal, puisque cet athée le dédie à Vénus !) du De Naturu Rerum pour le grand ancêtre efficace. Le passage est relativement long-une vingtaine de vers-et n’a donc encore rien de cette concision requise par l’imitation des premiers modèles apparus dans trois chansons de Guillaume IX ; cependant tout y est- sur le mode païende leur topique : joie du renouveau printanier, chez les bêtes comme chez les hommes, chants d’oiseaux dans les ramures reverdies19 bis, "pulsion" d’Eros et ce pullulement dont s’est souvenu la Fontaine...

  • 20 Cf. Ph. E. Legrand, Bucoliques Grecs, II, "Les Belles lettres", Paris, 1927, p. 217-218.

42A ma connaissance, on ne trouve pas dans la littérature antique de morceau semblable ; malgré tout, nous avons heureusement conservé -datant de trois siècles avant Lucrèce- un précieux fragment de Bion, l’imitateur de Théocrite, grand poète lui-même, dont subsiste, hélas, si peu de chose : il s’agit là d’un morceau de chant amébée - ancêtre lui même de la tenson, du partimen, du jeu-parti-dont le thème ne se rencontre point du tout chez - l’inventeur du genre pastoral : il ne subsiste que deux strophes, mais c’est assez pour notre édification : l’un des bergers, Clédamos, propose d’abord le thème du débat : des quatre saisons, quel le est la plus désirable ? Myrson lui répond que c’est le printemps, quand "tout est gonflé de sève, et germe tout ce qui fait plaisir... " : et donc on peut dire que la strophe vernale est en germe dans ces quelques vers20.

  • 21 Conflictus Veris et Hiemis, in Helen Waddell, Mediaeval Latin Lyrics, 1° ed. 1929, constamment réé (...)
  • 22 Voici cette strophe (neuvième de la composition, qui en comporte onze), tel le que nous la procure (...)

43Mais comment diable, direz-vous, imaginer un passage possible de Blon aux troubadours ? Eh bien, le prodige, le voici : quelque mille ans plus tard, Alcuin, dans un beau conflictus bien connu des medio-latinistes21, reprenait, développait, étoffait l’invention du poète grec. L’avait-il donc lu, ce fragment, dans quelque traduction latine ? Ce n’est pas impossible, mais je craindrais de m’avancer, puisqu’on veut généralement que la littérature hellénique n’ait guère été connue du temps de Charlemagne. Ce qui est certain, c’est qu’un siècle après Alcuin, on trouve, insérée à l’intérieur (c’est là la seule différence) d’une pièce érotique anonyme, lam dulcis amica venito, une "strophe vernale" indubitable ; et ce n’est point la seule ; ici et là, dans diverses pièces, le futur genre commence de percer - c’est le cas de le dire - déjà22. C’est peu, dira-t-on ; mais c’est tout à fait convainquant.

  • 23 Cf. sa fameuse "somme" : Hispano-Arabic Poetry and its relations with the Old Provençal Troubadour (...)
  • 24 Le premier a avoir émis cette hypothèse -ainsi que je le rappelais dans ma communication "Toujours (...)
  • 25 L’exception confirme la règle... La communication du Prof. P. Hutchinson (que je n’ai malheureusem (...)
  • 26 Nykl, op. cit., p. 108.

44Avant d’en terminer avec cette brève rétrospective, il serait injuste de ne pas mentionner la lyrique arabe, et surtout hispano-arabe, dont A. R. Nykl a prétendu qu’elle était l’inspiratrice directe des troubadours23. Il n’était du reste pas le premier, et bien d’autres ont adopté cette vue depuis24 ; mais personne - faute d’être aussi savant arabiste que lui- n’a su l’étayer d’arguments aussi nombreux, aussi apparemment convaincants. Farouche adversaire de cette théorie, j’ai tâché d’apprendre la langue arabe pour la mieux combattre ; mais il était trop tard déjà, et, malgré mes efforts, je n’en connais guère que les rudiments ; c’est donc au travers de la grande anthologie de Nykl, Hispano-Arabic Poetry, que je citerai ici quelques fragments relatifs à notre thème, rapidement glanés un peu au hasard. Ce cursif tour d’horizon m’a semblé, une fois encore, décisif ! Et je regrette qu’aucun spécialiste ne soit venu ici exposer ses vues sur le sujet : car cette poésie est extraordinairement riche en allusion à tous les astres, soleil, lune, étoiles... Or ces allusions sont, la plupart du temps, des tropes, des comparaisons avec l’objet aimé, femme ou garçon : comparaisons qu’on ne trouve, à ma connaissance, jamais dans ces chansons des troubadours25. En voici quelques exemples : sous la plume d’Ibn Zaïdun (1003-1071)26 :

Oh frère de la pleine lune, par ton haut rang
et ta splendeur,
puisse Dieu protéger le temps de ton lever !
Si, en ton absence, les nuits me semblaient longues,

j’ai passé la nuit dernière à me plaindre
avec toi de sa brièveté.

45-ce qui nous ramène, certes, au thème de l’aube, dont je ne connais guère d’antécédents plus anciens ; entre parenthèses, notons que malgré cette adresse à un "frère" de la pleine lune, la pièce est dédiée, nous dit Nykl, à une femme, alors illustre, fille d’un Calife

46 : il arrive, en arabe, qu’on use du masculin pour le féminin - autre argument pour la "théorie arabe", puisque Midons est un substantif masculin, et que les senhals employés par les troubadours pour cacher le vrai nom de l’aimée sont souvent aussi masculins...

  • 27 Id., Ibid., p. 274.

47Et puis voici deux vers empruntés à un zağal (X) d’ibn Quzman (1080 ?-1160)27 :

Maintenant je t’aime, chère petite étoile !
Je suis celui qui t’aime et qui se meurt
pour toi...

48Cette fois-ci, quoique ce ne soit point explicite, il s’agit d’un garçon : les moeurs d’Ibn Quzman sont bien connues. Cependant, rappèlerai-je encore un topos qu’on trouve mille et une fois dans les Mille et Une Nuits, à propos de ses jeunes héroïnes : "Elle était belle comme la lune en son plein" ? Mais rappelons-nous aussi que la rédaction de cette merveilleuse somme de contes arabes est de quelque trois siècles postérieure aux premiers troubadours...

  • 28 T’awq al-H’amâna fî’l-Ulfa wa’l-Ullâf : une édition bilingue de ce capital ouvrage (dont il ne sub (...)
  • 29 Je donne ici la traduction de M. Bercher (op. cit. p. 41, à l’exception du membre de phrase entre (...)

49Aussi, revenant en arrière, je terminerai cette sommaire rétrospective arabe en citant un étonnant poème de Ibn Hazm, qu’il cite lui-même dans son Tawq, ou Risâla (Le Collier du Pigeon ou de l’Amour et des amants28. Est-Il besoin de rappeler l’importance, la richesse, la finesse, la belle ordonnance de ce décisif tractatus amoris, rédigé avant le milieu du xie siècle, et qui préfigure - en bien plus lisible, vraisemblable et captivant - le De Arte Honeste Amandi d’André Le Chapelain ? Son premier chapitre est consacré aux Signes de l’amour ; et voici ce qu’écrivit à ce propos, notre analyste-poète-réussissant d’avance et mieux qu’Arnaut Daniel (ce n’est pas pour moi un mince éloge) ce qu’on a trouvé dans la brève citation de celui-ci à propos du cours des astres, puisqu’ici tout, par un effet miraculeux de la passion, est réuni et assimilé : macrocosme et microcosme, étoiles brillant au ciel et fleurs du renouveau... Mais écoutons d’abord le passage en prose qui sert d’introduction au poème29 :

50"L’insomnie est fréquente chez les amoureux. Les poètes l’ont souvent décrite : ils ont dit d’eux-mêmes qu’ils étaient les bergers des étoiles, et dépeint l’interminable longueur de leurs nuits. Sur ce sujet, j’ai écrit un poème dont voici quelques vers :

Je pais les étoiles comme si j’avais mission de les garder toutes, qu’elles soient fixes ou mobiles ;
Il semble qu’elles et la nuit soient les feux de la passion allumée dans la nuit par mon âme.
[Et] il semble [que j’aie commencé, avec le soir] d’être le gardien d’un jardin verdoyant dont la végétation serait rehaussée par l’éclat des narcisses.
Si Ptolémée vivait, il serait persuadé que je suis le plus fort des hommes dans l’observation du cours des astres ! ".

51Peut-on imaginer plus "fine frenzy"- si ce n’est celle de Cercamon inventant le Joy hivernal, et celle de Bernart de Ventadorn raffinant sur ce "soleil intérieur", ou faisant du vol de l’alouette l’image de sa passion ?

52Ma conclusion sera brève : le C. U. E. R. -M. A. m’a donné l’occasion d’enquêter sur une topique, on vient de le voir, bien moins fréquente chez les troubadours- qui évoquent rarement la lune et les étoiles - que chez les poètes arabes ; moins fréquente, mais, dirais-je, plus importante. Car peu à peu s’est élevé sur l’horizon ce grand soleil d’amour qui illumine l’âme de l’amoureux aussi bien au coeur de l’hiver qu’à la belle saison, et la passion s’en est trouvée du même coup valorisée, pour elle-même, bien plus que ce n’est le cas dans la poésie arabe, ou elle n’a guère que deux aboutissements possibles : le ppaisir sensuel ou le mysticisme. Grâce aux troubadours, nous avons trouvé une voie moyenne qui a fait désormais de l’amour occidental, dans la souffrance ou dans la joie, le modèle de la passion pour le plaisir de la passion même (qui a eu du reste des répercussions dans le domaine mystique : rappèlerai-je Sainte Thérèse d’Avi la ?) dans le même temps que la lyrique arabe venait à s’éteindre.

53Je ne dis pas cela pour déprécier l’immense trésor de cette poésie amoureuse antérieure à la nôtre ; mais bien pour souligner qu’il y avait, dès les premiers balbutiements si simplistes - en comparaison -de nos troubadours, je ne sais quel levain qui manquait totalement à la lyrique- : d’où l’hostilité - que j’ai dite à voir une filiation de celle-ci à celle-là.

54Tous les grands poètes se valent ; et Ibn Hazm n’est sans doute pas inférieur aux plus fameux troubadours. Cependant les cheminements par lesquels ces génies sont influencés (puisqu’on trouve toujours un précédent à tout) restent, on vient de le voir de façon suffisamment patente à propos de la strophe vernale, à jamais mystérieux, tels les chemins que prennent les rêves pour animer nos sommeils - à moins d’enquête aussi stupéfiante que celle de John Livings- ton Lowes consacrant, dans The Road to Xanadu, plus de six cents pages à chercher quelles lectures et quels faits ont bien pu influencer Coleridge lorsque, sous l’influence de l’opium, il écrivit en quelques minutes le bref poème inachevé, mais si merveilleusement "inspiré" et si parfaitement énigmatique, In Xanadu did Kub la Khan...

55Ne cherchons donc pas, c’est le cas de le dire, midi à quatorze heures : cherchons, mais pour mieux admirer et tâcher de faire admirer, ce qui est un des plus grands plaisirs du "clerc" vieillissant.

***

56Je demanderai instamment à Monsieur Larmat, s’il a pu lire cette communication devant vous, d’exprimer de sa propre bouche tous les remerciements que je lui dois pour avoir bien voulu accepter, sur un simple "coup de fil", de le faire : il m’a ainsi encouragé à rédiger, en l’espace de trois jours, cette communication pour laquelle je n’avais pas encore réuni que quelques idées, et les principales citations, lorsque je choisis - tout en regrettant Beaucoup de ne pas revoir Mademoiselle de Combarieu, Mme Kappler, M. Subrenat, M. Batany, M. Pastre et tant d’autres -de partir pour le Tyrol, où j’ai pu accomplir ce travail dans des conditions idéales, d’une chambre illuminée par le soleil où

neus [me fo] flors blanch’ e vermelha
et iverns calenda maya.

Notes

1 Toutes les traductions que je donne dans ce petit essai sont miennes ; je n’ai fait exception que pour la première strophe de la "Flors enversa" de Raimbaut d’Orange (v. i.), et pour ce vers 4 de la chanson X de Guillaume IX : il est en effet d’interprétation difficile, en raison de l’équivoque sur vers (qui signifiait chanson) et chan ; j’adopte donc ici la traduction de M. Pierre Bec dans son Anthologie des Troubadours (v. i., n° 9), justifiée par le dernier sens que donne Emil Lévy à vers dans son dictionnaire : "assemblage de mots mesurés".

2 Les deux strophes initiales manquent à C ; les trois autres témoins, N, N2 et V, fournissent cet "exorde mo ral" (la dame qu’aime un chevalier loyal ne commet point de péché mortel ; en revanche, si elle aime un clerc, il faudrait le brûler au tison...). N, dont Jean roy reproduit le texte dans son édition (C. F. M. A., 1927) donne une version archaïque et mal compréhensible de ces deux vers :
Un vers farai poi me semeil que
ja con eo stava al soleil.

3 Cette formule remarquable se trouve dans le titre même de l’excellente étude de Pio Rajna, Guglielmo Conte di Poitiers, Trovatore Bifronte, in Mélanges A. Jeanroy, Paris 1928, pp. 349-360, déjà citée à la note h de ma communicat, on Toujours à propos de la Genèse du "Trobar", Actes du Colloque 1978 : "Littérature et Société au Moyen Age’ de l’Université de Picardie (H. Champion).

4 A ce propos : si la datation proposée pour l’oeuvre de Rigaut de Barbezieux (fl. 1140-1163) par Madame Rita Lejeune (Cf. Mélanges István Frank, 1957, pp. 267-295 ; Le Moyen Age, 1962, pp. 331-377 ; Ibid., 1964, pp. 397-417) est exacte, il apparaît comme certain que les troubadours connaissaient la légende de Perceval avant Chrétien de Troyes : cf. le splendide exorde 3e sa chanson III (ed. M. Braccini, Florence, 1959) :
Atressi con Persavaus
el temps que vivia
que s’esbaït d’esgardar
tant que non saup demandar
de que servia
la lansa ni. I grazaus,
et eu sui atretaus,
Miels-de-Dompna, quan vei vostre cors gen...

5 Shakespeare, A Midsummer-Nigth’s Dream, V, 1, v. 12 :
The poet’s eye, in a fine frenzy rolling,
Doth glance from heaven to earth,
from earth to heaven...
Je dois la localisation précise de cette brève citation au Prof, lan Jack, Pembroke College, Cambridge : sur un appel téléphonique d’une minute à peine il sut me l’indiquer, alors qu’elle était sortie de ma mémoire... Et l’on voit que les deux vers où elle se trouve insérée nous ramènent fort précisément au-thème de ce colloque.

6 "Non ai de sen per un efan" : Les Troubadours et le refus de la cohérence", in Senefiance, 9, 1980, (H. Champion), pp. 337-355.

7 On se rappelera à propos de cette expression le début de la célèbre estampida (d’une cinquantaine d’année postérieure peut-être) de Raimbaut de Vaqueyras :
Ka enda maya
ni fuelhs de faya ni chanz d’auzelh ni flors de glaya
non es que. m playa...
(texte de T. G. Bergin, Rambaldo di Vaqueiras, Liriche, Sansoni, FLorence, s. d ;, p. 58).

8 Il s’agit là de l’unique chanson que nous ayons conservée d’elle (transmise par six Mss.) ; remarquons qu’elle était destinée, en toute apparence, à l’auteur de la "Flors enversa", Raimbaut d’Orange ; une strophe-ajoutée après la mort de celui-ci ? - permettrait de la dater aux environs de 1173- Cf. les réch,. d’Aimo Sakari à ce sujet, résumées dans la grande anthologie de Martin de Riquer, Los Trovadores (Barcelone, 1975) I, pp. 459-462.

9 Pierre Bec, Anthologie des Troubadours, collection 10/18 (1979), pp. 148-149.

10 Je fais allusion à la célèbre "galerie de tableaux" composée à Puivert, vraisemblablement en 1170, dans laquelle, en quatorze strophes, il se moque de quatorze troubadours, dont le dernier est lui-même. Je cite ces vers d’après l’édition de R. Zenker, Peire d’Auvergne, Die Lieder, Erlangen 1900 (& Slatkine Reprints, Genève, 1977), pp. 767-768 :
Peire d’Alvernhe a tal votz
que canta desobre e dîsotz
e sei so son dous e plazen ;
pero majestres es de totz
ab qu’un pauc esclarzis sos nots
qu’a penas nulhs om los enten.
("Peire d’Auvergne a une telle voix qu’il chante aussi bien/ dans l’aigu et dans le grave, et ses mélodies sont douces et plaisantes ; et donc il est le maître de tous - si seulement il rendait un peu plus clairs ses mots, car c’est à peine si nul homme les comprend. ").

11 Cf. Istvan Frank, "L’Art d’éditer les textes lyriques" in Recuel de Travaux offerts à M. Clovis Brunel, Paris, 1955, I, pp. 453-475 ; et Jacques Monfrin, "Notes sur le chansonnier provençal C", Ibid., II, pp. 293-311.

12 Loc. cit., p. 736.

13 Loc. cit., p. 132.

14 U. A. Canello, La Vita e le Opere del Trovatore Arnaldo Daniello, Max Niemeyer, Halle 1883, p. 128 : "Tanto fu luminosa la mia prima ispirazione di elegger lei... ".

15 Je ne sache pas que Bartsch ait édité Arnaut ; c’est l’avant-dernier éditeur de notre poète, Gianluigi Toja (Arnaut Daniel, Canzoni, Sansoni, Florence 1960), qui, dans la note relative à ce vers difficile (p. 261), indique : "Bartsch-Koschwitz : luce". Ma bibliographie personnelle m’indique que, l’année même où parut l’édition de Canello, Karl Bartsch donna un compte-rendu de celle-ci dans la Zeitschrift für Romanische Philologie, VII, p. 582 sq. : c’est, peut-être dans celui-ci qu’il proposa cette rectification de l’interprétation de Canello.

16 R. Lavaud, dans Les poésies d’Arnaut Daniel, réédition critique d’après Canello, in Annales du Midii, XXII (1910) & XXIII (1911), traduit ainsi le passage : "Si clair fut mon premier regard, pour choisir celle au sujet de qui mon coeur croit mes yeux... " (XXIII, p. 171).

17 J. Boutière et A. H. Schutz, Biographies des Troubadours, A. G. Nizet, Paris, 1964, p. 167. Il y a unanimité des dix Mss. qui témoignent ici.

18 Id., Ibid., p. 32 ; même unanimité de huit Mss.

19 Cf., en ce sens, l’étude que j’ai intitulée "Hardiesse et Conscience de soi chez les premiers troubadours", in Actes du Groupe de recherches sur la Conscience de Soi, Publicationsde la Faculté des Lettres de Nice (I, 18), Les Belles-Lettres, 1980, p. 27-50.

20 Cf. Ph. E. Legrand, Bucoliques Grecs, II, "Les Belles lettres", Paris, 1927, p. 217-218.

21 Conflictus Veris et Hiemis, in Helen Waddell, Mediaeval Latin Lyrics, 1° ed. 1929, constamment rééditée dans les "Penguin Classics" depuis 1952, pp. 92-97.

22 Voici cette strophe (neuvième de la composition, qui en comporte onze), tel le que nous la procure Helen Waddell d’après trois Mss. (Op. cit., p. 158) :
lam nix glacies liquescit,
Folium et herba virescit,
Philomena iam cantat in alto,
Ardet amor cordis in antro.
Parmi les autres pièces rencontrées dans l’anthologie précitée, l’une (du xe siècle) donne une longue descriptio du renouveau, sans qu’il y soit question d’amour (les deux derniers vers font allusion au Christ et à sa Mère) : j’en citerai, tant ils me semblent exemplaires, les neuf premiers vers :
Vestiunt silve tenera memorem
virgulta, suis onerata pomis,
canunt de celsis sedibus palumbes carmina cunctis.
Hic turtur gemit, resonat hic turdus.
pangit hic priscus merularum sonus ;
passer nec tacens, arridens garritu alte sub ulmis.
Hic leta canit philomena frondis...
(Op. cit., p. 168). Enfin une autre composition de six strophes, unicum du xie siècle, ne parle point non plus d’amour, mais oppose une nouvelle descriptio veris, qui occupe les trois premières strophes, citées ci-dessous, à la tristesse du poète, qui conclut "nam mea languet anima". Helen Waddel dit fort justement dans ses notes, de ce poème, que "It is like nothing else in mediaeval Latin... This has the wistfulness of early German Minnesong. " (Op. cit. p. 335 ; on trouvera la pièce, p. 168) :
Levis exsurgit Zephyrus,
et sol procedit tepidus ;
iam terra sinus aperit,
du lcore suo diffluit.
Ver purpuratum exiit,
ornatus suos induit :
aspergit terrant floribus,
ligna silvarum frondibus.
Struunt lustra quadrupedes
et dulces nidos volucres
inter liςna florentia
sua decantant gaudia.
J’avais déjà brièvment parlé du "cas" lam dulcis amica venito dans ma communication "Toujours à propos 3e la genèse du Trobar" donnée à Amiens en mai 1978, publiée depuis dans les Actes de ce Colloque de l’Université de Picardie (H. Champion, 1978), p. 340. Je profite du thème du présent Colloque de l’Université de Provence pour donner, dans cette note, de plus nombreux et plus probants exemples de ces "ancêtres directs" de la strophe vernale.

23 Cf. sa fameuse "somme" : Hispano-Arabic Poetry and its relations with the Old Provençal Troubadours, Baltimoré, 1945, et plus particulièrement son dernier chapitre (VII), pp. 371-411.

24 Le premier a avoir émis cette hypothèse -ainsi que je le rappelais dans ma communication "Toujours à propos de la genèse du Trobar, op. cit., p. 310 & note 13 fut Giammaria Barbieri, qui écrivit, vers 1570 : «... de biamo conchiudere, che nè da’Greci, né da’Latini Antiqu nè da’ più modem i sia originato il modo delle Rime, ma dagli Arabi passando ad altre lingue e nazioni... " (Dell origine della poesia rimata, publié par Tiraboschi en 1790). Parmi les plus ardents défenseurs de cette théorie à notre époque, on se contentera de citer Robert Briffault, Les Troubadours et le Sentiment romanesque, Editions du Chêne, Paris, 1945, p. 19-69. On prolongerait indûment cette note en donnant les références détaillées aux ouvrages qui ont, peu ou prou, contribué à l’évolution et au développement de cette théorie depuis 1790 ; je me contente donc de citer’des noms et des dates : Juan Andres, 1782-91 ; Joseph Baron Von Hammer Purgstall, 1839 ; A. F. Von Schack, 1865 ; R. Menendez y Pelayo, 1894 ; P- Scheludko, 1929 ; Julian Ribera, 1928 ; Rodriguez Lapa, 1932 ; 0. Ursprung 1933 ; L. Ecker, 1934 ; R- Menendez Pidal, 1938 ; A. G. Palencia (me manque la date : nous sommes après l’ouvrage de Briffault) ; Henri Pérès (dans le numéro spécial des "Cahiers du Sud", L’Islam et l’Occident) 1947 ; Lévi-Provençal, 1948, Mohamed Abd El Hamid Ambar, 1948 ; John W. Draper, 1957 ; Irénée Cruzel, 1961.

25 L’exception confirme la règle... La communication du Prof. P. Hutchinson (que je n’ai malheureusement pu entrendre), A Lunel lutz una luna luzens, a attiré mon attention sur cette espèce de tenson irrégulière entre GuiIhem de Montanhagol et Blacasset où une dame inconnue, Gauserenda de Lunel, se voit comparée à la lune (remarquons que Blacasset, dans la dernière tornade,. trouve la comparaison inadéquate, puisque la lune décroît, et donc :
Luna non es cil cui appellatz vos
pos ses mermar creis sos pretz cabalos.
Je ne connaissais pas cette pièce, que j’ai pu lire depuis dans la grande anthologie de M. de Riquer, op. cit., p. 1444-1446.
De toute façon, il s’agit là d’une composition tardive (1241 au plus tôt). Il m’a été en revanche impossible de retrouver dans ma mémoire quel troubadour du xiie siècle (me semble-t-il) a évoqué à la fin d’une de ses chansons la beauté du corps nu de la dame qu’il aime vu sous les rayons de la lune.

26 Nykl, op. cit., p. 108.

27 Id., Ibid., p. 274.

28 T’awq al-H’amâna fî’l-Ulfa wa’l-Ullâf : une édition bilingue de ce capital ouvrage (dont il ne subsiste qu’un manuscrit) a été procurée par M. Léon Bercher, Ed. Carbonel, Alger, 1949.

29 Je donne ici la traduction de M. Bercher (op. cit. p. 41, à l’exception du membre de phrase entre crochets, pour lequel la traduction de Nykl (op. cit. p. 82), m’a semblé plus fidèle et que j’ai donc retraduit de l’anglais.

Notes de fin

* on pourrait traduire m’ébouit ; ce serait inexact ; il faut oser ce "barbarisme".

* On a généralement évité (et pourquoi donc ?) cette traduction, seule fidèle au texte.

16 bis 16bis Li ialz n’a soin de rien antandre
Ne rien ne puet feire a nuel fuer
Mes c’est li mireors au cuer...
(Cligès, ed. A. Micha, H. Champion, 1957, vv. 702-704).

16 Ter 16Ter Ne me sentant point trop sûr de ce que j’avançais ici, j’ai téléphoné à l’Observatoire de Paris, où Monsieur Verdet a bien voulu m’éclairer sur ce point : jamais, me répondit-il, le système de Ptolémée ne fut totalement oublié en Occident ; cependant, à l’époque dont vous parlez, il n’était plus connu que de quelques rares esprits, les plus savants, les plus "pointus". C’est effectivement au xiiie siècle que, par le truchement de Juifs Espagnols ayant traduit les Arabes et alors eux-mêmes retraduits en latin, le système ptolémaïque connut une grande diffusion, notamment à travers Saint Thomas d’Aquin, le maître à penser de Dante.

19 bis 19 bis Cf. les vers 12-13 :
Aeriae primum volucres te, diva, tuumque
Signifiaant initum, percussae corda tua vi...
et un peu plus loin, aux vers 19-21 :
... rondiferasque domos avium, camposque
virentes,
Omnibus incutiens blandum per pectora amorem,
Efficis ut cupide generatim saecla propagent.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540