Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

L’homme et les planetes dans les planches de l’Homme anatomique et de l’Homo astrologicus

Monique Santucci

Texte intégral

  • 1 I. Pouy, Recherches sur les Almanachs et Calendriers historiés du xvième siècle au xixème siècle, (...)

1A peine l’imprimerie était-elle découverte que l’on a vu s’épanouir toute une floraison de Livres d’Heures et de Calendriers et de Composts de Bergers ou de Bergères.1

2Les Livres d’Heures commencent, en général, par un al-manach et un calendrier, rappelant aux hommes l’influence des astres et des planètes sur leur corps, avant de consacrer des pages aux Evangiles, aux Heures proprement dites, aux psaumes de la Pénitence et aux vigiles des morts.

3Les Composts incitent, au même monent, les bergers à contempler les "arbres" des vices et des vertus ainsi qu’a songer a la mort ; mais, auparavant, ils expliquent "comment les douze signes dominent le corps humain, comment les planètes "gouvernent ou regardenf" le corps, comment les étoiles sont placées dans le ciel ; connaissances "salutaires" pour aider le berger à se soigner et peur lui apprendre à deviner l’heure, en pleine nuit.

4Parmi les gravures intéressantes de ces magnifiques ouvrages, trois illustrations, reproduites ici, ont retenu, plus spécialement notre attention, parce qu’elles parviennent à "faire voir" les connexions entre le corps humain et le monde planétaire.

  • 2 Panofsk’y, Essais d’iconologie, 1939, traduction française, 1967, Paris, Gallimard.

5On ne s’en tiendra pas au niveau descriptif, à l’analyse iconographique, mais l’on s’interrogera sur les transformations du graphisme, sur les surcharges ou sur les variantes apportées par certains ateliers, afin de déboucher sur une sorte d’iconologie, pour reprendre les termes d’E. Panofvsky2 ; on tentera, au-delà de l’histoire des concepts incarnés en images, de découvrir les signes d’une évolution des mentalités, en cet automne du moyen âge.

6Les Anciens, on le sait, en vertu du vieil adage des hermétistes : "omnia ab uno et in unum omnia", se représentaient l’homme comme un microcosme à l’image du macrocosme. Terre, homme, astres et planètes appartenaient à un même cosmos, au sein duquel les astres exerçaient sur l’homme des influences combinées eu contradictoires, maléfiques ou bénéfiques. Influences très spécialisées, puisqu’elles ne concernent qu’une partie précise du corps : humain.

  • 3 Cf. A. Hahn et P. Dumaître, Histoire de la médecine et du livre médical, éd. Olivier Perrin, Paris (...)

7La fin du moyen âge partagea ce courant de pensée, corme le prouvent aussi bien de savants traités, comme le Tractatus de flobotomia de Jean de Ketham3, que des Livres d’Heures ou des Composts. Ces derniers présentent le rôle des signes zodiacaux, en latin :

"Ut celum signis prefurgens est duodenis
Sic hominis corpus assimilatur eis
Nam caput et facies Aries sibi gaudet habere
Gutturis et colli ius tibi Taure detur
Brachia cum manibus Geminis sunt apta decenter
Naturam Cancri pectoris aula gerit
Et Leo vult storaacum renes sibi vendicai idem
Sed intestinis Virgo preesse petit
Ambas Libra nates : ambas sibi vendicat hancas
Scorpio vult anuni vult pudenda sibi
Inde Sagltarius in coxis vult dorainari
Amborum genuum vim Capricornus habet
Regnat in aquario crurium vis apta decenter
Piscibus est demum congrua planta pedum

8ou, en français, :

  • Ariès, c. a. d ; le Bélier "gouverne la tête et la face" ; -Taurus, le Taureau, "gouverne le cou et le noud qui est dessus la gorge" ; soit la larynx, le pharynx et la thyroïde ; -Gemini, les Gémeaux, gouvernent" les espaules, les bras et les mains ; "
  • Cancer gouverne "la poictrine, la ratelle et le polmon" ;
  • Leo "gouverne l’estomac, le cueur et le dos", il passe donc pour agir sur la moelle épinière et sur le système circulatoire.
  • Virgo gouverne le ventre et les entrailles ; ce signe aurait un rôle déterminant sur le système digestif.
  • Libra, la Balance, gouverne "le petit ventre, les hennes, le nombril et la partie dessoubz les hanches", la zone lombaire.
  • Le Scorpion gouverne "la partie honteuse, les génitoires", la vessie, "le fondement".
  • Le Sagittaire "a les cuisses seulement",
  • Le Capricorne "a les genoulx seulement aussi",
  • Aquarius, le Verseau, gouverne les jambes depuis les genoux jusqu’aux talons et aux chevilles ;
  • enfin, Pisces, les Poissons, gouvernent les pieds.

9Tout le zodiaque est contenu en l’homme, telle est la vérité qu’on a affirmée depuis des siècles et que l’on continuera à proclamer encore longtemps ; telle est l’idée que"visualisent" les fameuses planches de "l’homme astrologique" ou de l’homme zodiaque.

10C’est pourquoi, l’être humain représenté sur la planche (fig. 1) nous apparaît avec un bélier sur la tête, un taureau sur la nuque, chacun des deux personnages(Castor et Pollux, symboles des Gémeaux)sur chaque bras, un crabe (le Cancer) sur la poitrine, un lion à la hauteur de l’estomac ; en dessous, sur la peau, une jeune femme(elle tient souvent une gerbe de blé dans ses bras) ; puis, toujours, en descendant, une balance, ensuite un scorpion sur le sexe ; un centaure tirant à l’arc, (symbole graphique du Sagittaire)sur les cuisses ; une chèvre à queue de poisson(symbole du Capricorne) à la hauteur des gencux ; en dessous, un personnage, les coudes appuyés sur les mollets de l’homme, renverse une cruche d’eau ; et, enfin, un poisson sous chaque pied.

Fig. 1 B. N. Rés V 1266

11La planche suppose des lecteurs habitués aux représentations graphiques des signes zodiacaux, et par conséquent, capables de graver facilement dans leur mémoire cette planche assurément étrange peur un lecteur moderne.

  • 4 Remarque faite par R. P. Festugière, La révèlation d’Hermès Trismégiste, Paris, 1950, t. 1, Premiè (...)

12Etrange peut-être, mais, à sa manière, détentrice d’une parcelle de vérité : on connaît la loi d’attraction universelle et l’on sait eue le corps subit continuellement l’influence de rayons cosmiques.4

  • 5 Les Très Riches Heures du duc de Berry, 1485. Le mouvement des bras prouve que le personnage de do (...)

13Flanche pleine de vie, et j’insiste sur ce point : les êtres à figure humaine ou animale qui viennent orner le corps respirent la santé ; le corps de l’homme, loin d’être squelettique, laisse même deviner des muscles, sur la gravure des Très Riches Heures du duc de Berry,5

14Planche toutefois incomplète : elle laisse dans l’ombre toute référence aux quatre éléments et les planètes sont absentes de cette anatomie zodiacale.

15L’action des planètes sur le corps humain, en revanche, s’impose au regard, dans la seconde planche, habituellement nommée "l’homme anatomique". (fig. 2)

16Mais la vie semble l’avoir désertée : les êtres vivants, symboles graphiques des signes astrologiques, ont été remplacés par des étoiles, des traits et des textes. L’homme, sur les planches de ce type ressemble à un cadavre, autopsié, le ventre ouvert, ou bien, comme ici à un squelette.

17Pour démontrer l’action des planètes, ne pouvait-on donner à l’homme l’apparence de vie qu’il garde dans la planche de l’homme astrologique ? Pourquoi l’avoir réduit à l’un de ces squelettes qui hantent les cabinets d’anatomie ?

  • 6 Sur la plupart des planches, le fou et la lune semblent se regarder. Il se trouve qu’il en est aut (...)

18La description de la planche oriente partiellement la réponse. Autour du squelette gravitent les planètes reliées cha -cune à une partie du corps humain. Le soleil, a visage humain, domine la tête, tandis que la lune, à visage humain également, se trouve près d’un des genoux et tourne la tête dans la direction d’un étrange personnage accroupi6. Des étoiles, situées autour du corps, indiquent l’emplacement des autres planètes. De chacune d’elles partent un trait qui aboutit à la zone du corps placée sous son regard ainsi qu’une banderole résumant son action : "Sol regarde le cuer", "Venus les rongnons", "Lune regarde le chief", "Mars regarde le fiel", "Mercure le pemon", "Jupiter regarde le foye", "Saturne la ratelle" (la rate).

19Quatre lignes de textes, riches d’enseignements, encadrent, à gauche et à droite, le squelette relié aux planètes.

20La finalité de la planche se degage du texte de gauche

"On peult contempler en ceste hystoire les os et joinctures de toutes les parties du corps tant dedans comme dehors. De la teste, du col, des espaules, des bras, du hault et bas, des mains, des coustes, de la poictrine, de l’eschine, des anches, des cuisses, des genous, des gembes et des piez desquelx os les noms et le nombre d’iceulx seront dit cy-après. et est appellee l’ystoire Anathomye".

Fig. 2 B. N. m V 33

21Ce dessin qui indique, avec précision, la place de chaque organe et le nom de la planète dont il dépend servait donc de support à une leçon d’anatomie.

22Sa destination médicale est confirmée par le texte de droite :

"On peult contempler par ceste figure les parties du corps humain sur lesquelles les planetes ont regars et dorainiemens pour garder d’y attoucher de ferrement, ne faire incision es vaynes qui en procedent pendant que le planete d’icelle partie serait conjoinct avec autre planete malivolant sans avoir regart d’aucun bon planète pour povoir empescher sa mauvaitie".

23Avant d’opérer un organe, le chirurgien devait s’enquérir de la conjonction des planètes.

  • 7 Le livre de Mondino de Luzzi est réédité en 1542, encore. Guy de Chauliac, né vers la fin du xiii (...)
  • 8 R. P. Festugière, op. cit, p. 133.

24Cette planche s’appuie sur une longue tradition médicale. Deux ouvrages faisaient alors autorité : l’Anatotnia de Mondino de Luzzi, écrite en 1319 -elle restera extrêmement populaire jusqu’à Vésale -et la Grande Chirurgie de Guy de Chauliac7. On y relève la croyance en de bonnes ou de mauvaises planètes : Jupiter et Vénus passaient pour être des planètes favorables ; Saturne et Mars étaient plutôt maléfiques, tandis que Mercure restait neutre. Lorsque la "bonne influence de l’astre dominant fait défaut, il convient d’y suppléer en recourant aux animaux-, aux plantes ou aux pierres de la même série verticale... pénétrés (des) effluves et de (l’) énergie de l’astre"".8 Des médecins choisissaient ainsi leurs remèdes en fonction des planètes ; une thérapeutique découlait donc de la science des planètes.

  • 9 Voir note 3.

25Nais si ces fonctions des planètes sont admises depuis longtemps, il faut attendre 1491, à Venise, pour voir paraître le premier traité médical illustré de planches anatomiques : c’est le Fasciculus medicinae de Jean de Ketham.9 Deux ans plus tard, on publie des figures anatomiques sur des planches séparées. La première, imprimée à Nuremberg, est attribuée à un médecin parisien, Richard Hélain.

26Le choix d’un squelette pour illustrer une leçon d’anatomie paraît donc un phénomène nouveau.

27Attendue dans des livres de médecine, sa présence surprend, lorsqu’on la constate dans des Composts ou dans des Livres d’Heures.

  • 10 Dans le Compost des Bergers, (B. N. Rés V. 275), de la bouche du noir s’échappent "To to to", prem (...)

28Il nous faut bien admettre, dans un premier temps, que la planche voulait, non pas montrer un mort ou la mort, mais un VIVANT soumis à l’action des planètes. Curieusement certains Composts représentent la Mort sous les traits d’ur noir en chair et en os10.

  • 11 Le Compost des Betgers (B. N. Rés. m. V. 33) s’achève sur un Dit des trépasses.
    Dans l’exemplaire C (...)

29Cependant, dans les premières pages des Composts et des Livres d’Heures, la planche annonce implicitement certains développements ultérieurs consacrés au thème de la mort.11

30Il convient maintenant de s’interroger sur le person -nage accroupi entre les jambes du squelette. Son bonnet et la marotte qu’il tient entre ses mains constituent les signes extérieurs du fou.

31Comme, la plupart du temps, le fou regarde la lune, tout se passe comme si la tête de l’homme, siège de l’intelligence et placée sous le "regard" de la lune, se retrouve liée à la folie, incarnée par le personnage accroupi.

32Cette scène laissera peut-être perplexe un lecteur moderne, mais elle est riche de significations pour un homme du xvème siècle. Pour peu qu’on fasse intervenir la notion d’intertextualité, elle permet même une lecture plurielle.

  • 12 Cl. Blum, La représentation de la mort dans la littérature française du xvi ème siècle, Thèse d’ét (...)

33Relier la mort et la folie s’impose lorsqu’on replace la planche dans un contexte chrétien. L’homme qui ne respecte pas la volonté divine, l’homme qui succombe au péché et choisit d’y demeurer, celui-là est un fou. Déjà, dans l’Ancien Testament, le fou est celui qui "méconnaît Dieu et la loi, Dieu ou la loi. "12. Et l’homme qui dans sa folie a choisi le péché voit son châtiment se dessiner sur fond de mort. Bien plus, il est dès ici-bas habité par la mort :

  • 13 Hélinand de Froidmont, Les vers de la mort, texte et traduction, Champion, 1983, à paraître. Str. (...)

".. en arae qui est sanz foi,
Qui lest son cors vivre sanz loi,
Morz parmenablement habite".13

34La planche, ainsi éclairée, se charge de nouvelles significations : elle vient non seulement lui expliquer l’action des planètes sur son corps, mais elle lui impose l’image, d’une part, de ce qu’il est condamné à devenir : un squelette, d’autre part, de ce qu’il est déjà sur terre, en demeurant dans le péché : un mort qui ne connaîtra pas la vraie vie dans l’au-delà.

35Si nous laissons dans l’ombre l’arrière plan religieux, les liens tissés entre la lune, l’homme et le fou débouchent sur une autre interprétation.

  • 14 Le dictionnaire des symboles, sous la direction de J. Chevalier et d’A. Gheerbrant, éd. R. Laffont (...)

36Le rattachement, beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit, de la lune à la tête et du soleil au coeur se retrouve dans d’autres civilisations. Le soleil n’est-il pas au centre du ciel comme le coeur est au centre de l’être ?14

  • 15 La dualité symbolique de la dyade soleil-lune est nettement mise en relief dans une miniature du x (...)

37Le soleil donne la lumière, la lune symbolise les forces ténébreuses.15 Lorsque la lune "regarde" la tête de l’home me, elle figure sa part d’animalité et ses forces d’instinct. Et comme la lune est liée au fou, on est conduit à dire que la lune est responsable de la folie de l’homme.

  • 16 Ph. Ménard, dans Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au moyen âge, avait attire (...)

38Le pouvoir de la lune varie : ses mauvaises influences, dit-on, diminuent lorsque la lune croît et augmentent lorsqu’ elle décroît. Sous son influence, la folie de l’homme se confond parfois avec la sagesse. On se souvient que, dans le Protheselaüs, le fou Ménalon admoneste le méchant roi, tenant en réalité le langage de la sagesse ; curieusement, l’auteur note que Ménalon était alors dans "une bonne luneison"16.

39Ainsi cette planche, faite à l’origine pour donner aux vivants une meilleure connaissance de leur corps, peut se lire comme une image de leur mort spirituelle, ou seulement, de leur mort naturelle. Elle offre en outre la possibilité de lier la folie au péché ou seulement à la lune.

40La planche de l’homme anatomique connut un vif succès. Les ateliers la reprennent parfois, en l’enrichissant. Les motifs ajoutés, les textes incrits présentent des variantes.

  • 17 D. Poirion, Ecriture et réécriture au moyen âge, in Littérature, Intertextualites médiévales, Laro (...)

41Il convient alors d’appliquer un des théorèmes formulés par M. Daniel Poirion : "Les variations apportées à un texte par des variantes de détail... ont elles-mêmes un sens et une histoire qu’il faut retrouver".17

42Dans quel sens les surcharges précisent-elles ou modifient-elles la portée de la planche ?

43Au centre des nouvelles planches de l’homme anatomique, figure le squelette ; autour de lui gravitent les planètes qu’aucun trait ici ne relie à un organe du corps. On note quelques variantes dans les textes inscrits sur les banderoles : ici, Vénus et Mercure regardent toutes les deux les rognons, alors que dans la planche précèdente, Mercure dominait, les poumons ; là, Saturne regardait la rate, ici le poumon ; là le soleil regardait le coeur, ici l’estomac. Ces variantes reflètent-elles des divergences entre les enseignements des médecins ? Peut-être.

44Toutefois, l’essentiel deraeure : les planètes exercent un pouvoir sur notre corps, et, c’est la lune et non le soleil qui "regarde" la tête, une lune tournée vers le fou.

45Cet ensemble qui occupait toute la surface de la planche précèdente joue ici le rôle de motif central. (fig. 3)

46Changement important : les deux longs textes qui prouvaient l’utilisation médicale et chirurgicale de la planche ont maintenant disparu, mais on a introduit de nouveaux textes plus courts et quelques personnages.

Hecres à l’usage de Rouen, vers 1508, Simon Vostre. (B. N. Velins 1657)
Fig. 3

47Les nouveaux textes font intervenir les quatre éléments et les tempéraments. On sait que, selon une conception répandue depuis les Anciens, le feu, l’air, la terre et l’eau, constitutifs du monde créé, se retrouvent aussi bien dans le macrocosme que dans le microcosme. Et c’est la prédominance chez l’homme d’un de ces éléments qui détermine son humeur et son tempérament. Les humeurs, en effet, ne sont pas toutes de la même nature ni composées d’égale portion d’éléments semblables. Le feu prédomine dans la composition de la bile jaune, propre au colérique ; l’air domine dans les éléments propres à faire le sang et, par conséquent chez le sanguin ; l’eau l’emporte dans la composition du flegme, donc chez le flegmatique ; et la terre dans la composition de la bile noire qui rend mélancolique.

48Ces précisions éclairent les conseils donnés pour pratiquer une saignée :

"Quant la lune est en aries, leo et sagitarius, il faict
bon saigner au colérique. Feu.
"Quant la lune est en gemini, libra et aquarius, il faict
bon saigner au sanguin. Aer.
"Quant la lune est en taurus, virgo et capricornus, il faict
bon saigner au fleumatique. Terre.
"Quant la lune est en cancer, scorpio et pisces, il faict
bon saigner au melancolique. Eaue. "

49Ainsi, avant de pratiquer une saignée, on doit tenir compte du tempérament du patient et de la position de la lune dans le ciel.

50Chaque type de tempérament était aussi symbolisé par un animal : le lion correspondait au colérique, le singe au sanguin, l’agneau au flegmatique, le pourceau au mélancolique. On comprend mieux ainsi les quatre autres textes suivants :

"Le colérique tient du feu et du lion, il a perilleux vin, mauvaise complexion."
"De l’eaue et de l’aignel tient le fleumatique ; est simple et doulx, tendant a pratique."
"Du singe et de l’aer tient le sanguin qui est franc et plaisant et a joyeux vin."
"Le mélancolique tient du pourceau et de terre, il est pesant et ort, donneur ne lui chaut gueres. "

51On aura constaté un fait troublant : dans les premiers textes, le flegmatique est lié à la terre, le mélancolique à l’eau, alors qu’ensuite, le mélancolique tient de la terre et le flegmatique de l’eau. Il est difficile d’avancer une explication.

52Des tableaux, dans les angles, viennent donner une illustration de ces quatre tempéraments.

53Un homme debout, armé de pied en cap - sans doute un guerrier-, un lion à ses pieds, incarne le colérique ; un chasseur, tenant un faucon sur son poing, près d’un singe, illustre le sanguin ; à côté d’un agneau, l’homme habillé avec recherche, tenant des gants et portant une escarcelle à la ceinture, veut symboliser le flegmatique ; le paysan. lourdement appuyé sur un bâton, devant un pourceau, incarne le mélancolique.

54Qui lit la planche, en portant ses regards du pourtour au centre de la planche constate que les hommes, malgré les différences liées à leur position sociale et à la nature de leur temperament, se ressemblent néanmoins, puisque leurs organes subissent sans distinction l’influx des planètes et, surtout, puisqu’ils sont tous des morts en puissance. Enlevez aux hommes leur peau, leurs vêtements, leur enveloppe sociale, vous trouverez toujours le même squelette.

55Sans doute les poètes et les hommes d’église ont-ils dit et répété, depuis longtemps, l’égalité des hommes devant la mort, mais cette planche me paraît traduire visuellement cette vérité d’une manière plus originale.

56Sur ce document l’on retrouve, comme on l’a dit, l’influence des astres et des planètes sur le corps humain. Mais un élément nouveau entre en ligne : l’acte de la saignée.

57Affecté par le mouvement du monde planétaire, l’homme est comme déséquilibré par la prédominance en lui d’un des quatre éléments. Mais l’homme réintroduit l’ordre par l’acte de la saignée qu’il pratique à un moment de son choix, en tenant compte de la position de la lune dans une sphère zodiacale, manifestant ainsi sa liberté autant que sa compréhension de l’univers.

58L’homme, sur la planche, demeure libre, malgré un certain déterminisme.

  • 18 Dans les Heures à l’usage de Rome, (Simon Vostre 1498), on aperçoit, dans la bordure latérale exté (...)

59Le fou et la lune sont toujours là, mais contrairement à la planche précédente, quelques petits détails viennent rappeler l’existence du péché et du châtiment. Ils apparaissent dans de minuscules scènes qui animent le bas de la planche et ils ne présentent aucun caractère champêtre ou mythologique, comme on le découvre sur d’autres planches18.

60A gauche, un diable reconnaissable à sa queue, enfourne de la nourriture dans la bouche d’un homme assis devant une tablejà droite, une femme poussée par un diable, avance sa main vers un bouc. Par un raccourci surprenant se voit résumée la condition humaine : tous les êtres humains succombent à la tentation. Aurait-on voulu nous faire croire que les hommes pécheraient plutôt par gourmandise et les femmes plutôt par luxure ?

61En tout cas, la présence de ces scènes sur la planche étudiée incite à dire que le fou renvoye aussi au péché, puisque les diables renvoient à l’au-delà de la mort, au châtiment qu’encourent les pécheurs, donnée totalement absente de beaucoup de planches.

62Le squelette et le fol symbolisent la nature de l’homme essentiellement pécheur. C’est du moins l’enseignement qui, me semble-t-il, se dégage de notre planche.

63Certains critiques modernes, comme James Dauphiné, interprétent la présence du fou entre les jambes du squelette, comme une version graphique de "la vie n’est que folie". Il est vrai que, quelques années plus tard, Shakespeare fera déclarer à Macbeth (acte V sc. 5) :

"life... it is a tale
told by an idiot, full of sound and fury
signifying nothing. "

64Mais il n’est point évident que cette idée, constante dans le théâtre shakespearien, soit familière à nos auteurs de Livres d’Heures et de Composts.

65En revanche, sur d’autres documents, la folie n’est liée qu’à la lune. Quatre vers ajoutés au bas d’une planche en apportent, la prevve éclatante :

  • 19 Heures à la louange de Dieu et de sa très sainte et glorieuse mère, Paris, A. Vérard, (1497 ?). B. (...)

"Le folatique mapelon
Le quart de la lune ay mengie
Chacun tient de moy peu ou non
J’ay grande genealogie"19.

  • 20 Cl. Blum, op. cit, p. 290.

66CL. Blum20 proposait des interprétations quelque peu différentes : le fol et les vers cités orienteraient la signification de l’univers : "ils rendent manifeste que le point de départ de l’ordre universel est l’homme, cet homme dont la réalité essentielle est le péché et la mort. L’ordre représenté ici est un ordre divin qu’a atteint le péché. Le péché rend raison du mouvement qui anime la création... la nature meurt comme l’homme parce que le péché a rejailli sur elle... l’homme meurt comme la nature dont il subit les lois".

67Le monde créé par Dieu est certes un monde vivant, mais pourquoi le péché de l’homme serait-il à l’origine du mouvement du monde planétaire ? Les planches ne me paraissent pas rendre évidente cette interprétation. D’autre part, si l’homme subit l’influx des planètes, sa mort, à mon avis, ne sous-entend pas leur mort.

68En revanche, comme CL. Blum, je crois possible "une lecture naturaliste et profane de la mort", lorsque le fou et toute référence au péché sont absentes de la planche.

69En conclusion, ces planches, qui portent les traces d’une culture médicale et scientifique, font apparaître comment les mentalités de la fin du xvème siècle se représentaient l’univers ainsi que la vie du corps humain soumis aux astres et aux planètes.

70Leur insertion dans les Livres d’Heures et dans les Composts les éloigne, sans pour autant la renier, de leur portée purement scientifique, modifie leur orientation et les invite à des interprétations nouvelles.

71On sait à quel point les hommes du xvème siècle sont hantés par l’idée et l’image de la mort. La planche de l’homme anatomique correspondait bien sûr au goût de l’époque pour le macabre.

72Les différentes présentations de l’homme anatomique imposent à la vue des lecteurs l’image de sa mort ; l’image de sa propre mort terrestre, et, selon la force de ses croyances religieuses, l’image de sa mort spirituelle, s’il continue à vivre dans le péché. Elles proclament, à leur manière, plus ou moins explicitement l’égalité des hommes devant la mort.

73Le fol, entre les jambes du squelette, -à une époque où il apparaît dans la danse des morts-renvoie toujours au péché, dans une optique chrétienne, mais, en l’absence de toute trace liée au péché et au monde de l’au-delà, il ne "regarde" plus que la lune. La folie dès lors n’est plus figure du péché ; elle devient la conséquence d’une influence lunaire. Tout se passe comme si la mort et la folie de l’homme pouvaient recevoir une explication "naturaliste".

74Loin de moi l’idée d’affirmer que les auteurs des Livres d’Heures ou des Composts rejettaient tout contexte chrétien. La présence de l’au-delà, ne l’oublions pas, reste implicite pour la plupart des hommes du xvème siècle. Néanmoins, les propos de P. Rivière, dans la Nef des Foiz, nous invitent à attirer l’attention sur cette lecture possible des planches :

".. maint y a qui espere en ce
aussi que c’est humaine chose
de pecher et disent en glose
que cela vient de nature" (fol XII, verso)

75P. Kivière, conscient d’une évolution des mentalités, stigmatisait cette attitude qui, à juste titre, lui apparaissait une menace pour la conception chrétienne du monde.

76Les auteurs de Livres d’Heures et de Composts ont utilisé ces planches qui permettaient une nouvelle interprétation des liens tissés entre l’homme et la lune, sans avoir toujours été conscients du non-dit qu’elles véhiculaient.

Notes

1 I. Pouy, Recherches sur les Almanachs et Calendriers historiés du xvième siècle au xixème siècle, Amiens, 1874.
P. Lacombe : Les Livres d’Heures imprimés au xvème et au xvième siècles.
Le Livre d’Heures de Caillaut (1482 ; 1500)
Le Livre d’Heures de Ph. Pigouchet (1491)
Le Livre d’Heures de Simon Vostre (I498 ; 1508)
Les Heures à l’usage de Bourges (1488 ?)
Les Heures à l’usage de Rome (1491)
Cy est le Compost et Kale(n)drler des bergiers nouvellement et auccme(n)t co(m)posé, Paris, G. Marchant. 1496.
Cy est le Compost des Bergers, Paris, G. Marchant, 1499.

2 Panofsk’y, Essais d’iconologie, 1939, traduction française, 1967, Paris, Gallimard.

3 Cf. A. Hahn et P. Dumaître, Histoire de la médecine et du livre médical, éd. Olivier Perrin, Paris, 1962.
En 1491, à Venise, paraît un Fasciculus medicine, le Tractatus de flobotomia de Jean de Ketham.

4 Remarque faite par R. P. Festugière, La révèlation d’Hermès Trismégiste, Paris, 1950, t. 1, Première partie, "L’astrologie et les sciences occultes", p. 94.

5 Les Très Riches Heures du duc de Berry, 1485. Le mouvement des bras prouve que le personnage de dos n’est pas l’image, renvoyée par un miroir, du personnage vu de face ; sans doute est-ce une manière de suggérer que les astres influencent les deux sexes.
On constate en outre que l’homme ne tient aucune fleur dans ses mains. L’homme zodiacal représenté sur la figure(1) n’aurait-il pas été destiné à l’origine à un ouvrage médical et aux plantes médicinales ? Dans ce cas, il tiendrait dans les mains des simples.

6 Sur la plupart des planches, le fou et la lune semblent se regarder. Il se trouve qu’il en est autrement, sur la seule planche qu’il nous a été pennés de photographier.

7 Le livre de Mondino de Luzzi est réédité en 1542, encore. Guy de Chauliac, né vers la fin du xiii ème siècle, mort à Lyon en 1363, fut un illustre professeur de la faculté de Montpellier. Pendant trois cents ans, il fit autorité. (La Grande Encyclopédie, art. Gui de Chauliac.)

8 R. P. Festugière, op. cit, p. 133.

9 Voir note 3.

10 Dans le Compost des Bergers, (B. N. Rés V. 275), de la bouche du noir s’échappent "To to to", premiers mots du Lay de la mort qu’il illustre.

11 Le Compost des Betgers (B. N. Rés. m. V. 33) s’achève sur un Dit des trépasses.
Dans l’exemplaire C. 36. 831, la Mort déclare son pouvoir sur la nature humaine et dialogue avec des femmes issues de tous les milieux (reine.. femme de chevalier, abbesse,... marchande, vierge, théologienne,... religieuse, sorcière, bigote...)

12 Cl. Blum, La représentation de la mort dans la littérature française du xvi ème siècle, Thèse d’état, dact., 1978, t. I, p. 75.

13 Hélinand de Froidmont, Les vers de la mort, texte et traduction, Champion, 1983, à paraître. Str. XXVI.

14 Le dictionnaire des symboles, sous la direction de J. Chevalier et d’A. Gheerbrant, éd. R. Laffont, 1969, articles "Lumière", "Soleil".

15 La dualité symbolique de la dyade soleil-lune est nettement mise en relief dans une miniature du xiième siècle, appartenant à l’art alsacien, et, dessinée dans le dictionnaire des symboles, (p. 470), sans malheureusement donner plus de précisions. Le soleil envoie ses rayons sur un personnage qui, dans ses deux mains, tient "LUX", tandis que la lune éclaire un autre personnage, recouvert d’un voile qu’il soutient au-dessus de sa tête, le tout dominé par le mot "tenebre" (sic).

16 Ph. Ménard, dans Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au moyen âge, avait attire notre attention sur ce passage, p. 183, note 188.

Huon de Rotelande, Protheselaüs, éd. F. Kluckow, Göttingen, 1924, v. 1294.

17 D. Poirion, Ecriture et réécriture au moyen âge, in Littérature, Intertextualites médiévales, Larousse, fév. 1981, p. 114.

18 Dans les Heures à l’usage de Rome, (Simon Vostre 1498), on aperçoit, dans la bordure latérale extérieure, un cerf forcé par les chiens et, dans la bordure inférieure, un cerf mort, rapporté sur un cheval, tandis que des piqueurs tiennent en laisse la meute. En outre, deux des angles sont ornés de figures de Sibylles, ces femmes qui, chez les Anciens rendaient les oracles et qui auraient prédit la venue du Christ. Le Dies Irae précise que le monde finira par le feu suivant la prédiction de David et de la Sibylle.

19 Heures à la louange de Dieu et de sa très sainte et glorieuse mère, Paris, A. Vérard, (1497 ?). B. N. Vélins 1631.

20 Cl. Blum, op. cit, p. 290.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 B. N. Rés V 1266
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 2 B. N. m V 33
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Hecres à l’usage de Rouen, vers 1508, Simon Vostre. (B. N. Velins 1657)Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 794k

Auteur

Université de Paris III La Sorbonne nouvelle

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540