Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Barthelemi l’Anglais, traités du soleil et de la lune, traduits par Jean Corbechon (1372) (édition et commentaire)

Michel Salvat

Texte intégral

Présentation

  • 1 P. Kibre, "The quadrivium in the thirteenth century Universities, with special reference to Parie" (...)

1L’astronomie est, à côté de l’arithmétique, de la musique et de la géométrie, l’un des quadrivalia dont l’enseignement est autorisé à la Faculté des Arts de Paris, les jours de fête selon le Statut de Robert de Courçon qui date de 1215.1

  • 2 G. Beaujouan, "Une lente préparation au ‘décollage’des sciences (quadrivium et médecine) dans la F (...)

2Si, comme le remarque M. Guy Beaujouan, "il est très difficile de savoir ce qu’était, au xiiie siècle, l’enseignement du Quadrivium" à Paris, l’étude des manuels d’enseignement en circulation à cette époque est "beaucoup plus révélatrice."2

  • 3 L. Thorndike, The Sphere of Sacrobosco, Chicago, 1949.
  • 4 G. Beaujouan, op. cit., p. b54.

3En ce qui concerne l’astronomie, l’ouvrage le plus intéressant est peut-être le De Sphera de Johannes de Sacrobosco, composé sans doute à Paris, vers 12203, dont l’auteur témoigne d’un "désir de vulgariser l’astronomie nouvellement traduite de l’Arabe, sans pour autant brutalement répudier les poètes de l’Antiquité ou la tradition de Macrobe et du haut moyen âge."4

  • 5 Id., ibid., p. 855.

4La Sphère de Sacrobosco constitue en quelque sorte le "noyau d un corpus qui, en s’enrichissant peu à peu d’éléments complémentaires va, à partir de la fin du xiiie siècle, constituer avec Aristote la base de l’enseignement scientifique dans les facultés des Arts. "5 Dans le domaine de l’astronomie vont donc s’y ajouter notamment l’Astrolabium de Messahalla, traduit de l’Arabe, et la Theorica planetarum Gerardi.

5M. Beaujouan souligne que "l’astronomie devient de plus en plus la science dominante (...) du fait de son caractère de science pilote (...) (et) aussi comme constituant la partie théorique d’une discipline dont l’autre face est tout naturellement l’astrologie" qui imprègne toute la pensée du xiiie siècle.(5)

  • 6 Edition que nous donnons d’après le ms. 22531 du fonds français de la Bibliothèque Nationale de Pa (...)

6Composé entre 1240 et 1270 approximativement, le De proprietatibus rerum de Barthélemi l’Anglais, une des encyclopédies de vulgarisation qui fleurissent en ce siècle, présente en son Ville Livre, sous une forme condensée, un traité sur les Corps célestes qui témoigne bien de cette double approche. De sa vaste compilation, nous donnons ici les chapitres consacrés au Soleil et à la Lune, dans la "translation" inédite qu’en a faite Jean Corbechon en 1372 pour figurer dans la bibliothèque de Charles V.6

7Barthélemi n’était pas un spécialiste de l’astronomie, et sa volonté de "faire bref" laisse son ouvrage très en retrait par rapport aux traités dont il s’inspire comme aux oeuvres spécialisées de ses contemporains. Quant à Corbechon, sans doute encore moins "scientifique", il ne paraît pas avoir toujours compris le texte qu’il traduisait : il a en effet, tant bien que mal, résumé certains passages, commis(ou est-ce le copiste ?) des erreurs de références, enfin laissé de côté des passages parfois assez longs, sans parler des fautes de lecture entraînant des traductions aberrantes. Malgré ces défauts, les textes que nous éditons ont le mérite de donner une idée de l’état des connaissances en astronomie (et astrologie) aux xiiie et xive siècles, connaissances qui d’ailleurs étaient celles de la grande masse des clercs non spécialistes en cette science, puisque De proprietatibus rerum ou Livre des proprietez des choses figuraient parmi les "usuels" des monastères ou étaient loués aux étudiants, comme en témoigne Christine de Pisan.

8Auteurs cités par Barthélemi l’Anglais.

9(Les orthographes sont celles de la version de Corbechon ; les chiffres romains renvoient aux chapitres et les chiffres arabes aux paragraphes)

10- Albumasar (XXVIII, 3 - XXIX, 10, 16, 26)

11Ahmad Abu Ma’char, médecin arabe du ixe siècle qui se fit Chrétien et vécut à la cour du calife Al-Mā’mūn (198 de l’Hégire/813-218/833), un des fils d’Harun ar-Rachid. Ce calife tint une place éminente sans l’histoire du développement de la science comme fondateur du Dar al-Hikma, la "Maison de la Science", où fut entreprise la traduction systématique des chefs-d’oeuvres antiques, premiers efforts de la renaissance scientifique. Il nous reste d’Albumasar un ouvrage qui a été traduit en latin sous le titre d’Apotelesmata, sive De significatione et eventis insommorum édité à Francfort en 1577.

12- Alixandre (XXVIII, 15, 16, 20)

13Barthélemi ne donnant aucune précision, il peut s’agir d’Alexandre de Haies, franciscain anglais comme lui, né vers 1170 et mort à Paris en 1245. Il est l’un des premiers à avoir utilisé les traductions arabes d’Aristote. Les emprunts de Barthélemi peuvent avoir été faits au chapitre III (le ciel) de la Summa universae theologiae qui lui était attribuée.

14- saint Ambroise (XXVIII, 4 - XXIX, 2)

  • 7 Hexaemeron Libri VI, éd. C. Schenkel, 1896-97, Corp. Script. Eccl., t. XXXII ; cf. aussi Patrologi (...)

15Archevêque de Milan de 374 à 397, père et docteur de l’Eglise, c’est lui qui baptisa saint Augustin. Il est l’auteur, entre une quantité d’autres, d’un ouvrage dogmatique, l’un des trois Hexameron que nous a laissés l’Eglise des premiers siècles.7

16- Aristote (XXVIII, 8, 10, 19 - XXIX, 3)

17Barthélemi emprunte au Livre des Eléments, qu’il cite deux fois.

18- Bede (XXVIII, 22 - XXIX, 3, 9, 12)

  • 8 Ed. Giles, 1844 ; cf. aussi Patrologie latine, t. XC-XCV.

19Saint Bède le Vénérable, né en Northumbrie en 673, mort en 735, est l’un des principaux personnages de l’Eglise anglo-saxonne du début du-VIIIe s. Parmi ses ouvrages, celui auquel emprunte Barthélemi doit être le Cuculus ou Conflictus veris et hiemis.8

20- saint Denis (XXVIII, 9, 11)

  • 9 G. Théry, Etudes dionysiennes, 2 vol., Paris(Vrin) 1932-38.

21Saint Denis l’Aréopagite, premier évêque d’Athènes, converti par saint Paul, a été crédité faussement de plusieurs ouvrages de la fin du ve siècle, comme celui des Noms divins cité ici.9

22- Galien (XXIX, 19) et Ypocras (XXIX, 18, 19, 20)

23Les ouvrages d’Hippocrate cités sont sans doute apocryphes, mais la tradition médiévale, après Galien, les lui attribue avec beaucoup d’autres. Quant à l’oeuvre de Galien (vers 131—vers 201), elle procède en grande partie de ces ouvrages.

24- Macrobe (XXVIII, 6, 18, 19 - XXIX, 3, 6, 11, 15)

  • 10 In Somnium Scipionis commentaria, 2e éd., par Eyssenhardt, 1893.

25Cet écrivain et grammairien latin du début du Ve siècle est l’auteur d’un Commentaire sur le songe de Scipion de Cicéron.10 Barthélemi cite approximativement l’ouvrage : In libro Ciceronis, mais Jean Corbechon donne une fois "Livre de Cyteron", une fois "livre de Cyction". En ce qui concerne le Livre des Estelles qu’il lui attribue (XXIX, 11), il s’agit d une erreur de lecture, le ms. latin portant bien : "unde Marcianus in Libro Astrologis" (cf. ci-dessous)

26- Marcien (XXVIII, 5, 9, 18, 23, 26 - XXIX, 6, 11, 13, 22)

  • 11 La meilleure édition est celle de A. Dick, Leipzig, 1925. Une nouvelle édition en a été donnée par (...)

27Martianus Capella, né à Carthage en 365 environ, mort en 440, est l’auteur du meilleur traité de cette science qui nous soit parvenu, le De aatronomia. Il contient : les cercles célestes ; les constellations septentrionales et méridionales ; les heures de la lumière du jour aux différentes latitudes ; les anomalies des quatre saisons ; les discussions de l’orbite de chaque planète ; le soleil et la Iune ; C’est là que Barthélemi a le plus largement emprunté. Ce traité constitue le livre VIII du De nuptiis.11

28- Massahalat (XXVIII, 1), Messahalat (id°),
Misalath (XXIX, 25), Mesalath (lat. XXVIII) ou
Misehalath (lat XXIX)

  • 12 F. J. Carmody, Arabic Astronomical and Astrolo-gical Sciences in Latin Translation, Univ. of Calif (...)

29Massallah, en Arabe Māshā’allah ibn Athari al-Basri, dit aussi "le Juif Joël ou Joab", "Manasse" ou "Mebasser" est l’astronome arabe le plus célèbre en Occident. Il est à la cour des califes al-Man’sur et al-Māmūn d’environ 770 à 815. De nombreux livres lui ont été attribués par les auteurs occidentaux, mais un seul a été localisé en Arabe. Selon Francis J. Carmody, la plupart traitent d’astrologie pure et contiennent très peu de matières extérieures à cette "science". Ses oeuvres originales restent donc à identifier, par une étude du contenu astrologique qui est jugé "très archaïque".12 Beaucoup des traités qui lui ont été attribués, en traduction latine, ont fait l’objet d’éditions jusqu’au milieu du xvie siècle.

30- Platon (XVIII, 7)

31C’est le Thimée qui est cité, ouvrage auquel se réfère souvent Barthélemi dans son encyclopédie.

32- Tholomee (XXVIII, 23, 27 - XXIX, 8, 17, 21, 24, 26)

33Astronome et mathématicien grec du IIe siècle ap. JC, Ptolémée est l’auteur d’un traité complet d’Astrologie, le Tetrabiblon, dans lequel doit être inclus le "livre du Jugement des étoiles" (libro de iudiciis astrorum), à moins que ce ne soit le titre latin de l’ouvrage lui-même.

34- Ysidoire (XXVIII, 1)

  • 13 Texte complet dans la Patrologie de Migne, tomes LXXXI-LXXXIV.

35Saint Isidore, docteur de l’Eglise, évêque de Séville en 601, mort en 636, est considéré comme le "père des encyclopédistes". C’est aux Originum que tout le moyen âge connaît sous le titre Etymologiae, qu’emprunte constamment Barthélemi.13

LE VIII° LIVRE DES PROPRIETEZ DES CHOSES QUI PARLE ET TRAITTE DU MONDE ET DES CORPS CELESTIAULX

36f. 159 a

Le xxviii° chapitre qui parle du soleil

371. Le soleil, selon Ysidoire, est aisni appelle pour ce qu’il luist tout seul, car il est fontaine de tonte lumiere, et par lui tout est enluminé et hault et bas. Le soleil, selon Massahalat, est une planette fortunee quant il est de soy, maiz par conjonction d’autre, il est aucunesfoiz mauvaiz. Il est masle et journal et chault et sec. Le soleil donne vie a toutes choses, car si comme dit Messahalat, le soleil est plus grant en quantité et en dignité que toutes les autres lumieres du ciel, car sa lumiere est plus chaucee et plus pressee que des autres.

382. Il est aussi de plus grant puissance en ses oeuvres, et si est son mouvement plus regulier, car il se muet droitement en son propre cercle soubz le zodiaque, en tenant tousjours le lieu moyen ; car le cercle de soleil passe tout droit par la moyenne ligne du zodiaque sanz en passer les termes ou les methes ; et pour ce le mouvement du soleil en son cercle est regulier et tout d’une fourme, combien que au regart des autres il semble qu’il se meuve diversement.

393. Aucunesfoiz le soleil, aussi comme le zodiaque, est devisé en. xii. signes dont chacun contient. xxx. degrez, et chascun degré contient. lx. minutes, et chascune minute contient. lx. secondes. Et quant le soleil se part du point de son cercle et il retourne (159 b) a ycellui meīsme point, il passe par ces douze signes, et ce trespas est appelle "le cercle de l’an. " Le soleil, en un jour naturel, ne passe pas un degré entierement selon le compte de Albumasar, maiz il passe, lviii. minutes et. viii. secondes, si que de. lix. minutes il demeure deux secondes a passer en un jour.

404. Le soleil, par son ordené mouvement, parfait toutes choses. Et pour ce saint Ambroise, en son Exameron, descript les vertus du soleil et dit ainsi le soleil "l’ueil du monde, la joye du jour, la beaulté du ciel, la mesure du temps, la vertu et la force de toutes choses qui croissent, le seigneur des planettes, la beaulté et perfection de toutes les estelles.

415. Marcien, a ce propos, dit que le soleil est "fontaine de lumière, memoire de raison, commencement de clarté des choses naturelles, la pensée du monde, la splendeur du ciel, l’attrempement du firmament contre lequel il se muet pour attremper son mouvement.

426. Le soleil est appellé "la clarté du ciel", si comme dit Macrobe au livre de Cyteron.

437. La sentence de Platon si fu que "la lumiere de toutes les especes du ciel" viengne du soleil. Et de ce dit Platon en son Thimee que Dieu, le Createur des choses, si a soubtillié par son engin une lumiere tresclere que nous appelions le soleil, de qui la clarté enlumine le ciel, et toutes bestes croissent par lui.

448. Et Aristote, ou livre des Elemens, dit que le soleil a lumiere propre de soy, maiz les estelles et la lune ont lumiere acquise et mendiee du soleil aussi comme un miroir qui est enluminé de la chandelle qui est encontre lui.

459. Et pour ce dit Marcien que le soleil, en alant par le milieu du ciel, envoie ses rays par lesquelz sont enluminees toutes (159 c) choses et hault et bas. De ces merveilles du soleil dit saint Denis ou. vi°. chapitre du livre Des noms de Dieu que le soleil qui nait un seul si renouvelle par sa lumiere les essences et les qualitez des choses sensibles, qui sont pluseurs, et les nourrist et les garde et les parfait, et les devise et les unist, et les fait croistre, et les mue et les assiet, et les plante et les oste, et leur donne vie par sa chaleur ; et par cecy sont manifestes les proprietez du soleil en sa nature, et en ses oeuvres, et en sa substance.

4610. Car en sa substance, il a simplesce souveraine sanz composicion de parties diverses ou contraires, et pour ce est il perpetuel et sanz corruption : car composicion de parties contraires est cause de corruption selon Aristote.

4711. Le soleil, par ceste simplesce, si a legiereté en sa nature, car multitude de parties materieles est cause de pesanteur. De ceste legiereté, le soleil est able a soy mouvoir, car les choses legieres sont de plus grant mouvement que les pesantes. De ceste mobilité, le soleil a vertu et activité souveraine, car tant comme il est plus mouvant, tant a il plus grant vertu en ses oeuvres. Et pour ce disoit saint Denis que le soleil est une lumiere qui enlumine tout par sa vertu.

4812. Le soleil, dont, a une vertu enluminant, car il ne fault oncques en sa lumiere combien que il semble qu’il la perde aucunesfoiz pour la terre qui est entre nous et lui, si comme la nuit, ou pour la lune qui est entre le soleil et la terre, si comme quant il est eclipse.

4913. Le soleil aussi a vertu renouvelant, car il porte la terre par sa chaleur et l’euvre, et trait hors la vertu qui estoit mucee es racines, et renouvelle la terre de herbes, de fueilles et de fleurs ; et ce qui par froidure estoit envielli en yver, il renouvelle chascun an en esté.

5014. Derechief, il a une vertu (159 d) nourrissant, car le ray du soleil qui entre es racines et es semences esmuet les humeurs par sa chaleur ; et par sa vertu attraiant, il attrait les humeurs de la terre, ce qui est semblable aux racines et aux semences, et le convertist en leur nourrissement. Et ainsi fait il des autres choses qui naissent en terre, et en l’eaue et en l’air.

5115. Derechief, le soleil a une vertu qui garde et sauve les choses 4e ça bas, car les elemens se destruiroient l’un l’autre pour la contrarieté qui est entre eulx, se l’influence du ciel et du soleil n’y mettoient accort et attrempance, si comme dit Alixandre.

5216. Derechief, le soleil a une vertu qui parfait le corps de ça aval, car en leur generation la chaleur des elemens commence, maiz la chaleur du soleil la parfait, selon Alixandre.

5317. Derechief, il a une vertu qui devise et separe les choses l’une de l’autre, si comme il appert des couleurs qui en tenebres sont sanz divisions, maiz en la presence du soleil la veüe met difference entre le blanc et le noir. Derechief, il unist et assemble les choses devisees, si comme il appert des planettes qui sont unies et accordees ensemble en leurs oeuvres par la vertu du soleil. Il appert aussi aux elemens qui sont contraires, et si sont unis et accordés ensemble en generacion des choses naturelles par la vertu du soleil.

5418. Selon Marcien et Macrobe, le soleil est le noyen entre les planettes et a a parfaire la melodie du ciel. Il fait en son cercle ce sue fait la nature ronde de la viele ou de la guisterne qui accorde les autres. Le soleil assemble les choses qui sont semblables et separe les choses qui sont non semblables, car il euvre selon /la/ nature de la matiere que il treuve.

5519. Derechief, il a une vertu engendrant, car toute la generacion du monde se fait par lui, et pour ce dit Aristote que le soleil (160 a) est engendrant l’homme ; et rien ne croist ne ne fructefie ou le ray du soleil ne puet attaindre.

5620. Derechief, il a une vertu confortant, car selon ce que le soleil monte plus hault, de tant sont toutes choses plus vertueuses ; et quant il deffault, elles sont plus foibles et aussi comme endormies, si comme il appert des fleurs qui s’euvrent et clouent avec le soleil, selon Alixandre.

5721. Derechief, il a une vertu de muer le temps, car quant le soleil est en signe de Austre, il fait les jours cours, et quant il monte par les signes de Septentrion, il fait les jours longs : car le soleil fait le jour quant il luist sur terre, selon la diverse disposicion du soleil, le jour se mue diversement, car il rougist au matin et est cler a tierce et est chault a midi et est pale au vespre.

5822. Et pour ce dient les fables des poetes que le soleil a. iiii. chevaulx dont l’un est rouge, l’autre blanc, l’autre ardant et l’autre aime la terre pour soy coucher, si comme dit Bede. Se le soleil est pale, c’est signe de tempeste ; s’il est rouge de matin sans nue, c’est signe de pluye ; se il est aussi comme chanvi ou milieu et envoie ses rays vers les parties d’Austre, c’est signe de tempeste pluyeuse et venteuse, et se il a nues noires, il segnefie le vent d’Aquilone, si comme dit Bede.

5923. Derechief, selon l’esloignement ou approchement du soleil se muent les faces et les corps des personnes et des bestes en force et en couleur. Car selon Marcien, es constellations du soleil, les hommes sont beaulx et legiers ; et pour ce, en painture, on lui fait eles et la face d’un enfant, et est appelle Phebus, qui est a dire "bel". Selon Tholomee, le soleil fait homme corsu et bien coulouré et bel et les yeux grans, et le fait habile a toutes oeuvres d’or, maiz qu’il soit en montant ; maiz s’il est en descen(160 b)-dant, il fait la personne habile a toutes oeuvres d’arain et de cuivre.

6024. Derechief, il a une vertu purifiant, car en espartant ses rays, il fait l’air plus delié et degaste les fumees qui corrompent, et en chassant l’air qui est cause de pestillance.

6125. Derechief, combien qu’il ne soit point chault en soy, toutesvoies il a une vertu eschauffant et enflamblant ; et ce vient du mouvement de ses rays qui frottent et hurtent l’un a l’autre et s’entrataignent sur le corps ou ilz se mettent ; et pour ce, ilz causent grant chaleur, et par especial se ilz cheent sur un corps dur et poli, si comme est un miroir, dont le feu sault par la cause devant dite.

6226. Derechief, le soleil a une vertu attraiant, car par sa chaleur il trait les fumees des eaues et les ramaine aux nues, et puis les envoie en terre, ou en gresle ou en pluye ou en nege. Et pour ce dit Marcien que, selon les fables, ceulz d’Ethyope semonnirent une foiz le soleil a disner avec les autres dieux sur la mer, car ilz cuidoient que la chaleur du soleil feüst nourrie de l’eaue de la mer, et que quant il l’attrait il la convertisse en son nourrissement. Et pour ce, devant grant pluie vient grant chaleur qui l’attrait hault et fait monter.

6327. Derechief, le soleil a une vertu qui donne vie, car rien ne puet vivre ou le soleil ne puet attaindre. Et pour ce dit Tholomee que soubz le souleil est le Lyon, et est la maison ou regne ou signe du Mouton, et descent du royaume ou signe de la Livre, etc...

6428. Soubz le soleil est contenue beauté, gaaigné fortune et or. Le soleil segnefie esperit et ame, et est sa chaleur blanche et rouge ; et acomplist son cours en. iii. c. lx. jours et six heures.

6529. Derechief, le soleil est de grande quantité et de (160 c) hastif mouvement, et si ne l’appert pas a nous, car selon Macrobe, il est. viii. foiz plus grant sanz comparoison que il ne appert. Nous le poons savoir par ce qu’il nous semble plus grant au coucher et au lever, ou il est plus loing de nous, qu’il ne fait a midi, ou il est plus pres ; par quoy il s’ensuit que nostre veûe y est deceüe, et ce est clerement monstre en son mouvement qui est plus isnel que de une sayette, et toutevoies nous ne le veons pas mouvoir pour sa clarté qui est plus forte que nostre veüe ; et ainsi nous sommes deceüz en jugant de sa quantité et de son mouvement selon la veüe.

Et atant souffise de ce qui est dit des proprietez du soleil.

Le xxix° chapitre qui parle de la lune et de ses proprietez

661. La lune est ainsi appellee pour ce qu’elle est une des lumieres principales, car elle est tressamblable au soleil en grandeur et en beaulté, si comme dit Ysidoire.

672. La lune, ce dit saint Ambroise en son Exameron, est la "beaulté de la nuit, la mere de rousee, la dame de la mer, la mesure du temps, la leves du soleil", et qui prent sa fourme et sa figure selon ce qu’elle est pres ou loing du soleil.

683. La lune, dont, n’a point de lumiere propre, maiz elle la reçoipt de la fontaine de lumiere qui est ou soleil. Et pour ce dit Aristote ou livre des Elemens que la lune est tousjours enluminee du soleil en la moitié de soy, et la lumiere qu’elle reçoipt elle envoie en terre. La lune si a la nature du miroir qui de soy n’a point de couleur propre, maiz il la prent telle comme l’en la lui baille. Tant comme la lune approuche plus du soleil, tant pert elle plus de sa lumiere devers terre ; maiz tant est elle (106 d) enluminee par en hault, et quant elle est conjointe au soleil, elle ne donne point de clarté suz terre, maiz par devers le soleil elle est plaine de lumiere. Et par le contraire, quant elle est en opposicion du soleil, elle se espant toute sa clarté et rien par hault, si comme dit Bede et Macrobe.

694. Derechief, la lune mue souvent sa fourme et sa figure, car quant elle est nouvelle, elle a la figure d’un arc ; et apres. viii. jours, il semble qu’elle soit couppee par my ; et quant elle est plaine, elle est toute ronde.

705. Derechief, la lune donne croissance a toutes humeurs, si comme il appert des oz qui ont plus de mouelle en plaine lune que quant elle est petite, et ainsi est il des autres humeurs du corps.

716. Derechief, la lune attrait l’eaue de la mer, car aussi comme l’aymant trait le fer, aussi fait la lune la mer aprés soy. Et pour ce voyons nous que la mer croist et se enfle et descroist selon le cours de la lune. Car quant elle est nouvelle, la mer croist en Occident, et quant elle deffault, la mer croist en Orient et appetice en Occident. Et selon ce que la lune croist ou descroist, aussi fait la mer, si comme dit Marcien. Selon Macrobe ou livre de Cyction, la mer en croissant par la lune tient ceste maniere : car le premier jour de la lune, la mer est plus grant que elle ne soit devant le secont, elle appetice et descent tousjours jusques au. viii. e jour, et puis elle croist par. vii. jours, si que la mer est plaine en la nouvelle lune et en la plaine lune.

727. Derechief, la rousee est engendrée en l’air par la lune, car par la force de sa moisteur, elle met en l’air son impression et engendre la rousee ; et pour ce veons nous que en esté, de tant comme (161 a) la lune est plus clere et plus serie, de tant est la rousee plus grant et plus habondant dessuz la terre et dessus les herbes.

738. Derechief, la lune entre les planettes acomplist son cours en plus brif temps, car elle a plus petit cercle. Et pour ce elle passe en. xxviii. jours tous les signes du zodyaque. Selon Tholomee, soubz la lune est le signe du Cancre, et le Cancre est la maison de la lune ; et regne ou Cancre et fine son royaume ou signe de la Livre. La lune est une planette froide et moiste excessivement ; et est feminine et nocturnal et demeure en chascun signe. ii. jours et six heures, et acomplist son cours en. xviii. jours.

749. Derechief, la lune, entre toutes les planettes, a le plus vague et le plus malcertain mouvement, car pour la petitesce de son cercle est aucunesfoiz avec le soleil, l’autre foiz dessuz, l’autre foiz dessoubz, une foiz devant, une foiz derriere. La lune tourne avec le souleil par les cercles bas vers la partie d’Austre ; et quant elle va par les haulz cercles qui sont vers Bise, elle a les cornes contrement et gist envers aussi comme une nef ; et quant elle est soubz le soleil, elle a les cornes contre terre ; et quant elle descroist, elle est droite, si comme dit Bede.

7510. Derechief, quant la lune est droitement entre nous et le soleil, il est ecclipse de soleil, qui ne advient oncques par nature fors en conjonction du soleil et de la lune, et quant le soleil est ou chief du Dragon et la lune est en la queue, si comme dit Albumasar ou livre du Mouvement des planettes.

7611. Berechief, la lune esclipse par l’interposicion de la terre entre lui et le soleil, si comme dit Macrobe ou livre des (161 b) Estelles. Derechief, la lune a en soy aucunes taches obscures aucunesfoiz, et ce lui vient de sa propre qualité qui est obscure naturelment, car elle n’a point de lumiere de soy maiz elle l’a su soleil. Ou selon ce que aucuns dient, ceste obscurté en la lune vient de l’ombre de la terre qui empeesche aucunement la clarté de la lune, et par especial quant elle approuche de la terre de laquelle elle reçoipt celles deffaultes, si comme dit Marcien. Maiz quant elle monte es plus haulz cercles, adont elle appert clere, nette et sanz tache nulle.

7712. Derechief, la lune monstre la mutacion du temps, si comme dit Bede, car se elle est rouge au commencement comme or, c’est signe de vent ; s’il y a taches noires ou plus hault cornet de la lune, c’est signe que elle sera pluieuse au commencement ; et se elle est noire ou millieu, c’est signe que le temps sera bel a plaine lune. Et quant la lune estincele sur les avirons de ceulz qui nagent par nuyt, c’est signe de tempeste qui doit avenir, si comme dit Bede.

7813. Derechief, la lune, en la melodie du ciel, fait un son pesant et groz pour respondre au son du firmament qui est moult agu, si comme dit Marcien.

7914. Derechief, la lune fait porter et fructefier les semences de terre par la rousee qui vient de lui. Et pour ce, selon les fables, elle est appellee Froserpine, qui est deesse des semences que l’en met en terre. Elle est aussi appellee Dyane, qui est deesse des bois, pour ce qu’elle donne lumiere par nuyt aux bestes sauvaiges qui suierent leurs pastures par les bois ; et de ce vient que les paĩens appelloyent la lune "la deesse des veneurs" et la paignoient un arc a la main pour ce que les veneurs chassent es bois et usent (161 c) de l’arc communement.

8015. Derechief, combien que la lune soit froide et moiste de sa nature, toutevoies reçoipt elle la chaleur du souleil qui attrempe sa froidure et seche sa moisteur pour ce que chascun moiz il ne soit yver sur terre pour la descendue de la lune, si comme dit Macrobe.

8116. Derechief, la lune, si comme dit Albumasar, si nettoie l’air, car par son mouvement elle fait l’air devenir soubtil et delié et le nettoie ; et se n’estoit ce, l’air seroit gros pour les fumees qui montent par nuyt si que il s’ensuivroit grant corruption.

8217. Derechief, la lune, selon les astrologiens, entre les planettes a grant puissance auz corps humain, car si comme dit Tholomee ou livre des Jugemens des Estelles, soubz la lune est contenue maladie, perte, paour et dommaige ; et en la mutacion du corps, la vertu de la lune oeuvre principalment, et ce advient pour la hastiveté de son mouvement et pour ce que elle est pres de nous. Et pour ce, le phisicien qui ne congnoist les oeuvres en corps humain ne puet parfaittement mettre difference entre les mutacions des maladies.

8318. Et pourtant dit Ypocras au commencement des Pronostiques, en parlant de la lune, qu’il est une planette ou ciel ou le phisicien doit regarder, de laquelle planette la Pourveance fait moult a mervueillier.

8419. Et Galien, ou commencement de Jours Cretiques, dit que le phisicien doit entendre a une chose certaine qui ne faut point, laquele enseignerent les astrologiens d’Egipte, que par la conjunction de la lune avec les estelles bien fortunees, les maladies se terminent en bien, et quant elle se conjoint avec les estelles mal fortunees, ilz se terminent en mal. Et pour ce le parfait et bon phisicien selon la doctrine de Ypo(161 d)cras doit regarder la prime lune, et quant elle est plaine, car adont croissent les humeurs ou corps et la mouelle, et en la mer et en toutes choses mondaines.

8520. Quant le malade, dont, chiet au lit, il est de neccessité de savoir se la lune est nouvelle, car adont croist la maladie jusques atant qu’elle viegne au degré de l’opposicion et a plaine lune, et adont se elle est avecques mauvaise planette ou en mauvaiz signe en regardant Mars ou l’Escorpion, on se doit doubter de la mort du malade. Maiz se la lune est avec bonne planette et en bon signe en regardant la Maison de Vie, adont on doit esperer la santé, si comme il appert par Ypocras en un livre qu’il fist des Jugemens des Maladies.

8621. La lune, en sa substance et en ses oeuvres, a aucunes proprietez qui moins font a louer, car en sa substance elle est obscure ne n’a de soy point de clarté, aussi comme ont les autres planettes. Elle a en soy grant muableté, car nulle planette ne va si vaguement par toutes les parties du zodiaque comme fait la lune. Elle trait nature de nuire des mauvaises estelles a qui elle se joint, car elle est mauvaise avec les mauvaises, si comme dit Tholomee.

8722. La lune nous oste la lumiere du souleil quant elle se met entre nous et luy. La lune pert sa clarté quant elle chiet en l’ombre de la terre, et pour le voisinage du cras air qui est prez de la lune, elle est tachee et enlaidie, si comme dit Marcien.

8823. La lune, de tant comme elle se esloigne plus de soleil, de tant est elle plus clere par devers terre et moins en a par devers ciel.

8924. La lune aussi a moult de mauvaises oeuvres, car selon Tholomee, la lune fait la personne muable et mal (162 a) estable, et courir de lieu en lieu ; et fait un oeil plus grant que l’autre, ou elle le fait orbe d’un oeil : car la personne sus qui la lune a seigneurie ne sera ja sanz mal des yeux ; la cause par adventure si est pour la moisteur de la lune qui dispose l’humeur des yeux a aucune mauvaise qualité.

9025. Derechief, Misalath dit que se l’éclipse de la lune en yver est en froiz signes, c’est signe de froidure excessive, et s’il est en signes moistes, c’est signe de grans puies, et s’il est en signes de la nature de l’air, c’est signe de vent et de tempeste.

9126. Derechief dit Tholomee et Albumasar que quant la lune est en signe secont après l’ascendant, elle segnefie pleur et tristece et perte de biens par larrons et pillars. Du. iiii. ° ou. v. ° ou. vi. ° signe et ou. viii.°, elle segnefie tenchons et angoisses et fuite et muableté qui adont commencera a regner, et y sera tout disposé. Du. xii. ° signe, elle segnefie empeeschement, riote et durté et chartre. En tous les autres signes, elle a bonne significacion, et par especial se elle est acompaignie de bonnes planettes.

9227. Selon les divers regars de la lune s’esmeuvent les humeurs et les maladies ou corps, si comme il appert de ceulx qui sont lunatiques, et de ceulx qui cheent du hault mal, qui sont plus grevez en un aage de la lune qu’en l’autre.

Ce qui est dit des proprietez de la lune et des autres planettes souffise quant a present.

Notes brèves sur la traduction

XXVIII

93§ 1. sa lumiere est plus chaucee et plus pressee = "magis calcati et compressi est luminis maior" (s. fig. de calcare, fouler)

94§ 2. les termes ou les methes = "terminos et metas", synonymes

95§ 3. Le ms. donne "ce trespas est appellé le cercle de l’air" -nous avons corrigé par "l’an" d’après le texte latin : "circulus anni vocatur"

96Le nombre des minutes et secondes d’après le corpte d’Albumasar est, dans le ms. latin : «. lix. minuta. viii. secunda, ita quod de illo. lx°. minuto manent. ii. secunda inpertransita".

97§ 4. toutes choses qui croissent = "omnium nascentium"

98§ 5. le soleil est fontaine de lumiere, memoire de raison = "sol est fons mentis, i. e. memoria rationis" la splendeur du ciel = "fulgor olimpi"

99§ 6. la clarté du ciel ="splendor olimpi"

100§ 7. toutes bestes = "omnium animantium"

101§ 8. lumiere acquise et mendiee = "acquisitum lumen"

102§ 9. envoie ses rays = "bissenos radios emittit" (il manque la trad. de bissenos, "au nombre de 12"

103§ 13. il porte la terre par sa chaleur et l’euvre et trait hors la vertu qui estoit mucee es racines = "poros terre aperit et virtutem latentem in radicibus ad actum perducit" (faute de lecture, d’où mauvaise compréhension et traduction pour le moins embarrassée)

104§ 14. et le convertist en leur nourrissaient" et idem in nutrimentum terre nàscentium convertit" (Corbechon n’a pas traduit "nascentium" à sa place et ajoute toute la dernière phrase en un développement inutile)

105§ 15. la contrarieté - "contrarietatem et mutuam repugnatiam"

106§ 18. ce que fait la nature ronde de la viele ou de la guisterne qui accorde les autres = "quod facit mdeia cordula in musico instrumento"

107§ 20 La traduction est en fait un résumé.

108§ 22 ce dient les fables des poetes = "fingitur" chanvi = "canus in medio"

109La "fable" des Quatre Chevaux du Soleil tirée de Bède est souvent reprise. On la trouve plus explicite, par exemple, dans Le bon bergier de Jean de Brie (1379). Barthélemi nous donne les noms des chevaux, ce que ne fait pas Corbechon : "Unde et IIIIor equos fingitur habuisse, quorum primus fuit Eriteus, i. e. rubens, secundus Attritheus, i. e. splendens, tereius Lampas, i. e. ardens, quartus Philogeus, i. e. amans terram ut dicit Beda"

110(Dans l’ouvrage de Jean de Brie, ces chevaux se nomment respectivement : Eous, Ethous, Pyrous et Phylogeus)

111§23. en force et en couleur = "vigore et calore" en painture = "in fabulis cum pennatis vestigiis depingitur"

XXIX

112§ 1. "Luna dicitur quasi ‘luminum una’, i. e. principa— lis, quia... Ysidorus"

113§ 2. "humoris ministra" (non traduit) la dame de la mer = "dominatrix mari" la levee du soleil = "emulatrix solis" "mutatrix aeris" (non traduit)

114§ 9. toutes les planettes = "stellas erraticas"

115N. B. Le "signe de la Livre" dont il est question dans plusieurs paragraphes est l’autre appellation du "signe de la Balance".

Notes

1 P. Kibre, "The quadrivium in the thirteenth century Universities, with special reference to Parie", dans Arts libéraux et Philosophie au moyen âge, Actes du IVe Congrès international de Philosophie médiévale, Montréal-Paris, 1969.

2 G. Beaujouan, "Une lente préparation au ‘décollage’des sciences (quadrivium et médecine) dans la France de Philippe-Auguste", dans La France de Philippe-Auguste : le temps des mutations, Actes du Colloque international organisé par le CNRS, Paris 29 septem-bre-4 octobre 1980, pp. 852-853, Coll. Internationaux, vol. 602 (Editions du CNRS)

3 L. Thorndike, The Sphere of Sacrobosco, Chicago, 1949.

4 G. Beaujouan, op. cit., p. b54.

5 Id., ibid., p. 855.

6 Edition que nous donnons d’après le ms. 22531 du fonds français de la Bibliothèque Nationale de Paris. Les comparaisons avec le texte latin sont faites à partir du ms. 16098 du fonds latin de la B. N.

7 Hexaemeron Libri VI, éd. C. Schenkel, 1896-97, Corp. Script. Eccl., t. XXXII ; cf. aussi Patrologie latine de Migne, t. XIV-XVII.

8 Ed. Giles, 1844 ; cf. aussi Patrologie latine, t. XC-XCV.

9 G. Théry, Etudes dionysiennes, 2 vol., Paris(Vrin) 1932-38.

10 In Somnium Scipionis commentaria, 2e éd., par Eyssenhardt, 1893.

11 La meilleure édition est celle de A. Dick, Leipzig, 1925. Une nouvelle édition en a été donnée par J. A. Willis, Teubner lib., Leipzig, 1976. Enfin, une traduction et un commentaire en Anglais par W. H. Stahl, Martianus Capela and the Seven Liberal Arts, New-York, 1971.

12 F. J. Carmody, Arabic Astronomical and Astrolo-gical Sciences in Latin Translation, Univ. of Calif. Press, Berkeley-Los Angeles, 1956, p. 23. Cf. aussi E. S. Kennedy, D. Pingree, The Astrological History of Masha’allah, Cambridge, Harv. Univ. Press, 1931 ; cette monographie contient un facsimile du texte arabe du ms. 852 de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, ff. 214 v à 233 v. Cf. encore M. Ullmann, Natur- und Geheimwissenschaften in Islam, Leyde, 1972, pp. 303-6. Cf. enfin D. Pingree, art. "Masha’allah", ih Dictionary of Scientific Biography, New-York, 1974, vol. 9.

13 Texte complet dans la Patrologie de Migne, tomes LXXXI-LXXXIV.

Auteur

Université de Haute-Normandie (Rouen)

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540