Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Réalité sidérale et typologie chrétienne dans les poésies mariales allemandes au Moyen Âge

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 6, 9 : "Quae est ista, quae progreditur quasi aurora consurgens, pulchra ut luna, electa ut sol ?
  • 2 12, 1 : "et signum magnum apparuit in coelo : Mulier amicta sole et luna sub pedibus eius, et in c (...)

1Propagées dès le début du xiiie siècle par la mystique rhénane, la dévotion mariale et la métaphorique qui l’accompagne ne pouvaient ignorer, héritières qu’elles étaient des poésies latines et des sermons en langue allemande de l’époque, l’essor des schèmes poétiques qui, à partir du Cantique des Cantiques1 et de l’Apocalypse de Saint-Jean, accompagnent la louange de la Vierge, tour à tour aurore, lumière du soleil, soleil, lune et étoile, assimilée qu’elle fut à la femme de l’Apocalypse, vêtue de soleil, la lune sous ses pieds et la tête ceinte d’une couronne de douze étoiles2. A la croisée du culte chrétien de l’immaculée conception et des réalités concrètes notées par l’observation du système solaire, les astres sont l’objet d’une hiérarchie fonctionnelle, tantôt astronomique, tantôt théologique ou typologique qu’une lecture rapide des poésies mariales allemandes ne laisserait pas supposer et qui nous ont conduit à examiner successivement l’aurore, le soleil, la lune et enfin les étoiles, en distinguant soigneusement les comparaisons des métaphores, seules ces dernières assurant une entière assimilation entre Marie et les différentes formes de la lumière sidérale.

  • 3 Marie, l’aurore qui engendre le soleil, Das alte Passional, Fr. K. Köpke, Quedlinburg et Leipzig, (...)
  • 4 cinq fois, Heinrichs Litanei, DG. 12. Jahr, H. F. Massmann, 1, 43-63 (12e s.). Priester Wernher, M (...)
  • 5 Lobgesang auf Maria, A. Jeitteles, Germania 31 (1886), 520, 17, 5 : du liehtebernder morgenrôt", c (...)
  • 6 Meisterlieder der Kolmarer Handschrift, K. Bartsch, BLV. 68, Stuttgart, 1862, 85 : "Marjâ, du morg (...)
  • 7 Walther von der Vogelweide, Die Gedichte Walthers, v. d. V., K. Lachmann, Berlin, 1875, 4, 5. Rein (...)

2Dédaignant les comparaisons qui vantent les qualités de Marie, lumineuse comme l’aurore3, les poètes recourent pour la Vierge presque exclusivement aux métaphores, dans lesquelles Marie est l’aurore. Cette identification tient manifestement à la fonction qu’exprime un tiers de ces schèmes, la maternité de Marie, l’aurore mère du soleil, schème primitif qu’on voit apparaître dès le xiie siècle, plus fréquent aux xiie et xiiie siècles qu’aux xive et xve4. Deux variantes, donc peu nombreuses et un peu plus tardives semblent encore renvoyer à la même fonction et déclarent Marie tantôt mère de la lumière5, tantôt celle qui précède le soleil6. Moins marqués par le schème de la maternité que les précédentes figures, ces schèmes se rapprochent d’un troisième groupe d’occurrences, aussi peu nombreuses (â chaque fois quelque cinq cas), qui assimilent sans plus de précision Marie à l’aurore7. La fonction théologique de la maternité de la Vierge laisse ainsi place au schème de l’aurore lumineuse, expression de l’éclat de ses vertus avec laquelle viendront rivaliser les métaphores relatives au soleil, à la lune et aux étoiles. Il s’agit là d’une sorte de superlatif absolu de la vérité typologique qui attribue à la Vierge toutes les formes possibles de la lumière sidérale et qu’on pourrait appeler l’absolu typologique de sa splendeur.

3On peut s’étonner que cette fonction de la maternité divine n’attire qu’une dizaine de métaphores ou comparaisons dans l’abondante littérature mariale de quatre siècles. En fait l’aurore voit reléguée au second plan sa fonction première au profit de l’absolu typologique, lui-même insuffisant malgré son éclat face aux lumières plus fortes et plus durables du soleil et des étoiles. Cette sorte de faiblesse inhérente à la fonction de conception du Christ tient à la complexité, et de ce fait à l’ambiguïté des relations ontologiques et naturelles qui réunissent la Vierge au Christ et l’aurore au soleil. D’une part la perception visuelle et la conception naturelle qu’elle engendre font naître le soleil de la clarté qui le précède. Mais cette fonction se réduit à la naissance du soleil, l’aurore perdant son rôle et sa clarté dès le lever de ce dernier. Et comme la fonction ontologique de mère de Dieu persiste après sa naissance, Marie, qui participe à la nature divine et éternelle, s’identifie à la lumière du soleil qu’elle a engendré, lumière plus radieuse et plus durable. Pour surmonter l’insuffisance de la fonction parturielle, l’aurore devient d’abord lumière et, par déplacement vers le haut dans le système de l’absolu typologique de la splendeur, lumière du soleil, et, pourquoi pas, soleil.

  • 8 Das rheinische Marienlob, v. 4240. Passional, 146, 77 ss. Erlösung, 5735 : "ein morgenschîn an dir (...)
  • 9 surtout la Vita beatae virginis Mariae et Salvatoris rhythmica, d’un inconnu du début du xiiie siè (...)
  • 10 Mone, Lateinische Hymnen, II, 469, 3.
  • 11 Lateinische Hymnen des Mittelalters, Fr. J. Mone, 2 vol., Fribourg en Br., 1853-54, II, 468, 2 : m (...)

4L’imaginaire poétique et les nécessités théologiques non seulement dépassent la perception visuelle commune, mais viennent rejoindre la réalité scientifique de l’astronomie. Quelques poésies mariales, dès le xiiie siècle, expliquent en effet, à l’instar des sermons de l’époque, que la Vierge, envoyée par Dieu, reçoit sa lumière du soleil8. On voit par là combien coïncident la pensée scientifique et les préoccupations dogmatiques : Dieu envoie la Vierge, sa fille, qui donne le Christ, le soleil divin donnant par l’intermédiaire de Marie le soleil, le même soleil apparaissant sous deux aspects différents, l’aurore et l’éclat du soleil levé, ce que les poésies latines, beaucoup plus hardies que les poèmes allemands qu’elles inspirent9, traduisent si bien par le schème "sol solem parturiens", le soleil engendrant le soleil10. De même Marie reçoit la lumière du Dieu qui la crée et la lumière du Dieu qu’elle engendre, le système ontologique se composant de trois termes, alors que la perception commune en conçoit deux, et le raisonnement scientifique un seul. Cette complexité du croisement de différents systèmes de représentation, que les poésies latines manifestent par l’expression de Marie, mère et fille du soleil11, expliquent le nombre restreint de ces schèmes de l’aurore dont pourtant la fonction dominante est indiscutablement dans nos poèmes le fondement de la foi chrétienne, la naissance du Christ, traduite métaphoriquement par la naissance du soleil.

  • 12 Hoffmann von Fallersleben, In dulci iubilo, nun singet und seid froh. Ein Beitrag zur Geschichte d (...)
  • 13 Predigten des 13. und 14. Jahrhunderts, H. Leyser, Quedlinburg, 1838, 95, 17. Altdeutsche Predigte (...)
  • 14 Honor. Aug. sig. M., Migne, 172, 512 b Rupert. Tuit. in cant. 6 (t. 2, p. 1096 b).
  • 15 Pred., ZfdA. 15, 395, 130.
  • 16 Lobgesang, 532, 51, 1 : liehter sunnen schîn. Reinmar v. Zweter, Deutsche Liederdichter, II, 217 a (...)
  • 17 La plupart des schèmes associent au soleil un adjectif qualifiant la clarté : lichte, clâr, prehen (...)
  • 18 Priester Wernher, 987. Passional, 150, 47. Mariengrüsse, 279, 121. Konrad v. Würzburg, Deutsche Li (...)
  • 19 Pas rheinische Marienlob, A. Bach, BLV. 281, Leipzig, 1934, v. 349-350, 3421-26, 3851. Bruder Hans (...)
  • 20 Reinmar v. Zweter (Marie est lumière et aurore) ; Rheinau (id.) ; Frauenlob (Marie est aurore, lum (...)
  • 21 Priester Wernher, qui représente par excellence le passage d’une piété théologique dogmatique à un (...)

5Le rapport corrélatif de filiation entre Marie et le Christ, entre l’aurore et le soleil, assigne au soleil une suprématie que sa mère ne devrait pas pouvoir assurer. La moitié des schèmes relatifs au soleil sont en effet des comparaisons12 qui paraphrasent le Cantique des Cantiques et déclarent la Vierge "brillante comme le soleil", "electa ut sol" (6, 9). Les sermons allemands13, à l’instar des sermons latins14, reculent tout autant devant l’assimilation de Marie et du soleil, Marie ne méritant la comparaison que par son rôle de mère du Christ. Maître Eckart, à l’orée du xive siècle, précise même que Marie n’est pas plus assimilable au soleil que le soleil à la lumière, le soleil et Marie n’étant que le réceptacle de la lumière, qui est Dieu15. Mais les poètes allemands, suivant en cela les poésies mariales latines, beaucoup moins prudentes que les prèches, assimilent par métaphore la Vierge à l’éclat du soleil (lux solaris), la mère du Christ participant à la gloire de son fils et transcendant son rôle de mère, réservé à une aurore jugée trop brève. Une douzaine de ces schèmes assimilent ainsi du xiiie au xve siècle la Vierge à la lumière du soleil16, tandis que dans une douzaine d’autres les poètes franchissent le pas et font de Marie le soleil, oubliant par là la hiérarchie théologique et passant au système de l’absolu typologique de la splendeur17, plus proche de l’aspiration mystique et hymnique qui magnifie par la profusion des métaphores superlatives la gloire de la Vierge18. Mais cela ne fait jamais que le quart des métaphores relatives au soleil, qui reste Dieu dans la mystique rhénane du xiiie au xve siècle19 et chez les plus grands des auteurs de poèmes mariaux20, seuls quelques clercs appliquant à la Vierge ce schème sous l’effet d’une effusion débordante et quelque peu extatique21.

  • 22 Migne, Ad. v. S. V. XXXVIII, 9 : "sol luna lucidior et luna sideribus : sic Maria dignior creaturi (...)
  • 23 Ausg. geistl. Dicht. XVII, 49 : "sunn fürglenzet serr der mône und der môn daz gestirne schône ; s (...)

6Outre ce système dans lequel le soleil, absolu typologique de la lumière, représente l’idée de superlatif absolu, les poètes allemands, à la suite des poésies latines22, introduisent plus tard, à partir du xive siècle, la notion de comparatif de supériorité, reflet direct de la hiérarchie des grandeurs inhérente au système solaire. Le plus souvent présentés sous forme de comparaisons, ces schèmes sont pour la plupart longuement commentés, signe de l’influence sur les poètes de l’interprétation allégorique chère aux prédicateurs, manière tardive, moins poétique et plus abstraite, de faire apparaître la supériorité de Marie, éclatante comme le soleil, sur les créatures, les saints et les anges23. On voit ainsi se profiler un troisième système de relations, système de hiérarchie comme le premier, dans lequel Marie, idéal d’humanité, prend la place du soleil. Ce système à la dimension de l’humain est tout à fait distinct du système à dimension divine où le soleil était Dieu, et Marie, élément commun aux deux systèmes, représentant dans le second l’absolu ontologique que le premier réservait au Christ son fils, le soleil. C’est ainsi que Marie devient au système de l’homme ce que le Christ est au système de Dieu, le soleil.

  • 24 Analecta II, Anhang b, 10, 2 : sole splendidior ; III, A-1, 1 : ave sole purior ; 215, 1 : supra s (...)
  • 25 6, 94 : "Qui est celle qui toise comme l’Aurore, belle comme la Lune, brillante comme le Soleil, t (...)
  • 26 Rheinau, 267, 18 : "ir schône schein so vaste, daz si mit glaste blante die wol getânen sunnen und (...)

7Au début du xive siècle, Walther de Rheinau, parmi les poètes allemands de loin le plus sensible au jeu des relations sidérales, apporte, à l’imitation des poésies latines24, une variante à l’absolu typologique sous la forme d’un superlatif relatif. Ainsi Marie devient par surenchère non seulement plus lumineuse que la lune et les étoiles, mais plus éclatante même que le soleil. Dramatisant à souhait, le poète décrit les astres éblouis et, comme dans le Cantique des Cantiques25, terrifiés par cette chose insigne qu’est l’apparition d un astre nouveau au ciel théologal26, comme si le soleil ne suffisait pas à l’expression de l’absolu typologique et ontologique du système de l’humain, que Marie transcende ainsi par son appartenance au système de Dieu. Mais alors que les poésies latines multipliaient à l’envi ce schème, les poètes allemands l’évitent presque tous, gênés sans doute par cette audace typologique qui place le soleil, communément symbole de Dieu, au-dessous de la Vierge, conséquence directe de l’interférence de deux systèmes et d’une surenchère qui contre nature ajoute au ciel sidéral un astre nouveau.

  • 27 Lateinische Hymnen, II, 524, 53 : "sol eclypsim nesciens virginis est castitas, ardor indeficiens (...)
  • 28 Analecta, IV, 546 : "tu sol occasum nesciens et lumen semper rutilans. "
  • 29 Das Buch der Natur, 58, 27.
  • 30 Heinrich von Neustadt, GZ. 8027 : "si ist alles wandels âne als den sunne uzerwelt. "
  • 31 Pas rheinische Marienlob, v. 3851-54 : "Dit is di sunn, di nit dunkel’n wirt, / di ires schines ni (...)
  • 32 ibid., v. 349-350, 3339-44, 4472.
  • 33 58, 27 : "ist si ain prunne der hitz, daz ist der haizen liebe, wan wir werden entzunt von ir als (...)
  • 34 voir J. M. Pastré, La métaphore des quatre éléments dans la littérature allemande médiévale. Essai (...)
  • 35 Marienlob, 4240 et 3421-26.

8Cette audace typologique n’est d’ailleurs pas sans fondement du fait que le soleil lui-même n’est pas le symbole le plus approprié de la gloire de Marie. Constante du fait qu’elle participe à l’éternité de Dieu, cette gloire peut-elle en effet décliner chaque soir ? Les poètes latins avaient bien noté cette difficulté et déclarent justement Marie supérieure au soleil parce que ne connaissant ni éclipse27 ni déclin28. Il faut l’habileté de l’exégète qu’est Konrad de Megenberg pour expliquer au xive siècle que Marie ne décline que pour mieux se rapprocher des hommes et qu’elle se meurt de voir mourir son fils29. Les poètes se contentent de dire que Marie comme le soleil ne connaît pas d’altération, ce qui le rend supérieur à la lune30, et seul le meilleur des poètes mystiques rhénans sait surmonter l’insuffisance de la perception visuelle et souligner que le soleil brille éternellement - mais il s’agit du soleil de Dieu, que la Vierge voit enfin poindre à l’horizon christologique31, car ce mystique au sentiment théologique si sûr n’assimile jamais la Vierge au soleil32. Source de lumière, source de chaleur - fonction que ce mystique est le seul à oser souligner avec plus tard Megenberg33, tant les poètes redoutent l’ardeur, assimilée toujours au feu d’amour34 et qui pourrait faire douter de l’immaculée conception -le soleil seul illumine et embrase le coeur de Marie qui ne tient que de Dieu l’éclat de sa beauté et l’ardeur de son amour35.

  • 36 Heinrichs Litanei, 47, 278. Konrad v. Würzburg, Deutsche Liederdichter III, 342a. Mariengrüsse, 27 (...)
  • 37 Lobgesang, 522, 23, 5 : du brinnender mân. ZfdA. 3133, 97.
  • 38 W. v. Rheinau, 258, 15 : lieht des mannen. H. v. Laufenberg, Wack. VI. II, 711, 13 ; 712, 6 : mone (...)
  • 39 Altdeutsche Predigten, XLVI, 117 ; Megenberg 66, 26.
  • 40 seul Laufenberg, au xve siècle, peut y faire allusion, 732, 12 : mones schin in diser naht.
  • 41 pulchra, splendens, etc, cf. A. Salzer, op. cit., pp. 380-384.

9Marie ne peut pas plus être la lune. Trois fois moins nombreuses que pour le soleil, les occurrences relatives à la lune (une quinzaine) sont pour la plupart des comparaisons36, fondées sur le Cantique (6, 9), où la jeune fille, dans laquelle on reconnaîtra plus tard Marie, est belle comme la lune, "pulchra ut luna". Les métaphores qui l’assimilent à la lune sont à la fois rares (deux) et tardives (xive et xve siècles)37, complétées tout aussi tard par un peu plus d’identifications à sa clarté38, toutes expriment après le soleil la variante nocturne de l’absolu typologique. Image de la lumière dans la nuit, elle aurait pu, comme dans bien des sermons de l’époque39, symboliser la consolation qu’elle apporte aux hommes, perdus dans les ténèbres du péché ; mais les poètes ne reprennent pas ce symbolisme40, imitant en cela les poésies latines qui ne soulignent que sa remarquable clarté41.

  • 42 Altdeutsche Predigten, XLVI, 117 : "Daz erste ist : waz er liehtes hat, daz hat er von der sunnen" (...)
  • 43 ZfdA. 10, 5, 21 : "doch muz der gotlicher sunnen schin / alles dines schines aneginne sin, / alle (...)
  • 44 Megenberg, 66, 26.
  • 45 sup. cant. 6, 9 : "Et sicut pulchra est luna, immo plus quam luna, quia aliquando deficit, ista se (...)
  • 46 66, 26 : "der môn ist ain vater aller fäuhten ; also ist unser frawe ain muoter aller genâden... ; (...)
  • 47 sup. Cant. 6, 9 : "luna aliquam in se habet maculam, ista nullam, ideo elucta ut sol, qui in se nu (...)
  • 48 W. v. Rheinau, 24, 8 ; ZfdA. 10, 5, 21.

10Recevant sa lumière du soleil, elle aurait pu comme l’aurore et comme dans les sermons allemands42, tenir sa gloire de sa maternité, mais c’est à peine si l’on rencontre un exemple de ce genre dans les poèmes allemands43. Malgré l’évidence visuelle de sa clarté nocturne, la lune a l’inconvénient de croître et de décroître, et plus encore de disparaître, phénomène que seul l’Imaginatif Megenberg, qui n’est pas un poète, essaie de justifier par la grossesse et la délivrance de la Vierge44, point de vue contesté par Alain de Lille qui lui préfère le soleil, car la gloire de Marie ne peut décroître45. Astre froid, la lune n’excite pas non plus l’imagination des poètes, et le même Megenberg a bien du mal à démontrer qu’elle tempère, humide et froide, la chaleur et sécheresse du soleil46. Seul encore un prédicateur peut assimiler la froideur de la lune à l’absence d’ardeur lors de l’immaculée conception, symbole de pureté qu’Alain de Lille conteste encore du fait que la lune, à l’inverse du soleil, a des taches et ne peut signifier Marie l’Immaculée47. Supplantant par sa clarté les étoiles, elle aurait pu s’attirer les schèmes du système de la hiérarchie du mérite humain, subordonnée au soleil qui l’éclairé et plus lumineuse que toutes les femmes, y compris les saintes ; mais on ne rencontre ce schème que deux fois et fort tard48, du fait que la comparaison avec les étoiles se heurte à l’assimilation constante et très vivace de la Vierge à l’étoile.

  • 49 Arnsteiner Marienleich, Die religiösen Dichtungen des 11. und 12. Jahrhunderts, Tübingen, 1964-197 (...)
  • 50 Priester Wernher, 3107-118. K. v. Wurzburg, Goldene Schmiede, 139-153. Bruder Hans, 3794. H. v. Kr (...)
  • 51 Stella maris, Stella matutina, voir Salzer, op. cit., pp. 404-408.
  • 52 Altdeutsche Predigten, Wack., XXXII, 1 : "Maria daz sprichet "ain mersterne" : siu haizet da von m (...)
  • 53 Priester Wernher, 30 (A) et 1311-16, ZfdA. 10, 16, 30. Loblied, 298, 3. H. v. Laufenberg, Wack. Kl (...)
  • 54 Goldene Schmiede, v. 139-153 : "Maria, muoter unde maget, / diu sam der morgensterne taget / dem w (...)
  • 55 Pseudo-Konrad, Pas deutsche Kirchenlied, 235, 13 ss. Bruder Philipp, H. 211, 207. Les poètes inter (...)

11Etoile du matin (morgenstern), étoile marine (merstern), étoile qui nous guide dans la nuit (leitestern), l’assimilation par laquelle Marie devient l’étoile qui sauve le navigateur est totale, une trentaine de métaphores l’atteste du xiie au xve siècle49, alors que cette fonction n’apparaît que dans quatre comparaisons, la plupart très tardives50. Cette fonction évidente, illustrée déjà par les poésies latines51, la seule que mentionnent les sermons allemands sous le nom de "stella maris"52, parce que, inhérente au nom même de Marie, elle prédestinait la Vierge à cette assimilation métaphorique, nombre de poètes l’explicitent longuement53, tant ils en saisissent bien le sens : la mer, c’est la tourmente dans ce bas monde, et Marie, l’étoile, nous guide vers le port, vers le paradis de Dieu. Les meilleurs des poètes, tel un Konrad de Wurzburg, enrichissent le thème de la périlleuse traversée par des emprunts à la mythologie, Marie nous aidant à sortir de la mer betée du monde, à échapper à la montagne magnétique et au chant des sirènes54, enrichissement que sauront exploiter ses imitateurs55. Dans cette fonction d’assistance qu’elle apporte aux hommes, Marie est insurpassable et ne redoute ni la lune ni le soleil, la surenchère n’y étant pas de mise et la Vierge échappant aux hiérarchies qui l’opposeraient à de plus vifs éclats.

  • 56 ZfdA. 4, 521, 20, 1 ; 522, 23, 5. Germ. 31, 299, 145 et 297, 88. Pas deutsche Kirchenlied II, 544, (...)
  • 57 Analecta IV, 20, 38 ; 50, 3 et 35, p. ex.
  • 58 W. v. Rheinau, 24, 4. Bruder Philipp, 683.
  • 59 Lateinische Hymnen, 601, 61 : astrorum regina ; VI, 99, 2 b : Stella fulgidissima.
  • 60 Pas deutsche Kirchenlied II, 591, 8 : schoen vor allen steren klar. W. v. Rheinau, 24, 4 ; 267, 22 (...)

12Symbole par excellence de la miséricorde mariale, l’étoile ne pouvait échapper à la fonction d’absolu typologique de la lumière. Une quinzaine d’occurrences56, autant donc que pour le soleil, deux fois plus que pour la lune ou l’aurore, pourtant redoutables concurrents en matière d’intensité lumineuse, manifestent ainsi, à l’imitation des poésies latines57, la primauté sidérale toute symbolique et spirituelle du thème de l’étoile. Assimilation typologique parfaite ici encore puisqu’il s’agit dans presque tous les cas de métaphores dans lesquelles Marie est l’étoile, les comparaisons, au nombre seulement de deux58, étant d’ailleurs très tardives ; aussi tardives et aussi peu nombreuses que les comparatifs de supériorité qui la déclarent, comme les poésies latines59, plus lumineuse que les autres étoiles60, les créatures, ces schèmes plaçant Marie dans le système de la hiérarchie humaine où elle est tour à tour soleil, lune et étoile.

  • 61 H. v. Laufenberg, 730, 6 : "der stern, der schin nie het verlorn". K. v. Würzburg, Goldene Schmied (...)
  • 62 David v. Augsburg, ZfdA. 9, 35 : "der name daz diu muoter Marîâ genant, was, daz sprichet ein mers (...)
  • 63 Lat. Hymnen XXXIII, 1 : "quae vocaris Stella maris, stella non erratica, nos in huius vitae mari n (...)
  • 64 Salzer, pp. 408-410 : Stella mater solis ; nova Stella coeli procreans solem ; tu solem Stella par (...)
  • 65 Sequenz, 201, 2. K. v. Würzburg, Goldene Schmiede, 686 : "dû braehte in vür ân allen pîn / als daz (...)
  • 66 Wack. Kl. II, 703, 7 : "der stern gebirt die sunne, wie mag diss wesen ie ? "
  • 67 Goldene Schmiede, v. 828-831 : "du glanzer leitesterne, / der uf daz mer da schinet, / geliutert u (...)

13Image de la constance, pour autant qu’un astre nocturne, comme d’ailleurs l’astre diurne, puisse symboliser l’éternel, l’étoile, planète pour certains, devient pour quelques autres étoile fixe61 et traduit, à la manière de quelques sermons62 et poésies latines63, la pérennité de la gloire de Marie, la réalité sidérale rendant toutefois assez impropre ce type de symbolisation. Assimilée à Marie, l’étoile devait aussi devenir la mère de Dieu ; bien que très fréquente dans les poésies latines64, cette métaphore n’apparaît guère chez les poètes allemands65, dont l’un se demande même franchement au xve siècle comment une étoile peut engendrer le soleil66. Le paradoxe, que seules savent surmonter les poésies latines, était trop fort pour nos poètes, plus attachés à la représentation visuelle et concrète et qui préfèrent à l’image de la conception celle de l’immaculée, leurs comparaisons soulignant plutôt la pureté de la Vierge sans faire référence à la maternité67.

  • 68 Même le motif d’après lequel Marie envoie des rayons qui pénètrent le coeur des hommes, noté dans (...)
  • 69 Rheinisches Marienlob, Reinmar von Zweter, Bruder Hans, Muskatblüt.

14Splendeur de l’éclat, Stella maris, pureté, constance, jamais il n’y eut pour tant de fonctions pareille correspondance entre les poésies latines, les sermons et les poèmes allemands68. Pour la plupart des grands auteurs des poésies mariales, Marie est l’étoile, comme elle est aussi l’aurore ou la lumière69 ; et seuls les auteurs plus prolixes des xive et xve siècles comme Rheinau et Laufenberg substitueront au pur fonctionnement du système hiérarchique de la théogénèse, tel qu’on l’a dans Rheinisches Marienlob au début du xiiie siècle, les variations les plus diverses de 1 absolu typologique où Marie est tour à tour soleil, lune et étoile, introduisant en outre nombre de subtilités exégétiques plus abstraites que poétiques.

  • 70 Chr. Stössel, Die Bilder und Vergleiche der altprovenzalischen Lyrik, Diss. Marburg, 1886, p. 18.
  • 71 ibid. p. 18 : estela ; lums, clardatz (pureté, éclat, bonté), aurore (originale), p. 19.
  • 72 ibid. pp. 48-49.
  • 73 Mügeln, Die kleineren Dichtungen Heinrichs von Mügeln, DTM. 50, Berlin, 1959, 125, 1. Minneburg, H (...)
  • 74 Mügeln, 259, 8 : la femme, soleil de sa joie. Minneburg, 2403. Clara Hätzlerin, 392 ; 53 : étoile (...)

15Il était sans doute bien difficile de transposer dans les poésies profanes un système à la fois si fortement structuré et d’inspiration si nettement religieuse. L’influence des troubadours ne pouvait d’ailleurs que renforcer cette difficulté puisqu’ils respectent le plus scrupuleusement la hiérarchie de la théogénèse et assimilent aussi dans leurs métaphores le soleil à Dieu70, Marie à l’étoile, à l’aurore et à la lumière71. Seules leurs comparaisons, par lesquelles le soleil, à l’exclusion de la lune et des étoiles, symbolise l’amour ou la beauté supérieure de la belle72, auront quelque influence sur les poèmes allemands. Ces comparaisons assez rares, et devenues chez eux métaphores, assimilent en parallèle Marie à l’étoile73 et la femme au soleil74, mais dans des cas remarquablement peu nombreux.

  • 75 Gottfried introduit ou redonne vie aux métaphores des quatre éléments et des métaux, cf. J. M. PAS (...)
  • 76 Tristan, trad. de D. Buschinger et J. M. Pastré, GAG. 207 Göppingen, 1980. Gottfried prète au sole (...)
  • 77 après l’emploi répété du terme "lumineuse" (v. 8256, 8261), Gottfried file une longue métaphore, v (...)
  • 78 ibid. v. 11507-512, cf. 11080-84. Image très rare chez les troubadours provençaux, cf. Stössel, op (...)

16Fait encore exception75 dans ce domaine Gottfried de Strasbourg. Lui seul sait reprendre l’héritage des troubadours et l’enrichir en élaborant avec quel art et quelle élégance de longues métaphores : le soleil devient pour Riwalin celui du bonheur en ce monde (v. 305-306), pour Tristan et Isolde l’amour qui les accable (v. 18 126-134) ou la noble lumière de l’honneur qui darde ses rayons par les fenestrons de la grotte d’Amour (v. 17133-135, 17066) ; les yeux sont les astres qui nous conduisent au coeur (16477-479) et Isolde l’étoile de la joie de Marke (v. 13656) ; Gottfried, substituant au mythe antique d’Hélène, soleil de Mycènes et - dit-il -fille d’Aurore, le mythe de la resplendissante Isolde, fait de la jeune Isolde le soleil d’Irlande, né d’Isolde sa mère, l’aurore. Image d’éclatante pureté76 qu’il reproduit maintes fois77 et qu’il complète par l’évocation de la belle Brangene, la pleine lune qui les accompagne78 ; image poétique s’il en est et qui montre une fois encore combien l’influence des troubadours passe outreRhin par Gottfried de Strasbourg et comment par deux canaux différents s’épanouissent en pays de langue allemande les métaphores sidérales au début du xiiie siècle.

Notes

1 6, 9 : "Quae est ista, quae progreditur quasi aurora consurgens, pulchra ut luna, electa ut sol ? "

2 12, 1 : "et signum magnum apparuit in coelo : Mulier amicta sole et luna sub pedibus eius, et in capite eius corona stellarum duodecim. " L’art la représente ainsi dès le xiie siècle, mais surtout aux xive-xve siècles, voir R. R. Grenzmann, Studien zur bildhaften Sprache in der "Goldenen Schmiede" Konrads von Wurzburg, Palaestra 268, Gottingen, 1978.

3 Marie, l’aurore qui engendre le soleil, Das alte Passional, Fr. K. Köpke, Quedlinburg et Leipzig, 1852 (t. 3), en 1280, 146, 77-85. Marie précède le soleil, Bruder Hansens Marienlieder aus dem 14. Jahrhundert, R. Minzloff, Hanovre, 1863, v. 785-787. Marie est comme l’aurore, Konrad von Wurzburg, Goldene Schmiede, W. Grimm, Berlin, 1840., v. 672 ss (13e siècle) ; Walthers von Rheinau Marienleben, A. von Keller, Tübingen, 1849-55, 269, 14 (en 1300) ; Heinrich von Neuenstadt, Von Gottes Zukunft, J. Strobl Vienne, 1875, GZ. 8024 (en 1350) ; Peter Suchenwirts Werke aus dem 14. Jahrhundert, Al, Primisser, Vienne, 1827, "Die sieben Freuden Mariä, v. 1459.

4 cinq fois, Heinrichs Litanei, DG. 12. Jahr, H. F. Massmann, 1, 43-63 (12e s.). Priester Wernher, Maria, C. Wesle, A. T. 26, Tübingen, 1969, 17 et 2043 (en 1172). Konrad von Würzburg, Goldene Schmiede, v. 682-685. Pas Passional, 146, 84-85. Die Er-lösung. Eine geistliche Diçhtung des 14. Jahrhunderts, Fr. Maurer, Dte Lit. m Entwicklungsreihen. Geistl. Dichtg. des Mittelalters, Bd. 6, Leipzig, 1934, v. 5735 (en 1310).

5 Lobgesang auf Maria, A. Jeitteles, Germania 31 (1886), 520, 17, 5 : du liehtebernder morgenrôt", cf. 15, 1. Heinrichs von Meissen des Frauenlobes Leiche, Sprüche, Streitgedichte und Lieder, L. Ettmüller, Quedlinburg und Leipzig, 1843 (Rodopi, Amsterdam, 1966), 287, 14 vers 1300).

6 Meisterlieder der Kolmarer Handschrift, K. Bartsch, BLV. 68, Stuttgart, 1862, 85 : "Marjâ, du morgenroete für die sunne". Bruder Hans, 785-787. Passional, 146, 77.

7 Walther von der Vogelweide, Die Gedichte Walthers, v. d. V., K. Lachmann, Berlin, 1875, 4, 5. Reinmar von Zweter, Deutsche Liederdichter des 12., 13. und 14. Jahrhunderts, Fr. von der Hagen, Leipzig, 1838, II, 217 a. MariengrüBe, ZfdA. 8, 280, 148 et 173 (13e siècle). Melker Marienlied, Denkmäler deutscher Poesie und Prosa aus dem VIII-XII. Jahrhundert, K. Müllenhoff et W. Scherer, Berlin, 1873, XXXIX, 24. Erlösung, introd., p. XLVII. Heinrich von Laufenberg, Das deutsche Kirchenlied, Wackernagel Klassiker, II, 739, 4.

8 Das rheinische Marienlob, v. 4240. Passional, 146, 77 ss. Erlösung, 5735 : "ein morgenschîn an dir betagt, dû gêst ûf als ein morgenrôt, den die sonne ir schîn enbôt. " Speculum ecclesiae altdeutsch, J. Kelle, Munich, 1858, 103.

9 surtout la Vita beatae virginis Mariae et Salvatoris rhythmica, d’un inconnu du début du xiiie siècle. Nombreux exemples dans A. Salzer, Die Sinnbilder und Beiworte Mariens in der deutschen Literatur und lateinischen Hymnenpoesie des Mittelalters, Linz, 1886.

10 Mone, Lateinische Hymnen, II, 469, 3.

11 Lateinische Hymnen des Mittelalters, Fr. J. Mone, 2 vol., Fribourg en Br., 1853-54, II, 468, 2 : mater solis et filia.

12 Hoffmann von Fallersleben, In dulci iubilo, nun singet und seid froh. Ein Beitrag zur Geschichte der deutschen Poesie, Hanovre, 1854, 38, 2. Melk., Denkmäler, XXXIX, 13. Priester Wernher, 1177, 1803. Reinmar von Zweter, ibid., II, 1177, 1803. Lambrehter Mariensequenz, ibid., XLI, 11. Konrad von Würzburg, ibid. III, 342 a. ZfdA. 10, 15, 10. Lobgesang, ZfdA. 4, 521, 20, 1. Bruder Philipps des Carthäusers Marienleben, H. Rückert, Quedlinburg/ Leipzig, 1853, (Rodopi, Amsterdam, 1966), 9705. Erlösung, 5743, W. v. Rheinau, 24, 13. Ausgewählte geistliche Dichtungen, K. Bartsch, Quedlinburg, 1858 - XVII, 49 ; XIX, 154. Mönch von Salzburg, Wack. Kl. II, 584, 9. Bruder Hans, 4641 ss.

13 Predigten des 13. und 14. Jahrhunderts, H. Leyser, Quedlinburg, 1838, 95, 17. Altdeutsche Predigten, A. Schönbach, Graz, 1886-91, III, 215, 2 : "erwelt sam diu erwelte sunne. diu erwelte sunne daz ist der heilige Christus". Das Buch der Natur, K. v. Megenberg, Fr. Pfeiffer, Stuttgart, 1861, 58, 27.

14 Honor. Aug. sig. M., Migne, 172, 512 b Rupert. Tuit. in cant. 6 (t. 2, p. 1096 b).

15 Pred., ZfdA. 15, 395, 130.

16 Lobgesang, 532, 51, 1 : liehter sunnen schîn. Reinmar v. Zweter, Deutsche Liederdichter, II, 217 a : du sunnen glast ; III, 467 a : du sunnen glanz. Frauenlob, 289, 14. W. v. Rheinau, 253, 24 ; 258, 14. Ausg. geistl. Dicht. II, 9. Wack. K1. II, 546, 2. Germ. 31, 304, 316. Heinrich v. Laufenberg, Wack. K1. II, 712, 6.

17 La plupart des schèmes associent au soleil un adjectif qualifiant la clarté : lichte, clâr, prehend, osterlich, breit..

18 Priester Wernher, 987. Passional, 150, 47. Mariengrüsse, 279, 121. Konrad v. Würzburg, Deutsche Liederdichter III, 338 a. Germania 31, 295, 53 ; 297, 99. Frauenlob, 349, 7. Wack. Kl. II, 674, 3. ZfdA. 3, 133, 96. Ausg. geistl. Dicht. XIX, 73 ; XXII, 12 ; XXV, 43. H. v. Laufenberg, Wack. Kl. II, 711, 14 ; 725, 13 ; 730, 3..

19 Pas rheinische Marienlob, A. Bach, BLV. 281, Leipzig, 1934, v. 349-350, 3421-26, 3851. Bruder Hans (Marie est l’étoile).

20 Reinmar v. Zweter (Marie est lumière et aurore) ; Rheinau (id.) ; Frauenlob (Marie est aurore, lumière, étoile) ; Muskatblùt (lumière et étoile).

21 Priester Wernher, qui représente par excellence le passage d’une piété théologique dogmatique à une piété plus sentimentale. Mariengrüsse, Germania 31. Lobgesang. Bruder Philipp.

22 Migne, Ad. v. S. V. XXXVIII, 9 : "sol luna lucidior et luna sideribus : sic Maria dignior creaturis omnibus". Analecta hymnica medii aevi ; I. Cantiones bohemiae. Leiche, Lieder und Rufe des 13., 14. und 15. Jahrhunderts, C. M. Dreves, Leipzig, 1886, VI, 23, 85 : "hos profecto tu praecellis tuis privilegiis sicut mundum sol prae stellis suis lustrat radiis".

23 Ausg. geistl. Dicht. XVII, 49 : "sunn fürglenzet serr der mône und der môn daz gestirne schône ; sô Marjâ fürtriffet gar alle crêatûre klâr" ; cf. II, 9. Mönch v. Salzburg, ibid. II, 584, 9 et 12. H. v. Laufenberg, ibid. II, 758.

24 Analecta II, Anhang b, 10, 2 : sole splendidior ; III, A-1, 1 : ave sole purior ; 215, 1 : supra solem speciosa ; X, 131, 1 : sole clarior ; XII, 60, 1 : sole lunaque clarior.

25 6, 94 : "Qui est celle qui toise comme l’Aurore, belle comme la Lune, brillante comme le Soleil, terrible comme ces choses insignes ? "

26 Rheinau, 267, 18 : "ir schône schein so vaste, daz si mit glaste blante die wol getânen sunnen und den mannen" ; cf. 26, 274 b, 49. Cf. Ausg. geistl. Dicht. VI, 85 : "schoener danne sunne und mâne". Heinrichs von Krolewiz uz Mîssen Vater unser, Chr. Lisch, Quedlinburg, 1839, 71, 1396.

27 Lateinische Hymnen, II, 524, 53 : "sol eclypsim nesciens virginis est castitas, ardor indeficiens immortalis caritas. "

28 Analecta, IV, 546 : "tu sol occasum nesciens et lumen semper rutilans. "

29 Das Buch der Natur, 58, 27.

30 Heinrich von Neustadt, GZ. 8027 : "si ist alles wandels âne als den sunne uzerwelt. "

31 Pas rheinische Marienlob, v. 3851-54 : "Dit is di sunn, di nit dunkel’n wirt, / di ires schines nimer enbirt, / di nimer’n drücket wolk noch nacht, / di al zit schint in irer macht. "

32 ibid., v. 349-350, 3339-44, 4472.

33 58, 27 : "ist si ain prunne der hitz, daz ist der haizen liebe, wan wir werden entzunt von ir als von ainem ebenpild der lieb. "

34 voir J. M. Pastré, La métaphore des quatre éléments dans la littérature allemande médiévale. Essai de typologie poétique, Colloque d’Amiens, 1982.

35 Marienlob, 4240 et 3421-26.

36 Heinrichs Litanei, 47, 278. Konrad v. Würzburg, Deutsche Liederdichter III, 342a. Mariengrüsse, 279, 126. Lobgesang, 521, 20, l (variante avec ein : "du bist ein mâne"). W. v. Rheinau, 24, 8. H. v. Neustadt, GZ. 8024. Erlösung, 5731. ZfdA. 10, 5, 21.

37 Lobgesang, 522, 23, 5 : du brinnender mân. ZfdA. 3133, 97.

38 W. v. Rheinau, 258, 15 : lieht des mannen. H. v. Laufenberg, Wack. VI. II, 711, 13 ; 712, 6 : mones schin.

39 Altdeutsche Predigten, XLVI, 117 ; Megenberg 66, 26.

40 seul Laufenberg, au xve siècle, peut y faire allusion, 732, 12 : mones schin in diser naht.

41 pulchra, splendens, etc, cf. A. Salzer, op. cit., pp. 380-384.

42 Altdeutsche Predigten, XLVI, 117 : "Daz erste ist : waz er liehtes hat, daz hat er von der sunnen". Megenberg, 66, 26. Alain de Lille, sup. Cant. 6, 9 (p. 37) : "et sicut luna illuminatur a sole, sic virgo illustratur veri solis claritate. "

43 ZfdA. 10, 5, 21 : "doch muz der gotlicher sunnen schin / alles dines schines aneginne sin, / alle diu dugente schinent van ieme".

44 Megenberg, 66, 26.

45 sup. cant. 6, 9 : "Et sicut pulchra est luna, immo plus quam luna, quia aliquando deficit, ista semper proficit, luna decrescit, ista semper crescit. "

46 66, 26 : "der môn ist ain vater aller fäuhten ; also ist unser frawe ain muoter aller genâden... ; daz ander ist, daz der môn küelt der sunnen hitze ; also fäuhtigt unser frawe den zorn des obristen rihters".

47 sup. Cant. 6, 9 : "luna aliquam in se habet maculam, ista nullam, ideo elucta ut sol, qui in se nullum habet defectum luminis. "

48 W. v. Rheinau, 24, 8 ; ZfdA. 10, 5, 21.

49 Arnsteiner Marienleich, Die religiösen Dichtungen des 11. und 12. Jahrhunderts, Tübingen, 1964-1970, t. 2, 439-452. Hartmann, Vom Glauben, Mas. 10, 749. Rheinisches Marienlob, v. 2410, 2598. Marner XIII, 15 ; XV, 13. K. v. Würzburg, Goldene Schmiede, 828 ; Deutsche Liederdichter, III, 160 a. ZfdA. 10, 16, 30 ; 63, 40. Lat. Hymnen II p. 296, 12. Loblied, 298, 3. Mariengrüsse, 280, 147. Germania 15, 370. Frauenlob, 12, 11. Bruder Philipp, 9705. Mönch v. Salzburg, Wack. Kl. II, 584, 12 ;594, 1. H. v. Laufenberg, ibid. II, 711, 14, 727, 35, 728, 53, 734, 6 ; 737, 21-30 et 46 ; 741, 8. Variantes : Stella von sant Jacob, Germ. 31, 295, 51. Der heil. Georg von Reinbot v. Turn, Fr. v. d. Hagen. DGM, Berlin, 1868, 2747 : du dryer konnige sterne. Altdeutsche Predigten, Schönbach I, 80, 36 et 39 : der werlde sterne.

50 Priester Wernher, 3107-118. K. v. Wurzburg, Goldene Schmiede, 139-153. Bruder Hans, 3794. H. v. Krolewiz, 1490.

51 Stella maris, Stella matutina, voir Salzer, op. cit., pp. 404-408.

52 Altdeutsche Predigten, Wack., XXXII, 1 : "Maria daz sprichet "ain mersterne" : siu haizet da von mersterne, daz in iren hailigen namen suit ansehen. Wan alz daz sich diu scheff, diu uf dem mer varend, nach dem sterne rihtent, untz daz si uz den fraisen choment, also süllen wir iren hailigen namen an rueffen und an sehen, untz daz si uns uz den fraisen helfe und bringe dirre welt, daz si üns zuo stad bringe, daz si nu besezzen haut, daz ist, daz hailig paradyse. " Spec. Ecclesias, 108. Schönbach, Alt, deutsche Predigten I, 80, 21.

53 Priester Wernher, 30 (A) et 1311-16, ZfdA. 10, 16, 30. Loblied, 298, 3. H. v. Laufenberg, Wack. Kl. II, 728, 53.

54 Goldene Schmiede, v. 139-153 : "Maria, muoter unde maget, / diu sam der morgensterne taget / dem wiselosen armen her, / daz uf den wilden lebermer / der grundelosen werlde swebet : / du bist ein liht daz iemer lebet, und irn ze saelden ie erschein : swenn ez der sünden agetstein / an sich mit sinen creften nam. / swaz diu syrene trügesam / versunken wil der schiffe / mit süezer doene griffe, / diu leitest, frouwe, du ze stade din helfe uz tiefer sorgen bade / vil mangen hat erledeget. "

55 Pseudo-Konrad, Pas deutsche Kirchenlied, 235, 13 ss. Bruder Philipp, H. 211, 207. Les poètes interprètent ensuite positivement le chant de la sirène (Pseudo-Gottfried, 22, 5-8) et finissent par assimiler Marie à la sirène, ibid. 1044, 4 : "Seid die syrenn... also geschwind zeüch uns von sünd" (15e siècle).

56 ZfdA. 4, 521, 20, 1 ; 522, 23, 5. Germ. 31, 299, 145 et 297, 88. Pas deutsche Kirchenlied II, 544, 9 ; 591, 8. W. v. Rheinau, 267, 22. Erlösung, 2537. Bruder Philipp, 683. Frauenlob, 326. 11. Bruder Hans, 4174. H. v. Laufenberg, 730, 6 ; 732, 2. Variantes : trēmontān, Bartsch, Ldd. 217, 60 ; Ausg. geistl. Dicht. VI, 84 ; Mariengrüsse, 277, 56 ; stem Dîjâne, Bartsch, 217, 58.

57 Analecta IV, 20, 38 ; 50, 3 et 35, p. ex.

58 W. v. Rheinau, 24, 4. Bruder Philipp, 683.

59 Lateinische Hymnen, 601, 61 : astrorum regina ; VI, 99, 2 b : Stella fulgidissima.

60 Pas deutsche Kirchenlied II, 591, 8 : schoen vor allen steren klar. W. v. Rheinau, 24, 4 ; 267, 22 : "ir schîn der sterne schîn verzôch, / si stünden nider oder hôch, / swie si wâren genant / und swelcher schône bekant". H. v. Laufenberg, 736, 2 : "dir kein planet gelichen mag".

61 H. v. Laufenberg, 730, 6 : "der stern, der schin nie het verlorn". K. v. Würzburg, Goldene Schmiede, v. 144 : "du bist ein liht daz iemer lebet", l’étoile marine.

62 David v. Augsburg, ZfdA. 9, 35 : "der name daz diu muoter Marîâ genant, was, daz sprichet ein mersterne staete stât, sô ander sternen umbegânt, alsô stuont si staete an der heilikeit, dâ von si klein noch grôz nie verwankete. " Pseudo-Melito, Clavis, J. B. Pitra, Spicilegium Solesmense complecteus, Paris, 1855, article Stella, 64-65 : "stella cursum suum et ordinem servat : et Virgo non declinavit ad dexteram".

63 Lat. Hymnen XXXIII, 1 : "quae vocaris Stella maris, stella non erratica, nos in huius vitae mari non permitte naufragari. "

64 Salzer, pp. 408-410 : Stella mater solis ; nova Stella coeli procreans solem ; tu solem Stella paris, velut luna radium ; Lat. Hymnen II, 502, 62 ; 373, 10 ; 379, 22 ; 457, 20.

65 Sequenz, 201, 2. K. v. Würzburg, Goldene Schmiede, 686 : "dû braehte in vür ân allen pîn / als daz gestirne sînen glast".

66 Wack. Kl. II, 703, 7 : "der stern gebirt die sunne, wie mag diss wesen ie ? "

67 Goldene Schmiede, v. 828-831 : "du glanzer leitesterne, / der uf daz mer da schinet, / geliutert und gefinet / bist du vor allen sünden", rare application à la Vierge de la métaphore de l’affinage de l’or, Marie étant par nature préservée du péché, cf. J. M. Pastré, Or et métaphore dans la littérature allemande au moyen-âge, Colloque d’Aix, 1982.

68 Même le motif d’après lequel Marie envoie des rayons qui pénètrent le coeur des hommes, noté dans la Clavis du Pseudo-Melito, 25-30, et repris en 1453 par Hermann von Sachsenheim dans son Goldener Tempel : "Maria, liehter morgenstern, / Durchglast min hercz das dunckel ! " (v. 80-81).

69 Rheinisches Marienlob, Reinmar von Zweter, Bruder Hans, Muskatblüt.

70 Chr. Stössel, Die Bilder und Vergleiche der altprovenzalischen Lyrik, Diss. Marburg, 1886, p. 18.

71 ibid. p. 18 : estela ; lums, clardatz (pureté, éclat, bonté), aurore (originale), p. 19.

72 ibid. pp. 48-49.

73 Mügeln, Die kleineren Dichtungen Heinrichs von Mügeln, DTM. 50, Berlin, 1959, 125, 1. Minneburg, H. Pyritz, DTM. 43, Berlin, 1950, v. 1942-43. Clara Hätzlerin, Liederbuch der Clara Hätzlerin, C. Haltaus, BdgdNL. 8, Quedlinburg/Leipzig, 1840. Deutsche Nachdrucke, W. de Gruyter, Berlin, 1966, v. 131 : soleil pascal.

74 Mügeln, 259, 8 : la femme, soleil de sa joie. Minneburg, 2403. Clara Hätzlerin, 392 ; 53 : étoile du matin.

75 Gottfried introduit ou redonne vie aux métaphores des quatre éléments et des métaux, cf. J. M. PASTRE, Colloques d’Amiens et d’Aix, 1982.

76 Tristan, trad. de D. Buschinger et J. M. Pastré, GAG. 207 Göppingen, 1980. Gottfried prète au soleil d’Isolde un pouvoir purificateur, image de l’affinage qui relie chez lui la métaphorique des astres et celle des métaux ; cf. 8261-62 : "la rayonnante, la lumineuse Isolde / est plus rayonnante que l’or d’Arabie" ; et 8290-92 : "Celui qui regarde Isolde dans les yeux / sent son coeur et son âme purifiés / comme l’or l’est dans le feu. "

77 après l’emploi répété du terme "lumineuse" (v. 8256, 8261), Gottfried file une longue métaphore, v. 8262-86, cf. 7291-92, 10161-163, 11021-24, 10885-892.

78 ibid. v. 11507-512, cf. 11080-84. Image très rare chez les troubadours provençaux, cf. Stössel, op. cit., p. 49.

Auteur

Université de Haute-Normandie

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540