Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Le soleil, l’œil et la vision au Moyen Âge

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Le Moyen Age a cultivé plusieurs manières de décrire le soleil et de lui trouver, dans notre monde terrestre et sublunaire, des analogies. Le soleil est tour à tour symbole du Christ, oeil du macrocosme, siège et refuge de l’élément feu ; il peut être représenté par la roue, par l’oiseau, par bien d’autres choses encore. Chacune de ces confrontations a ses charmes esthétiques et ses références antiques, donc respectables ; chacune a ses racines folkloriques et ses valeurs poétiques ;

2L’une d’elles a de surcroît l’avantage de reposer sur des bases "scientifiques" ; bases scientifiques qui demeurent inchangées pendant les temps antiques et médiévaux. En effet, les ouvrages spécialisés (entendons par là non pas les "miroirs du monde" et autres encyclopédies, mais les traités qui décrivent l’anatomie et la physiologie de l’œil) expliquent le mécanisme de la vision de façon propre à conforter et justifier la métaphore. L’oeil, siège du plus noble des cinq sens, n’est pas un organe passif. Il émet, comme le soleil, des rayons.

  • 1 J’utilise partiellement deux travaux de recherche menés sous ma direction : C. GOBLOT, Le soleil a (...)

3Après avoir évoqué quelques-unes des ressemblances que l’on établit couramment entre le soleil et l’oeil, je tenterai de résumer les théories des oculistes du Moyen Age1.

4Le soleil est l’oeil du macrocosme ; l’écrit aussi bien que l’image ont rendu cette idée familière. Le soleil, comme chacun sait est l’oeil droit de l’univers et la lune l’oeil gauche. Mais les deux astres ne sont point égaux en dignité puisque l’un se contente de recevoir de l’autre la lumière pour la réfléchir. Le soleil, en revanche, joue un rôle doublement actif, il éclaire et il regarde.

  • 2 Brunetto LATINI, Le Livre du Trésor, in Jeux et sapience du Moyen Age éd. par A. Pauphilet, La Plé (...)

5... "aussi comme une espée brunie et uns cristaus et autre chose semblable, tout autressi fait la lune, qui par soi ne luist mie tant que nos puissions veoir sa clarté ; mais quant li solaus la voit, il l’enlumine de tant comme il la puet veoir, et la fait aussi resplendissant comme ele apert à nos"2.

6Brunetto Latini poursuit la description des phases de la lune en usant tout au long de sa démonstration des verbes esgaraer, veoir, remirer. Confusion inattendue entre la faculté de voir et celle d’illuminer. Dante fait de même dans II Convivio :

  • 3 Dange ALIGHIERI, Le Banquet (Il Convivio) trad. de Ph. Guiberteau, Les Belles Lettres, 1968, p. 16 (...)

7... "car elle luit tantôt d’un côté et tantôt de l’autre, selon la façon dont le soleil la voit".3.

8Quand il éclaire la terre et ses habitants, le soleil fait de même : il les voit. Il semble même que ce spectacle ne lui soit pas toujours indifférent :

  • 4 Ibidem, p. 181.

"Le soleil, qui tourne autour du monde, ne voit pas
de chose aussi noble qu’en cette heure
où il luit dans le lieu où demeure
la dame dont l’Amour me fait parler"4.

9Ce gros oeil qui suit d’en haut les faits et gestes des humains a quelque chose d’intimidant. Témoin des mauvaises actions et des gestes irrespectueux, il peut aussi punir et se venger. C’est du moins ce qu’affirment doctement les oracles féminins des Evangiles des Quenouilles.

10"Qui du soleil voeult estre servy, si lui tourne le dos ; car il ne voeult estre regardé a plain du pécheur et, se autrement fait, tost monstre son courroux".

  • 5 Les Evangiles des Quenouilles, éd. par P. Jeannet, Paris, 1885, p. 54-55.

11Celui qui pisse contre le soleil, il devient en sa pleine vie graveleux, et si engendre souvent la pierre"5.

12Cet anthropocentrisme est volontiers adopté et propagé par l’image, qui ne peut hélas trouver place ici. Pour magnifier le soleil, l’homme fait de lui un organe vivant et agissant, un oeil qui voit, qui brille et qui lance des rayons.

13La façon dont physiciens et géomètres décrivent l’oeil du microcosme n’est pas très éloignée de cela.

  • 6 Le Livre des Questions sur l’oeil d’Honaïn ibn Ishaq, éd. par R. P. Sbath et Meyerhof, in Mémoires (...)

14Organe d’accès relativement facile, l’oeil fit l’objet de traités médicaux depuis des temps très reculés (dès 1650 A. C. en Egypte). Mais aucun traité de l’époque gréco-romaine ne nous est parvenu. Les plus anciens que l’on possède remontent au ixe siècle de notre ère et furent rédigés en langue arabe. C’est en effet le monde musulman qui, en ce domaine, comme en tant d’autres, recueillit l’héritage antique et le fit fructifier. La belle époque de l’oculistique se situe entre le ixe et le xie siècle ; ses lieux de prédilection sont Bagdad, Le Caire, puis Salerne et Tolède. Le savant le plus réputé fut Hunain ibn Ishaq (809-873), un chrétien nestorien qui exerça à Bagdad et déploya une extraordinaire activité de traducteur. Il ajouta à cela une bonne centaine d’ouvrages personnels. Le Livre des questions sur l’oeil et les Dix discours sur l’oeil6 restèrent pendant des siècles la Bible des oculistes ; les savants qui lui succédèrent n’ajoutèrent que peu de chose à ces deux manuels de base, à l’exception d’Alhazen dont il sera question plus loin.

  • 7 Pr PANSIER, Collectio ophtalm. veterum auctorum, fasc. 2, 1909-1933 : Liber oculorum Constantini m (...)

15A partir du xie siècle, les ouvrages écrits en arabe commencèrent d’être traduits en hébreu et en latin. Ils furent ensuite inlassablement compilés, commentés, recopiés, au point que pendant longtemps on distingua mal auteurs, traducteurs et imitateurs. Le cas le plus connu est celui du moine Constantin l’Africain7 ; on le crut auteur du De oculis, comme de bien d’autres ouvrages de médecine, alors que ce titre recouvre une traduction des Dix traités sur l’oeil d’Hunayn.

16C’est dire que malgré une masse importante d’écrits, on trouve du ixe siècle jusqu’à la fin du Moyen Age et même au-dela les mêmes conceptions de l’anatomie et de la physiologie de l’oeil.

  • 8 7bis R. CARTON, L’expérience physique chez Roger Bacon, Vrin, 1924.

17Sa forme ronde et la situation élevée qu’il occupe dans le corps apparentent l’oeil au soleil de façon immédiatement perceptible au plus obtus. De plus, la vue est le plus noble des sens. L’ouïe, remarque Roger Bacon, est l’organe de la méthode d’autorité, les autres sens procurent une sagesse toute animale78bis. La vue en revanche est le sens qu’utilise la méthode expérimentale avec le plus de profit. L’aveugle ne peut ni connaître, ni vérifier.

18La supériorité de l’organe de la vue s’explique encore mieux si l’on raccorde les cinq sens aux quatre éléments, eux-mêmes hiérarchisés.

  • 9 Issa ben HALY, Tractatus secondus de anatomia et beneficio oculi, in Pansier : Collectio.., fasc. (...)

19"Item omnes philosophi concordantur quod oculus est nobilier quinque sensuum, cujus sensus, id est visus est igneus. Post sensum visus, est sensus auditus, cujus sensus est aereus ; post auditum, est sensus odoratus, cujus sensus est vaporatio rei ex qua exit, quae est media inter aerem et aquam et hoc quod est ex genere humiditatis ; post sensum odoratus, est gustus qui est medius inter aquam et terram. Sensus tactus est communis omnibus membris. Et haec causa quare oculus est nobilior aliorum sensuum, quia elementum ex quo ejus procedit effectus est nobilior ceteris elementis"9.

20C’est expliquer du même coup la parenté élémentaire qui joint le soleil et l’oeil. Tous deux appartiennent au feu.

21Cette forme de raisonnement n’empêche pas les savants d’observer l’oeil, en particulier celui du porc, étudié par Galien et décrit par lui avec assez de justesse. Ses successeurs le copient. On connait les trois milieux transparents et les enveloppes qui les entourent, même si l’on distingue 7 tuniques au lieu de 3 et si l’on croit voir derrière l’oeil deux nerfs creux, les seuls nerfs "creux" du corps, qui conduisent "l’esprit visuel" du cerveau vers les yeux.

22L’anatomie de l’oeil est donc relativement bien connue. En revanche, dès lors qu’il s’agit de sa physiologie, tous les traités véhiculent les mêmes erreurs, tenues pour vérités intouchables de l’Antiquité au xviiie siècle.

23Le cristallin ou "humeur glaciale" est considéré non comme une lentille optique servant au passage des rayons visuels, mais comme l’organe central de la vision. L’image, croit-on, se forme dans le cristallin, qui est la plus noble partie de l’oeil. Le reste n’existe que pour le servir et le protéger, comme le soleil et les planètes tournent autour de la terre pour donner à l’homme lumière et notion du temps.

  • 10 Hunayn ibn ISHAQ, Livre des questions sur l’oeil, op. cit.

24"La vision ne siège point dans toutes ses parties (de l’oeil) mais seulement dans l’humeur qui ressemble à un morceau de glace et qui est appelée en grec Kristalloiedes. Par contre, les autres parties composantes, tuniques, humeurs, etc. n’ont été préparées que pour servir cette humeur. Leur service consiste d’une part à la défendre contre les lésions, d’autre part à lui être utile"10.

  • 11 Memorandum des oculistes d’Issa ben Ali, trad. par l’émir A riff Arslan, in Janus, 1903, p. 466.

25"Il occupe le centre de l’oeil ainsi qu’un point qui occuperait le centre du globe. Sa transparence et sa pureté font son aptitude à recevoir les différentes couleurs,... Il est rond parce que tout autre forme est sujette à être atteinte d’accidents à cause des angles... Son diamètre transversal est plus grand pour pouvoir embrasser un plus grand nombre d’objets."11.

26La seconde erreur est la suivante. On croit qu’un esprit visuel (visif, disent certains traducteurs) formé dans le cerveau est conduit par les nerfs creux jusqu’au cristallin. Il se mélange à la lumière extérieure provenant des objets et c’est ce qui produit la vision.

  • 12 Liber oculorum Constantini... (cf. note 7), p. 172.

27"A cerebro autem procedunt immediate septem pares nervi, quorum primum et secundum par ad oculos veniunt : unum illorum est concavum per quod sensus et visus fit, et per eum anematus spiritus ad oculos tendit unde fit visus... "12.

  • 13 V. RONCHI, Histoire de la lumière, trad. par J. Taton, Paris, 1956.

28Tous les savants sont d’accord jusqu’ici. Quelques divergences apparaissent quand ils expliquent la formation de l’image dans le cristallin. Trois théories principales ont été émises dès l’Antiquité13.

29Pour les savants de l’école atomiste, les corps émettent des "simulacres" qui sont envoyés sans arrêt en toutes directions. C’est l’idée que reprend Lucrèce :
"de la surface de tous les corps émanent des effigies, des figures auquelles conviennent les noms de membranes ou d’écorces".

30Pour les savants de l’école pythagoricienne, les rayons visuels sortent de l’oeil et sont le moyen de la vision. L’homme, au centre de toute recherche, est seul acteur de ce phénomène qui est une sorte de toucher à distance. Euclide insuffla à cette théorie une vitalité nouvelle en l’intégrant à sa géométrie. Le rayon visuel émis par l’oeil est rectiligne, réflexible et réfrangible. L’objet vu est inscrit dans le cône formé par l’ensemble des rayons qui sortent de l’oeil.

31Platon et Aristote se rallient à des solutions intermédiaires. Pour le premier, la vision naît de la rencontre des deux émissions. Aristote préfère une quatrième hypothèse, qui semble n’avoir eu aucun succès dans l’immédiat. La sensation lumineuse vient non pas de la rencontre de deux rayons, l’un émis par l’objet et l’autre par l’oeil, mais d’une modification de l’air quise trouve entre eux.

32"Une fois pour toutes, il vaut mieux convenir que la sensation naît du mouvement excité par le corps sensible dans le milieu intermédiaire que de le rapporter au contact immédiat ou à une émission" (Des sens, chap. III).

33Le Moyen Age fait siens ces principes de base : propagation rectiligne du rayon visuel, l’oeil conçu comme un point et la vision comme une opération globale. Il conserve aussi l’anatomie de Galien (le cristallin siège de la vision, les nerfs optiques creux par où passe l’esprit visuel). Et surtout il reste obstinément fidèle à l’idée du rayon visuel qui sort de l’oeil, malgré les efforts d’Alhazen pour renverser le mouvement. Tous les traités d’oculistique et d’optique poursuivent en montrent le cheminement de l’esprit visuel du cerveau aux yeux par les nerfs optiques, puis des yeux vers les objets à voir dont il vient en quelque sorte prendre la mesure.

  • 14 Issa ben HALY, Pansier, Collectio..., fasc. 1, 1903, p. 212.

34"Quomodo autem videtur per istum spiritum dictum, est quod exit de cerebro ad nervum, et exit ad aerem, sicut nominavi mediante cristallino, albugineo et aliis, et continuatur cm aere exeunte, et circuit rem visivam, deinde iteratur secundo, et sigillatur in humore cristallino, et hic perficitur visus"14.

  • 15 RASHED (R.), Le discours dela lumière d’ibn al Haytham (Alhazen). Trad., in Revue d’Hist. des Scie (...)

35Un grand savant arabe, Ibn al Haytham, que les Occidentaux appellent Alhazen (965-1039) consacra tous ses efforts à éliminer l’idée que la lumière sorte de l’oeil. Il établit par une série d’expériences tout à fait nouvelles, que la vision se fait par des rayons venant de l’objet à l’oeil et non l’inverse15. "De tout corps illuminé par n’importe quelle lumière part de la lumière en toute direction... L’oeil ne peut sentir l’objet vu que par l’intermédiaire de la lumière que celui-ci lui envoie".

  • 16 Ibn al HAYTHAM, Proceedings of the celebration of 1000th anniversary Pakistan, s. d. (1965).

36Mais ces rayons sont des faisceaux de lumière, et non des "simulacres", des "moules" ou des "écorces", ces eidola dont il réfute vigoureusement l’existence16.

37"La lumière qui se propage dans les corps transparents suivant des trajectoires rectilignes est appelée rayon ; le rayon est donc la lumière qui se propage dans le corps transparent depuis le corps lumineux suivant des trajectoires rectilignes. Les lignes droites suivant lesquelles la lumière se propage sont des lignes virtuelles et non réelles.

38Connue en Occident dès la fin du xiie siècle, l’optique d’Alhazen ne produisit pas la révolution scientifique dont elle était porteuse. En effet Witelio (+ 1285) et R. Bacon (+ 1294) pour ne citer que les plus célèbres, ont lu Alhazen mais n’adoptent qu’une petite partie de ses conclusions.

  • 17 J. M. BRIDGES, The Opus Majus of Roger Bacon, 3 vol. Oxford, 1897-1900.

39Bacon résume dans son Opus Majus17 les théories de ses prédécesseurs, d’Euclide à Averroès et d’Aristote à Alhazen, et conclut que deux forces simultanées sont indispensables pour produire la vision. Des species partent de l’objet, des species partent de l’oeil. Le phénomène de la vision est réintégré dans une conception globale de l’univers où chaque corps, quelle que soit sa substance, est le siège d’une continuelle émission de force. Species est le mot qui désigne la propagation de la force dans une direction définie, produisant un mouvement dans l’air intermédiaire. Cette propagation se produit dans un temps donné, même si ce temps est trop court pour que l’homme puisse le saisir, et qui diffère selon qu’il s’agit de lumière, de chaleur, de son ou d’odeur. Les species qui produisent la vision se rencontrent sans fusionner car elles ne sont pas de même nature.

  • 18 Opus Majus, t. I, p. 53.

40"Species autem oculi est species animati corporis, in qua virtus animae dominatur, et ideo non habet comparationem ad speciem inanimatae rei, ut unum fiat exeis, sicut nec ex albedine et dulcedine in lacte ; et multo minus hic, quia magis distat animatum abinanimato, quam duo inanimata"18.

41Bacon fait siennes une partie des conclusions d’Alhazen sur la propagation, la réflection et la réfraction de la lumière et il ajoute à mainte reprise le fruit de ses propres expériences. Mais cet esprit novateur, hardi au point d’être soupçonné d’hérésie, ne peut se décider à cantonner l’oeil dans un rôle passif. Du fait que l’oeil voit les vapeurs et nuages s’il en est éloigné mais ne peut les apercevoir s’il se trouve plongé dedans, il conclut :

  • 19 Ibidem, t. II, p. 92.

42"Et ex hoc experimento patet manifeste, quod fit visus extramittendo. Nam si sola species rei visae fieret, tunc non potest ratio reddi hujus visionis"19.

43Les savants occidentaux restent donc fermement partisans des rayons visuels. La vision ne peut se produire sans que l’oeil envoie quelque chose à l’extérieur, et restera pour des siècles encore un "toucher à distance" ; "fit visus extramittendo".

44Peut-être était-ce trop demander que de vouloir réduire l’oeil, siège du plusnoble des sens, à un rôle passif. Sans doute, aussi les théories d’Alhazen laissaient-elles l’homme insatisfait car elles ne permettaient pas d’expliquer des faits auxquels l’époque attachait plus d’importance que nous : le pouvoir fascinateur du serpent, le rôle des yeux comme émetteur de messages amoureux, la nocivité du "mauvais oeil" et d’autres phénomènes encore, qui deviennent incompréhensibles si l’oeil devient simple récepteur de rayons lumineux...

45La façon courante de parler du soleil et de l’oeil n’est pas en contradiction avec les théories des oculistes.

46Signalons cependant, pour terminer sur une note moins austère, que la parenté entre le soleil et l’oeil au sein de l’élément feu aboutit à une tradition contraire aux conseils des médecins. Pour soigner ses yeux malades, l’aigle est censé monter droit vers le soleil pour les emplir de sa lumière et guérir. De même, fixer les flammes à travers une couronne de fleurs fortifie les yeux, ont relevé les folkloristes.

  • 20 Les Bestiaires, trad. par P. Bianciotto, Stock +, 1982, p. 29-30.

47"... lorsqu’il vieillit, ses ailes deviennent lourdes, son oeil s’obscurcit et s’emplit d’humeur. Il cherche alors une source, et s’envole dans le ciel en direction du soleil. Là, il consume ses ailes et brûle l’inflammation de ses yeux aux rayons du soleil. Ensuite il descend vers la source et s’y plonge par trois fois ; et aussitôt ses ailes retrouvent leur jeunesse, ses yeux s’éclaircissent et il redevient tout aussi jeune qu’autrefois et encore plus"20.

48Les médecins, bien sûr, ne sont pas du même avis. Arabes Juifs et Chrétiens conseillent tous d’éviter la lumière trop vive...

  • 21 J. B. FAURE, Version lyonnaise du traité de médecine d’Aldobrandino di Siena, médecin français du (...)

49"... si l’estuet garder de pourre, et de fumee, et dou vent, et dou soleil en este quant il fait trop caut, et de regarder coses qui sont de grant clarté,... toutes coses c’on regarde longement, especiaument petites coses, si comme de regarder en livres ki sont de menue letre et autres coses dont li veue empire"21.

50Dante Alighierisuivit les conseils des médecins, non des Bestiaires, et n’essaya pas de s’élever vers le soleil. Il plongea tout bonnement sa tête dans l’eau froide.

  • 22 Le Banquet, op. cit., p. 235.

51"... j’avais beaucoup fatigué ma vue à lire pour mon travail, aussi mes esprits visifs furent tellement affaiblis que les étoiles m’apparaissaient toutes voilées d’une vague blancheur. Il me fallut un long repos dans l’obscurité et la fraîcheur, en raffraîchissant le globe de l’oeil avec de l’eau claire, pour rassembler cette vertu désagrégée et récupérer ainsi le bon état de ma vue"22.

52On peut être un grand visionnaire et conserver son sens pratique.

Schéma de l’œil, d’après l’optique de Vitellion (xiiie siècle), modifié selon les indications tirées du texte d’Alcoatin.

Figure de l’œil d’après le Nour cl Ouyoux de Salah Eddin, manuscrit n° 3008 du fond arabe de la Bibliotheque nationale f. 13

Notes

1 J’utilise partiellement deux travaux de recherche menés sous ma direction : C. GOBLOT, Le soleil au Moyen Age, DES, 1981 ; B. GAUTHIER, La cécité et l’aveugle au Moyen Age, DEA, 1982.

2 Brunetto LATINI, Le Livre du Trésor, in Jeux et sapience du Moyen Age éd. par A. Pauphilet, La Pléiade, 1951, p. 753.

3 Dange ALIGHIERI, Le Banquet (Il Convivio) trad. de Ph. Guiberteau, Les Belles Lettres, 1968, p. 163.

4 Ibidem, p. 181.

5 Les Evangiles des Quenouilles, éd. par P. Jeannet, Paris, 1885, p. 54-55.

6 Le Livre des Questions sur l’oeil d’Honaïn ibn Ishaq, éd. par R. P. Sbath et Meyerhof, in Mémoires présentés à l’Institut d’Egypte, t. XXXVI, 1938.

7 Pr PANSIER, Collectio ophtalm. veterum auctorum, fasc. 2, 1909-1933 : Liber oculorum Constantini monachi Montis Cassini.

8 7bis R. CARTON, L’expérience physique chez Roger Bacon, Vrin, 1924.

9 Issa ben HALY, Tractatus secondus de anatomia et beneficio oculi, in Pansier : Collectio.., fasc. I, 1903, p. 211.

10 Hunayn ibn ISHAQ, Livre des questions sur l’oeil, op. cit.

11 Memorandum des oculistes d’Issa ben Ali, trad. par l’émir A riff Arslan, in Janus, 1903, p. 466.

12 Liber oculorum Constantini... (cf. note 7), p. 172.

13 V. RONCHI, Histoire de la lumière, trad. par J. Taton, Paris, 1956.

14 Issa ben HALY, Pansier, Collectio..., fasc. 1, 1903, p. 212.

15 RASHED (R.), Le discours dela lumière d’ibn al Haytham (Alhazen). Trad., in Revue d’Hist. des Sciences, t. XXI, 1968, p. 197-224.

16 Ibn al HAYTHAM, Proceedings of the celebration of 1000th anniversary Pakistan, s. d. (1965).

17 J. M. BRIDGES, The Opus Majus of Roger Bacon, 3 vol. Oxford, 1897-1900.

18 Opus Majus, t. I, p. 53.

19 Ibidem, t. II, p. 92.

20 Les Bestiaires, trad. par P. Bianciotto, Stock +, 1982, p. 29-30.

21 J. B. FAURE, Version lyonnaise du traité de médecine d’Aldobrandino di Siena, médecin français du xiiie siècle, thèse 3e cycle dactyl., Lyon 1972, p. 118-119.

22 Le Banquet, op. cit., p. 235.

Table des illustrations

Légende Schéma de l’œil, d’après l’optique de Vitellion (xiiie siècle), modifié selon les indications tirées du texte d’Alcoatin.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure de l’œil d’après le Nour cl Ouyoux de Salah Eddin, manuscrit n° 3008 du fond arabe de la Bibliotheque nationale f. 13
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/2907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

Auteur

Centre Pierre-Léon Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540