Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

A lunel lutz una luna luzens  : une exploration du theme de la lumiere aà partir du jeu-parti de Guilhem Montanhagol et de Blacasset

Patrick Hutchinson

Texte intégral

1La pièce de Guilhem MONTANHAGOL qui va me servir de point de départ, de point d’ancrage, et j’espère, approximativement du moins, de point d’arrivée, dans ma quête-exploration du thème de la lumière, comporte dans la tornade finale une apostrophe qui s’adresse, selon une formule assez originale, aux "savants", ou aux "sages" de Provence :

Guiraut Amic, li savi de Proensa
diga-m del nom, si-ls platz, lor entendessa

Guiraut Amie, que les sages de Provence me disent, s’il leur plait, ce qu’ils entendent au nom...

2Interpellation que, avant de commencer la tâche plutôt difficile de l’interprétation du poème, je reprendrai ici volontiers à mon compte.

3Mon but ne sera donc pas d’établir devant vous, les savants de Provence et d’ailleurs, des évidences positives et solidement acquises mais d’ouvrir l’espace d’un questionnement. En cela, je me permettrai de faire mienne, pour la circonstance la phrase du célèbre mathématicien et épistémologue René THOM : "Un fait pour exister a besoin d’un minimum de théorie". Mais j’ajouterai aussitôt, en le reprenant également à mon compte, le couplet final de la Tornade de Guilhem de MONTANHAGOL :

car si-n dizon miellz, eu no-n sui gilcz

s’ils en parlent mieux, je n’en suis pas jaloux.

*

4La pièce que nous allons étudier ne semble pas jusqu’ici avoir été l’objet de beaucoup d’attention de la part des commentateurs. Jules COULET, l’éditeur de MONTANHAGOL de la fin du siècle dernier, la considère comme une pièce mineure, objet d’une célébrité indue, et cela même par rapport aux autres chansons de son auteur. Martin de RIQUER parle, à son sujet, d’une "énigme facile". Elle a également peu figuré dans les anthologies et les florilèges, - a une récente et notable exception de près. Et pourtant, par sa situation historique et littéraire, aussi bien que par une certaine étrangeté, une singularité, subtile mais certaine, dans sa forme et dans l’expression, elle a de quoi fasciner. Et de fait, elle laisse sa marque sur le lecteur. En tout cas, ce fut le cas pour moi, depuis la première lecture, il y a plusieurs années de cela déjà.

5Cet effet d’étrangeté, de léger trouble, pour un lecteur habituel des trobadors, de quoi provient-il ? D’abord, sans doute, de la forme condensée, schématique, et somme toute, presque abstraite, - en tout cas, non discursive et impersonnelle, de la louange de la dame, dont l’identité même, d’ailleurs, se résume dans la polysémie d’un nom. Il y a aussi ce jeu quasi-obsessionnel d’allitérations et de homophonies à partir d’une même racine - la syllabe lu - suivie de t, de n ou de z apparaît dix-sept fois dans les premiers huit vers - qui en accentue l’effet énigmatique, et qui donne à ce poème qui tourne autour d’une femme, d’un nom et d’une lumière, ou plutôt de quelqu’un ou de quelque chose qui serait les trois à la fois - femme, nom et lumière -, et du lieu d’où lui rait cette lumière, laquelle brille au-dessus de toutes les au très, Lunel, l’aspect d’une sorte de grimoire (et vous remarquerez que ne serait-ce qu’à en parler nous sommes déjà entrai nés dans le jeu allitératif, dans l’effet d’entraînement quasi incantatoire des signifiants qui en forment la trame).

6Ensuite, il y a tout le développement autour du nom de la Dame, lequel nom n’est pas seulement "clar e resplendens" mais aussi "bon" (vers) et "bon" (bos). Il est également l’ob jet de deux calembours qui lui confèrent une polysémie assez éloignée de son signifié premier - au sens qu’a priori on ne voit pas le rapport de congruité sémantique entre Gauseranda, nom de la Dame, et gai seran e sors (ils seront gais et relevés ou sortis d’affaire), ou jauzen seran (ils seront joyeux et/ou dans la jouissance), bien que ce dernier paraisse légèrement moins incongru du point de vue traditionnel.

7Tout ce jeu autour du nom de la Dame-Lumière est d’ailleurs expressément repris par le poète dans sa tornade ou envoi final, où comme nous l’avons vu, il lance un appel aux sages, précisément pour résoudre son énigme : qu’en disent-ils, les savants de Provence, du nom-de-la-femme-qui-est-lumière et qui brille à Lunel ? (Les termes de cette proposition paradigmatique sont d’ailleurs apparemment intentionnelle ment interchangeables comme on le voit dans un vers comme : "Le nom de la lumière est clair et resplendissant", alors qu’il s’agit du nom de la Dame).

8Bien entendu, on m’objectera tout de suite qu’un certain nombre de ces éléments évoqués sont moins énigmatiques qu’il n’y paraîtrait à première vue. La condensation allusive et emblématique a été très goûtée par les Trobadors maîtres du Trobar Rie et du Trobar clus, tels ARNAUT DANIEL ou RAIMBAUT d’Orange. Le jeu allitératif à partir d’une même racine est répertorié dans les LEYS D’AMOR comme étant une des techniques connues du Trobar ; et désigné sous le terme "coblas refranchas". Et l’on sait que le nom caché - senhal, ou emblème, au sens de celle qui est inscrite sur une bannière - de la Dame, est un des topoi des Trobadors, bien qu’il soit le plus souvent masculin, et qu’il donne rarement lieu à des jeux de mots. Même des termes tels que "savi. " et "bos entendedors" sont relativement fréquents, plus particulièrement ce dernier, s’agissant des initiés de la Fin’ Amors.

9Cependant, tout compte fait, et ces objections entendues, l’esprit reste insatisfait devant une interprétation triviale qui, somme toute, condamnerait le poème à une aimable insignifiance - laquelle nous paraitra d’ailleurs, d’autant plus invraisemblable une fois que nous l’aurons situé, avec l’ensemble de l’oeuvre de Guilhem de MONTANHAGOL, dans son contexte politique, historique et littéraire. Bien sûr, les éléments poétiques utilisés font plus ou moins partie de l’arsenal commun du Trobar, -le Trobador, en général, attache peu de valeur à la notion d’originalité thématique, puisque sa fonction consiste dans la propagation et l’illustration de quelque chose de spécifique, d’invariant - mais ce qui nous intéresse bien plutôt, ce sont l’agencement et le dosage inhabituels de ces éléments, et leur emploi assez surprenant. Et nous allons également avoir la surprise (et moi, le premier, j’ai eu cette surprise) de constater que parmi ces mêmes éléments traditionnels du Trobar, il s’en trouvera qui seraient susceptibles d’être interprêtés dans un tout autre cadre, et qui, du même coup, pourraient prendre sinon un sens tout autre, du moins une coloration toute particulière. Tout se passe avec cette pièce, comme si nous avions affaire à un certain nombre de faits et de traits poétiques et rhétoriques, pouvant appartenir à deux ensembles différents, -soit de façon discrète, soit de façon à leur être communs. C’est ici que la phrase que j’ai citée plus haut sur les faits et la théorie de René THOM prend tout son poids. Car on verra que les mêmes faits vont en quelque sorte pouvoir changer de physionomie selon le modèle d’interprétation que nous aurons décidé d’adopter. Et que selon que nous opterons pour l’un ou pour l’autre, - s’agissant de ce bas-Languedoc du treizième siècle, où les cultures diverses se cotoient et se chevauchent sans que l’on puisse précisément savoir si elles communiquent, -nous allons être confrontés à une décision théorique plutôt déchirante. A moins qu’une troisième voie, celle précisément de l’appartenance commune, ne s’avèrât défendable.....

10Quel autre modèle, me direz-vous, peut-il bien y a-voir, sinon celui, tout tracé, de la canso, de la chanson d’amour, de la louange formelle et quelque peu ritualisée de la Dame ? D’ailleurs, c’est bien ainsi que semble le comprendre BLACASSET, le Trobador provençal qui relève le défi de la tenson, c’est-à-dire du jeu-parti :

Amics Guillem, lauzans es maldicenz

Ami Guilhem, vous louez mal

11Et bien, je répondrai, si modèle traditionnel, ou disons conventionnel, il y a, il est singulièrement détourné. D’abord il est plutôt rare (je n’en connais pas pour le moment d’autre cas) qu’une chanson d’amour et de louange de la dame se transforme en jeu-parti. Un Trobador de l’époque trouverait probablement notre pièce trop courte pour être admise dans le genre noble de la canso, de la grande chanson. Bien sûr, la poésie des Troubadours pour "conventionnelle" qu’elle soit -et ce mot dans ma bouche ne prend ici aucune coloration péjorative - n’est pas moins inventive, elle s’adapte. Mais ici il n’est pas impossible que la rupture du genre soit volontaire. D’ailleurs, Guilhem MONTANHAGOL rompt avec une autre tradition qui veut que la perfection de l’art du Trobador dépasse celui de tous les autres de la même façon, et dans la même mesure, que la beauté de la Dame est souveraine. Or ici Guilhelm déclare qu’il ne sera pas jaloux si un autre - un des sages (ou savants) de Provence - en parle mieux. Ensuite, s’il est vrai que le style du poème pourrait nous rappeler quelque peu - mais de loin - le Trobar Ric d’un ARNAUT DANIEL, nous nous heurtons au fait que Guilhem MONTANHAGOL est exclusivement un poète du Trobar Clar, et que parmi les marques de son style il y ait l’harmonisme et la limpidité. D’ailleurs, plutôt que le Trobar Ric ou le Trobar clus le style du poème se rapprocherait davantage, à mon avis, du style du devinalh des Trobadors des premières générations. Pour un non-pratiquant du Trobar Ric comme Guilhem, il ne s’agit pas de faire étalage d’un habile êrotisme langagier, ni d’une haute algèbre amoureuse, mais bien plutôt, comme cela semble bien être le cas pour le devinalh, de communiquer quelque chose de caché :

Fai ai lo vers, no sai de cui ;
e trametrai lo ca celui
que lo-m trametra per autrui
envers Peitau,
que-m tramezes del sieu estui
la contreclau.

Le poème est fait, ne sais de quoi,
et je le transmettrai à celui
qui me le transmettra par autrui
près de Poitiers,
qui me transmettra, de son étui,
la contreclé.

12L’ambiance de la Tornade de Guilhem de Poitiers semble, en effet, assez proche de l’esprit de notre pièce. D’ailleurs nous ne devons jamais perdre de vue - et peut-être plus particulièrement lorsqu’il s’agira de la lecture de la lyrique d’Oc, - ainsi que nous l’a démontré Jacques PAUL, dans son HISTOIRE INTELLECTUELLE DE L’OCCIDENT MEDIEVAL, que de façon générale à cette époque, nous avons affaire à une sensibilité littéraire et rhétorique qui fonctionne moins sur une opposition sens figuré/sens propre que sur la superposition de niveaux de sens, les passages et les juxtapositions de l’un à l’autre.

13Ensuite, s’il est vrai que le poème comporte l’exhaltation habituelle dans la Canso des vertus cardinales de la civilisation courtoise occitane - jois, dompneis, amors, solatz, beutatz, jovens - regroupés en quelque sorte autour du rayonnement de la Dame, ici on a l’étrange sentiment que ces vertus ont pris un degré supplémentaire d’abstraction. Ce sont maintenant plus que des vertus rattachées à la Dame, ou émanant d’elle, dirait-on ; ce sont des idées, des semi-concepts, qui, à la façon des hypostases gnostiques et néo-platoniciennes "prennent lumière" (pren lum) de la première source lumineuse, celle qui luit "sur toutes les lumières" (sobre totas lugors), à savoir la lune de Lunel qui "illumine depuis le Toulousain et au delà de la Provence" (enlumina daus Toisa part Proensa). Finalement, même dans ce cas, il y a équivoque, selon ce même principe de permutabilité qui semble régir la pièce, - et qui constitue peut-être la passerelle qui permet de passer d’un niveau de sens à un autre, - on ne sait plus si ces vertus courtoises, si ces vertus de la cortezia occitane (que la seconde partie de la Chanson de la croisade avait déjà élevées à la dignité d’allégories) prennent leur lumière de la lune de Lunel (supposément la Dame) ou de Lunel (en tant que lieu), ou de "la lumière qui s’est allumée à Lunel" (le lums pres a Lunel luzenza). D’ailleurs nous y reviendrons - cette insistance sur le thème de la lumière, qui se fait presque pesante, notamment à cause des effets allitératifs, a de quoi nous laisser songeurs.

14Au chapitre des anomalies, il faut également revenir sur la question du Nom. Le nom caché ou senhal, avions-nous dit, est un des topoi les plus usuels des Trobadors. Cependant, outre la remarque que nous avons déjà faite sur l’inhabituelle polysémie des deux calembours (bien que l’un d’eux a éventuellement son précédent chez Jaufré RUDEL, avec les jeux de mots sur l’homophonie entre la première syllabe de son prénom et les mots jauzir, jauzen) un autre fait reste à relever. L’emploi, et surtout l’exploitation du senhal se fait surtout dans la Tornade ou envoi final, alors qu’ici l’exégèse du nom occupe presque toute la seconde strophe, c’est-à-dire près de la moitié du poème.

***

15Sans poursuivre davantage pour le moment l’analyse textuelle, revenons aux impressions premières. Ce sentiment d’étrangeté, de léger trouble, qu’on peut éprouver à la première lecture s’étaye et se confirme avec l’analyse. A quoi donc avons-nous affaire ? Où diriger notre enquête ? Vers quelles eaux va nous conduire la dérive dans laquelle nous entraîne, nous l’avons constaté, de façon quasi-incantatoire, le jeu même des signifiants, et le subtil déplacement des genres et des lieux communs ?

16Je pense que le mouvement intuitif a commencé pour moi à partir d’un effet proprement poétique, un effet sonore, comme un écho. Il s’agissait, bien sûr, de cet effet allitératif et homophonique qui hante la première strophe :

A Lunel lutz una luna luzens
qe dona lum sobre totas lugors,
d’aqui pnen lum joli, dompneis e amors
e gais solatz e beutatz e jovens.
E qan la lum pres a lunel luzenza,
q’enlumina dans Tolsa part Proensa,
estavan jois e dompneis tenebros,
mas ara-ls fai LuneLs luzir amdos.

17- soit (en traduction mot-à-mot)

18A Lunel luit une lune luisante qui donne lumière au-dessus de toute lueur (éclat) ; d’elle (de là) prennent (leur) lumilère joie, courtoisie et amour et gai soulas et beauté et jeunesse. Et quand la lumière à Lunel prit naissance (s’est mise à luire, à briller), celle qui illumine (le monde) depuis le Toulouseain jusqu’au dela de la Provence, joie et courtoisie étaient dans les ténèbres (obscurcies) maintenant Lunel les fait briller toutes les deux.

19J’avais dans l’oreille, chaque fois que je relisais ce texte, de vagues associations avec des sonorités de la poésie arabe ou persane. En effet - et vous voyez ici que nous nous engageons déjà dans la dérive vers l’exploration d’un autre modèle d’interprétation possible - les schémas métriques dans la poésie orientale sont mémorisés au moyen de formules allitératives développées à partir d’une même racine, (consistant souvent en conjugaisons d’un même verbe (fa’ùlun fa’ùulun mafà’ilun mafù’ilun, fa’ulun, fa’ùlun) - c’est la formule memnotechnique de la métre arabe, "Hazadj", par exemple). Ce principe est également un des traits de la poétique médiévale orientale elle-même - une espèce de recherche quintessentielle et alchimique autour du verbe et de ses racines qui communique à coup sûr, avec la mystique du langage.

20Ce sentiment confus d’un possible rapport avec les techniques de la poétique orientale de la même époque - et il nous faut ici nous souvenir que la poésie des Trobadors est elle-même prise dans l’espace culturel commun de cette méditerranéité aux vastes frontières qui est à nouveau l’héritière, par l’intermédiaire notamment de l’Espagne musulmane, du monde hellénistique, - donc les conditions de la communication existent encore - ce sentiment, donc, m’a conduit par des voies plus ou moins contournées à montrer précisément lors d’un colloque du CUERMA, il y a quelques années, ce texte à un spécialiste de l’Université de Jérusalem. Celui-ci en était vivement frappé, et m’indiquait déjà quelques éléments du point de vue d’un rapprochement avec la culture juive de la même époque, notamment en ce qui concernait le maniement énigmatique de l’expression : "le Nom" (le nom est vrai, pour qui le comprend bien, et (bon vers es le nom, qui be l’enten, e bos). Nous y reviendrons.

21Quelque temps après, par le hazard d’un échange, je suis tombé sur un petit livre intitulé : Les Juifs du Languedoc, de la Provence et des Etats français du Pape, signé d’un nommé Armand LUNEL. J’y lisais les passages suivants, que je me permets de citer un peu extensivement devant vous :

22 "... pour nous rendre compte de la part que les Juifs d’Oc prirent à la recherche scientifique, tournons-nous seulement ven la faculté de Médecine de MONTPELLIER... où régnait une liberté d’enseignement extraordinaire pour l’époque, puisque les cours, par un heureux éclectisme, y furent partagés entre des maîtres, arabes, juifs el chrétiens... [....].... parmi lesquels.. [.....]... l’auteur du Livre de la Guérison, disciple du Rabbin Abon, du Rabbin Nathan ben Zacharias el de Bienvenu Graffacl de Jérusalem... ainsi que les Rabbins Yéhoudah Ibn Tlbbon el Samuel son fils, de la fameuse école de Lunel. Ce furent tout particulièrement ces Tibbonides, originaires de Grenade, qui traduisirent les oeuvres médicales et philosophiques de l’Islam ; grâce à eux, l’Iranien Avicenne, et Averrois furent révélés à l’Europe chrétienne...

  • * opus cit : P. 22.

23Mieux encore ! Yéhoudah fit également passer d’arabe en hébreu les oeuvres des grands écrivains judéo-espagnols, parmi lesquels Bahya, Ibn Gabirol, Judah Halévy...* "

24Le cadre chronologique de l’activité qu’évoque Armand LUNEL se trouve être co-extensif avec celui de l’activité des Trobadors. Mais il y a mieux. Je cite à nouveau (deux pages plus loin) :

25"Et ce fut ensuite entre 1150 et 1250, tout particulièrement à LUNEL, à NARBONNE et POSQUIERES que la Cabale prit un essor inattendu avec un recueil anonyme et chaotique, le Sefer Bahir, le Livre Lumineux, qui rassemble les thèmes majeurs de cette théogonie ésotérique... "

26(Notre auteur, un peu plus haut, a déjà défini la Cabale comme "... une doctrine secrète qui doit sa transmission et son développement à toute une chaîne d’initiés", en affirmant que c’était "justement dans ce Languedoc" de la fin du douzième et de la première moitié du treizième siècle qu’elle "trouva son terrain d’élection").

27Vous avouerez qu’il y avait déjà là de quoi augmenter mon trouble !

28Mais cela était resté longtemps au niveau d’un rapprochement un peu vague, d’un syncrétisme impressionniste, jusqu’au jour relativement récent où, en ressortant le jeu-parti de MONTANHAGOL, j’ai recommencé mon exploration dans le but précis de préparer cette communication. C’est là où, avec très peu de recherche initiale et ne sachant pas trop à quel "savant" me vouer, j’ai eu la chance de tomber sur un ouvrage plus consistant, et d’une qualité scientifique certaine : Les Origines de la Kabbale de Gershom G. SCHOLEM (publié chez Aubier-Montaigne en 1966). J’y lisais d’abord les mêmes affirmations sur les origines de la Kabbale que j’avais trouvées chez LUNEL :

  • * Opus cit. p. 22.

29"En effet, tout ce que nous savons des plus anciens kabbalistes et de leurs groupements, vient du Languedoc. C’est dans des villes comme LUNEL, NARBONNE, POSQUIERES, et peut-petre aussi à TOULOUSE, à MARSEILLE, à ARLES, que nous rencontrons les premières personnalités qui nous soient connues comme kabballstes.*"

30L’Auteur continue en établissant un parallèle entre le développement de la Kabbale, la poésie des Trobadors et le Catharisme :

31"La Provence, et particulièrement le Languedoc, était le théâtre d’une civilisation de cour et de féodalité développée. Là s’établissait, par des voies qui ne sont souvent plus perceptibles ou qui n’apparaissent qu’aujourd’hui dans le champ d’observation de la science exacte, un contact intime entre la culture islamique, pénétrant de l’Espagne, et de l’Afrique du Nord, et la culture de la Chevalerie du Moyen-Age chrétien. La poésie des Troubadours, dans la même période, y atteint ses sommets. Mais le Midi est précisément plus que cela, une contrée de haute tension religieuse, d’une tension qui n’a pas sa pareille dans d’autres, pays de culture chrétienne. En de vastes, milieux du Languedoc, ce n’est plus, à cette époque, le christianisme, catholique qui règne...

32... [.....]... Le judaïsme de Provence, qui a connu également, en ce XIIème siècle, une période de haute floraison, prospérait donc, à cette époque, dans un milieu où un christianisme catholique marqué du sceau de V orthodoxie avait littéralement à lutter pour son existence et où il avait effectivement perdu de son influence sur de larges cercles, tant dans la classe dominante des féodaux et de la chevalerie et de leurs représentants culturels que dans les couches populaires... »

33Et, puis, s’agissant des Cathares :

  • * Je souligne.

34"Il est intéressant de remarquer, et plus d’un historien de la civilisation l’a noté, que le radicalisme intransigeant de la secte a su ménager un lien plus solide avec la vie laïque, positivement orientée envers la vie d’ici-bas, que n’a réussi à établir l’Eglise catholique... leur antisémitisme métaphysique ne les empêchait pas nécessairement le procéder à l’occasion, à des échanges de vues avec des Juifs, adversaires comme eux du Catholicisme.*..... "

35Se dessinait donc devant moi, à vue d’oeil, une espèce de carte inattendue qui allait de LUNEL à GRENADE, de GRENADE au CAIRE et à DAMAS et au delà, une carte qui était, à la fois, ce que j’avais déjà obscurément pressenti : une autre grille de lecture. Evidemment, à partir de là, toutes sortes d’hypothèses et d’extrapolations plus ou moins fantaisistes devenaient possibles. Vous pouvez d’ailleurs me faire confiance pour en avoir testé provisoirement - car le temps m’a cruellement manqué - quelques unes. Il n’en reste pas moins que ce qui a été frappant et pour tout dire, grisant, en un premier temps, a été l’apparente cohérence, la traductibilité presque sans difficulté, des traits les plus saillants de notre document, en termes de cette nouvelle grille.

36Prenons quelques exemples. Laissons de côté la question de la métrique, déjà évoquée, et celle de l’encodage que je n’ai pas vraiment les moyens d’évoquer ici (bien que j’ai également fait quelques tentatives d’apprenti-sorcier dans cette direction, sans résultats notables). Il reste qu’un certain nombre de traits de notre texte, même au niveau de la surface, sont typiques de la production judaïque de l’époque. Le Sefer Bahir (Livre lumineux, ou de la Clarté), rédigé ou traduit à LUNEL vraisemblablement, auquel il a été fait référence plus haut, aurait été révélé par allusions mystérieuses et cachées aux "doués d’entendement" (c’est-à-dire, dans cette tradition, aux mystiques), ce qui n’est pas sans rappeler les expression assez appuyées de notre pièce, faisant appel aux "bons entendeurs" (bos entende dors), à "qui l’entend bien" (qui be l’enten), et promettant la joie "à qui il lui plaira" (cui il agensa) D’ailleurs Jacob NAZIR, mystique juif voué à l’ascèse, et lié au mouvement Kabbaliste, vivait en cette même ville de LUNEL, à la même époque (Nous reviendrons bientôt sur la datation du poème). L’expression même "les savants ou les sages de Provence" (li savi de Proensa) est usuelle et consacrée dans la littérature juive de l’époque : c’est en effet, la formule habituelle pour désigner les cercles de rabbins kabbalistes ou spécialistes de la Tora ; elle a comme variante "Les sages de Lunel", "de Narbonne", etc... A ce niveau, il faut également ajouter que la formule "depuis le Toulousain jusqu’au dela de la Provence" correspond assez exactement à l’aire d’extension de ce que la littérature juive de l’époque appelle la Provence, site d’un éveloppement culturel hors pair qui correspond aux régions où le provençal sert aux juifs de langue vernaculaire.

37Mais on ne peut en rester seulement aux rapprochements de surface. Prenons l’exemple précisément, des trois figures interchangeables qui ne font qu’une, et qui occupent vraisemblablement le coeur de notre texte : le nom, la lumière et la femme (nous laisserons de côté pour l’instant la lune, de moindre incidence). D’abord le Nom : Le spécialiste évoqué plus haut m’avait déjà indiqué que cette expression était très fréquemment utilisée dans la tradition hébraïque pour éviter de prononcer ou d’écrire directement le tétragramme sacré. On emploie donc cette figure pour parler de Dieu lui-même. Le livre de Gershom G. SCHOLEM m’apprenait davantage : dans la Kabbale, cette expression renvoie directement aux spéculations de la mystique du langage :

  • * la Parenthèse est mienne.
  • ** la Parenthèse est mienne.
  • *** Opus cit. P. 293.

38"A partir de la Hokma [la sagesse, plus ou moins équivalente dans ce système, de la sophia gnostique ou cathare*] s’ouvre... le monde du nom pur, élément primordial de la langue. C’est ainsi qu’lsaac (il s’agit d’Isaac l’Aveugle de LUNEL**) comprend la sentence du Yeçira II, 5, selon laquelle tout langage naît d’un nom. L’arbre des forces, divines, qui formait les sefirot dans le Bahir, est transposé ici à la ramification des lettres dans ce grand nom.*** "

39A partir de là les rapprochements et les interférences utiles pour mon exposé, s’agissant du thème du Nom, sont sans doute riches et nombreuses. Cependant je devrai me limiter aujourd’hui à n’en esquisser qu’une ou deux.

40Cette notion du grand nom, du nom pur, élément pri mordial de la langue, se rapprocherait, par exemple, dans la pensée des Kabbalistes de Provence, de celle de la Tora primordiale ou incréée "qui est opposée à ses formes manifestées de Tora écrite et orale" (G. G. scholem p. 297). Or, en effet, principal centre de la science juive à cette époque, lunel était appelée "La résidence de la Tora". (Fait auxilliaire, encore éventuellement plus troublant, plusieurs savants rabbins originaires de luenl portaient le surnom juif de Yarhi, lui-même dérivé du mot Yareah, qui signifie, en hébreu, "lune"... !

41En voilà donc pour le nom. Quant à la lumière, les références dans la pensée juive, et surtout dans celle de la Kabbale sont encore plus nombreuses, comme il est d’ailleurs tout à fait normal à l’époque dans tout système plus ou moins directement infiltré par une métaphysique d’origine orientale. Pour montrer la relevance de ce thème, il suffira pour l’heure de citer à nouveau quelques remarques de G. G. SCHOLEM (il s’agit d’un ouvrage kabbalistique) :

42"La mystique, de la lumière occupe une place prépondérante, mais on doit s’y joindre, comme chez Isaac, la mystique du langage et, surtout, l’Intérêt pour la spéculation sur les noms divins... cette conception... établit une identité entre des lumières et des noms.... "

43Et surtout, cette phrase de Jacob COHEN du cercle ’iyyun : "les noms dans ce monde supérieur sont eux-mêmes substances et puissances divines, et leur substance est celle de la lumière de vie... "

44Quant à la femme, dans la pensée kabbalistique, elle a toujours joué un rôle très important. Ce n’est guère étonnant dans une pensée imprégnée d’éléments gnostiques et néo-platoniciens. Notamment dans le livre Bahir, la pensée sexuelle joue un rôle très important à tous les niveaux de la création. Mais dans ce livre, il y a des références encore plus précises. Je cite un passage que SCHOLEM lui-même qualifie d’"étonnant" :

  • * Sefer BAHIR, chapitre 90.

45"Que veut dire : la terre entière est pleine de sa gloire ? C’est la “terre” qui a été créée le premier jour, et elle correspond en haut du pays d’Israël, plein de la Gloire de Dieu. Et qu’est-elle [cette terre ou cette gloire] ? La “sagesse”, dont il est dit : la gloire, les sages en possèdent. Et il est dit aussi : Louée soit de leur lieu la Gloire de Dieu. Or qu’est-ce que la Gloire de Dieu ? Une parabole. C’est comme un roi, dans la demeure duquel était la reine, qui faisait le ravissement de toutes ses armées ; et ils avaient des fils. Ceux-ci venaient chaque jour voir le roi et le louer. Ils lui dirent : Où est notre mère ? Il leur répondit : vous ne pouvez pas la voir maintenant. Alors ils dirent : louée soit-elle où qu’elle soit ! Et que signifie “de leur lieu”? Il faut en conclure que personne n’est là qui connaisse leur lieu ! Parabole d’une fille du roi qui était arrivée de loin, et personne ne savait d’où elle était venue, tant qu’ils n’eurent vu combien elle était capable, belle et excellente en tout ce qu’elle faisait. Alors ils dirent : vraiment ! Celle-ci pour sûr est prise dans la forme de la lumière [autre version : est pour sûr originaire du côté de la lumière], car par ses actes le monde devient lumineux. Ils lui demandirent : d’où es-tu ? Elle dit : de mon lieu. Alors ils dirent : s’il en est ainsi, les gens sont grands en son lieu. Louée solt-elle et louée en son leu.* "

46Selon le commentaire qu’en fait SCHOLEM, cette "fille du roi" est identifiable à la Sophia inférieure, le rédempteur gnostique, et à la Tora de la Tradition juive tout à la fois. Ecoutons le encore une (dernière) fois :

47"La fille au roi illumine le monde, où personne ne sait d’où elle vient. Mais ceux qui l’aperçoivent concluent de sa personne à la grandeur de ce lieu de lumière où elle prend son origine......... La fille gnostique de la lumière est donc aussi “ce qui a été pris au bon”, ce qui a été emprunté à la bonne lumière cachée de Dieu et donnée à ce monde inférieur pour être sa midda... Mais cette fille est aussi “le reflet qui a été emprunté à la lumière primordiale. "

48En effet, elle correspond "d’une surprenante façon", selon SCHOLEM, aussi bien à la "fille de la lumière" dans l’hymne nuptial gnostique des Actes de Thomas qu’aux "filles" manichéennes "de la lumière".

  • * Le Troubadour Guilhem MONTANHAGOL, Toulouse, 1898, p. 33.

49Vraisemblablement, ce à quoi on assiste ici dans le livre Bahir, le livre lumineux, rédigé ou traduit le plus probablement à LUNEL, est une "contamination"’, ou peut-être mieux un "détournement" de la symbolique hébraïque traditionnelle par ce que Henry CORBIN a appelé de si admirable façon le "monde imaginai" gnostique, le monde intermédiaire des visions et des hiérophanies, qui "transmue tout le visible en symboles". Or, on voit que dans ce monde-là, la femme est, - ou peut être - Lumière, reflet de la sagesse primordiale, celle-qui-éclaire-le-monde*. C’est précisément de cet espace culturel et symbolique là qui s’étend en ce tournant des douzième et treizième sicèles, de façon précaire mais inoubliable, depuis GRENADE et TOULOUSE jusqu’à ISPAHAN, que CORBIN a évoqué la catastrophe.

***

50Ayant ainsi établi la certitude relative, sinon de références directes - bien que les évidences semblent s’accumuler ! - au moins d’un ensemble de harmoniques probables entre le poème de Guilhem MONTANHAGOL et un ensemble provenant de la culture juive contemporaine, il reste à "expliquer" ce phénomène, à essayer de le situer du point de vue historique et littéraire. Quelle probabilité y-a-t-il que Guilhem MONTANHAGOL, un des derniers Trobadors, ait eu effectivement des contacts avec la communauté juive de LUNEL ? Quand ? Et comment ? A-a-t-il un possible lien, du côté de la chronologie, entre la composition de notre pièce et cet éventuel contact ?

  • ** En effet d’autres chansons de MONTANHAGOL s’adressent à une dame qui porte le nom d’Esclamonde.

51Mais d’abord, qui est Guilhem MONTANHAGOL, que savons-nous de lui, et de l’environnement historique et culturel de son oeuvre ? Je cite Jules COULET** :

52"Ce que nous savons de plus sûr, c’est qu’il s’appelait Guilhem MONTANHAGOL, qu’il était de. TOULOUSE, qu’il y épousa la soeur d’un autre troubadour, Pons SANTOLH, et qu’il vivait dans le second tiers du treizième siècle. Nous savons encore qu’il était auprès de Jacques 1er, roi d’Aragon, au temps de la conquête de VALENCE, et il semble bien qu’après 1250 il alla vivre à la cour du roi de Castille. Mais la plus grande partie de sa vie s’écoula dans le Toulousain, auprès du comte Raymond VII, à la cause duquel il resta fidèlement attaché. Il vit la fin de l’ancienne maison de Toulouse et de la nationalité méridionale. Il assista à l’établissement de la domination française et du pouvoir religieux. , sous l’oppression desquels la poésie provençale allait bientôt disparaître. Et c’est parce que nous allons trouver dans son oeuvre la trace profonde de ces deux grands faits qu’elle conserve une véritable valeur. "

53Ces mots, écrits en 1898, dépeignent assez bien notre Trobador : un poète - et malgré ce que laisse entendre COULET je pense que c’est un grand poète de la résistance occitane. C’est pourquoi, à part le fait que nous ne connaissons ni la date ni le lieu de sa naissance - bien que COULET pense qu’il soit d’origine non-nobilaire - les grands traits de sa vie paraissent assez clairement. Après un premier sirventes, daté de 1233-1234, qui attaque violemment les excès de l’Inquisition et rappelle à Raymond VII l’humiliation inacceptable du traité de MEAUX, nous ne sommes guère surpris de le retrouver aux côtés de Jacques 1er d’Aragon au siège de VALENCE, à peine quelques années plus tard (1238). Ni de le voir repasser les Pyrénées sans doute à la suite des velléités papales de "modérer le zèle des Inquisiteurs" à partir de 1237.

54C’est d’ailleurs lors de ce retour sur les terres toulousaines que se situerait la composition de notre pièce.

55Qu’en savons-nous de certain ? En fait, pas mal de choses :

56"Veux pièces semblent être contemporaines du divorce de Raymond VII et de ses projets successifs de mariage avec les deux filles du comte de Provence, Sanche et Béatrix. C’est d’abord son partimen avec le troubadour SORVEL et c’est sa chanson bien connue : “A LUNEL lutz etc…” Le partimen doit être jugé par le comte de Provence et cela nous indique qu’il est antérieur à la mort de Raymond BERENGER, c’est-à-dire à 1245. Il ne peut, d’autre part, avoir été composé avant 1240, car jusqu’à cette date les deux comtes de Toulouse et de Provence sont en guerre continuelle, et MONTANHAGOL que nous savons par ailleurs avoir été tout dévoué à la cause de Raymond VII, n’aurait pas fait l’éloge qu’il fait là de son ennemi.... Or nous savons que, de 1241 à 1245, le divorce de Raymond VII et ses projets de mariage amènent un rapprochement entre les d’eux ennemi. Les rapports deviennent fréquents entre Toulouse et la Provence ; Raymond VII lui-même vint plusieurs fois dans le Bas-Languedoc pour se rencontrer avec Raymond BERENGER. En particulier, une entrevue les réunit à MONTPELLIER en 1241 : on y décida, d’accord avec le roi d’Aragon, le divorce du comte de Toulouse, et nous savons que SORVEL y vint accompagner son protecteur, le comte de provence....

57..... Le seigneur de LUNEL était vassal du comte de Toulouse pour le château de Calvlsson, mais ses possessions s’étendaient de l’autre côté du Rhône, et c’est à ce voisinage de la Provence qu’il dut se servir souvent d’intermédiaire entre son suzerain et Raymond BERENGER. Nous voyons, en effet, que Raymond GAUCELM V, Seigneur de LUNEL, assiste à l’entrevue de MONTPELLIER ; en qualité d’arbitre. Il y décide, avec le roi d’Aragon et Albeta de TARASCON, le divorce de Raymond VII ; on le retrouve ensuite mêlé aux négociations relatives à son mariage avec Sanche, puis avec Béatrix de Provence. Nous avons moins de renseignements pour Guiraut Amic, mais nous savons que les Amics, seigneurs du TOR, possédaient à titre héréditaire depuis 1209 la charge de Connétable des comtes de Toulouse, marquis de Provence, Lui aussi se trouvait donc naturellement désigné pour le rôle d’intermédiaire entre Raymond VII et le comte de Provence. N’est-il pas curieux de trouver dans la même pièce la preuve de relations entre ces deux agents du comte de Toulouse et MONTANHAGOL ? Ne peut-on pas penser qu’il les connut à l’occasion des négociations mêmes qui exigèrent souvent la présence de Raymond VII en Bas-Languedoc, et n’est-il pas vraisemblable de rapporter cette chanson aux années 1241-1245 ? "

58Du coup, pas mal de choses s’éclaircissent. Guilhem est un poète de l’espoir ; jusqu’à la fin il va espérer en Raymond VII et la cause occitane, envers et contre tout. Lorsque Béatrix de Provence finît par épouser Charles d’Anjou, il va jusqu’à composer un sirventés où il escamote le nom de Provence (Proensa), en "Traîtrise" (Faillensa), en disant que c’est ainsi qu’il faudra l’appeler désormais. Mais avant ce revers final qui va signer le dernier sursaut, l’exil final de Guilhem en Castille, transfuge d’une cause perdue, il y a ce grand moment lumineux d’espoir, la possible réunification du Toulousain et de la Provence, de tout ce qui s’étend entre les Pyrénées et les Alpes, que représente ce projet de mariage et ce rapprochement entre le Comte de Toulouse, Raymond II, et Raymond BERENGER de Provence ! Evidemment, ce poète-partisan est là, il est sur place :

E quan le lums pres a Lunel luzenza
q’enlumina daus Tolsa part Proensa,
estavan jois e dompneis tenebros,
mas ara. ls fai Lunels luzir amdos.

59Du même coup, s’éclaircit peut être en partie - je dis bien en partie - l’énigme de la polysémie au nom Gauzeranda - ne s’agit-il pas d’ailleurs au premier degré d’un jeu de mots flatteur sur la première syllabe de Gaucelm ? - Gai seran e sors, ils seront gais, vivants, ils ressusciteront, ils seront relevés ! Qui ? Evidemment, les partisans de Raymond VII ; les derniers trobadors, les défenseurs de la civilisation d’Oc !,

… qe jauzen seran de gran jauzensa

60Mais alors que devient l’hypothèse juive, si nous retenons l’interprétation politique ? Peut-être qu’elle tombe à terre. Mais même si nous devions l’abandonner, toute l’énigme du poème, de son choix de langage subsisterait. Alors ne peut-on pas opter pour une solution médiane, une espèce de moyen terme entre la théorie ésotérique et l’abandon pur et simple ? Je le crois. En guise de conclusion je vais vous dire quelle sorte de scénario j’ai pu imaginer, encore une fois, de façon toute tentative...

61Raymond GAUCELM de LUNEL arbitre la cruciale négociation entre les maisons de Toulouse et de Provence qui sont en lutte depuis près d’un siècle, sinon plus. Ce mariage n’est donc pas une petite affaire. Il peut tout affecter : les routes commerciales, la sauvegarde des libertés, l’administration quotidienne et les intérêts des communautés diverses. Or Raymond GAUCELM est Seigneur de LUNEL ; on sait la puissance des communes urbaines du Languedoc de cette époque. Le seigneur féodal d’une ville importante, surtout parmi cette féodalité endettée et entichée de luxe que nous savons maintenant avoir été celle du Languedoc, aurait très peu probablement les mains libres pour agir à son gré. Il devrait fatalement consulter ses conseillers municipaux, et même le plus probablement ses banquiers. A LUNEL il y a une très ancienne et très puissante communauté juive. Nous savons que les juifs participaient à la vie publique, et même occupaient des postes importants dans les villes du Midi. Peut-on imaginer que Raymond GAUCELM (qui travaillait sans doute de pair avec Guiraut Amic, connétable de TOULOUSE, à qui le poème est adressé), n’est pas eu à consulter, et au besoin à convaincre les représentants de cette même communauté juive ? Comment Guilhem MONTANHAGOL, poète de l’espoir, porte-parole de la cause toulousaine, n’aurait-il pas vu l’opportunité in extrémis de dévoiler quelque chose de sa connaissance, ou du moins de sa sympathie, pour la grande et lumineuse culture dont il devait au moins connaître de loin l’existence à LUNEL ?

Notes

* opus cit : P. 22.

* Opus cit. p. 22.

* Je souligne.

* la Parenthèse est mienne.

** la Parenthèse est mienne.

*** Opus cit. P. 293.

* Sefer BAHIR, chapitre 90.

* Le Troubadour Guilhem MONTANHAGOL, Toulouse, 1898, p. 33.

** En effet d’autres chansons de MONTANHAGOL s’adressent à une dame qui porte le nom d’Esclamonde.

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540