Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Lire dans le ciel : les Pronostications

Denis Hüe

Texte intégral

Oui vraiment, et l’énigme est faite avec ses lois ; mais de phophetie il n’y en a que le parestre.
A. d’AUBIGNE,
Avantures du Baron de Faeneste, III, XV

  • 1 X. Barbier de Montault, Traité d’Iconographie chrétienne, Vives 1890, II, p 39 (BdM)

1Paradoxalement, Dieu est absent, ou presque, du ciel au Moyen-Age : certes, son séjour est le ciel, mais sur 11 façons de le représenter, d’après les iconographes, deux seulement sont proprement astrales : les autres le présentent comme une cité, un jardin ou un palais1. Ceci parce que le ciel est pour l’homme médiéval si évidemment divin qu’il n’est pas nécessaire de le représenter ainsi. Dieu, dans l’Empyrée, domine le ciel comme la terre, à la fois présent et inaccessible :

  • 2 Compost des Bergiers, ed Siloé Paris 1976, E XXXVI

Aucuns bergiers dient que par dessus ces. ix. cielz en a ung dit immobile parce qu’il ne tourne point, par sus lequel en a ung qui est le cristal, par sus lequel est le ciel impérial, auquel est le trosne de dieu, desquelz cielz n’appartient a bergiers d’en parler.2

2Régulier et immuable, le ciel est pour tous une marque de la volonté divine où peuvent se lire pour les initiés les destins. C’est surtout le lieu où se mesure le monde, en ce sens que le ciel lui donne sa mesure et lui permet de s’évaluer. En fait, le ciel est le lieu d’une vaste géométrie, que les schémas, les figures des astrologues tentent d’éclaircir : ellipses, mais aussi cercles, rectangles et carrés pour mieux auner le monde et le modeler au vouloir de Dieu.

3Mon propos va être ici d’étudier un groupe de textes généralement intitulés Pronostications : On en trouve une grande quantité dans le Recueil Montaiglon des Poésies du xve et du xvie siècle. Mais, de proche en proche, j’ai été amené à élargir mon corpus et à tenir compte de textes voisins, calendriers et écrits qui s’y rattachent, versifiés pour le plus souvent. Mon corpus s’étendra donc de textes datant du xiiie au début du xvie siècle, souvent composés auparavant et attestés par l’imprimerie. J’envisagerai successivement ce que propose la pronostication quant elle est présentée comme sérieuse, et les modalités selon lesquelles elle est tournée en dérision.

4Entre la fin du xve et le début du xvie siècle, j’ai cru discerner une sorte de fracture, témoignant de l’évolution des mentalités, annonçant les deux révolutions du siècle, celle de Copernic et celle de Luther : j’essaierai de justifier ce sentiment à la fin de mon exposé.

5En fait, que dit le ciel à qui cherche à le lire ? Ou plus exactement, que cherche dans le ciel celui qui le scrute ? Tout d’abord, des renseignements sur lui -même. L’homme est ainsi le sujet d’étude privilégié, sur lequel les étoiles interférent longuement.

6Ainsi se retrouve la suite des planètes président au jour de naissance, et déterminant un caractère et même un physique :

  • 3 Id, E XXXII

Quiconques sera nay soubz mars,
A plusieurs maulx faire est expers :
Il est rouge et malicieux,
Le yeulx petits, et noirs cheveux,
Rousse barbe a, et rond visaige,
hideux regard et fier couraige.
Faiseur d’espees et de cousteaux,
Bateur de fer ou de metaulx,
Felon despiteux plain d’injures,
Respandeur de sang par battures,
Jureur de Dieu et de ses sainctz,
Aymant noises, debats, larcins.3

7Nous avons ainsi toute une typologie, jour par jour, astre par astre, qui lie déjà l’homme au ciel. Plus connue encore, et admirablement illustrée au long des livres d’heures, l’équivalence qui associe à chaque partie du corps une influence zodiacale, presque tous les calendriers et les livres d’heures insistent sur ce point :

  • 4 BN MsFr 2485, F°7

Taurus a le col et la gorge, Gemini a les espaules et les
bras, Cancer le pis et l’estomac, Leo le cueur et le foye,
Virgo le ventre et les bouyaux, Libra le nomblil...4

8Il faut signaler de plus qu’à cette attribution s’en superpose une autre, moins connue, mais qui se trouve entre autres dans le Calendrier des Bergiers, et qui lie l’homme aux sept planètes :

  • 5 Compost E XXXIX

Sol regarde l’estomach. Saturne le poumon. Venus le rognon.
Mars regarde le foie. Luna le chef...5

9Dans le même livre, on remarque un peu plus loin que le zodiaque peut être ramené aux quatre éléments, car les signes, trois par trois, dépendent par leur nature du feu, de la terre, de l’air ou de l’eau.

10Toutes ces remarques ne sont pas que théoriques, car elles encouragent l’homme à mieux se connaître et à se soigner. Les traditions médicales divergent alors, on se complètent mutuellement. Si l’on nous dit ici :

  • 6 Id, E LX

Sagitarius est bon pour seigner. Chault et sec, nature de feu,
gouverne les cuisses.6

11on nous affirme ailleurs que :

  • 7 BN MsFr 2485 F° 7

Quant la lune est es signes qui signifient les membres,
ne vous faites medeciner ne sanier dou membre.7

12Du signe zodiacal, il est logique de passer à l’indication précise renvoyant au calendrier, ce que proposent quelques pronostications générales :

  • 8 Pronostication des anciens La boureurs, MontaiglonII, 1855(Lab) p 95

Seigner du jour saint Valentin
Faict le sang nect soir et matin,
Et la seignee du jour devant
Garde des fièvre tout cel an.8

13Et que reprendront, tout au long du xvie siècle, les pronostications portant sur une année précise. Celle de Rabelais pour l’année 1541 en est un exemple, qui offre en plus des indications sur les jours les plus propres à se faire poser des ventouses ou à prendre des purges. Il n’est pas étonnant quoi qu’il en soit, que la tradition médiévale soit à ce sujet très confuse et mêlée. Mais il est important peut-être de voir à quel point l’homme dans son caractère comme dans sa santé, est régi par les astres, gouverné par le zodiaque et les planètes.

14Au delà de cette relation que l’on devinait, puisque l’homme, après tout, est un microcosme, la terre elle-même est gouvernée par les astres, et le temps météorologique grâce à eux peut être deviné et prévu. Il peut s’agir de prédictions qui requièrent le savoir de l’astrologue, autant pour une pronostication précise, comme celle-ci, pour l’année 1454 :

  • 9 BN MsFr 1356 F°26v°

Le mois d’avril sera au commencement moicte et froit, especialment es nuys et matinées, et durera ledit temps environ. ix. ou. x. jours sans geller, et dudit xe jour jusques au xxve sera le temps cler et froit et aucunes gelées...9

15que sur des textes plus généraux basant leurs spéculations sur le jour par lequel commencera l’année ; ces textes, avec d’ailleurs des avis différents, se retrouvent du xiiie au xvie siècle :

  • 10 Lab, p 90

Quant le jour de l’an vient au mercredi, l’yver sera fort aspre et froît ; printemps sera mauvais ; l’esté bon. (...) Antomne sera froit et humide.10

16Mais au delà de ce savoir astrlogique, des astres qui décident le temps, il est possible à qui sait regarder de retrouver des informations sur le temps à venir, cette connaissance, bien proche de la sagesse paysanne, se base sur l’observation de la lune :

  • 11 Lab, p 94

Item, quant la lune est bleue, signifie temps pluvieux ; et s’elle est rouge, signifie vent ; et s’elle est blanche, signifie beau temps.
De la nouvelle lune, quel temps il fera. Item, si fait beau temps le plus prochain après la pleine lune, adonc sera encline à beaux jours. Et s’il pleut ce jour, sera encline à l’humidité...11

17Du soleil :

  • 12 Lab, p 94

Item, quant le soleil est rouge au matin, signifie pluie le soir ; mais quant il est rouge le soir, signifie lendemain beau temps...12

18Et même des animaux :

  • 13 Lab, p 93

Quant les poulletz chantent sans cesse
Et l’ung l’autre combat et blesse,
Signifie, comme j’entens,
Changement des vents ou de temps.13

19Mais à ces remarqués, dont nous devinons encore la justesse, même approximative, vont encore s’en ajouter d’autres, qui appuieront leur savoir sur le calendrier lui-même. Ainsi, dans cette même Pronostication des Laboureurs :

  • 14 Lab, p 91

Tu dois noter que, selon le temps qu’il fera ces xij jours cy-après escriptz, que ainsi seront enclins les douze moys de l’an. (...)
Le jour de Noël signifie Janvier
Le jour de saint Estienne Février
Le jour de saint Jehan Mars....14

20Les deux sens du mot temps se renvoient mutuellement, en jeu de miroir, et font à leur façon ce que font dans l’esprit médiéval le ciel et la terre.

21Cependant, l’homme reste sur cette terre essentiel, essentielle préoccupation des astres ; ils disent quand voyager :

  • 15 BN MsFr 2485, F°7 V°

Se vous voulez commencer avant voiaiger regardes premièrement en quel signe la lune est. Et se vous la trouvez ou premier signe c’est a dire en Aries ne vous metes en voie pour rien15

22et en fait n’annoncent le temps à venir que pour mieux permettre de préparer l’année à venir, et annoncer à l’homme la qualité ou la richesse des prochaines récoltes. Est-ce prévoyance ou goût de la spéculation, on trouvera toujours accolés l’abondance et le cours des denrées. Ici encore, la nouvelle est annoncée par diverses voies ; par l’astrologie, comme le montre la pronostication de 1454 :

  • 16 BN MsFr 1356 F°30

Blez de froment, de seigle, orge, avoine et autres blez en mois de juillet seront proisiez plus que ne pout de prix, et pareillement ou mois d’octobre les vins, a cause que cette année n’en y aura pas grant habondance. De cive, de miel, d’uile, de lart, de beurre et semblables choses ou mois de novembre seront bien poyez plus que ils ne furent longtemps a...16

23ou bien les textes plus généraux, comme ici les Prophecies d’Ezechiel :

  • 17 Notice sur un calendrier fran çais du xiiie siècle, E. Schneegans In Mélanges Wilmotte, Paris 1910 (...)

En l’an qu’au mercredi vendront les estrainnes
Floriront bien les arbres mais les flors seront vainnes,
Li yvers sera fors et grans nois en la fin,
Bon seront li fromens et bon seront li vin,
Hommes gaaigneront et famés a plenté, (...)
Du froment sera pou, tot l’an bien se vendra.17

24Mais la terre elle-même l’annoncera :

  • 18 Lab, p 93

Pour congoistre combien vauldra
Le quart du bled, il te fauldra
Tirer un grain germé de terre
Et puis compte, sans plus t’enquerre,
Combien de racines il aura,
Car autant de soubz il vauldra.18

25Ici encore le monde se répond et nous apprend, de tous côtés, son avenir.

26Un élément surprenant enfin à considérer, c’est que parmi les phénomènes naturels que les prédictions annon -cent pour les temps à venir, toujours l’épidémie et la guerre figurent : l’une comme l’autre, fléau de Dieu, dépassent la responsabilité de l’homme. Des explications qui cherchent à être scientifiques sont même proposées, l’exemple classique restant celui d’Henri de Ferrières dans le Songe de Pestilence :

  • 19 Cité in D. Poirion, Le Moyen Age, Arthaud 1971 ; p 248.

Si vous escri les signes qui par les choses dessus dites nous seront demontrees. L’an de grace 1345 seront grans conjunctions de trois planeites, et sera le vontieme jour du mois de mars au signe d’Acarius après midi, laquelle conjunction assemblee, aucune autres conjunctions et eclisses seront cause de la cor-reption faite es vapeurs entremellees en l’air (...) qui sera la cause de la mortalité dite epidimie.19

27Quoi qu’il en soit, la guerre comme l’épidémie restent des élements essentiels de la pronostication. Rabelais les met au début de la sienne, question de base, alors que notre astrologue de 1454 les place en position finale : après avoir constaté l’union de l’état dans la rubrique traitant du roi, il conclut sur :

  • 20 BN MsFr1356, F° 30v°

Des accidens et maladies courans en ceste annee
Par plusieurs foys j1ay mis bonne diligense de trouver es livres dessusdiz en ceste annee avoir epidimie universal par tout le monde. En vérité je n’en treuve point, que actendu que Saturnus et Mars-sont loing l’un de l’autre.20

28et recommande à qui serait obligé d’aller dans des régions suspectes d’éviter les lieux malsains :

  • 21 BN MsFr 1356 F°31 r°

Que chascun se garde de hater en pays de maret et d’eaue corrompue parmy fossez, et charrongnes plains de mauvais air...21

29Une fois de plus, dans l’exceptionnelle Pronostication des Laboureurs, nous retrouvons des moyens de prévision basés sur la nature et sur le temps. Il ya cependant une distinction à faire entre les causes et les effets : si l’astrologie remonte aux causes, la noix de galle annonciatrice de paix ou de mort n’est qu’une marque des grands desseins célestes :

  • 22 Lab, p 97

Item, prens tous les ans une pomme de chesne, quant ils sont meures, après sainct Martin, et l’ouvre, s’il y a un petit ver dedens, il signifie abondance de tous biens ; et s’il y a une mouchette dedens, il signifie guerres ; et s’il y a une yragne dedens, il signifie mortalité l’année advenir.22

30Ainsi, le jeu des analogies, des réponses et des questions inclut l’univers entier, le ciel et la terre se répondant pour annoncer à l’homme son avenir, et même le temps devenant à son tour signifiant, et mêlant guerres, moissons et climats :

  • 23 Lab, p 92

Si le jour saint Pol le convers
Se trouve beau et découvert,
L’on aura, pour celle raison,
Du bled et du foin à foison,
Et si, ce jour, taict vent sur terre
Nous signifie d’avoir guerre ;
S’il pleut ou neige, sans faillir,
Le cher temps nous doit assaillir ;
Si de nyolles, bruynes ou brouillars
Ce jour |là| la terre est couverte,
Selon le dit de nos vieillars,
Mortalité nous est ouverte.23

31Mais, s’il est normal que la terre, le temps météorologique soient régis par le ciel et les conjonctions astrales, la société, le monde eux-mêmes en dépendent aussi : il n’y a pas de fait de fracture sensible alors entre la nature et la société.

32La société, le monde, le corps politique sont eux-mêmes des éléments de la nature, et régis, par les astres. N’y a-t-il pas, dès jean de Salisbury, conscience du Corps de Poli-cie, dont le prince serait le chef ? Il est d’ailleurs symbolisé dans les travaux astrologiques par Jupiter ou le soleil, symboles de force et de chaleur. Image lui-même de l’univers, le corps politique a des sympathies et des haines que l’on peut prévoir, et dont les retombées iront sur le plus humble des sujets :

  • 24 BN MsFr1356, F°30r°

ledit roy en ceste dite annee et tout son royaume seront en paix et amour et en concorde avecques tous ses princes, parens, amis et alez, a cause de Jupiter qui est planette gracieuse et debonnaire, juste bon et loyal...24

33La chose a son importance, qu’il s’agisse du roi ou de l’église, dont la situation, surtout en 1454 suscite des inquiétudes :

  • 25 BN MsFrl356, F°30

En ceste annee les clercs et tous les membres de la saincte universal eglise soustendront plusieurs tribulacions et dommaiges de leurs biens...25

34Mais une fois encore, princes, seigneurs laïcs ou d’église n’ont d’importance qu’en ce qu’intermédiaires d’une volonté divine, ils aident ou oppriment le monde : à la phrase de Rabelais :

  • 26 Rabelais, Pantagrué-line Pronostication, Lrintégrale, Seuil, 1973 p 951 (Rab)

La plus grande folie du monde est penser qu’il y ayt des astres pour les Roys, Papes et gros seigneurs, plustost que pour les pauvres et souffreteux...26

35L’anonyme des Profecies d’Ezechiel répond depuis le xiiie siècle :

  • 27 Schneegans, p 643

En l’an que au lundi commencera janvier (...)
Li prince et li conte seront guerroior
Et les dames seront en dolor et en plor,
D’omes d’ocision mortalité sera
Et li. i. prince l’autre, se il peut, grevera.27

36Ainsi, si la société est une image du monde, le prince n’est qu’une récompense ou un châtiment divin.

37Au delà même de cette attitude, on trouve dans quelques textes des remarques sur les éléments eux-mêmes. L’air qui soufflera en tempête, la terre qui sécrète sa vermine et dévore les moissons, le feu qui déclenche "grans noises" et l’eau elle-même, qui envahit la terre :

  • 28 BN MsFr 1356, F°29v°

Et pour les grans dangiers despluyes et neiges qui seront ceste annee la mer sera chargiee d’eau, et plus grant que grant temps a ne fut...28

38et fait déborder les mers, tous ces éléments, si on les ajoute à l’image de la société, à celle de la nature, à celle de l’homme enfin, répondent et parlent selon le ciel, qui gouverne ou permet de discerner les volontés divines. Le texte de la pronostication se présentera ainsi comme une traduction du ciel et de ses figures, lecture réservée aux clercs et destinée aux profanes. Malgré cependant une volonté d’écrire définitivement la destinée de l’homme, et de lui faire une histoire aussi régulière que le cours des astres, ce que proposaient les premiers textes dont nous parlions, la pronostication, par définition, est ancrée dans le temps. Qu’elle soit précise absolument, faite pour une année dont l’astrologue détermine mathématiquement le début, ou au contraire basée sur le retour régulier, au premier janvier, des jours de la semaine, le temps dirige ses évolutions. Mais le temps, c’est encore le ciel. Il n’est pas étonnant que les deux premiers facteurs d’horloge soient l’un et l’autre, Wallingford et Dondi, des astronomes. L’objet des horloges est, bien sûr d’indiquer l’écoulement des minutes et des secondes ; mais plus encore, son rôle est de marquer le rythme même du monde. En Occident, l’année civile commence à Pâques, et la détermination de la fête religieuse, qui entraîne avec elle presque tout le calendrier liturgique, est elle-même fonction tion du calendrier solaire et du calendrier lunaire. Le ciel est présent ici, à la base même de la vie sociale, avant toute interprétation du vécu de l’homme.

  • 29 Cf R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire Colin 1969, p111 sq

39Le ciel, pourtant, si indispensable, est pour la plupart des hommes, et même parmi les clercs, incompréhensible : il faut se livrer à de longs calculs pour retrouver les dates essentielles du cycle liturgique. Le cycle lunaire est de 19 ans, et comprend 235 lunaisons, qui se reproduiront alors le même quantième de chaque mois. Chaque année porte un nombre, que l’on appelle le nombre d’or, allant de 1 à 19. Le cycle solaire, lui, est de 28 ans : c’est le temps qu’il faut pour que les mêmes quantièmes coïncident avec le même jour de la semaine. Il faudra donc 532 ans pour que cycle lunaire et cycle solaire se rejoignent. On parle alors de cycle Pascal29.

40Bien sûr, les horloges rendent lisibles et presque palpables ces cycles et ces mouvements stellaire : Philippe de Mézières et Pétrarque ont vu et admiré celle de Dondi :

  • 30 J. Gimpel, la Révolution industrielle au Moyen Age, Seuil Points 1975, p 157

On le nomme "Dell Orologio", en raison du fameux planetarium qu’il a construit, et que les ignorants prennent pour une horloge.30

41Et l’on signale avec enthousiasme celle de Wallingford :

  • 31 Id, p 148

On peut y voir la course du soleil et de la lune, des étoiles fixes, et même le mouvement de la marée.31

42merveilles astronomiques, certes, mais pièces uniques. Certains clercs avaient su mettre au point, à peu près à l’époque où l’horloge prend son essor, des textes, assez curieux, qui tiennent ce rôle et indiquent au lecteur, essntiellement, la date pascale, de laquelle toutes se déduisent. On connait ainsi un poème Du Compost, qui annonce tous éclaircissements sur :

  • 32 Montaiglon : Documents inédits sur le Comput, in Annuaire de la Sté des Antiquaires de France, 185 (...)

Festes qui ne sont mie dites
En nul kalendier ne escrites
Comme Pasque, l’Assertion.32

43Même confus et embrouillé, ce texte se base encore sur des remarques astronomiques, réclamant qu’on se base sur la "prime lune". Il n’en est pas de même du somptueux poème latin d’un moine normand de Montebourg, qui a su rédiger, en 532 mots, un memento du cycle pascal. En effet, chaque mot, correspondant à une année, indique par sa finale le mois : s’il se termine par M, Pâques a lieu en Mars ; sinon, en Avril. Par son initiale, le mot indique le jour : A correspond au 1er, B au second, etc… pour le mois d’avril. A correspond au 31, B au 30, etc… pour le mois de Mars. On imagine la prouesse rhétorique d’un tel travail, même si, et c’est le cas, le sens du texte devient étrangement déroutant. Plus d’un latiniste a été plongé dans des abîmes de perplexité devant ces strophes assonnancées ; à défaut d’un sens précis, il est possible toutefois de discerner un sujet, un thème, l’exaltation divine :

  • 33 Doc 185

Ordinasti fabricari
Clavein regni(b)breviari,
Ydolatris obtulari
Celorum(b) sedilia.
Karis fructum obtulisti(b),
Fide kadrum libavisti,
Bonis(b) ymbres germinasti,
Bonorum sensilia.33

  • 34 Cité in R. Dragonetti, la Vie de la lettre au M. A, Seuil 1980, p 68

44Ainsi ce texte, parlant aussi explicitement que possible de Dieu et de ses bienfaits, révêle dans sa trame le cours des étoiles : d’une certaine façon, un symétrique du ciel qui lie le ciel et la terre au temps, dans l’écriture. Mais l’écriture n’est elle pas elle-même un ensemencement ? Isidore de Séville utilise le mot Vomer pour parler du stylet du scribe, et voit dans le versus le mouvement d’aller et retour de la charrue qui creuse les sillons34. Ainsi ce geste d’écrire et de proposer une image du ciel devient-il plus encore cette géométrie dont on avait esquissé la présence plus haut.

45Mais plus précisément encore, on retrouve des textes où la mise en page, la forme et le dessin prennent eux-même leur importance. Une conventionnelle chanson de berger :

  • 35 Doc, p 190

Amez moy, bergeronnete ;
le vous supli humblement.
Lors seré vostre servant
Pour garder vos brebietez
Ou iolis aunay.35

46est représentée une deuxième fois dans un étrange tableau, syllabe par syllabe. On y lit en abscisse la suite des sept lettres dominicales, et en ordonnée le numéro de l’année lunaire. Le texte sera récité, syllabe par syllabe, à partir du 22 Mars, et lorsqu’on tombera sur la syllabe correspondant sur le tableau, selon les indication du nombre d’or et de la lettre dominicale, on sera le jour de Pâques. Le texte ici devient mieux qu’une lecture du ciel, ou une adaptation à la façon du texte précédent. Il se contente de reproduire selon les signes écrits une alternance cyclique présente dans le ciel. Analogon réellement, et qui ne prend son sens que sous le regard du lecteur instruit, du clerc qui au lieu de connaissances astrologiques, a su lire le "mode d’emploi" d’une telle littérature.

47Cette adéquation du temps et de l’écrit dans la tradition du comput, nous ne la retrouvons pas que dans ces textes, elle existe aussi ailleurs, dans des quatrains que cite X. Barbier de Montault, où le compte des syllabes correspond au nombre de iours de chaque mois, et où de plus, se retrouvent dans le texte des syllabes, placées, rappelant mnémo-techniquement le saint du jour :

  • 36 BdM, I, 91

En Jan vier que les ROIS ve nus sont,
GLAU me dit FRE min MOR font,
AN TOIN boit le jour VIN CENT foys :
POL lus en sont tous ses doys.36

48Dans cette façon de jouer avec les mots, il reste toujours une trace du rébus initial, une façon d’écrire le temps, de le matérialiser. Veut-on tout éclaircir, on l’illustrera, en marquant sur les marges des calendriers les armes, les symboles de chaque jour, ou presque, du mois :

  • 37 BdM, I, 90

Ainsi, en Août, une clef signifie saint Pierre es liens (le l) ; une cuve, les bains qu’on doit prendre ; un grill, Saint Laurent (le 10) ; unfléau, le battage des blés ; un couronne, l’Assomption (le 15) ; une herse, la préparation de la terre pour les semailles ; une perche, où monte le houblon, la récolte de cette plante ; un couteau, Saint Barthélémy (24) ; un glaive, la décollation de Saint Jehan-Baptiste.37

49Ainsi, ce ciel physique où la présence divine est secrète se retrouve explicité, non seulement par les pronostications, mais aussi par les calendriers : Le rythme du temps, en même temps qu’il est un rythme agricole, est un rythme religieux, et Dieu se retrouve présent, marqué, dans le cours même du temps, fût-il "civil".

  • 38 Cf Ms Fr BN : 1007, 5964, 2043

50Aux débuts de l’imprimerie, l’institution est stable ; la pronostication, rare, est sérieuse, conservée pieusement : celui qui l’a l’emmène sans doute avec lui comme un viatique : les feuillets du Ms 1356 portent la trace de pliures, comme si, avant leur reliure dans le recueil, ils avaient été conservés dans une poche ou un portefeuille. Surtout, elle vise, pour le plus souvent, à une certaine pérennité. Elle accompagne calendriers et livres d’heures, et son entourage, par définition, est véridique : Doctrinal, recueil de droit, lapidaire ou livre sur l’efficacité du nom des anges38, la pronostication a un statut et une : fonction, s’introduit parfaitement, aussi bien dans l’instant que représente toute année que dans le cycle d’un temps plus vaste, solaire ou pascal, prévu, calculé, écrit, dessiné pour tous par les clercs.

51Il n’est pas étonnant cependant que les pronostications laissent à désirer dans leur application à la réalité : initialement, elles représentaient plutôt des tendances, que Dieu modulait selon sa bonté ou nos fautes, les vrais astrologues insistaient su ce point. Mais l’erreur humaine, acceptée généralement, va faire perdre à ces textes le crédit qu’ils pouvaient avoir. En même temps que paraissent les premières pronostications sérieuses, paraissent les premiers textes tournant en dérision les prédictions astrologiques, qui sont la matière de la deuxième partie de ce travail.

52En fait, d’entre les divers textes recueillis dans le recueil Montaiglon, on retrouve une même méthode, une même technique de la dérision. Les mêmes rubriques se trouvent à peu près à la même place. Plus même : les textes satiriques s’efforcent, davantage que les autres, à une plus grande fidélité au modèle de composition des pronostications. Même si les exemples sont tardivement attestés, dès le début du xvie siècle, la tradition est établie, probablement de façon définitive dès la Pronostication de Maistre Songecreux, que Rabelais cite, et dont il s’est inspiré largement pour sa Pantagruéline pronostication.

53Après une remise en cause des autres prévisions, toutes fausses, le poète annonce la sienne, sans insister davantage sur sa véracité :

  • 39 Pronostication Nouvelle Montaiglon 12, Parisl877, p 149

Elle contient chose terrible ;
Mais, le fait bien examiné,
Ce n’est Evangile ne Bible :
Qui ne le croit n’est pas dampné.39

  • 40 PrN, p 148
  • 41 Lab p 88

54Assez souvent il fait appel à une autorité, Rabi Mesué, Albu-mazar, ou Habenragel. Mais on a droit aussi à des autorités caricaturales, ou sur lesquelles plane un doute. Ainsi, si le docteur de la Pronostication Nouvelle est "Maistre Tubal Holoferne"40 en qui on reconnaît aisément un personnage de Rabelais, la Pronostication des Laboureurs s’appuie sur un mythique moine ermite du Saint-Gothard nommé Heyne de Vré41 !

55Un description générale du ciel suit souvent, où sont présentés les sept planètes et le zodiaque. Ensuite commence la pronostication à proprement parler, suivant l’ordre habituel, saison par saison, suivie de remarques sur l’état, princes, église et commun. La Prenostication de Songecreux se termine quant à elle par des indications sur le comput, et par des remarques et conseils généraux, toujours dérisoires :

Pour prendre medecine laxative
De laxative medecine
Peult user celuy sans regret
Lequel voit que sa vie fine
Par faulte d’aller au retraict.
Du nombre d’or
L’autrier, en passant, me souvint
Que le nombre d’or de l’annee
Est mis au nombre dessoubz vingt,

  • 42 P. de Songecreux Montaiglon 12 (PrS)

56Comme estoit l’annee passee.42 Il arrive cependant que les pronostications ne suivent pas cet ordre, et se présentent seulement sous la forme d’une suite de quatrains réguliers, sans ordre ni continuité précis. C’est le cas par exemple de la Grant et Vraye Prenostication, de Jehan d’Abondance, ou de la Pronostication Nouvelle, anonyme.

57En fait, la dérision ne se trouve pas dans un éclatement de la forme, mais surtout dans la subversion de celle-ci. Le futur, utilisé jusqu’ici en tant qu’indicatif, à la fois prophétie et évidence, va se charger de toute une suite de sous-entendus. C’est surtout dans la relation à la réalité que va se marquer la dérision de ce groupe de pronostications. Le temps lui-même, base de la société comme des étoiles, ne va pas être épargné. Il le sera de deux façons.

58Tout d’abord, les références à la durée de validité de la pronostications seront ou excessives :

  • 43 Montaiglon : 4, p36 ; 5, p224 ; 6, p5 ; 8, p337

– Pronostication generalle pour quatre cens quatre-vingt-dix-neuf ans, calculee sur Paris et aultres lieux de longitude...
– La Prognostication des Prognostications, non seulement de ceste présente annee M. D. XXXVII, mais aussi des aultres a venir, voire de toutes celles qui sont passees...
– La grand et vraye Pronostication generale pour tous climatz et nations (...) et jadis subtilement calculee sur le temps passé, present et advenir, par le grand Haly Habenragel...
– La grant et vraye Prenostication, pour cent un ans, de nouveau composee par Maistre Tyburce Dyariferos...
– Pronostication nouvelle
Plus approuvée que jamais
Il ne s’en fut piéçà de telle :
C’est pour trois jours après jamais …43

  • 44 Molinet, Nouveau calendrier, Dupire SATF 1936, p541, v4

59ou, comme la dernière, renverront à un temps impossible. Mais surtout, même si le cas est unique, il est significatif, le calendrier, le temps lui-même sera l’objet de plaisanteries, pas toujours fines, si l’on sait que Molinet en est responsable : l’an en sera tout desbauchiet !44 :

  • 45 Mol, p543, v97-100

Et sainct Cornille et sainct Mehault,
S’arbres sont grans, seront moult haults.
La feste saint Luc trouverés.
Quant vostre cul retournerés...45

60ce Calendrier par petits vers montre la confusion : qui existe alors entre le calendrier et la prédiction astrologique. Molinet lui-même n’y regarde pas à si près, et du Zodiaque au Nombre d’Or tout lui sera bon pour faire des jeux de mots :

  • 46 Mol, p540, v7-10, p541, v33-34

La pucelle regardera
L’amoureux qui mieux lui plaira ;
Les deux jumeaux que je y adjouste
Seront hors, se Baiart jouste...
Du nombre d’or fera grand compte
L’usurier, qui souvent le compte...46

61Surtout, au delà du temps, de la forme du calendrier, c’est l’homme et ses travers, ses aspirations au savoir qui est ridiculisé. On lui annoncera, de la façon la plus spectaculaire possible, des événements évidents et de peu d’importance, tantôt d’ordre météorologique :

  • 47 PrN, pl53, v117-120
  • 48 PrG (Montaiglon 4) p 41-42

le moys d’octobre est ennuyeulx ;
En Novembre, decembre, estranges ;
Se ces troys moys sont pluvieulx,
Je croy que nous aurons des anges.47
En may-Zephirus soufflera.
Et par droict tout reverdira ;
Herbes et arbres floriront ;
Mais, s’il pleut trop, taillez seront
D’avorter et perdre leurs fruicts.48

62tantôt sociales ou politiques, reprenant en détail la société profession par profession :

  • 49 PrS, p180, V217-220
  • 50 PrN, p163, v337-340

Jongleurs, esprouveurs de triade
Et aultres inventeurs de bourdes
Tendront en maint lieu leur pinacle
Pour attraper cousins et lourdes.49
Marchans presteront à usure
A ces bonnes gens de village
Et puis Dieu sache quel mesure
Quel poix il font et quel aulnage.50

63Sans oublier bien sûr hommes et femmes :

  • 51 PrN, p161, v289-292

il fera si grant tremblement
De terre, selon que je lis,
Qu’on trouvera gens largement
Chus l’ung sur l’autre par les lis.51

64et même les petits enfants.

  • 52 GvP(M. 8)p345

Tous les enfans du temps present
Auront souvent le nez morveux,
Et, s’on les endort en bersent,
Souvent les trouverez breneux.52

65Tout cela, pour finalement annoncer ce qui se trouve déjà : la pronostication pour tous les temps oublie le ciel pour proposer à l’homme son image éternelle, qui évolue si lentement. Où se trouve la satire, la dérision, sinon à prendre le prétexte des étoiles pour renvoyer à l’homme un portrait de lui-même qu’il ne siat pas toujours discerner ? Le ciel n’existe plus, perd de sa valeur signifiante, devient l’occasion de gaudrioles dans le goût de Molinet, et l’homme se retrouve face à lui-même. Il n’y a aucune arrière pensée de révolution dans cette satire : au contraire, elle en vient même à promouvoir une sorte de sagesse humaine, sagesse des nations prenant le relais de la sagesse céleste :

  • 53 PrN, p158, v221-228

Il doit courre une maladie
Fort maulvaise, selon qu’on dit,
Car le povre homme qui mendie
Sera banny de tout credit.
Povre gens, qui n’auront nulz vivres
Et ne pourront d’argent finer
Ainsi que je treuve en mes livres
Auront licence de jeuner,53

66et rappelant à l’homme que l’univers est assez évident, l’homme assez facile à deviner pour que le discours des astres soit somme toute secondaire.

67Ainsi, les textes seront clairs, à l’image de l’homme. Une seule fois, nous trouverons une pronostication qui cherchera, dans le cadre de la satire, à être obscure, opaque autant que le langage céleste. C’est celle de Frère Tybaut, annonçant des atrocité apocalyptiques qui finalement se résolvent en actes quotidiens. Ainsi :

  • 54 Mont 18, p 14

Ceste present annee grandes merveilles adviendront en la terre crestienne. C’est une creature qui naistra sur la terre, laquelle creature aura la barbe de chair et le bec de corne et les piedz comme un griffon...54

  • 55 Livre III, ch XIV

68On devine aisément qu’il s’agit ici du coq. Toute la pronostication repose sur ce principe, qui est réutilisé par A. d’Aubigné dans son Faeneste55. Les mots, les apparences ne sont donc que des travestissements d’une réalité toujours évidente, toujours claire ; la pronostication, aux débuts de l’imprimerie, en même temps qu’elle instruit les lecteurs, cherche à les démystifier, justement en intensifiant la mystification, en accentuant les formes typiques de l’astrologie ; mais, simultanément, elle tourne l’homme vers la terre.

69Le plus bel exemple de cette attitude, je ne l’ai pas encore utilisé jusqu’à présent, se trouve être cette fameuse Pronostication d’Habenragel, que Montaiglon dans sa notice date de l’an 1480. ce très long texte satirique est, en fait un tableau moraliste de l’état du monde, assez semblable à ceux que peuvent dresser les prédicateurs du temps, de Juvénal des Ursins à Olivier Maillard, certes, on retrouve de ci de là des traits bénins, dignes des autres pronostications. Mais, outre que :

  • 56 Hab(Mont6)p11

Puis qu’ainsi est que j’ay donc entrepris
Pronostiquer ce que veois clerement...56

70Le propos est explicitement de montrer la terre et non le ciel, les traits du poète sont cent fois plus violents, parlant du train de l’église :

  • 57 Hab. p32

Vous trouveres les ungs tous desreiglez,
Les aultres sotz, la plupart ignorans,
Dont, si de brief ne sont mieulx amendez
Ilz rongeront entre eulx tout le bon temps.57

71De l’état de noblesse :

  • 58 Hab. p34

Les ungs sont prestz courir comme levriers,
Les aultres sotz, effeminez, bragars,
Et pour tourner a tous vents trop legiers ;
Hais aulcuns sont des aultres trop bavars.58

72ou des clercs :

  • 59 Hab p36

Bref, ce sont gens qui n’hont point d’aultre cure
Fors de picquer et mordre leur prochain,
Ou d’atrapper quelque grosse adventure
Pour devenir en estat plus haultain.59

73Dressant le tableau d’une société malhonnête, où le vol, la paresse et la médisance sont tout puissants, la satire devient amère, et le poète devient censeur, châtiant rudement par la parole. En même temps que la pronostication est utilisée comme "forme", dans laquelle se coule le discours, la satire elle-même n’est qu’une apparence, rire crispé, rire amer : l’auteur ne dit-il pas dans sa conclusion :

  • 60 Hab p44

Il est jà temps mettre fin en mes ditz
En vous suppliant qu’on ne veulle pour rien
Havoir despit, eusse dit encor pis,
Ains extimez que je fais tout pour bien.
Ne vous soit grief si maint point je retien.
Narrer trestout me seroit trop grant pois.
En demenant très joyeux entretien
M’a pleu narrer cecy pour ceste foys.60

74faisant passer l’amertume des leçons de quelques pirouettes.

75Un texte enfin reste à signaler, qui ne peut se ramener aux catégories déjà envisagées, et dont Habenragel était un sommet. Le ciel, dès le début du xvie siècle, n’est plus le lieu de l’expression divine par excellence, et si lastrologie garde son audience, elle devient une affaire de magiciens plus que de clercs ; ce ciel désert, matériellement désert, va être repeuplé par un contempteur des prophéties astrologiques, dans la Prognostication des Prognostications.

76Le plan en est simple, et en même temps très efficace. Après une invective contre le monde curieux et changeant :

  • 61 PP, ed Lacour, I, 1856 p 131.

Monde mondain, trop mondainement monde,
Monde aveuglé, monde sot, monde immonde...
Tu vas tousjours querant je ne sçay quoy ;
Je ne sçay quoy aussi ne sais tu pas,
Et bien souvent pers ton temps et tes pas.61

77le poète dénonce l’appétit de nouvelles des foules, qui va jusqu’au désir de les savoir à l’avance :

  • 62 PP132-133

Tu vas et cours ça et là par les rues,
En les mengeant et rongeant toutes crues,
Te repaissant des neufves amassées
Sans plus penser aux vieilles jà passées...
Or es tu tant glout que tu t’aprestes
A les manger avant qu’elles soient prestes.62

78Ainsi les pronostications sont elles condamnées avec force :

  • 63 PPp135

... pour vray tous les prognostiqueurs
Sont et seront ou mocquez ou mocqueurs.63

79Et à leur place, dans un voyage céleste, le poète va montrer au lecteur le vrai lieu d’horoscope :

  • 64 136-137

Laissons les là en ce terrestre esmoy,
Laissons-les là et allons, toy et moy
Là hault es cieulx, pour veoir d’astrologie
L’art et la fin, et comme elle est regie...
Or vois-tu là Jesus-Christ en ce lieu,
Qui est assis à la droite de Dieu,
Lequel doit estre et est ton espérance.
Ton seul appui et ta ferme assurance...
Cestuy te soit pour horoscope unique...64

80Le ciel reprend dorénavant toute sa valeur ; mais c’est un ciel spirituel. Ce que l’on contemple en s’élevant dans les airs, c’est grâce à la foi, la toute puissance divine. Ce texte superbe dans sa facture qui ramène l’homme à son humilité et Dieu à sa force, nous le devons à Bonaventure des Periers. Dédié initialement à la reine Marguerite de Navarre, il sera réédité sans dédicace et sans nom d’auteur. C’est au foyer évangéliste français que l’on devra le rétablissement de la dimension spirituelle du ciel au milieu des bouffonneries astrologiques. Levant les yeux pour prier ou savoir comment se gouverner, ce n’est plus le Zodiaque, mais le Christ que découvre l’homme renaissant.

81Au terme de cette étude, c’est l’éclatement de l’unique ciel médiéval selon deux composantes, l’une spirituelle et l’autre physique, pour ainsi dire terrestre, que me paraît marquer cette suite des pronostications. Le temps, qui se lovait sur lui-même immémorialement selon les cycles célestes, va être corrigé, ajusté avec la réforme grégorienne et les horloges, de plus en plus nombreuses. L’univers, écriture divine et cohérente, devient preuve de la misère de l’homme et le théâtre de ses essais désespérés pour le maîtriser. "Le grand livre du monde est écrit en signes mathématiques", la fameuse phrase de Galilée, est aussi une façon de s’avouer que le monde n’est pas fait en fonction de l’homme. Dieu, évidence universelle, devient au xvie siècle article de foi, invisible, sacré, coupé du monde matériel. Bonaventure des Périers, devenu athée, se suicidera à la fin de l’année 1543 : quelques mois après la mort de Nicolas Copernic.

Notes

1 X. Barbier de Montault, Traité d’Iconographie chrétienne, Vives 1890, II, p 39 (BdM)

2 Compost des Bergiers, ed Siloé Paris 1976, E XXXVI

3 Id, E XXXII

4 BN MsFr 2485, F°7

5 Compost E XXXIX

6 Id, E LX

7 BN MsFr 2485 F° 7

8 Pronostication des anciens La boureurs, MontaiglonII, 1855(Lab) p 95

9 BN MsFr 1356 F°26v°

10 Lab, p 90

11 Lab, p 94

12 Lab, p 94

13 Lab, p 93

14 Lab, p 91

15 BN MsFr 2485, F°7 V°

16 BN MsFr 1356 F°30

17 Notice sur un calendrier fran çais du xiiie siècle, E. Schneegans In Mélanges Wilmotte, Paris 1910, II, p 644 (Schneegans)

18 Lab, p 93

19 Cité in D. Poirion, Le Moyen Age, Arthaud 1971 ; p 248.

20 BN MsFr1356, F° 30v°

21 BN MsFr 1356 F°31 r°

22 Lab, p 97

23 Lab, p 92

24 BN MsFr1356, F°30r°

25 BN MsFrl356, F°30

26 Rabelais, Pantagrué-line Pronostication, Lrintégrale, Seuil, 1973 p 951 (Rab)

27 Schneegans, p 643

28 BN MsFr 1356, F°29v°

29 Cf R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire Colin 1969, p111 sq

30 J. Gimpel, la Révolution industrielle au Moyen Age, Seuil Points 1975, p 157

31 Id, p 148

32 Montaiglon : Documents inédits sur le Comput, in Annuaire de la Sté des Antiquaires de France, 1853, p 178(Doc)

33 Doc 185

34 Cité in R. Dragonetti, la Vie de la lettre au M. A, Seuil 1980, p 68

35 Doc, p 190

36 BdM, I, 91

37 BdM, I, 90

38 Cf Ms Fr BN : 1007, 5964, 2043

39 Pronostication Nouvelle Montaiglon 12, Parisl877, p 149

40 PrN, p 148

41 Lab p 88

42 P. de Songecreux Montaiglon 12 (PrS)

43 Montaiglon : 4, p36 ; 5, p224 ; 6, p5 ; 8, p337

44 Molinet, Nouveau calendrier, Dupire SATF 1936, p541, v4

45 Mol, p543, v97-100

46 Mol, p540, v7-10, p541, v33-34

47 PrN, pl53, v117-120

48 PrG (Montaiglon 4) p 41-42

49 PrS, p180, V217-220

50 PrN, p163, v337-340

51 PrN, p161, v289-292

52 GvP(M. 8)p345

53 PrN, p158, v221-228

54 Mont 18, p 14

55 Livre III, ch XIV

56 Hab(Mont6)p11

57 Hab. p32

58 Hab. p34

59 Hab p36

60 Hab p44

61 PP, ed Lacour, I, 1856 p 131.

62 PP132-133

63 PPp135

64 136-137

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540