Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Flamenca : du "grand soleil d’amour charge" aux princes de la nuit

Gérard Gouiran

Texte intégral

  • 1 cf. mon article sur "L’or chez les grands troubadours du Limousin et du Périgord de la seconde moi (...)

1Les troubadours n’ont pas souvent recouru à l’or terrestre, le métal, comme élément suprême à l’intérieur de leurs systèmes de comparaison, malgré ce que nous porterait à penser notre formation en clichés que je n’ose appeler poétiques1. Dans la poésie lyrique occitane, l’or céleste, le soleil, ne se rencontre pas plus fréquemment. En revanche, dans le roman de Flamenca, au xiii° siècle, un thème solaire, dont le rôle ne se borne pas aux seules comparaisons, court d’un bout à l’autre de l’oeuvre où il introduit tout un jeu d’ombres et de lumières.

  • 2 Toutes les citations de Flamenca sont tirées de l’édition publiée par René Lavaud et René Nelli ch (...)
  • 3 Rigaut de Barbezieux, chanson n° III, vv. 34-36, éd. Chabaneau et Anglade, Montpellier, 1919.

2Au début du roman2, le soleil est tout d’abord mentionné dans une comparaison ; de même qu’on ne peut lui trouver de rival, de même, aucune des dames présentes ne saurait l’emporter sur Flamenca, lui faire ombre : Mais non i ac dona neisuna Non volgues Flamenca sembla ; Qu’aissi con es soleils ses par Per beutat e per resplandor, Tals es Flamenca antre lur (vv. 536-540), vers où l’on trouve peut-être le souvenir de ceux qu’avaient composés, près d’un siècle plus tôt, Rigaut de Berbezilh : Si com l’estela jornaus Que non a paria, Es vostre rics prez ses par3.

3En fait, cette comparaison n’est qu’une introduction et l’auteur du roman nous entraîne bien plus loin : Flamenca n’est pas seulement unique comme le soleil, elle est le soleil. Ainsi, la comparaison se poursuit par ces vers qui l’expliquent : Quar tant es fresca sa colcrs, Siei esgart dous e plen d’amors, Siei dig plazent e saboros Que la bellazers e-l plus pros E que plus sols esser jogosa Estet quais muda et antosa. No-il fon vejaire que ren valla, Anz dis per nîen si trebailla Tot’autra domna d’esser bella Lai on es cesta damaisella. L’autrui beutat tein es effaza La viva colors de sa fassa C’ades enlumena e areis (vv. 541-553). Les derniers vers sont tout à fait significatifs : l’éclat du teint de Flamenca fait pâlir, puis disparaître la beauté des autres femmes. Or, ces belles dames sont elles-mêmes sources de lumière, comme nous l’apprendrons à la fin du roman : Ben fo-l palais enluminatz, Quar de las donas veno clardatz Que monstreron tota lur cara ; Mais la plus bella e la plus clara Fon de Flamenca... (vv. 7555-59). N’est-ce pas nous dire que l’héroïne est cet astre dont la lumière éclipse tous les autres, le soleil ?

4Pour qu’un tel processus de substitution puisse jouer, il est nécessaire que la métaphore fonctionne dans les deux sens : si l’humaine Flamenca peut être le soleil, l’astre lui-même doit être capable de manifester parfois des sentiments humains : Lo ben mati, quan lo soleills Quais vergoinos parec vermeilz (7689-90) et l’on doit pouvoir porter un jugement moral sur son comportement, c’est à dire sur son intervention en tant que personnage du roman : Lo soleils fes mout qu’avinens (v. 2491). La transition d’un des termes de la comparaison à l’autre passe par la couleur : le teint de la femme est dépeint au moyen de mots ordinairement utilisés pour parler du soleil, comme clardatz ou enlumena, la lumière du soleil est décrite à l’aide de l’une des deux couleurs caractéristiques de la beauté du visage féminin : vermeilz.

  • 4 Dans son Etude sur le roman de Flamenca (Droz, Paris, 1930), Charles Grimm cite Antoine Thomas : " (...)
  • 5 Note c de l’édition citée dans la note 1, p. 644.

5Il faut enfin noter que, selon Tune des deux interprétations du nom de l’héroïne4, Flamenca serait "la flamboyante, la brillante". Dans une note, Nelli et Lavaud rappellent que Macques (Jaime) le Conquérant, seigneur de Montpellier, avait : molt gran cara e vermelha e flamenca (Desclot) " et ajoutent que, selon Mistral, "le flamant (prov. flamen) est un oiseau aux ailes couleur de feu"5. Dans ce cas, le nom même de Flamenca revendiquerait pour elle l’éclat d’un feu dont les métaphores nous apprennent qu’il est solaire.

6Au début du roman, le soleil fait resplendir le monde d’une lumière qui ne laisse aucune place à l’ombre des mauvais sentiments : le jour du mariage de Flamenca et Archambaut, l’univers connaît une véritable perfection, à l’or du ciel répond l’or de la terre ; non seulement, sur les pommes dorées des tentes, brillent les aigles, mais le paysage même flamboie las aiglas son el pons dauratz, E cant es le soleils levatz Flameja li ribeira tota (211-213). Le verbe même que l’auteur choisit pour signifier l’action du soleil sur le monde fait paronomase, on l’aura remarqué, avec le nom de l’héroïne.

7Dans ce monde de splendide tranparence, Archambaut possède sa place - son senhal n’est-il pas flors saunas sus el camp blau (v. 6998)- ? Cependant, comme dans les vieilles cosmogonies, c’est l’être le plus proche du foyer de lumière qui va connaître la chute, dans laquelle va l’entraîner la seule femme du récit qui soit présentée négativement.

8Un mouvement précis marque cette chute : Archambaut, qui se trouvait auprès de son épouse, s’en écarte pour écouter l’avertissement de la reine de France qui va instiller la jalousie en son esprit ; pendant que se produit cette contamination de l’ombre, Flamenca se rend auprès d’un nouveau soleil : al fenestral qu’era de lonc Cubert de palma e de jonc Fon li comtessa de Nivers, E non ac ges los cabels pevs, Ans son plus blon que non es aurs, Mais so fon sos meillors tresaurs ; Aqui s’en es a leis venguda Flamenca... (843-850). Au groupe d’ombre que forment la jalouse et médisante reine de France et celui qui va devenir le mari jaloux, s’opposent des figures lumineuses, et il n’est pas indifférent que cette dame, aux cheveux plus blonds que l’or, soit la comtesse de Nevers, belle--soeur de Guilhem, annonçant ainsi qu’un nouveau soleil viendra dissiper les ombres qui ne sont encore que menace.

9Une fois contaminé, Archambaut inverse son signe et devient le serviteur de la nuit, sa chute en fait un démon, le fers aversiers (v. 2440). Dès lors, son seul désir est de s’approprier égoïstement Flamenca, c’est-à-dire d’en tuer le rayonnement ; après avoir envisagé le meurtre proprement dit, il est tenté de supprimer un des attributs les plus caractéristiques de la Flamboyante, sa chevelure. Malgré l’incohérence des propos d’Archambaut, due à sa folie jalouse, on voit qu’il hérite entre deux solutions : la mutilation (arrabe, ab forses tondre) et la relégation à laquelle il finira par se résoudre (passage de coaza à massa, rescondre) : A penas si ten que no-il trenca Sas belas crins luzens e cloras ; E dis : "Na falsa, que-m ten aras Que no-us aucise e no-us affolle E vos-tra penchura non toile ! E gens aves levat coaza, a l’autr’an cuh qu’en fares massa en sospeisso que la-us arrabe ; E ja non cug que-us sia sabe Quan la-us farai ab forses tondre ; Greu la-us veiria hom rescondre, Quan venon ist cortejador Per so que digan antre lor : Dieus ! qui vi mais tam bella cris ! Plus bellas son non es aurs fis (vv. 1120-1134). Toutefois, dans les deux cas, il s’agit bel et bien d’un substitut de meurtre et Flamenca l’affirmera elle-même :... dos ans entiers Hai estat en greu marrimen Et anc negus non fes parvens Que-il peses ; e cil d’esta terra Que veson con hom mi soterra Iota viva, e-m fai languir A gran dolor, a mi venir Ni auson ni volon ni deinon (vv. 5336-5343). Ainsi donc Archambaut renonce finalement au meurtre et à la mutilation physique pour choisir l’incarcération et une fois encore intervient dans le texte l’image du soleil auquel Flamenca est arrachée Mas eu segrai aquest cosselh : De trop freg e de trop soleil La gardarai ben e de fam. Mal aia mos cors, pos tan l’am, Si de totz autres non la garda (1285-1289).

10Désormais, Flamenca, qui était un substitut du soleil, se trouve bel et bien enfermée dans le monde de l’ombre : de la tour où elle est enfermée, elle ne sort que pour se rendre à l’église qui, et pour longtemps, n’est qu’une dépendance de la tour ; aucune lueur n’apparaît de ce côté-là : Car, el mostier, la fes estar en un angle qu’es mout escurs (1420-1421).

  • 6 Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, éd. Moshé Lazar, chanson n° V, vv. 1-5.

11C’est donc bien un acte qui s’achève et l’obscurité, qui règne désormais, est totale, puisque Flamenca n’est encore amoureuse de personne lorsque le jaloux la cloître : le soleil enfermé n’est plus qu’un astre mort : pas question de rayonnement intérieur. Il n’est pas question dans Flamenca de ce soleil d’amour intérieur dont parlait Bernart de Ventadorn : Ara no vei luzir solelh, Tan me son escurzit li rai ; E ges per ais-so no-m esmai, C’una clardatz me solelha D’amor, qu’ins el cor me raya6. Il faudra attendre que Flamenca soit amoureuse de Guilhem pour que, dans son coeur, l’amour joue au soleil : Quel joi d’amor qu’el cor vos raia (v. 5535) ; pour qu’un personnage puisse exercer la fonction de héros solaire, il est nécessaire que la fin’amors le lie à un autre.

12Pour délivrer Flamenca de sa tour obscure et lui rendre sa splendeur, il faut faire appel à un nouveau soleil : ce sera Guilhem de Nevers, comme l’avait laissé augurer l’éclat doré de la comtesse, sa belle-soeur. Ici encore, ce caractère solaire se manifeste dès la description physique du héros, un portrait bien surprenant par le parallélisme qu’il offre, en plus d’une occasion, avec celui de Flamenca : Pero un petit ne dirai De sa faiso si con sabrai. Lo pel ac blon, cresp e undat... La cara plena e colrada. Rosa de mai, lo jorn qu’es nada, Non es tam bella ni tan clara Quo fon li colors de sa cara, Lai on si tain, mesclada ab blanc ; Plus bella colors non fon anc (1581-1596). Ainsi Guilhem possède-t-il lui aussi les cheveux blonds et le teint éclatant. On peut éprouver de la surprise à la lecture de cette description qui conviendrait parfaitement à une jeune fille, mais, outre que la suite du portrait souligne des traits incontestablement virils, il ne faut pas oublier que Guilhem et Flamenca ne sont pas opposés en tant que homme et femme. Guilhem est un tout jeune homme, es tan joves c’ades creis (v. 6950), et il représente ici la catégorie des Jovens opposée à celle des hommes faits, incarnée par Archambaut. Comme Flamenca précédemment, Guilhem est à la fois lié au soleil et soleil lui-même. L’astre, que l’auteur n’avait plus mentionné depuis l’emprisonnement de Flamenca (v. 1286) ne reparaît dans le texte qu’après la première nuit de Guilhem à Bourbon. Après une nuit sans sommeil où il a connu le désespoir, au petit matin, Guilhem s’évanouit, car Fin’amors emporte son esprit dans la tour où, en songe, elle lui permet de tenir Flamenca entre ses bras ; à la fin du rêve, Guilhem revient à lui : Quar tot avons que-ls cils ubris Tota la cara e-l fronz li vis ; So fon alba, e quant ubri Sos oilz, adoncas s’es-clarsi Le soleilz que fon ja levatz. Guillems es bel e ben colratz, Ben fai parer aia estat En luec don si ten a pagat, Car plus alegres ne tornet E plus bels que non lai anet (vv. 2172--2181). Il existe dans ces vers une concomitance parfaite entre le lever du soleil et le réveil de Guilhem : ils prennent en même temps leur éclat. A la différence du thème traditionnel de l’Alba, où la fin de la nuit est un motif de deuil pour l’amant, ici le soleil n’arrache pas le dormeur à son rêve charmant, il fait éclater sa joie à son réveil, satisfait des promesses du songe. S’il n’y a pas identité entre le soleil et Guilhem, on est à tout le moins frappé par la complicité qui les unit. On peut se demander si, en un troisième avatar, le soleil ne représente pas ici l’amour même qui promet de réaliser dans la journée les promesses du rêve.

13Si le soleil de la réalité sanctionne par son intervention la rencontre des fantômes des héros, annonçant ainsi que leurs amours ectoplasmiques deviendront bientôt réelles, le même soleil intervient activement lors de la rencontre concrète : par sa présence, on sait dès l’abord que l’entreprise de Guilhem est vouée à la réussite ; en effet, il suffit que le jeune homme apparaisse pour que l’ombre soit chassée d’un de ses fiefs : dans l’église, le coin sombre où Archambaut confinait son épouse devient accessible au soleil. Une mutation se produit alors : là où s’exerçait la tyrannie du jaloux va se dérouler sa mystification. La chevelure de Flamenca, disposée de manière à recevoir l’eau bénite du prêtre, est frappée d’une tout autre bénédiction : un rayon de soleil l’illumine en une pluie d’or. Il est évidemment difficile de ne pas se rappeler ici Danaé, enfermée par son père dans une tour de bronze et que Zeus parvint à féconder en prenant la forme d’une pluie d’or. Si l’auteur de Flamenca se souvient du mythe hellénique, il l’adapte aux circonstances nouvelles d’une autre société. Archambaut joue bien le rôle du père Acrisios : de même que celui-ci tentait de préserver sa vie, le sire de Bourbon tente de conserver ce qui lui est plus cher que la vie. Evidemment, du côté des amants, il n’est plus question de fécondation, mais de ce qui apparaît comme une invention récente alors, l’amour. Le texte nous dit : Le cappellas ab l’isop plou, Lo sal espars per miei lo cap A Flamenca lo miels que sap, Et ill a fag un’obertura Dreit per mei la pelpartidura Per zo que mieilz lo pogues penre ; Lo cuer ac blanc e prim e tenre E-l cris fon bell’e resplandens. Le soleils fes mout qu’avinens, Car tot dreit sus, per mei aqui, ab un de sos rais la feri. Quan Guillems vi la bell’ensena Del ric tesaur qu’Amors l’ensenna Le cors li ri totz e l’agensa, Et signum salutis comensa (vv. 2483-2497). Une fois encore, on peut se demander si l’on doit simplement parler de la complicité active du soleil qui tire Flamenca de l’ombre, ou si ce soleil, reparu à Bourbon en même temps que Guilhem, n’est pas l’expression d’un contact supérieur entre les deux héros, le signe que le soleil-Guilhem, par sa présence et son amour, est en train de restituer au soleil-Flamenca la splendeur dont elle avait un temps été dépouillée.

14Cette interprétation serait confirmée par la curieuse parèlie qui marque la seconde rencontre des deux héros : Le soleilz non demoret gaire C’un rai aqui non trameses On l’autre soleilz s’era mes Qu’en orason vaus Dieu s’aclina ; Mais, si non fos li neolina Que l’enojosa benda fai, Ja no i covengra negun rai D’autre soleil aqui venir Per far ben l’angle resplandir Mais cel que de sa cara issira De Flamenca ... (vv. 3130-40). On voit que le nouveau rayon ne fait que réunir un soleil à l’autre ; la métaphore est désormais conduite à ses dernières conséquences et la métamorphose est achevée : Flamenca, et l’auteur le souligne, est elle-même soleil. C’est, comme nous l’avions vu, son visage qui resplendit. L’assimilation cosmique va encore plus loin, puisque le bandeau qui dissimule son visage devient un nuage qui cache le soleil. Ainsi, on est parvenu au terme d’une transfusion de splendeur et c’est bien un soleil, désormais retrouvé, que Guilhem peut maintenant entreprendre de délivrer.

15Nous assistons donc à une véritable multiplication de l’astre solaire : outre le soleil ordinaire, qui peut être une hypostase de la fin’amor ou la matérialisation de l’amour de Guilhem, il existe un soleil-Flamenca ou soleil-femme, qui vient de retrouver son rayonnement après une longue éclipse, et un soleil-Guilhem ou soleil-Joven, qui le lui a rendu. Il ne s’agit pas là d’une simple hypothèse, mais bien d’une affirmation que l’auteur a placée dans la bouche d’Alis, une des confidentes de Flamenca : E dic vos, quan seretz amdui, El mon non aura tal pareil, liegeis la luna ni-l soleil. El es soleilz e vos soleilla (5016-19)

  • 7 Dans la seconde édition de Paul Meyer (Paris, 1901), on lit dans le glossaire (p. 400) : "soleilla (...)
  • 8 Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, éd. Moshé Lazar, chanson n° II, vv. 29-32.
  • 9 M. Hutchinson a appelé mon attention sur un texte qui appuie Ali s qui refuse la comparaison de Fl (...)
  • 10 Nous voici donc bien loin du thème du baiser volé ou presque, si fréquent dans la lyrique occitane (...)

16Les éditeurs ont hésité sur le dernier mot : doit-on y voir, comme Nelli et Lavaud, un verbe et comprendre alors le vers par "il est soleil et vous ensoleille" ou doit-on, avec Paul Meyer7 croire que, pour donner plus de vigueur à sa pensée, l’auteur n’a pas hésité à créer un néologisme : la soleilla ou soleil au féminin. La première hypothèse confirmerait bien l’idée selon laquelle Guilhem a transfusé sa splendeur à Flamenca, mais la seconde me paraît plus intéressante. En effet, au couple formé par la lune et le soleil, méprisé par Ali s et dont les caractéristiques sont l’inégalité et l’impossible conjonction, s’opposerait alors un couple d’un autre type, fondé tout à la fois sur la perfection et l’égalité. Cette image, extrêmement frappante, n’implique pas une conception radicalement nouvelle des rapports amoureux, puisque Bernart de Ventadorn avait déjà écrit : En agradar et en voler Es l’amors de dos fis amans. Nula res no i pot pro tener, Si-lh voluntatz non es egaus8. Trop souvent, on n’a voulu retenir de la fin’amor que l’image d’une dame placée sur un piédestal qui lui enlève toute humanité ; il en existe bien d’autres expressions qui varient avec les troubadours : ici, elle proclame une égalité entre les partenaires dont Guilhem formule une véritable théorie : Quar de mi dons ne gausiria Si del mieu gaug il non gausia ; Quar aissi-m pren bona sabor Lo bon saber c’hom a d’amor : Quan l’us de l’autre si gausis Le bon saber assaboris ; Car s’eu am fort, aissi con fas, E tenc mi dons antre mos bras, Bais et acol e fas que-m voill, Se-m pes qu’il s’o tengas ergoil, 0 si-m euh qu’en ren non s’o te, Mas suffris o non sai per que, No m’a sabor mos bos sabers. Doncas m’a obs le sieu plazers Que mon bon saber adousisca E l’us per l’autre saborisoa. E qui non sap aiso saber Non sap gaire de bon saber (4051-68). C’est suffisamment affirmer que l’amour et le plaisir des amants trouvent leur source dans une réciprocité qui, dans le même temps, les multiplie910

17Il peut être tentant dès lors d’examiner comment les représentations solaires que nous avons mises en évidence dans le roman s’insèrent dans une variété particulière de la fin’amor. On l’a vu, les amants sont tout jeunes ; on peut même dire que Guilhem est un excellent type de la catégorie des jovens : joven, il l’est par son âge, mais aussi par son rôle dans la société. Il est, bien sûr, de haute naissance, mais il n’est pas l’ainë et le titre de comte de Nevers ne lui revient donc pas ; d’autre part, il n’est pas marié ; ces deux traits correspondent bien aux caractéristiques ordinaires de la lyrique occitane. Or, on remarquera que, parallèlement, le roman ne nous décrit jamais que l’astre du matin, un soleil jeune, vainqueur des dernières ombres de la nuit.

18D’autre part, l’idéal de la fin’amor est la rencontre de deux perfections, la dame est la genser et l’amant li plus pros ou li plus valens. Le mérite de chacun d’eux s’exprime bien entendu par l’excellence de leur eaptenemen propre, leur valeur en soi, mais cela ne saurait suffire : il faut que s’y ajoute leur valeur par rapport à leur entourage, souvent réduit à la condition d’involontaire faire-valoir et qui doit rendre les armes, vaincu par l’excès de mérite des héros que cette victoire vient encore grandir. Pour l’amant, cette parade amoureuse se concrétise particulièrement, mais pas uniquement, dans les tournois dont notre Guilhem sort toujours victorieux. Irrésistible soleil levant, c’est lui qui, le premier, désarçonne un adversaire. L’héroïne n’échappe pas au devoir de supériorité, même si ses armes sont différentes : elle doit vaincre ses rivales par sa beauté et celle de Flamenca laisse les autres femmes sans critique : Ges d’aizo Flamenca no-s clama Ni non s’en deu per ren clamar, Que leis non volon ges blasmar, Quar non i trobon lo perque (vv. 576-579). Pour revenir à la métaphore solaire, la beauté de la gensor éclipse celle des autres femmes, la tein es effaza (v. 551).

19Pour signifier l’absolue supériorité des amants sur le commun des mortels, la comparaison avec le soleil s’impose d’elle-même à l’auteur, mais cette conception de l’excellence de deux êtres n’empêche en rien, bien au contraire, leur égalité et leur rencontre : dès lors, une comparaison avec le couple traditionnel lune / soleil ne saurait convenir et il devient nécessaire d’adjoindre au soleil masculin son équivalent féminin.

20Cependant la métaphore solaire connaît certaines limites : si elle s’adapte particulièrement bien, nous l’avons vu, à la parade amoureuse, à la compétition, c’est-à-dire la part sociale du domnei (la perfection des amants, ou la recherche d’une telle perfection, joue un double rôle : elle exerce, bien sûr, et c’en est la raison d’être, une séduction sur le partenaire, mais elle impose aussi un comportement en société ; je n’en retiendrai que cette largesse dont Guilhem témoigne si fréquemment), si donc l’éclat du grand jour ensoleillé convient bien à cet aspect de l’amour, en revanche, sa consommation exige une lumière plus douce. Et, de même qu’avec l’arrivé de Guilhem, l’église, succursale de la prison d’ombre, devient l’antichambre des amours, de même, une fois que Flamenca a accepté l’amour du clerc-chevalier, l’espace clos, marqué d’un signe négatif avec la tour-geôle, devient positif lorsque, bains ou chambre de Guilhem, il permet aux amants de se rencontrer et les protège.

21Dès lors, on abandonne le monde éclatant de la gloire pour pénétrer dans le clair-obscur de l’intimité amoureuse.

22D’ailleurs, l’amour lui-même se repaît de contradictions : il naît, en partie, d’une attirance pour la beauté physique de l’autre, et nous avons vu que le teint n’était pas un élément secondaire de la beauté ; or, sous l’effet du désir non satisfait, le teint de Guilhem s’altère et on lui voit perdre ses brillantes couleurs : Aisi a cella nuit passada E del jorn una matinada Entro que rajet lo soleilz Dins e la cambra totz vermeilz ; Adonc si levet somnillos, Mai non fon ges si nuiallos Non anes la fenestr’ubrir Ans que-s volgues del tot vestir ; E qui vis adonc sa color Ben sembles que fos d’aimador, Car palles fon e-ls oils ac blaus De tot entorn ... (vv. 2983-94). Par un curieux mécanisme d’échange, le lendemain du jour où un rayon de soleil a rendu sa splendeur à Flamenca, la couleur vermeille du soleil ne sert qu’à souligner la pâleur et les cernes bleuâtres de Guilhem, comme si s’était produite une véritable transfusion. Il est vrai que le mal de Flamenca et celui de Guilhem se dissiperont en même temps.

23Le monde de la nuit, longtemps hostile aux amants, leur devient favorable à partir du moment où ils se sont entendus. Leur rencontre n’est-elle pas fixée par Flamenca en fonction de la lune ? On pourrait rétorquer que la lunaison n’a d’importance que parce que l’on croyait que l’efficacité des bains variait avec elle, mais Flamenca n’a aucunément l’intention de se baigner...

24On va retrouver le signe de la nuit sur Guilhem en personne : lorsqu’il vient rejoindre Flamenca dans les bains, le roman nous dit : Intvet Guillems tot a celat, Et ac una polpra vestida Ab esteletas d’aur florida (6376-78). Ainsi, tant du côté de Flamenca que du côté de Guilhem, les symboles se manifestent : lune et étoiles brillent dans le même temps. Ce sont donc les amants eux-mêmes qui ont introduit la nuit, une nuit apprivoisée qui ne doit pas être confondue avec les ténèbres, dans le monde du jour.

25Il faut signaler un autre système de correspondances : lors de la première rencontre à l’église, les signes religieux deviennent des signes amoureux ; la chevelure de Flamenca, apprêtée pour recevoir l’eau bénite, reçoit en fait le rayon du soleil, tandis que le signum salutis qu’entonne Guilhem reprend la bell’ensena Del vic tesaur qu’Amors l’ensenna. Selon un processus similaire, lorsque Archambaut, apeuré par l’évanouissement de sa femme, lui permet de se rendre aux bains, rendant ainsi sa précaution inutile, il lui conseille de se soigner en offrant des cierges aux saints : Donna, ieu vueill ben que-us baines, E d’aisso no-us estalbies Que non annes, se-us plas, als bainz ; E fassaz candenas as sanz, E non si perda neis li partz De san Peire, ques er dimavtz, Ans vueill ques aia un gran cire Tam bel que tota gen lo mire (5689-96). A ce propos, mais cela risquerait de nous entraîner bien loin, on pourrait se demander ce que représente cette dualité du motif religieux dont l’importance est considérable, puisque Guilhem en personne, par son état de clerc-chevalier, se situe à la charnière de deux mondes.

26En fait, la guérison de Flamenca ne lui viendra pas de la lueur des cierges, dernière tentative d’Archambaut pour la retenir au moyen de ce qui apparaît comme un substitut, mais de celui qui est revêtu d’esteletas d’aur.

  • 11 A propos de ces flars, Nelli et Lavaud notent : "Flammes" produites par dix sections ou bougies de (...)

27Ainsi donc, si la première partie du roman montre la victoire des puissances de la nuit et de l’ombre, et la seconde celle des héros solaires, on pourrait dire que l’on assiste dans la troisième à une réconciliation de l’univers, puisque désormais la nuit comme le jour deviennent le domaine des héros et qu’il n’est plus de place pour les jaloux : Archambaut cesse de l’être au moment où il en a réellement sujet et son personnage, devenu une pâle copie de ce qu’il était avant la crise, perd toute consistance ; de la même façon, on cherche en vain la reine de France pendant la fête finale : très évidemment, elle est évacuée de l’univers nouveau. Cette réconciliation se matérialise en une image : à la nuit tombée, l’amant, qui a dû s’éloigner un certain temps, va retrouver sa dame ; or, cette nuit se transforme en jour sous l’effet de la magnificence des torches de sa suite : Nous penses pas ses lum anes Guillems de Nivers, ni de pes, Ans fovan tut em palafres, E. xx. brandos grans et espes, Aitals com poc us hom portar, Fes davan si ades cremar ; De. xx. liuras era cascuns et avia y. x. flars o plus (vv. 7489-7496)11. Pour Flamenca, elle n’a pas besoin de ces instruments et, en compagnie de belles dames, qui ne peuvent être que moins belles qu’elle, elle illumine la même nuit de son visage : Mais la plus bella e la plus clara Fon de Flamenca, que sezia Josta Guillem (vv. 7558-60).

28On remarquera que, du temps où les amours des héros étaient souterraines, se déroulant dans les bains de Bourbon, leur couple avait introduit l’ombre dans le jour. Dorénavant, alors que Flamenca et Guilhem vont s’aimer dans le palais, c’est le jour qui s’installe dans la nuit. C’est dire que, dans un monde désormais unifié, les héros solaires sont devenus les princes de la nuit.

Notes

1 cf. mon article sur "L’or chez les grands troubadours du Limousin et du Périgord de la seconde moitié du xii0 siècle" in L’or au Moyen Age, Senefiance n° 12, publications du CUER MA, Aix-en-Provence, 1983.

2 Toutes les citations de Flamenca sont tirées de l’édition publiée par René Lavaud et René Nelli chez Desclée de Brouwer en 1960.

3 Rigaut de Barbezieux, chanson n° III, vv. 34-36, éd. Chabaneau et Anglade, Montpellier, 1919.

4 Dans son Etude sur le roman de Flamenca (Droz, Paris, 1930), Charles Grimm cite Antoine Thomas : "Le nom même de Flamenca (la Flamande) est plus naturel en pays wallon qu’en Gâtinais" (p. 91), avant de conclure : "les deux preuves que nous offre le Roman de Flamenca nous autorisent, croyons-nous, à déclarer qu’il s’agit de Namur et non pas de Nemours" dans le roman (p. 95).

5 Note c de l’édition citée dans la note 1, p. 644.

6 Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, éd. Moshé Lazar, chanson n° V, vv. 1-5.

7 Dans la seconde édition de Paul Meyer (Paris, 1901), on lit dans le glossaire (p. 400) : "soleilla 5019 : forme féminine de soleil créée pour le besoin de l’idée."

8 Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, éd. Moshé Lazar, chanson n° II, vv. 29-32.

9 M. Hutchinson a appelé mon attention sur un texte qui appuie Ali s qui refuse la comparaison de Flamenca avec la lune. A la chanson de Guilhem de Montanhagol A Lunel lutz una luna luzens, Blacasset répond par une poésie (cf. Martin de Riquer, Los Trovadores, t. 3, pp. 1444-6) où il reproche à Montanhagol de faire un mauvais éloge en comparant une dame à la lune : Amies Guillem, lauzan etz mal dicenz Q’en luna ven del soleills res-plandors ; Doncs pos luna l’apellatz, ven d’aillors en leis beu-tatz ez enluminamenz... Ainsi, dire que notre Guilhem soleilla Flamenca, serait bien nous renvoyer au système réel où la lune reçoit sa clarté du soleil, mais c’est surtout introduire une inégalité entre les amants.

10 Nous voici donc bien loin du thème du baiser volé ou presque, si fréquent dans la lyrique occitane. A Bernart de Ventadorn qui affirmait : Be la volgra sola trobar, Que dormis, o-n fezes semblan, Per qu’e-lh embles un doutz baizar (O. C. n° XX, vv. 41-43), Guilhem répond : D’aital grat n’aia Cel qu’en dormen sa donna baia.

11 A propos de ces flars, Nelli et Lavaud notent : "Flammes" produites par dix sections ou bougies de cire accolées, avec mèches de toute la longueur de la torche. Mais les flambeaux de "table" n’avaient que quatre bougies accolées et quatre flammes" (p. 1030).

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540