Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Un ciel mieux étudié que la terre, d’après quelques textes sur le monde (XIIe-XIVe siècles)

Christiane Deluz

Texte intégral

  • 1 J. Le Guff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 1 97

1Parlant du monde olos de la Chrétienté médiévale, ouvert vers le haut, vers le Ciel, Jacques le Goff évoque les trois cieux de l’Elucidarium d’Honorius Augustodunensis, "le ciel corporel que nous voyons, le ciel spirituel qu’habitent les substances spirituelles, les Anges et le ciel intellectuel où les bienheureux contemplent face à face la Sainte irinité."1 Il est bien évident que ces trois ciels se confondent aisément pour la mentalité commune et ceci est conforme à l’idée que nous nous faisons du contenu du mot ciel pour l’homme du Moyen Age.

  • 2 Honorius Augustodunensis, De Imagine Mundi libri très, P. L. 172, col. 115-188, cité Honorius

2Mais, si l’on ouvre le De imagine Mundi de ce même Honoriua, on voit que le ciel n’y est pas expédié en quelques questions et réponses et que 95 chapitres lui sont consacrés sur les 259 que compte l’ouvrage, contre 49 seulement à la terre.2

3Une première question se pose donc : dans l’Image du monde, est-ce surtout le ciel que l’on étudie, la terre faisant figure de parente pauvre ?

4D’autre part, ce ciel apparait comme un objet d’étude précise, sérieuse. On en décrit les constellations, on évoque le mouvement de ses astres, tandis que c’est sur terre que se situe le domaine du fantastique, du merveilleux. Les Martiens du xiie siècle sont des Terriens, Blemmyes, Sciapodes. Himantopodes d’Ethiopie ou d’Inde, sans parler du bestiaire fabuleux, griphons, dragons, fourmis géantes, au milieu duquel ils vivent.

5C’est sur ce paradoxe d’un ciel étudié au-dessus d’une terre rêvée que je voudrais apporter quelque lumière. Pour cette enquête, très partielle, j’ai pris quelques unes de ces Images du Monde, dont le succès va croissant à partir du xiie siècle, si bien que le "roman" s’essaie, à partir du xiiie siècle à devenir langue de "clergie" pour contenter la curiosité d’un public élargi. Il m’a semblé atteindre ainsi une sorte d’image moyenne du ciel, entre celle des savants et l’opinion commune, si difficile à cerner, puisque non écrite.

6Dans ces textes, la place consacrée à l’étude du ciel apparaît vraiment première en importance. Honorius Augustoduneneis, on l’a vu, consacre environ deux fois plus de chapitres de son Imago Mundi au ciel qu’à la terre.

  • Guillaume de Couches, dans le De Philosophia Mundi, en quatre livres, parle du ciel dans les 31 chapitres du livre II(le premier traitant de Dieu et de la créaction), dans plusieurs des 21 chapitres du livre III, alors que le livre IV, sur les 41 chapitres qu’il contient n’en a que 7 sur la terre3
  • Des trois livres de l’Image du Monde de Gossouin de Metz, 12 des 14 chapitres du premier livre sont sur le ciel, 2 sur la terne ; 16 chapitres du deuxième livre sur la terre et trois sur le ciel ; 21 chapitres sur 22 du troisième livre, sur le ciel.4
  • Dans le Livre dou trésor de Brunetto Latini, ce qui correspond à l’Image du Monde occupe les chapitres 90 à 124 ; la mappemonde proprement dite ne commence qu’au chapitre 121.5

7Inutile de prolonger des décomptes, toujours fastidieux, plus intéressant est d’ouvrir les pages et d’apprendre ce qu’elles disent du ciel.

  • 6 Gossouin, I, IX, p. 90

8Le ciel enferme en lui tous les éléments du monde. La comparaison de l’univers et de l’oeuf est banale à force de se répéter d’un auteur à l’autre. "Diex forma le monde tout reont, dit Gossouin, autres ! comme est une pelote qui est toute reonde, et le ciel tout reont qui environne la terre de toutes para, entièrement sans nulle défaute, tout ensément comme l’escaille de l’oef qui environne l’aubun tout entour."6

  • 7 La fontaine de toutes sciences du philosophe Sydrach, éd. A Vérard Paris s. d. question 181, fol. (...)

9C’est déjà la comparaison utilisée par Sydrach dans sa réponse au roi sur la "forme et semblance du monde", le firmament est "l’escale".7

  • 8 Voir respectivemant P. L. 82, col. 73-728, P. L. 90, col. 187-278 et P. L. 111, col. 9-614
  • 9 "Hujus figura est in modum pilae rotunda. Sed instar ovis elementis distincte. Ovum quippe exteriu (...)

10La paternité de cette image est peut-être à attribuer à Honorius. On ne la trouve pas dans les textes analogues plus anciens. Etymologies d’Isidore, De nature rerum de Bède. De universo de Haban Maur.8 "Sa figure, dit Honorius parlant du monde, est celle d’une balle ronde, mais les éléments sont distincts comme dans un oeuf. La coquille en effet recouvre a l’extérieur l’oeuf de toutes parts, dans la coquille est enfermé le blanc, dans le blanc, le jaune, dans le jaune, une goutte de germe. De même, le monde est entouré de toutes parts du ciel comme d’une coquille, dans le ciel, le pur air est enfermé comme le blanc, l’air troublé dans l’éther, comme le jaune, la terre dans l’air comme la goutte de germe."9

  • 10 R. Bacon, Liber secundus communium naturalium De celestibus, éd. R. Steele, Oxford, 1913, cité dor (...)
  • 11 "Celum est concave et speralis figure intra, ergo quicquid est infra celum finitumest. Et iterum c (...)

11Ainsi, le ciel est vu d’abord comme une frontière, un refus de l’univers infini. Et ceci, même dans les traités savants qui ne s’abaissent pas à parler de coquille d’oeuf. Roger Bacon ouvre la troisième partie de son Liber secundus communium naturalium-De celestibus, par la question De finitate mundi : "Il est certain que le monde est fini, car tout d’abord, il est prouvé qu’il est impossible que quelque chose d’infini existe dans le monde corporel. "10 Suit une longue argumentation, appuyée sur Aristote et Avicenne, mais aussi sur le témoignage de la vue :"Le ciel est de forme concave et sphérique sur sa face interne, donc tout ce qui est sous le ciel est fini. D’ailleurs la vue nous assure de la distance finie entre le centre du monde et la circonférence céleste, car nous voyons les étoiles transportées circulairement partout de toutes les parties du ciel, puisque la distance de la terre au ciel est finie. "11

  • 12 Genèse, I, 7-8
  • 13 Conches Liber secundus, ch. II et III, col. 57-58 "Celum igitur igitur tegit omnia, quia sub aethe (...)

12C’est cette même notion d’un ciel frontière qui fait refuser par Guillaume de Conches les eaux au-dessus du ciel, dont parle le premier chapitre de la Genèse, "Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament d’avec les eaux qui sont au-dessus du firmament. Et Dieu appela le firmament ciel."12 C’est contre la raison, "contra rationem", s’exçlame-t-il, s’il y avait là des eaux, elles seraient congelées, donc lourdes et pondéreuses et devraient donc se trouver au lieu des choses lourdes et pondéreuses, c’est-à-dire la terre. Ou alors, elles sont jointes au feu et, si oui, elles devraient l’éteindre ou être asséchées par lui. Donc, il n’y a pas d’eaux au-dessus du firmament. Ce que la Bible désigne par firmament, c’est l’air qui est au contact de la terre, dans lequel se trouvent en effet des nuages, donc des eaux à l’état de vapeur, distinctes des eaux qui sont au-dessous. Et un peu plue loin, il affirme avec force : "Le ciel couvre toutes choses, car sous l’éther ou dans l’éther, tout est contenu."13

  • 14 Latini, I, III, 110, p. 126
  • 15 ibid., I, III, 111, p. 128

13Univers fini, limité, que l’on peut mesurer comme son champ ou sa vigne. B. Latini explique que "la terre et li autre cercle sont formé au compas, donc covient-il par nécessité qu’il soient fait à nombre et à mesure ; se ce est voirs, nous devons bien croire que li ancien philosophe, qui savoient aritmetique et géométrie... paient bien trover la grandeur des cercles et des eetoilles."14 "Et sachiez que dès terre jusqu’au firmament a XmLXVI fois autant comme la terre a d’espès. Et por la hauteur qui est si grant n’est-il mie merveille se les estoiles nos semblent estre si petites."15

  • 16 ibid. I, III, 116, p. 138

14Même si lointaines, on peut les compter, 1022 selon l’Almageste, et évaluer leur grandeur ;"Li solaus est graindre que toute la terre CLXVI fois et trois vingteines... . selon ce que li philosophe provèrent par maintes raisons droites et nécessaires. Et de la terre jusqu’au soleil a Vc IIIIXX V tant comme li espre de la terre est grant :"16

15Bien que toutes ces données paraissent démesurées, la possibilité de les établir a quelque chose de rassurant. L’univers est en accord avec ce monde du courtil, du cloître, de la ville close qu’est le monde des xiie et xiiie siècles. Le ciel est la muraille protectrice à l’abri de laquelle les habitants de la terre peuvent mener en paix leur vie.

  • 17 B. Silvestre. De Universitate Mundi, éd. Dr. Cari Sigmund Barach und Johann Wrobel, Innsbruck, 187 (...)

16Mais l’image de la coquille d’oeuf est aussi celle d’une matrice, à l’intérieur de laquelle s’est opérée la grande mise en ordre du chaos primordial. Voici une autre oeuvre "savante", le De Mundi universitate de Bernard Silveatre, ouvrage sur le Mégacosme et la Microcosme, où alternent morceaux en prose et morceaux en vers, dont fort opportunément, il donne lui-même un Summarium. Il s’ouvre sur "La Nature qui se plaint avec larmes à Noym, c’est-à-dire la Providence divine, de la confusion de la matière primordiale, le hyle, et demande que l’organisation du monde soit parfaite de façon plus belle."17

  • 18 "Quae in modum circuli in se revolvuntur, dum ignis in aerem, aer in aquam, aqua in terra oonverti (...)

17Honorius Augustodunensis présente les éléments, provenant de ce hyle dont tout est fait, s’ordonnant selon un cycle permanent qui détermine leur place respective : "Ils passent de l’un à l’autre comme en un cercle, car le feu se change en air, l’air en eau, l’eau en terre et de nouveau la terre en eau, l’eau en air, l’air en feu... La terre sèchei et froide se joint à l’eau froide, l’eau froide et humide se lie à l’air humide, l’air humide et chaud s’associe au feu chaud, le feu chaud et sec s’unit à la terre sèche. Et donc, la terre est au lieu le plus bas, le feu au lieu le plus haut et les deux autres entre eux sont comme un lien de solidité."18

  • 19 "Ignis quartum elementum scribitur, quasi non gignis dicitur. A luna usque ad firmamentum extendit (...)

18Ordre donc de toutes choses qui sont sous le ciel. Ordre aussi à l’intérieur du ciel, où une série de sphères organise le pur air, qui est au-dessus, ou le prolonge, les auteurs hésitant quelque peu sur ce dernier point. Selon Honorius, "le feu est le quatrième élément, il est qualifié d’inengendré (ignis quasi non gignis). Il s’étend de la terre jusqu’au firmament... Il est aussi l’éther, qualifié d’air pur et jouit d’une perpétuelle splendeur."19

  • 20 Gossouin, II, 18, p. 155
  • 21 Gossouin, fig. 17, 18, 19, p. 156, 158, 160
  • 22 Gossouin, II, 19, p. 159

19Pour Goasouin, " Li purs airs est desus qui pourprent son lieu jusques au ciel. En cel air n’a point d’oscurté, car de pure purté fut faie. Car il resplendit et reluit si clerement que l’on n’i porroit riens comparer... En cel air sont VII estoiles qui font leur cours entour la terre... dont l’une seur l’autre est assise."20 Ceux schémas accompagnent ce chapitre, l’un explicitant l’organisation des quatre éléments dans l’univers, l’autre les divers cercles du pur air. Un peu plus loin, un troisième figure le huitième ciel où sont accrochées les étoiles.21 "Dessus Saturnus, qui est la derrenière et la plue haute des VII planètes, est li ciels que l’en voit si plain d’estoiles quant il fait cler temps. Cil ciels qui est si estelea, ce est li firmamenz qui tornoie."22

  • 23 "Omnee tam naturales quam mathematici concordant quod sint octo (celi), ut celum stellatum et sept (...)

20"Naturalistes et mathématiciens sont d’accord il y a huit cieux, le ciel étoile et les sept sphères des planètes au-dessous", affirme R. Bacon. Il montre ensuite, en s’appuyant sur des arguments d’An tote et d’Avicenne, qu’il y a un neuvième ciel’. ’à cause du mouvement d’un petit cercle dont le contre est la tête du Bélier ou de la Balance", et propose même un dixième ciel, toujours en raisonnant sur les aberrations des mouvements des planètes et des étoiles.23

21C’est par cette multiplication des sphères que se distend quelque peu le monde, même si les clercs n’en sont pas encore à imaginer l’univers en expansion, et que la muraille qui enclôt la terre se dèssecre, comme tant de murailles urbaines en ces temps de croissance que sont les xiie et xiiie siècles.

  • 24 Conches "Summus igitur planetarum Saturnus dicitur, in peragratione zodiaoi triginta annos consume (...)
  • 25 Latini, I, III, 111, p. 129

22Ce qui empêche la clôture céleste d’être étouffante, c’est son mouvement. Tout le ciel bouge, on l’a vu. La description et les calculs de la durée de ces mouvements font partie de toute étude du ciel. "La plus haute des planètes est appelée Saturne et passe trente à parcourir le Zodiaque, c’est pourquoi on l’appelle un vieillard dans les fables", dit Guillaume de Conches.24 Et ainsi de suite, en passant par les "un an et six heures" du Soleil, jusqu’à la Lune qui "va par les XII signes en XXVI jors et XVII heures et tierce partie d’une hore."25

  • 26 Honorius, "Hae immensa celeritate firmamenti ab oriente in occidentem rapiuntur ; tandem natirali (...)

23Sans entrer dans des considérations aussi savantes que celles de R. Bacon, les auteurs expliquent aussi les mouvements contradictoires dont sont animés les astres. "Elles (les planètes) sont emportées d’orient vers l’occident par la très grande rapidité du firmament, quoique, dans leur cours naturel, elles paraissent aller à l’encontre du mouvement du monde, comme une mouche qui serait entraînée dans la roue d’un moulin, mais que l’on verrait cependant marcher elle-même à l’encontre de cette révolution."26

  • 27 Gossouin, I, 14, p. 101-102

24Gossouin reprend, en l’explicitant mieux, cette image d’Honorius : "Ainsi va et vient li eolauls, qui jà n’aura repos. Ne jà finera d’aler avec le ciel, aussi corne li clou qui est fichez en une roue, qui tourne quant elle tournoie. Mais pour ce qu’il a mouvement encontre le tour du firmament, si vous dirons une autre reson, se une mouche alast encontre, la roe l’emmeneroit avec lui, si que la roe auroit fait mains tours avant que la mouche eüst fait un tour, et qu’ele eüst alé entour la roe jusques au premier point. Si entendez que en autele manière va la lune et li soulauls par une voie qui est commune as VII planètes qui sont el ciel, qui totes vont par cele voie adès devers Orient, et li ciels tourne en occident, si comme sa nature le mainne."27

25Enfin, tous les textes comportent une longue démonstration des mécanismes des éclipses de lune et de soleil, accompagnée le plus souvent de schémas.

  • 28 Conches, L. II, ch. XIV, col. 61
  • 29 Conches, L. II, ch. XV, col. 61 "Meridianus dicitur linea designans illam partem coeli, in qua sol (...)

26Pour mieux effectuer ces observations, la sphère céleste est couverte de repères, les deux colures, "qui se coupent au sommet du. Septentrion" et divisent le ciel en quatre quartiers, comme le précise Guillaume de Conches28. Il y a aussi "la ligne méridienne, désignant cette partie du ciel où le soleil se tient à égale distance de l’Orient et de l’occident" et l’horizon, «où le ciel semble se joindre à la terre".29

27Ciel quadrillé, alors qu’on en est encore aux divisions assez floues des cinq ou sept climats pour s’y retrouver sur terre. Il faudra attendre le xve siècle pour que ce quadrillage oommence à s’appliquer à notre globe et que l’axe des pôles cesse d’être entendu seulement comme l’axe du monde.

28Dans le passage cité plus haut, R. Bacon présentait le ciel en quelque sorte comme un carrefour entre mathématiciens et naturalistes. C’est à propos de cette notion de mouvement que se fait la rencontre. Car si ce mouvement incessant, régulier, calculable, satisfait au plus haut point l’esprit mathématique, il apparaît au naturaliste comme la source de toute vie sur la terre.

  • 30 Latini, I, III, 121, p. 148

29"Par ces raisons que li conte devise ci-devant et plus en arrières, poez vos bien entendre comment li firmament tornoie tozjors environ le monde et comment les VII planètes corent par les XII signes, dont il ont si grant poesté sor les choses terriennes que il les covient aler et venir selonc lor cours, car autrement ne porroient eles avoir nule force de naistre ne de croistre ne de finer ne d’autre chose faire. Et à la vérité dire, se li firmament n’alast tosjore environ la terre si comme il fait, il n’est nule créature au monde qui se peüst mouvoir en nule manière dou monde. Et plus encore, que si li firmament demorast un seul petit que il n’alast, il le convenroit fondre et anéantir toutes choses."30 Ainsi s’exprime B. Latini.

  • 31 Gossouin, III, 5, p. 173
  • 32 Gossouin, III, 6, p. 173

30"Diex ne fist pas le firmament por noient, dit de son coté Sossouin, ne les estoiles qui vont tourniant desus nous, ainz leur donna noms et vertus en ciel et en terre chascune selonc sa puissance, en toutes choses qui naissance ont."31 Et un peu plus loin, il affirme que "li ciels et les estoiles sont estrument de nature au monde", sans eux, rien ne peut vivre, toutes les "diversitez" du monde viennent de leur "vertu". "Par leur mouvement et par leur tour et par la vertu qui gist el ciel, vit toute riens qui desouz est."32

  • 33 Honorius "Secundum signum est Taurus, ob id quod Jupiter in raptu Europae in taurum est versus et (...)

31De là, cette familiarité avec les planètes et les étoiles, on les nomme, on les assemble en figures caractéristiques, Taureau, Balance, Paissons. Bien sûr, ceci n’est pas invention médiévale, c’est le legs d’une très haute et très lointaine antiquité. Mais un legs reçu, assimilé, au point qu’on ose à son propos raconter les fabulae, les mythes antiques envers lesquels on éprouvait quelque défiance. Le De Imagine Mundi d’Honorius Augustodunensis consacre 46 chapitres à cette promenade à travers les étoiles et la mythologie : "Le second signe est le Taureau, parce que Jupiter dans le rapt d’Europe fut changé en Taureau et transporté ainsi parmi les astres."33

  • 34 Honorius "Nonus Sagittarius est, qui et arcitenens, scilicet Alcon Cretensis, qui scorpionem, qui (...)

32"Le neuvième est la Sagittaire, qui est l’archer, c’est-à-dire Alcon de Crète qui perça d’une flèche le soorpion qui avait saisi son fils, sans toucher son fils et mérita ainsi d’aller parmi les astres."34

  • 35 Honorius, L. I, ch. XCIV-CXXXVII, col. 143-146

33En dehors des douze signes du Zodiaque, il nomme trente-deux constellations, Pléiades, Pégase, Dauphin, Argo... en racontant pour chacune sa légende, filles du roi Atlantis, cheval né du sang de Gorgone, épouz d’Amphitrite, premier navire fait au monde... et termine par la voie lactée et les comètes.35

  • 36 Honorius, L. I, ch. VIII-XXI, col. 123-128
  • 37 Honorius "Infra Aethiopiam suat maxima loca deserta, ob solis ardorem, et diversi generis serpenti (...)

34Remarquons une fois de plus le contraste, Honorius appelle par leur nom des astres distants de plusieurs millions d’années-lumière, tandis que dans sa nomenclature géographique, il ne connait bien que l’Europe, le pourtour de la Méditerranée, rive africaine comprise et le Proche Orient jusqu’à l’Euphrate. De l’Asie plus lointaine, il nomme deux fleuves, Gange et Indus, l’île de Taprobane et la région des Sères, plus une riche galerie de monstres et d’animaux fabuleua.36 De l’Afrique au-delà de l’Ethiopie, il sait seulement qu’il s’y trouve "de grands déserts à cause de la chaleur du soleil, et diverses sortes de serpents inconnus des hommes. "37

  • 38 Latini, I, III, ch. 91, p. 128-129

35Un autre aspect de cette familiarité avec les astres est la personnification des planètes. B. Latini rappelle que "Saturne est cruez et félons et de froide nature... Jupiter doux et piteus et plains de tous biens... Mars chaus et bataillereus et mauvais... et Vénus est bele et douce et est appelée dieuesse d’amors."38 On sent que le pas serait vite franchi pour diviniser à nouveau tous ces astres et mieux manifester ainsi leur pouvoir sur la terre.

  • 39 Latini, I, III, ch. 112-124, p. 130-139
  • 40 Latini, I, III, ch. 120, p. 147

36Parler du ciel au Moyen Age évoque bien sûr immédiatement l’astrologie. B. Latini consacre plusieurs chapitres à nommer les "maisons" du Soleil sur le Zodiaque au coure de l’Année.39 Il rappelle que "la première heure de chascun jor est souz cele planète par cui le jorz est nommez... La première de samedi est souz Saturne... et cele dou lundi est souz la lune, autresi sont les autres."40 Mais des voix plus autorisées que la mienne traiteront de cette question pendant ce congrès.

  • 41 Honorius, I. II, ch. 1-3, col. 145-146

37Il est d’autres aspects de la puissance du ciel Bur la terre en dehors du domaine astrologique. Par son mouvement, le ciel est maître du temps : l’Image du Monde comporte toujours des chapitres sur le comput et des chapitres historiques qui ne sont pas "hors du sujet", puisque, comme l’explique Honorius en ouvrant le Liber secundus, le temps du monde est l’ombre de l’aevus, du temps hors du tempe en quelque sorte, qui est avant le monde, avec le monde, après le monde, tandis que le temps du monde commence et finit avec lui.41

  • 42 Honorius, L. I, ch. LXXIII, col. 139

38Maître du temps de l’Histoire, le ciel l’est aussi du temps de la Géographie, du climat, des saisons, et ceci débouche sur l’astrologie dite "judiciaire", les "pronostications"du temps et le "tempestuarius", ancêtre de nos Messieurs Météo, dont maintes villes se dotent au xve siècle. Mais déjà, Honorius consacre un chapitre aux "signis solis prognosticis."42

39Les textes s’étendent longuement sur les phénomènes qui ont pour siège la zone inférieure du ciel, la sphère de l’air, expliquant ce que sont les vents, les nuages, le tonnerre et la foudre, la pluie, la neige, la grêle et l’arc en ciel.

  • 43 P. L. 90, 39
  • 44 Honorius "De his ventis fit et terrae motus. Nam venti concavis locis inclusi dum erumpere gestiun (...)
  • 45 Honorius "Spiritu introrsus cum igne concertante, multie saepe locis fumum, vel vapores, vel flamm (...)

40Il est frappant de voir à quel point la terre est, là encore, en situation de dépendance. Bien sûr, les marées sont mises en relation avec les phases de la Lune, la démonstration remontait à l’Antiquité et avait été magistralement reprise par Bède43 Mais c’est le ciel qui détient aussi la clef des quelques explications que l’on fournit sur la morphologie et la tectonique. Volcanisme et tremblements de terre sont mis en relation avec l’action du vent : "C’est de ces vente que vient le tremblement de terre, car les vents, enfermés dans les lieux creux, lorsqu’ ils se disposent à sortir, agitent la terre d’un frémissement terrible et la font trembler. ", dit Honorius44 Et il ajoute : " (En Sicile)à l’intérieur de la terre, le vent, se mêlant au feu, fait souvent jaillir en ce lieu de la fumée, des vapeurs ou des flammes et même, si le vent se renforce, il provoque des jets de sable ou de pierre."45

  • 46 Sydrach, Question 203, fol. G1

41L’existence du relief du sol, avec montagnes, plaines, collines est liée au Déluge. A la question du roi : "Devant le Déluge, estoit le monde plain, ou si il y avoit des montaignes ? ", Sydrach répond : "Du temps de Adam jusques au Déluge, il n’y eust oncques montaignes, ains estoit le monde tout plain comme une pomme."46

  • 47 Sydrach, Question 205, fol. G2

42"Quant furent creez les montaignes et comment ?" demande alors le roi. "Quant le Déluge commença à venir, à son commencement par la voulenté de Dieu, si feust si grant cours d’eaue et si fort courant qu’il cavoit la terre et tresperçoit les pierres et les roches par dessoubz et si les gravoit et mengeoit. Quant l’eaue commença à affoiblir de son cours, les roches et les pierres et les montaignes demourèrent ainsi et depuis ce temps-là jusques à maintenant. "47

43Toutes les puissantes forces de l’orogénèse ne sont donc même pas entrevues. Aride et sèche, la terre est aussi immobile et passive. C’est par le ciel que passe toute étude que l’on peut laire d’elle.

44A cette vision d’une terre méconnue, dépendante sous des cieux tant étudiés, peut-on apporter quelques éléments d’explication ?

45Là encore, j’écarterai la question de l’astrologie, la dépendance de l’homme dans sa constitution physique et mentale et dans son devenir vis à vis des conjonctions zodiacales sous lesquelles il est né. Elle s’inscrit tellement dans la longue durée, depuis les ziggourat dressées en Chaldée à l’aube des temps historiques, jusqu’aux modernes horoscopes de nos journaux et de nos revues, que c’est au philosophe ou à l’anthropologue, plus qu’à l’historien qu’appartient, me semble-t-il, le discours sur ce sujet.

46Quant à l’intérêt porté à l’étude du ciel, est-il tellement pour nous surprendre ?0n sait les passions et les crises intellectuelles provoquées par la connaissance de plus en plus complète d’Aristote et de ses commentateurs arabes aux xiie et xiiie siècles. Ce sont ces écrits qui ont fourni l’essentiel du discours sur le monde. Mais dans les oeuvres "non savantes" que nous avons étudiées, il ne semble pas y avoir de difficulté à concilier tout l’acquis de la science antique et l’absolue transcendance de Dieu.

  • 48 Honorius "Super quod est spirituale coelum hominibus incognitum, ubi est habitatio angelorum... in (...)
  • 49 Latini, I, III, ch. 121, p. 148

47Au-dessus de firmament, Honorius situe "le ciel spirituel, inconnu aux hommes, où est la demeure des Anges, où sont les âmes des Saints" et, "bien au-dessus, le ciel des oieux où habite le roi des Anges."48 Et B. Latini, que nous avions surpris prêt à honorer Vénus comme une déesse, conclut ainsi la série de ses chapitres sur le ciel : "Por ce devons amer et doubter Nostre Seignor, qui est sires de touz biens, et de tout ce, et sanz qui nus biens ne nule poesté ne puet estre. Il establi nature desouz soi, qui ordonne toutes les choses du ciel en aval, selonc la volonté dou souverain père."49

  • 50 Rabelais, Gargantua, ch. XXIII

48Cependant, la place prépondérante faite au ciel n’a pas uniquement des raisons livresques. Il est frappant de voir à quel point les textes font référence à l’observation, à la vue. Ronde cloisonné, mais ouvert par le haut, disait, on l’a vu en commençant, Jacques Le Goff. Même si l’on est enfermé dans les murs étroits d’un monastère, d’une cité, dans l’espace restreint d’un village, la moitié de la sphère céleste s’offre au regard de façon quotidienne, banale. Rabelais ne nous montre-t-il pas Ponocratès et Gargantua, "retournant des lieux secrets" et considérant "l’état du ciel, si tel étoit comme il l’avoient noté au soir précèdent, esquels signes entroit le soleil et aussi la lune pour icelle journée."50

  • 51 Gossouin, I, 5, p. 67-68

49Pour expliquer la naissance des sept arts, Gossouin de Metz montre les sages regardant "li firmament qui tournoit tout entour le monde et se mouvoit" et veillant "par maintes nuiz et par mainz jours", en voyant "les estoiles qui se levoient vers Orient et s’esmouvoient environ par desus leur teste. Cil n’entendoient à mangier, ne à leur ventre emplir, si comme font les bestes qui ne quièrent fors leur pasture, si comme font orendroit cil qui n’ont cure fors de vivre comme pourciaus et à couchier leur mois liz, ains veilloient par maintes nuiz et ne lor annuioit pas, aine leur embellis sort moult de ce qu’il veoient le firmament si noblement mouvoir."51

  • 52 Sydrach, Question 314, fol. K3

50Regards de clercs, scrutant le tournoiement des étoiles, regards aussi des voyageurs, à qui elles disent la route. "Toutes les étoiles tournent au firmament, dit Sydrach, fors une que l’en appelle l’estoile à guide, ou autrement l’estoille fixe, car elle guyde tous ceulx qui vont par la mer de pays en autre mener marchandises ou autres choses, aussi pareillement elle guyde ceuls de la terre et si est au firmament par telle meulière qu’elle tourne tout ainsi comme une cheville qui est en une pierre d’ung moulin à main."52

51Regarda de tout le "peuple", pour savoir l’heure dans un monde sans horloge, et supputer quel sera le temps du lendemain, dans une société paysanne où les caprices météorologiques peuvent avoir de si dramatiques conséquences.

  • 53 Par exemple, Ps. 104(103), 1, 4

52Même si on redoute l’orage ou la gelée, le ciel est regardé, semble-t-il, avec plus d’émerveillement que d’angoisse. Rejetant l’image biblique des cieux "toile de tente"53, abri précaire d’une civilisation nomade, les clercs ont privilégié, on l’a vu, l’image de l’oeuf. C’est à l’intérieur d’un ciel maternel que se situe la Terre et, la culture finissant par se diffuser, même partiellement, à travers toute les ramifications d’une société, on peut penser que tous se sentent en oonnivence avec l’univers, leur corps tissé des quatre éléments qui le composent, leur existence se déroulant à l’image de ses saisons.

53Connivence aussi, parce que dans un temps où les communications sont longues, hasardeuses, la vue des mêmes étoiles assure une relation immédiate entre les êtres. Il faut évoquer ici le joli poème d’Aucassin, perdu dans la forêt à la recherche de Nicolette et auquel la vue de l’"estelette" rend toute proche sa mie aux blonds cheveux. Dans des textes plus savants, on indique, comme un des éléments qui nous séparent des Antipodes (s’ils existent) qu’ils ne voient pas les mêmes étoiles que nous.

  • 54 Conches, L. I, ch. VI, col. 59
  • 55 Honorius, L. I, ch. LXXVIII, col. 139
  • 56 Honorius, L. I, ch. LXXX, col. 140
  • 57 Gossouin, I, 19, p. 159

54Inlassablement observé, le ciel est aussi contemplé. Guillaume de Conches voit les étoiles comme des pierres précieuses serties dans l’or.54 Honorius distingue les couleurs des planètes, nous dirions plutôt leur luminosité : Saturne blanc, Jupiter clair, Mare igné, Mercure rayonnant, la Lune pâle, le Soleil ardent55 et voudrait s’enchanter de la musique des sphères, "très douce harmonie.... chant très suave", que font les sphères dans leur parcours, mais que notre oreille ne peut percevoir, trop faible qu’elle est.56 Gossouin de Metz parle aussi de la "douce mélodie" du firmament, "dont aucuns furent jadis qui disoient que li petit enfant oient cele mélodie quant il rient en dormant. "57 Nous voilà bien loin de l’effroi pascalien devant le silence éternel des espaces infinis.

  • 58 Atlas Catalan éd. G. Grosjean Zurich 1977
  • 59 Imago Mundi de P. D’Ailly, éd. E. Buron, Paris 1930

55A force de fixer les étoiles, les voyageurs ont fini par suivre la route qu’elles invitaient à prendre. A partir de la fin du xiiie siècle, de l’ouverture de l’Asie et des grandes explorations qu’elle suscite, la terre prend une place croissante dans les ouvrages sur le monde. Les deux premiers volets de l’Atlas Catalan répètent la cosmographie traditionnelle, l’oeuf, les quatre éléments, le rôle des planètes dans le gouvernement de la vie humaine, mais ce n’est plus qu’en guise de préface aux trois volets de la mappemonde58 Et, sur les 60 chapitres de son Imago Mundi, Pierre d’Ailly n’en consacre plus que 5 au ciel.59

  • 60 N. Oresme, Le livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut, Milwaukee and London, 1968, ch. XXV, p.  (...)

56Plus mobiles dans leur passion de la découvrir, les hommes sont prêts à sentir la terre elle aussi en mouvement. Oresme avance "quelques belles raisons... que la terre est meue de mouvement journal et le ciel non. "60 Une page se tourne dans les relations du ciel et de la terre et la Géographie peut faire son apparition.

Notes

1 J. Le Guff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 1 97

2 Honorius Augustodunensis, De Imagine Mundi libri très, P. L. 172, col. 115-188, cité Honorius

3 De philosophia Mundi (attribué par erreur à Honorius P. L. 172, col. 39-102, cité Conches

4 L’Image du Monde de Maître Gossouin, éd. O. H. Prior, Lausanne, 1913, cité dorénavant Gossouin.

5 Li Livres dou Trésor de B. Latini. Les références sont données d’après l’édition B. Chabaille, Paris, 1863, cité dorénavant Latini.

6 Gossouin, I, IX, p. 90

7 La fontaine de toutes sciences du philosophe Sydrach, éd. A Vérard Paris s. d. question 181, fol. V v° cité dorénavant Sydrach.

8 Voir respectivemant P. L. 82, col. 73-728, P. L. 90, col. 187-278 et P. L. 111, col. 9-614

9 "Hujus figura est in modum pilae rotunda. Sed instar ovis elementis distincte. Ovum quippe exterius testa undique ambitur, testae albumen, albumini vitellum, vitello gutta pinguedinis includitur. Sic mundus undique caelo, ut testa circumdatur, coelo vero purus aether ut album, aetheri turbidus aer, ut vitellum, aeri terra, ut pinguedinis gutta includitur. " Honorius, Livre I, ch. 1, col. 121

10 R. Bacon, Liber secundus communium naturalium De celestibus, éd. R. Steele, Oxford, 1913, cité dorénavant Bacon.
"Et certum est quod mundus est finitus, quia probatus est prius quod impossibile est in corporalibus aliquid esse infinitus" p. 369

11 "Celum est concave et speralis figure intra, ergo quicquid est infra celum finitumest. Et iterum certificat visus nos de distancia finita inter centrum mundi et circumferentiam celi, quia videmus stellas celi circumferri undique ex omni parte celi, quare distancia a terra usque ad celum est finita." p. 369

12 Genèse, I, 7-8

13 Conches Liber secundus, ch. II et III, col. 57-58 "Celum igitur igitur tegit omnia, quia sub aethere vel in aethere omnia continentur : ch. VI, col. 59

14 Latini, I, III, 110, p. 126

15 ibid., I, III, 111, p. 128

16 ibid. I, III, 116, p. 138

17 B. Silvestre. De Universitate Mundi, éd. Dr. Cari Sigmund Barach und Johann Wrobel, Innsbruck, 1876 "Natura ad Noym, id est Dei providentiam, de primae materiae, id est hylae, confusione quaerimoniam quasi cum lacrimis agit, et ut mundus pulchrius expoliatur petit." p. 5-6

18 "Quae in modum circuli in se revolvuntur, dum ignis in aerem, aer in aquam, aqua in terra oonvertitur, rursus teirra in a, quam, aqua in serem, ser in ignes commutatur... Nam terra arida et frigida frigidae aquae connectitur ; aqua frigida et humida humido aeri astringitur ; aer humidus et calidus calido igni associatur ; ignis calidus et aridus aridae terrae copulatur. Exhia terra ut puta graviseima imum, ignis ut puta levissimus supremum obtinet locum, alia duo medium quasi quoddam solxditatis vinculum." Honorius, Livre I, ch. III, col. 121

19 "Ignis quartum elementum scribitur, quasi non gignis dicitur. A luna usque ad firmamentum extenditur... Hic et aether quasi purus aer dicitur, et perpetuo splendore laetatur." Honorius Lib. I. ch. LXVII. col. 138

20 Gossouin, II, 18, p. 155

21 Gossouin, fig. 17, 18, 19, p. 156, 158, 160

22 Gossouin, II, 19, p. 159

23 "Omnee tam naturales quam mathematici concordant quod sint octo (celi), ut celum stellatum et septem sprer planetarum sub eo "Pars quarta, ch. 2 p. 387-88
"propter motum circuli parvi cujus centrum est caput Arietis vel Libra", ibid. p. 388
Pars quarta, ch. 3, p. 388-89

24 Conches "Summus igitur planetarum Saturnus dicitur, in peragratione zodiaoi triginta annos consumens, unde in fabulis senex dioifur" L. II, che 17, col. 62

25 Latini, I, III, 111, p. 129

26 Honorius, "Hae immensa celeritate firmamenti ab oriente in occidentem rapiuntur ; tandem natirali cursu contra mundum ire comprobantur, sicut musca si in rota molendini circumferetur, ipsa tamen proprio motu contra revolutionem ejus ire videretur" L ; I, ch. LXVIII, col. 136

27 Gossouin, I, 14, p. 101-102

28 Conches, L. II, ch. XIV, col. 61

29 Conches, L. II, ch. XV, col. 61 "Meridianus dicitur linea designans illam partem coeli, in qua sol existans aequaliter distat ab ortu et occasum. Horizon vero in quo videtur coelum cum terra jungi."

30 Latini, I, III, 121, p. 148

31 Gossouin, III, 5, p. 173

32 Gossouin, III, 6, p. 173

33 Honorius "Secundum signum est Taurus, ob id quod Jupiter in raptu Europae in taurum est versus et inter sidera translatus" L. I, ch. XCIII, col. 142

34 Honorius "Nonus Sagittarius est, qui et arcitenens, scilicet Alcon Cretensis, qui scorpionem, qui filium suum rapuit, sagittavit, nec filium tetigit et ideo sidera meruit. "L. I, ch C, col. 143

35 Honorius, L. I, ch. XCIV-CXXXVII, col. 143-146

36 Honorius, L. I, ch. VIII-XXI, col. 123-128

37 Honorius "Infra Aethiopiam suat maxima loca deserta, ob solis ardorem, et diversi generis serpentia hominibus incognita" L. I, ch. XXXIII, col. 131

38 Latini, I, III, ch. 91, p. 128-129

39 Latini, I, III, ch. 112-124, p. 130-139

40 Latini, I, III, ch. 120, p. 147

41 Honorius, I. II, ch. 1-3, col. 145-146

42 Honorius, L. I, ch. LXXIII, col. 139

43 P. L. 90, 39

44 Honorius "De his ventis fit et terrae motus. Nam venti concavis locis inclusi dum erumpere gestiunt, terram horribili fremore concutiunt, eamque tremere faciunt." L. I, ch. XLII, col. 134

45 Honorius "Spiritu introrsus cum igne concertante, multie saepe locis fumum, vel vapores, vel flammas eructat, vel etiam vento acrius incumbente arenanarum lapidumve egerit ; " L. I, ch. XLIII, col. 134

46 Sydrach, Question 203, fol. G1

47 Sydrach, Question 205, fol. G2

48 Honorius "Super quod est spirituale coelum hominibus incognitum, ubi est habitatio angelorum... in quo recipiuntur animae sanctorum" L. II ch. CXXXIX, col. 146 "Caelum coelorum in quo habitat rex angelorum" ibid, ch. CXL. col. 146

49 Latini, I, III, ch. 121, p. 148

50 Rabelais, Gargantua, ch. XXIII

51 Gossouin, I, 5, p. 67-68

52 Sydrach, Question 314, fol. K3

53 Par exemple, Ps. 104(103), 1, 4

54 Conches, L. I, ch. VI, col. 59

55 Honorius, L. I, ch. LXXVIII, col. 139

56 Honorius, L. I, ch. LXXX, col. 140

57 Gossouin, I, 19, p. 159

58 Atlas Catalan éd. G. Grosjean Zurich 1977

59 Imago Mundi de P. D’Ailly, éd. E. Buron, Paris 1930

60 N. Oresme, Le livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut, Milwaukee and London, 1968, ch. XXV, p. 536

Auteur

Université de tours

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540