Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Soleil, lune, étoiles à l’horizon littéraire médiéval, ou les signes de la lumière (Textes du xiiie siècle)

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Romance insérée par A. de Musset dans l’élégie "Le Saule", écrite en 1830 ; publiée dans le Specta (...)

1Soleil, Lune, Etoiles : leur présence, si l’on fait appel à ses souvenirs de lectures, n’est pas très fréquente dans les oeuvres romanesques ou épiques du xiiième siècle. Mais si leurs apparitions sont rares, elles ont toujours, ou presque, une fonction que l’on peut qualifier dès maintenant de magique ou de mystique ; soleil, lune, étoiles remplissent alors le rôle de signes ; ils annoncent des situations, des conjonctures romanesques parfois conventionnelles, parfois plus originales : ils s’intègrent alors dans l’action ; ou ils font partie d’un climat amoureux, ils sont les attributs de scènes courtoises ; ou ils ouvrent un chemin mystique aux héros. Ils remplissent assez rarement un rôle utilitaire, plus rarement un rôle purement esthétique, suscitant la seule émotion artistique chez l’auditeur, ainsi que le public moderne y est habitué depuis les romantiques : "Pâle étoile du soir, messagère lointaine..." écrivait Musset.1

2Nous vérifierons le bien-fondé de ces premières observations d’après un relevé assez large pratiqué essentiellement à partir de textes du xiiième siècle ; j’ai fait néanmoins quelques recoupements avec des oeuvres du xiième siècle.

  • 2 Le Roman de Laurin, fils de Marques de Sénéchal. Text of Ms Bn ffr. 22548. Edited by Lewis Thorpe. (...)
  • 3 Roman de Laurin, op. cit. P. 183 - 184. 1. 7612-7614.

3La première fonction des astres est utilitaire, puisque le soleil et même la lune servent à mesurer le temps ; peut-on dire "à s’approprier le temps ?" et dans ce cas leur rôle est aussi mystique. Ils remplissent pour les chevaliers en errance, pour les héros égarés, la fonction du repère chronologique ; ils rassurent en ce sens. Ils précisent l’heure ou le déroulement des jours. Nous lisons dans le Roman de Laurin "Il (Laurin) a esgardé le soleil et vit bien que il fu près de tierce."2 On remarquera la précision de la notation, Laurin sait qu’il est à peu près 9 heures moins 10 de notre horaire. Mais le soleil est aussi trompeur, car c’est un repère approximatif, voire faux : ainsi Laurin qui a dormi 3 jours et 3 nuits à la Fontaine du sommeil, se réveille et regarde aussitôt le soleil : il brillait à la même place quand il s’est endormi "Il vit qu’il avoit poi dormi ou nient, ce li sambloit... Il s’apensa que li sollaus ert la ou il estoit quant il fu descenduz entre lui et Baudemagus"3 et il fait le calcul erroné en l’occurrence, qu’il a du dormir un jour et une nuit complets (en réalité il a dormi 3 jours). Mais la position du soleil, à laquelle il a recours spontanément pour dominer le temps, lui fait vérifier que de toute façon il a été victime d’un enchantement.

4La lune sert aussi à mesurer le déroulement des jours : nous lisons dans Berte as grans pies (Berte est perdue pendant trois jours dans la forêt du Mans)

  • 4 Adenet le Roi. Berte as qrans pies. Edition critique par Albert Henry. T. L. F. Droz Genève, 1982, (...)

5Après l’aube apparant luisoit la lune clere v. 5534 Bel effet de point du jour où la lune et le soleil levant se font concurrence. Adenet le Roi signale encore le passage de la nuit au jour (v. 1073).

  • 5 Op. cit. v. 1073-74.

6Ains que gaires de jour la endroites apere S’en départ la roïne, car la lune luist clere5 La lune accompagne les marches ou chevauchées nocturnes. Adenet ne fait pas seulement de brèves références aux astres, mais développe parfois une étude plus longue de l’atmosphère qui accompagne la venue du clair de lune "a la mienuit" (v. 1021)

  • 6 Op. cit. v. 1021-1024.

Devant la mienuit li tans un poi s’escure
Et la lune est levee et bele et clere et pure,
Et li vens est chéûs et li tans s’asséüre.
Il laissa le plouvoir, s’amenri la froidure6

  • 7 Roman de Laurin, op. cit. p. 6, 1. 210-212

7L’auteur rend sensible la sérénité qui enveloppe la clarté nocturne retrouvée et créera parallèlement une envolée mystique chez l’héroïne. Mais l’esprit médiéval cherche à dominer par les astres non seulement le présent immédiat, mais l’avenir : nous voyons dans le Laurin, Marques le sénéchal, homme sérieux et prudent, scruter les étoiles pour connaître la destinée de Laurin son fils. Il s’agit d’une véritable démarche, accompagnée d’une science personnelle de l’horoscope : "Li seneschaus issi de la chambre et vint droit enmi la court et vit bien enz ou cours des estoilles que le damoisel de Costantinnoble si avoit moult a souffrir. "La lecture de la position des étoiles fait partie en somme de l’éducation des sages7.

  • 8 Op. cit. p. 328. 1. 13596 à 13614.

8La prévision est parfois plus immédiate : un capitaine peut faire une hypothèse météorologique sur un possible clair de lune et l’utiliser pour donner l’assaut aux ennemis ; dans le Laurin, le marquis de Narbonne défend la ville de Marques et compte pour attaquer le roi de Syrie sur le lever de la lune : "La lune est plaine et elle levera par temps. Issons nous ent, quar bien leur porrons faire grevance. " Plus loin il est précisé : "Il ont chevauchié a la lune et n’arresterent. " Or tost, dist li marquis. Il y fait bon. "Il fut après la mienuit. La lune ert haute et faisoit moult cler et moult sery. Il ont tant esploitié qu’il sont approchié"8. Le clair de lune prévu par un chef habile est ici auxiliaire de la victoire.

  • 9 Op. cit. p. 254, 1. 10500
  • 10 Op. cit. p. 306. 1. 12702
  • 11 Op. cit. p. 182. 1. 7522-7524
  • 12 Op. cit. p. 351. 1. 14550

9Le soleil par contre est un obstacle pour les combattants, car il risque d’aveugler l’un ou l’autre adversaire dans un tournoi ou un duel ; aussi le conteur emploie-t-il la formule : "On partagea le soleil" pour montrer la régularité de l’affrontement : ainsi dans le combat entre Synador et le Roi d’Ecosse : "Li solaus leur fu partis"9. ou avant celui de Gauvain et de Laurin : "Li solaus fu departis.10 ". Par contre le soleil est bénéfique lorsqu’il frappe le visage du dormeur obstiné, circonstance souvent mentionnée dans le Laurin : "Baudemagus dormi jusques a lendemain que li solaus fu levez. Li sollaus fu si haut levez que il feri Baudemagus enmi le vis et il s’est esveilliez"11. Ainsi, le paresseux est secouru par le rayon de soleil et le jour levant concorde avec l’action. De même, Mirador, Curiez et Laurin se réveillent "quant il virent le jour"12 ainsi que les pucelles, compagnes d’Aelis dans l’Escoufle :

  • 13 Jean RENART. L’Escoufle. Publié par H. Michelant et P. Meyer, Paris 1894, p. 121, v. 4062-63 et v. (...)

Et la clarté par la fenestre
Entre en la cambre as puceles. (v. 4062-63)
En esveillant mout se merveillent
Del jor qui est si biax et clers (v. 4068-69)13

10Dans Cligès, un des avantages de l’ente du verger, ordonné par l’architecte Jean, qui forme une grotte végétale pour les amants, c’est

  • 14 Les Romans de Chrétien de Troyes, II, Cligès, édition Alexandre Micha, Paris, 1957, p. 192 v. 6325 (...)

Ne ja n’iert tant li solauz chauz
En esté, quant il est plus hauz,
Que ja rais i puisse passer, v. 6325-632714

11Et dans l’Escoufle, Guillaume empêche le soleil de frapper le visage d’Aélis endormie

  • 15 L’Escoufle. op. cit. v. 4540-4541

Et ses amis a acosté
Le soleil, qu’il li velt faire ombre, v. 4540-454115

12L’aube est toujours le moment des entreprises, des initiatives ; mais la fonction utilitaire des astres n’est évidemment pas la plus séduisante et les conteurs médiévaux en font un emploi narratif beaucoup plus subtil, qu’il s’agisse d’aventures chevaleresques ou tragiques, d’épisodes amoureux ou de scènes mystiques. L’influence de la lune est fournie comme explication des folies passagères des humains et de leur conduite criminelle : ainsi dans Berte as grans pies (v. 481-482) où Aliste excuse la pseudomeutrière en ces termes :

  • 16 Berte as grans pies Edition A. Henry, P. 71, v. 481-482

Mais tousjours a sa fille esté sote noée,
Si com par lunoisons aussi comme dervée.16

  • 17 Roman de Laurin, op. cit. p. 210, 1. 8698-8707.
  • 18 Roman de Laurin, op. cit. p. 293, 1. 12142-12146

13Surtout l’astre devient signe prémonitoire et collabore au climat d’étrangeté où va pénétrer l’auditeur médiéval. L’utilisation de l’éclairage lunaire ou diurne est parfois très habilement mise en oeuvre pour créer l’atmosphère d’enchantement, le passage vers l’irréel. Certaines heures sont privilégiées pour conduire au fantastique ou à l’exceptionnel ; les auteurs médiévaux le savent. Ainsi en est-il du crépuscule, l’heure où le soleil couchant s’attarde, métamorphosant un paysage. A deux reprises dans le Laurin, la défaillance du soleil est liée à un enchantement : au terme d’une journée de marche, un chevalier, ou un groupe de chevaliers aperçoivent un chateau à l’horizon. Ils cherchent à l’atteindre pour la nuit, mais le chateau recule et s’éloigne toujours devant eux. Le mirage du chateau inaccessible, comme perché dans les nuages, est ainsi conté : "tant que il (les chevaliers arthuriens) ne finerent d’aler toute jour ajournee jusques a heure de vespres (vers six heures du soir)... Il ont esgardé de loins, quar li jours estoit biaus et clers et virent un chastel a merveilles haut, ce leur sembla, et bien sambloit qu’il touchast aus nues. Il se sont tournez celle part... et bien leur sambloit que eulz de riens ne l’approuvassent. Ils ont chevauchié jusques a la nuit et com plus aloient, mains17 l’approchoient... Ainsi comme li sollaus devoit couchier, il ont veü venir une pucelle... " Les chevaliers n’atteindront pas le chateau qui fuit devant eux. Même aventure adviendra à Laurin, qui marche sans le savoir vers le chateau de Proserpyne de Guymont. Il arrive en plaine, il voit : "un petit chastel seur une petite roche. Bien li sambla que assez tost y deüst venir. Il a coitié son cheval qui n’aloit mie lent, et a tant chevauchié que li solaus fu moult abaissié. Il li sembla que de riens n’approchoit le chastel, fors tant com plus aloit et plus grans li sambloit18". Laurin n’arrivera pas au chateau, mais il va rencontrer le couple prestigieux que forment Gauvain (le Chevalier Blanc) et Proserpyne (La Pucelle Blanche) qu’il surprend endormis dans leur tente. La fantasmagorie du soleil couchant débouche en l’occurrence sur une scène d’amour courtois.

  • 19 Roman de Laurin, op. cit. p. 211, 1. 8740
  • 20 Op. cit. p. 212, 1. 8764-65

14Le thème du chateau baigné d’une clarté indécise est en fait un leitmotiv dans le Laurin. Baudemagu le rencontre à plusieurs reprises, éclairé cette fois par la lune. Parfois soleil couchant et lever de lune s’enchaînent pour amener une vision fantastique. Le groupe des chevaliers arthuriens mentionné plus haut renonçant à poursuivre le château inaccessible fait halte dans une prairie jouxtant un bois ; ils s’arrêtent sous un bel arbre, laissent paître leur chevaux. La lune se lève : "La lune estoit levée assez tost après, par quoi on voit plus cler en l’air"19 dit le texte. Cette grande transparence du clair de lune va baigner la lutte entre les chevaliers blancs et les chevaliers vermeils, brusquement sortis du bois, qui ne sont que fantômes. Les arthuriens veulent prendre part au combat, mais leurs coups sont sans effet et les épées des fantômes ne les touchent pas eux mêmes. Tout n’est qu’hallucination. Au clair de lune régnant dans le ciel correspond "li feus qui sailloit des fers (des chevaux) si grant que toute la lande en estoit alumée par samblant".20 On notera le parallélisme des deux lumières, celle de la lune, et celle qui court en étincelles sur le sol. Il symbolise le duel entre rouges et blancs, mauvais et bons, ciel et enfer. A la "mienuit", tout disparait, les vainqueurs comme les morts ; les arthuriens s’endorment ; l’épisode conduit à une scène mystique, car Laurin va rencontrer un ermite qui interprétera le combat irréel et confessera le chevalier.

  • 21 Op. cit. p. 226, 1. 9374
  • 22 Op. cit. p. 225, 1. 9318-9329
  • 23 Op. cit. p. 225, 1. 9331-33
  • 24 Op. cit. p. 226, 1. 9361
  • 25 Op. cit. p. 226, 1. 9365
  • 26 Op. cit. p. 226, 1. 9370

15Le soleil couchant, puis la lune accompagnent parfois le héros qui se dirige à son insu vers son amie ; tel est le cas de Mirador guidé sans le savoir vers Miradoine. Et la lune n’est qu’un maillon dans une chaîne de lueurs successives qui l’une après l’autre entraîneront Mirador jusqu’à un "noble lit" "où gisoit la plus belle créature que en peüst trouver"21. Au préalable, "Mirador est entrez en une moult grande lande. Il estoit tart et estoit près de solleil couchant. Mirador a esgardé aval et amont et ne vit fors que un chien qui moult fort aloit courant... "22. Le chien tout blanc, dépasse Mirador qui le suit ; tous deux s’enfoncent dans la campagne nocture : "Il faisoit assez espés, quar la lune n’estoit pas levée : ainçois estoit li braqués tous blancs... "23. Le braquet, seul point lumineux dans le paysage, disparait à son tour. Mais après une forte pluie la lune revient "Li temps fu acoisiez. La lune fu levée".2425 Mirador est devant un riche manoir, y pénètre, traverse une belle salle "et y ardoit enmi une moult grant lanterne qui par toute la salle rendoit grant clarté". Un feu brûle dans la cheminée, auprès duquel dort un nain. Une autre clarté brille dans une pièce : "Moult y faisoit bel et cler, quar i tortiz ardoit tout adéz devant i lit"26 où repose Miradoine si profondément endormie que Mirador devient son amant sans nul obstacle. Dans cette quête de l’amour les jeux d’ombre et de lumière sont savamment employés tour à tour et Mirador marche de clarté en clarté, dont la première est le beau clair de lune illuminant le château.

16La lumière, on le sait, est souvent liée à une scène d’amour heureux : ainsi Berte aus grans pies retrouve Pépin dans la forêt du Mans par une Pentecôte ensoleillée

  • 27 Berte as grans pies op. cit. p. 142. v. 2679-2680

Li jours fu biaus et clers, qu’il ne pluet ni ne vente.
Et Berte fu ou bois deléz Pépin dolente 2727.
v. 2679-80

  • 28 Aucassm et Nicolette, chantefable du xiiième siècle. Edition Mario Roques, Paris, Champion, 1929, (...)
  • 29 Op. cit. p. 27, 1. 26-27

17Parfois les étoiles s’associent à la lune pour exalter une atmosphère amoureuse. Dans la loge bâtie pour lui par Nicolette, Aucassin étendu sur le dos " [Il] garda par mi un trau de le loge si vit les estoiles el "ciel, s’en i vit une plus clere des autres, si commença a dire"28. Démarche assez rare dans les romans médiévaux, l’amoureux instaure directement un dialogue avec l’étoile ; peut-être cette étoile plus claire que les autres est-elle Vénus ? Il a été mentionné plus haut que "li rais de le lune feroit ens"29 dans la loge. De la conjonction "lune-étoile" nait sur les lèvres d’Aucassin la fameuse romance à l’étoile malheureusement mutilée par un feuillet arraché du manuscrit ; voici la traduction des vers subsistants :

  • 30 Traduction de XXV. Or se cante, v. 1-7. Voir apparat critique à XXV, p. 46-47. La deuxième restitu (...)

Petite étoile, je te vois,
Toi que la lune attire à elle,
Nicolette est avec toi.
Ma jeune amie aux blonds cheveux.
Je pense que Dieu veut la prendre
Pour que la lumière du soir
Soit embellie par elle30

18Ces premiers vers suscitent quelques remarques : la vue du paysage stellaire, à travers une petite ouverture qui laisse peut être visible une seule étoile déclenche l’effusion lyrique du héros, mais il s’agit moins d’une louange de la femme que d’une rêverie sur le monde de l’étoile assimilé au monde des amants. Nicolette est déjà montée jusqu’à l’étoile, dans l’orbite de la lune : bizarrerie astronomique, et biographique, car si Nicolette a disparu les paroles des bergers ont prouvé à Aucassin qu’elle n’était pas morte ; la blondeur de ses cheveux la transforme presque en une autre étoile, puisque Dieu veut la prendre "pour embellir la lumière du soir". "La beauté de Nicolette est céleste et prendra place au firmament. Pour la deuxième partie de la romance, j’adopte la seconde hypothèse d’Hermann Suchier, qui me paraît la meilleure pour le sens général de la chanson

  • 31 Aucassin et Nicolette, op. cit. p. 28, XXV, v. 0 à 15

Douce soeur, comme il me plairait
De pouvoir monter tout droit là-haut
Quoiqu’il puisse être de la chute,
Pourvu que je sois là-haut avec toi,
Je t’embrasserais bien serrée.
Même si j’étais fils de roi
Tu serais bien digne de moi
Soeur douce, amie31

19Le voeu d’Aucassin est donc de quitter la terre et de se réfugier dans le monde idéal de l’étoile pour rejoindre sa bien-aimée : quel que soit "le recaoir", la retombée sur la terre... S’agit-il de désillusion, de danger mortel ? Dans le monde de l’étoile les valeurs sociales de la terre s’effacent, seul l’amour demeure et règne : l’étoile, moins la cocasserie, préfigure le royaume de Turelure. Nicolette cachée près de la loge accourt aux derniers mots : la romance parachève la réussite d’Aucassin dans l’épreuve amoureuse inventée par son amie.

  • 32 Op. cit. p. 13, 1. 5-7 et p. 14, 1. 30

20Au chapitre XII, le clair de lune incitait déjà Nicolette à s’évader pour rejoindre Aucassin : "Nicolette jut une nuit en son lit, si vit la lune luire cler par une fenestre, et si ot le lorseilnol center en garding, si li sovint d’Aucassin son ami"32. La scène et la démarche mentale sont parallèles à celles dont Aucassin est le protagoniste, le clair de lune est une composante de la rêverie amoureuse, mais Nicolette, en fille pratique, n’invente pas une chanson d’amour, elle s’évade de sa cellule ; la voici dans les rues de Beaucaire où elle retrouve le même clair de lune "car la lune luisoit molt clere" qui favorise les retrouvailles des amants. Il accompagne encore la fuite des amoureux et joue un rôle tutélaire dans le roman de l’Escoufle.

  • 33 L’Escoufle, op. cit. p. 120, v. 4014-15

Il ont anduit mout grant fiance
En la lune qui les esclaire (v. 4014-4015)33

21La lune est associée à la beauté de l’Aimée, comme dans la romance à l’étoile, mais il s’agit d’une simple embellie due au reflet. Guillaume qui "tient Aelis par la taille ou par le cou" dit

  • 34 Op. cit. p. 121, v. 4048-49

Mout ai la lune chière
Qui cel biau vis vos enlumine" v. 4048-4934
Ce jeu de la lumière sur un beau visage semble déjà tout moderne.

22Ailleurs, le soleil remplira cette fonction

  • 35 Op. cit. p. 266, v. 8850-51

Si chevel contre la clarté
Del solel samblent estre d’or. v. 8850-885135

23Les astres autour d’Aélis accomplissent donc une sorte de service courtois et exaltent sa beauté.

  • 36 Chrétien de Troyes. Cligès, traduit de l’Ancien Français par Alexandre Micha. Paris, Champion, 195 (...)

24Dans le Cligès, la vue du soleil et de la lune est d’ailleurs ressentie comme une nécessité vitale par Fénice confinée dans sa tourprison. Elle a besoin de voir les astres pour jouir de son bonheur amoureux. Alexandre Micha traduit : "Au renouveau de l’été, quand fleurs et feuilles sortent des arbres, que les oiseaux se réjouissent, disant leur contentement en leur latin, il arriva que Fénice, un matin, entendit chanter le rossignol... Elle dit (à Cligès) : "Doux ami cher - Je n’ai plus vu luire lune ni soleil depuis plus de quinze mois entiers. Si possible, bien volontiers, je sortirais à la lumière... " L’architecte Jean ouvre alors dans la muraille un "huis" : "Quand Fénice vit la porte s’ouvrir et le soleil qu’elle n’avait pas aperçu depuis longtemps inonder la salle, tout son sang bouillonna de joie"36. Le soleil devient le symbole de la vie même et de l’amour.

  • 37 Roman de Laurin, op. cit. p. 294. 1. 12184-12186
  • 38 Op. cit. p. 311, 1. 12906-12912

25Si l’ente du jardin clos, dans le Cligès, fait obstacle à tout rayon du soleil, par contre dans le Laurin comme dans le Tristan de Béroul, un rayon de soleil pénétrant dans leur tente éclaire sans les réveiller les amants endormis, Gauvain et Proserpyne ; il est un des éléments du thème de leur découverte. Laurin : "vit, ainsi que la lueur du jour entroit ou tref, que uns chevaliers et une damoiselle gisoient dedans bras a bras et dormoient a merveilles fors"37. Le motif de la découverte des amants frôlés par un rayon du soleil dans leur retraite est connu. Par contre, le même Gauvain reconstitue la scène singulière du clair de lune enchanté qui a préludé à sa rencontre avec Proserpyne. "La lune commença à lever et me féri enmi le vis. Je ne soi l’eure de mot quant je me trouvai en un biau pré et me fu avis qu’il estoit tous plains de roses et de flours. Adont fu mes cuers forment a aise... Je vis qu’il faisoit cler entour moi et li préz estoit granz et larges"38. Ce décor de rêve illuminé par la lune semble bien la projection d’un paysage intérieur, c’est une vision prémonitoire. Presque aussitôt Gauvain rencontre Proserpyne aux prises avec le faux Gauvain qu’il va tuer. Ainsi débute sa longue idylle avec la dame de Guymont.

  • 39 Op. cit. p. 251. 1. 10381
  • 40 Op. cit. p. 211. 1, 10413-10415. Pour les références historiques, cf. Barret-Gurgand : Priez pour (...)
  • 41 Roman de Laurin, op. cit. p. 225, 1. 10548-10565. Pour les rapprochements bibliques, cf. La Bible (...)

26J’ai relevé enfin plusieurs exemples d’intervention du soleil et de la lune accompagnant des états d’âme ou des scènes mystiques dont sont favorisés les héros. Une des plus originales est la disparition du soleil, éclipsé par une "poudrière" un nuage de poussière, lors du combat entre Synador et le roi d’Ecosse dans le Laurin. Marques et Synador arrivent à Saint Jacques de Compostelle et apprennent que le roi d’Ecosse "veult avoir le cors monseigneur Saint Jaque par force".39 On trouve là exprimée la grande hantise du clergé et des pélerins de Saint-Jacques : se voir dépouillés du corps saint. Historiquement en 1189, dix mille Allemands tentèrent d’enlever la tête de l’apôtre, et les pélerins au début du xiiième siècle, montant la garde devant le tombeau, en arrivent à s’entretuer dans la basilique. Marques et Synador décident d’empêcher le rapt après cette prière à Saint-Jacques : "Si vous pri, beneois apostre et beneois martirs, que si li lieus vous plaist ou vous avez esté jusques a ore, que vous veilliés souffrir que li uns de nous face la bataille".40 On sait que selon une tradition hagiographique, les taureaux qui conduisaient la dépouille de l’apôtre s’arrêtèrent au lieu (Compostelle, le champ de l’étoile) où s’immobilisa l’étoile qui les guidait. Mais il n’est pas question de l’étoile dans le Laurin. Synador sera le champion du saint. Le duel avec le roi d’Ecosse commence après que "li solaus leur fu partis". Il brille donc au début du combat ; la terrible bataille reste indécise. "Mais en la fin avint une aventure moult merveilleuse. Li plus legiers sailli sus son compaignon, dont je ne sai mie li ques ce fu, et une poudriere leva si grant que li uns ne vit point l’autre. Chascuns fu esbahis dont telle poudriere estoit venue, en si poi d’eure, et en assez petit d’eure fu celle obscurté passée"41. Le nuage de poussière dissipé, les assistants aperçoivent les deux combattants à genoux l’un en face de l’autre, dépourvus de toute envie de continuer. Marques dit : "Ceste bataille est outrée à l’ounneur de l’un et de l’autre". Grâce à cette miraculeuse éclipse du soleil, où l’on reconnaît des souvenirs bibliques, Saint Jacques restera à Compostelle.

  • 42 Roman de Laurin, op. cit. p. 286. 1. 11839.
  • 43 Op. cit. p. 290. 1. 12007 ; pour la légende de Saint-Denis, cf. op. cit. pp. 288-289

27Une autre aventure mystique du Laurin, celle du Chemin Fourvoyé, associe clair de lune, tempête et lumière de l’aube. Laurin, qui pénètre dans une grande lande", quand la lune commença à lever et fist bel et seri"42 se dirige vers un feu qu’il aperçoit clignoter, loin sur la gauche : peu de temps avant il a essuyé une épouvantable tempête où il a manqué périr. Enfin, il arrive à la cabane d’un ermite qui lui explique qu’il s’était engagé dans le Chemin Fourvoyé, celui qu’ont pris autrefois des brigands qui avaient enlevé le trésor et les reliques de Saint Denis. Les gardes du Saint ayant formulé une ardente prière au ciel, les voleurs, pris dans une tourmente de pluie et d’ouragans durent abandonner sur place les reliques : devant l’impossibilité de déplacer le corps saint, on construisit en ce lieu une abbaye. Laurin après ce récit se repose jusqu’à l’aube chez l’ermite. "Et tant que il fu près de jour Laurins s’est éveilliez et vit l’aube du jour qui commença à crever"43 : heureuse expression pour qualifier le point du jour. La structure de l’aventure utilise dans les deux cas les mêmes éléments : un corps saint qui refuse d’être déplacé, le soleil ou le clair de lune au début de l’épisode, une tempête de poussière ou un nuage de pluie, les dérobeurs mis en déroute par un miracle de la nature, et la lumière revenue à la fin autour des héros.

  • 44 Wilhelm Kellerman. Le texte et la matière du Roman" "Berte aus grans pies" d’Adenet le Roi. Mélang (...)
  • 45 Adenst le Roi ; Berte as grans pies. Edition critiques par Albert Henry. T. L. F. Droz 1982 Introd (...)

28On retrouve la même alternance, clair de lune, prière, tempête, puis retour du clair de lune dans Berte aus grans piés. Wilhelm Kellermann signalait dans son étude sur "Le texte et la matière du roman "Berte aus grans piés"44 à propos de l’édition d’Albert Henry, parue dans les Mélanges Wathelet Willem, : "le parallélisme qui s’établit chez Adenet entre l’état psychologique et les conditions atmosphériques" et il cite les quatre vers sur le clair de lune que j’ai mentionnés plus haut. Albert Henry dans sa toute réçente édition de Berte aus grans piés, parue chez Droz en 1982 rappelle "l’importance, même du point de vue de la technique narrative, du voeu prononcé par Berthe dans la forêt".45.

29Le clair de lune accompagne la formulation du voeu de pauvreté et d’anonymat, élément essentiel de la vie intérieure de Berthe, comme de l’action romanesque. Le cadre naturel entoure la démarche mystique de l’héroïne.

  • 46 Op. cit. p. 89. v. 1025-1026.

Endroit la mienuit laissa il le venter
La roÿne s’esveille v. 1025-2646
Cuida que il fust jours pour ce qu’il faisoit cler v. 1029

30La lumière lunaire est si intense autour d’elle que Berte croit "qu’il fait jour". C’est dans cette atmosphère éthérée qu’elle prononce son voeu

  • 47 Op. cit. p. 90. v. 1049-50.

Je vueil pour vostre amour ici endroit vouer
Un veu que je tenrai a tous jors sans fausser, v. 1049-5047

31Le voeu de silence formulé, le temps se gâte à nouveau

  • 48 Op. cit. p. 90. v. 1062-63

Une ondée revint, si prist a plouviner
Lors remuce ou buisson, si lait le tans aler v. 106248

32Puis le clair de lune se rétablit, après une nouvelle prière de la reine

Ains que gaires de jour la endroites apere

  • 49 Op. cit. p. 90. v. 1073-74

33S’en depart la royne, car la lune luist clere. v. 1073-7449 Presque aussitôt Berte arrive à la cabane de l’ermite qui va lui indiquer le chemin de la maison Simon, son sauveur. On relève donc l’alternative de la lumière et de la tempête autour du personnage vivant une aventure mystique : la nature est auxiliaire de la prière. Rappelons encore dans la bouche de l’héroïne exprimant sa reconnaissance à Constance cette appellation inusitée de Dieu.

  • 50 Op. cit. p. 102. v. 1418. c. f. Wilhelm Kellerman, op. cit. p. 298

34Dame, Dieus le vous mire, par cui li solaus raie. v. 141850 Dieu est le dispensateur de la lumière.

35Mais l’homme-héros peut également être assimilé au soleil, se transformer en personnage solaire. On connaît l’exemple fameux de Gauvain ; on sait aussi qu’il existe dans l’Atre Périlleux un autre personnage solaire, Escanor de la Montagne. Ces personnages absorbent dans leur corps toute la force de l’astre gravitant autour de la terre selon la croyance du temps ; leur vigueur est donc culminante à midi, puis fléchit jusqu’au crépuscule. La présentation du chevalier Escanor dans le récit est basée justement sur le soleil, car son bouclier, de couleur de feu porté en croupe reverbère rayons et chaleur sur ses poursuivants, à savoir Gauvain lui-même (il existe un transfert subtil de l’un à l’autre) et une pucelle, l’ex-Amie d’un démon :

Il l’on bien recouneü
Et au destrier et a l’escu,
Qui ert d’une color vermel
Si reluist contre le solel
Si l’ont por çou mix avisé
Qu’il l’avoit deriere jeté
Por la pucelle qu’il portot.

  • 51 L’Atre Périlleux Edité par Brian Woledge. Paris, Champion, 1936, p. 48. v. 1515-1525.

La damoisele grant duel ot...
Plus devint vermelle de fu
Quant ele sot que c’estoit il...51

36Le soleil reflété dans le bouclier vermeil rend "plus vermeil que le feu" par une sorte de contagion le visage de la pucelle Escanor irradie la lumière du jour et il est pénétré de sa fore "jusqu’à none de jour". Mais explique la demoiselle à Gauvain

  • 52 Op. cit. p. 50. v. 1564-66

Quant le soleil doit décliner
Des qu’il est none et en avant
Va un petit afebloiant...52

37Et plus loin elle précise

  • 53 Op. cit. p. 51. v. 1620-21

Et savés bien qu’il afoiblie
A l’esconsement du soleil.53

  • 54 Roman de Laurin op. cit. p. 30, 1. 1220-1224 et 1224-1226

38Aussi conseillera-t-elle à Gauvain de combatre Escanor "desi que none soit passée", ce qu’il fera et il sera vainqueur. Il tue Escanor, le double de lui-même, de même que dans le Laurin Gauvain tue le faux Gauvain, semblant destiné à supprimer ses reflets.54

  • 55 Op. cit. p. 166. 1. 6881 à 6885.

39J’ai trouvé peu de mentions du soleil ou de la lune introduits dans une optique purement artistique : on peut cependant citer dans le Laurin un effet d’aube sur les murailles de Constantinople (il s’y déroule en effet une Prise de Constantinople) "Li Rommain ne finerent tant que il vindrent en la cité de Costantinnoble. Li solaus luisoit, si estoit auques matin : si esgarderent la cité dehors, si on veües les tours hautes et le palais large et les murs fors et bien séanz et la mer qui bat en costé". Cette vision ensoleillée arrache un commentaire enthousiaste à Synador : "Par Dieu, Costantinnoble, qui tel non vous donna, bien vous nomma par vostre droit non, quar moult estes constans et noble. "Et encore cette étude d’une marche de deux chevaliers en forêt au clair de lune dans le Laurin : "Il estoit près de la mienuit, mais de tant leur avint il bien que la lune luisoit, quar elle estoit presque plainne. Il ont tant chevauchié que il sont venuz en la forest qui grant estoit et haute de bois, li arbre fueillu, qui leur tolloient la clarté de la lune"55. On pense à une expérience vécue du narrateur. Mais ces moments d’admiration désintéressée sont rares dans les textes médiévaux.

40En conclusion, soleil, lune, étoiles n’ont pas été entièrement négligés par les conteurs médiévaux, un bref catalogue de leurs emplois romanesques était possible. Parfois composantes obligatoires de situations bien précises, ils apparaissent surtout comme des signes les annonçant : ils font partie de la thématique des narrations à structure secrète, voire mystique, au même titre que d’autres éléments naturels, végétaux, animaux, sources, îles, chemins, forêts, qui comme les astres s’intègrent dans le récit pour le colorer, l’orienter. Ils ont leur place dans la grande symbolique de l’expression littéraire médiévale.

41Les astres sont-ils dans tous ces exemples les marques du destin humain, de faits et d’actions prédéterminés ? Ils semblent qu’ils bénéficient d’une double optique : l’une, selon la logique humaine et rationnelle, les considère comme de simples objets favorisant une conduite humaine libre, l’autre les situe dans la prédétermination chrétienne ou fatidique. Ils illustrent ainsi les deux tendances parallèles à la liberté et à la prédestination qui s’épanouissent dans la métaphysique médiévale.

Notes

1 Romance insérée par A. de Musset dans l’élégie "Le Saule", écrite en 1830 ; publiée dans le Spectacle dans un fauteuil. (1832) On peut se souvenir aussi de la célèbre Ballade à la Lune (1829) parue dans les Contes d’Espagne et d’Italie, et des vers 105 et sqq de La Nuit d’Octobre : "Par cette étincelle brillante Qui de Vénus porte le nom..."

2 Le Roman de Laurin, fils de Marques de Sénéchal. Text of Ms Bn ffr. 22548. Edited by Lewis Thorpe. Umversity of Nottingham Research Publication n° 2. Cambridge, 1958, p. 196, 1. 8134.

3 Roman de Laurin, op. cit. P. 183 - 184. 1. 7612-7614.

4 Adenet le Roi. Berte as qrans pies. Edition critique par Albert Henry. T. L. F. Droz Genève, 1982, v. 553.

5 Op. cit. v. 1073-74.

6 Op. cit. v. 1021-1024.

7 Roman de Laurin, op. cit. p. 6, 1. 210-212

8 Op. cit. p. 328. 1. 13596 à 13614.

9 Op. cit. p. 254, 1. 10500

10 Op. cit. p. 306. 1. 12702

11 Op. cit. p. 182. 1. 7522-7524

12 Op. cit. p. 351. 1. 14550

13 Jean RENART. L’Escoufle. Publié par H. Michelant et P. Meyer, Paris 1894, p. 121, v. 4062-63 et v. 4068-69.

14 Les Romans de Chrétien de Troyes, II, Cligès, édition Alexandre Micha, Paris, 1957, p. 192 v. 6325-6327.

15 L’Escoufle. op. cit. v. 4540-4541

16 Berte as grans pies Edition A. Henry, P. 71, v. 481-482

17 Roman de Laurin, op. cit. p. 210, 1. 8698-8707.

18 Roman de Laurin, op. cit. p. 293, 1. 12142-12146

19 Roman de Laurin, op. cit. p. 211, 1. 8740

20 Op. cit. p. 212, 1. 8764-65

21 Op. cit. p. 226, 1. 9374

22 Op. cit. p. 225, 1. 9318-9329

23 Op. cit. p. 225, 1. 9331-33

24 Op. cit. p. 226, 1. 9361

25 Op. cit. p. 226, 1. 9365

26 Op. cit. p. 226, 1. 9370

27 Berte as grans pies op. cit. p. 142. v. 2679-2680

28 Aucassm et Nicolette, chantefable du xiiième siècle. Edition Mario Roques, Paris, Champion, 1929, p. 27. 1. 88-89

29 Op. cit. p. 27, 1. 26-27

30 Traduction de XXV. Or se cante, v. 1-7. Voir apparat critique à XXV, p. 46-47. La deuxième restitution de Suchier pour les v. 8-9 est
Douce suer, comme plairoit
Se monter pooie droit.

31 Aucassin et Nicolette, op. cit. p. 28, XXV, v. 0 à 15

32 Op. cit. p. 13, 1. 5-7 et p. 14, 1. 30

33 L’Escoufle, op. cit. p. 120, v. 4014-15

34 Op. cit. p. 121, v. 4048-49

35 Op. cit. p. 266, v. 8850-51

36 Chrétien de Troyes. Cligès, traduit de l’Ancien Français par Alexandre Micha. Paris, Champion, 1957, p. 174-175.

37 Roman de Laurin, op. cit. p. 294. 1. 12184-12186

38 Op. cit. p. 311, 1. 12906-12912

39 Op. cit. p. 251. 1. 10381

40 Op. cit. p. 211. 1, 10413-10415. Pour les références historiques, cf. Barret-Gurgand : Priez pour nous à Compostelle. Paris 1978, p. 265

41 Roman de Laurin, op. cit. p. 225, 1. 10548-10565. Pour les rapprochements bibliques, cf. La Bible de Jérusalem. Le Club Français du Livre. Paris, 1955. Tome I, l’Exode, pp. 180-182 : "Yahvé les précédait le jour sous la forme d’une colonne de nuée pour leur indiquer la route et la nuit en la forme d’une colonne de feu pour les éclairer : ils pouvaient ainsi poursuivre leur marche jour et nuit. La colonne de nuée ne manquait jamais de précéder le peuple pendant le jour... Moïse, dit au peuple : "Bannissez toute crainte... car ces Egyptiens que vous apercevez aujourd’hui, vous ne les reverrez plus jamais. "L’ange de Dieu qui marchait en tête des armées d’Israël changea de place et marcha à l’arrière garde. La colonne de nuées se déplaça de l’avant à l’arrière, où elle se tint. Elle prit position entre l’armée des Egyptiens et celle d’Israël. La nuée était ténébreuse et la nuit s’écoula sans que de toute la nuit les armées se puissent rapprocher l’une de l’autre... A la veille du matin, Yahvé regarda de la colonne de feu et de nuée vers l’armée des Egyptiens et y jeta la confusion".

42 Roman de Laurin, op. cit. p. 286. 1. 11839.

43 Op. cit. p. 290. 1. 12007 ; pour la légende de Saint-Denis, cf. op. cit. pp. 288-289

44 Wilhelm Kellerman. Le texte et la matière du Roman" "Berte aus grans pies" d’Adenet le Roi. Mélanges de Philologie et Littérature romanes offertes à Jeanne Wathelet-Willem.

Liège, 1978, pp. 287-300. Pour la citation, p. 298

45 Adenst le Roi ; Berte as grans pies. Edition critiques par Albert Henry. T. L. F. Droz 1982 Introduction, p. 35. Note 23. cf. R. Colliot. Adenet le Roi "Berte aus grans pies". Etude littéraire générale, Paris, 1970, Tome I. Bertain qui fu ou bois, pp. 281-283 et T. II. Le sentiment religieux, p. 38 - 39.

46 Op. cit. p. 89. v. 1025-1026.

47 Op. cit. p. 90. v. 1049-50.

48 Op. cit. p. 90. v. 1062-63

49 Op. cit. p. 90. v. 1073-74

50 Op. cit. p. 102. v. 1418. c. f. Wilhelm Kellerman, op. cit. p. 298

51 L’Atre Périlleux Edité par Brian Woledge. Paris, Champion, 1936, p. 48. v. 1515-1525.

52 Op. cit. p. 50. v. 1564-66

53 Op. cit. p. 51. v. 1620-21

54 Roman de Laurin op. cit. p. 30, 1. 1220-1224 et 1224-1226

55 Op. cit. p. 166. 1. 6881 à 6885.

Auteur

Université de provence

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540