Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge

Astre/Désastre dans le "romencero viejo"

Jeanne Battesti-Pelegrin

Texte intégral

En guise de préambule

1Le "Romancero Viejo", ces ballades épicohéroïques, héritières des vieilles gestes médiévales, véhiculées par la tradition orale, raconte et résume l’histoire de l’Espagne en la stylisant.

2Qu’il soit narratif ou lyrique le "romance" (forme traditionnelle, mais non spécifiquement médiévale), est une tranche d’histoire poétisée. Attentif au récit, le "romance", chanté par le jongleur, ne s’encombre pas d’ornements inutiles. L’esthétique du fragmentaire et de l’inachevé, propre au "Romancero" choisit et limite lesdonnées circonstancielles, provoquant une forte stylisation.

3Dans le portrait du héros et la dynamique de la narration, les astres jouent un rôle, qui n’est pas toujours "désastreux" (étymologiquement parlant). On voudra bien me pardonner le titre un peu facile de mon exposé, par lequel j’ai tenu à situer, d’emblée, les astres du "Romancero", qui ne sont pas ceux de l’astronome. Ceux de l’astrologue plutôt, ou encore ceux du public médiéval du "romance", et de l’homme simple de tous les temps, ces astres qu’il voit lorsqu’il ouvre les yeux au spectacle du monde, ou lorsque, sans les ouvrir, il en perçoit une intuitive connaissance, savoir venu du fond des temps, patrimoine commun aux auditeurs-lecteurs du "Romancero Viejo".

4"Praejacet in stellis séries"

I-LA SPLENDEUR SOLAIRE DU HEROS (cycle des Romances du Cid, de Pierre le Cruel)

I. 1. Temps astronomique, temps humain

5On chercherait en vain, dans tout le "Romancero Viejo", une évocation des astres à portée scientifique : racontant les hauts-faits et les aventures des héros, les "romances" n’ont pas l’occasion d’exprimer un quelconque géocentrisme ptoléméen, pas plus évidemment que l’héliocentrisme copernicien.

6Ces anciennes ballades nous livrent des images ; et s’y l’on n’y voit pas la terre tourner(ou non) autour du soleil, on y voit quelquefois le soleil se lever à l’Orient ou disparaître le soir, derrière les montagnes : telle est sans doute l’expérience millénaire de l’homme ; raison insuffisante toutefois pour peupler le récit du "romance".

7L’expression du temps humain n’est ici ni fortuite, ni décorative, mais "fonctionnelle". Dans le "Romancero Viejo" extraordinairement stylisé, les circonstances de l’exploit ou du drame qui nous est conté se réduisent à quelques annotations : le monde extérieur ne semble pas intéresser ces poètes uniquement attentifs à rapporter un événement. Les rares précisions circonstancielles, dont la sobriété fait penser à des indications scéniques prennent donc un relief particulier : elles obéissent à une fonction expressive propre.

8Le déroulement du temps, la succession jour-nuit y est le lieu de l’événement. Le lever du soleil marque ainsi un certain type d’événements, tandis que la tombée de la nuit en introduit d’autres. Eternel retour d’un temps codifié et "formulaire", et de circonstances "typiques" (correspondant à un "type" défini.).

9I. 1. 1. "Voici que de la nuit l’ombre se fait légère/ et que flamboie la rutilante aurore" (Office de Laudes). Aurore privilégiée, aurore mystérieuse, les événements importants sont marqués au sceau du soleil levant. Celui-ci est présent, habituel compagnon de Rodrigue de Vivar, le Cid !

10Dans le cycle du siège de Zamora (2ème série de romances du Cid), le roi Sancho est prévenu qu’un traître se cache dans les rangs de son armée :

"Rey don Sancho, rey don Sancho/no digas que no teaviso/ que del cerco de Zamora/un traidor habia salido".

11Le roi don Sanche mourra au mains du traître, au moment fatidique signalé par la formule rituelle d’introduction des événements marquants : "

  • 1 Romancero espanol, ed. A. Duràn, B. A. E. tome X, n° 777, p. 504b

"otro dia de mafiana/cabalgan Sancho y Bellido", le lendemain au petit jour, chevauchent Don Sanche et Bellido, son meurtrier1.

  • 2 Sur le même sujet, G. Lasso de la Vega, a recours au même attribut temporel ; mais la surcharge rh (...)

12Le circonstant prépare le public, le sensibilise à l’importance tragique du récit2.

13Plus loin, le Cid, sur le point de quitter Valence reconquise, pour aller affronter le roi maure Bucar, laisse à Chimène ses instructions, en cas de malheur ; instant dramatique souligné par le héros lui-même :

  • 3 Romance de Escobar. xviè s., ibid. n° 854, p. 548b

"Ypuesto que rompe el día/y me dan los moros priesa/
dadme vuestra bendicion/y fincad en ora buena"3

14Et lorsque l’honneur du Cid sera gravement bafoué par l’offense faite à ses filles par les Infants de Carrion, le père ira publiquement réclamer justice, devant le roi : un "romance" du xviè s. a prolongé pour nous le souvenir de ce départ solennel, conservant l’annotation du temps, intuition (ou conscience) de son expressivité traditionnelle :

  • 4 Escobar, ibid. n° 881, p. 551b

"Recibiendo el alborada/que viene a alegrar la tierra/
tocaban a recoger/ seis clarines por Valencia"4.

  • 5 ibid. n° 895, p. 567ab

15Enfin, à l’heure de la mort, la solennité du testament du Cid est préparée par un "Levantose gran manana"5.

  • 6 Des événements heureux ou malheureux sont ainsi introduits : cf. l’heureux présage des noces su Ci (...)

16Le lever du soleil signale donc à l’attention du public la circonstance d’une journée qui va marquer, souvenir biblique sans doute du soleil du premier jour de la Création, lié à la parole créatrice : "Fiat lux", "et Elhoim appela la lumière, jour"6.

17I. 1. 2. "Emeridiana lux". Mais c’est, bien sûr sous la suprême clarté de midi que s’accomplissent les actions d’éclat du héros. L’instant privé d’ombre est le moment privilégié où la lumière se présente dans la lumière de Dieu. Le partage de midi préfigure la justice divine.

18Le Cid, bafoué par les Infants de Carrion, en la personne de ses filles va demander "devant le roi-dit-il, ou devant Dieu" justice venga del cielo/ si non me la faceis vos"). Exigence aussitôt acceptée par D. Sanche, qui fait convoquer les Cortes ; et c’est à midi le juste, que le Cid y fera une entrée spectaculaire :

  • 7 ibid., n° 875, p. 553a

19"Mediodia era por filo" : "il était midi sonnant", et la version du xviè s. de ce romance ajoute "las doce daba en el reloj" ("l’horloge sonnait douze heures") détail anachronique incongru, "cuando entrara por la sala/el noble Cid Campeador"7.

  • 8 ibid., n° 902, p. 571a

20C’est entre le lever et le coucher du soleil ("de sol a sol") que se réalise une autre action d’éclat du Cid, par delà la mort. Le texte, du xviè s., qui a transmis cet épisode a conservé la valeur symbolique de la répartition du temps. Mort, le Cid remporte encore des victoires sur les Maures : son corps, revêtu de l’armure et de ses insignes, attaché sur Babieca son cheval suffit à inspirer la terreur à l’ennemi qu’il met en fuite. Cet extraordinaire événement s’est déroulé en une journée : la mise en scène, dans le silence de la nuit, puis, dans le soleil immuable de midi, le miracle, et la victoire définitive, à la tombée du jour. Les derniers mots du romance sont : "Y acabando la batalla/ el sol acabó su curso"8.

21I. 1. 3. Les astres de la nuit et le malheur. A l’astre du jour, image de la véritable lumière, s’oppose la lune, lumière d’emprunt, astre de la nuit et de l’obscurité, propice aux trahisons qui s’ourdissent dans l’ombre et au noir malheur.

  • 9 ibid., n° 965, p. 35a
  • 10 ibid., n° 974, p-40b-41a

22"C’est bien de nuit et non de jour" ("de día que no de noche") chante le "romance", que Pierre le Cruel fit assassiner sa femme, doria Blanca, l’infortunée Blanche de Bourbon, accusée d’infidélité9. "A minuit sonnant/ déjà le coq voulait chanter" ("medianoche era por filo/ los gallos querian cantar", qu’il fait venir ses vassaux pour s’emparer d’eux par traîtrise10.

23Ces circonstances nocturnes se multiplient dans le cycle des romances de Don Pedro, le Cruel pour les uns, le Justicier pour d’autres, tragiquement marqué par le destin pour la mémoire collective espagnole.

24Ces quelques exemples nous montrent comment le soleil et la lune, astres du jour et de la nuit, fonctionnent comme circonstants grammaticaux qui délimitent un cadre, et que ce cadre est "formulaire". Les formules du temps, rythme de la journée en deviennent rituelles. Ainsi sont-elles, et par la même, négation, abolition du temps historique, de la chronologie, du temps "phatique" qui ajoute des dates : elles introduisent en revanche un temps rituel, formulairement exprimé dans le "Romancero Viejo".

  • 11 Mircea Eliade, Le Mythe de l’Eternel Retour, Gallimard, NRF, 1949, p. 65

25Répétant "le premier geste" et coïncidant avec lui, elles abolissent le temps de la durée et de l’histoire. Et celui qui reproduit "le geste- désormais-exemplaire" se trouve ainsi projeté dans le temps symbolique et mythique11.

I. 2. La Magnifiscence solaire du héros

26Mais le soleil participe d’une autre façon et plus étroitement à l’éclat du héros, qu’il met en valeur.

27De "circonstant global" du récit, il passe à "circonstant particulier", étroitement lié au portrait du héros.

28Le soleil est ainsi convoqué à participer à l’éclat du personnage de deux façons : soit parce qu’il accompagne les actions du héros, et que par un mouvement métonymique son propre éclat est associé à celui du personnage, soit parce que de ce dernier émane une magnifiscence solaire et métaphorique.

29I. 2. 1. D’un circonstant à l’autre. Voici venir le Cid, victorieux du roi maure de Séville, Abdalla :

"Por el val de las Estacas/ el buen Cid pasado habfa/ (...) dàbale el sol en las armas/ ! Oh qué bien que parecia !" ("le soleil brillait sur ses armes/Qu’il était beau cavalier ! ").

30Même éblouissement lorsque, dans le "romance viejo" il va réclamer son tribut au roi maure :

  • 12 Romancero espanol, op. cit. ; n° 752, p-492b, n° 750, p. 49-b

"Por el val de las Estacas/pasó el Cid a mediodía/ en su caballo Babieca/ ; Oh qué bien que parecia ! "12.

  • 13 ibid., n° 872, p. 552a

31I. 2. 2. Du circonstant au noyau du prédicat. La deuxième étape de cette transformation syntaxique marque le passage du circonstant au noyau du prédicat : on a ainsi le glissement : "il resplendit dans le soleil" à "il resplendit comme le soleil" ; du circonstant modal à la comparaison, premier mouvement vers la métaphorisation. Voici que le héros est lui-même beauté solaire, irradiant la lumière.13

32Le "romance viejo" : "Très cortes armara el rey", raconte te comment, dans un délai de trente jours, le roi a convoqué l’assemblée devant laquelle le Cid vient réclamer justice("pour que soit rendue justice/ au petit devant le plus grand" : le Cid n’étant qu’un simple "hidalgo", plaidant contre des "Infançons") : Après une longue attente, dramatique car le plaignant, le Cid, ne paraît point, et déja ses adversaires triomphent, il surgit tout à coup, au milieu de trois cents hommes en armes, tous vêtus du même drap sombre, et lui, drapé de blanc :

  • 14 Id.

"que traía un albornoz/el albornoz era blanco/ parescía emperador/capacete en la cabeza/ que relumbraba como el sol"14

33Dans son étincelant burnous, son armet resplendissant au soleil, Mio Cid irradie la lumière. Quoi d’étonnant à cet éclat ? Ce soleil, cette lumière sont ceux d’une transfiguration. De même que, dans l’Evangile de St Jean, le Christ est lumière éclairant le monde, dans ce texte-ci, c’est la lumière de la justice qui va s’accomplir qui illumine Mio Cid. Car c’est bien au moment où va s’imposer la justice royale ou divine que le Cid justicier est environné d’un halo de lumière.

34I. 2. 3. De la métonymie à la métaphore. Par la vertu de la métaphore, le héros est assimilé au soleil : par le miracle du verbe "être" et sa valeur sémantique "définitoire" (L’espagnol possède deux verbes "être" : "es" donne la valeur de définition, caractéristique) : il est soleil ; il est le soleil.

  • 15 cf. notre article : Insignifiance/séné fiance : les femmes dans le "Poema de Mio Cid", Cahiers d’E (...)

35Prenons un autre cas, où le Cid est comparé au soleil, par personne interposée : ses filles, instrument innocent de l’offense dont il est victime sont nommées depuis de Poema de Mio Cid, dôna Elvire et dona Sol (On croit savoir qu’elle se prénommaient en réalité Marie et Christine). Or les filles du Cid dans le Poema, dans le Romancero n’ont pas de véritable autonomie, en tant que personnages15 : elles existent comme "filles de leur père", leur offense, c’est celle de leur père, et il les appelle "mis soles", mot qui en espagnol est aussi une épithète, qui souligne l’excellence dans la beauté, la vertu ou la sainteté.

36Ailleurs le héros pourra être solaire par son apparence, par sa resplandissante beauté. Le Cid lui, et voici qui légitime la comparaison christique, comme le Christ, dans son identification mystique avec le soleil, se révèle lumière du monde par ses actes et par sa parole accomplissant ainsi la prophétie de Malachie ("Pour vous qui croyez se lèvera le soleil de justice"). C’est par ses actes également que Mio Cid est solaire ; c’est son action ; qui est illuminatrice. Il y a en effet dans le portrait du Cid, une dynamique verbale de l’allusion solaire, qui va au delà de la métaphore nominale, statique.

37On aura remarqué que, grand pourfendeur de Maures bien connu, ce n’est pas simplement par ses exploits militaires, que le Cid est surtout assimilé au soleil ; c’est surtout lorsqu’il fait acte de justice.

  • 16 On verra aussi la version de Sepulveda, de l’apparition du Cid, mort mais encore victorieux ; réci (...)

38Eternel solstice d’un jour sans déclin, le Cid, héros solaire, et christique, c’est le Cid justicier16.

39I. 2. 4. Le soleil-puissance, image de la souveraineté virile.

"che mio bel sol non mire" Giordano Bruno

40La métaphore de la lumière solaire, comme la lumière tout court traduit la puissance ; car elle est la première marque de la puissance divine, au premier jour. Première parole créatrice : "que soit la lumière", qui dit la vionté originelle du créateur et sa puissance.

41Dans la bouche du Cid s’affirme, dans la vieille image solaire, la souveraineté virile : c’est, par exemple, le défi au comte : -zano, conservé par un "romance", refondu au xviè s. :

  • 17 "romance" refondu au xviè s., ibid., n° 726, p. 480b

"La su noble faz mudaste/con nube de deshonor/
mas yo desfaré la niebla/que es mi fuerza la del sol (...)
mal fecho fecisteis conde/yo vos reto de traidor"17

42On sait qu’il vengea l’affront paternel en allant couper la tête du comte qu’il présenta ensuite à son père.

43Evocation emblématique du Cid, héros victorieux (de signe "positif" selon la typologie), incarnation de l’ascension vers les dieux du soleil et de la foudre, vers le fulgurant royaume solaire.

44Un autre héros du "Romancero" donne la face "négative" de ce portrait, c’est Pierre le Cruel, personnage historique controversé, dont le "romancero" a surtout conservé un souvenir tragique, mais qui fut aussi pour son époque, le Justicier, redresseur de torts et ange exterminateur pour les traîtres, les rebelles et les Infidèles.

45C’est la puissance inhumaine d’un monarque féroce, dont ce "romance de doña Blanca" prolonge le souvenir :

  • 18 ibid.  968, p. 376b-378a

"Ya se marchitó mi flor/ya se volvió en lirio cárdeno
porque el sol del rey me ha herido/ con sus muy ardientes rayos"18.

46Fleur de l’innocence, naguère fleur de lys des Bourbons, aujourd’hui lys violet de la souffrance, détruite par l’impitoyable brûlure du soleil royal.

47Le soleil, emblème royal, lieu commun des civilisations de la Renaissance, emblème depuis toujours de la souveraineté virile. Car, lorsque passe le souffle nouveau et que l’on croit ressuscité le dieu solaire, l’heure est venue aussi du temps des tyrans.

48L’histoire est parcourue d’une grande nostalgie solaire : c’est à ce rayonnement sans limite que se reconnaît le héros : limpidité de la beauté pure, puissance du courage, clarté de la justice, souveraineté.

49Alors que la poésie lyrique médiévale inonde les chansons d’éloge de la lumière éblouissante des astres, le "romancero", avare d’épithètes, n’en garde que quelques significatifs exemples. Dans les chansonniers lyriques, les astres, éléments de la rhétorique d’un portrait statique sont convoqués pour dire (sous la forme d’un substantif, d’un adjectif : d’un syntagme nominal), une excellence, une hyperbole ; les astres dans le "Romancero (intégrés à des structures à dominante verbale) composent un portrait dynamique dans lequel le héros est, selon le proverbe, "fils de ses oeuvres".

50Le soleil est donc l’emblème du héros puissant (bon ou méchant) et victorieux, héros "stable", qui, comme le soleil "est", et n’a pas de devenir, du type.

  • 19 ..sauf dans un "romance" moderne qui confond Rodrigo, "celui qui perdit l’Espagne "avec l’autre, "c (...)

51On ne s’étonnera pas de ne point trouver sous cet emblème solaire, Rodéric, "le dernier des Goths", roi déchu, héros malheureux.19

II. UN HEROS LUNAIRE : RODERIC, LE DERNIER DES WISIGOTHS (cycle des Romances de Rodéric, "le dernier des Wisigoths)

II. 0. Astre/Désastre : Le Romancero Viejo ou le Merveilleux introuvable.

  • 20 si l’on excepte quelque cheval doté de parole ou une épée prodigieuse ; mais il faut bien dire, q (...)

52Le "Romancero Viejo", avatar des chansons de Gestes espagnoles, est, comme elles, très peu versé dans le Merveilleux. Come l’épopée espagnole, dont le caractère de réalisme ou plutôt de vraisemblance est bien connu20, il ignore les délices de la fiction, et chez lui le surnaturel se hasarde peu dans les sphères du profane. Le "Romancero Viejo", c’est un peu le Merveilleux introuvable.

II. 1. La Nature, voie d’accès à la Sur-nature

"Astrosus : malo sidere natus"
Isidore de Séville, Etym. X-13

53A cette Esthétique de la vraisemblance et de la clarté, la légende de Rodéric, dernier roi wisigoth d’Espagne, fait exception et nous plonge, d’une certaine manière, dans les ténèbres.

54Rodéric c’est le malheureux roi dont la défaite marquera l’effondrement définitif de la monarchie wisigothique, et ouvrira les portes de l’Espagne à l’invasion de l’Islam.

55Etrange légende d’un héros placé sous le signe du mystère, des augures, et du destin., car le thème des astres n’y est qu’un aspect d’une thématique plus vaste : "romancero" d’un roi rebelle, briseur de tabous, irrespectueux des présages, et dont la fin est restée mystérieuse.

56D’après la légende Rodéric aurait séduit la fille d’un de ses vassaux, le comte Don Juin an. Pour se venger de cet affront, le comte invita les Arabes à envahir l’Espagne.

II. 1. 1. Romance de la Vision du roi Rodéric :

  • 21 R. Menéndez Pidal, Romancero Tradicional, op. cit ; p. 42

"Los vientos eran contrarios/
la luna estaba crecida/ los peces daban gemidos/
por el mal tiempo que hacía/ cuando el rey don Rodrigo/
junto a la Cava dormía/ denfro de una rica tienda/ de oro bien guarnecida"21 :

  • 22 L’Air et les Songes, Paris, Corti, 1943, p. 256

57tandis qu’à l’intérieur, à l’abri de la tente sécurisante, le roi repose auprès de La Cava, scène de sensuelle beauté, au dehors, contraste violent et sinistre présage, la tempête fait rage, les vents se déchaînent : non point l’"air", le souffle vivifiant des poètes, ni les "oniriques chevaux du vent", mais la "furie élémentaire où, (selon Bachelard22) tout est mouvement et rien que mouvement. "Colère pure", expression de la divinité selon la prédiction : "Dieu est dans la tempête, et ses voies, dans l’ouragan" (Tsidore), et plus encore, (dans "les poissons gémissants") préfiguration apocalyptique de l’ouragan du jugement dernier.

  • 23 J. Blanquat, La lune manichéenne dans la Mythologie du "Romancero Gitano", Revue de Littérature Co (...)

58Et, surtout, c’estla pleine lune : "luna crecida", non point la lune croissante, mais celle qui a cru, et qui est une menace, dans ce climat de fin du monde. C’est la lune maléfique, celle des terreurs primitives, de l’horreur de la mort, lune méchante que les paysans d’Espagne, encore aujourd’hui, déconseillent de regarder23.

  • 24 Cette symbolique est finement analysée par A. Álvarez de Miranda dans La Metâfora y el Mito, Madri (...)

59La pleine lune, c’est la lune : de mort du poète, Garcia Lorca, dans le Romancero gitan, les "rondes arènes de la lune" ("laplaza redonda de la luna"), lune pleine et ronde qui préfigure la mort du torero dans le Llanto por la muerte de I. Sánchez Mejías ; lune blafarde, présage de la mort qui rôde autour du gi tan, Antonito el Camborrio, "moreno de verde luna"24.

60Equation lune-mort, constante de la religiosité primitive ; car, si le soleil, immuable, n’a pas de devenir, la lune elle meurt, car elle naît, une fois par mois.

61Les gloses (elles sont nombreuses) de ce texte célèbre "du roi Rodrigue, qui perdit l’Espagne", amplifient toutes cette valeur négative, même si parfois, dans la surenchère, elles dénaturent la signification symbolique du texte originel : tel est le cas d’un poème, coulé dans le même moule, selon la technique propre au "Romancero" : "du roi don Juan, celui qui perdit la Navarre" :

  • 25 La fortune littéraire de ce motif thématique sera immense ; pratiquement aucun texte qui s’inspire (...)

"Los aires andan contrarios/ el sol eclipse hacía/
la luna perdió su lumbre/ el norte no parecia25...",

62simple lieu-commun, introductif d’un sinistre présage, l’éclat affaibli de la lune ne pèse pas aussi lourdement que la pleine lune menaçante sur l’événement. Mais voilà qui donne raison à l’étymologie d’Isidore de Séville : "Astrosus :" "malo sidere natus que confirme d’ailleurs l’espagnol médiéval "astroso" : "né sous un astre funeste".

63Car, ces circonstances introduisent dans le poème un songe prémonitoire, pendant lequel le roi a la vision de sa fin tragique, annoncée par une allégorique Fortune, sous les traits d’une jeune fille.

64Le songe prémonitoire lui-même n’a pas besoin d’être interprêté, son sens est explicite : l’anticipation dramatique et pathétique de la perte de l’Espagne.

65On pourrait s’interroger sur la filiation de ces deux thèmes : songe et présage, et leurs avatars littéraires dans le "romancero" de Rodéric.

  • 26 "Le royaume wisigothique était encore resté ou retombé — écrit Jacques Fontaine-sous l’empire des (...)

66Faut-il voir, par exemple, dans cette présence persistante des astres, et plus généralement des augures (thème curieusement absent des autres cycles du "Romancero"), un lien avec l’idéologie de l’époque de l’énoncé, la période wisigothique ? Sur les croyances de cette période le De Rerum Natura d’I. de Séville, écrit pour calmer les angoisses apocalyptiques de ses contemporains devant les phénomènes de la Nature, nous donne de précieux renseignements26

  • 27 cf. les songes de Târik ben Ziyâd, rapportés par Ibn-al-Atîr ; cités par Toufic Fahd, La Divinatio (...)

67A moins que, "romancero" transmis tardivement, et élaboré à partir des récits des historiens-poètes de l’Islam, l’époque de l’énonciation nous invite y retrouver l’extraordinaire importance des arts magiques orientaux ? Le songe-présage confirmerait cette influence, car on sait que sur ce même sujet, la conquête de l’Andalousie (vue cette fois par les vainqueurs et non les vaincus) tout un cycle de songes prémonitoires sont répertoriés, procédés oraculaires de l’ancien Orient27.

68Quoi qu’il en soit, les signes sont à la mesure du drame, démesurés.

II. 1. 2. Un avatar peu prévisible : le "romance de Abénamar"

69Nous ne terminerons pas cette analyse sans évoquer un autre romance, encore dans la bouche de tous les Espagnols, et qui reproduit partiellement les termes de ce présage : le célèbre romance de Abénamar :

70prélude à un dialogue entre le roi Jean II de Castille et le maure Abénamar, pendant la Reconquête de Grenade encore musulmane, le poème commence :

  • 28 ... dans la forme transmise par Pérez de Hita en 1595

"Abenátnar, Abenámar, /moro de la morería,
el dia que tii naciste/ grandes senales había,
estaba la mar en calma / la luna estaba crecida,
moro que en tal signo nace/ no debe decir mentira"28.

  • 29 P. Bénichou, commentateur de ce "romance" remarque cette inversion de la signification, Creación p (...)

71Voici que la pleine lune vient à l’appui de présages contraires : les signes indiscutables du destin ("grandes señales") sont : la mer apaisée (différente de "los vientos eran contrarios... ") et : "la luna estaba crecida " : un même vers ; lune cruelle ailleurs, ici bénéfique29.

  • 30 "La imaginación (...) conservé lo que podîa conservar, "la luna crecida", dándole, por supuesto un (...)

72Une simple contamination, d’un "romance" à l’autre est inexplicable, si l’on maintient ici pour l’astre de la nuit un sens négatif30. Loin de dévoyer certains prodiges du répertoire des augures, l’auteur anonyme du "romance" retrouve l’autre valeur de la pleine lune : symbole de fécondité et de régénérescence.

  • 31 Images et Symboles, Gallimard, NRF,, 1952, p. 167

73"A la pleine lune (rappelle M. Eliade) les huitres sont pleines, et toutes les choses "yin" deviennent abondantes"31.

74Extraordinaire présage dans ce "romance" symbolique car, Abénamar le Maure mystérieux, sert d’intermédiaire, d’entremetteur entre le roi de castille et le royaume de Grenade, femme convoitée et inaccessible. Comme l’astre de la nuit, Abénamar est ambivalent, poétique vision euphémistique d’un héros qui est en fait un traître.

  • 32 M. Mokri, La lumière selon l’Islam, in : Le thème de la Lumière dans le Judaïsme, le Christianisme (...)

75"Maure qui naît sous ce signe/ ne saurait jamais mentir" : "je le jure par cette lune" : Chez les Kurdes de l’Ouest de l’Iran, la lune reste un garant des serments32. Appliqué à un musulman, ce signe lunaire favorable, au delà de la métaphore poétique de la beauté de la lune, familière à l’Orient, est-il la vivace réminiscence attachée à son sens sacré ?

76Présage heureux dont il n’y a pas d’autre exemple dans le patrimoine poétique traditionnel, l’évocation rejoint, en profondeur, le mythe.

77La Nature, on le savait depuis Lucrèce, depuis l’Espagnol Lucain, qui inspire Isidore de Séville, est la voie d’accès à la Sur-Nature.

II. 2. La lumière lunaire, obscurité de la nuit, condition de la renaissance

78Un troisième motif thématique original (ignoré du "Romancero" en général) confirme le signe lunaire du cycle de Rodéric : le thème de la Pénitence

"Connaître la lumière... Lumen Christi... (Office du Samedi-Saint)

79Les premières versions de la légende du roi Rodéric, le faisaient disparaître, mystérieusement, à l’issue de la bataille tragique. A la fin du xivè s. surgit une nouvelle interprétation de cette fin du roi, restée incertaine : abandonné des siens, mais non de la Providence, le roi aurait déserté le combat, puis, au terme d’une longue marche aurait gagné un ermitage ; là il subira l’horrible pénitence : s’enfermer dans un tombeau avec un serpent, jusqu’à ce que celui-ci lui dévore les entrailles (le sexe : il devait être pini. par où il avait péché). Sa mort, miraculeuse, montre à l’évidence que Dieu a pardonné.

  • 33 On remarquera celle (inspirée de P. del Corral) dans la quelle le pénitent est guidé par un symbol (...)

80Il existe, à partir d’un "romance de jongleur", de multiples versions de cet épisode (certaines modernes). Malgré les variantes33, une même structure thématique et formelle se dégage : un double motif circonstanciel (de lieu et de temps), un détail de l’anecdote, significatif.

  • 34 cf. notre article ‘El romance de la Penitencia del rey Rodrigo" : rituel chrétien, rite initiatiqu (...)

81Le lieu : un lieu isolé, environné de montagnes et de forêts inhospitalières ; la caverne de l’ermite ensuite, autant d’éléments qui délimitent un itinéraire initiatique34.

  • 35 Imité de P. del Corral, cf. Romancero tradicional, op. cit. p. 84

82Le temps : tout commence au coucher du soleil, à l’orée de la nuit : "comencô a caminar/ ya cerca el sol se ponía"35 : "il se mit alors en route ; bientôt le soleil se couchait". Circonstance peu logique pour un voyageur égaré, dans des contrées inconnues ; temps très symbolique : nuit bientôt obscure, domaine incontesté de l’astre de la nuit ; obscurité, symbole des ténèbres de l’ignorance et du péché.

83Le symbolisme religieux chrétien est ici évident : c’est la valeur "négative" de la nuit, tout à fait en accord avec l’antithèse lumière/ténèbres qui parcourt constamment l’Evangile : la ténèbre, lieu de Satan, de l’homme pécheur, aux pensées "enténébrées" selon l’expression de S. Paul, et que le Christ arrachera à l’empire de la mort, pour lui donner la lumière. Image du conflit ténèbres-lumière, Mensonge-Vérité, Mort-Vie.

84Mais, l’autre leçon de ce texte, c’est celle de l’obscurité, processus nécessaire à l’éclosion de la lumière : la nuit, règne de la lune et du symbolisme lunaire.

  • 36 cf. Mircea Eliade, Le Mythe de l’Eternel Retour, op. cit. p. 130

85On sait le rôle qu’ont joué les phases de la lune dans l’élaboration des concepts cycliques, et la structure lunaire du devenir universel36. Cette série de "romances" plutôt que la signification contradictoire, ambivalente, du symbolisme lunaire, suggère le symbole de la régénérescence. La lune est le premier mort, mais aussi, le premier mort qui ressuscite. Mort et résurrection. Divinité lunaire fécondatrice.

86Dans la "perspective lunaire" en effet, la mort de l’homme (celle de l’humanité) est indispensable à la régénération, comme le sont les ténèbres qui précèdent la renaissance de la lune.

87Par sa pénitence et sa mort, "nuit obscure de l’âme", le pécheur Rodéric, descend dans son Enfer intérieur, et y assume son ombre. Telle est la signification de l’itinéraire religieux et initiatique’, nocturne et lunaire, de Rodéric.

88"El ermitaño muy santo/ mirale al tercer día" : au terme de ces trois jours, de ces trois nuits (rappel de l’apparition, croissance, décroissance, disparition de la lune,) nécessaires à sa renaissance, condition de son salut, le roi Rodéric s’éteint, l’âme en paix. Nuit et mort rédemptrice :

89"aquí acabό el rey Rodrigo/ al cielo derecho se iva". Sur cette symbolique de la régénérescence lunaire et aquatique, baptismale, se clôt le "romance", la pénitence lavant, telle= l’eau du baptême, le péché.

90Or on sait que la purification par le baptême, arrache l’homme aux ténèbres. "Phôtismos", baptême, etymologlquement appelé par les Pères : "illumination" ; mystère de lumière donc.

  • 37 Romancero Tradicional, op. cit. p. 58-77

91Des versions récentes très nombreuses de ce "romance" (Menéndez Pidal en dénombre dix sept37) ajoutent une sorte d’épilogue : le pénitent invite l’ermite à venir assister à sa mort. Et chaque fois, il dit :

92"Si me quieres ver morir/ trae una luz encendida" : "si tu veux me voir mourir, apporte une lumière". cette lumière, apportée de l’extérieur par quelqu’un, et au moment où le pénitent quitte la terre, c’est celle de la grâce, porte de la vie éternelle. "Lumen", et non point "lux" ; non la lumière qui descend d’en haut, celle qui monte vers le ciel.

93Une variante, significative de ce "romance", en trahit le vrai sens : "si tu veux voir ma mort/ si tu veux voir ma vie" : Miracle donc ; mais non pas le miracle quit rend l’homme à la vie terrestre, celui qui lui donne l’accès à l’Au-delà.

94Rite de passage ; itinéraire initiatique.

95La lune, signe néfaste pour le roi Rodéric, mais aussi signe de sa renaissance, dans la mémoire, chrétienne, de la tradition espagnole ; dans la mémoire mythique.

96Si Roarigo, Mio Cid, comme le soleil se présente comme un type fixe, immobile, immuable dans sa typologie solaire, l’autre Rodrigo, héros lunaire, comme l’astre qui le domine, subit et transcende sa mort, révélant à l’homme sa condition humaine. C’est pourquoi, autant que Rodrigo de Vivar, le bien-aimé, l’autre Rodrigo, le damné de l’histoire est resté malgré tout, un héros.

97Dans l’Imaginaire collectif espagnol qui sous-tend tout le "Romancero Viejo", les personnages historiques sont vite assimilés (au bout de deux ou trois siècles) à leur modèle mythique. Tant il est vrai que la mémoire populaire, an-historique, a tôt fait de transformer en catégories mythiques les événements, et les personnages en archétypes.

98Le portrait du héros se schématise dans le souvenir, en même temps qu’il se stylise dans le "Romancero". Au delà de la figure rhétorique, l’allusion aux astres, à l’astre du jour, à l’astre de" la nuit, chargée d’une forte connotation symbolique, est sans doute l’un des moyens les plus efficaces de cette stylisation.

Notes

1 Romancero espanol, ed. A. Duràn, B. A. E. tome X, n° 777, p. 504b

2 Sur le même sujet, G. Lasso de la Vega, a recours au même attribut temporel ; mais la surcharge rhétorique en dénature la fonction : "Mirando se sale Febo/en el cuento de un venablo", ibid. n° 781, p. 507a

3 Romance de Escobar. xviè s., ibid. n° 854, p. 548b

4 Escobar, ibid. n° 881, p. 551b

5 ibid. n° 895, p. 567ab

6 Des événements heureux ou malheureux sont ainsi introduits : cf. l’heureux présage des noces su Cid : "Domingo por la manana/ cuando el claro sol salia", ibid., n° 741, p. 487ab, ou le mauvais augure de celles de Blanche de Bourbon : "caséine en día aciago/ martes fue, por la mañana", ibid., n° 167, p. 37ab

7 ibid., n° 875, p. 553a

8 ibid., n° 902, p. 571a

9 ibid., n° 965, p. 35a

10 ibid., n° 974, p-40b-41a

11 Mircea Eliade, Le Mythe de l’Eternel Retour, Gallimard, NRF, 1949, p. 65

12 Romancero espanol, op. cit. ; n° 752, p-492b, n° 750, p. 49-b

13 ibid., n° 872, p. 552a

14 Id.

15 cf. notre article : Insignifiance/séné fiance : les femmes dans le "Poema de Mio Cid", Cahiers d’Etudes Romanes, V, Aix, 19-79, p. 91-116

16 On verra aussi la version de Sepulveda, de l’apparition du Cid, mort mais encore victorieux ; récit d’une transfiguration : "Les pareciô que llegaban/todos blancos como nieve/y uno que los asombraba/màs crecido que ninguno/en blanco caballo andaba, / cruz colorada en el pecho, /en su mano señal blanca ; /..", Romancero español, op. cit ; n° 901, p. 570b.
Sur quelques autres exemples d’associations (mais jamais d’assimilations) d’autres personnages au soleil, cf. Ximena, ou encore une jeune fille, "reluziente como estrella", cf. ibid. n° 759, p. 496a, ou, n° 816, p. 526a

17 "romance" refondu au xviè s., ibid., n° 726, p. 480b

18 ibid.  968, p. 376b-378a

19 ..sauf dans un "romance" moderne qui confond Rodrigo, "celui qui perdit l’Espagne "avec l’autre, "celui qui la reconquit", ou un autre texte tardif où Rodrigo, à l’instar de Charles-Quint est qualifié de "sol del español imperio", Romancero Tradicional, ed. R. Menéndez Pidal, Madrid, Gredos, Seminario Menendez Pidal, 1957, tome I, p. 69 et 113

20 si l’on excepte quelque cheval doté de parole ou une épée prodigieuse ; mais il faut bien dire, qu’au regard de l’épopée française par exemple, les Gestes espagnoles ont bien peu d’imagination. cf. là-dessus les différents travaux de Menendez Pidal.

21 R. Menéndez Pidal, Romancero Tradicional, op. cit ; p. 42

22 L’Air et les Songes, Paris, Corti, 1943, p. 256

23 J. Blanquat, La lune manichéenne dans la Mythologie du "Romancero Gitano", Revue de Littérature Comparée, n° 3, Juil/sept. 1964, p. 376-399

24 Cette symbolique est finement analysée par A. Álvarez de Miranda dans La Metâfora y el Mito, Madrid, Taurus, 1963, comme nous le signale obligeamment notre collègue E. Martin.

25 La fortune littéraire de ce motif thématique sera immense ; pratiquement aucun texte qui s’inspirera de la légende de "el último godo", histoire, roman, "romance", œuvre dramatique désormais n’échappera à cette fatalité de la conjuration des éléments de la nature contre le crime du roi.

26 "Le royaume wisigothique était encore resté ou retombé — écrit Jacques Fontaine-sous l’empire des frayeurs primitives de la Nature", cf. Isidore de Séville et la culture de l’Espagne wisigothique, Paris, 1959, 2 vol.

27 cf. les songes de Târik ben Ziyâd, rapportés par Ibn-al-Atîr ; cités par Toufic Fahd, La Divination arabe. Etudes religieuses, sociologiques et folkloriques sur le milieu natif de l’Islam, Leiden-1966, p. 299

28 ... dans la forme transmise par Pérez de Hita en 1595

29 P. Bénichou, commentateur de ce "romance" remarque cette inversion de la signification, Creación poética en el Romancero tradicional, Madrid. Gredos, BRH, 1968, p. 80

30 "La imaginación (...) conservé lo que podîa conservar, "la luna crecida", dándole, por supuesto un valor del todo distinto ; sustituyo sencillamente, los trastornos cósmicos con "la mar en calma" "Ibid. p. 84. Ajoutons qu’il n’était pas utile de modifier "la luna crecida", expression polysémique.

31 Images et Symboles, Gallimard, NRF,, 1952, p. 167

32 M. Mokri, La lumière selon l’Islam, in : Le thème de la Lumière dans le Judaïsme, le Christianisme et I’Islam, ouvr. col. Berg International ed., 1976, p. 361

33 On remarquera celle (inspirée de P. del Corral) dans la quelle le pénitent est guidé par un symbolique nuage blanc : "una nuve vino blanca/tras aquella se partía"

34 cf. notre article ‘El romance de la Penitencia del rey Rodrigo" : rituel chrétien, rite initiatique", Cahiers d’Etudes Romanes, VII, Aix (à paraître mars 83)

35 Imité de P. del Corral, cf. Romancero tradicional, op. cit. p. 84

36 cf. Mircea Eliade, Le Mythe de l’Eternel Retour, op. cit. p. 130

37 Romancero Tradicional, op. cit. p. 58-77

Auteur

Université de provence

© Presses universitaires de Provence, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540