Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et signes de l’Orient dans l’Occident médiéval

Oultremer : la Terre Sainte et l’Orient vus par des pélerins du xve siecle

Alain-Julien Surdel

Texte intégral

1Chaque époque possède son ensemble de mots-clés qui exprime de façon laconique mais souvent pertinente l’essentiel de ses aspirations et de sa psychologie. A notre connaissance, aucun critique moderne ne s’est préoccupé jusqu’ici d’établir le ou les thesaurus des temps médiévaux. Si quelqu’un s’en chargeait un jour, gageons qu’il retiendrait le mot oultremer, car, du xième au xiiième siècle, ce vocalbe résonne sans trève au sein de la conscience collective du moyen âge. Il connote une foi et un idéal. Il rappelle un tombeau vide perdu dans une colline de Judée. Il évoque une cité fabuleuse dont l’Occident rêva puis crut réussir la conquête. En effet, ce mot nous parle aussi de batailles, de villes prises, de massacres et, pour finir, de royaumes anéantis.

  • 1 Edit. Peter S. Noble. - Oxford, Blackwell, 1975. - 203 p. (Medium Aevum Monographs. New Series VII (...)
  • 2 Edit. Ch. Schefer. - Paris, Leroux, 1892. - LXXVIII - 325 p. (Recueil de Voyages et de Documents p (...)
  • 3 Edit. F. Bonnardot et A. Longnon. - Paris, F. Didot, 1878. -LXXIII - 174 p. (Société des Anciens T (...)
  • 4 Cf. Le Voyage de la Saincte Cyté de Hierusalem. édit. Ch. Schefer. - Paris, Leroux, 1882. - LXVII (...)

2Dans le français du xvème siècle, oultremer a gardé l’essentiel de sa puissance évocatrice à laquelle s’est simplement ajoutée une profonde nostalgie. On le retrouve dans les titres de deux des cinq plus célèbres relations de pélerinages de l’époque : Le Voyage d’oultremer en Jherusalem de Nompar, seigneur de Caumont (1418)1 et Le Voyage d’Oultremer de Bertrandon de la Broquière (1432)2. En ajoutant à ces deux oeuvres Le saint voyage de Jherusalem d’Ogier d’Anglure (1395)3 et les relations anonymes françaises de 1480 et 14864, nous allons tenter de préciser et de définir l’image de l’Orient que diffusèrent dans leurs récits ces pélerins de l’automne du moyen âge.

I

  • 5 cf. Michelant (H.) et Raynaud (G.). - Itinéraires à Jérusalem et Descriptions de la Terre Sainte r (...)

Pour ce que li plus des bonz crestienz oarollent et oient volantiers parler de la sainte cité de Iherusalem et des Sainz leuz ou Nostre Sirez fu morz et viz, nous dironz comant ele seoit au iour que li Sarrazin et Salehadinz la conquistrent suer les crestienz.5

3Comme en témoigne le continuateur anonyme de la Chronique de Guillaume de Tyr, la Terre Sainte a toujours suscité un intérêt passionné au sein de la chrétienté médiévale. En France, différents chroniqueurs s’efforcèrent de satisfaire la légitime curiosité de leurs contemporains pour ces pays où vécut et mourut le Christ. La prise de Jérusalem par Saladin en 1187 stimula encore leur production car chaque fidèle rêva très vite de revanche et de nouvelles croisades. C’est ainsi que naquirent les multiples Itinéraires à Jérusalem et les nombreuses Descriptions de la Terre Sainte qui nourrirent les méditations des chrétiens du Royaume et qui guidèrent les pas des croisés et des oaumiers en route vers le Saint Sépulchre. Les pélerins du xvème siècle ne sont que les héritiers tardifs de cet immense mouvement vers le berceau du christianisme. Leur connaissance de la Palestine procède directement des descriptions traditionnelles que nous venons d’évoquer. Avant d’étudier leurs récits, il est donc nécessaire de nous intéresser à cette littérature spécifique dont la lecture les induisit bien souvent à entreprendre le voyage d’oultremer.

4La majeure partie des Itinéraires et des Descriptions qui nous sont parvenus ne sont pas des oeuvres autonomes. Un certain nombre d’entre elles ont été insérées dans les différentes traductions françaises et autres continuations de l’Historia Hierosolymitana rédigée entre 1169 et 1184 par Guillaume de Tyr :

  • L’estat de la cité de Iherusalem (1231) provient de la continuation d’Ernoul6.
  • Les Pelerinaiges por aler en Iherusalem (1231) a été extrait du Livre d’Eracles, traduction des vingt-deux premiers livres de l’Historia Hierosolymitana7.
  • La sainte cité de Iherusalem, les Saints Lieux et le Pelerinaige de la Terre (1261) paraît dans la continuation Rhotelin de l’oeuvre de l’archevêque de Tyr8.
  • Les Chemins et les Pelerinaiges de la Terre Sainte (av. 1265) semble avoir été élaboré à partir des Pelerinaiges por aler en Iherusalem de 12319.

5Il existe encore d’autres textes :

  • La Description rimée de Jérusalem (1241) représente les vers 10022-11500 de la fameuse Chronique universelle de Philippe Mousket10.
  • L’Itinéraire de Londres à Jérusalem (1244) a été reconstitué en rassemblant les copieuses légendes d’une carte anglaise qui fut longtemps attribuée à Matthieu Paris, le moine-chroniqueur de Saint-Alban’s du Hertfordshir11.
  • La Devise des chemins de Babiloine (entre 1289 et 1291) est un mémoire militaire qui décrit en détail les voies de pénétration d’une armée chrétienne en Egypte et qui dresse l’inventaire des forces musulmanes. Ce document fut envoyé en Occident par les Hospitaliers qui, peu avant la chute de Saint-Jean d’Acre, espéraient encore recevoir des renforts pour effectuer une diversion méridionale en direction de l’Egypte12.
  • 13 Il faut évidemment excepter Philippe Mousket.

6Malgré leurs origines diverses, tous ces textes présentent un certain nombre de points communs. Ils s’inspirent souvent les uns des autres. Ils ne manifestent aucune prétention littéraire13. Documents historico-géographiques, ils s’efforcent d’orienter les pélerins perdus dans le dédale des rues de Jérusalem ou en marche sur les chemins de Terre Sainte tout en leur rappelant les différents souvenirs sacrés évoqués par les lieux qu’ils visitent. Leur technique descriptive est fortement stéréotypée. Après quelques précisions topographiques et toponymiques, l’endroit décrit est toujours mis en relation avec une anecdote biblique, un passage des Evangiles, une légende tirée des apocryphes ou des recueils hagiographiques :

  • La Bible.
    Laquelle ville siet sur la mer qui a non Gazres / Gaza / dont Sanson li fors brisa les portes et les porta sus. I. mont bien loing de la ville14.
  • Les Evangiles.
    La ou li moustiers est / l’abbatiale du couvent du Mont Sion /, si com on fait a entendre, fu li maisons la ou Ihesu Crist chena aveuc ses apostoles li Jeudi Absolu, et fist le sacrement de l’autel15.
  • Les apocryphes.
    Ço est l’arbre de obedience, apelé pu ço ke quant Nostre Dame Seinte Marie s’en fuī en Egipte of sun enfant e Ioseph, avint ke la dame out talent de manger du fruit : l’arbre estoit haute e le fruit au sumet. Li enfes acena l’arbre e sun fruit, e l’arbre of tut sun fruit s’enclina e se abessa cun si ele debonairement sun fruit li tendist et dunast16.
  • L’hagiographie.
    Et ainçois c’on isse de la porte / qui permet de sortir de Jerusalem vers le Mont Sion /, a un moustier de saint Iake, et de la l’emporterent li angele en Galisse17.

7Obsédés par les légendes anciennes, les auteurs ne s’intéressent à la réalité contemporaine que de façon très sélective.

  • 18 Ernoul indique l’emplacement des différents marchés hiérosolymitains et parle des marchands syrien (...)
  • 19 ibid., p. 230, on trouve mention du tombeau de Godefroy de Bouillon.
  • 20 Les Pelerinaiges por aler… fait allusion aux brigands qui détroussent les Délerins sur la route de (...)

8Ils décrivent avec précision les cérémonies oropres à chaque sanctuaire, insistent sur la liturgie et les rituels qui s’y déploient, mais n’accordent que peu d’attention aux autochtones18. Ils soulignent la diversité des communions chrétiennes qui se côtoient dans les Lieux Saints, mais ils ne font que rarement allusion à l’histoire des croisades19 et ne mentionnent presque jamais les principautés qui constituèrent le Royaume Latin. Malgré les défaites récentes et l’occupation musulmane, l’Islam est régulièrement ignoré. Sous le regard de nos chroniqueurs, les Sarrazins paraissent invisibles et ils ne se manifestent qu’à travers les obligations humiliantes qu’ils imposent aux pélerins chrétiens20 :

  • 21 Ernoul, op. cit., ibid., p. 41. Les imparfaits employés par l’auteur nous rappellent qu’Ernoul écr (...)

Tenant a le Maladerie avoit une posterne c’on apeloit le posterne saint Ladre. Par la metoient li Sarrasin les crestiens en le cité por aler couvertement al Seoulcre, que li Sarrasin ne voloient mie que li crestiens veïssent l’afaire de la cité21.

9A de rares exceptions près, les textes de notre corpus proposent donc une surprenante image de l’Orient et de la Terre Sainte. En fait, ils ne semblent pas décrire un pays réel, mais des contrées mythiques. Leur mépris de la réalité quotidienne ne traduit pas forcément l’hostilité de leurs auteurs envers les musulmans ; il exprime surtout une intense nostalgie des temps apostoliques. Les données géographiques ne sont ici importantes que dans la mesure où elles constituent des preuves concrètes, inscrites dans la topographie, de la vérité supérieure et éternelle de l’Histoire Sainte qui s’y déroula. Comme nous allons maintenant le constater, les récits individuels des pélerins du xvème siècle comoortent souvent plus que des traces de cette étrange mentalité.

II

  • 22 1360 - 1412. Il répondit toujours aux appels de Charles VI.
  • 23 1390 (?) - 1428. Son ralliement aux Anglais témoigne plus de son opportunisme que de son attacheme (...)
  • 24 L’anonyme de 1480 compare souvent les cités et les sanctuaires de Terre Sainte à la ville et aux é (...)

10Les récits d’Ogier d’Anglure, de Nompar de Caumont et des deux anonymes de 1480 et 1486 présentent de nombreuses analogies d’esprit et de rédaction. Malgré ce qui précède, nous n’étions pas préparé à une telle découverte. Les quatre hommes visitèrent les Lieux Saints à des époques très différentes. Si les deux derniers effectuèrent leur pélerinage peu avant l’aube des Temps Modernes, les deux premiers, en revanche, partirent vers le Levant alors que la Guerre de Cent Ans était encore loin de son terme. Comme les dates, les personnalités s’opposent globalement deux à deux. Ogier VIII, baron d’Anglure était un noble champenois de vieille lignée qui possédait également un fief en Lorraine. Belliqueux et volontiers paillard, il fut un fidèle soutien du roi Charles VI durant les guerres flamandes22. Nompar de Caumont tenait quinze petits fiefs en Guyenne de part et d’autre de la Garonne. Proche du parti anglais, il supportait mal la cruauté de l’interminable guerre franco-britannique. Pieux et généreux, il se montra toujours soucieux d’en épargner les tragiques conséquences à sa famille et à ses vassaux23. Nous connaissons mal les deux autres pélerins. Des indices convergents nous permettent toutefois de supposer qu’ils furent l’un et l’autre des clercs car chacun d’eux témoigne d’une culture inhabituelle chez les laïcs de leur temps24. En dépit de ces différences de dates, malgré les origines diverses et souvent antinomiques des auteurs, les récits de nos quatre pélerins entretiennent entre eux de troublantes ressemblances. Il est temps de chercher les causes de ces similitudes.

  • 25 Sigal (P. A.). - Les Marcheurs de Dieu. Pélerinages et pélerins au Moyen Age. - Paris, A. Colin, 1 (...)

11Comme le laissent déjà deviner les Itinéraires à Jérusalem, le voyage d’oultremer n’a jamais été vécu comme un pélerinage ordinaire. C’est une aventure spirituelle majeure au cours de laquelle le pélerin - peregrinus - devient totalement cet exilé volontaire dont parle P. A. Sigal25. Il a choisi de renoncer à son univers familier pour vivre une ascèse lointaine qui, peut-être, débouchera sur le martyre et la mort. Depuis 1291 et la chute de Saint-Jean d’Acre, le pélerinage s’effectue dans un Orient de plus en plus hostile aux chrétiens. Les paumiers sont livrés sans défense aux exactions des musulmans et, en Terre Sainte, ils se voient imposer des itinéraires obligatoires dont ils ne peuvent dévier sans courir d’énormes risques. Cette exigence soirituelle et ces conditions matérielles difficiles n’expliquent cependant pas la quasi stéréotypie des quatre récits qui nous occupent. Ogier Nompar et les deux anonymes paraissent s’être copiés l’un l’autre. A chacune de leurs étapes, ils évoquent les mêmes souvenirs, notent les mêmes faits, témoignent des mêmes sentiments et répètent les mêmes légendes dans des termes analogues :

  • 26 § 44, p. 12.
  • 27 édit. cit., p. 33
  • 28 édit. cit., p. 61

Jaffa.
Ogier : A Jasfe est le lieu ou saint Pierre ressuscita Tabit la damoiselle des appostres. Et illec pres, en la marine, peschoit saint Pierre26.
Nompar : Item, en ycelle ditte cité de Japhe, saint Pierre le postre aloit peschier por le mer /… / et la ledit saint Pierre resuscita une femme qui avoit nom Tabita qui estoit servante des apostres27.
Anom. 1480 : Et est le lieu ou sainct Pierre se tenoit pour pescher 7 / et aussi sainct Pierre ressuscita Tabita la servante des apostres28.

  • 29 § 66, o. 16.
  • 30 édit. cit., p. 343

Vallée de Josaphat.
Ogier : Item, tout pres de la, en descendant bas a destre partie est le lieu ou l’en dit que l’un des fustz de la Vraye Croix fut prins, c’est assavoir le fust qui aloit du long de la Croix, et estoit celle piece de bois en ce lieu pour planche a passer ung petit ruissel qui est appelles Cedron29.
Anom. 1486 : Et descendismes au fonds de la vallee de Josaphat et passasmes par dessus un oont de oierre ou anciennement souloit seoir pour planche le boys de quoy fut faicte la Croix de Nostre Seigneur, et par desoubz passe le torrent de Cedron30.

12La comparaison systématique des différents récits permettrait d’accumuler des pages de semblables rapprochements. Nous retrouvons ici le pays mythique défini précédemment. Malgré la chronologie particulière de chaque voyage, les quatre pélerins voient les Lieux Saints d’un même regard. Ils ne visitent pas la Palestine du xvème siècle, ils effectuent un voyage mystique dans une région sacrée qui semble avoir échappé à l’emprise du temps et de l’histoire. Ils ont été admis, pour une brève période, au pays de l’Evangile, berceau de la foi et des grandes légendes chrétiennes. Cette impression se renforce encore quand on s’attache à recueillir dans chaque texte les quelques indications qui, de loin en loin, ménagent de rares échappées sur la réalité quotidienne des pays traversés.

  • 31 Toutes ses remarques dans ce domaine n’occupent pas 10 % de son texte.
  • 32 § 174, o. 43.
  • 33 § 185, p. 45.
  • 34 § 174 bis, p. 43.
  • 35 § 162, p. 38. Sur cette montagne, le Christ jeüna pendant quarante jours et il y fut tenté par le (...)
  • 36 § 259, p. 69. Il cite aussi les crocodiles du Nil, § 277, p. 75.

13Ogier d’Anglure n’accorde que peu d’attention aux régions qu’il parcourt et il semble ignorer les hommes qui les peuplent31. Il mentionne parfois les druchements qui l’accompagnent dans sa périgrination, mais, la olupart du temps, il confond juifs et musulmans dans des expressions méprisantes comme une maniere de mescreans32. Plus sensible aux légendes apocryphes qui enjolivent la Fuite en Egypte qu’aux réalités spirituelles de l’Islam, il croise la caravane annuelle de La Mecque sans lui témoigner le moindre intérêt33. Il consent tout au plus à livrer les détails vestimentaires qui permettent aux chrétiens occidentaux de reconnaître les différentes communautés qui coexistent en Palestine et en Egypte34. Il ne montre jamais les musulmans dans des situations gratifiantes et s’il admire les palais et les mausolées des sultans du Caire c’est simplement parce qu’il les range parmi les mirabilia qu’il découvre au long de son itinéraire. La personnalité d’Ogier ne le porte pas à la curiosité. Son extrême sensibilité au merveilleux ne le mène qu’à l’étonnement. A ses yeux, les bananes de la Montagne de la Quarantaine35, les six éléphants et les trois girafes aperçus dans les rues du Caire, les autruches qui hantent le désert de la Thébaïde sont plus importants que les us et coutumes des autochtones36.

  • 37 Dès le début de son récit, il déplore que les chrétiens se fassent la guerre entre eux au lieu de (...)
  • 38 A son arrivée en Terre Sainte, il maîtrise à grand peine sa colère quand il s’aperçoit que des mus (...)
  • 39 p. 80.

14Nompar de Caumont est encore moins curieux. Il déteste franchement les Sarrazins37 et n’en parle qu’à de rares occasions et avec une haine évidente38. Il pousse parfois son indifférence jusqu’à l’outrage. A la fin de sa relation, il dresse la liste des joyes - les cadeaux - qu’il a rapportés d’Orient pour sa famille et ses vassaux. Son inventaire, d’une précision presque maniaque, montre l’importance qu’il attache à ces présents, mais, à aucun moment, il ne dévoile les circonstances de leur achat39.

  • 40 1486, p. 343
  • 41 ibid., p. 393
  • 42 ibid., p. 398-399
  • 43 ibid., p. 401
  • 44 En 1480, la Palestine était agitée par des rivalités raciales et se révolta contre les excès de l’ (...)
  • 45 1486, p. 389 sq. L’auteur ne s’est pas informé sur place. Il emprunte ses informations à l’Histori (...)

15Les anonymes de 1480 et 1486 sont plus sensibles aux réalités humaines de Terre Sainte car elles leur font peur. Dès leur débarquement à Jaffa, ils insistent sur le mauvais accueil qui est réservé aux pélerins. Tout au long de leur récit, ils mettent en scène des musulmans hostiles : portiers brutaux des mosquées de Jérusalem40, fonctionnaires mamelucks cupides et vénaux41, âniers escrocs42, Arabes cruels qui parcourent les chemins pour détrousser les chrétiens sans défense43. Ils s’intéressent parfois aux événements politiques qui agitent le pays, mais c’est pour mieux en souligner les néfastes conséquences qui menacent la sécurité des pélerins44. Ils exposent les croyances de la religion musulmane, mais s’attachent surtout à dénoncer les aberrations qu’ils croient y déceler et qui, à leur avis, expliquent les déplorables conduites des "Infidèles" à leur égard45. Dans leurs récits, la Terre Sainte paraît peuplée de hordes sans morale qui souillent de leur présence la majesté des Lieux Saints et qui s’ingénient à molester les chrétiens. Jusqu’à un certain point, ces inquiétantes révélations correspondent sans doute à un vécu sincère. Au xvème siècle, l’insécurité de la Palestine était célèbre en Occident ainsi qu’en témoigne la boutade d’Eberhard le Barbu, comte de Wurtemberg (1476) :

  • 46 cf. 1480, p. xxvi

Il y a trois choses que l’on ne peut ni conseiller, ni déconseiller : le mariage, la guerre et le voyage en Terre Sainte. Elles peuvent bien commencer et mal finir46.

  • 47 A beau mentir qui vient de loin : les inquiétudes des deux pélerins ne correspondent pas à un rega (...)

16Malgré cette confirmation autorisée, une seconde lecture des plaintes, des griefs et des récriminations des deux pélerins nous laissent beaucoup moins convaincu car leur accumulation trahit un procédé. Les deux anonymes avaient tout intérêt à exagérer l’hostilité pourtant réelle des musulmans envers les chrétiens. En insistant sur les dangers du pélerinage d’Oultremer, ils se sont donné un moyen commode d’augmenter leurs mérites aux yeux de leurs lecteurs. Cette attitude procède peut-être d’un désir inconscient du martyre, mais elle peut aussi s’expliquer par la recherche de la gloire profane, ce qui trahit ipso facto la spiritualité du pélerinage47.

  • 48 Les quelques détails rapportés plus haut ne doivent pas être interprétés comme des manifestations (...)
  • 49 Devant la violence des tempêtes méditerranéennes du début de l’automne, il fut obligé d’hiverner e (...)
  • 50 p. 72 sq.
  • 51 1480. p. 11 - 28

17Ces quatre récits de l’automne du moyen âge ressemblent curieusement aux Itinéraires et Descriptions dont nous traitions précédemment. Dans les deux ensembles de textes nous retrouvons le même intérêt passionné pour tous les lieux et vestiges de Terre Sainte qui rappellent le Christ et les temps évangéliques et la même indifférence parfois méprisante et souvent glacée pour les réalités quotidiennes de la Palestine et de l’Egypte musulmanes48. A première vue, rien ne permet d’expliquer cette cécité intellectuelle et affective dont semblent affligés les pélerins dès leur débarquement à Jaffa car elle n’est pas inscrite dans ce que nous pouvons deviner de leurs personnalités. Si Ogier d’Anglure, préoccupé avant tout de reliques et d’indulgences, paraît peu intéressé par le monde qui l’environne, Nompar de Caumont, en revanche, fait preuve d’une curiosité insatiable au cours de son voyage de retour. Il visite Rhodes en détail. Il décrit en des termes parfois saisissants les tempêtes automnales de la mer de Crète et profite de son séjour forcé en Sicile49 pour voyager dans l’île dont il nous procure une pittoresque description. A bord du navire qui le ramène vers Barcelone, Nompar se mêle à l’équipage, aux passagers, et il nous rapporte avec verve leurs interminables discussions à propos des causes - vraisemblablement surnaturelles ! - d’un encalminage prolongé50. Avant de s’embarquer sur la galée-pélerine, l’anonyme de 1480 promène ses lecteurs dans laVenise du xvème siècle et leur fait partager ses étonnements et son émerveillement devant la richesse et le faste du port adriatique51. Ainsi, malgré leur foi profonde, ces hommes n’étaient pas des dévôts fanatiques uniquement préoccupés du salut de leur âme : ils savaient jouir du spectacle du monde. Reconnaissons enfin que leur hostilité viscérale pour les musulmans et leur amertume de descendants des vaincus de la bataille de Hattin et du siège de Saint-Jean d’Acre ne constituent pas non plus des explications satisfaisantes car les espoirs de revanche ne se cultivent pas au sein de l’indifférence. En fait, les causes de l’étrange attitude des quatre voyageurs sont d’un autre ordre. Elles tiennent avant tout aux méthodes de direction spirituelle du pélerinage mises en oeuvre par leurs hôtes de Terre sainte, les Frères Mineurs du couvent du Mont-Sion.

  • 52 cf. Dansette, op. cit., 107 sq.
  • 53 C’est d’autant plus vrai que le séjour en Terre Sainte des pélerins était relativement bref : entr (...)
  • 54 Après leur retour en Europe, les pélerins continuent d’être sous l’influence des Franciscains. Bie (...)

18Dès qu’ils obtinrent la garde du Saint Sépulchre par une bulle pontificale de 1342, les Cordeliers s’attachèrent à faire coincider la spiritualité du pélerinage avec leur idéal mystique. Ils conçurent la visite des lieux saints de Jérusalem, de Judée et de Galilée comme une marche et une méditation à la suite du Christ : la Sequela Christi. Ils convièrent les pélerins à revivre la vie et la mort du Christ d’une manière à la fois active et contemplative. En fait, ils s’efforcèrent de contenir les excès bien connus de la sensibilité religieuse des laïcs en faisant appel à la dévotion intérieure52. Dans l’esprit des Franciscains de Terre Sainte, le pélerin ne devait plus se contenter de thésauriser des indulgences, il devait d’abord opérer une conversion sincère à partir d’une méditation sur la mort et la résurrection de son Rédempteur. Dans ce mouvement spirituel, l’indulgence n’était pas dépréciée, elle était secondarisée. Elle devenait le signe concret de cette conversion fondamentale. Ces conceptions nouvelles - qui se rattachent directement aux principes de la Devotio Moderna - approfondirent considérablement la mystique du pélerinage au cours de la seconde moitié du xivème siècle et durant tout le xvème siècle. Elles eurent aussi des effets secondaires. Les pratiques franciscaines supposaient une prise en charge constante des pélerins qui accaparait l’attention des fidèles occidentaux et la détournait du spectacle de la Palestine contemporaine53. Telles furent, selon nous, les causes directes de la stupéfiante indifférence dont firent preuve nos quatre pélerins lors de leur rencontre avec l’Islam54.

  • 55 L’île de Rhodes et le royaume de Chypre.

19Ogier, Nompar et les deux anonymes étaient des pélerins ordinaires. Leur voyage d’oultremer procédait avant tout d’une démarche privée et de motivations spirituelles personnelles auxquelles la mystique christocentrique des Frères Mineurs avait donné une forme cohérente. Sans être interchangeables, leurs récits se ressemblent donc beaucoup. L’image de l’Orient qui en émane reste fragmentaire car elle se fonde sur de brèves notations éparses qui ne permettent pas au lecteur moderne de se faire une idée complète de l’état de l’Islam palestinien et egyptien du xvème siècle. Dans cette perspective et malgré les descriptions plus étendues des dernières possessions chrétiennes de l’Est méditerranéen55, leurs relations ne supportent pas la comparaison avec Le Voyage d’Oultremer de Bertrandon de la Broquière.

III

20Premier écuyer tranchant, chambellan et conseiller de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, Bertrandon de la Broquière effectue son voyage oriental en 1432, sur l’ordre de son maître. Il n’en rédige la relation que vingt ans plus tard, toujours à la demande de Philippe, en s’aidant d’ung petit livret où il avait consigné au jour le jour ses impressions de voyage. Son oeuvre occupe donc une position médiane entre celles d’Ogier d’Anglure et du seigneur de Caumont d’une part, et celles des deux anonymes de 1480 et 1486, d’autre part. Nous serions presque tenté de dire que là s’arrêtent les similitudes, car Bertrandon témoigne d’un état d’esprit profondément original dont on ne retrouve pas la moindre trace chez les quatre autres pélerins.

21Le Voyage d’Oultremer commence bien par un récit de pèlerinage. Bertrandon se rend en Terre Sainte sur une galère vénitienne. Il visite tous les sanctuaires de Judée, pousse jusqu’à Tibériade et Damas, mais renonce au Sinaī à cause d’une fièvre qui le saisit à Gaza. Le seigneur de la Broquière n’est pas un pélerin crédule. Comme tous les chrétiens occidentaux, il évoque les anecdotes bibliques et les légendes apocryphes qui s’attachent aux Lieux Saints, mais il ne les accueille pas sans discernement et sait souvent préserver son sens critique. Il lui arrive même de douter de l’authenticité de certains faits. Il exprime alors sa perplexité et son scepticisme en de brefs commentaires d’un surprenant effet :

  • 56 édit. cit., p. 20.

Gaza.
Et veut on dire que ceste ville fut jadiz a Sanson le Fort. La veismes son palais et celluy qu’il abatty dont on y veoit encore les pilliers. Je ne scay si ce sont ceulx la.56.

  • 57 ibid., p. 66.

Les onctions miraculeuses du couvent de Notre-Dame à la Roche à Sidnaya (Le Sardenay des Croisés) en Syrie. Le couvent possède un portrait de la Vierge qui produit une huile miraculeuse dont les moniales oignent les pélerins. Admirons la réaction de Bertrandon !
La vint une femme qui me voult faire la croix sur le front, aux temples et à la poitrine /… / et me semble que c’est ung pratique pour avoir argent non obstant que je ne veulx point dire que Nostre Dame n’ait pas plus grant puissance que ceste n’ait57.

  • 58 Ses informations sont très objectives. Il se souvient avec reconnaissance de l’hospitalité des Béd (...)
  • 59 Son maître, le duc Philippe a toujours manifesté beaucouo d’intérêt pour l’Orient et la Terre Sain (...)
  • 60 Il les compare à leurs coreligionnaires méridionaux et la comparaison est à l’avantage des Turcs. (...)
  • 61 cf. p. 79 à p. 139.

22A l’inverse des autres pélerins occidentaux, Bertrandon de la Broquière paraît fasciné par les musulmans. Les sentiments qu’il leur porte sont très ambivalents. Il enrage de voir les mamelucks occuper Jérusalem, mais, dans le même temps, il décrit longuement les moeurs et coutumes des Palestiniens58. A l’issue de son pélerinage, Bertrandon s’attarde en Orient. Il renonce à s’embarquer à Jaffa, ne tient pas compte des objurgations inquiètes de ses compagnons de route et décide de rentrer en Europe par la dangereuse voie de terre : la route des premiers croisés qui traverse l’Anatolie et les Balkans turcs en passant par Constantinople. Cette décision inopinée n’est pas commentée par l’auteur, mais, à nos yeux, elle modifie considérablement la signification de son voyage. Bertrandon n’est pas passé en Orient pour accomplir un simple pélerinage, il y est également venu pour observer et apprendre à connaître l’Islam59. Dès lors, il fait plus que cotoyer les Turcs, il partage leur vie. Sans cacher sa qualité de chrétien, il s’habille à leur guyse et se joint à une caravane qui, au départ de Baalbeck, remonte durant cinquante jours vers le Nord-Ouest. Dans la suite du récit, les Turcs se dépouillent de tous les traits stéréotypés que leur prêtent souvent les Européens du xvème siècle ; sous la plume de Bertrandon, ils s’animent dans toute leur verité humaine60. Le Bourguignon fait plus que décrire les contrées qu’il traverse61 et les hommes qu’il rencontre, il les explique ; ipso facto, il détruit l’un des grands mythes qui encombrent et paralysent la conscience européenne de son temps. D’une certaine façon, la relation de Bertrandon de la Broquière s’attache à dissiper les désastreuses conséquences psychologiques de la défaite de Nicopolis (1396), elle présente la Turquie comme un puissant empire qui cesse d’être le Croquemitaine de l’Occident pour en devenir simplement le concurrent et l’adversaire. L’auteur objectivise l’inquiétude des royaumes chrétiens, il lui fait quitter l’ordre du phantasme en la chargeant de connotations politiques et stratégiques.

  • 62 C’est cependant à Constantinople qu’il fait preuve de crédulité. Lors de sa visite de l’église du (...)
  • 63 p. 150 sq.
  • 64 p. 153 sq.
  • 65 Il assiste à quelques cérémonies de la cour impériale et il est vivement impressionné par la beaut (...)
  • 66 L’empereur paie chaque année dix mille ducats de tribut aux Turcs qui occupent le plat pays, o. 16 (...)
  • 67 pp. 181 - 185.
  • 68 pp. 201 - 216.
  • 69 pp. 225 -231.

23Cette inquiétude se précise et s’approfondit au cours de la visite de Constantinople. Bertrandon n’a pas les émerveillements naïfs de Robert de Clari, le croisé de 120462, mais il avoue son étonnement et son enthousiasme devant la richesse de la ville63, la splendeur de ses monuments et sanctuaires64 et la magnificence des derniers Paléologues65. Néanmoins, sa lucidité n’est pas impressionnée par tout ce faste. Il découvre très vite que la cité est menacée et qu’elle est déjà à demi-investie par les Turcs66. A partir de cette révélation, le récit bascule, car Bertrandon jette définitivement le masque. Il n’est ni un pélerin, ni un voyageur aventureux : il est un espion occidental venu évaluer la puissance ottomane. Mêlé à la suite d’un ambassadeur milanais, il s’enfonce dans les Balkans méridionaux, approche le Grand Turc et découvre l’organisation politique et administrative de l’empire67. Il observe avec angoisse les progrès des armées ottomanes et il dénonce l’ampleur de la menace que ce nouvel impérialisme fait peser sur l’Europe chrétienne68. Comme on pouvait s’y attendre, il termine cette partie de sa relation par un rapport de caractère strictement militaire et par un ensemble de suggestions stratégiques69.

24Le Voyage d’Oultremer témoigne d’un moment important de l’évolution des mentalités occidentales car il marque la fin du vieux rêve médiéval de conquête de l’Orient. Le récit de Bertrandon de la Broquière propose une image nouvelle de ces contrées longtemps fabuleuses. Debarrassée des phantasmes dont la surchargeait la Chrétienté, cette image prend en compte les nouvelles données politiques qui s’imposent désormais à l’Europe. L’Orient selon Bertrandon de la Broquière cesse d’être l’objet des convoitises et le carrefour des nostalgies de l’Occident pour devenir le berceau d’une de ses plus profondes inquiétudes.

  • 70 Malgré son amitié pour Turcs, Bertrandon souhaite que cette attaque se produise le plus rapidement (...)
  • 71 cf. l’alliance de François 1er avec Süleyman II le Magnifique contre Charles-Quint.

25Comparés à Bertrandon de la Broquière, les deux anonymes de 1480 et 1486 - et, a fortiori, Ogier d’Anglure et Nomoar de Caumont - apparaissent comme des hommes du passé. Maladroitement mystiques et inconsciemment nostalgiques, leurs récits diffusent l’image d’un Orient totalement anachronique. En fait, ces pélerins ordinaires sont encore imprégnés de l’esprit des Croisades. Bertrandon accepte mal l’occupation musulmane des Lieux Saints, mais on découvre vite que son indignation comporte déjà une part de rhétorique. Il écrit son récit au milieu de l’intense émotion qui souleva l’Europe à l’annonce de la prise de Constantinople par Sultan Mehmed II (29 mai 1453). Il ne fut certainement pas surpris par la nouvelle de cette catastrophe : bien des années auparavant, il avait pu prendre l’exacte mesure de la puissance turque en traversant les Balkans asservis. Dans son esprit Le Caire et ses Mamelucks ont perdu de leur importance car il sait avec certitude que le temps des croisades traditionnelles est révolu. Il lui semble beaucoup plus urgent de convaincre ses maîtres de se préparer à repousser la contre-croisade ottomane qui, dans un avenir plus ou moins proche, ne manquera pas d’attaquer les marches orientales de l’Europe chrétienne70. Son inquiétude et sa détermination forment les composantes fondamentales de la nouvelle attitude de l’Occident confronté à la menace turque. Cette attitude réaliste a son importance, car, après plus d’un siècle de désarrois, de négociations sans lendemain et après un renversement des alliances71, on la retrouvera aux origines de la victoire de Don Juan d’Autriche à Lépante (1571).

***

Notes

1 Edit. Peter S. Noble. - Oxford, Blackwell, 1975. - 203 p. (Medium Aevum Monographs. New Series VII).

2 Edit. Ch. Schefer. - Paris, Leroux, 1892. - LXXVIII - 325 p. (Recueil de Voyages et de Documents pour servir à l’histoire de la Géographie depuis le xiiie jusqu’à la fin du xvie siècle. XII).

3 Edit. F. Bonnardot et A. Longnon. - Paris, F. Didot, 1878. -LXXIII - 174 p. (Société des Anciens Textes Français 59).

4 Cf. Le Voyage de la Saincte Cyté de Hierusalem. édit. Ch. Schefer. - Paris, Leroux, 1882. - LXVII - 153 p. (Recueil de Voyages… II). Anon. 1486 : édit. B. Dansette in Les Pélerinages en Terre Sainte : une pratique de la "Dévotion Moderne" à la fin du Moyen Age ? Archivum Franciscanum Historicum, t. 72 (1979), fasc. 1-2, pp. 107 - 133 et fasc. 3-4, pp. 330 -428.

5 cf. Michelant (H.) et Raynaud (G.). - Itinéraires à Jérusalem et Descriptions de la Terre Sainte rédigés au xie, xiie et xiiie siècles. - Genève, 1882, p. 143.

6 cf. Michelant, Raynaud, op. cit., p. 29

7 ibid. p. 87

8 ibid. p. 141.

9 ibid. p. 177.

10 ibid. p. 105. Philippe Mousket s’inspire de documents antérieurs comme le montrent les nombreux ce lissons, ce trovons escrit, ce dist on qui ponctuent son poème.

11 ibid. d. 123.

12 ibid. p. 237

13 Il faut évidemment excepter Philippe Mousket.

14 cf. Ernoul, ibid. p. 31

15 cf. Les Pelerinaiges por aler…, ibid. p. 93

16 cf. Itinéraire de Londres…, ibid. p. 133

17 cf. Ernoul, ibid. p. 26.

18 Ernoul indique l’emplacement des différents marchés hiérosolymitains et parle des marchands syriens établis dans la ville.

19 ibid., p. 230, on trouve mention du tombeau de Godefroy de Bouillon.

20 Les Pelerinaiges por aler… fait allusion aux brigands qui détroussent les Délerins sur la route de Jaffa à Jérusalem, ibid. p. 92.

21 Ernoul, op. cit., ibid., p. 41. Les imparfaits employés par l’auteur nous rappellent qu’Ernoul écrit après la sixième croisade (1228 - 1229) : Jérusalem a été rendue aux chrétiens qui la garderont jusqu’en 1244.

22 1360 - 1412. Il répondit toujours aux appels de Charles VI.

Il se rangea sous la bannière du duc de Lorraine lors d’une guerre contre Metz. Nous possédons une lettre de rémission que lui avait accordée Charles VI (13/10/1391) : il avait enlevé et violé une certaine Colette, femme de Jean le Dégourdi, laboureur établi à Janvilliers, près de Montmirail.

23 1390 (?) - 1428. Son ralliement aux Anglais témoigne plus de son opportunisme que de son attachement à la cause britannique. Il trouvera la mort dans une embuscade tendue par Nandonnet de Lustrac, obscur partisan des Français. A la différence d’Ogier, NomDar de Caumont était instruit et se piquait même de poésie : il laissa un poème moral à la versification particulièrement laborieuse, cf. édit. Noble, p. 134.

24 L’anonyme de 1480 compare souvent les cités et les sanctuaires de Terre Sainte à la ville et aux églises de Paris. L’anonyme de 1486 était vraisemblablement originaire de Saintonge. Son éditrice moderne, B. Dansette, pense le reconnaître dans le chanoine Guy de Tourestes qui brigua l’évêché de Saintes en 1483, op. cit., p. 128.

25 Sigal (P. A.). - Les Marcheurs de Dieu. Pélerinages et pélerins au Moyen Age. - Paris, A. Colin, 1974. - 160 p. (U Prisme, Histoire, 39).

26 § 44, p. 12.

27 édit. cit., p. 33

28 édit. cit., p. 61

29 § 66, o. 16.

30 édit. cit., p. 343

31 Toutes ses remarques dans ce domaine n’occupent pas 10 % de son texte.

32 § 174, o. 43.

33 § 185, p. 45.

34 § 174 bis, p. 43.

35 § 162, p. 38. Sur cette montagne, le Christ jeüna pendant quarante jours et il y fut tenté par le démon.

36 § 259, p. 69. Il cite aussi les crocodiles du Nil, § 277, p. 75.

37 Dès le début de son récit, il déplore que les chrétiens se fassent la guerre entre eux au lieu de s’allier pour reprendre le Saint Sépulchre aux Infidèles.

38 A son arrivée en Terre Sainte, il maîtrise à grand peine sa colère quand il s’aperçoit que des musulmans se tiennent mal dans l’église Saint-Georges de Lod, o. 34.

39 p. 80.

40 1486, p. 343

41 ibid., p. 393

42 ibid., p. 398-399

43 ibid., p. 401

44 En 1480, la Palestine était agitée par des rivalités raciales et se révolta contre les excès de l’administration tyrannique des sultans du Caire. Les pélerins occidentaux devaient supporter les conséquences de cette atmosphère de rebellion. 1480, p. xix.

45 1486, p. 389 sq. L’auteur ne s’est pas informé sur place. Il emprunte ses informations à l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry. En revanche, ses renseignements sur les chrétiens d’Orient semblent de première main, cf. p. 359 sq. 46. cf. 1480, p. xxvi

46 cf. 1480, p. xxvi

47 A beau mentir qui vient de loin : les inquiétudes des deux pélerins ne correspondent pas à un regain d’hostilité des musulmans envers les Occidentaux. En 1480, le sultan du Caire Quaït Bay rêve de secouer la tutelle turque et, dans ce dessein, il ménage la chrétienté et protège les catholiques latins.

48 Les quelques détails rapportés plus haut ne doivent pas être interprétés comme des manifestations d’un intérêt quelconque pour l’Islam. A notre avis, leur rareté même confirme l’indifférence de ces pélerins pour le monde musulman.

49 Devant la violence des tempêtes méditerranéennes du début de l’automne, il fut obligé d’hiverner en Sicile où il accepta l’hospitalité d’un ami de son père, un chevalier béarnais établi dans l’île.

50 p. 72 sq.

51 1480. p. 11 - 28

52 cf. Dansette, op. cit., 107 sq.

53 C’est d’autant plus vrai que le séjour en Terre Sainte des pélerins était relativement bref : entre un et trois mois.

54 Après leur retour en Europe, les pélerins continuent d’être sous l’influence des Franciscains. Bien souvent, ils rédigent leurs récits de voyage en s’aidant des petit guides franciscains Itinerarium Terrae Sanctae ou Peregrinationes Terrae Sanctae achetés en Orient. Ces livrets leur permettent de reconstituer leur itinéraire et leur fournissent les renseignements fondamentaux sur chaque sanctuaire : prières à prononcer, indulgences etc.

55 L’île de Rhodes et le royaume de Chypre.

56 édit. cit., p. 20.

57 ibid., p. 66.

58 Ses informations sont très objectives. Il se souvient avec reconnaissance de l’hospitalité des Bédouins de Gaza qui le soignèrent durant sa maladie (p. 23) ; il souligne la courtoisie de Nasr Eddine qui lui déconseilla le voyage de Nazareth à cause de l’insécurité de la région (p. 26) ; mais il se plaint de la brutalité de la populace damascène (p. 33) et insiste beaucoup sur la cupidité et la vénalité de ses guides (p. 39).

59 Son maître, le duc Philippe a toujours manifesté beaucouo d’intérêt pour l’Orient et la Terre Sainte. Il était le principal protecteur du couvent du Mont-Sion et, en 1422, il avait déjà envoyé en Orient un de ses serviteurs, Ghillebert de Lannoy qui avait effectué une reconnaissance militaire des côtes de Syrie et de l’Egypte, 1480, p. ii.

60 Il les compare à leurs coreligionnaires méridionaux et la comparaison est à l’avantage des Turcs. Ce sont des hommes simples et insouciants qui pratiquent l’hospitalité (p. 72) et la charité (p. 96). Il salue leur honnêteté (pp. 126 - 128) et éprouve pour certains d’entre eux une vive amitié (p. 121). Il les préfère également aux Grecs (p. 149).

61 cf. p. 79 à p. 139.

62 C’est cependant à Constantinople qu’il fait preuve de crédulité. Lors de sa visite de l’église du Pantocrator, il admire la pierre où fut couché le corps du Christ après la Descente de Croix. Il y remarque une série de concrétions transparentes qu’il prend pour les larmes de la Vierge, p. 161.

63 p. 150 sq.

64 p. 153 sq.

65 Il assiste à quelques cérémonies de la cour impériale et il est vivement impressionné par la beauté de l’impératrice Marie Comnène, p. 155, 156, et 166 - 167.

66 L’empereur paie chaque année dix mille ducats de tribut aux Turcs qui occupent le plat pays, o. 165.

67 pp. 181 - 185.

68 pp. 201 - 216.

69 pp. 225 -231.

70 Malgré son amitié pour Turcs, Bertrandon souhaite que cette attaque se produise le plus rapidement possible car il désire prendre part à la guerre.

71 cf. l’alliance de François 1er avec Süleyman II le Magnifique contre Charles-Quint.

Auteur

Université de nancy II

© Presses universitaires de Provence, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540